Navigation – Plan du site

Les musées de femmes : De nouvelles propositions autour du genre et du rôle social du musée

Women’s Museums: New Propositions around Gender and Social Role of Museum
Museos de mujeres : Nuevas propuestas en torno al género y el papel social del museo
Julie Botte
p. 51-71

Résumés

Dans le monde entier, des groupes de femmes se sont approprié le musée pour en faire un instrument de valorisation, d’expression et de sensibilisation. En se présentant sous cet angle, les musées de femmes poursuivent un double objectif : d’une part, celui d’interpeller le « genre » du musée, en soulignant que ce dernier ne valorise le plus souvent qu’une partie du patrimoine de l’humanité et en préservant plus particulièrement le patrimoine des femmes, d’autre part, celui d’œuvrer pour les droits des femmes et le développement de la société. Les musées de femmes s’inscrivent-ils dans une tendance commune et constituent-ils une catégorie muséale singulière plaçant les femmes au cœur de leurs préoccupations ? Des dissemblances existent-elles entre leurs actions ? Cette enquête tente d’esquisser une typologie des musées de femmes afin d’appréhender le phénomène de manière nuancée tout en cherchant à comprendre comment ils mettent en œuvre leurs convictions.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras clave:

mujeres, museo, género, patrimonio, social
Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le : 2 décembre 2017
Version révisée reçue le : 23 juin 2017
Article accepté pour publication le : 27 juin 2017

Texte intégral

  • 1 Le phénomène étant international, le terme « women’s museum » et la langue anglaise sont privilégié (...)

1Bien qu’ils constituent une configuration muséale originale, récente et en cours de développement, les musées de femmes1 s’inscrivent dans un champ de pensée et de propositions plus vaste.

2L’apparition de ces espaces institutionnels est étroitement liée aux mouvements d’émancipation et aux critiques féministes concernant la marginalisation des femmes dans les instances officielles.

3Dans le monde entier, des groupes de femmes se sont approprié le musée pour en faire un instrument de valorisation, d’expression et de sensibilisation. En se présentant sous cet angle, les musées de femmes poursuivent un double objectif : d’une part, celui d’interpeller le « genre » du musée, en soulignant que ce dernier ne valorise le plus souvent qu’une partie du patrimoine de l’humanité et en préservant plus particulièrement le patrimoine des femmes, d’autre part, celui d’œuvrer pour les droits des femmes et le développement de la société. Leur dessein dépasse ainsi amplement l’enceinte du musée : ils souhaitent à la fois influer sur les institutions et sur les conditions de vie des femmes. Leur réflexion sur le rôle social du musée et sur les visiteurs, et plus largement sur la population, les rapproche de la nouvelle muséologie et des musées communautaires. Comme le rappellent Marie-Odile de Bary et Françoise Wasserman : « Le musée ne peut sûrement pas résoudre les problèmes nombreux et complexes des sociétés modernes, mais à côté d’autres agents de développement, il aurait une place importante à occuper. » (de Bary, Desvallées & Wasserman, 1994 : 565). La réponse particulière des musées de femmes face aux discriminations que celles-ci rencontrent dans l’ensemble des domaines de la société constitue une problématique spécifique qui a été peu éclairée par des études scientifiques. La plupart des recherches sur ce sujet ont été réalisées de manière militante, par des acteurs, et principalement des actrices, impliquées dans les musées de femmes ou proches de ceux-ci. Par-delà ces premiers discours se dessine un terrain d’enquête particulier, encore peu analysé, dont cet article a pour ambition de présenter une première exploration. Les musées de femmes s’inscrivent-ils dans une tendance commune et constituent-ils une catégorie muséale singulière plaçant les femmes au cœur de leurs préoccupations ? Des dissemblances existent-elles entre leurs actions ? Nous chercherons à esquisser, à travers cette enquête, une typologie des musées de femmes en nous concentrant sur quelques exemples, afin d’appréhender le phénomène dans ses manifestations les plus diverses, et en cherchant à comprendre comment ils mettent en œuvre leurs convictions.

Les musées de femmes : une nouvelle catégorie muséale ?

  • 2 Enquête menée par She Culture. Il s’agit d’un projet de deux ans, se déroulant d’octobre 2013 à sep (...)
  • 3 L’International Association of Women’s Museums répertorie 79 musées de femmes à travers le monde, d (...)
  • 4 1 personne : 16 % ; 2-5 personnes : 48 % ; 6-10 personnes : 12 % ; 11-20 personnes : 12 % ; plus de (...)

4Les musées de femmes se distinguent des autres démarches institutionnelles, mais une brève analyse fait d’emblée ressortir les dissemblances qui peuvent exister au sein de cette catégorie, comme le démontre une enquête internationale menée en 2013, qui donne un premier aperçu de leur diversité (She Culture Project Group, 2014)2. Ces musées ont surgi progressivement dans des contextes géographiques et historiques bien distincts. Environ quatre-vingts musées peuvent être répertoriés dans tous les continents, auxquels s’ajoutent les initiatives de création en cours.3 La tendance demeure à ce jour principalement occidentale : la plus grande partie des musées se situent en Amérique du Nord, où ils sont au nombre de vingt-neuf, et en Europe, qui en compte vingt-sept, alors que seuls onze musées existent en Asie, trois en Océanie, quatre en Afrique et cinq en Amérique du Sud. Depuis la création du premier musée de ce type en 1945, le National Susan B. Anthony Museum & House, à Rochester aux États-Unis, le phénomène est en expansion, avec des phases d’essoufflement et de reprise. En Europe, le premier musée de femmes, le Frauenmuseum de Bonn en Allemagne, est inauguré en 1981. L’accroissement de leur nombre à partir des années 1980 est en lien avec les changements sociaux importants suscités par les mouvements féministes. La catégorie désigne des musées aux formes très variées : des musées in situ ou virtuels, avec ou sans collections, développant ou non des projets d’exposition hors les murs, mais aussi des moyennes et petites structures, avec des moyens financiers importants ou, au contraire, très faibles. Les musées sont principalement le fruit de l’initiative individuelle d’une femme ou d’un groupe de femmes (ibid. : 15). Ils sont généralement gérés par de petites équipes4 et font appel à des bénévoles (ibid. : 37-38). La plupart sont des structures privées sans but lucratif (ibid. : 18), dont les ressources proviennent de financements publics et privés, de la billetterie, des services commerciaux, des dons et, dans une moindre mesure, du crowdfunding (ibid. : 40). Ce sont en majorité de petites structures, dont seulement 10 % accueillent plus de 36 000 visiteurs, à l’exception de quelques musées de femmes de taille moyenne, comme l’Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art, au Brooklyn Museum à New York, ou la Woman Made Gallery, à Chicago, qui comptent plus de 120 000 entrées par an (ibid. : 34). Certains sont semblables à des musées d’histoire, comme le Kvinnohistoriskt Museum en Suède, ou à des musées d’art, tel le National Museum of Women in the Arts à Washington. Leurs collections peuvent porter sur l’histoire des droits des femmes, la vie des femmes, les coutumes et les traditions, l’artisanat, l’art féministe, l’art contemporain, et même poser des questions relatives à la construction sociale du genre (ibid. : 21). Dans l’ensemble des musées de femmes se trouvent des établissements explorant des champs aussi différents que l’armée (l’United States Army Women’s Museum), l’art (l’International Center for Women Artists en Jordanie), l’enfance (le Girl Museum, musée virtuel américain), ou les sciences aérospatiales (l’International Women’s Air & Space Museum aux États-Unis).

  • 5 À l’occasion du First International Congress of Women’s Museums, en 2008, à Merano, en Italie.
  • 6 Au cours du Fourth International Congress of Women’s Museums de 2012, à Alice Springs, en Australie
  • 7 Traduit par l’auteure : « Women’s Museums are diverse ; they reflect political, cultural, artistic, (...)

5Malgré leur diversité, les musées de femmes partagent un projet muséal spécifique et se rejoignent dans leurs objectifs (She Culture Project Group, 2015) qui les différencient des autres musées. Ces musées ont longtemps évolué indépendamment les uns des autres. La création d’un réseau professionnel pour remédier à leur dispersion et leur manque de dialogue s’est faite assez tardivement et n’en regroupe actuellement qu’une partie. Le Network of Women’s Museums 0womeninmuseum), créé en 20085 et devenu l’International Association of Women’s Museums en 20126, s’est accordé sur une définition lors de sa première conférence internationale : « Les musées de femmes sont divers ; ils reflètent les rôles et les situations politiques, culturelles, artistiques, économiques et sociales des femmes dans le passé et le présent. Ils préservent et encouragent les pratiques culturelles des femmes, dissipent les préjugés et contribuent au respect des femmes et des droits humains. Ils sont le miroir de la société et aussi du changement du monde7. » La préservation du patrimoine des femmes est clairement intégrée à une dynamique plus vaste de défense de leurs droits et de développement de la société. L’engagement féministe et le rôle social de l’institution déterminent l’existence des musées de femmes et ont une influence sur leurs missions de préservation, de recherche et de communication. Le musée est perçu comme porteur d’une fonction citoyenne et comme outil d’analyse critique, de sensibilisation et d’éducation. Les musées de femmes se présentent comme des institutions engagées : les valeurs d’égalité, de tolérance et de liberté sont à la source de leurs actions et les amènent à se faire les porte-paroles des exclus, des marginalisés et des minorités. Le musée devient, dans ce contexte, porteur des revendications d’une communauté et acteur d’un changement social. Des personnes investissent l’institution pour défendre des convictions et affirmer des revendications, ce qui les place au cœur des problématiques sociales actuelles. Si leur proposition est inédite, les musées de femmes s’inscrivent bien sûr dans un panorama plus ample de réflexions sur le genre et sur le rôle social du musée. D’autres espaces institutionnels dédiés aux femmes existent aux États-Unis, pays dans lequel les women’s museums sont apparus dès le milieu des années 1940, tels que les halls of fame, les museums honoring exceptional women, les memorials to women et les shrines to women (Danilov, 2005). Plus largement, les musées de femmes rappellent en certains points d’autres initiatives institutionnelles consacrées à la promotion de communautés discriminées en raison, notamment, de leur orientation sexuelle ou de leur origine. Bien qu’ils fassent écho à d’autres musées et qu’ils s’insèrent pleinement dans la tendance plus vaste des musées communautaires et de la nouvelle muséologie, ils peuvent être considérés comme une nouvelle catégorie dans le paysage muséal du fait de leur projet en faveur des femmes. Toutefois, l’ampleur de leur dessein, déployé sur une échelle internationale, pose la question de la pertinence de consacrer leur propos aux femmes. Si ces dernières représentent la moitié du genre humain, elles ne sont ni une communauté, ni une minorité, ni même véritablement un groupe d’individus étant donné leur nombre et leurs dissemblances. L’étendue de cet ensemble, d’une grande complexité car d’une grande diversité, n’empêche-t-elle pas toute tentative d’analyse ou d’action ? Les musées de femmes ne s’exposent-ils donc pas au risque de la généralisation, sans prise en compte de la multiplicité des identités possibles, des appartenances et des contextes ? En incarnant d’une certaine manière la non-mixité, ne poursuivent-ils pas purement et simplement leur exclusion et leur mise à l’écart ? Face à la complexité du discours et du positionnement de ces musées, comment se prémunir des critiques qui leur sont régulièrement adressées sur l’essentialisme, les généralités et la marginalisation ?

6L’exploration de la diversité du phénomène des musées de femmes pourrait être établie à partir de plusieurs perspectives, soit d’un point de vue historique et géographique, pour étudier leur développement dans le temps et dans l’espace, soit d’un point de vue formel, à partir de leur collection ou de leur dimension. Néanmoins, après ce premier tour d’horizon, il nous paraît essentiel de souligner la façon dont ils donnent forme à leurs idéaux dans la pratique muséale. En ce sens, les quatre types suivants peuvent être distingués, non de manière exhaustive, mais dans le but de parcourir plus facilement la multiplicité des réponses offertes par ces musées. Le premier type se déploie autour de la fonction de préservation, en œuvrant à la légitimation et à la visibilité d’un patrimoine artistique des femmes. Les autres types s’organisent autour de la fonction de communication : l’un, en donnant la parole aux femmes dans un discours muséal participatif dont la portée est élargie à une échelle internationale ; l’autre, en menant des actions en direction de femmes appartenant à des minorités marginalisées ; et le dernier, en se saisissant du musée pour en faire un lieu de mémoire, d’hommage et de défense des droits des femmes.

Reconnaître le patrimoine des femmes

7Au sein de cette typologie, le National Museum of Women in the Arts (NMWA) de Washington incarne le premier type d’établissement. Ce musée concentre son action sur la conservation et la valorisation des œuvres des artistes femmes. L’enjeu du musée est de légitimer le patrimoine artistique des femmes en leur donnant une visibilité et une reconnaissance dans l’espace muséal. Il se focalise sur la problématique de leur réception par les instances officielles et de leur marginalisation en s’emparant de la structure muséale comme lieu de pouvoir institutionnel ayant une portée politique et légitime. Le cas spécifique des collections artistiques, auxquelles le National Museum of Women in the Arts est dédié, amène à s’intéresser plus largement à la préservation du patrimoine des femmes. Leur absence révèle que le patrimoine considéré comme étant celui de l’humanité ne représente en réalité que la moitié du genre humain. Les rapports de domination entre les sexes ont ainsi un impact sur la définition du patrimoine. L’exclusion des femmes du patrimoine jugé digne d’être préservé, montré et transmis aux générations futures en tant que témoignages remarquables de l’histoire de l’humanité, pose la question de la sélection et de la valeur. Leur reconsidération est possible grâce à une redéfinition du patrimoine plus inclusive, prenant en compte le contexte historique et social de création et de réception des objets. La sauvegarde de leur patrimoine est essentielle car elle concourt à leur inclusion dans la mémoire collective, à la reconnaissance de leur valeur, de leur histoire et de leur place dans l’espace public. Le musée participe ainsi à institutionnaliser les efforts pour donner du pouvoir aux femmes et promouvoir l’égalité des sexes.

  • 8 Traduit par l’auteure : « The National Museum of Women in the Arts brings recognition to the achiev (...)
  • 9 Meret Oppenheim : Tender Friendships, 26 avril-14 septembre 2014 ; Total Art : Contemporary Video, (...)

8Ouvert au public en 1987, le National Museum of Women in the Arts peut être considéré comme l’un des musées de femmes ayant la plus grande envergure en ce qui concerne sa collection et ses moyens financiers. La collection d’œuvres d’artistes femmes réunie par sa fondatrice, Wilhelmina Cole Holladay, se trouve à l’origine du musée. Outre le don de sa collection, elle a également recherché activement les financements nécessaires à sa création et à son fonctionnement. La solution retenue a été d’édifier un nouveau musée, dans le sens d’un lieu officiel d’affirmation du beau et de légitimation des œuvres, avec une architecture imposante et situé au cœur d’une ville de pouvoir. Ce musée donne une grande visibilité aux créations des femmes. La portée symbolique de l’institution est utilisée dans le but de les promouvoir et de les mettre en lumière. L’ambition du musée est ainsi définie : « Le National Museum of Women in the Arts apporte une reconnaissance aux réalisations des artistes femmes de toutes les époques et nationalités en exposant, préservant, acquérant, et en effectuant des recherches sur l’art produit par des femmes et en éduquant le public à leurs productions8. » Afin d’accomplir ses missions, le musée conserve et enrichit une collection permanente, organise des expositions temporaires, gère une bibliothèque et un centre de recherche, publie des ouvrages, organise des programmes éducatifs, des événements culturels et héberge une librairie ; toutes ces activités concernant uniquement les artistes femmes. Le musée a développé une politique importante d’expositions temporaires : aux rétrospectives consacrées à une artiste, comme Meret Oppenheim : douces amitiés, s’ajoutent des expositions sur des techniques artistiques telles que l’art vidéo, Art total : vidéo contemporaine, le design, Nord branché : femmes designers en vogue, mais aussi les arts traditionnels, « Le travail à la main » : travail invisible et quilts historiques. Des œuvres provenant de collections renommées ont été présentées, portant un nouveau regard sur les collections permanentes de grandes institutions, comme Des royalistes aux romantiques : artistes femmes du Louvre, de Versailles et d’autres collections nationales françaises ou Une collection impériale : artistes femmes du musée de l’Hermitage. D’autres expositions se sont concentrées sur des productions artistiques issues d’aires géographiques ayant peu de visibilité dans les musées occidentaux, Un rêve... mais pas le vôtre : art contemporain en Turquie ou Pays des merveilles : peintures aborigènes australiennes. Une place est également accordée aux représentations, aux conditions de création des femmes et aux revendications féministes, Modèles : identité féminine dans la photographie américaine ou Portraits defemmes par des femmes, Les Guerrilla Girls répondent ou WACK ! L’art et la révolution féministe9.

  • 10 Selon le début de l’intitulé de l’intervention de Griselda Pollock, « Le Musée à moitié vide : Visi (...)

9Bien que le National Museum of Women in the Arts se présente comme un musée d’art classique, sa finalité l’en différencie. Au premier abord, il ne semble pas remettre en question la structure traditionnelle du musée qui s’organise autour des œuvres d’art, des collections, du bâtiment et du public : il reprend le modèle du musée d’art occidental, sa définition des beaux-arts et le discours canonique de l’histoire de l’art. Cependant, il est uniquement consacré aux œuvres des artistes femmes. Cette exclusivité du musée met en évidence la présence marginale des femmes au sein des autres musées d’art. En ne donnant à voir que des artistes femmes, le National Museum of Women in the Arts procède à une inversion radicale de la situation qui peut être constatée dans d’autres musées. En contradiction avec ces derniers, qui affirment exposer une création artistique universelle et représentative, ce musée de femmes sous-entend que les autres institutions seraient plutôt des musées d’hommes en dénonçant leurs collections presque exclusivement masculines, centrées sur l’homme occidental, blanc et hétérosexuel. Le National Museum of Women in the Arts dénonce le « musée à moitié vide10 », selon l’expression consacrée de l’historienne d’art Griselda Pollock, et tente de « rendre visible ce qui demeure encore invisible » (Vinson, 2007 : 5) dans les autres musées d’art. Pour relever leur absence du récit historique, le musée écrit une histoire de l’art des artistes femmes. Cette démarche visant à mettre en lumière des artistes importantes le rapproche de musées monographiques tels que le Georgia O’Keeffe Museum à Santa Fe au Nouveau Mexique ou le Barbara Hepworth Museum and Sculpture Garden à St Ives en Grande-Bretagne. Les modèles de femmes qui ont excellé dans des domaines artistiques ou intellectuels contribuent à changer les mentalités, à lutter contre les préjugés discriminants et à ouvrir de nouvelles voies. Un des risques de créer un musée de femmes illustres est toutefois celui de mettre en avant l’idée d’exceptions, de femmes brillantes qui seraient apparues à de rares moments et ne surgiraient que ponctuellement à l’avenir. Une distinction s’instaure implicitement dès lors entre les femmes célèbres et les femmes dans la vie quotidienne qui auraient moins de valeur et dont l’histoire ne serait pas digne d’être préservée.

Rendre la parole aux femmes

10L’International Museum of Women (IMOW), basé à San Francisco, représente un autre type de musée de femmes dans lequel la parole est donnée aux femmes qui sont, cette fois-ci, entendues dans toute leur diversité et invitées à participer activement à l’élaboration des contenus d’expositions en ligne. Partant de cas individuels, le propos est élargi à l’ensemble des femmes et à l’international, qu’elles soient illustres ou anonymes, en intégrant leurs paroles et leurs œuvres à des problématiques humanitaires globales. Le musée n’oriente pas son champ d’action sur un domaine ou sur quelques figures féminines mais sur des questions sociales et sur les réponses variées que les femmes peuvent y apporter. En défendant un discours muséal participatif, sa finalité est de les valoriser et de promouvoir leurs droits.

  • 11 Traduit par l’auteure : « The International Museum of Women (the Museum, Organization, or IMOW), ba (...)
  • 12 Imagining Equality : Your Voices on Women’s Human Rights, 2014 ; IGNITE : Women Fueling Science and (...)
  • 13 Amnesty International. 2016. Burkina Faso. Une exposition photo présente le combat des femmes et de (...)

11L’International Museum of Women est une organisation privée sans but lucratif, financée par des dons privés, des entreprises, des fondations privées et des subventions gouvernementales (Offen & Colton, 2007 : 25). Fusionné en 2014 avec le Global Fund for Women, son projet est de changer les conditions de vie des femmes en « œuvrant pour transformer les systèmes, les économies et les cultures » (International Women’s Museums Conference, 2016 : 42). Ses objectifs sont définis comme tels : « [Le musée] a pour mission d’encourager la créativité, la sensibilisation et l’action sur les questions mondiales essentielles pour les femmes. La mission est effectuée grâce à des expositions en ligne utilisant la technologie de pointe, des partenariats stratégiques avec les médias et avec d’autres groupes défendant les droits des femmes, et des événements et des installations dans des pays à travers le monde. La programmation du musée se concentre sur les questions contemporaines relatives aux droits des femmes et donne la possibilité à un public mondial de s’engager et d’agir sur ces questions11. » (IMOW Financial Statements : 5.) Les expositions abordent des thématiques spécifiques aux femmes, comme leurs droits ou la maternité, Imagining Equality : Your Voices on Women’s Human Rights ou MAMA : Motherhood Around the Globe, mais aussi des domaines dans lesquels leurs voix sont peu entendues et dont elles sont souvent exclues, comme l’économie, Economica : Women and the Global Economy, la politique, Women, Power and Politics, les sciences et la technologie, IGNITE : Women Fueling Science and Technology, ou la religion, Muslima : Muslim Women’s Art and Voices12. L’International Museum of Women se considère comme un musée de changement social. Son fonctionnement peut ainsi rappeler celui d’une association, comme Amnesty International, qui propose une action à l’échelle mondiale avec une visée humanitaire. L’engagement social et politique du musée, clairement affirmé, rend d’ailleurs assez imprécises ses frontières avec une structure associative. Le musée se déploie principalement en ligne, avec des expositions d’œuvres en format numérique, et organise également des expositions in situ à travers le monde. Le choix de se développer en ligne résulte de la volonté de toucher les jeunes générations de femmes et de donner une portée mondiale aux valeurs que le musée défend. Par son absence de structure architecturale et de collection, le musée est complètement dématérialisé. En développant ses actions sous forme d’événements temporaires, en ligne ou dans des espaces physiques investis le temps d’une exposition, l’International Museum of Women questionne la définition traditionnelle du musée. Sa raison d’être repose sur l’implication des femmes, issues de divers horizons, autour d’un projet les concernant directement et conçu pour ne laisser in fine de traces qu’auprès des individus, en les valorisant, les sensibilisant et les encourageant à agir. L’objectif des expositions est avant tout d’être des lieux d’expression sur des questions actuelles et « d’amplifier les voix des femmes » (Offen & Colton, 2007 : 19). Les commissaires, les artistes et les participantes viennent de différents pays. Le propos est construit à partir des paroles et des œuvres des femmes. Dans l’exposition Imaginer l’égalité : vos voix sur les droits des femmes, par exemple, les contenus sont organisés autour de cinq thèmes principaux : corps, pouvoir, identité, violence et grandir. Le rôle du musée est d’encadrer et d’ordonner la multiplicité de ces récits de femmes, afin de les inclure dans un discours muséal plus large qui ne ferait plus l’économie des voix plurielles et des nuances. Les expositions mises en place peuvent être comparées, par exemple, à celle organisée par Amnesty International au Burkina Faso13 racontant la vie et le combat de femmes contre les violences autour de douze portraits photographiques : les portraits redonnant aux femmes leur humanité et montrant la diversité de leurs parcours de vie. À l’image de cette exposition, l’International Museum of Women donne une place de première importance aux témoignages car ils permettent de placer la personne au cœur du discours et préservent la singularité des expériences en croisant les regards autour d’une même question. Les témoignages des femmes, écrits ou visuels, leur donnent successivement la parole et mettent en avant la multiplicité de leurs opinions et de leurs situations. En cela, ces expositions montrent une image des femmes en contradiction avec des préjugés réducteurs.

Valoriser les femmes des minorités ethniques

12Aux côtés de ceux qui ont une portée internationale, se trouvent d’autres musées de femmes qui s’ancrent davantage dans leur environnement local et s’adaptent aux besoins d’une communauté. Les actions sont orientées vers un territoire de proximité et visent à l’insertion locale du musée et à l’implication de la population. L’idéal d’inclusion et de non-discrimination amène les musées à se tourner vers les femmes des classes et milieux défavorisés.

13Consacré aux Vietnamiennes, le Vietnam Women’s Museum (VWM) d’Hanoï est emblématique de cette autre catégorie car il s’intéresse plus particulièrement aux femmes des minorités ethniques. Le musée a été fondé en 1987 sur une décision du gouvernement de la République socialiste du Vietnam et il a ouvert ses portes au public en 1995. Il se présente comme un musée culturel et historique sur le genre et un centre scientifique de recherche sur les femmes vietnamiennes (Thi Tuyet, 2007 : 70). Le rôle du musée est de sensibiliser à l’égalité des sexes auprès des femmes elles-mêmes en suscitant une prise de conscience de leurs droits, et plus largement auprès de la communauté, des décideurs politiques, mais également des étrangers, en faisant connaître l’histoire et la culture des Vietnamiennes (ibid. : 78). À partir d’une position idéale au centre de la capitale, le musée souhaite étendre sa portée à l’ensemble du Vietnam. Il conçoit de ce fait des projets à destination de personnes défavorisées habitant des zones rurales reculées et appartenant à des communautés marginalisées du point de vue géographique et social (ibid. : 76). Les femmes des minorités ethniques sont victimes d’une double exclusion, en raison de leur sexe et de leur appartenance culturelle. Le musée œuvre ainsi à la fois pour l’égalité des sexes dans les différents milieux sociaux et pour la lutte contre les discriminations ethniques. Le musée s’est donné comme ambition de s’adresser à toutes les femmes, sans conditions de classe sociale, de niveau d’études ou de lieu de vie. Il se déploie hors les murs afin de sensibiliser à l’égalité des sexes auprès des populations éloignées. Le musée réalise notamment des expositions itinérantes en collaboration avec la communauté locale et à partir de leurs attentes (ibid. : 76). Des études sur le terrain ont été menées par l’institution afin de cerner plus précisément la place des femmes dans les communautés rurales et d’entreprendre des initiatives adaptées à leur situation. Il est apparu qu’elles sont traditionnellement cantonnées aux travaux domestiques et participent moins à la vie sociale et économique que les hommes. Elles ne reçoivent pas non plus la même éducation, étant parfois illettrées, ce qui freine fortement leur émancipation. Le musée essaie également de préserver et de valoriser les savoir-faire traditionnels des femmes des groupes ethniques. Il leur procure notamment un espace d’exposition et de vente pour leurs textiles et produits manufacturés (ibid. : 77). Cela participe à la reconnaissance de leur travail, en lui donnant une visibilité élargie, au-delà de l’espace privé, et une valeur financière, valorisante pour les femmes en tant qu’individus et pour leur ethnie. La vente de leurs produits, contribuant aux revenus du foyer, leur procure une place mieux reconnue au sein du noyau familial et de la communauté. De plus, cette activité économique prend part à la préservation du patrimoine immatériel des minorités ethniques et à la valorisation de la pratique féminine du tissage.

De l’activisme politique : la lutte contre les violences

14Un autre type de musée se positionne de manière plus forte encore en ce qui concerne les violences faites aux femmes. Le Women’s Active Museum on War and Peace (WAM) à Tokyo incarne ce dernier type. À la fin de sa vie, Matsui Yayori, journaliste et activiste pour les droits des femmes, a créé ce musée en 2002 afin que son action militante soit poursuivie après son décès. Si certains musées de femmes sont proches des territoires dans lesquels ils sont implantés, leurs valeurs les portent inévitablement vers un projet humanitaire plus vaste qui dépasse les frontières géographiques et communautaires. Dans ce contexte, le musée peut devenir un lieu de mémoire, de justice, d’action et de lutte, mais aussi un site promouvant l’égalité des sexes, la paix et le développement de la société.

15Les femmes ont joué des rôles importants en tant que civiles et militaires en période de guerre ; pourtant l’armée renvoie traditionnellement à des valeurs masculines, de virilité et de force, situées aux antipodes de la notion de féminité. Des musées de femmes s’apparentant à des musées d’histoire, tels que l’United States Army Women’s Museum à Fort Lee en Virginie, et le Women’s Civil War Museum à Bardstown dans le Kentucky, questionnent la place donnée dans le récit historique aux femmes lors des conflits armés et tentent de pallier leur absence en rendant hommage à leurs contributions. Bien qu’il développe son propos autour de la thématique des femmes et de la guerre, le Women’s Active Museum on War and Peace adopte toutefois un angle d’approche très différent par rapport à ces deux musées. Davantage centré sur les violences sexuelles à l’encontre des femmes en temps de guerre (International Women’s Museums Conference, 2016 : 55), il œuvre en particulier à une meilleure reconnaissance de l’esclavagisme sexuel mis en place par l’armée japonaise jusqu’en 1945 en Asie et dans le Pacifique. Le Women’s Active Museum on War and Peace rapporte des faits historiques relatifs aux crimes sexuels et se positionne comme un espace de mémoire et de reconnaissance des violences commises. La reconstitution des événements historiques est accompagnée d’une volonté de briser le silence, de lutter contre l’oubli et de rendre hommage aux victimes. La partie de l’histoire racontée par le musée a été longtemps niée et contestée car le sujet était extrêmement sensible au Japon. La position du musée allait donc à l’encontre des discours officiels. Le Women’s Active Museum on War and Peace dénonce les dérives de l’armée japonaise et, notamment, l’élaboration par les instances de pouvoir d’un système d’asservissement. En d’autres termes, une violence sexuelle érigée en système et non le fait de dérapages isolés ; un problème qui rejoint des enjeux géopolitiques entre les pays asiatiques étant donné que les violences ont été commises dans des territoires conquis. L’accès aux sources est donc complexe. Face à ces lacunes, le musée recueille les témoignages des survivantes avant qu’elles ne disparaissent. Les rescapées ont mis du temps pour parler et il a fallu attendre les années 1990 pour qu’elles soient écoutées (Women’s Active Museum on War and Peace : 2016). La démarche historique de reconstitution d’archives pour documenter les faits est doublée d’un activisme politique. Le musée est perçu comme un lieu de mémoire des crimes de guerre et des atrocités, mais il est aussi le porte-parole des victimes. Il lutte contre l’impunité et pour que la justice soit appliquée sans discriminations (ibid.). Si le musée est tourné vers des événements passés, il est également une institution porteuse de valeurs humanistes, au service de la société et agissant pour construire la paix. À partir de faits historiques, il appelle à la vigilance de toutes et tous concernant les maltraitances perpétrées actuellement. Le Women’s Active Museum on War and Peace lutte ainsi activement, et plus largement, contre les violences opérées à l’encontre des femmes aujourd’hui encore : l’esclavagisme, le viol comme arme de guerre et comme instrument de terreur, ou encore le tourisme sexuel. Il participe également à la création d’un réseau international de solidarité (ibid.) qui constitue un contre-pouvoir indépendant du pouvoir étatique, où des personnalités se regroupent pour œuvrer à un monde sans violence dans le respect des droits des femmes et de la dignité humaine.

Conclusion

16Ce bref essai de typologie vise à dépeindre la très grande pluralité des musées de femmes plutôt que d’en dresser une classification exhaustive et définitive. Ce premier regard porté sur la diversité de leurs projets et structures permet de formuler plusieurs propositions. Tandis que certains établissements reconduisent une image classique du musée d’art et du patrimoine, autour d’une collection d’œuvres et en privilégiant les missions de conservation et d’exposition, d’autres utilisent le musée comme un porte-parole des voix des femmes. D’une échelle locale à une portée plus globale et internationale, les musées de femmes positionnent différemment leur angle d’approche, proposant ainsi chacun des réponses aux discriminations. Alors que le National Museum of Women in the Arts redonne une visibilité aux artistes femmes absentes de l’historiographie et de la muséologie, l’International Museum of Women incarne un lieu d’expression pour des femmes de toutes origines sur des questions contemporaines communes afin d’encourager leur émancipation. Le Vietnam Women’s Museum, quant à lui, se délimite à son territoire géographique et s’intéresse aux femmes des minorités ethniques rurales et marginalisées. Enfin, le Women’s Active Museum on War and Peace participe à la reconnaissance de crimes commis dans le passé et défend activement les droits des femmes afin de construire la paix dans le présent et à l’avenir. Bien qu’ils existent dans des contextes variés et que de multiples orientations possibles se dessinent, ces musées ont en commun d’œuvrer pour la cause des femmes. Leurs projets muséaux coexistent, dialoguant peu mais ne s’opposant pas, car ils participent d’un même phénomène et sont révélateurs des évolutions sociales qui s’opèrent. Leur déploiement à travers le monde révèle la récurrence des inégalités, aussi bien dans le monde occidental qu’ailleurs, et la problématique complexe qui persiste concernant les droits des femmes, malgré des situations politiques, sociales et historiques multiformes. Le développement des musées de femmes témoigne de la priorité de plus en plus grande donnée à l’égalité des sexes, même si elle demeure souvent au niveau des discours officiels et que les changements en profondeur sont longs à se mettre en place. L’impact des musées de femmes est évidemment à nuancer. Leur intention humaniste reste de l’ordre d’un idéal ; néanmoins elle a une influence concrète sur leur projet muséal. Même s’ils ne résolvent pas l’ensemble des problèmes contemporains sur la place des femmes dans la société, ces musées interpellent par leur transcription et leur intégration des problématiques politiques et sociales actuelles à l’espace institutionnel et à ses fonctions de préservation, de recherche et de communication. Malgré leur singularité et le faible nombre de ce groupe au regard de la grande famille des musées, ils ouvrent de nouvelles perspectives et renvoient à des propositions, en cours et à venir, concernant le monde muséal dans son ensemble, entremêlant le patrimoine, l’égalité des sexes et le développement de la société au sein de l’institution.

Haut de page

Bibliographie

Art Institutions and Feminist Politics Now. New York, Museum of Modem Art, 21 mai 2010. Conférence disponible en ligne : <http://www.moma.org/explore/multimedia/videos/248/videos-all>. Consulté le 11 novembre 2017.

Artistes femmes au musée ? Regards actuels. Paris, Louvre, 24 janvier- 9 avril 2014.

Astudillo de Parra (Lucia). 1991. « Ecuador : Looking you in the eye ». Museum International : Focus on Women, 43-3, p. 167-169.

Castellano (Cristina). 2014. « Genre et musées », p. 113-130 in Genre, sexe et égalité : Étude critique de nos rôles sociaux / sous la dir. d’Aline Caillet et Christophe Genin. Paris : L’Harmattan.

Conlan (Anna) & Levin (Amy K.). 2010. « Museum studies texts and museum subtexts », p. 299-309 in Gender, Sexuality and Museums : A Routledge Reader/ sous la dir. d’Amy K. Levin. Oxon : Routledge.

Danilov (Victor J.). 2005. Women and Museums : A Comprehensive Guide. Oxford : AltaMira Press.

De Bary (Marie-Odile), Desvallées (André) & Wasserman (Françoise). 1994. Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie. Mâcon : éditions W, (2).

Deepwell (Katy). 2006. « Feminist Curatorial Strategies and Practices since the 1970s », p. 64-84 in New Museum Theory and Practice : An Introduction / sous la dir. de Janet Marstine & Katy Deepwell. Oxford : Blackwell.

Des musées et des femmes. Paris, musée de l’Armée - Hôtel national des Invalides, 26 janvier 2013. Conférence disponible en ligne : <http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/journee-detudes-2013-2>. Consulté en décembre 2014.

Dumont (Fabienne) & Sofio (Séverine). 2007. « Esquisse d’une épistémologie de la théorisation féministe en art ». Cahiers du genre : Genre, féminisme et valeur de l’art, 43, p. 5-15.

Dumont (Fabienne). 2007. « Théories féministes et questions de genre en histoire de l’art ». Perspective. la revue de l’INH : Genre et histoire de l’art, 4, p. 611-624.

Dumont (Fabienne). 2011. « Approches féministes et pensées queer en Europe ». Perspective. La revue de l’INHA, 1, p. 592-598.

Ferrer (Mathilde) & Michaud (Yves). 1994. Féminisme, art et histoire de l’art. Paris : énsb-a.

Glaser (Jane R.) & Zenetou (Artemis A.). 1994. Gender Perspectives : Essays on Women in Museums. Washington : Smithsonian Institution Press.

Goldman (Paula). 2007. « “Imagining Ourselves” : Cultural Activism for Women Through Technology and New Media ». Museum International : Gender Perspectives on Cultural Heritage and Museums, 59-4, p. 80-87.

Hein (Hilde). 2010. « Looking at Museums from a Feminist Perspective », p. 53-64 in Gender, Sexuality and Museums : A Routledge Reader / sous la dir. d’Amy K. Levin. Oxon : Routledge.

Heller (Nancy G.). 2000. Women Artists, Worksfrom the National Museum of Women in the Arts. New York : Rizzoli International.

Hertz (Ellen). 2002. « Le Matrimoine », p. 153-168 in Le Musée cannibale / sous la dir. de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard & Roland Kaerh. Neuchâtel : MEN.

Higonnet (Anne). 1994. « A New Center : The National Museum of Women in the Arts », p. 250-264 in Museum Culture : Histories, Discourses, Spectacles / sous la dir. de Daniel J. Sherman & Irit Rogoff. Minneapolis : University of Minnesota Press.

Holladay (Wilhemina Cole). 2008. A Museum of their Own, National Museum of Women in the Arts. New York : Abbeville Press.

International Association of Women’s Museums (IAWM). Publication en ligne : <http://iawm.international>. Consulté en octobre 2016.

International Museum of Women, Financial Statements for the Year ended June 30. 2013. Rapport disponible en ligne : <http://imow.org/dynamic/user_files/user_hles_file_name_368.pdf>. Consulté en mars 2015.

International Women’s Museums Conference, Women’s Museums : Centre of Social Memory and Place of Inclusion. Istanbul, SALT Galata - musée d’art moderne, 20-22 octobre 2016. Conférence disponible en ligne : <https://www.facebook.com/IstanbulKadinMuzesi/>. Consulté en octobre 2016. Programme disponible en ligne : <https://inklusionvekadin-muzeleri.wordpress.com/conference/programme/>. Consulté en octobre 2016.

Krasny (Elke). 2013. Women’s :Museum, Curatorial Politics in Feminism, Education, History, and Art. Vienne : Locker.

Lebovici (Élisabeth). 2007. « Pour une histoire de l’art paradoxale ». Perspective. La revue de l’INHA : Genre et histoire de l’art, 4, p. 561-563.

Moghadam (Valentine) & Bagheritari (Manilee). 2007. « Cultures, Conventions, and the Human Rights of Women : Examining the Convention for Safeguarding Intangible Cultural Heritage, and the Declaration on Cultural Diversity ». Museum International : Gender Perspectives on Cultural Heritage and Museums, 59-4, p. 9-18.

Nochlin (Linda). 1993. Femmes, art et pouvoir et autres essais. Nîmes Jacqueline Chambon.

Offen (Karen) & Colton (Elizabeth L.). 2007. « The International Museum of Women ». Museum International : Gender Perspectives on Cultural Heritage and Museums, 59-4, p. 19-25.

Pébay-Clottes (Isabelle), Gilbert (Claude) & Latour (Cécile). 2003. Des femmes, des villes, des musées : Culture, altérité, transmission. Paris : Direction des musées de France.

Pollock (Griselda). 2007. « Des canons et des guerres culturelles ». Cahiers du genre : Genre, féminisme et valeur de l’art, 43, p. 45-67.

Pollock (Griselda). 2007. « Féminisme et histoire de l’art : Débat avec Jacqueline Lichtenstein ». Perspective. La revue de l’INHA : Genre et histoire de l’art, 4, p. 568-584.

Pollock (Griselda). 2007. Encounters in the Virtual Feminist Museum : Time, Space and the Archive. Londres : Routledge.

Porter (Gaby). 2012. « Seeing through Solidity : A Feminist Perspective on Museums » in Museum Studies : An Anthology of Contexts / sous la dir. de Messias Bettina Carbonell. Malden : Wiley Blackwell.

Qu’est-ce que les études de genre font à l’histoire de l’art ? Paris : Institut national d’histoire de l’art (INHA), 16 janvier-22 mai 2014 / Séminaire de recherche organisé par Frédérique Desbuissons, Anne Lafont & Marcella Lista.

Rössler (Mechtild). « Gendered World Heritage ? A review of the implementation of the UNESCO World Heritage Convention (1972) », p. 60-72 in UNESCO. 2014. Gender Equality, Heritage and Creativity.

She Culture Project Group. 2014. Women’s Museums : A Survey. Rapport disponible en ligne : <http://www.she-culture.com/attachments/article/80/Womens%20Museums%20A%20Survey.pdf>. Consulté en décembre 2014.

She Culture Project Group. 2015. Guidelines for Women’s Museums and/ or gender oriented Museums. Rapport disponible en ligne : <http://www.she-culture.com/en/outputs/guidelines-english>. Consulté en octobre 2016.

Sofio (Séverine), Yavuz Perin (Emel) & Molinier (Pascale). 2007. « Les Arts au prisme du genre, la valeur en question ». Cahiers du genre : Genre, féminisme et valeur de l’art, 43, p. 17-43.

Tejero Coni (Graciela). 2007. « Why Create a Museum on Women ? ». Museum International : Gender Perspectives on Cultural Heritage and Museums, 59-4, p. 63-69.

Thi Tuyet (Nguyen). 2007. « The Vietnam Women’s Museum : The Promotion of Women’s Rights to Gender Equality and Gender Issues ». Museum International : Gender Perspectives on Cultural Heritage and Museums, 59-4, p. 70-79.

Trasforini (Maria Antonietta). 2007. « Du génie au talent : Quel genre pour l’artiste ? ». Cahiers du genre : Genre, féminisme et valeur de l’art, 43, p. 113-129.

UNESCO, Hanoï, Vietnam. 2011. Reproducing Gender in Viet Nam’s Museums : A Pilot Study, Final Report. Rapport disponible en ligne : <http://www.unesco.org/new/hleadmin/MULTIMEDIA/HQ/CLT/images/Reproducing-Gender-in-VietNam-Museums_Study.pdf>. Consulté en octobre 2016.

UNESCO. 2014. Gender Equality, Heritage and Creativity. Rapport disponible en ligne : <http://www.uis.unesco.org/Library/Documents/gender-equality-heritage-creativity-culture-20l4-en.pdf>. Consulté en octobre 2016.

Vinson (Isabelle). 2007. « Editorial ». Museum International : Gender Perspectives on Cultural Heritage and Museums, 59-4, p. 4-6.

Women’s Active Museum on War and Peace, site internet institutionnel : <http://wam-peace.org/en/aboutus/five-principles/>. Consulté en octobre 2016.

Haut de page

Notes

1 Le phénomène étant international, le terme « women’s museum » et la langue anglaise sont privilégiés par les professionnels de ces musées lors de leurs échanges ou de leurs publications. Les équivalents dans d’autres langues sont les suivants : « Frauenmuseum » en allemand, « Museo de la Mujer » ou « Museo de las Mujeres » en espagnol, « Museo dette Donne » en italien, « Kvindemuseet » en danois, « Kvinnemuseet » en norvégien, « Kadin Müzesi » en turc. En français, la dénomination « women’s museum » pose problème car elle peut être traduite par « musée de femmes », « musée des femmes », « musée de la femme » ou encore « musées féminins ». Les musées situés dans une communauté francophone utilisent le terme au singulier : musée de la Femme au Canada, musée de la Femme Henriette Bathily au Sénégal et musée de la Femme Muso Kunda au Mali (qui signifie par ailleurs « Du côté des Femmes » dans la langue malienne, les deux appellations du musée ne recouvrant donc pas exactement le même sens). Mais les textes écrits sur le sujet en français, même s’ils sont peu nombreux, emploient l’expression « musées des femmes » au pluriel : cf. Christine Bard (2002) ou Cristina Castellano (2014) par exemple.

2 Enquête menée par She Culture. Il s’agit d’un projet de deux ans, se déroulant d’octobre 2013 à septembre 2013, qui a été lancé par le Culture Programme de 2007-2013 de l’Union européenne et dont l’International Association of Women’s Museums ainsi que plusieurs musées de femmes sont partenaires. 27 musées sur 66 ont répondu aux questionnaires en ligne. 52 % des répondants se situent en Europe, 37 % en Amérique du Nord, 7 % en Asie et 4 % en Australie. Les musées d’Afrique et d’Amérique latine contactés n’ont pas répondu à l’enquête.

3 L’International Association of Women’s Museums répertorie 79 musées de femmes à travers le monde, dont 65 musées physiques et 14 musées en ligne, auxquels s’ajoutent 29 initiatives. Quarante-quatre musées de femmes se trouvent en Europe (dont 15 initiatives), 28 en Amérique du Nord (dont 1 initiative), 10 en Amérique du Sud (dont 5 initiatives), 14 en Asie (dont 3 initiatives), 4 en Océanie (dont 1 initiative) et 7 en Afrique (dont 3 initiatives).

4 1 personne : 16 % ; 2-5 personnes : 48 % ; 6-10 personnes : 12 % ; 11-20 personnes : 12 % ; plus de 20 personnes : 12 %.

5 À l’occasion du First International Congress of Women’s Museums, en 2008, à Merano, en Italie.

6 Au cours du Fourth International Congress of Women’s Museums de 2012, à Alice Springs, en Australie.

7 Traduit par l’auteure : « Women’s Museums are diverse ; they reflect political, cultural, artistic, economic and social roles and situations of women in the past and present. They preserve and generate women’s cultures, remove prejudices and contribute to the respect of women and human rights. They are the mirror of society and also of the changing of the world. » Publication en ligne : http://pioneerwomen.com.au/about/the-museum. Consulté en octobre 2016.

8 Traduit par l’auteure : « The National Museum of Women in the Arts brings recognition to the achievements of women artists of all periods and nationalities by exhibiting, preserving, acquiring, and researching art by women and by teaching the public about their accomplishments. » Publication en ligne : http://nmwa.org/about. Consulté en mars 2015.

9 Meret Oppenheim : Tender Friendships, 26 avril-14 septembre 2014 ; Total Art : Contemporary Video, 6 juin-12 octobre 2014 ; Nordic Cool : Hot Women Designers, 23 avril-12 septembre 2004 ; “Workt by Hand” : Hidden Labor and Historical Quilts, 20 décembre 2013-27 avril 2014 ; Royalists to Romantics : Women Artists from the Louvre, Versailles, and other French National Collections, 24 février-29 juillet 2012 ; An Imperial Collection : Women Artists from the State Hermitage Museum, 14 février-18 juin 2003 ; A Dream... But not Yours : Contemporary Art from Turkey, 12 février-16 mai 2010 ; Lands of Enchantment : Australian Aboriginal Painting, 9 octobre 2009-10 janvier 2010 ; Role Models :Feminine Identity in Contemporary American Photography, 17 août 2008-25 janvier 2009 ; Portraits of Women by Women, 2 septembre-17 décembre 2006 ; The Guerrilla Girls Talk Back, 15 juin-2 octobre 2011 ; WACK! Art and the Feminist Revolution, 21 septembre-16 décembre 2007.

10 Selon le début de l’intitulé de l’intervention de Griselda Pollock, « Le Musée à moitié vide : Vision, invisibilité et inscription de la différence parmi les “vieilles maîtresses” de l’art », 24 janvier 2014, dans le cadre de la conférence Artistes femmes au musée ? Regards actuels, Paris, Louvre, 24 janvier-9 avril 2014.

11 Traduit par l’auteure : « The International Museum of Women (the Museum, Organization, or IMOW), based in San Francisco, California, has a mission to inspire creativity, awareness and action on vital global issues for women. The mission is carried out through online exhibitions utilizing cutting-edge technology, strategic partnerships with media and with other women’s and human rights groups, and events and installations in countries around the world. The museum’s programs focus on contemporary issues of women’s human rights and feature ways for global audiences to engage and take action on those issues. »

12 Imagining Equality : Your Voices on Women’s Human Rights, 2014 ; IGNITE : Women Fueling Science and Technology, 2014 ; MAMA : Motherhood Around the Globe, 2013 ; Muslima : Muslim Women’s Art and Voices, 2013 ; Economica : Women and the Global Economy, 2009 ; Women, Power and Politics, 2008.

13 Amnesty International. 2016. Burkina Faso. Une exposition photo présente le combat des femmes et des filles pour leurs droits. Publication en ligne : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2016/03/burkina-faso-photo-exhibition-highlights-women-and-girls-fight-to-claim-their-rights. Consulté en novembre 2016.

Haut de page

Références

Référence papier

Julie Botte, « Les musées de femmes : De nouvelles propositions autour du genre et du rôle social du musée »Culture & Musées, 30 | 2017, 51-71.

Référence électronique

Julie Botte, « Les musées de femmes : De nouvelles propositions autour du genre et du rôle social du musée »Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1181 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.1181

Haut de page

Auteur

Julie Botte

Julie Botte est doctorante contractuelle à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3 - école doctorale 267 arts et médias - esthétique, science de l’art - UMR 8070 - CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux). Ses recherches portent sur les musées de femmes et sur la façon dont ils lient la préservation du patrimoine des femmes à un engagement social, sur la réception officielle des œuvres des artistes femmes, sur la marginalisation dans les collections et les discours muséaux, et sur le rôle social du musée.
Courriel : julie.botte[at]live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals