Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Visites d’expositionsSi on chantait ! La, La, La, La.....

Visites d’expositions

Si on chantait ! La, La, La, La... au Musée dauphinois

Marie-Sylvie Poli
p. 241-243

Entrées d’index

Rubriques :

Visites d'expositions
Haut de page

Texte intégral

1Du 17 décembre 2016 au 5 février 2018 à Grenoble, le Musée dauphinois se saisit du patrimoine immatériel de la chanson populaire francophone comme d’un objet culturel collectif en présentant Si on chantait ! La, La, La, La..., une exposition ancrée dans l’histoire et le quotidien de chaque visiteur. Avec cette exposition, il défend savamment la chanson populaire de toujours, tout en incitant ses visiteurs à pousser la chansonnette. Le propos alterne entre le savant et l’humoristique. L’ambition est, comme toujours dans ce musée de société ethnographique et sociologique, traitée depuis le prisme du territoire de l’Isère. Les points de vue, exprimés clairement, s’appuient sur des sources savantes, des objets de collection, des enregistrements sonores et des archives multimédia.

2Quant aux visuels de communication de l’exposition déclinés en affiche et sur le site internet du musée, ils confortent l’horizon d’attente d’une exposition à visiter en famille (des petits personnages de tout âge et de toute sorte stylisés en bas de l’affiche), dans laquelle on entendra des chansons (une galette de 33 tours vinyle en haut du visuel) et on pourra chanter seul ou en compagnie (des représentations d’artistes, de chanteurs, connus et inconnus).

3Le prologue placé au début d’un couloir introductif propose au visiteur lecteur les raisons et les arguments qui ont motivé le Musée dauphinois à présenter d’abord la chanson populaire comme un patrimoine immatériel ancien légitime, puis à révéler que la pratique amateur collective du chant et de la chanson est au beau fixe en France, en Isère, à Grenoble, même dans des quartiers souvent stigmatisés par les médias : « La chanson nous ressemble, nous rassemble dans un universel lien social... De la chansonnette à l’hymne, de la comptine à la ballade, de la berceuse au chant révolutionnaire l’oreille attentive reconnaît des airs qui symbolisent chacun un genre ou une époque... Des reportages réalisés en Isère cette année prouvent que la pratique de la chanson est encore bien vivante. Seul ou en groupe, on chante du soir au matin, on chante sur nos chemins... »

4Le concept de l’exposition – prouver par le recours à la médiation sonore que la chanson est notre patrimoine collectif vivant – est habilement résumé dans le titre : Si on chantait ! La, La, La, La... Tout d’abord parce que ces quelques mots suivis d’un point d’exclamation fredonnent à notre inconscient la chanson de Julien Clerc (1995), devenue une romance pour plusieurs générations. Ensuite parce que le pronom on de Si on chantait ! infère que le visiteur sera incité par le musée à chanter, avec d’autres visiteurs, avec sa famille, avec ses amis. La poésie rythmée du La, La, La, La... invite à imaginer une atmosphère muséographique plutôt détendue et joyeuse.

5Ce procédé langagier mnémotechnique qui consiste à s’inspirer du refrain d’une chanson francophone devenue patrimoine collectif sera d’ailleurs repris à plusieurs reprises tout au long de l’exposition pour rythmer le parcours ou exprimer des points de vue dans plusieurs îlots thématiques, plusieurs titres de salle ; par exemple Ouvrez la cage aux chansons / qui rappelle Ouvrez la cage aux oiseaux de Pierre Perret, 1971 ; Viens à la maison y’a des airs qui chantent / qui rappelle Viens à la maison y’a le printemps qui chante de Claude François, 1971. D’autres astuces d’écriture sonore comme des enregistrements de gramophones factices ou des casques d’écoute et des enceintes incrustées dans les cimaises donnent au visiteur le sentiment qu’avec ces chansons offertes à son écoute, le musée cherche à entrer en connivence avec lui, à ce qu’il se sente chez lui.

6Maints procédés expographiques ont été créés pour offrir une ambiance conviviale, tout en respectant les règles muséographiques élémentaires : des objets témoins (jouets, disques, matériel d’enregistrement, photos, vidéos, etc.) issus notamment des collections du Musée dauphinois sont présentés comme des pièces de valeur patrimoniale ; tous sont accompagnés de cartels ou de notices rigoureusement composés, écrits en caractères de taille judicieuse. Des sièges et des tables facilitent l’écoute confortable de bandes-son, incitent à la lecture de textes instructifs issus de travaux d’universitaires spécialistes de la chanson, de ses modes de diffusion en perpétuelle évolution. Quelques clins d’œil technologiques aussi : un téléphone des années 1970 permet à chacun d’écouter les airs qu’il sélectionne en toute liberté ; on peut même tenter un karaoké et chanter seul ou à plusieurs voix.

7Il faut le saluer, le parcours fourmille d’une quantité de ruses expographiques bienvenues pour le visiteur, comme des partitions de chansons accrochées aux cimaises et offertes aux visiteurs désireux de repartir du musée avec les paroles et les notes des refrains écoutés au musée. Le découpage du parcours en « quinze couplets » confirme lui aussi le désir du musée de traiter de concert le fond et la forme. Les vidéos de chanteurs amateurs et de chanteurs professionnels du territoire grenoblois, filmés à la manière des vidéos YouTube, renforcent la légitimation par le musée des nouvelles pratiques collectives et collaboratives de la chanson populaire. Ainsi, tout au long du parcours, le visiteur profite d’une quantité de dispositifs de médiation multimédia qui lui donnent la possibilité d’apprendre en en manipulant, en écoutant, en partageant et, plus rare dans un musée..., en chantant.

8Mais la trouvaille scénographique la plus subtile est d’avoir donné à la partie principale de l’exposition l’apparence factice d’un appartement familial dans lequel chaque pièce de vie est prétexte à aborder de manière exigeante et pour autant plaisante les caractères ethnologiques, sociologiques, musicologiques, poétiques et politiques de la chanson populaire. À ce schéma de « maison » correspond un « schéma de discours » original à plusieurs titres. Tout d’abord, on a choisi de peindre en bleu clair, comme à main levée, les portes, les cloisons, les encadrements de photos, les contours des meubles, des objets, des ustensiles d’un appartement moderne type. Ce design particulier comme un « croquis en 3D », qui rappelle tout à la fois la bande dessinée ou un plan d’architecte d’intérieur, donne la curieuse sensation de se trouver en 2016-2017 chez soi ou chez des amis.

9En 1991-1993, le Musée dauphinois avait déjà proposé cette configuration dessinée de mise en scène de la vie quotidienne avec les décors de cuisines des Grenoblois dans l’exposition te Champs de la ville ; Un siècle de dialogues entre Grenoble et ses campagnes ; GrenobleGrésivaudan-Voironnais dont le commissaire était Jean-Claude Duclos. Cette fois, le parti pris esthétique et sémiotique d’un trait énergique dessiné de façon non académique est filé et exploité dans les moindres détails puisque dans cette partie de l’exposition, le design typographique des notices, des cartels, des titres de salles, des titres de chanson est traité dans le même bleu que les maquettes de l’appartement. Le texte expographique est lui aussi en partie écrit comme à main levée, ce qui accentue l’ambiance « fait maison » de la scénographie. L’effet est assuré car dans le reste du parcours la charte graphique est lettre en noir sur fond blanc. Ce choix de design « à main levée » donne à l’exposition un caractère d’originalité et de simplicité assez inattendu dans le paysage muséographique actuel où la majorité des éléments de décor, d’accrochage, de typographie et de mise en scène sont traités informatiquement par des logiciels informatiques. Ce qui produit, on le sait, des ambiances muséales beaucoup trop standardisées. Ce parti pris créatif épuré permet ainsi au musée de renforcer son propos vis-à-vis de la chanson populaire : à patrimoine de la culture populaire, design décalé et créatif. Certains y reconnaîtront avec raison un clin d’œil à l’origine de la philosophie punk qui prônait le fameux « Do It Yourself » (DIY). « Prends une guitare, joue trois accords et fais toi-même ta musique » (« This is a chord... now start a band »), loin des productions standardisées et mercantiles des maisons de disques.

10Ce traitement graphique original peut, c’est mon avis, inciter le visiteur à prendre conscience que bien peu de musées français osent bousculer les facilités d’un design numérique fâcheusement normalisé. Porté par la musique, les paroles des chansons et l’atmosphère bon enfant de la scénographie, l’imaginaire du visiteur peut en toute liberté se livrer à l’introspection, aux émotions que suscite en lui la matière vivante de la playlist de l’exposition.

11Pour apprécier cette exposition, faut-il aimer la chanson ? Oui, sans hésitation. Il est également préférable de savoir faire preuve de patience lorsque le karaoké est occupé par une famille nombreuse ou un groupe de jeunes gens qui se prend au jeu du vedettariat au musée. Mieux vaut aussi prendre plaisir à s’arrêter souvent pour écouter jusqu’au bout des chansons, des berceuses, des histoires de notre passé que nous avions oubliées mais qui nous reviennent instantanément par la magie du son.

12Une madeleine sonore en quelque sorte, voilà une autre manière de définir cette exposition bien plus sérieuse en fait qu’elle n’y paraît sur le site internet et sur les affiches du Musée dauphinois.

Conception et réalisation de l’exposition : Franck Philippeaux, conservateur du patrimoine au Musée dauphinois, assisté de Péroline Barbet.
Création de l’installation sonore « Les Berceuses » et des portraits filmés : Péroline Barbet, assistée d’Alexis Jacquand, association Service Compris Lyon.
Scénographie : Pierre-Vincent Fortunier, le Muséophone, et Magali Seux, Inclusit design.
Conception du graphisme de l’exposition : Costanza Matteucci, avec Coup de Pinceau (Élisabeth Perrot et Christina Modolo) pour la réalisation du décor de l’appartement.
Graphisme de la communication de l’exposition : Hervé Frumy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Sylvie Poli, « Si on chantait ! La, La, La, La... au Musée dauphinois »Culture & Musées, 30 | 2017, 241-243.

Référence électronique

Marie-Sylvie Poli, « Si on chantait ! La, La, La, La... au Musée dauphinois »Culture & Musées [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.1317

Haut de page

Auteur

Marie-Sylvie Poli

Université d’Avignon et des pays de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search