Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Éditorial

Texte intégral

  • 1 Régnier (Marie-Clémence). 2020. « Le Musée de la littérature de 1937, lieu de transmission de l’his (...)
  • 2 La revue Itinéraires a déjà évoqué ce texte avec Aurélie Mouton-Rezzouk et Bérengère Voisin : Mouto (...)

1En 1937, à l’occasion de l’Exposition internationale des arts et techniques de Paris, Julien Cain, administrateur général de la Bibliothèque nationale, montait pour la première fois la préfiguration d’un « musée de la littérature ». L’originalité de cette exposition a été reconnue par la discipline muséologique, comme par l’histoire littéraire1. Le catalogue était précédé d’une préface de Paul Valéry, intellectuel officiel – pour ainsi dire – des musées du temps, que sa qualité de poète légitimait à l’évidence pour assurer un tel patronage2. Il est remarquable de constater que son ambition y dépassait le champ de l’écriture, pour s’intéresser à la manière dont les musées et leurs expositions peuvent rendre compte des inventions de l’esprit humain. Il écrivait en effet :

  • 3 Valéry (Paul). 1938. « Préface », p. 9-10 in Julien Cain, Ébauches et premiers éléments d’un musée (...)

Le problème général d’une exposition est de faire voir : il consiste à assembler, mettre en évidence et en valeur ce qui est ordinairement dispersé, retiré, réservé à quelques-uns, peu accessible, et pour beaucoup véritablement inconnu. On s’ingénie à disposer dans une enceinte et à rendre le plus sensible aux regards les moyens et les résultats de quelques-unes (ou de la plupart) des formes de l’activité humaine […]. Une machine, une statue, un meuble, une espèce sélectionnée, tout ceci est visible et le problème de les exposer n’est qu’une affaire de choix et de mise en ordre et en place. Mais le principal agent de toutes ces transformations connues, voulues et accomplies par l’homme échappe à toute exhibition. Dans une Exposition, il est partout présent par ses effets : absent de partout par sa nature même. L’esprit, puissance originale de transformation, ne se révèle que par l’ordre ou le désordre qu’il introduit dans le monde des choses sensibles. Ce fut donc une grande et paradoxale nouveauté que le dessein formé par les organisateurs de l’Exposition de 1937, de […] faire apparaître aux yeux des visiteurs l’invention elle-même, auprès des choses inventées, et ce qu’on peut apercevoir ou soupçonner de la création en deçà de ce qu’elle crée3.

  • 4 Cité dans Wasson (Haidee). 2005. Museum Movies: The Museum of Modern Art and the Birth of Art Cinem (...)
  • 5 Riou (Florence). 2011. « Le Cinéma, ou comment raconter la science au Palais de la découverte en 19 (...)

2On peut imaginer que son opinion sur un éventuel musée du cinéma eût été assez identique à celle qu’il portait sur le musée de la littérature. À la date d’écriture de ce texte, toutefois, la question était précisément de faire entrer le cinéma au musée, dans un cadre réservé a priori à la haute culture, et au public qui s’y identifiait. Alfred Barr, le conservateur du Museum of Modern Art (MoMA) de New York, qui fonde la Film Library en 1935, légitime l’initiative en ces termes : « On peut dire sans exagérer que le seul grand art propre au xxe siècle est pratiquement inconnu du public américain le plus apte à l’apprécier4 ». Henri Langlois imagine la Cinémathèque française en 1936, tandis que le cinéma est largement mobilisé à l’exposition de 1937, particulièrement au service du Palais de la découverte5. De ces constats et des initiatives institutionnelles, spécialement muséographiques, qui en découlaient, est née, dans l’entre-deux-guerres, une grande partie de la question qui nous intéresse ici.

  • 6 Cohen (Évelyne) & Goetschel (Pascale). 2009. « Le Forum des images : Un espace dédié au cinéma et à (...)
  • 7 Rancière (Jacques). 2004. Malaise dans l’esthétique. Paris : Galilée, p. 34.

3Les difficultés que soulevait Paul Valéry du point de vue de la réflexion esthétique, même si elles ne seraient plus posées dans les mêmes termes, demeurent en face des ambitions de concrétiser des projections éphémères à l’état d’expôt ou de pièce de collection. Comment faire voir l’invention et ses processus auprès de la pellicule qui se déroule ? La cinémathèque propose une solution, dont les similitudes avec la bibliothèque, voire avec la réserve visitable de musée, ne sont pas minces. Il y a une génération, le poète Pierre Emmanuel, devenu un professionnel de l’audiovisuel – il fut président de l’Institut national de l’audiovisuel de 1975 à 1979 – avait eu l’idée d’une vidéothèque consacrée à l’archivage et au visionnage de tous les films qui offraient des vues de Paris6. L’ambition faisait peu de cas des limites techniques de l’époque, comme des investissements à consentir, mais les balbutiements de ce programme s’inscrivaient dans une longue suite de réflexions et de projets de palais de l’image et autres lieux promettant un accès aux matériaux cinématographiques et une jouissance de ce type de contenu quasiment inédits. Les revendications de l’esthétique relationnelle seraient ici à évoquer : à leur propos, Jacques Rancière écrivait que « les pratiques de l’art in situ, le déplacement du film dans les formes spatialisées de l’installation muséale, les formes contemporaines de spatialisation de la musique ou les pratiques actuelles du théâtre et de la danse vont dans le même sens : celui d’une déspécification des instruments, matériaux ou dispositifs propres aux différents arts, de la convergence vers une même idée et pratique de l’art comme manière d’occuper un lieu où se redistribuent les rapports entre les corps, les images, les espaces et les temps7 ».

  • 8 Becker (Howard). 2006 [1982]. Les Mondes de l’art. Paris : Flammarion (Champs).

4À l’évidence, davantage que bien d’autres productions culturelles, et notamment que la littérature dont Valéry imaginait in petto la fabrication comme une tâche solitaire, le cinéma illustre par excellence la thèse de la sociologie des œuvres comme autant de mondes de l’art, et il importe de plus en plus aux musées d’en rendre compte ainsi8. Les musées du cinéma et assimilés ne sont à cet égard pas si différents de ceux de la littérature, que l’on a déjà étudiés dans la revue – même si certains évoquent davantage, à l’occasion, la culture des médias et des divertissements populaires. Les musées de stars, ou de blockbusters, accumulent ainsi props, répliques, décors et costumes, dans une démarche qui va jusqu’à pasticher les tournages, ou à vouloir faire entrer le visiteur dans l’illusion. Les approches immersives, souvent commerciales, caractérisent des établissements qui se distinguent aisément des musées de la cinéphilie, ou bien des musées techniques, où le catalogue des appareils vaut à lui seul.

  • 9 Mandrou (Robert). 2022. Histoire et cinéma, édité par Dimitri Vezyroglou. Paris : Éditions de la So (...)
  • 10 Noordegraaf (Julia), Saba (Cosetta), Le Maître (Barbara) & Hediger (Vinzenz) (dir.). 2013. Preservi (...)

5L’accès aux films, qui requiert leur conservation et leur exploitation en mobilisant un travail d’archivage, la nouvelle vie qui leur est donnée dans des conditions souvent inédites, les modalités qui entourent leur exposition éventuelle, toutes ces préoccupations dessinent un champ d’intérêt particulièrement fécond, qui recoupe celui des études cinématographiques. Qu’il suffise ici de rappeler au cours des décennies 1960-1970 les publications d’Edgar Morin sur les imaginaires collectifs et leurs figures de stars, et celles des premiers tenants d’une histoire totale du cinéma, soucieux de compter les salles et la distribution des copies autant que le nombre des spectateurs9. Les études sur la patrimonialisation du cinéma et plus généralement sur ses muséalisations dans leurs formes diverses sont apparues plus tard, comme le montre la parution, voilà une douzaine d’années, d’un manuel coécrit par les deux éditrices de ce numéro – parmi d’autres10. La mesure de l’édition, au sens anglo-saxon, du patrimoine du cinéma passe alors par l’étude des programmations de musées, celle des cycles de projection, mais aussi par celle des lieux spécifiques, parfois spectaculaires ou mémoriels, qui s’y consacrent. Les enjeux nationaux, coloniaux, comme les dimensions disciplinaires sont alors souvent déterminants, et les différents articles réunis ici s’attachent à en décrire et à en expliciter les aspects.

  • 11 Bullot (Érik), Dalle Vacche (Angela), Michaud (Philippe-Alain) & Joubert-Laurencin (Hervé). 2011. « (...)
  • 12 Jeanneret (Yves) & Le Marec (Joëlle). 2016. « Musée et cinéma, une politique de l’attention : Sur N (...)

6La présence des musées au cinéma – les musées, réels ou fictifs, ont en effet occupé très tôt les écrans – a déjà fait l’objet de nombreux travaux, souvent consacrés à des approches d’histoire de l’art, mais des aspects plus triviaux ne sont pas moins révélateurs11. En s’en tenant aux études muséales, l’altercation mise en scène sur le mode du thriller dans la superproduction cinématographique Black Panther, en 2018, a suscité de nombreux commentaires. Le poids d’un film à succès sur la représentation mondiale d’un musée, en l’occurrence le supposé British Museum, n’est pas lié au souci de véracité – les documentaires consacrés aux musées par différents réalisateurs de grand talent ont à cet égard des mérites très supérieurs et font état d’enjeux infiniment plus intéressants, comme on l’avait montré ici naguère12. Mais, qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, le film grand public joue un rôle en matière d’opinion sur les musées, et c’est aussi l’un des aspects à considérer aujourd’hui au sein de la culture pop.

Haut de page

Notes

1 Régnier (Marie-Clémence). 2020. « Le Musée de la littérature de 1937, lieu de transmission de l’histoire littéraire ». Revue d’histoire littéraire de la France, 120(2), p. 451-472.

2 La revue Itinéraires a déjà évoqué ce texte avec Aurélie Mouton-Rezzouk et Bérengère Voisin : Mouton-Rezzouk (Aurélie) & Voisin (Bérengère). 2022. « Des lieux, des publics, des dispositifs, des communautés pour expérimenter aujourd’hui les émotions littéraires ». Itinéraires, 2022-1, DOI : https://doi.org/10.4000/itineraires.12443 [consulté le 22 janvier 2024].

3 Valéry (Paul). 1938. « Préface », p. 9-10 in Julien Cain, Ébauches et premiers éléments d’un musée de la littérature. Exposition internationale des arts et techniques, à Paris, 1937. Paris : Denoël.

4 Cité dans Wasson (Haidee). 2005. Museum Movies: The Museum of Modern Art and the Birth of Art Cinema. Los Angeles : University of California Press, p. 105.

5 Riou (Florence). 2011. « Le Cinéma, ou comment raconter la science au Palais de la découverte en 1937 ». Culture & Musées, 18, p. 129-149, en ligne : https://www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2011_num_18_1_1631 [consulté le 22 janvier 2024] ; et id. 2009. « Le Cinéma à l’Exposition internationale de 1937 : Un média au service de la recherche scientifique ». 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 58, p. 30-55, DOI : https://doi.org/10.4000/1895.3956 [consulté le 22 janvier 2024].

6 Cohen (Évelyne) & Goetschel (Pascale). 2009. « Le Forum des images : Un espace dédié au cinéma et à Paris ». Sociétés & Représentations, 28, p. 187-195, DOI : https://doi.org/10.3917/sr.028.0187 [consulté le 22 janvier 2024].

7 Rancière (Jacques). 2004. Malaise dans l’esthétique. Paris : Galilée, p. 34.

8 Becker (Howard). 2006 [1982]. Les Mondes de l’art. Paris : Flammarion (Champs).

9 Mandrou (Robert). 2022. Histoire et cinéma, édité par Dimitri Vezyroglou. Paris : Éditions de la Sorbonne.

10 Noordegraaf (Julia), Saba (Cosetta), Le Maître (Barbara) & Hediger (Vinzenz) (dir.). 2013. Preserving and Exhibiting Media Art: Challenges and Perspectives. Amsterdam : Amsterdam University Press.

11 Bullot (Érik), Dalle Vacche (Angela), Michaud (Philippe-Alain) & Joubert-Laurencin (Hervé). 2011. « Cinéma et musée : Nouvelles temporalités ». Perspective, 1, p. 523-533, DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.1021 [consulté le 22 janvier 2024].

12 Jeanneret (Yves) & Le Marec (Joëlle). 2016. « Musée et cinéma, une politique de l’attention : Sur National Gallery de Frederick Wiseman ». Culture & Musées : Muséologie et recherches sur la culture, 28, p. 93-115, DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.827 [consulté le 22 janvier 2024].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot, « Éditorial »Culture & Musées, 43 | 2024, 8-11.

Référence électronique

Dominique Poulot, « Éditorial »Culture & Musées [En ligne], 43 | 2024, mis en ligne le 15 mai 2024, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/11260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11rac

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search