Navigation – Plan du site
Lectures

Marie Gouyon, Frédérique Patureau & Gwendoline Volat, La Lente Féminisation des professions culturelles

Paris : Culture Études, 2016
Séverine Sofio
p. 231-234
Référence(s) :

Marie Gouyon, Frédérique Patureau & Gwendoline Volat, La Lente Féminisation des professions culturelles. Paris : Culture Études, 2016, 20 p.

Texte intégral

1En 2016 paraît, dans la collection « Culture Études » du département des Études, de la Prospective et des Statistiques du ministère de la Culture, un court rapport sur la féminisation des professions culturelles depuis les années 1990 (Gouyon, Patureau & Volât, 2016). Cette synthèse fait suite à un premier rapport paru deux ans auparavant (Gouyon & Patureau, 2014), consacré à un portrait global des professions culturelles en France au prisme de leur évolution sur les vingt dernières années, et dont on peut compléter la lecture par une troisième synthèse portant sur les revenus et le niveau de vie des professionnels de la culture (Gouyon, 2015).

  • 1 La catégorie « professions culturelles » est d’autant plus hétérogène que les métiers qu’elle regro (...)
  • 2 Pour la ventilation de cette population globale entre les différents métiers, cf. Gouyon & Patureau (...)

2Que sont les « professions culturelles » dont il est question dans ces divers rapports ? Il s’agit de « l’ensemble particulièrement hétérogène des activités professionnelles – au sens anglais d’occupations relevant du champ d’intervention du ministère de la Culture et de la Communication » (p. 2). On pourrait le dire autrement : les professions considérées ici ont pour point commun soit de travailler en lien avec des œuvres (littérature, arts vivants, beaux-arts...) anciennes ou contemporaines, soit de travailler au moyen d’outils et de techniques artistiques (dessin, comédie, écriture...)1. À ce stade, pour avoir une idée de l’ampleur des phénomènes observés au niveau national, on peut se demander combien de personnes représentent ces « professions culturelles » – ce que ne mentionnent pas les auteures de l’enquête. Les professionnels de la culture en France étaient environ 380 000 en 1991 ; ils sont près de 580 000 en 2011, soit environ 2 % de la population active en France (Gouyon & Patureau, 2014 :2). Il est bon d’avoir en tête, dès lors, que la population scrutée ici est minoritaire. En outre, si elle présente quelques traits spécifiques, comme on le verra un peu plus loin, cette population se répartit due facto entre plusieurs corps de métier fort différents les uns des autres2. L’entité « professions culturelles » est ainsi constituée de treize groupes professionnels, allant des architectes aux traducteurs et interprètes.

  • 3 Des études récentes ont néanmoins montré que, en dépit du dynamisme de quelques secteurs tels que l (...)

3Ces données générales posées, un quadruple constat ouvre le rapport. On sait en effet que, en un mouvement à peu près continu depuis un demi-siècle, les femmes sont proportionnellement de plus en plus nombreuses sur le marché du travail, au point que l’on tend aujourd’hui vers la parité dans la population active (48 % de femmes en France en 2013). On sait de même que les activités culturelles constituent un marché de l’emploi en pleine expansion (+ 200 000 emplois de 1991 à 2011 – cf supra)3. On sait également que la part des étudiantes des formations professionnalisantes dans le domaine des arts et de la culture ne cesse de croître : avec 59 % des effectifs en 2011-2012, les filles sont désormais majoritaires dans ces formations (GPV : 3). On sait enfin que les femmes sont globalement surreprésentées dans la fréquentation des équipements culturels, comme dans les activités artistiques en amateur (cf. Donnat, 2005, ou Octobre, 2005).

4De tous ces éléments, on pourrait donc déduire a priori une féminisation massive des professions culturelles. Or, les auteures du rapport constatent que la proportion des femmes dans les professions culturelles a à peine augmenté de quatre points en vingt ans, pour atteindre 43 % en 2013. Comment expliquer ce paradoxe ? « La sphère des activités rémunérées serait-elle l’exception qui confirme la règle d’un univers [celui des arts et de la culture] massivement investi par les femmes ? » (GPV : 3.)

5Au nombre de 250 000 environ en 2013, les professionnelles de la culture et des arts apparaissent comme une véritable élite, comparée aux femmes de la population active. Par rapport à ces dernières, en effet, elles sont plus diplômées en moyenne (52 % sont titulaires d’un diplôme bac + 3, contre 22 % des actives en général) et sont plus souvent d’origine sociale privilégiée (53 % ont un père cadre, contre 27 % des actives). Elles sont également plus souvent franciliennes (40 % contre 21 % des actives), ce qui n’est pas sans lien avec les deux constats précédents. Au niveau familial, les professionnelles de la culture présentent quelques traits qui les distinguent, là encore, des autres femmes de la population active : elles vivent moins souvent en couple (35 % vivent seules, contre 28 % des actives) et elles sont moins concernées par la maternité (40 % ont au moins un enfant dans leur ménage, contre 50 % des actives en général).

6Passés ces traits généraux, cependant, la situation des professionnelles des arts et de la culture apparaît en fait marquée par de grandes disparités, en fonction des différents métiers auxquels elles se rattachent et au sein desquels elles occupent des positions extrêmement variables.

7Ainsi, en 1991, on constate que, sur les treize métiers composant les professions culturelles, sept sont très nettement masculins, c’est-à-dire qu’ils comptent au moins deux tiers d’hommes : les artistes (arts plastiques ou spectacles), les métiers d’art, les cadres de la programmation ou de la production des spectacles, les architectes, les photographes, les techniciens de spectacles. À l’inverse, trois sont très nettement féminins – au moins deux tiers de femmes : les traducteurs et interprètes, les conservateurs, archivistes et documentalistes, ainsi que les professeurs d’art. Les trois autres groupes restants (auteurs, professions des arts graphiques, de la mode et de la décoration, et journalistes ou cadres de l’édition) sont relativement paritaires.

8Or, vingt-deux ans plus tard, la situation a beaucoup changé. Un afflux massif de femmes a contribué à rééquilibrer certains métiers, tels que les artistes (arts plastiques), les métiers d’art, les architectes ou les photographes. Dans ces trois derniers métiers, notamment, la part des femmes a doublé en vingt ans. En revanche, les modalités de cette féminisation s’avèrent très différentes : parmi les architectes, le nombre et la part des femmes augmentent en parallèle – signe d’une dynamique certaine de ce groupe. En revanche, dans les métiers d’art, la féminisation s’opère dans le contexte d’un reflux massif des effectifs globaux (– 24 %) – autrement dit, les hommes quittent ces métiers ou n’y entrent plus, tandis que les femmes y restent, au point d’y constituer quasiment la moitié de cette population.

9Au final, seuls trois métiers connaissent une réduction de la part des femmes entre 1991 et 2013 : les conservateurs, archivistes et documentalistes (-13 %), les professeurs d’art (– 6 %) et les auteurs (– 8 %). Mais malgré cela, les femmes restent majoritaires dans les deux premiers groupes. Parmi les conservateurs et assimilés, par exemple, les femmes passent de 79 % en 1991 à 66 % : il s’agit toujours là du groupe de métiers le plus féminisé au sein des professions culturelles.

10Finalement, en un peu plus de vingt ans, c’est à un progrès global de la mixité dans toutes ces activités qu’on assiste (GPV : 6). Mais si l’on observe plus finement les conditions d’emploi et de travail, qu’en est-il des postes occupés par les femmes dans les professions culturelles ? Rappelons en effet que, dans la population active, l’emploi des femmes revêt généralement trois caractéristiques : il est plus souvent salarié, dans le tertiaire, et à temps partiel. Dans le secteur de la culture, les femmes apparaissent effectivement plus souvent salariées que les hommes, mais l’écart entre les sexes, à cet égard, s’est drastiquement réduit entre 1991 et 2013. Cette évolution est à replacer dans le contexte singulier des professions culturelles, où le non-salariat est majoritaire, notamment chez les artistes (plus de 80 % de non-salariés), les auteurs, les professionnels des métiers d’art ou les traducteurs. À quelques exceptions près – le métier d’architecte, par exemple, où les femmes sont plus souvent salariées que les hommes -, la féminisation n’a rien changé aux cadres d’emploi dominants dans chaque métier : en d’autres termes, là où le non-salariat domine, les femmes s’y professionnalisent comme les hommes, c’est-à-dire d’abord comme intermittentes, indépendantes, freelance, etc. De la même manière, si la proportion des contrats courts a doublé depuis 1991 dans les professions culturelles (en 2013, un salarié de la culture sur trois est employé en CDD, contre moins d’un sur six pour l’ensemble des actifs salariés), ce mouvement concerne aussi bien les femmes que les hommes.

11En revanche, le salariat à temps partiel – devenu dominant dans tous les métiers de ce secteur en vingt ans – concerne avant tout les femmes. La disparité à cet égard est particulièrement flagrante chez les graphistes, stylistes et designers : dans ces métiers dont on a vu qu’ils étaient relativement paritaires, en effet, le temps partiel touche 20 % des femmes salariées (leur proportion a presque doublé depuis 1991), mais seulement 5 % des hommes en 2013 (taux stable depuis 1991). Finalement, il n’y a guère que chez les professeurs d’art qu’une relative parité se soit instaurée dans l’emploi à temps partiel (59 % des hommes sont concernés, pour 61 % des femmes) : cette égalisation des conditions de travail est due à un « rattrapage » d’ampleur pour les hommes, le taux de temps partiel ayant augmenté trois fois plus vite pour eux en vingt-deux ans.

12Ce recours au temps partiel dans les professions culturelles est-il un choix ? Oui et non. Le temps partiel est subi lorsque les salariés disent avoir cherché un temps plein, en vain : c’est le cas pour 39 % d’entre eux. Mais pour environ un homme sur trois (et seulement une femme sur quatre), le mi-temps est un choix pour exercer une autre activité professionnelle ou avoir du temps libre. En revanche, pour environ une femme sur trois (et seulement 3 % des hommes), le mi-temps permet de s’occuper des enfants (p. 11).

13Surtout, on l’a vu, tous les métiers de la culture ne se sont pas féminisés dans les mêmes proportions. Les auteures font alors le lien entre les variations du taux de féminisation des professions culturelles au cours des vingt dernières années et l’évolution différentielle des modes d’entrée dans chaque métier. Ainsi, plus ces modes d’entrée sont formalisés (formations diplômantes ad hoc, processus de recrutement réglementés, etc.), plus les femmes ont de possibilités de s’y professionnaliser. Au contraire, lorsqu’un groupe de métiers se caractérise par un certain entre-soi masculin et une tradition de cooptation à l’entrée du métier, l’absence de formation ou de diplôme susceptibles de compenser ces biais de recrutement rend rare, sinon impossible, le développement de vocations féminines. On peut ainsi mettre en regard les cas opposés des techniciens du spectacle (métier fort peu féminisé aux modalités de recrutement traditionnellement très peu formalisées) et des architectes où la part des femmes a doublé en vingt ans, en même temps que s’imposaient de nouvelles règles pour l’entrée en formation (p. 14).

  • 4 Ainsi, nombre de commissaires d’exposition d’art contemporain – une majorité d’hommes – qui se sont (...)

14Paradoxalement, l’absence de « droits d’entrée » formalisés au seuil de nombre de professions culturelles n’implique pas l’absence de diplôme chez celles et ceux qui les exercent. En 2013, près d’un professionnel de la culture sur deux a un diplôme équivalent à bac + 3 ; ce n’est le cas que d’une personne sur cinq dans la population active globale. Les auteures de l’enquête voient dans cette surqualification une conséquence à la fois du haut niveau – tacitement admis – des métiers créatifs, et des origines sociales favorisées des professionnels dans ces domaines. Mais il faut sans doute aussi y voir une conséquence de la concurrence de plus en plus forte existant entre les candidats à tous ces métiers a priori attractifs – parce que vocationnels et symboliquement valorisés – et dans lesquels il est de plus en plus difficile non seulement d’entrer, mais surtout de se maintenir4.

  • 5 Cf. par exemple les résultats d’une enquête récente menée sur les professionnels de l’audiovisuel e (...)

15Dans cette étude rigoureuse et complète, on ne peut regretter qu’une chose : l’absence d’analyse selon la génération d’appartenance de ces professionnels de la culture, car les générations les plus jeunes sont désormais confrontées à une véritable crise du marché de l’emploi artistique et culturel – crise à laquelle n’échappent que quelques métiers bien précis (Picard, 2017). Cette situation est à l’origine de deux phénomènes dont Marie Gouyon, Frédérique Patureau et Gwendoline Volât n’ont peut-être pas assez dit qu’ils touchent tout particulièrement les plus jeunes parmi les professionnels des arts et de la culture : ces deux phénomènes sont la sursélectivité – en termes tant de diplôme que d’origines sociales – des entrants dans ces métiers, et l’extension généralisée de l’usage des contrats précaires – qui retardent l’arrivée dans des postes stables ou à responsabilité, et maintiennent ces jeunes professionnels dans une situation de déclassement durable d’autant plus flagrante qu’ils sont issus des fractions privilégiées de la société. Ainsi, tandis que la mixité gagne globalement du terrain dans les professions culturelles, cette dégradation générale de leurs conditions d’emploi et de travail contribuera-t-elle à y rapprocher les situations des femmes et des hommes, d’ici quelques années, ou, au contraire, y sera-t-elle à l’origine du creusement d’écarts d’un nouveau type5 ? La question reste ouverte.

Haut de page

Bibliographie

Donnat (Olivier). 2005. « La Féminisation des pratiques culturelles ». Développement culturel, 147, p. 1-12.

Gouyon (Marie), Patureau (Frédérique) & Volat (Gwendoline). 2014. « La lente féminisation des professions culturelles ». Culture études 2016/2 (n° 2).

Gouyon (Marie). 2015. « Revenus d’activité et niveaux de vie des professionnels de la culture ». Culture chiffres, 1, p. 1-28.

Gouyon (Marie) & Patureau (Frédérique). 2014. « Vingt ans d’évolution de l’emploi dans les professions culturelles. 1991-2011 ». Culture chiffres, 6, p. 1-26.

Jeanpierre (Laurent) & Sofio (Séverine). 2009. Les Commissaires d’exposition d’art contemporain en France. Portrait social. Rapport d’enquête, remis à l’association Commissaires d’exposition associés.

Octobre (Sylvie). 2005. « La Fabrique sexuée des goûts culturels ». Développement culturel, 150, p. 1-12.

Picard (Tristan). 2017. « Le poids économique direct de la culture en 2015 ». Culture chiffres, 1, p. 1-20.

Rannou (Janine), Roharik (Ionela) & Cardon (Vincent). 2015. Les Inégalités hommes/femmes dans l’audiovisuel. Rapport final, Centre d’études sociologiques et politiques Raymond-Aron, EHESS-CNRS.

Haut de page

Notes

1 La catégorie « professions culturelles » est d’autant plus hétérogène que les métiers qu’elle regroupe s’exercent aussi bien dans le cadre de la fonction publique que dans le secteur privé, mais également (ce qui est assez contre-intuitif) aussi bien dans et hors les univers de la culture proprement dits. Sont en effet considérés comme professionnels de la culture autant les travailleurs du secteur artistique ou culturel (par exemple, un comédien travaillant dans une compagnie théâtrale) que les employés d’un secteur non culturel (par exemple, un designer embauché dans l’industrie automobile) (Gouyon & Patureau, 2014 : 19).

2 Pour la ventilation de cette population globale entre les différents métiers, cf. Gouyon & Patureau, 2014 : 3.

3 Des études récentes ont néanmoins montré que, en dépit du dynamisme de quelques secteurs tels que l’audiovisuel (+ 1,7 % par an) et le patrimoine (+ 2,8 % par an), l’emploi culturel global connaît un recul certain ces cinq dernières années (Picard, 2017).

4 Ainsi, nombre de commissaires d’exposition d’art contemporain – une majorité d’hommes – qui se sont professionnalisés au début des années 1980 et occupent aujourd’hui des positions d’autorité, déclarent être arrivés dans le métier « par hasard », par le jeu des rencontres et des opportunités. De tels parcours sont absolument impossibles de nos jours, tant la concurrence est forte dans le milieu, et ce alors même qu’il n’y a toujours ni diplôme spécifique ni parcours réglementé pour cette activité. Si hommes et femmes, tous très diplômés, y débutent aujourd’hui à parité, via des contrats courts ou du travail bénévole, la principale difficulté, dans ces conditions, est de se maintenir dans la profession : les femmes « décrochent » alors en masse, passée la barrière des 35 ans (Jeanpierre & Sofio, 2009).

5 Cf. par exemple les résultats d’une enquête récente menée sur les professionnels de l’audiovisuel en France : les auteurs y constatent que les disparités entre les sexes dans ce secteur sont plus fines, moins visibles « à l’œil nu », et parlent de « facteurs discrètement discriminants » (Rannou, Roharik & Cardon, 2015 : 277).

Haut de page

Références

Référence papier

Séverine Sofio, « Marie Gouyon, Frédérique Patureau & Gwendoline Volat, La Lente Féminisation des professions culturelles », Culture & Musées, 30 | 2017, 231-234.

Référence électronique

Séverine Sofio, « Marie Gouyon, Frédérique Patureau & Gwendoline Volat, La Lente Féminisation des professions culturelles », Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1309

Haut de page

Auteur

Séverine Sofio

CNRS – Laboratoire CRESPPA

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals