Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Expériences et points de vuePoints de vueLe genre dans l’exposition et les...

Expériences et points de vue
Points de vue

Le genre dans l’exposition et les pratiques professionnelles

Candice Chaillou et Ewa Maczek
p. 209-212

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Centre de culture scientifique, technique et industrielle.

1À la suite d’une formation organisée au CCSTI1 La Rotonde de Saint-Étienne en mars dernier, l’OCIM livre des éléments d’observation, dans la perspective de prendre en compte « le genre » comme un enjeu professionnel et institutionnel.

2L’omniprésence d’images de magazines ou de publicités montrant les femmes, les hommes, les filles ou les garçons dans des situations banales mérite d’être questionnée. Les femmes sont souvent figées dans des rôles domestiques tandis que les hommes et les garçons sont présentés avec des allures de héros, comme les bâtisseurs d’un monde meilleur. Comment, au XXIe siècle, pouvons-nous encore accepter de telles représentations stéréotypées ?

3Dans le champ du patrimoine et de la culture scientifiques, techniques et industriels (PCSTI), les acteurs proposent des actions, outils et expositions destinés à sensibiliser les publics dès le plus jeune âge aux stéréotypes et à la discrimination, à encourager l’égalité et la parité. La problématique du genre est un terme qui se rapporte aux différences socialement construites autour des hommes et des femmes et à la manière dont elles interagissent et déterminent les fonctions de chacun. Cette problématique est devenue une préoccupation pour les institutions comme pour les professionnels.

4Faire bouger les lignes dans la société, telle semble être une des missions essentielles des musées et centres de sciences aujourd’hui en France et en Europe. Ainsi, dans le champ du PCSTI, quelles sont les approches institutionnelles liées à la problématique du genre ? Comment s’organisent et se partagent les responsabilités entre créateurs, producteurs de savoirs, professionnels de l’exposition, de la médiation, de la communication, et leurs prestataires ? Quels types de représentations sont véhiculés auprès des publics ? La mobilisation des différents acteurs s’inscrit-elle dans un processus de réflexions collectives ?

5Il apparaît que les questions sont nombreuses et les pistes de réponses pas unanimement partagées. C’est ce qu’a révélé la formation de l’OCIM « Prendre en compte le genre dans l’exposition », proposée en mars 2017 à des professionnels du PCSTI. En s’appuyant sur des observations de terrain et cette formation, nous souhaiterions donc partager expériences, questionnements et points de vigilance avec les acteurs du champ du PCSTI.

6Pour cette formation, l’OCIM a souhaité ouvrir un espace de questionnement et de retour d’expériences sur un concept qui fait débat dans la société. L’objectif était de traiter le sujet du genre en parlant à la fois de parité et d’égalité entre femmes et hommes, en tant que sujet, propre des expositions et actions de médiation, mais aussi en questionnant métiers et méthodologies de travail. Aussi, le genre permettait d’établir des passerelles avec d’autres sujets, comme la prise en compte de la diversité des publics et la lutte contre les discriminations.

7L’OCIM a pu percevoir une différence entre l’intérêt des professionnels à suivre cette formation et le refus de prise en charge financière par certains employeurs, motivé par le fait que la formation ne correspondait pas à une compétence majeure de l’agent. Cependant, malgré un effectif d’inscrits inférieur à d’habitude, l’OCIM a souhaité maintenir cette formation qui s’inscrivait dans une démarche de service public et permettait de questionner des pratiques professionnelles liées à des enjeux sociétaux.

8Dans son expérience de formation, l’OCIM constate qu’en dépit de son intention de mixité des participants, certaines thématiques de formation sont « genrées », en ce sens qu’elles attirent plus de femmes que d’hommes. Cette caractéristique est valable pour la formation qui portait sur le genre.

De l’initiative personnelle à la construction des politiques institutionnelles

9Le musée porte une responsabilité en tant qu’acteur dans la société. À travers ses missions et son offre, il propose aux citoyens une vision du monde culturelle, naturaliste, sociétale, qu’elle soit controversée, scientifique ou ludique. Les professionnels en contact direct ou non avec des publics véhiculent les valeurs institutionnelles, les savoirs et les savoir-être.

10Plusieurs études témoignent qu’une sortie culturelle ne se réduit pas à une simple acquisition de connaissances mais va bien au-delà. C’est le cas, par exemple, de la visite familiale qui peut être une occasion pour ses membres de créer ensemble un bagage culturel commun, découvrir sous un angle différent ses proches (parents, fratrie) et construire des valeurs partagées, voire son identité.

11Mais le musée peut également être un reflet de la société et souffrir d’inégalités entre femmes et hommes au sein même de son fonctionnement. C’est ce que démontre l’étude récente de la sociologue Florence Abrioux, qui indique que 71 % des professionnels des musées en région Centre Val de Loire sont des femmes, et que seules 2 femmes sur 39 occupent des postes à responsabilité ou de direction. Cette étude précise aussi qu’il est plus courant de placer les hommes comme chefs de services même dans les métiers où les femmes sont surreprésentées.

  • 2 Frugier Stéphane. 2016. « Le profil socio-démographique et les activités des médiateurs de CSTI », (...)

12Parallèlement, l’article de la Lettre de l’OCIM de S. Frugier de 20162, concernant notamment les caractéristiques sociodémographiques des médiateurs scientifiques dans le champ PCSTI, nous apprend que les femmes représentent 66,1 % des effectifs dans ce secteur professionnel. Les femmes sont majoritaires à exercer les métiers en lien avec des publics, comme l’animation, la médiation ou la conception d’activités pédagogiques et éducatives.

  • 3 Centre de culture scientifique technique et industrielle.

13Le genre est une problématique relativement nouvelle pour la majorité des institutions du PCSTI bien que certaines structures comme les CCSTI3 de Laval, Lacq Odyssée ou le Forum des sciences l’aient intégrée depuis plusieurs années. Elle n’est pas encore considérée comme prioritaire par beaucoup de directions ou organes de gouvernance.

14Adopter une approche de genre revient à exprimer une volonté de rendre concrète et effective l’égalité entre femmes et hommes dans la société. Sur le terrain, l’OCIM perçoit et observe que cette démarche relève plutôt au départ d’un intérêt individuel porté par certains professionnels. Leur vigilance et leur sensibilité les amènent à soulever ce questionnement au sein de leurs établissements et cette posture n’est pas toujours bien perçue même si elle suscite des débats. Ils peuvent ainsi être amenés, tantôt à partager cette sensibilité, tantôt à faire face à l’indifférence ou à la résistance de collègues, menant parfois à des débats houleux.

15En partant du constat que cette problématique est souvent portée individuellement, il est possible de faire évoluer le point de vue de ses collègues par ses propres convictions. C’est le cheminement qui s’est produit au CCSTI La Rotonde. Lors d’une réunion d’équipe autour du premier visuel de l’exposition jeune public Mondo Minot, une seule professionnelle particulièrement sensible et engagée dans la problématique de l’égalité des sexes a réagi à la proposition stéréotypée du graphiste, ne faisant apparaître qu’un petit garçon actif, ouvrant ainsi une réflexion collective au sein de l’équipe. Ce questionnement, à l’échelle institutionnelle, a très récemment conduit l’équipe de La Rotonde à coécrire une charte égalité et promotion des diversités4. Cette charte constitue un outil engageant, à la fois en interne mais également pour les partenaires du CCSTI, afin de respecter des pratiques et des communications dénuées de stéréotypes.

16À une autre échelle, l’exemple de la scientifique Claudie Haigneré pourrait être évoqué. Dès son arrivée à la présidence d’Universcience en 2009, elle s’est engagée en faveur d’une politique pour la parité et l’égalité entre les femmes et les hommes dans les sciences, les technologies et l’innovation. Comme l’a rappelé Marie-Agnès Bernardis, chargée de mission égalité d’Universcience lors de la formation OCIM, des expertes et experts ont été sollicités pour analyser un échantillon des expositions existantes sous le prisme du genre. Les résultats de cette étude ont conduit à l’élaboration en 2014 de la charte Universcience pour l’égalité des femmes et des hommes dans le domaine des sciences et des technologies. Elle a été signée conjointement par Universcience et les ministres de la Culture et de la Communication, de l’Éducation nationale, l’Enseignement supérieur et la Recherche et du droit des femmes.

17D’autres pays ont fait le choix d’intégrer directement une perspective de genre dans leurs politiques publiques. C’est le cas de la Belgique qui, depuis 2007, a adopté la loi gender mainstreaming (littéralement « intégration du genre »), qui prévoit une série d’obligations pour les membres du gouvernement ainsi que pour les administrations fédérales visant à renforcer l’égalité des femmes et des hommes, y compris pour les politiques culturelles.

  • 5 Stratégie nationale de culture scientifique technique et industrielle (SNCSTI), mars 2017, p. 39-

18En mars 2017, la stratégie nationale de CSTI a été remise au ministre de la Culture et de la Communication et au secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Parmi les quatre thématiques retenues comme prioritaires par le Conseil national de la culture scientifique, technique et industrielle pour cette stratégie, figure l’égalité entre femmes et hommes. « Or les acteurs de la culture scientifique, technique et industrielle peuvent faire beaucoup pour combattre [les stéréotypes de genre], sans grand investissement de leur part : par exemple en sollicitant prioritairement des chercheuses dans les actions de médiation scientifique sur des sujets où on attend d’habitude les garçons : mathématiques, astrophysique, informatique, numérique, sciences de l’ingénieur ou encore en conviant les filles comme les garçons à faire et réussir des expérimentations en sciences dites dures, ou à concevoir des objets avec des imprimantes 3 D (comme dans les Fab labs)5. »

  • 6 Dossier de presse d’exposition Des elles et des ils, CCSTI Forum des sciences de Villeneuve-d’Ascq, (...)

19Les institutions muséales et culturelles devraient aujourd’hui porter la responsabilité de l’évolution des représentations de leurs publics. C’est le cas du CCSTI Forum des sciences qui, dans l’exposition Des elles et des ils présentée en 2012, montre à ses jeunes visiteurs une diversité de modèles de filles et de garçons tout en incitant les adultes à « une éducation sans préjugés » car « les stéréotypes se mettent en place très tôt et [qu’lil est difficile d’y échapper6. »

20De même, il est nécessaire pour les structures de porter une réflexion et sa mise en œuvre pour lutter contre les stéréotypes, la discrimination et promouvoir la diversité. Quelle vigilance les professionnels des musées doivent-ils adopter pour déconstruire ces représentations erronées ? Comment l’exposition, au travers du discours qu’elle porte, peut-elle contribuer à la diminution des stéréotypes ?

De la réalité aux nouvelles inspirations : quelques pistes de vigilance

21Depuis une dizaine d’années, des expositions et outils pédagogiques intégrant le genre dans leur propos ont vu le jour, conçus dans une logique d’interroger et de transformer les représentations stéréotypées des publics et lutter contre les inégalités femmes/hommes.

22Parmi elles, nous pouvons citer Au village des garfilles, une expomobile conçue en 2014 par Lacq Odyssée, le CCSTI des pays de l’Adour. L’objectif était de donner à voir et faire comprendre aux enfants de 8-12 ans les inégalités entre filles et garçons, en lien avec les représentations sexuées de chacun. La conceptrice de l’exposition, Marie Morel, intervenue à l’occasion de la formation OCIM, a pu témoigner du soin accordé par l’équipe de Lacq Odyssée à penser chaque élément de l’exposition (texte, iconographie, objets) pour déjouer tout biais sexiste. Ainsi, le choix de ne pas créer de rupture trop forte entre les propositions de l’exposition et les représentations des jeunes visiteurs issues de leur éducation a été fait. Il a été décidé de partir de l’environnement social et familier des enfants (maison, école) pour les amener à percevoir, par eux-mêmes, à partir de leur expérience, le caractère sexué de leurs représentations. Dans cette logique, les concepteurs ont aussi choisi, dans un module, de désigner les filles par la couleur violette et les garçons par la couleur verte afin de ne pas trop s’approcher des codes couleurs rose et bleu habituellement attribués aux filles et aux garçons.

  • 7 Ce critère de parité des comités scientifiques constitue un des engagements pris par Universcience (...)

23Dans quelle mesure les professionnels de l’exposition peuvent-ils faire preuve de précaution, pour éviter tout propos discriminant et stéréotype de genre dans leurs pratiques et leurs choix ? Donner la même place aux femmes et aux hommes constitue une première ambition, applicable à toutes les étapes de la conception d’une exposition. Ainsi, au début d’un projet d’exposition, il peut s’agir de respecter la parité dans le choix des comités de pilotage et scientifique, et autres instances décisionnaires. Dès lors, restaurer la place des femmes au sein de ces comités peut concourir à prendre davantage en compte leurs points de vue dans le propos de l’exposition, et ainsi à les rendre plus visibles aux yeux des publics7.

24Cette visibilité des femmes et ce respect de la parité peuvent être également source d’attention pour le muséographe, au moment du choix des personnes qui incarneront le discours porté dans l’exposition. Dans le cas des interviews d’experts, par exemple, force est de constater que la tribune est le plus souvent donnée aux hommes qu’aux femmes. Ce qui renforce le stéréotype selon lequel l’expert est un homme. Pour pallier ce genre d’écueil, le collectif en ligne Les Expertes8 s’est formé. Il recense de nombreuses chercheuses susceptibles d’être sollicitées pour tenir un discours spécialisé.

25Cependant, cette représentativité ne saurait être cohérente sans le rétablissement d’une représentation réaliste des femmes et des hommes dans les contenus, au travers de leur incarnation dans une multiplicité de situations, de métiers et de rôles possibles. La conception d’une exposition ainsi que sa communication (campagne d’affichage), au travers des choix iconographiques, audiovisuels et d’objets censés personnifier les femmes et les hommes, auront une importance capitale pour véhiculer des images plus réalistes et justes.

  • 9 Une définition de l’inclusion pourrait être l’intégration dans la société de groupes défavorisés su (...)

26Par ailleurs, en faveur de l’égalité des sexes, à l’instar du choix des images, l’écriture des textes visera à encourager une meilleure inclusion9. En ce sens, plusieurs pistes non exhaustives d’amélioration ont été mentionnées durant la formation : féminisation des noms de métiers, langage épicène, règle de proximité, écriture inclusive. Ces propositions n’ayant d’ailleurs pas toujours fait l’unanimité parmi les participants.

27De manière plus générale, la question des publics a été également largement questionnée au cours de la formation. Et une difficulté est apparue : la légitimité de l’institution à se positionner sur un sujet aussi intime et face à une diversité de publics, aux origines socio-ethniques et aux cultures très variées. Une réponse résiderait dans le rôle de l’équipe de médiation, qui pourrait se positionner comme un garde-fou dans les rapports entre institution et publics. Impliquer cette équipe dans les choix, dès les premières étapes de conception de l’exposition, permettrait de se prémunir de partis pris inadéquats. En outre, le médiateur pourra « chausser des lunettes genre » et appliquer à tout moment de son activité les principes de vigilance cités plus haut sur l’emploi des termes, le contenu de son discours et ses comportements. En donnant par exemple autant la parole aux filles qu’aux garçons, en valorisant autant les réponses des unes que des autres, ou en évitant de solliciter les unes et les autres selon des réflexes obéissant aux stéréotypes.

28Dans le cas spécifique d’une médiation accompagnant une exposition dédiée à la thématique du genre, le rôle du médiateur prend tout son sens puisqu’au travers de formats de médiation participatifs, et dans un esprit de co-construction des savoirs avec les visiteurs, il peut permettre d’éveiller les consciences sur les stéréotypes et d’accompagner la transformation et la déconstruction de leurs représentations.

Vers un musée inclusif assumé

29Prendre en compte le genre dans les expositions et les pratiques professionnelles des musées est une démarche récente menée par des acteurs du champ du PCSTI en France. Elle permet aux institutions de s’inscrire dans des enjeux sociétaux actuels et de s’engager dans le débat public. Certaines structures, comme les centres de sciences, l’intègrent déjà dans leur politique institutionnelle et les actions proposées. Abordé sous des angles différents, le genre devient soit un sujet propre de l’action développée, soit une occasion de s’organiser en interne ou avec des partenaires. II permet de questionner les manières de concevoir, écrire ou débattre ainsi que de faire évoluer compétences et métiers.

30Pour les professionnels du PCSTI, la prise en compte du genre dans leurs pratiques est à coup sûr une thématique « frémissante », selon les termes de Florence Abrioux, qui mériterait donc d’être à nouveau questionnée dans le cadre d’une prochaine formation OCIM.

31La prise en compte du genre interroge l’engagement des institutions muséales et des centres de science pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais, au-delà, elle amène à se questionner sur leur rôle et leur positionnement dans l’inclusion sociale et la promotion de toutes les formes d’égalités : lutte contre les discriminations, engagement en faveur de l’égalité raciale, de Légalité sociale ou prise en compte des publics empêchés.

Haut de page

Notes

1 Centre de culture scientifique, technique et industrielle.

2 Frugier Stéphane. 2016. « Le profil socio-démographique et les activités des médiateurs de CSTI », Lettre de l’OCIM, n° 164, mars-avril, p. 12-20.

3 Centre de culture scientifique technique et industrielle.

4 Publication en ligne : http://www.larotonde-sciences.com/app/uploads/2017/06/engagement-rotonde2016.pdf.

5 Stratégie nationale de culture scientifique technique et industrielle (SNCSTI), mars 2017, p. 39-

6 Dossier de presse d’exposition Des elles et des ils, CCSTI Forum des sciences de Villeneuve-d’Ascq, 2012.

7 Ce critère de parité des comités scientifiques constitue un des engagements pris par Universcience dans sa charte pour Légalité des femmes et des sciences dans le domaine des sciences et technologies.

8 Publication en ligne : <https://expertes.fr/>. Consulté le 11 novembre 2017.

9 Une définition de l’inclusion pourrait être l’intégration dans la société de groupes défavorisés sur base de droits et de devoirs équivalents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Candice Chaillou et Ewa Maczek, « Le genre dans l’exposition et les pratiques professionnelles »Culture & Musées, 30 | 2017, 209-212.

Référence électronique

Candice Chaillou et Ewa Maczek, « Le genre dans l’exposition et les pratiques professionnelles »Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.1294

Haut de page

Auteurs

Candice Chaillou

Candice Chaillou, chargée de formation continue, OCIM (Office de coopération et d’informations muséales) – université de Bourgogne. Titulaire d’une maîtrise de biologie des organismes et des populations, et d’un master professionnel en communication scientifique et technique, Candice Chaillou a travaillé pendant six ans dans le secteur de la médiation et de l’exposition (coordination du programme de CST l’Experimentarium et formation de jeunes chercheurs à la médiation ; conception, réalisation et animation de l’exposition itinérante Nano-révolution en Champagne-Ardenne pour le CCSTI de Champagne-Ardenne ACCUSTICA). En 2013, elle a intégré le secteur développement professionnel de l’OCIM en tant que chargée de formation continue. Elle y conçoit, réalise et encadre des formations courtes à destination des professionnels du patrimoine et de la culture scientifique et technique sur des sujets variés. L’une des dernières formations qu’elle a pu piloter avait pour intitulé « Prendre en compte le genre dans l’exposition ».
Courriel : candice.chaillou@u-bourgogne.fr

Ewa Maczek

Ewa Maczek est directrice-adjointe et responsable du développement professionnel à l’OCIM (Dijon). Suite à plusieurs missions conduites en Pologne, au Luxembourg et en France, Ewa Maczek intègre l’OCIM en 2000. Elle développe des actions dans le domaine de formation, puis devient responsable de ce secteur en 2004. Aujourd’hui directrice adjointe de l’OCIM, elle continue à mener des actions dans les domaines de l’accompagnement et de la formation des professionnels de PCSTI, et développe des observations notamment dans le cadre du réseau des Experimentarium.
Courriel : ewa.maczek@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search