Navigation – Plan du site
Dossier

Résidences de création et médiations dans le secteur de la bande dessinée : le cas de la maison des auteurs d’Angoulême

Authors in residence and mediations in the cartoon strip sector : The case of the house of authors in Angoulême
Residencias de creación y mediaciones en el sector del comic : el caso de la Casa de los autores de Angoulême
Cristina Badulescu et Valérie-Inès de La Ville
p. 117-138

Résumés

En prenant comme terrain d’étude la Maison des auteurs d’Angoulême, cet article se propose de questionner la valeur ajoutée de ce dispositif d’accueil qui est à la fois lieu de création artistique, lieu de sociabilité et d’échange entre la communauté d’auteurs et le public. Nous étudierons les formes de médiation conjointes tout en explicitant l’apport de ces dernières dans le processus créatif des auteurs. Dans un premier temps, nous détaillerons le mode de fonctionnement des résidences d’auteurs et apporterons une contribution épistémique à la notion de résidence. Puis, dans un deuxième temps, nous définirons la nature des médiations, sociales, artistiques et institutionnelles mises en œuvre, afin d’expliciter la valeur ajoutée de ce dispositif dans l’évolution créative des auteurs et de l’écosystème territorial.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 3 septembre 2017
Version révisée reçue le 26 juin 2018
Article accepté pour publication le 7 juillet 2018

Texte intégral

1Depuis les années 1990, les résidences d’auteurs ont connu en France un développement remarquable, à tel point que ce pays est considérée comme très ouvert au soutien aux auteurs, et à la mise en place de ce type de dispositif d’aide. On dénombre près d’une centaine de résidences d’auteurs réparties dans le territoire français. Ce dispositif d’accueil et d’accompagnement d’un projet créatif s’inscrit dans une politique de médiation territoriale et cherche à dynamiser les territoires en instaurant de nouveaux rapports des publics à la culture.

2En prenant comme terrain d’étude la Maison des auteurs d’Angoulême, cet article questionne la valeur ajoutée de ce dispositif d’accueil qui est à la fois lieu d’expérimentation, de sociabilité et d’échanges entre la communauté d’écrivains et le public. Nous nous proposons d’étudier les formes de médiations conjointes entre l’auteur et le territoire, entre le public et la communauté d’auteurs, et entre la Maison des auteurs (MDA) et l’écosystème du financement public. Dans un premier temps, nous détaillerons le mode de fonctionnement de ces résidences et apportons une contribution réflexive et épistémique à la notion de résidence dans le cadre des politiques culturelles territoriales. Dans un second temps, nous définirons la nature des médiations, sociales, artistiques et institutionnelles mises en œuvre, afin d’expliciter la valeur ajoutée de ce dispositif dans l’activité créative des auteurs et l’animation culturelle du territoire.

La résidence d’auteur, un statut institutionnel hybride

Les principes de fonctionnement institutionnel des résidences

3En raison de la diversité des dispositifs et des modalités de financement, il est difficile de définir précisément ce qu’est une résidence d’auteur. On peut néanmoins proposer de la définir comme l’accueil d’un auteur ayant pour but la création ou l’animation, voire les deux, dans un territoire donné, pour une période comprise généralement entre un mois et un an. Les structures d’accueil sont très variées. Certaines proposent des résidences de manière ponctuelle ; d’autres, comme la Maison des auteurs d’Angoulême, sont des structures pérennes proposant un dispositif susceptible d’être adapté au projet artistique de chaque résident. La structure d’accueil peut soit être l’organisatrice de ces résidences, soit se positionner en tant que partenaire d’autres institutions culturelles sur des projets spécifiques.

4Les conditions d’admission en résidence sont également variables. Il est ainsi possible de choisir un auteur parce que son projet artistique est en parfaite adéquation avec le projet de l’établissement, son public et son territoire, ou de lancer un appel à candidatures avec dépôt de projet.

5Si la finalité est d’offrir des conditions favorables aux auteurs afin qu’ils mènent à bien certains de leurs projets artistiques, les attentes des institutions d’accueil sont aussi variées que les dispositifs qu’elles proposent. En effet, alors que certaines structures exigent la remise d’un manuscrit à la fin de la résidence, d’autres préfèrent impliquer les auteurs dans des temps de médiation et de rencontre avec des publics variés : scolaires, lecteurs, médiateurs culturels, etc.

6Concernant le financement du séjour en résidence, soit la structure d’accueil rémunère directement l’auteur, soit cette dernière peut solliciter différents organismes financeurs. Parmi le nombre important d’institutions pourvoyeuses de fonds, dont certaines sont internationales, le Centre national du livre (CNL), établissement public du ministère de la Culture, joue un rôle de prescripteur depuis 1981 à travers la création de bourses de résidence. Dans ce type de configuration, le CNL rémunère généralement l’auteur ; dans d’autres cas, les organismes subventionneurs prévoient une aide pour la structure tandis que la municipalité assure l’hébergement de l’auteur.

7Nous nous intéressons ici aux critères définis par le CNL pour attribuer ce type de bourses car l’appui de cet organisme est déterminant pour accéder à différents financements ayant pour objectif d’encourager la création littéraire. Afin de s’assurer de la pertinence du projet déposé par l’auteur, le CNL demande à ce que lui soit fourni un programme détaillé des animations et des ateliers de médiation qui impliqueraient la présence de l’auteur. La compatibilité entre le projet culturel de la structure d’accueil et le projet artistique de l’auteur constitue un autre critère clé d’attribution des bourses. Dans le cas des résidences dites « mixtes », qui prévoient que l’auteur consacre 30 % de son temps à l’animation et 70 % à la création artistique, le CNL s’assure que le travail d’animation demandé, ne nuise pas au projet créatif de l’auteur. La durée du séjour – entre un mois minimum et trois mois maximum – constitue une autre condition d’attribution de ces bourses.

8Le CNL réunit trois fois par an une commission d’attribution des bourses et les structures d’accueil peuvent proposer trois candidats par session. Le montant de la rémunération mensuelle de l’écrivain accordé par le CNL s’élève à 2 000 euros. Lorsque l’hébergement est pris en charge par la collectivité ou par la structure d’accueil elle-même, les bourses proposées sont souvent moins élevées, en moyenne 1300 euros par mois.

9Même s’il n’est pas le principal financeur des résidences d’auteurs, le CNL joue donc un rôle prescripteur car il est une référence conditionnant l’obtention de financements attribués par les collectivités locales et régionales. Les Centres régionaux du livre (CRL) et les Directions régionales des affaires culturelles (DRAC) agissent dans de nombreux domaines en faveur de la création littéraire et contribuent au financement de ces résidences, dont la majorité des fonds provient des Régions, des départements ou encore de diverses associations.

Définition épistémique et typologie des résidences d’auteurs

10Une présentation du mode de fonctionnement et de financement des résidences d’auteurs démontre que ce concept recouvre des réalités variées en fonction des structures d’accueil et des politiques culturelles mises en place par les territoires. Une étude de la littérature scientifique (Charpentier, 1995 ; Colleville, 2010 : 90 ; Caron, 2011 : 43 ; Bisenius-Penin, 2016 : 16) nous conduit à définir ces résidences comme des projets artistiques ou culturels caractérisés par cinq éléments : un territoire, une institution, une temporalité, un financement et un projet, qui peut recouvrir à la fois une création artistique, mais aussi des actions de médiation culturelle.

11Malgré cette diversité, les travaux de Carole Bisenius-Penin (2016 : 14) ont permis de distinguer trois types de résidences. Tout d’abord, les « résidences de création » essentiellement centrées sur le projet artistique de l’auteur où le temps de séjour en résidence est entièrement consacré au processus créatif. Ensuite, les « résidences d’animation » qui s’inscrivent dans la mouvance des politiques culturelles relevant de l’éducation artistique du public. Dans ce cas, le temps de résidence est entièrement consacré à l’animation et à la formation artistique des publics spécifiques et ne laisse pas d’espace au travail d’écriture pour l’auteur. Cette tendance s’est accentuée dans certaines structures comme les bibliothèques à partir des années 1990, lorsque les crédits alloués à l’éducation artistique ont considérablement diminué (Caron, 2011 : 17). Enfin, « les résidences mixtes » combinent un projet artistique émanant de l’auteur avec le projet culturel d’animation propre à la structure d’accueil. Dans ce cas, le projet de résidence est élaboré conjointement avec la structure d’accueil et l’auteur hébergé doit consacrer 30 % de son temps de travail à l’animation et 70 % à la création.

12Sur le plan organisationnel, nous pouvons constater que la notion de résidence d’auteur recouvre des réalités multiples. Notre recherche s’attache à approfondir cette notion à travers une étude de cas, l’évolution de la MDA d’Angoulême, et les actions menées par cette structure : soutien à la création artistique, animations culturelles orientées vers différents publics et rencontres avec des acteurs du territoire tels que des agences de communication, des studios de dessin animé et des entreprises de l’image. Nous distinguerons ainsi les objectifs recherchés selon les types de médiations développées.

13Premièrement, nous analysons les médiations que la MDA instaure pour accompagner le projet créatif des auteurs qu’elle accueille. Dans ce but, nous avons réalisé des entretiens semi-directifs avec la directrice de cette structure qui nous a suggéré de rencontrer deux auteurs ayant candidaté à un séjour en résidence pour des raisons différentes. Les entretiens menés avec eux visaient à cerner l’apport de cette structure dans leur propre évolution artistique. Le premier, de nationalité française, habitant au Chili, avait bénéficié de ce dispositif quelques années auparavant, à la suite duquel il avait décidé de venir s’installer à Angoulême avec sa famille. La seconde, une auteure de bande dessinée de nationalité indienne qui réalisait son deuxième séjour en résidence à Angoulême, avait fait le choix de dissocier le lieu de création du lieu d’édition et de commercialisation de ses œuvres. Ces entretiens ont été complétés par une analyse systématique du discours des auteurs en résidence recueillis dans 35 articles de presse locale – La Charente Libre et Sud-Ouest – sur les années 2014 à 2018. À ce premier niveau d’analyse centré sur l’auteur, notre objectif est de questionner la résidence comme un espace d’expérimentation et de mise en dynamique de son travail, et comme un lieu de sociabilité favorisant la circulation des échanges entre auteurs résidant à Angoulême.

14Deuxièmement, nous analyserons les médiations conjointes que la MDA construit en interaction avec d’autres institutions culturelles ou économiques du territoire et aussi en dehors de celui-ci. La notion de médiation conjointe vise à souligner que ces actions de médiation ne peuvent être menées de façon autonome, et que les interactions qu’elles établissent avec d’autres acteurs du territoire ouvrent aux auteurs un espace d’hybridation artistique ainsi que la possibilité d’inscrire leurs créations dans un système économique dédié aux industries culturelles et créatives (Bouquillon, 2012). Dans ce but, nous avons mené des entretiens semi-directifs auprès des acteurs politiques et institutionnels. Tout d’abord, le directeur de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (CIBDI), établissement public de coopération culturelle créé en 1990 regroupant le Musée de la bande dessinée, une BDthèque, un Cinéma d’art et d’essai et la MDA. Ensuite, le directeur du Pôle Image Magelis, syndicat mixte créé en 1997 avec la Région Poitou-Charentes, la Ville d’Angoulême et la Chambre de Commerce et d’Industrie, afin de développer une filière image en favorisant l’implantation et l’accompagnement d’entreprises, la mise en place de structures de formation dédiées et l’organisation d’événements professionnels. Représenté dans l’ensemble des filières du territoire – des lieux patrimoniaux, des écoles de l’image, des éditeurs, des entreprises, etc. –, le Pôle Magelis est issu du succès du Festival international de la bande dessinée (FIBD). Nous avons également rencontré l’élu en charge de la culture au sein du conseil départemental et président de la CIBDI. Le but de ces entretiens était de cerner les politiques menées pour faire de la MDA un outil de stratégie territoriale visant à contribuer à dynamiser le potentiel territorial lié aux filières de l’image et de la bande dessinée. Pour contextualiser le cas de la Maisons des auteurs d’Angoulême et comprendre la valeur ajoutée de ce dispositif dans l’évolution des auteurs accueillis en résidence, nous nous sommes intéressées aux discours des médias et des élus à travers l’étude d’un corpus de 54 articles de la presse quotidienne régionale et nationale – La Charente Libre, Sud-Ouest, Écran Total, Sonovision, etc. – au cours des cinq dernières années. À partir de là, nous analyserons les formes de coproduction symbolique que la MDA construit en interaction avec les principales institutions culturelles du territoire, afin que l’auteur, non seulement inscrive son projet artistique ou culturel dans l’écosystème local, mais puisse également en tirer profit pour pérenniser son activité.

Un dispositif de résidence évolutif

15Afin de synthétiser les informations recueillies et triangulées selon différentes sources, nous avons structuré une monographie qui met en scène l’histoire de la MDA en trois temps. Elle expose les origines du projet ayant conduit à sa création en 2002, les raisons de l’attrait que cette structure exerce auprès de jeunes auteurs en quête de reconnaissance professionnelle, puis les fondements de son rayonnement international et des stratégies menées pour le renforcer.

Une réponse institutionnelle à un besoin exprimé par les auteurs du territoire

16Le projet de la MDA est né sous la pression des nombreux auteurs de bande dessinée installés à Angoulême, qui recherchaient un lieu pour pouvoir se rencontrer et échanger sur les problématiques communes auxquelles ils étaient confrontés dans l’exercice de leur profession. Ce souhait, relayé par Charente Développement, agence de développement économique du département, a conduit à la création d’une association financée par le Pôle Magelis en 2002. Les auteurs de bande dessinée implantés dans le territoire ont ainsi bénéficié d’un espace permanent dédié à la monstration artistique et à la valorisation de leur travail. Les échanges entre la communauté d’auteurs et les responsables du Pôle Magelis ont permis d’affiner le projet et d’y inclure un dispositif de résidence dans le but d’accueillir de jeunes auteurs pour les accompagner dans leur démarche d’insertion professionnelle dans le milieu de la bande dessinée.

17L’admission en résidence se fait depuis l’origine sur présentation d’un projet devant un comité d’agrément composé d’auteurs de bande dessinée et de cinéma d’animation. Ainsi, une quarantaine d’auteurs retenus intègrent tous les ans la MDA pour mener à bien leur projet artistique de création de bande dessinée ou de film d’animation. Leurs motivations sont multiples : le besoin de couper avec leur modus vivendi habituel, de rompre l’isolement inhérent à la création et de partager des idées avec leurs pairs.

18Si en 2002, la structure accueillait principalement des auteurs locaux, un changement apparaît rapidement dans le discours des artistes comme dans celui des politiques qui ont œuvré ensemble pour élargir le dispositif afin d’en faire bénéficier les auteurs français et étrangers. Ainsi, depuis sa création, elle a organisé 284 résidences d’une durée pouvant aller de deux mois à quatre ans. Elle a accueilli 241 résidents provenant principalement d’Europe, d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique. C’est pourquoi elle a fait progressivement le choix de favoriser l’installation des artistes dans le territoire en proposant aux auteurs un accompagnement sur mesure.

19Le succès des résidences a légitimé cette structure comme outil pertinent de développement territorial, ce qui a conduit à l’intégrer dans le périmètre de l’établissement public Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (CIBDI), créé en 2008.

Un dispositif destiné à de jeunes auteurs en quête d’insertion professionnelle

  • 1 Étude sur la situation économique et sociale des auteurs du livres, rapport du ministère de la Cult (...)

20L’installation temporaire dans un territoire éloigné des circuits culturels habituels, mais positionné stratégiquement dans l’univers de la bande dessinée, est un projet qui intéresse en priorité de jeunes auteurs désireux de faire connaître leur travail artistique à des pairs et aux éditeurs. En effet, face aux débats qui agitent la profession de ces auteurs quant au changement de leur statut social et fiscal1, il est essentiel pour eux de maîtriser ces sujets complexes afin d’anticiper leurs possibilités de revenus futurs.

21Les auteurs soulignent que la configuration même du territoire angoumoisin, relativement exigu, présente beaucoup d’avantages car cette échelle territoriale limitée densifie naturellement les relations sociales et professionnelles. Une fois installés en résidence, ils goûtent particulièrement une effervescence qu’ils ne trouvent pas toujours dans les grandes métropoles car la géographie du territoire crée des occasions régulières de rencontres informelles. Cette insertion relativement spontanée au sein d’une communauté, des 200 auteurs installés à Angoulême, rendue possible par la proximité et la fluidité des relations, crée des conditions favorables à l’épanouissement artistique des auteurs. Alfonzo Zapico, résident en 2009, 2011 et 2012, exprime, lors d’un entretien, sa motivation pour venir porter ses projets artistiques à Angoulême. Au-delà d’un dispositif d’accompagnement qui offre les conditions matérielles propices à la création, sa plus forte motivation reste liée à la renommée internationale d’Angoulême, ville de l’image qui bénéficie d’une reconnaissance à la fois symbolique et institutionnelle, de renommée nationale et internationale avec la CIBDI et le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (FIBD). Pour le directeur de la CIBDI, la MDA, par la politique de médiation mise en place, participe à faire de ce lieu, non seulement un espace d’échange et d’expérimentation considérable pour les auteurs, mais également un espace d’insertion dans le monde professionnel de la bande dessinée.

Un rayonnement international qui se renforce

22Si, lors de sa création, la MDA s’adressait aux auteurs locaux, cette résidence a acquis au fil du temps un rayonnement national et international. Sur les 33 projets acceptés en résidence en 2016, 72 % des auteurs sont d’origine étrangère et viennent d’Europe, d’Asie, d’Amérique, du Moyen Orient et d’Afrique. Ce chiffre montre non seulement l’intérêt que les auteurs de bande dessinée portent au territoire angoumoisin, mais il témoigne aussi des politiques institutionnelles menées par la CIBDI qui visent à établir des liens de sociabilité entre auteurs venus de cultures différentes. Comme le souligne le Directeur de la CIBI, cette volonté de rayonnement international et de mise en visibilité du travail des auteurs accueillis en résidence a conduit la CIBDI à signer le 27 novembre 2017 un partenariat de coopération avec la Villa Médicis qui prévoit que les auteurs de bande dessinée puissent bénéficier d’une résidence couplée, débutant à Angoulême et se terminant à la Villa Médicis. Ce partenariat, qui s’inscrit dans un processus de légitimation et de reconnaissance de la bande dessinée comme 9e art (Heinich & Shapiro, 2012), permettra d’envisager des coproductions d’expositions entre la CIBDI et la Villa Médicis à partir du travail mené en résidence. La même année, une autre convention signée entre la CIBDI et l’Institut français pour un programme de résidence de cinq auteurs francophones d’Afrique subsaharienne et arabe constitue un levier en matière de rayonnement de la culture française dans le monde. Dans ce cas, la bande dessinée en tant que médium est mobilisée comme vecteur pour promouvoir la francophonie à l’étranger. Par ailleurs, la labellisation « Grand Tour » accordée en 2016 par le ministère des Affaires étrangères au Festival International de la Bande Dessinée (FIBD) en fait un des événements culturels emblématiques de la culture française et contribue à faire connaître la ville d’Angoulême auprès des ambassades de France à l’étranger. Une résidente indienne souligne que c’est grâce aux services culturels de l’ambassade de France à New Delhi qu’elle a découvert le FIBD et la ville d’Angoulême.

Un dispositif de médiations conjointes au sein d’un écosystème

23Le dispositif proposé par la MDA s’inscrit dans les résidences dites « de création » car celles-ci y sont centrées sur le projet artistique de l’auteur, qui peut entièrement consacrer son temps de séjour à sa démarche créative. Ce dispositif se caractérise par un accueil pour des séjours sur-mesure, allant de deux mois à quatre ans, afin d’accompagner les auteurs dans la réalisation d’un projet précis. En outre, ceux-ci participent sur la base du volontariat à des rencontres avec divers publics – lors du FIBD, lors d’animations culturelles dans le musée ou dans des écoles – et ont la possibilité d’inscrire leur résidence dans différentes formes de médiation et de transmission entre artiste et publics à l’initiative, soit de la MDA, soit de la CIBDI. Mais, au-delà des services qu’elle rend à l’auteur en résidence, la MDA s’inscrit dans un écosystème comprenant différentes institutions locales, nationales et internationales (Figure 1. De La Ville & France, 2004). Ce dispositif transforme l’expérience esthétique et créative des auteurs, au croisement de plusieurs formes de médiation : avec les publics, avec le territoire et avec d’autres médias.

Impliquer l’auteur en résidence, dans des modalités variées de médiation

24À partir de l’analyse de deux modèles de communication épistémologiquement opposés – le modèle informationnel et le modèle interactionniste –, Jean Davallon (2003 : 53) questionne la notion de médiation en tant que processus susceptible d’opérer une conjonction entre ces deux modèles. Alors que le premier, étudie la communication comme transmission d’information, le second se centre sur l’interaction entre des sujets sociaux, en considérant que la nature de leur relation est plus importante que l’information qui circule entre eux. Si le premier modèle permet de couvrir les dimensions techniques, médiatiques ou linguistiques de la communication, le second analyse des systèmes signifiants dans l’interaction entre sujets sociaux. Jean Davallon propose une redéfinition opérationnelle de la notion de médiation qui constitue un processus permettant de saisir conjointement le technique et le social ainsi que la présence d’un élément tiers qui rend possible l’échange.

Figure 1. L’inscription de la Maison des auteurs dans le poly-système de la filière image à Angoulême.

Figure 1. L’inscription de la Maison des auteurs dans le poly-système de la filière image à Angoulême.

© Cristina Badulescu et Marie-Inès de La Ville.

25Parce que leurs travaux sont compatibles sur le plan épistémologique, nous choisissons de croiser, pour cette analyse, l’approche développée par Jean Davallon avec l’analyse de Bernadette Dufrêne et Michèle Gellereau (2004) qui différencient les formes de médiation. Ces auteures considèrent que toutes les formes de l’action culturelle reposent sur l’entrelacement des logiques de fonctionnement des acteurs qu’il convient d’explorer systématiquement. Au sein des résidences d’auteurs, il s’agit de saisir quelles médiations opèrent en décryptant le discours des acteurs (culturels, politiques, artistes et médias), en étudiant des dispositifs qui facilitent l’épanouissement créatif des auteurs et en analysant le processus de construction du sens du projet créatif de l’auteur.

26Ce qui suppose d’étudier le concept de médiation dans une perspective pluridisciplinaire (Caune, 1999 : 107 ; Caillet, 1998 ; Hennion, 1993 : 32 ; Cardinet, 2000 ; Davallon, 2003 ; Caillet & Bordeaux, 2013) pour comprendre l’apport du dispositif de résidence (accompagnement administratif, rencontres avec la communauté d’auteurs, rencontres avec le public) dans l’évolution du projet créatif de chaque auteur. Comme le suggère Annie Cardinet, la médiation doit être analysée à partir des objets qu’elle transforme : établissement des échanges, transmission des valeurs, interactions. D’après elle, les origines de la médiation se trouvent dans les « savoirs métacognitifs » définis comme des savoirs sur soi et des savoirs soumis à changement. En ce sens, nous pouvons dire que la MDA, loin d’être un simple lieu d’accueil des artistes, constitue un espace de rencontre favorisant non seulement l’échange artistique entre auteurs de BD, mais permettant également d’appréhender les spécificités de la BD franco-belge pour faire évoluer le projet créatif de chaque auteur. Pour Amruta Patil, résidente indienne, la rencontre avec la communauté d’auteurs de bande dessinée représente une prise de conscience de l’hyper-segmentation du marché de l’édition de la bande dessinée en genres institués : le roman graphique, les comics, la bande dessinée historique, etc. Sa démarche artistique, qui mêle réflexion philosophique et dessins peints, ne correspond à aucun genre institué par l’organisation commerciale du secteur de l’édition. Ce constat l’a conduite à faire évoluer son projet professionnel afin de partager son temps entre la France, où elle privilégie les échanges créatifs à travers la rencontre avec ses pairs pour faire évoluer son style, et l’Inde où elle a pu se constituer un lectorat et convaincre des éditeurs.

27Cette approche de la médiation est à faire dialoguer avec la théorie interactionniste de la médiation développée tant par Antoine Hennion (1993) que par Élisabeth Caillet et Evelyne Lehalle (1998) qui mettent l’accent sur la médiation comme situation ternaire : le sujet auteur est au centre du dispositif, la médiation est le résultat de diverses interactions – entre l’auteur et la structure d’accueil, l’auteur, le projet artistique et la communauté d’auteurs –, la création artistique apparaît comme un langage performatif issu de cette longue chaîne de médiations.

28Plusieurs des auteurs témoignent de l’apport de la MDA dans l’évolution de leur projet artistique. Ils restent maîtres de leur projet, mais les échanges et les rencontres formels et informels avec la communauté locale d’auteurs leur ont permis de se nourrir des différentes expériences pour bâtir ensuite leur propre projet créatif. Pour Benoît Hamet, résident de février 2011 à août 2013, cette immersion a été essentielle pour sa carrière car les rencontres avec d’autres résidents l’ont amené à faire évoluer son projet artistique. Cynthia Bonacossa, auteure brésilienne, en résidence de juillet 2015 à novembre 2016, explique : « C’est la capitale de la bande dessinée. Nous voulions rencontrer les gens qui ont fait la bande dessinée ici et, puis avoir un espace pour mener notre projet personnel. Ici c’est un petit paradis ». La rencontre avec la communauté d’auteurs et le rôle essentiel joué par la MDA est également souligné par un auteur confirmé, Olivier Balez, qui après dix ans passés au Chili est venu en résidence d’août 2016 à novembre 2017, afin de réinscrire son œuvre dans les sphères professionnelles de la bande dessinée franco-belge.

Des médiations conjointes afin d’hybrider la BD avec d’autres créations artistiques

29Afin de cerner la nature des médiations conjointes opérées par la MDA en relation avec d’autres institutions du territoire, il est nécessaire d’analyser l’écosystème dans lequel elles s’inscrivent. En effet, la création et la communication artistique se construisent dans la relation entre plusieurs acteurs : auteurs, publics et acteurs territoriaux (institutions publiques, maisons d’édition, acteurs politiques) qui cristallisent « divers systèmes stratifiés en perpétuelle interaction » (Even-Zovar, 1979, cité par Bisenius-Penin, 2015 : 13). Cette modélisation invite à saisir les médiations conjointes, construites à un deuxième niveau avec d’autres institutions du territoire et en dehors de celui-ci. L’enjeu consiste à contextualiser ces médiations en tenant compte du « système de médiations » défini à travers trois paramètres : les objets de médiation – supports de communication et politiques des institutions culturelles –, les conditions d’énonciation et les conditions de réception des dispositifs artistiques, sociaux et politiques selon une approche sémiotique ou pragmatique (Dufrêne & Gellereau, 2004 : 204).

  • 2 Mis en place en 2010, le dispositif des contrats territoire-lecture (CTL) permet d’initier des part (...)

30En lien avec le service d’action culturelle de la CIBDI, la MDA contribue à faire connaître les productions des résidents à travers des séances de dédicaces à la librairie de la CIBDI. En outre, elle propose à l’auteur des « cartes blanches » dans le cadre du Musée de la bande dessinée ou des interventions de médiation auprès de publics scolaires ou de populations défavorisées, comme par exemple une soirée de live-painting (peinture ou dessin en direct) associant l’auteur et un musicien lors de la Nuit des musées. En dehors du territoire, la CIBDI a élaboré en 2016 un programme ambitieux à partir de la résidence de Miroslav Sekulic cofinancée avec le Centre National du Livre et le Ministère de la Culture. Cette résidence a inclus diverses actions de médiation sous la forme de rencontres publiques en région, au Carré Amelot de La Rochelle, et à Paris, à la bibliothèque Françoise Sagan qui a accueilli une exposition des travaux de l’auteur. Une action d’envergure, conduite au collège Jules Verne d’Angoulême, a été réalisée de février à juin 2016 pour animer un atelier pendant huit semaines avec le soutien du professeur d’arts plastiques. En outre, la MDA a collaboré à la mise en place et au suivi du premier volet de la résidence de médiation développée avec le Collège François Villon (Paris 14e) dans le cadre d’un Contrat territoire lecture2 préfigurant des classes à projet sur la bande dessinée. Elle a plus particulièrement suivi la réalisation et l’édition d’une bande dessinée collective impliquant 14 classes de 6e et de CM2, action qui s’est poursuivie au cours de l’année 2017. Les projets annoncés de résidence partagée en partenariat avec la Villa Médicis participent de cette même logique d’enrichissement de la démarche créative de l’auteur.

31Avec le Pôle Image Magelis, la MDA travaille à ouvrir son dispositif de mise en relation des auteurs de BD avec différentes entreprises de la filière image – vidéastes, studios de dessins animés, studios de jeux vidéo, etc. –. Elle apparaît ainsi comme un facteur de synergie et de symbiose entre les auteurs et les entreprises participants à l’écosystème du Pôle Image. Au-delà des dispositifs de monstration et de valorisation des auteurs en résidence auprès de différents publics, le projet de New Factory en cours d’élaboration est conçu comme un lieu de rencontre entre les entreprises de l’image et les auteurs de bande dessinée pour organiser des incubations partagées, afin de faire dialoguer la bande dessinée avec d’autres formes d’expression artistique et d’hybrider les pratiques artistiques. Le parcours de l’auteure coréenne Bokyoung Youn, accueillie en résidence en 2016, illustre la transformation qu’opèrent les médiations conjointes au sein de ce système. Elle a découvert Angoulême en janvier 2007 lors du FIBD avec un groupe de professeurs de l’université de Kongju. Elle intègre en 2008 l’École Européenne Supérieure de l’Image (EESI), puis le Master bande dessinée de l’EESI dont elle sort diplômée en 2012 et rentre ensuite en Corée pour y enseigner à son tour la bande dessinée dans plusieurs universités tout en suivant des cours de doctorat. Elle participe en parallèle à divers événements en lien avec la bande dessinée et collabore à des publications. La résidence qu’elle effectue en 2017 à Angoulême a pour but de transformer sa technique créative pour y intégrer des dimensions transmédiatiques. Les projets de médiations conjointes portés par des dispositifs tels que la New Factory visent à faciliter des rencontres formelles et informelles avec les entreprises de la chaîne de création de valeur des industries culturelles et créatives présentes au sein du Pôle Image. Dans le cadre de cette nouvelle orientation, la MDA est appelée à jouer un rôle moteur dans l’évolution artistique des résidents en les accompagnant pour explorer les hybridations viables économiquement entre le 9e art et d’autres formes d’expression artistique développées dans le territoire telles que la création de dessins animés ou de films d’animation, le développement de jeux vidéo ou d’applications culturelles sur mobile, etc., comme le souligne le Directeur de la CIBDI : « La Maison des auteurs ouvre les auteurs de bande dessinée aux écritures transmédiatiques ».

32L’écosystème angoumoisin exploite le capital technique, industriel et intellectuel qui s’est constitué depuis le XVIsiècle autour d’activités de fabrication de papier, d’impression d’affiches publicitaires et de création de bandes dessinées, afin d’en explorer des recombinaisons et articulations innovantes. Forme organisationnelle complexe, cet écosystème crée ses propres références. Il se régénère en permanence grâce à l’expérimentation de projets innovants, visant à inscrire un savoir-faire industriel traditionnel dans une forme de modernité sur la base d’une continuité conceptuelle, technique et culturelle.

Conclusion

33Née d’un besoin exprimé par les auteurs du territoire qui souhaitaient disposer d’un lieu dédié à la création artistique, la MDA a été portée par des structures culturelles associées à des acteurs du développement économique du territoire, intéressés par les potentialités économiques de la filière image. Si au début de sa création, elle apparaît comme une résidence entièrement dédiée à la création artistique, son intégration à la Cité de la bande dessinée et de l’image (CIBDI) a fait progressivement évoluer les médiations qu’elle construit dans deux directions. Premièrement, les médiations visant à accompagner le processus créatif des résidents ont un double impact car en amont, elles transforment chez les auteurs, une simple visite au Festival International de la Bande Dessinée (FIBD) en désir de venir s’insérer dans le creuset créatif angoumoisin pour y développer leur travail artistique, et en aval, elles contribuent à une insertion professionnelle immédiate des auteurs venant de pays où la bande dessinée est parfois considérée comme une forme d’expression culturelle marginale et où par conséquent, le milieu de l’édition n’encourage pas son développement. Deuxièmement, à travers l’élaboration de nouvelles médiations conjointes au sein du territoire dont elle est partie prenante, elle élargit sa sphère d’intervention en faveur des auteurs en renforçant leurs possibilités d’insertion professionnelle, non seulement dans le milieu de l’édition franco-belge, mais aussi à la croisée d’autres secteurs tels que le dessin animé ou la communication. La finalité et l’identité de la Maison des auteurs sont ainsi en transformation permanente. D’une association d’auteurs en quête d’un espace créatif te de réseautage, elle devient un levier de mise en visibilité des auteurs qu’elle accueille dans un éco-système tourné vers l’apport des industries culturelles et créatives au développement économique. Elle contribue directement à la co-production et à la richesse symbolique d’une image du territoire qui ouvre le 9e art vers des hybridations considérées comme créatives et inédites, susceptibles d’être mises à l’épreuve du marché.

Haut de page

Bibliographie

Badulescu (Cristina). 2010. La Médiation muséale et dispositifs de préfiguration du sens. Une nouvelle approche expographique du musée international de la parfumerie à Grasse. Thèse de doctorat / sous la direction de Jean-Jacques Boutaud, université de Bourgogne.

Bisenius-Penin (Carole) (sous la direction de). 2016. Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (2). Territoires et publics. Nancy : PUN-Éditions universitaires de Lorraine.

Bisenius-Penin (Carole) (sous la direction de). 2015. Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (1). À la recherche d’une cartographie. Nancy : PUN-Éditions universitaires de Lorraine.

Bouquillion (Philippe) (sous la direction de). 2012. Creative economy, creative industries. Des notions à traduire. Paris : Presses universitaires de Vincennes.

Caillet (Élisabeth) & Lehalle (Évelyne). 1998. À l’approche du musée, la médiation culturelle. Lyon : Presses universitaires de Lyon.

Cardinet (Annie). 2000. École et médiation. Toulouse : éditions érès.

Caron (Bertrand). 2011. Bibliothèques et résidence d’auteurs : Quelles opportunités en 2010 ? Mémoire d’étude. Lyon : Enssib.

Caune (Jean). 1999. Pour une éthique de la médiation. Le sens des pratiques culturelles, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Charpentier (Geneviève). 1994. L’Accueil en résidence d’auteurs dramatiques : bilan et perspectives d’une aide originale. Thèse de doctorat / sous la direction de Robert Abirached, Paris.

Colleville (Nathalie). 2010. « Résidences d’écrivains : pour quoi faire ? ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 4, p. 90-91. Publication en ligne : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0090-009. Consulté le 30 juillet 2017.

Davallon (Jean). 2003. « La médiation, la communication en procès ». Médiation et Information, 19, p. 37-59.

De La Ville (Valérie-Inès) & France (Ingrid). 2004. « Piloter l’émergence d’un réseau institutionnel local : le cas Magelis », p. 159-172 in Les Réseaux. Dimensions stratégiques et organisationnelles / sous la direction de Colette Voisin, Sihem Ben Mahmoud-Juini & Serge Edouard. Paris : Economica.

Dufrêne (Bernadette) & Gellereau (Michèle). 2004. « La médiation culturelle, enjeux professionnels et politiques ». Hermès, 38, p. 199-206.

Heinich (Nathalie) & Shapiro (Roberta) (sous la direction de). 2012. De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art. Paris : EHESS.

Hennion (Antoine). 1993. La Passion musicale, une sociologie de la médiation. Paris : Métaillé.

Haut de page

Notes

1 Étude sur la situation économique et sociale des auteurs du livres, rapport du ministère de la Culture et de la Communication, publiée le 22 mars 2017.

2 Mis en place en 2010, le dispositif des contrats territoire-lecture (CTL) permet d’initier des partenariats entre les collectivités territoriales et l’État autour de projets de développement de la lecture.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’inscription de la Maison des auteurs dans le poly-système de la filière image à Angoulême.
Crédits © Cristina Badulescu et Marie-Inès de La Ville.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/1868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Références

Référence papier

Cristina Badulescu et Valérie-Inès de La Ville, « Résidences de création et médiations dans le secteur de la bande dessinée : le cas de la maison des auteurs d’Angoulême »Culture & Musées, 31 | 2018, 117-138.

Référence électronique

Cristina Badulescu et Valérie-Inès de La Ville, « Résidences de création et médiations dans le secteur de la bande dessinée : le cas de la maison des auteurs d’Angoulême »Culture & Musées [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.1868

Haut de page

Auteurs

Cristina Badulescu

Université de Poitiers, Cerege
Cristina Badulescu, docteure de l’université de Bourgogne, est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Poitiers (IUT Angoulême) et Membre du CEREGE (Centre de Recherche en Gestion) -EA1722 MSHS - USR CNRS 3565. Sémiologue de formation, elle consacre ses travaux de recherche essentiellement à la communication du sensible (communication du goût et de l’odorat) dans le discours des marques et à la médiation muséale. Elle co-dirige actuellement avec Valérie-Inès de La Ville le projet « Musée 3.0 » dans le cadre du CPER/ FEDER « Industries Culturelles Créatives » et s’intéresse à la conception des dispositifs de médiation muséale à destination des jeunes publics. Parmi ses publications, on peut citer : de La Ville (Valérie-Inès) & Badulescu (Cristina). 2017. « Préfigurer le sens d’une visite familiale au musée, enjeux épistémiques. Le cas du musée de la BD », MEI n°42, (à paraître) ; Badulescu (Cristina). 2015. « La communication numérique en terrain sensible. Le cas des vins Cotnari et Murfatlar », Questions de communication, n° 28, 2015 p. 81-100 ; Badulescu (Cristina), 2013. « Médiation culturelle entre trace patrimoniale et trace sensible. Nouvelle approche expographique du Musée International de la Parfumerie de Grasse », p.37-46. In Communication et débat public : les réseaux numériques au service de la démocratie ?  Sous la direction de Béatrice Vacher, Christian Le Moënne & Alain Kiyindou, Paris : L’Harmattan.
Courriel : cristina.badulescu[at]univ-poitiers.fr

Valérie-Inès de La Ville

Université de Poitiers, Cerege
Valérie-Inès de La Ville, diplômée de l’EM Lyon et docteure de l’université Lyon III, est professeure de sciences de gestion à l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de l’université de Poitiers où elle est responsable du master « Marketing Plurimédia et Consommation ». Ses travaux de recherche s’effectuent au Centre Européen des Produits de l’Enfant de l’université de Poitiers, implanté à Angoulême. Ses publications portent sur la socialisation économique du jeune consommateur, sur les processus d‘innovation dans les industries s’adressant à l’enfant et sur la responsabilité sociale des entreprises intervenant sur les marchés de l’enfant. Responsable scientifique du contrat ANR « Ludo-Aliment » de 2007 à 2010 et coordonnateur de l’ouvrage collectif « L’enfant consommateur » (Vuibert, 2005), elle dirige actuellement le CPER/FEDER « Industries culturelles créatives ». parmi ses publications, on peut citer : De La Ville (Valérie-Inès). 2017. « Le rôle des licences dans la structuration des systèmes d’objets de l’enfance », p. 131-156 in Les biens de l’enfant - Du monde marchand à l’espace familial, sous la direction de Gilles Brougère & Antoine Dauphragne, Paris : Nouveau Monde Éditions ; de La Ville (Valérie-Inès) & Krupicka (Anne). 2016. The child « in absentia » in furniture retail catalogues, International Journal of Retail and Distribution Management, Vol. 44, Issue 10, p. 1-17 ; De La Ville (Valérie-Inès). 2014. « Young people as Company Stakeholders? Moving beyond Corporate Social Responsibility… », Young Consumers, Vol. 15, Issue 1, p.3-16.
Courriel : valerie.ines.de.la.ville[at]univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals