Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Travaux et notes de rechercheNotes de rechercheLa visite guidée au prisme du genre

Travaux et notes de recherche
Notes de recherche

La visite guidée au prisme du genre

Lina Uzlyte
p. 184-189

Entrées d’index

Rubriques :

Notes de recherche
Haut de page

Texte intégral

1Ce travail s’inscrit dans une recherche doctorale en cours à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, qui porte sur les approches de la médiation culturelle en Europe à partir du métier de guide-conférencier.

2À l’origine, il s’agissait par ce travail d’analyser une profession à partir du vécu de ses acteurs, pour étudier ce qui régit ses compétences et comment les conditions géopolitiques influent sur sa construction sociale. Cette première approche s’est d’abord nourrie de travaux en sociologie du travail (Dubar, Tripier & Boussard, 2015) qui ont été approfondis et élargis par des chercheuses et chercheurs en sciences de l’information et de la communication (Gellereau, 2005 ; Davallon, 2006 ; Peyrin, 2010 ; Mairesse & Chaumier, 2013). En menant des entretiens semi-directifs en Europe avec les guides et leurs encadrants, il s’est avéré que les femmes étaient majoritaires et que le regard porté sur cette profession était influencé par cette catégorie sociale et sexuée, ce qui nous a conduite à élargir notre problématique aux études de genre et à poser plus concrètement la question de la féminisation du métier de guide-conférencier.

3Les analyses qui suivent s’appuient sur une enquête menée en 2016 auprès d’un échantillon de guides-conférenciers. Notre réflexion sera centrée ici plus précisément sur ce questionnement et intègre des observations plus larges, réalisées depuis 2014, sur la population des guides-conférenciers qualifiés au sein de l’ensemble des pays de l’Union européenne. La Fédération nationale des guides-conférenciers en France forme ici un cadre privilégié, et se trouve au centre de notre attention, car c’est un des plus anciens groupements des guides-conférenciers en Europe. Les guides-conférenciers ont été interrogés sur leurs trajectoires professionnelles et sur les objectifs donnés à la visite guidée, ceci ayant pour but de comprendre pourquoi les guides sont majoritairement des femmes.

4Richard Lewy fournit les premières observations sur le métier de guide-conférencier (Lewy, 2009). Son étude apporte des élémentssur la situation juridique du métier dont il établit la spécificité en la liant avec d’autres acteurs professionnels du secteur. L’un de ses premiers constats est le fait que guide-conférencier est une profession exercée au féminin. Nous savons qu’historiquement le métier, surtout lors des Grands Tours, était investi par les hommes. Nous le voyons clairement dans l’ouvrage de l’historien Gilles Bertrand, qui rassemble plusieurs récits de voyage (Bertrand, 2016). Ces récits gardent les traces écrites de l’activité des guides de l’époque. Le métier s’est ensuite féminisé de plus en plus, juste après la Seconde Guerre mondiale, avant même d’être reconnu comme précaire. Ce fait ressort de l’analyse des histoires des associations de guides, qui se créent majoritairement en Europe au tout début du XXe siècle. Nous supposons aussi que cela pourrait être lié à plusieurs processus globaux : l’industrialisation du tourisme, le développement des transports et la sécurisation des déplacements ou encore l’ouverture des formations dans les années I960 aux jeunes filles (Cacouault-Bitaud, 2001 : 93-115) permettant aux femmes d’investir plusieurs métiers traditionnellement masculins. Cette réflexion rejoint aussi une étude plus ancienne sur le genre, le travail et le tourisme qui démontre comment la logique capitaliste forme une structure hiérarchique où la main-d’œuvre se répartit les rôles féminins et masculins, et où l’accès au travail d’une manière générale est déterminé par les relations patriarcales (Sinclair, 1997 : 6). Notre observation confirme que cette structuration sociale est toujours en place dans le cas des guides. Nous le voyons à travers la précarité de la profession, qui se traduit par une faible reconnaissance au sein de son milieu professionnel.

  • 1 Cf. le Dictionnaire normalisé du tourisme (Von Olaf Schumacher, 2004 : 39).

5Comme le rappelle la présidente de la Fédération nationale des guides-conférenciers, le cœur du métier reste la visite guidée qui peut s’entendre comme une interaction, une forme de médiation culturelle, une expérience de la communication, une déambulation, une rencontre, ou si l’on se he à sa définition légale, un « circuit d’une durée spécifique permettant d’interpréter des sites du patrimoine naturel ou culturel sous la conduite d’un guide interprète1 ». Elle peut être centrée sur l’orientation – circuit de courte durée permettant de familiariser les voyageurs avec la disposition et les aménagements d’un lieu déterminé -, ou bien panoramique, thématique, ou encore théâtralisée.

Contours d’un métier et d’une population

  • 2 La définition donnée par L’Atout France de la profession : le guide-conférencier assure des visites (...)

6La définition de la profession de guide-conférencier est assez vaste2 et varie suivant le champ disciplinaire qui s’y intéresse (sciences de la communication et de l’information, sociologie, muséologie, aménagement du territoire et du tourisme...). Pour les uns, les guides sont des accompagnateurs, pour les autres des facilitateurs, pour les troisièmes des animateurs, ou bien même des passeurs, des communicants et des médiateurs. Le code ROME (Répertoire opérationnel des métiers et des emplois) classe le métier dans la catégorie des métiers du patrimoine. La référence générique qui intègre la profession de guide-conférencier est celle de médiateur du patrimoine, mais sa définition permet aussi de l’appréhender sous l’angle des professions libérales, voire en relation avec des métiers artistiques. La profession de guide-conférencier présente des caractéristiques largement communes avec ce qu’on l’on sait de l’emploi féminin.

7Parmi les déterminants sociologiques, le niveau d’études et l’origine familiale recoupent ce constat des femmes et des hommes dans ce métier. Au sein de la FNGIC (Fédération nationale des guides interprètes conférenciers), les femmes guides-conférencières sont majoritaires dans la base de données disponible en ligne. Nous retrouvons la même situation en Europe, si l’on compte les femmes et les hommes au sein de la Fédération européenne des guides.

8Le choix de la profession de guide-conférencier dans le contexte de l’accompagnement des publics dans le monde muséal relève des mêmes déterminants que les professions culturelles et artistiques. En termes de représentations sociales d’abord, il s’agit bien d’un « métier de femme » tel que l’a défini Michèle Perrot : l’activité de travail prolonge les qualités « naturelles » de la femme (bourgeoise), éducatrice et hôtesse hors pair, disponible et patiente ; en termes de pratiques sociales ensuite, la précarité et le temps partiel sont deux particularités attachées à l’emploi féminin (Perrot, 1987 : 65-85).

Une profession au féminin ?

9Il existe un vif débat autour de cette question. D’un côté, certains affirment que la féminisation de la profession est vue plutôt comme une dévalorisation (Malochet, 2007) ou encore une perte de prestige (Cacouault-Bitaud, 2001). Par l’observation des relations entre conservateurs de musées et médiateurs culturels, Aurélie Peyrin confirme aussi l’importance qu’il y a à prendre en compte les rapports de domination et de hiérarchie dans ces milieux institutionnels (Peyrin, 2009 :62).

10Inversement, liana Lowy et Catherine Marry (2007) considèrent par exemple que féminisation ne rime pas nécessairement avec dévalorisation et démontrent les enjeux liés au recrutement et au contrôle d’accès à la profession. C’est aussi le cas du métier de pharmacien par exemple qui, après des transformations dans le recrutement, est devenu massivement féminin ; des musiciens dont l’introduction du paravent pendant les auditions a permis d’ouvrir les portes du métier à 30 % de femmes et aux candidats d’origine populaire (Goldin & Rouse, 2000).

11Les deux points de vue prouvent d’abord l’importance des procédures diplômantes. Chaque fois qu’une qualification professionnelle est exigée, une procédure formelle de recrutement ouvre les portes aux personnes qui sont mises aux « marges » et à celles qui ne reproduisent pas les mêmes modèles sociaux. La capacité d’avancer vers l’égalité repose sur l’éradication des règles, des normes (Revillard & Bereni, 2007 : 3-23). Tout cela invite aussi à questionner les lieux où il n’y a que des femmes investies.

  • 3 L’article L.221-1, du Code du tourisme tend à imposer le recours aux guides-conférenciers qualifiés (...)

12Les normes et les lois pour les guides-conférenciers constituent un autre débat qui a cours actuellement. Le métier de guide-conférencier gagne en poids aujourd’hui en Europe avec le renouvellement et l’évolution de la réglementation. En France, ce débat porte sur la redéfinition de l’activité et l’évolution de sa reconnaissance juridique3. Si les titulaires d’une carte professionnelle ne sont pas seuls à disposer du « droit de parole », c’est bien aux conservateurs des musées que revient le pouvoir décisionnaire. Ils peuvent ainsi accorder le droit de parole à qui leur semble compétent.

13Qu’en est-il des compétences ? Peuvent-elles être exprimées en termes de genre ? Si nous suivons Pierre Bourdieu, nous voyons que les différences dans la professionnalisation renvoient à une répartition traditionnelle des tâches et des activités dites féminines ou masculines (Ravet, 2003 :173-195). Ici, la naturalisation des « qualités féminines » situe les femmes dans les métiers de l’éducation, du social, de la santé, qui constituent de véritables « maternités symboliques » (Muel-Dreyfus, 1996). Mais d’après les réponses des enquêtés, les guides-conférenciers cherchent surtout à répondre aux besoins et attentes de leur public : « C’est un processus naturel de la communication ou d’échange », souligne Armelle Villepelet, guide-conférencière et présidente de la FNGIC. Comme cette communication entre le guide et son public se produit dans un contexte inconnu, incertain, étranger, les aspects liés aux genres n’apparaissent que rarement directement dans l’échange, mais se révèlent plutôt indirectement. Ils s’opèrent notamment dans les récits biographiques pour illustrer la vie quotidienne et pour représenter l’esprit du lieu visité.

La figure du guide à travers les présentations de soi

14Où commence cette construction des représentations ? Pour comprendre les mécanismes qui agissent sur ce phénomène, nous pouvons nous référer à une enquête sur les comportements culturels de près de 4 000 enfants de 11 à 17 ans. Elle analyse en quoi les loisirs forment des espaces d’expression d’un rapport à la culture et plus largement au monde. Elle souligne que filles et garçons occupent des espaces culturels distincts. Ces différences de genre, socialement, se situent dans l’espace des loisirs, le jeu des influences : école, institutions culturelles, amis, médias (octobre étal., 2010).

15Qu’en est-il de la « fabrique des loisirs » des guides-conférenciers durant l’enfance ? Plusieurs d’entre eux affirment s’être familiarisés et socialisés avec les voyages dès leur plus jeune âge. Les guides évoquent souvent une enfance solitaire ou en déplacement avec leurs parents. Il semblerait que l’emprise du genre soit extrêmement fine et difficile à identifier dans ce cas. Les différents types de la socialisation (personnelle et professionnelle) qui se mêlent et forment un ensemble propre à chacun sont mis en avant comme les qualités de guide (ouverture d’esprit, haut niveau d’adaptabilité, connaissance de plusieurs langues, goût du contact).

16Nous n’observons pas de hiérarchie fortement exprimée chez les guides-conférenciers, car la distinction entre les anciens, les nouveaux, les experts et les disciples, les interprètes, les conférenciers n’existe pas officiellement. Probablement pour cette raison, l’ordre genré qui a tendance à aller de pair avec les hiérarchies, plutôt favorables au masculin, apparaît beaucoup plus profondément au niveau des individus et ne ressort qu’indirectement dans cette profession.

17Les guides-conférenciers sont confrontés aux codes culturels de leurs visiteurs. Nous supposons que ces habitudes et codes culturels guident d’abord les visiteurs et le choix de leur destination dans laquelle les guides vont les accompagner. Nous le voyons à travers les sujets qu’ils proposent, dont le choix se fait surtout en fonction du public auquel ils s’adressent, puis suivant leurs sensibilités personnelles.

18Ils se situent entre la profession et la « vocation » au sens wébérien (Weber & Kalinowski, 2005). C’est ici que nous sommes d’accord avec une hypothèse de Christine Détrez (2016) selon laquelle le fonctionnement du système de genre relève d’influences qui s’exercent dès l’enfance avec le plus de force et d’invisibilité. Elle affirme que les pratiques culturelles sont souvent déterminées une fois que l’on quitte l’école primaire et que l’imposition par les parents de pratiques culturelles dès l’enfance est vécue sur le mode de la liberté, de l’autonomie, de l’expression de soi, comme si elle échappait aux contraintes sociales qui seraient, quant à elles, associées au monde scolaire et professionnel.

La visite guidée, un lieu de déconstruction des stéréotypes

19À partir de ce constat, nous supposons que la manière de faire, de dire, d’accompagner, qui est un résultat de la socialisation, est le marqueur le plus visible pour le cas des guides-conférenciers. À quoi s’ajoute l’identité physique : « Nous sommes tous des corps et c’est extrêmement important d’en tenir compte », souligne Elisabeth Caillet lors d’une rencontre autour de l’ouvrage La médiation culturelle, cinquième roue du carrosse ? (Caillet et al, 2016). Si la visite guidée peut être un lieu de la réitération des normes et de l’assignation des qualités dites masculines ou féminines, elle peut aussi être un lieu de la discipline ou du pouvoir, au sens où l’entend Michel Foucault (Ottaviani, 2003).

Conclusion

20Cette étude a permis de découvrir que cette profession si féminisée commence à redevenir un métier masculin, sans doute en raison d’une reconnaissance accrue du métier, un peu à la manière des scripts dans le monde du cinéma.

21Certes le genre continue de structurer la perception et l’organisation de la vie sociale, ce qui se reflète dans le discours produit par les guides-conférenciers, car une visite guidée est aussi un lieu d’affirmation individuel et personnel, qui reste socialement déterminée. Les guides, à travers leur travail, leurs corps et leurs identités, transmettent ces codes et les reproduisent. Mais on perçoit des changements récents avec la prise de conscience de ces questions, le développement de cette activité, l’impact des politiques publiques et la recherche d’un statut juridique adapté. Ces évolutions vont-elles permettre de prendre du recul sur la construction des stéréotypes et favoriseront-elles leur déconstruction ? Même si à ce stade notre recherche demeure encore partielle, elle indique une évolution centrée sur l’individu, car les formations universitaires des guides-conférenciers incluent aujourd’hui les problématiques liées au genre. Les champs disciplinaires convoqués, notamment la sociologie de l’art et des publics, l’éthique, qui repositionnent les individus les uns par rapport aux autres selon leur genre et par rapport à leur environnement, sont pour nous les marqueurs de cette évolution.

  • 4 Ce que les enquêtes sociologiques semblent indiquer : 12 % d’hommes en 2009, 23 % en 2014 et 24 % a (...)

22Il faut ajouter que la profession « se vit » actuellement comme une profession hautement investie intellectuellement, ce qui est une autre forme de revalorisation. Enfin, les déterminations ou influences reçues dans l’enfance ne renvoient pas à une division sexuelle précise des rôles (stéréotypes). Avec des sociétés qui évoluent, malgré encore bien des lenteurs, vers la parité et la mixité surtout, sans qu’il soit besoin d’imposer un « féminisme d’État », on peut penser que les nouvelles cohortes des guides-conférenciers seront plus équilibrées entre filles et garçons dans cette profession4.

Haut de page

Bibliographie

Bereni (Laure) & Revillard (Anne). 2007/2. « Des quotas à la parité : “Féminisme d’État” et représentation politique (1974-2007) ». Genèses, 67, 2e sem., p. 5-23.

Bertrand (Gilles). 2016. Le Grand Tour revisité : Pour une archéologie du tourisme : Le voyage des Français en Italie, milieu xviiie-début xixe siècle. Rome : Publications de l’École française de Rome.

Caillet (Élisabeth) et al. 2016. La Médiation culturelle : Cinquième roue du carrosse ?. Paris : L’Harmattan, coll. « Patrimoines et Sociétés ».

Davallon (Jean). 2006. Le Don du patrimoine. Une approche communicationnelle de la patrimonialisation. Paris : Hermès Science-Lavoisier.

Detrèz (Christine). 2016. Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? Paris : Belin, coll. « Égale à égal ».

Gellereau (Michèle). 2005. Les Mises en scène de la visite guidée. Communication et médiation. Paris : L’Harmattan, coll. « Communication et Civilisation ».

Goldin (Claudia) & Rouse (Cecilia). 2000. « Orchestrating Impartiality : The Impact of “Blind” Auditions on Female Musicians ». American Economic Review, vol. 90, 4, p. 715-774.

Gouyon (Marie), Patureau (Frédérique) & Volat (Gwendoline). 2016. La Lente Féminisation des professions culturelles. Paris : ministère de la Culture et de la Communication, DEPS.

Lewy (Richard). 2009. Étude sur l’exercice des métiers de guide-interprète et conférencier. Avignon : direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services/MEIE.

Lowy (Ilana) & Marry (Catherine). 2007. Pour en finir avec la domination masculine. De A à Z, les empêcheurs de penser en rond. Paris : La Découverte-Mage.

Octobre (Sylvie) et al. 2010. « L’enfance des loisirs », Questions de culture. Paris : ministère de la Culture – DEPS, 432 p.

Perrot (Michelle). 1987. « Qu’est-ce qu’un métier de femme ? ». Le Mouvement social, 140, p. 3-8.

Peyrin (Aurélie). 2008. « Démocratiser les musées : Une profession intellectuelle au féminin ». Travail, genre et sociétés, 19, 1er sem., p. 65-85.

Peyrin (Aurélie). 2012. « Focus – Les paradoxes de la médiation culturelle dans les musées ». Informations sociales, 170, 2e sem., p. 62-65.

Weber (Max) & Kalinowski (Isabelle). 2005. « La science et vocation ». Suivi de Leçons wébériennes sur la science & la propagande, Éditions Agone, coll. « Banc d’essais », p. 300.

Haut de page

Notes

1 Cf. le Dictionnaire normalisé du tourisme (Von Olaf Schumacher, 2004 : 39).

2 La définition donnée par L’Atout France de la profession : le guide-conférencier assure des visites commentées (conférences, animations pédagogiques) en français ou dans une langue étrangère, dans un espace ouvert ou fermé. Il conçoit et fait vivre oralement des actions de médiation dans le champ de la connaissance, à destination des publics dans les territoires et lieux patrimoniaux. Cette profession devient réglementée dès lors qu’elle est exercée dans un musée ou un monument historique et dans le cadre d’une prestation commercialisée par un opérateur de voyages et de séjours. Pour exercer dans le cadre de la profession réglementée, il convient d’être titulaire de la carte professionnelle de guide-conférencier.
La définition normative européenne précise que c’est une personne conduisant une visite dans la langue choisie par les visiteurs et interprétant le patrimoine culturel et naturel d’une aire géographique déterminée. Cette personne a habituellement une qualification spécifique pour guider sur ce territoire, généralement délivrée et/ou reconnue par les autorités compétentes du pays.

3 L’article L.221-1, du Code du tourisme tend à imposer le recours aux guides-conférenciers qualifiés dans la seule enceinte des musées et des monuments historiques, avec l’objectif de permettre l’exercice de la profession à un nombre accru de personnes de niveau bac + 5.

4 Ce que les enquêtes sociologiques semblent indiquer : 12 % d’hommes en 2009, 23 % en 2014 et 24 % aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lina Uzlyte, « La visite guidée au prisme du genre »Culture & Musées, 30 | 2017, 184-189.

Référence électronique

Lina Uzlyte, « La visite guidée au prisme du genre »Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1276 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.1276

Haut de page

Auteur

Lina Uzlyte

Doctorante en sciences de la communication et de l’information à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Cerlis), sous la direction de François Mairesse. La thèse en cours porte sur la profession de guide-conférencier en Europe, sa définition, reconnaissance et aperçu à partir des guides-conférenciers. Les axes de recherche : la médiation culturelle au musée, monuments et sites historiques, la transmission des savoirs ; l’éthique et les bonnes pratiques ; la circulation internationale des biens et des personnes. Dernière parution : Le métier de guide-conférencier au service du patrimoine et du tourisme, In Situ [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 23 septembre 2016, consulté le 03 novembre 2016. URL : http://insitu.revues.org/13654 ; DOI : 10.4000/insitu.13654.
Courriel : maruzli[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search