Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30LecturesJennifer Tyburczy, Sex Museums. T...

Lectures

Jennifer Tyburczy, Sex Museums. The Politics and Performance of Display

Chicago, Londres : The University of Chicago Press. 2016
Valentin Gleyze
p. 224-226
Référence(s) :

Jennifer Tyburczy, Sex Museums. The Politics and Performance of Display. Chicago, Londres : The University of Chicago Press. 2016, 286 p.

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rubin (Gayle). 2010. « Penser le sexe », p. 135-209 in Surveiller et jouir Anthropologie politique (...)

1On sait que la sexualité occupe un positionnement de premier plan aux États-Unis dans la sphère publique, dont le musée et les politiques institutionnelles constituent des lieux de forte intensité, tant dans la production directe que dans la cristallisation oblique du débat. L’acte de censure contre un montage d’extraits du film A Fire in My Belly (1990) de David Wojnarowicz au sein de l’exposition Hide/ Seek : Difference and Desire in American Portraiture à la National Portrait Gallery de Washington, D.C., en 2010, avec lequel Jennifer Tyburczy choisit d’ouvrir son livre, rappelle des précédents notoires. On se souvient des décennies 1980 et 1990 comme ayant été le théâtre de « guerres culturelles » (« cultural wars »), dont le principal mode de soutien étatique à la création, sous l’aspect du National Endowment for the Arts, fut l’un des terrains les plus sujets à controverse. Or, dans le cas du film de D. Wojnarowicz, l’auteure relève précisément dans la séquence retenue – qui fut prétexte à demander la fermeture de l’exposition -, la présence significative de conduites sexuelles historiquement codifiées comme déviantes au sein du système hiérarchique de valeur sexuelle, pour reprendre la formulation de Gayle Rubin1.

  • 2 Foucault (Michel). 1976. Histoire de la sexualité. La volonté de savoir. Paris : Gallimard.
  • 3 Bourcier (Marie-Hélène/Sam). 2001. « Foucault et après, théorie et politiques queers », p. 175-194 (...)

2Au-delà de l’aspect anecdotique de l’épisode, l’objet du propos de J. Tyburczy trouve dans cet exemple une actualisation singulière. L’auteure entend rendre compte des effets produits par la présence de la sexualité dans le champ muséal, que celle-ci soit explicite, dans les musées dont cela est le sujet, ou plus tacite, dans la mesure où le musée n’en ferait jamais l’économie. Dans son introduction à l’ouvrage (« All Museums are Sex Museums »), J. Tyburczy revient longuement sur cette équation qu’elle pose entre sex museums et musées, pour démontrer que jamais la sexualité ne se situe hors du champ muséal, et que le musée participe de son administration de façon spécifique. Dans le parallèle suggéré avec les institutions pénitentiaires, scolaires et psychiatriques, et la reprise d’une pensée du pouvoir diffus visant au contrôle des populations, l’auteure positionne son entreprise à l’intérieur du cadre conceptuel devenu classique de Michel Foucault2, dont elle reprend ici significativement la notion d’« implantation perverse » (p. 3). Par des moyens qui lui sont propres, analysés de façon détaillée par J. Tyburczy, l’institution muséale participerait ainsi à la mise en discours de la sexualité, que M. Foucault pose comme l’un des rouages constitutifs de sa régulation. Néanmoins, il doit être noté que la lecture retenue de M. Foucault est caractéristique de sa réception états-unienne, et queer en particulier, en ce qu’elle réinvestit ce corpus théorique, qu’elle concourt en même temps à fonder, pour en faire le vecteur d’une politique du point de vue minoritaire postidentitaire3. L’affirmation de l’auteure selon laquelle l’institution muséale, dans son immense majorité, produirait activement un régime de sexualité hétéronormatif, est à lire en cette direction.

3En constatant le trop peu d’attention dont ont bénéficié l’institution muséale et ses pratiques d’exposition dans le paysage de l’histoire de la sexualité, la recherche de J. Tyburczy débute avec une enquête ethnographique à partir de quatre sex museums de statuts différents, apparus à la même période, entre la fin des années 1990 et le milieu des années 2000, aux États-Unis et au Mexique. Le Leather Archives & Museum de Chicago (structure indépendante destinée à la collection et à l’exposition d’objets issus des subcultures cuir, fetish et BDSM), le Museum of Sex de New York (structure privée d’histoire sociale accueillant des expositions temporaires), le World Erotic Art Museum de Miami Beach (destiné à l’exposition de la collection de 4 000 pièces de Naomi Wilzig), et El Museo del Sexo de Mexico (structure privée faisant partie d’un complexe plus large nommé « Sex Capital »). L’importance génératrice laissée au terrain (chapitre quatre, « Touring the Sex Museum » ; chapitre cinq, « Exhibiting the Sexual Modern ») et le recours à l’histoire récente, exemplifiée par l’épisode autour de D. Wojnarowicz exhumant le souvenir âcre des « guerres culturelles » (chapitre trois, « WARNING : Dissident Sex in the Museum »), attestent en ce sens d’un ancrage dans un temps contemporain. Toutefois, l’ouvrage tire un bénéfice plus grand du jeu instillé par l’auteure, en second lieu, avec une temporalité plus longue, qui relève du temps historique moderne (chapitre un, « Hard-Core Collecting and Erotic Exhibitionism » ; chapitre deux, « Nudes and Nazis ; or, Surveying Sex through Violence in Museums »). Cette tension entre ces deux pôles irrigue avec intérêt l’ensemble du livre, dont le découpage cherche à montrer de quelle façon le musée, dès son institutionnalisation, contribue à former les catégories du normal et du pathologique, à travers l’usage de dispositifs d’exposition (display) qui se reconfigurent en fonction de contextes donnés.

4L’architecture théorique du livre de J. Tyburczy est complexe car elle fait intervenir, à l’endroit du musée et de son histoire, une variété de discours (entretiens, comptes rendus d’observation, souvenirs personnels), ainsi qu’un ensemble de développements académiques propre au champ universitaire états-unien, à l’instar des performance studies, dont l’auteure est issue, et qui restent sans équivalent en France. De plus, et cela est une conséquence directe de ce qui précède, le texte lui-même atteint un niveau supplémentaire de densité, non parce que J. Tyburczy aurait quelque velléité littéraire, mais parce que la critique queer est également appréhendée comme une méthode expérimentale d’écriture. À rebours de la critique féministe matérialiste classique, qui a tendance à penser le sujet queer comme un corps absent, et du paradigme épistémologique fondant la fonction-auteur comme dégagée d’affects, J. Tyburczy entend rendre compte de son expérience physique et psychologique, et par extension de celle des visiteurs et visiteuses, en tant qu’instruments de connaissance à part entière traversés de sensations en réponse à la sexualité.

  • 4 Cusset (François). 2003. « L’invention d’un corpus », p. 25-139 in French Theory. Foucault, Derrida (...)
  • 5 Berger (Anne Emmanuelle). 2013. « Les fins d’un idiome. Ou la différence sexuelle en traduction », (...)
  • 6 Baqué (Dominique). 2002. Mauvais Genre(s). Érotisme, pornographie, art contemporain. Paris : éditio (...)

5De plus, à de multiples niveaux, le texte manifeste le souci de son utilité. Cela est particulièrement tangible lorsque l’auteure s’attache à forger des notions qu’elle dit vouloir être opératoires sur le plan pratique, à l’exemple de sa proposition de queer curating (chapitre six, « Queer Curatorship »). De fait, la lecture de cet essai dans un contexte français est intéressante, dans la mesure où sa valeur d’usage est indexée sur sa qualité de retraduction. Car il s’agit bien de traduction au second degré, par ricochets de réception de textes français aux États-Unis qui font retour en France, à la suite d’interprétations nouvelles et d’erreurs de lecture productives4. Le travail d’importation qui doit être engagé avec les notions mises en jeu par J. Tyburczy suppose de faire face à des difficultés importantes de terminologie. De façon analogue à ce qui a pu être écrit sur la circulation du signifiant « différence sexuelle5 », le terme anglais « sex » ne coïncide pas parfaitement avec le mot « sexe » en français. Dans le même ordre d’idée, quand bien même le phénomène des sex museums resterait a priori marginal en France, il faut entendre l’invitation de l’auteure, formulée dans le titre de son introduction, pour considérer la muséologie et l’environnement muséal à nouveaux frais. Plusieurs événements épars émaillant l’histoire des expositions gagneraient ainsi à être rapprochés sur la base de cette grille d’analyse féministe et queer, plutôt que de détourner le débat à l’avantage de considérations juridiques qui fondent la majeure partie des débats français au sujet de la sexualité dans le champ muséal. On peut penser à l’éviction d’Alberto Sorbelli par les commissaires de L’Hiver de l’Amour à l’ARC/musée d’Art moderne de la ville de Paris, en 1994, « au motif “d’immoralité” de la prostitution6 », ainsi qu’à l’accueil réservé à ses actions sous les traits du personnage de « La Pute » au musée du Louvre et dans différents lieux d’art, à partir de 1991. De même, on peut penser au cauchemar juridique de la poursuite des commissaires de l’exposition Présumés innocents. L’art contemporain et l’enfance au CAPC, centre d’art contemporain de Bordeaux, entre 2000 et 2011. Une association avait déposé plainte au motif que du contenu qualifié par elle de « pornographique » puisse être accessible à des visiteurs mineurs, et que certaines des œuvres accrochées pouvaient relever selon elle de la qualification de « pédopornographie ».

6Sex Museums marque un aboutissement important de la critique queer outre-atlantique, par l’intervention que J. Tyburczy opère dans l’histoire du musée et dans le récit de la pratique concrète de son espace. La publication de cet essai s’inscrit de manière cohérente dans l’horizon universitaire et curatorial états-unien, par contraste avec l’événement de sa lecture en France, où la réflexion peut se prévaloir d’un certain degré d’historicité, mais reste encore spécialement marquée par une absence de politiques d’expositions véritablement innovantes sur ce point – notamment dans leur considération de théorisations issues de communautés non hétérosexuelles et de leurs récits d’expérience – qui restent largement à élaborer.

7Si dans son analyse remarquable J. Tyburczy emprunte nombre d’outils centraux à la « théorie française », l’exercice de réappropriation queer ne fonctionne jamais aussi bien que lorsqu’il sert un retournement critique sur lui-même.

Haut de page

Notes

1 Rubin (Gayle). 2010. « Penser le sexe », p. 135-209 in Surveiller et jouir Anthropologie politique du sexe. Paris : EPEL.

2 Foucault (Michel). 1976. Histoire de la sexualité. La volonté de savoir. Paris : Gallimard.

3 Bourcier (Marie-Hélène/Sam). 2001. « Foucault et après, théorie et politiques queers », p. 175-194 in Queer Zones. Politiques des identités sexuelles, des représentations et des savoirs. Paris : Balland.

4 Cusset (François). 2003. « L’invention d’un corpus », p. 25-139 in French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis. Paris : La Découverte.

5 Berger (Anne Emmanuelle). 2013. « Les fins d’un idiome. Ou la différence sexuelle en traduction », p. 151-177 in Le Grand Théâtre du genre. Identités, sexualités et féminisme en « Amérique ». Paris : Belin.

6 Baqué (Dominique). 2002. Mauvais Genre(s). Érotisme, pornographie, art contemporain. Paris : éditions du Regard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Gleyze, « Jennifer Tyburczy, Sex Museums. The Politics and Performance of Display »Culture & Musées, 30 | 2017, 224-226.

Référence électronique

Valentin Gleyze, « Jennifer Tyburczy, Sex Museums. The Politics and Performance of Display »Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.1303

Haut de page

Auteur

Valentin Gleyze

Université Rennes 2 – Laboratoire histoire et critique des arts

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search