Navigation – Plan du site
Travaux et notes de recherche
Notes de recherche

Le Bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée : (en)quête de réception

Sylvia Girel
p. 177-184

Texte intégral

1L’exposition Au Bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée, par ses caractéristiques, le contexte de son inauguration et l’année de sa réalisation a été un objet d’étude particulièrement intéressant pour l’équipe de recherche constituée à l’occasion de Mp20131 : au-delà du thème en lui-même mais aussi de la muséographie et de la scénographie choisies, l’actualité politique et sociale du moment était de nature à influencer la réception, les logiques d’appropriation et d’appréciation des visiteurs. En effet, l’exposition est inaugurée en juin 2013 avec des éléments de contexte particulier : le premier renvoie aux manifestations autour de la loi Taubira et du mariage pour tous, le deuxième à l’introduction des questions autour du genre à l’école, notamment avec la mise en place du dispositif des ABCD de l’égalité par le ministère de l’Éducation nationale, le troisième aux débats soulevés par la reconnaissance d’un troisième genre ou « genre neutre2 ». Dans ce contexte se multiplient des articles de vulgarisation scientifique, presse et médias se saisissent du sujet au travers d’articles et de documentaires3, les discussions familiales et échanges dans le cadre de la vie privée ou professionnelle n’y échappent pas. Autant d’éléments qui ont pour effet de publiciser le thème du genre : ainsi médiatisé, visible et à portée de tous, il devient un objet de discussion et d’attention pour le plus grand nombre.

2Ce contexte jouerait-il en faveur de l’exposition ou, à l’inverse, viendrait-il brouiller les expériences réceptives des visiteurs ? L’exposition susciterait-elle débat, voire polémique, comme l’avait fait en son temps Féminin-Masculin. Le sexe de l’art4 à Paris ? Les horizons d’attente et de réception des publics seraient-ils en adéquation avec les attentes des concepteurs de cette exposition et avec les intentions portées par ce tout nouveau musée de société ?

3C’est pour répondre à ces questions que nous avons proposé une enquête de réception, avec une approche qualitative et ethnographique, des entretiens, des observations participantes tout au long de l’exposition, des discussions informelles avec les agents, les médiateurs du MuCEM, les guides-conférenciers, les responsables du musée. Nous nous sommes aussi appuyés sur une revue de presse détaillée et la lecture de la grande diversité d’avis laissés par les visiteurs sur les livres d’or et les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, forums, etc.).

L’exposition : parti-pris et propositions de scénographie

  • 5 Cf. le Programme muséographique (sous la dir. de Michel Colardelle, avec la collaboration de Claire (...)
  • 6 Après une période d’incertitude et de flottement, c’est en 2009 que le projet de MuCEM est relancé; (...)

4Avant de présenter quelques résultats de nos investigations, revenons rapidement à la genèse de cette exposition. C’est dès 2003, alors que le projet muséal du MuCEM commence à se dessiner plus concrètement, que le sujet du genre émerge : un séminaire d’anthropologie comparative est proposé le 6 juin 2003 à Aix-en-Provence sur le thème « Propositions pour un projet d’exposition Masculin/Féminin » : « L’exposition pourrait montrer comment se jouent ces différences [de genre] et ces hiérarchies dans la diversité des sociétés judéo-chrétiennes et islamiques et dans la diversité des contextes économiques de production. De plus, elle pourrait questionner l’idée d’un traitement du Masculin/Féminin différent dans les sociétés rurales nordiques ou méditerranéennes. » On notera qu’à ce moment-là, cette thématique masculin/féminin devait s’inscrire dans l’une des sections permanentes du musée et figurer comme un parcours de référence5. C’est donc bien avant le contexte spécifique décrit que le MuCEM fait ce choix. En 2009, année de redémarrage et de redéfinition pour le MuCEM6, le projet d’exposition sur le genre est revisité : il n’est plus question de consacrer une section permanente, mais de recentrer la programmation sur des expositions temporaires : l’une d’entre elle sera dédiée au genre. Les thèmes qui avaient été délimités pour une section permanente (« Se marier », « Se rencontrer », « Fabriquer la différence », « Vers l’égalité ? ») laissent la place à ces thématiques : « Mon ventre m’appartient », « Les chemins de l’égalité », « LGBT. Vivre sa différence », « Mon prince viendra », « Chacun son genre ».

5La nature, le statut et l’origine différents des objets présentés7 (objets du quotidien, œuvres d’art, documents, etc.) supposaient de trouver une manière de les organiser qui soit pertinente, mais sans passer par des catégorisations préétablies et « objectivées » (les œuvres classiques d’un côté, les contemporaines d’un autre, les documentaires, les objets courants à part, etc.), ce qui aurait reproduit les conventions des musées des Beaux-arts, d’art contemporain, d’histoire. La mise en scène a, pour ces raisons, été confiée à Didier Faustino, et elle « fait écho à ce parti pris de la diversité, du mélange des genres, du décloisonnement8. Plutôt qu’un inventaire exhaustif ou une lecture chronologique, elle emprunte à la métaphore du marché méditerranéen, le bazar, pour faire l’étalage des multiples façons d’aborder le genre, pour se jouer des catégories établies et bousculer les idées reçues9 ».

6Les responsables du lieu et concepteurs de l’exposition cherchent à innover et à inventer une manière originale d’exposer dans un musée de société et n’esquivent pas l’idée de créer des conditions de réception « à risques », mais qui vont dans le sens d’une transformation des usages et rapports sociaux et esthétiques des individus avec l’institution muséale, d’une diversification des circulations et des formes d’appropriation pour des publics hétérogènes.

Quelques chiffres de fréquentation pour cadrer l’analyse qualitative

  • 10 Données fournies par l’observatoire permanent des publics, MuCEM.
  • 11 Cf. la synthèse sur les musées de Marseille, sur le carnet de recherche Public(s) : http://publics. (...)
  • 12 Cf. p. 14 de l’«Enquête de fréquentation culturelle 2013 – Presse», sources : https://presse.parisi (...)
  • 13 Cf. «Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille : Succès et c (...)

7Avant d’exposer quelques résultats qualitatifs, évoquons tout d’abord quelques chiffres de fréquentation pour avoir une idée de l’impact de cette exposition10 : elle totalise 319 000 visiteurs. Ces chiffres la placent pour Marseille largement au-dessus des chiffres de fréquentation habituels11, et à la hauteur de certaines expositions temporaires parisiennes pour la même année12 ; ces bons chiffres sont liés à l’effet MuCEM13 et à l’effet « capitale culturelle ». On observe que près de la moitié des visiteurs interrogés et ayant visité l’exposition (47,2 %) appartiennent à un public de proximité (Marseille ou Bouches-du-Rhône). Du côté des catégories d’âge, pour cette exposition, on note une faible proportion des 18-25 ans, mais toutefois un public plutôt plus jeune que sur l’ensemble des visiteurs du musée (35,3 % de 26-45 ans). Du côté des CSP, trois groupes se détachent : les retraités (22 %), les employés (16,4 %), qui d’ailleurs sont plus nombreux que les cadres supérieurs (10,7 %). Les femmes sont un peu plus nombreuses que les hommes (53,2 %). Les visiteurs appartiennent plutôt aux catégories de ceux qui ont une pratique régulière : ils sont près de 88 % à avoir visité au moins un musée au cours des douze derniers mois (53,2 % plus de quatre et 34,7 entre un et quatre).

Une exposition qui ne laisse personne indifférent

8Dès le début de l’exposition, ces attentes seront comblées : elle ne laisse jamais indifférent, même si ce n’est pourtant pas en premier lieu là où on s’y attendait que la polémique se manifeste. En effet, c’est d’abord l’affiche sur la façade du musée qui suscite des réactions :

« SCANDALEUX ! Le MuCEM, le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée a ouvert à Marseille et affiche une torera sur plusieurs mètres de haut. Nous ne pouvons pas accepter ça14 ! »

9C’est sous l’angle d’une supposée « apologie de la tauromachie » de la part du musée que la critique fuse en premier :

« C’est quoi cette horreur de torera exhibée ainsi sur la façade de votre musée ? »
« Le thème choisi est pourtant intéressant, mais cette affiche caricaturale provoque l’indignation justifiée des défenseurs de la cause animale. En effet, le choix d’une torera est considéré comme une provocation qui occulte le droit des animaux, la controverse de la corrida brouillant le message du thème initial. »
« Intéressant comme musée, mais je n’y mettrai pas les pieds. Faire l’apologie de la corrida en mettant une photo de torera sur la façade... non merci. »
« Dommage qu’un si beau bâtiment affiche le symbole de la boucherie érigée au rang de spectacle. Cela ne me donne pas envie de m’y rendre. » (Source : Facebook du MuCEM.)

10À la suite de cet épisode, viennent les réactions « critiques » que l’on pouvait attendre, car la venue de François Hollande pour inaugurer le nouveau musée ramène le débat sur le terrain du genre et son actualité. On peut ainsi lire : « Hollande n’a pas fini de nous entendre. L’inauguration du MuCEM et de son exposition “au Bazar du genre" montre quels sont les présupposés idéologiques de ce gouvernement15. » C’est ensuite et très vite sur les réseaux sociaux qu’un certain nombre de commentaires critiques sont envoyés avant même l’ouverture de l’exposition au grand public. L’un des premiers que l’on peut repérer émane du collectif La Manif pour tous.

ManifPourTous PACA (@LMPT_PACA) a
tweeté à 18 h 28 on lun., juin 03, 2013 :
1/ Le 4 juin au #MuCEM #marseille, hollande inaugurera son expo politique : le Bazar du genre, réalisé par le lobby LGBT et financé par VOUS!
(https://twitter.com/​LMPT_PACA/​status/​341592233113436161)

11On peut également citer celui d’un homme politique, Guy Tessier (en juin 2013, il est maire d’arrondissement et député).

Guy Teissier (@guyteissier) a tweeté à 14 h 20 on mer., juin 05, 2013 :
L’exposition « au Bazar du genre, féminin-masculin en Méditerranée » au #MUCEM fait la propagande de la « théorie du genre » avec l’argent public
(https://twitter.com/​guyteissier/​status/​342254697660440576)

12Dans ces premières réactions, le titre, l’affichage public et les premiers articles de presse entrent en résonnance avec l’actualité et interpellent des individus ou groupes en particulier. On note ici le rôle des réseaux sociaux et des réceptions à distance d’une exposition, qui font émerger de nouvelles catégories de publics virtuels avec lesquels les musées doivent aujourd’hui composer.

Livres d’or et réseaux sociaux : j’aime/j’aime pas

13Denis Chevallier explique dans le catalogue que l’exposition est conçue « pour mettre le genre en question » ; il évoque aussi la volonté d’« aborder les grandes questions de société [...] les questions chaudes et polémiques16 », et qui supposent d’emblée une diversité de réceptions possibles et contrastées.

14De ce point de vue, une partie du public réagit très concrètement à l’interpellation et dans le sens attendu, avec des expériences réceptives où l’émotion et le questionnement sont très présents. Dans nombre de nos entretiens et observations, dans les livres d’or et sur les réseaux sociaux, l’appréciation sur le mode de « j’aime »/ « je n’aime pas », est très présente et nous avons aussi retrouvé les poncifs, sur l’art contemporain notamment : « N’importe quoi », « Spécial », « Étrange », etc.

« Moi j’ai beaucoup aimé. J’ai beaucoup aimé et ça aussi, c’est très actuel vis-à-vis du mariage homo parce que bien sûr dans le genre il y a des parties de l’exposition, si on peut l’appeler exposition, qui ont affaire avec les... les gens mixtes quoi, c’est-à-dire, les homosexuels, les transsexuels, les bisexuels, etc. »
« Expo très intéresante, bien rythmée, qui atteint son objecif : interpeller ! »
« Expo merveilleusement interpellante. »
« Inepte. Inintéressant et inapproprié pour un lieu culturel. »
« C’est affreux cette expo j’avoue ! »
« Expo affligeante par son manque de sens, d’intelligence et sans aucune finesse ni sens de la beauté ! »
« Bouleversant, j’en ai versé des larmes. » (Source : livre d’or de l’exposition.)

15Certains auraient voulu que ce soit même plus percutant, plus incisif. Avec le contexte décrit plus haut, il y a une forme de banalisation du sujet : tout le monde peut aborder la question du genre, personne n’échappe aux débats publics et médiatiques, ce qui provoque chez certains des expériences déceptives.

« Ce n’était pas très très frappant. Normalement, à mon avis, une exposition comme ça, ça doit être aussi dérangeant. Ça doit te déranger, que ce soit par l’image ou par l’information donnée, etc. Parce que justement c’est un sujet critique, on n’en parle pas assez. Donc il faut que ce soit plus ciblé, plus aigu pour moi. »
« C’est un peu commercial. C’est assez désagréable à regarder en fait, mais c’est tendance17. »

16Les motifs d’appréciation renvoient par ailleurs aux contenus et aux valeurs dont l’exposition est/serait porteuse. En comprenant le sens de l’exposition comme sensibilisation à des questions liées aux droits des femmes, et en l’appréciant, certains visiteurs construisent à l’inverse leur visite très positivement.

« Un grand merci pour cette superbe exposition. Vous êtes allés loin dans votre sujet, exactement ce à quoi je m’attendais en venant ici, voir[sic] mieux. Merci de nous rappeler les première luttes et nous rappeler que des choses peuvent évoluer. Continuons ces combats ! Merci ! »
« Visite d’Ozez le féminisme 13 ! au “bazar du genre” ! Très instructive ! Une belle sensibilisation aux problématiques de la construction du genre. Continuons à nous mobiliser pour faire avancer l’égalité hommes-femmes ! »
« Magnifique exposition, très complète. Un ravissement pour nos yeux et nos esprits ! ! ! L’utilisation de tant de formes d’art est un excellent choix pour valoriser la diversité du combat féministe. Ravie d’avoir fait mes premiers pas au MuCEM à travers cette exposition. Bravo ! À bientôt. S. (Paris). »
(Source : livre d’or de l’exposition.)

La théorie du genre en question

17De nombreux échanges et discussions dans les livres d’or (contexte oblige) renvoient à la « théorie du genre ». L’exposition est aussi perçue sous cet angle : elle aurait été programmée sur ce thème, à ce moment-là et de cette manière intentionnelle afin de défendre, promouvoir et illustrer cette « théorie ». Si dans les livres d’or le thème du féminisme a plutôt été positivement présenté, l’exposition faisant écho à des engagements militants, la référence à la théorie du genre est surtout le fait d’opposants.

« La théorie du genre c’est la fin du genre humain. »
« Ce n’est pas rendre service à l’homosexualité et aux préjugés dont elle fait l’objet que de faire dériver la théorie du genre vers la dénaturalisation du sexe. Un peu d’humilité envers ce qui est “donné” et contre lequel aucune volonté de changement ne peut oeuvrer sans détruire l’humanité dans l’homme (et la femme) ! »
« Du mariage homsexuel à travers votre expo “théorie du genre”. Et oui il y en a qui ont encore des valeurs familiales et qui résisteront ! »
(Source : livre d’or de l’exposition.)

  • 18 On peut d’ailleurs s’interroger, car rien ne dit que ces commentateurs aient vu l’exposition, leur (...)

18Sur les réseaux sociaux (blogs, forums, actualité en ligne), c’est aussi sous cet angle que l’exposition est discutée, mais de manière plus diversifiée. Soit pour être critiquée18 :

« Un nouveau musée, le MuCEM, nous accueille à Marseille. Une salle se nomme “Le Bazar du genre”. [...] Ah, la théorie du genre ! Sommes-nous conscients que, peu à peu, nous sommes soumis à un terrorisme intellectuel [...] Déjà, des expérimentations sont appliquées dans quelques programmes éducatifs en France. Même le quotidien Le Figaro abandonne une pleine page aux extravagances prônées en Suède où “l’ensemble du conseil des étudiants a convaincu l’administration sur l’importance d’ouvrir un vestiaire pour les personnes transgenre et de régler les détails pratiques”. Déjà, “concrètement les mots garçons et filles et leurs pronoms respectifs ont été bannis”. Plus de “il” ou de “elle”, mais des “hon”. Pas de mauvaise plaisanterie, s’il vous plaît19. »
« La propagande pour la théorie du genre continue. Permanente, massive, sans contradiction. La dernière dans le... genre : l’exposition “Au Bazar du genre” à l’occasion de l’inauguration du MuCEM de Marseille, inaugurée par le Président normal. On devrait parler d’“idéologie du genre”. »
(Blog Petrus Angel.)

19Soit à l’inverse pour en montrer la pertinence :

« Puisque la théorie du genre est d’actualité, un aperçu du “bazar du genre”... le genre est-ce inné ou socioculturel ? Au MuCEM, l’expo a stimulé la réflexion. »

(Facebook des sages-femmes de l’Estaque.)

« L’exposition, c’est rare, et nécessaire en ces temps de bêtise collective où la théorie du genre se voit attaquée par tous ceux qui n’ont pas reçu la moindre once d’enseignement en sciences sociales... Réactionnaires de tous poils unis dans une grande entreprise de régression collective... Il est donc salutaire qu’un grand musée pointe à son ouverture la nécessité d’affirmer les combats communs pour le féminisme et l’égalité des droits. » (« Au bazar du genre : une exposition utile », Muséographie-Muséologie, 7 décembre 2013)

Un sujet de société et d’actualité

20Une autre récurrence, moins connotée, renvoie au fait que cette exposition est « d’actualité », elle touche à un sujet de société. Plusieurs manières d’y faire référence peuvent être citées parmi le corpus du livre d’or :

« Expo très dans l’air du temps donc le nom de l’expo est bien choisi. »
« Expo très sympa et d’actualité ! ! LOL Camille ! »

  • 20 Nous reprenons l’expression de sens commun, car c’est elle qui sera utilisée ; or la loi Taubira n’ (...)

21D’autres visiteurs associent directement l’exposition à la loi Taubira et au mariage dit « pour tous20 » :

« Je pense que le mariage pour tous ne doit pas être elégalisé ! En effet Dieu a créé deux sexes et donc il ne faut en aucun cas aller à l’encontre de cette création. »
« Pour le mariage homosexuel mais contre l’adoption ; Exposition superbe. »
(Source : livre d’or de l’exposition.)

Homme / femme / enfant / homos / hétéros : les absents et les « trop » présents

22Si l’on entre davantage dans le détail de l’exposition, dans la grande variété de situations proposées, deux « absences », que les commentaires ci-dessous résument bien, ont été remarquées :

« Je n’ai pas vu d’enfants dans cette exposition ? Il y en avait ? »
« Il n’y a pas d’hommes dans cette expo. C’est fou ! »

23Si la première remarque est assez juste car effectivement, l’ensemble des objets traitait plutôt des catégories d’âges jeunes adultes et adultes, au mieux adolescents, l’absence « d’homme » en revanche interpelle. L’exposition ne manquait pas d’hommes, mais de « certains profils d’hommes ».

« Ce qui manquait d’après moi dans le cadre c’était quelque chose sur l’homme hétérosexuel. .. qui est un grand exclu et un grand protagoniste de l’histoire d’après moi parce que la plupart des gens qui prennent des décisions dans le monde sont des hommes hétérosexuels, “soi-disant” hétérosexuels, et voilà... On fait beaucoup attention aux minorités, mais je trouve qu’il faudrait porter une attention aussi à “qu’est-ce que l’homme hétérosexuel perd ou gagne dans certains mécanismes de considération de la femme ou des homos”. »
« Il n’y avait qu’un seul homme... un “vrai” homme, dans toute l’expo. [...] ça m’a frappée, pour une expo sur les hommes et les femmes... »

24Dans les livres d’or, nous retrouverons des commentaires du même type :

« L’exposition ne traite en aucune façon de l’homme, sinon sous l’angle de l’homosexualité et du travestissement. Or, il y aurait beaucoup à dire sur les contraintes qui s’imposent à eux. Marie. »

25À l’inverse, les homosexuels vont retenir l’attention de nombreux visiteurs. Les commentaires vont se décliner selon toute la gamme des appréciations possibles.

« Il me semble que ça parlait un peu trop de l’homosexualité parce que, c’est vrai, pour moi c’était plutôt masculin féminin, enfin... J’étais un peu étonnée qu’on parle beaucoup de l’homosexualité. Mais, bon, c’est vrai qu’on même temps ça en fait partie. Mais, je ne m’attendais pas à ça. »
« Une idée super pour lutter contre l’homophobie : connaître l’autre, ce qui est différent veut dire constater la peur qui est dedans l’inconnu. Compliments ! PS : j’ai aussi particulièrement aimé la part avec les manifestes italiens sur le mouvement proavortement. Bien fait. Gabrielle. »
« Cette expo est géniale, j’ai 15 ans et aucune influence, et je suis fier de défendre TOUTES LES CAUSES de cette expo, de l’homosexualité au combat contre les misogynes. Voilà. Merde. »
(Source : livre d’or de l’exposition.)

Une exposition de « propagande » ?

26Le contexte que nous avons précédemment évoqué n’est donc pas sans effets sur la manière dont certains vont percevoir les intentions qui – selon eux – ont prévalu à la forme et au contenu de l’exposition. Sur les réseaux sociaux, qui ont constitué l’espace de débat le plus virulent, il sera même question de propagande :

« Les musées d’art (musée d’Art moderne de Paris en 2011, expositions itinérantes) se livrent parfois à une propagande et à un endoctrinement sournois, en ne respectant pas les convictions d’une partie de ceux qui paient ces manifestations. À cet égard, la salle appelée “Bazar” du MuCEM de Marseille sacrifie gaiment à cette tendance. » (Blog Réseaux liberté.)

27Ce que nous retrouverons à divers degrés dans les livres d’or :

« Propagande idéologique. Une véritable honte ! »
« C’est un musée ou de la propagande anti-homophobé[sic] ? C’est très objectif[sic] donc même au niveau culturel aujourd’hui plus de libre arbitre, il faut bouffer la propagande des médias habituelles[sic]. »
« C’est une apologie de l’idéologie du genre, un ramassis de clichés sur les femmes méditerranéennes. »
« Je viens de redécouvrir Marseille et ses merveilles à l’occasion de MP2013. Que de merveilles, le MuCEM est une réussite, mais cette exposition est une honte ! Que d’horreurs et de monstruosités données en exemple. La domination de la femme par l’homme est une aberration idéologique marxiste que vous propagez allègrement. Je déconseillerai vivement cette expo autour de moi. X, professeur dans un lycée parisien. »

Ou une exposition scientifique ?

28À l’inverse, loin de la propagande, c’est la dimension scientifique qui retient l’attention sur les mêmes sujets, avec la référence explicite aux sciences humaines et au rôle que se doit de jouer un musée de société, comme en témoigne encore le livre d’or :

« Belle exposition, vraie démarche scientifique sociologique à la portée de tous. Vulgarisation de la sociologie du genre, une vraie prouesse dans le climat actuel. Une vraie mission de service public. Adrien, Paris. »
« Congratulations ! This is innovative exhibition which fits and descibes on the best way-contemporary of the museum. Provocative, having fun, thinking about contemporary society, problems... Great ! »
« Une expo qui suscite les émotions et tend à nous faire réfléchir sur le regard que nous portons sur autrui. La variété des expôts et des thèmes abordés sont un excellent support de stimulations intellectuelles. »
« Une très belle expo, très bien pensée, que je suis venue voir de Paris deux fois. Restera dans les mémoires quant aux “gender studies”. MERCI ! Alexia (Paris). »

Pour conclure : la liberté de réception à l’épreuve de l’exposition

  • 21 Servais Christine : «Résister par ou résister à la médiation culturelle? La médiation esthétique à (...)

29À l’issue de ces quelques points, on observe comment le contexte a façonné les conditions de la réception de cette exposition, car dans un même temps les visiteurs ont donné à voir des manières bien différentes de composer avec les mêmes objets, dans un même contexte et parfois au même moment. Nous retrouvons avec cette exposition les lignes de partage entre différentes catégories de publics, des plus profanes aux plus experts, et nous avons pu observer une variabilité des formes de réception et des logiques d’appréciation articulées autour d’horizons d’attentes diversifiés. L’analyse de la réception de cette exposition montre que le MuCEM, comme musée de société, avec cette exposition en particulier, participe à une conception de la médiation comme « aventureuse », « incertaine » ou « chanceuse », sans « l’expurger de la possibilité du conflit, de la nécessité de laisser venir un autre sens, d’autres normes et d’autres objets21 ». « Une expo qui ne dérange pas n’a pas d’intérêt », mentionne une des inscriptions du livre d’or.

Haut de page

Notes

1 L’enquête sur le Bazar du genre a pris place dans le cadre d’un programme de recherche sur Marseille, capitale européenne de la culture en 2013 ; pour plus de détails : https://publics.hypotheses.org/programme-de-recherche-mp2013.

2 Cf. entre autres sources d’informations: http://www.slate.fr/life/73315/australie-genre-neutre, http://www.huffingtonpost.fr/2013/08/19/allemagne-troisieme-genre_n_3779879.html.

3 Cf. le documentaire d’Arte, «La pédagogie neutre selon la Suède», diffusé le vendredi 07 février 2013, http://www.arte.tv/guide/fr/048395-000/il-elle-hen, et les articles sur le genre neutre.

4 Cf. Midi 2, 27 octobre 1995, http://www.ina.fr/video/CAB95060389, et Libération qui titre le 27 octobre 1995 : « Eros Center Georges-Pompidou. À Beaubourg, l’art montre son sexe dans une gigantesque exhibition. Féminin-Masculin. Le sexe de l’art.» http://www.liberation.fr/culture/1995/10/27/eros-center-georges-pompidou-a-beaubourg-l-art-montre-sonsexe-dans-une-gigantesque-exhibition-femin_148325.

5 Cf. le Programme muséographique (sous la dir. de Michel Colardelle, avec la collaboration de Claire Calogirou & Denis-Michel Boell), 17 juillet 2007, p. 27.

6 Après une période d’incertitude et de flottement, c’est en 2009 que le projet de MuCEM est relancé; Bruno Suzzarelli prend ses fonctions, réoriente le projet, le musée entre en phase de préfiguration.

7 Des images de l’exposition sont consultables sur différents sites : la banque d’images Flickr, sur laquelle MP2013 a reversé les images collectées au fil de l’événement «Capitale européenne de la culture » (https://www.flickr.com/search/?text=%22bazar%20du%20genre%22), mais aussi sur d’autres sites : http://mp2013.photosprovence.fr/au-bazar-du-genre.php; la vidéo de TV5Monde permet aussi de visualiser l’exposition : http://information.tv5monde.com/terriennes/le-genre-fait-tout-un-bazarmarseille-2983.

8 Cf. la scénographie sur le site de Didier Faustino : http://cargocollective.com/didierfaustino/2013_Bazar-du-genre.

9 «MuCEM : “Au Bazar du genre” on discute du sexe en Méditerranée», RFI, le 8 juin 2013, http://fr.newsrepublic.com/Web/ArticleWeb.aspx?regionid=2&articleid=988 6362&m=d.

10 Données fournies par l’observatoire permanent des publics, MuCEM.

11 Cf. la synthèse sur les musées de Marseille, sur le carnet de recherche Public(s) : http://publics.hypotheses.org/562.

12 Cf. p. 14 de l’«Enquête de fréquentation culturelle 2013 – Presse», sources : https://presse.parisinfo.com/content/download/113935/11762572/version/1/file/Enqu%C3%AAte%20de%20fr%C3%A9quentation%20culturelle%202013.pdf.

13 Cf. «Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille : Succès et controverses autour d’un équipement culturel de développement territorial», in Musées d’art et développement territorial avec Nicolas Maisetti & Maria Elena Buslacchi, sous la dir. de Guy Baudelle, Gerhard Krauss & Jean-François Polo, Presses universitaires de Rennes, 2015; et la synthèse sur les musées de Marseille en année Capitale Carnet de recherche Hypothèse (une plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales) : https://www.openedition.org/17331 issn format électronique 2553-5722.

14 Source Facebook : https://fr-fr.facebook.com/events/574682619251385/permalink/584629074923406/.

15 Sources : On se battra pour la liberté d’expression, http://www.youtube.com/watch?v=qlROKSYSZRc).

16 Denis Chevallier, 2 juin 2013, Zibeline : http://www.journalzibeline.fr/les-genres-humains/.

17 Un visiteur, reportage de France 5, source : http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/info/Marseille-Provence-2013/p-24091Reportages.htm.

18 On peut d’ailleurs s’interroger, car rien ne dit que ces commentateurs aient vu l’exposition, leur propos se rapportant peut-être seulement à ce qu’ils ont lu et/ou entendu sur Le Bazar du genre.

19 Les Quatre Vérités, hebdomadaire : www.les4verites.com/societe/lebazar-du-genre.

20 Nous reprenons l’expression de sens commun, car c’est elle qui sera utilisée ; or la loi Taubira n’instaure pas le mariage «pour tous» (ce qui suppose entre personnes de la même famille par exemple), mais rend possible le mariage pour des personnes de même sexe.

21 Servais Christine : «Résister par ou résister à la médiation culturelle? La médiation esthétique à l’épreuve de l’évaluation », http://orbi.ulg.ac.be/handle/2268/160763.

Haut de page

Références

Référence papier

Sylvia Girel, « Le Bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée : (en)quête de réception »Culture & Musées, 30 | 2017, 177-184.

Référence électronique

Sylvia Girel, « Le Bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée : (en)quête de réception »Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1274

Haut de page

Auteur

Sylvia Girel

Sylvia Girel est maîtresse de conférences, habilitée à diriger des recherches en sociologie, à Aix-Marseille université, chercheuse au laboratoire LAMES (UMR 7305). Parmi ses publications, on peut citer : Carnet de recherche Hypothèse (une plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales, <https://www.openedition.org/17331>, issn Format Électronique 2553-5722) ; Sociologie des arts et de la culture, un état de la recherche, Paris, L’Harmattan, collection « Logiques sociales », 2006, 372 p. ; « L’évaluation de la capitale européenne de la culture Marseille Provence 2013 : Retour sur expériences », Revue de l’Observatoire des politiques culturelles, n° 46, automne 2015 ; « Le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille : Succès et controverses autour d’un équipement culturel de développement territorial », avec Nicolas Maisetti et Maria Elena Buslacchi, in Musées d’art et développement territorial, sous la dir. de Guy Baudelle, Gerhard Krauss, Jean-François Polo, Presses universitaires de Rennes, 2015.
Courriel : sylvia.girel[at]univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals