Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30LecturesKate Hill, Women and Museums 1850...

Lectures

Kate Hill, Women and Museums 1850-1914 : Modernity and the Gendering of Knowledge

Manchester : Manchester University Press. 2016
Felicity Bodenstein
p. 217-220
Référence(s) :

Kate Hill, Women and Museums 1850-1914 : Modernity and the Gendering of Knowledge. Manchester : Manchester University Press. 2016, 251 p.

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Kate Hill confirme sa place dans une tradition de recherche relative à l’histoire sociale des musées en Grande-Bretagne (Hudson, 1975). Elle reprend la période historique (1850-1914) qui formait déjà le cadre chronologique de sa thèse, examinant les classes sociales dans les musées municipaux et, bien que cet ouvrage soit plus spécifiquement dédié à la question des femmes dans les musées, elle reconduit une structure thématique qui lui permet de reposer certaines questions au cœur de ses travaux précédents (Hill, 2005,2011,2012). On retrouve notamment le soin d’éviter une représentation trop exclusive du musée comme un espace de reproduction d’une culture élitaire, fondée sur des lectures foucaldiennes focalisées souvent sur les grands musées nationaux mais prêtant trop peu d’attention aux différentes échelles géographiques et sociales dans lesquelles s’élaborent les actions de cette institution multiple. Elle choisit, pour cela, d’aborder la question des femmes et des musées à partir du lieu physique de l’institution pour ensuite élargir progressivement les perspectives. Analysant en premier lieu la représentation des femmes comme employées des musées, elle examine ensuite ce qui les attache aux musées à travers la donation, le mécénat et l’intérêt pour certaines disciplines et courants intellectuels. Cette structure lui permet de considérer l’ensemble des stratégies que les femmes ont élaborées pour agir depuis et sur le musée, ainsi que l’impact spécifique que ces actions ont eu sur le développement de certaines formes de collections, muséographies et pratiques pédagogiques.

  • 1 Celui ci-comprend, au-delà des personnes travaillant au sein du musée, l’ensemble des réseaux d’act (...)

2C’est à partir de la notion du musée « distribué1 » (p. 5-6) qu’elle présente le rôle des femmes, ce qui lui permet de complexifier l’étude de la mobilité et de la transformation sociale. Il s’agit notamment d’élucider les termes de la négociation entre des forces conservatrices et progressistes, ou encore élitaires et démocratiques, qui se jouent dans cette institution culturelle et scientifique. Ce prisme « des femmes au musée » qui pourrait, de prime abord, sembler quelque peu banal, permet en réalité à K. Hill de saisir et d’historiciser l’ambiguïté d’un grand récit de la modernité (p. 4). En effet, l’aspiration d’inclure les femmes dans tous les aspects de la vie publique et moderne est imbriquée dans ce récit du progrès et du changement qui est souvent perçu comme « masculin ».

3K. Hill fonde son étude sur un corpus très large d’institutions, allant des grandes institutions nationales aux musées municipaux, voire locaux ; dans la mesure du possible, et parfois d’ailleurs aux dépens d’une certaine profondeur d’analyse, elle s’intéresse à une diversité de types de collections. Ce travail se confronte à la difficulté de faire émerger son sujet de ces sources très inégales, souvent peu prolixes dans le cas des femmes, d’autant que celles ayant des positions hiérarchiquement importantes à cette période sont en nombre très réduit. En partant dans un premier chapitre du musée comme un lieu qui emploie les femmes, elle donne un aperçu autant quantitatif que qualitatif de l’évolution de leur statut, en remarquant une augmentation sensible juste avant et pendant la Première Guerre mondiale. Le hasard veut que la première femme nommée au titre de conservatrice soit une dénommée « Kate Hill », embauchée en 1894 au Whitechapel Museum (p. 23). En dehors de quelques cas exceptionnels, l’auteure remarque que les femmes restent largement sous-payées et reléguées à des positions subalternes, afférent notamment aux métiers des services (nettoyage, accueil, secrétariat). K. Hill observe aussi qu’elles avancent là où leur évolution est facilitée, dans le domaine pédagogique et dans des modes de vulgarisation, en particulier auprès des enfants ; en somme, là où leurs compétences sont plus volontairement reconnues. Ainsi, les femmes participent dans une large mesure aux modalités concrètes de la mission éducative du musée, grâce à des initiatives relevant majoritairement du volontariat. La question du travail scientifique sur les collections est aussi étroitement associée à celle de l’éducation des femmes d’une manière générale, et de la place qu’on leur accorde au sein des universités. Selon K. Hill, les femmes arrivent à jouer un rôle dans la construction des savoirs de façon indirecte et souvent sans reconnaissance publique.

4Dans les chapitres suivants, sa prise en compte du distributed museum lui permet de circuler au-delà des limites strictes du musée pour se connecter à l’ensemble des réseaux d’acteurs en lien avec l’institution : marchandes, donatrices, visiteuses, ou encore femmes qui investissent les terrains archéologiques et ethnographiques. C’est plus particulièrement en abordant le rôle des femmes en tant que donatrices que K. Hill valorise son travail archivisitique afin de présenter une vue équilibrée, entre des femmes « exemplaires » - plus amplement documentées - et les apports de femmes moins connues et, en général, issues de classes sociales moins privilégiées. De ces archives souvent sommaires, qui fournissent certes des statistiques mais qui sont peu exploitables pour saisir les intentions derrière les gestes individuels, l’historienne ne peut restituer qu’une vision fragmentaire de ces pratiques. Pourtant, elle reste soucieuse de documenter les donations les plus modestes et de souligner que les pratiques de la donation et du mécénat ne se limitent pas à quelques noms célèbres (e.g. lady Charlotte Schreiber, lady Wallace) qui sont plus faciles à étudier mais qui ne donnent qu’un résultat biaisé en négligeant les perspectives de classe. Elle choisit aussi ses biographies de femmes afin d’illustrer les conditions derrière lesquelles certains choix sont faits et afin de comprendre la spécificité de la culture matérielle qui entre au musée grâce aux gestes de celles-ci. Les femmes favorisent en effet le développement de certains types de collections, associés à la sphère domestique ou privée, et leur entrée au musée permet la représentation de valeurs et d’émotions domestiques ou familiales (deuil, commémoration, fierté filiale) dans le domaine public, voire politique (national, municipal) du musée (p. 49). Or, comme c’est le cas pour les hommes, K. Hill reconnaît que ces femmes se servent aussi de leurs relations avec les musées pour améliorer un postponement social et économique. Pour K. Hill, leur comportement se conforme à celui des hommes ou s’en éloigne en fonction des objectifs qu’elles cherchent à atteindre.

5En se focalisant dans le troisième chapitre sur les catégories d’objets donnés, K. Hill poursuit une hypothèse de travail sur la nature du pouvoir et de l’agentivitité des femmes dans la construction des collections. Elle estime que l’apport - aussi bien quantitatif que qualitatif - des objets provenant des collections formées par des femmes a ouvert une voie alternative au musée rationnel qui sépare et classe le monde comme dans le cas exemplaire des collections de sciences naturelles. Elle voit là les origines, du moins en partie, des musées qui prennent plus particulièrement en compte la vie sociale des objets et sont soucieux des questions sociales, mémorielles, et de l’expression d’une certaine forme de nostalgie pour la société préindustrielle (Hill, 2016 : 78). Dans cette démonstration de la féminisation du musée, certaines collections s’avèrent en effet particulièrement significatives : les habits et les tissus, les souvenirs et les reliques, ou encore les objets désuets mais représentatifs du passé, des heirlooms provenant d’un patrimoine familial. Les donatrices exploitent le pouvoir légitimant du musée, où leurs objets acquièrent le statut d’objet authentique ; ce qui sert aussi en retour à valoriser les domaines de la vie domestique ou des pratiques de productions auxquels ils se réfèrent (coudre, broder). Toutefois, l’auteure manque peut-être ici l’opportunité d’engager un dialogue avec des collections faites par des hommes qui pouvaient aussi être associées à ces catégories, et donc de mieux comprendre les enjeux de ces rôles genrés à travers des cas où ceux-ci semblent moins clairement lisibles et encore inconsciemment ou consciemment transgressés.

6La visite du musée forme une étude à part. Elle s’appuie sur les dernières recherches menées sur cette question, toujours difficile à saisir du fait de la rareté des sources pour le XIXe siècle et d’autant plus difficile quand il s’agit de cerner la place d’une catégorie de visiteurs. À travers différentes voix, l’auteure tente de résumer les usages d’étude et de loisir, mais aussi de découverte de soi, exprimés dans des récits de visites comme ceux de Beatrix Potter, célèbre auteure pour enfants. Or, ce que les femmes voient et vivent au musée est souvent considéré en lien avec la manière dont elles sont vues, perçues, et les comportements exigés et attendus. Selon une certaine idéologie du musée comme étant un lieu pour forger des citoyens et pour civiliser les classes ouvrières, le rôle de correction par rapport à la nature « frivole » et « irrationnelle » des femmes semble aller de soi (p. 105). Dans ce récit, la question du contrôle social exercé par le musée à travers certaines conventions et attentes est toujours contrebalancée par des pratiques individuelles d’étude et de délectation, et des actions collectives qui pouvaient, comme dans le cas des suffragettes, détourner le caractère normatif de l’institution pour souligner des inégalités (p. 118-119).

7Dans une réflexion sur la spécificité et les limites de l’agentivité des femmes, K. Hill s’interroge sur quelques cas de mécénat et de soutien financier par des femmes dotées d’un capital social et culturel plus élevé que la moyenne. De même que dans son étude sur les objets collectés et donnés par les femmes, K. Hill cherche à savoir si les hommes et les femmes envisageaient le musée, et sa mission, tout à fait de la même manière. Depuis une position d’autorité qu’incarne le mécénat, les femmes considérées ont favorisé des formes muséales que K. Hill caractérise comme quasiment alternatives, en tout cas plus accueillantes, plus aptes à encourager les moins éduquées à bénéficier des ressources des musées.

  • 2 Le « salvage paradigm » ou « paradigme du sauvetage » est un terme anthropologique du début du XXe (...)

8Les deux derniers chapitres proposent d’explorer l’essor de champs d’études ou de disciplines donnant lieu à des modes muséographiques spécifiques, comme l’archéologie et l’anthropologie, mais aussi le « salvage paradigm2 » et la préservation des traditions artisanales dans un contexte rural. C’est ici que se précisent les modalités par lesquelles le musée négocie concrètement l’inclusion des femmes mais aussi la hiérarchisation des valeurs considérées comme masculines et féminines. On voit comment les femmes, engagées dans ces disciplines de terrain, agissent en médiatrices entre ces nouveaux lieux de la collection, le musée et le public, et quelles places elles peuvent désormais occuper au moment même où leur accès à des formations universitaires s’améliore. Dans le dernier chapitre de son livre, K. Hill examine l’identification d’un certain nombre de femmes avec la pensée de John Ruskin à partir de deux constatations : celle de la préservation des modes authentiques de la production artisanale, et celle se rapportant à l’idée du pouvoir réformateur de ces traditions face à l’aliénation produite par l’industrialisation. En s’appuyant sur la pensée de J. Ruskin et de William Morris, K. Hill explique qu’elles ont participé à des muséographies mettant en avant une hiérarchie de valeurs où le savoir intégré et pratique, ainsi que le monde affectif et familial, étaient plus importants que « l’idée masculine d’un savoir désincarné » (p. 184). On regrette un peu l’absence d’une réflexion plus explicite sur les modalités d’appropriation des idées de deux hommes considérés comme « anti-modernes » et victoriens, et leurs positions sur la question des femmes. Toutefois, on voit bien que l’histoire de la réception de J. Ruskin évolue de façon sensiblement différente chez les hommes, où ses idées se démodent très vite vers 1900, que chez les femmes où, au contraire, elles semblent garder une grande pertinence pour être largement appliquées dans des projets de musées dédiés notamment à la vie rurale. Cela ouvre des perspectives très intéressantes pour comprendre ce que pouvait alors signifier un point de vue « féminin » sur la muséographie et la mise en scène du passé traditionnel autour de 1900 : il en ressort de toute évidence une sensibilité particulière face à l’essor d’un monde moderne, industrialisé, et plus attentif aux classes défavorisées.

  • 3 « Most authors seem to equate gender with sex. Further, both male and female authors naturalize the (...)

9L’ouvrage tire sa qualité principale de la manière dont il équilibre des perspectives qui permettent de saisir le musée, à la fois comme le reflet assez fidèle d’une société conservatrice, mais aussi comme un activateur potentiel d’émancipation des femmes. L’auteure ne passe pas non plus à côté de l’ambiguïté de certaines formes d’auto-essentialisation dans la fabrique d’une identité féminine où semblent parfois se confirmer des hiérarchies héritées d’un ordre social alors même qu’on cherche à le faire évoluer. Il peut donc être intéressant de lire l’étude de K. Hill à la lumière d’un autre ouvrage publié en 1994 par le Smithsonian Institute : Gender Perspectives : Essays on Women in Museums (Glaser & Zenetou, 1994). Ce portrait assez fragmentaire brossé par une vingtaine d’auteurs sur la situation des femmes au musée, et plus particulièrement aux États-Unis à la fin du XXe siècle, faisait le constat d’inégalités frappantes qui subsistent encore aujourd’hui dans ce milieu devenu pourtant très largement féminin. Il rapporte aussi la naturalisation des rôles attribués aux femmes dans les musées, liés à leurs compétences de « nurturers and caretakers » (« nourricières et soignantes3 ») (Robbins & Parezo, 1996 : 75), et dénonce l’absence d’une position critique par rapport à cette situation à la fin du XXe siècle. En relisant ce volume critique, le travail de K. Hill se dote d’une pertinence supplémentaire car il nous permet de saisir la longue construction sociale et historique qui sous-tend des observations encore très actuelles.

Haut de page

Bibliographie

Glaser (Jane R.) & Zenetou (Artemis A.). 1994. Gender Perspectives :Essays on Women in Museums. Washington : Smithsonian Institution Press.

Hill (Kate). 2005. Culture and Class in English Public Museums, 1850-1914. Londres : Burlington, VT : Ashgate.

Hill (Kate). 2012. Museums and Biographies : Stories, Objects, Identities. Woodbridge : Boydell Press.

Hill (Kate). 2011. « Whose Objects ? Identity, Otherness and Materiality in the Display of the British Past c. 1850-1950 ». Museum History Journal, 2(4), juillet, p. 127-138.

Hudson (Kenneth). 1975. A Social History of Museums :What the Visitors Thought. Londres : Macmillan.

Robbins (Helen A.) & Parezo (Nancy J.). 1996. « Book Review :Gender Perspectives : Essays on Women in Museums ». Museum Anthropology, 2(20), p. 74-75.

Haut de page

Notes

1 Celui ci-comprend, au-delà des personnes travaillant au sein du musée, l’ensemble des réseaux d’acteurs en lien avec le musée, y compris les marchands, les donateurs, les visiteurs, les chercheurs de terrain (archéologues, ethnologues...) et les visiteurs.

2 Le « salvage paradigm » ou « paradigme du sauvetage » est un terme anthropologique du début du XXe siècle qui décrit la volonté de préserver des objets ou traditions menacés de destruction par une culture dominante. Il postule qu’en entrant en contact avec le monde moderne, l’authenticité des cultures non occidentales ou traditionnelles voire rurales serait corrompue (Janice Gurney catalogue The Salvage Paradigm, éd. YYZ Gallery and Wynick Tuck Gallery, 1990 [traduit de l’anglais]).

3 « Most authors seem to equate gender with sex. Further, both male and female authors naturalize the role and behaviors of women by stating that women are good at collective work. » (Trad. : « La plupart des auteurs semblent assimiler genre et sexe. En outre, les auteurs aussi bien masculins que féminins naturalisent le rôle et les comportements des femmes en déclarant que les femmes sont bonnes pour le travail collectif. »)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Felicity Bodenstein, « Kate Hill, Women and Museums 1850-1914 : Modernity and the Gendering of Knowledge »Culture & Musées, 30 | 2017, 217-220.

Référence électronique

Felicity Bodenstein, « Kate Hill, Women and Museums 1850-1914 : Modernity and the Gendering of Knowledge »Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 16 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1298 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.1298

Haut de page

Auteur

Felicity Bodenstein

Technische Universitàt

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search