Navigation – Plan du site
Travaux & notes de recherche
Note de recherche

« Écrivains en Seine-Saint-Denis » : une littérature territorialisée ?

Mathilde Roussigné
p. 187-191

Texte intégral

1« Maison des Écritures Lombez Midi-Pyrénées », « Programme régional de résidences d’écrivains en région Île-de-France », « Auteurs associés en région Centre-Val-de-Loire » ou encore « Fondation Facim - Résidences d’écrivain en pays de Savoie », nombreux sont les dispositifs de résidences d’écrivains à afficher, dans leur appellation même, leur ancrage territorial à échelle régionale, départementale, intercommunale dans le cas des « pays » ou municipale. « Écrivains en Seine-Saint-Denis » n’échappe pas à la règle. Dispositif parmi les plus anciens et les plus pérennes en France, il est créé en 1986 à l’initiative du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. S’il consiste dans les premières années en une bourse et un séjour long d’un écrivain sur le territoire – un logement étant fourni par la ville hôte – il propose actuellement à trois écrivains par an en moyenne, une bourse de 15 000 euros pour un projet de création de dix à douze mois articulé à une « présence régulière » dans l’institution qui accueille l’auteur dans le territoire.

2L’article présente une recherche en cours concernant les nouveaux rapports qui se négocient entre écrivain, production littéraire et territoire dans le cas de la résidence d’écrivain. À partir d’entretiens avec une dizaine de professionnels impliqués dans le dispositif – bibliothécaires, chargés de mission, auteurs – d’une enquête archivistique sur la mise en place d’« Écrivains en Seine-Saint-Denis » et d’une analyse des textes, qu’ils soient directement ou indirectement issus des résidences : il s’agit de comprendre leur influence sur les productions littéraires et in fine l’impact en retour sur le territoire de résidence lui-même.

Moins « commande » que « pari » : l’attente départementale d’« éclats de réel »

3L’intérêt majeur de la résidence d’écrivain pour le territoire de la Seine-Saint-Denis, dans le discours des élus comme dans les discours des chargés de mission à la lecture publique, et ce dès 1986 jusqu’à aujourd’hui, est d’afficher le souci de la Seine-Saint-Denis pour la culture. Ainsi l’énonce déjà Georges Valbon, président du conseil général, en 1988 : « nous attendions d’abord des œuvres littéraires car le sens premier de notre action est notre engagement dans le soutien de la création littéraire et la reconnaissance de la spécificité du travail d’écriture » (Valbon, 1988, s.p.). La responsable actuelle du dispositif au Bureau du livre le confirme : « ce qui importe au département c’est qu’il y ait la petite mention qui dit que ça a été créé avec le soutien du département » (Bureau du livre, 2016 : entretien). Il s’agit pour le département d’apparaître comme un mécène, protecteur des arts et des lettres. La résidence se présente ainsi avant tout comme un soutien à la création en offrant de l’argent et du temps aux auteurs.

4Cependant, à cet intérêt principal pour le mécénat s’ajoute une attente moins formalisée dès la création du dispositif, ainsi que le souligne sa fondatrice : « l’idée nous plaisait beaucoup d’avoir des écrivains associés au département, qu’il y ait des livres, que ça nous fasse une petite bibliothèque où il y ait des choses. C’était intéressant parce que la Seine-Saint-Denis était assez peu présente en littérature, ou de manière toujours classique. Là ce n’était pas classique » (Zoughebi, 2016 : entretien). Si l’intérêt pour la constitution d’une bibliothèque d’ouvrages ayant le soutien de la Seine-Saint-Denis correspond parfaitement au rôle de mécène que souhaite jouer le département, le souhait d’une présence non classique de la Seine-Saint-Denis en littérature semble désigner tout autre chose. Il s’agit moins d’intégrer au livre « la petite mention » (Zoughebi, 2016 : entretien) du soutien départemental que d’attendre que dans les textes littéraires eux-mêmes apparaissent des traces de ce passage sur le territoire sous forme d’« éclats de réel » (Zoughebi, 1987). Pour le dire autrement, il s’agit de faire entrer la Seine-Saint-Denis dans le champ de la représentation, et cela par la constitution d’une indistincte collection de textes non commandés mais attendus, espérés. Le dispositif ne disposant pas de fonds pour l’édition, il n’est pas en mesure de susciter une commande. François Bon, écrivain résident en Seine-Saint-Denis la première année du dispositif, met ainsi à distance la notion de commande et propose celle d’un « pari », « côté Conseil général » : le pari « que la somme des interventions, la dizaine de livres, de regards, de plongées […] serait comme un tableau encore pas possible d’une réalité trop forte, trop neuve aussi, qui dérobe trop, pour en permettre la prise, la saisie » (Bon, 1987). À la totale liberté de création de l’écrivain constamment revendiquée par la responsable actuelle du dispositif s’ajoute donc cette conviction, ce pari : la Seine-Saint-Denis « est un territoire qui est tout de même assez attractif […] en termes de ressources, d’imaginaires, oui la Seine-Saint-Denis pour un travail en immersion ça reste intéressant » (Bureau du livre, 2016 : entretien).

5La production de textes représentant la Seine-Saint-Denis n’est cependant pas systématique et le dispositif fait preuve de sa souplesse dès les premières années. En 1987 par exemple, la résidence de Pierre Michon restera infructueuse, « et ce n’était pas grave non plus », déclare Henriette Zoughebi (2016 : entretien). « Écrivains en Seine-Saint-Denis » met ainsi à distance l’« injonction tacite du portrait de lieu » identifiée par Anne Reverseau (2017) dans de nombreuses résidences.

Mise à distance de « l’œuvre faire-valoir »

6Géraldine Molina (2010 : 50) identifie un double bénéfice pour les instigateurs d’une résidence d’écrivain : la mobilisation de l’écrivain dans des tâches relevant de l’action culturelle d’une part, et d’autre part, par le biais de la commande de texte, « la valorisation ou du moins la représentation de l’espace de la résidence dans l’œuvre littéraire elle-même, œuvre qui devient aussi un faire-valoir pour les territoires concernés ». L’analyse de la production littéraire issue du passage en résidence des trois premiers écrivains bénéficiaires d’« Écrivains en Seine-Saint-Denis » met cependant à distance la notion d’œuvre faire-valoir.

7Didier Daeninckx, en résidence à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, publie en 1987 Lumière noire, polar qui suit les pas du commissaire Londrin, attaché à la préfecture de Bobigny, sur les traces d’une bavure policière à l’aéroport : l’enquêteur sillonne le département et en dépeint les endroits les plus sordides et négligés. Georges Valbon (1988), à l’occasion d’une allocution au siège de l’Assemblée départementale lors de la sortie des livres des trois écrivains, déclarera ainsi : « Il est évident que notre initiative suscite bien des interrogations car elle reste inédite sous cette forme en France aujourd’hui. […] Ceux qui nous ont dit : “Vous attendez que les écrivains vous renvoient de la Seine-Saint-Denis un reflet rose, vous commandez un certain regard aux écrivains” ceux-là se sont trompés ! Un magazine notamment nous a traité de masochistes à la sortie du livre de Didier Daeninckx ».

8Le séjour dans le territoire de la Seine-Saint-Denis est l’occasion, pour les trois écrivains, de nommer des espaces aux antipodes du pittoresque, du « rose » ou de l’attendu. Bernard Noël en résidence à Saint-Denis, souhaitant au départ écrire un texte sur la basilique dont on connaît le rayonnement territorial et touristique, décide finalement de faire un portrait du journal Le Monde en pleine restructuration et dont les locaux à Saint-Denis sont « promis à la destruction, car dans la Plaine, où se multiplient les friches industrielles, le terrain nu est plus vendable que le terrain bâti » (Noël, 1988 : 223).

9Quant à Décor Ciment, publié par François Bon à la suite de sa résidence à Bobigny, il sera l’objet d’une polémique, du côté des élus de la ville comme des habitants blessés par le portrait-charge de la cité Karl-Marx que le texte donne à lire.

La création d’un corpus territorial

  • 1 On peut identifier de manière non exhaustive les contributions à ce corpus territorial : Trois fois (...)

10Si les premières productions littéraires soutenues par le dispositif mettent à distance l’horizon du portrait élogieux du lieu, la question de la mise en valeur du territoire reste inévitable. Tout d’abord parce que se forme, malgré l’absence de commande et de manière éparse, un corpus d’auteurs plus ou moins consacrés qui fournit à ce territoire ses légendes1 : dès la première année avec le film de Claudine Bories, Saint-Denis, roman, documentaire sur la résidence de Bernard Noël, mais ensuite avec Fred Vargas par exemple, tenant à faire un « clin d’œil à la ville de Stains » (2001, s.p.) en y ancrant l’un de ses textes, plusieurs années après son passage dans le territoire.

  • 2 Filiation revendiquée dès le titre, puisque dans Les Nuits d’Octobre Gérard de Nerval se rend des q (...)

11Le texte issu de la résidence de Paul-Louis Rossi à Romainville est à cet égard exemplaire : se présentant comme un journal de terrain, Les Nuits de Romainville sont avant tout l’occasion d’inscrire le territoire dans une généalogie littéraire, notamment nervalienne2. Les Nuits de Romainville sont des nuits romantiques, éclairées, voire enchantées par les références aux astres de Nerval ou du Novalis des Hymnes à la nuit. La constitution de ce corpus de références littéraires sur Romainville participe chez Paul-Louis Rossi d’une volonté sans équivoque de valoriser le territoire, de le mettre en lumière.

12De manière révélatrice, quatorze ans après la publication du livre, l’élu communiste Robert Clément – qui fut maire de Romainville de 1980 à 1998 – remobilise le texte dans un billet qu’il publie sur le blog des communistes de Romainville : le souvenir enchanté de la résidence de Paul-Louis Rossi, « heureuse rencontre humaine et littéraire »3 permet à Robert Clément de mettre en place une défense de la politique culturelle communiste, attaquée par les mairies passées à droite en Seine-Saint-Denis « au nom des économies nécessaires et « d’une culture qualifiée d’élitiste » », qui remettent en cause « une politique culturelle qui fait honneur à celles et ceux qui contre vents et marées ont eu le courage de la porter avec fierté ». L’éloge du texte de Paul-Louis Rossi entraîne toute une série d’éloges en cascade : éloge de la résidence, éloge du dispositif général « Écrivains-en-Seine-Saint-Denis », éloge des politiques culturelles communistes. Si « Écrivains-en-Seine-Saint-Denis » n’a pas vocation explicite à commander des textes valorisant le territoire, on observe toutefois la possibilité de récupération, en aval, des bénéfices symboliques que génère de facto le dispositif de résidence.

Écrivains et littérature territorialisés ?

13Le développement et l’institutionnalisation de l’action culturelle suscitent de nouveaux enjeux : l’écrivain en résidence s’implique sur le terrain. Il propose des rencontres, des ateliers d’écriture, mais il prend également parti dans le champ des discours sur le territoire, que l’on pense à l’implication de Dominique Grandmont dans la grève à Alstom, à François Bon et Leslie Kaplan répondant à Nicolas Sarkozy lors des émeutes de 2005, à Éric Chauvier à Saint-Denis projetant de déconstruire les clichés sur la jeunesse de banlieue ou encore à Olivier Brunhes participant en 2008 au recueil Des nouvelles de la banlieue, Clichy mot à mot, impulsé par la ville qui veut « faire le pari de la Culture pour inviter la société française à regarder la banlieue avec un œil différent », selon les termes de Claude Dilain, maire de Clichy-sous-Bois (Brunhes, 2008 : 6). Le dispositif de résidence implique ainsi d’interroger le statut de l’écrivain, son engagement et sa relation aux habitants et aux politiques.

14Plusieurs textes publiés par le département de la Seine-Saint-Denis lui-même proposent une nouvelle relation entre habitants du territoire et production littéraire. Soit que la rencontre de l’écrivain avec les habitants constitue le matériau documentaire à l’origine des textes, ainsi du recueil Les Mots des autres par exemple, écrit par douze écrivains en écho de leurs rencontres avec les publics du département, soit que les habitants deviennent eux-mêmes producteurs, ainsi des livres issus d’ateliers d’écriture, que l’on songe à Ils sont là, issu de la résidence d’Anne Luthaud à Drancy en 2010 par exemple. L’atelier d’écriture se présente ainsi comme possibilité de « s’approprier le territoire », ainsi que le suggère François Bon (1998, s.p.).

  • 4 Voir la présentation du projet « La ville de Bobigny. L’architecture en parole », http://www.biblio (...)

15Enfin, le dispositif de résidence alimente la production de ce que David Ruffel (2010 : 61-73) nomme une « littérature contextuelle » qui, s’émancipant du support livresque, propose de véritables interventions de terrain. Ainsi, Olivia Rosenthal et Philippe Bretelle, lors de leur résidence à Bobigny, élaborent une « architecture en parole »4 qui s’affiche, littéralement, sur les murs de la ville.

16L’analyse du dispositif « Écrivains en Seine-Saint-Denis » permet ainsi d’affiner la pensée des interactions entre écrivain, production littéraire et territoire : après avoir nuancé l’opposition trop franche entre commande versus liberté de création qui définit l’attente de l’instigateur de la résidence vis-à-vis de l’écrivain, nous avons également interrogé la notion d’œuvre faire-valoir. Si chacun des textes faisant référence au territoire ne constitue pas un portrait élogieux du lieu, la constitution progressive de ce que nous nommons un « corpus territorial » implique pourtant de prendre en compte les bénéfices symboliques récupérables en aval par divers acteurs du territoire. La résidence apparaît alors comme une machine à « territorialiser » l’écrivain et la production littéraire, soit qu’elle incite à diverses formes d’implications de l’écrivain dans le territoire, soit qu’elle offre un cadre propice à des interventions directes sur le terrain.

Haut de page

Bibliographie

Bon (François). 1987. « Le point de vue de l’enfer. Interview avec Jean-Claude Lebrun et Claude Prévost », p.21-34 in François Bon, un écrivain en Seine-Saint-Denis, fascicule du Conseil Général de la Seine-Saint-Denis.

Bon (François). 1998. « La langue pour s’approprier le territoire » in Le Matricule des Anges, n. 23, juin-juillet.

Molina (Géraldine). 2010. Les faiseurs de ville et la littérature : lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics, thèse soutenue le 4 octobre, Université de Toulouse II - Le Mirail.

Bureau du livre. 2016. Entretien avec la chargée de mission au Bureau du Livre du département de la Seine-Saint-Denis, réalisé à Bobigny, le 5 février.

Reverseau (Anne). 2017. « La résidence ou l’injonction tacite du portrait de lieu », p. 147-162 in Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (2). Territoires et publics / sous la direction de Carole Bisenius-Penin. Nancy : Presses universitaires de Lorraine.

Ruffel (David). 2010. « Une littérature contextuelle ». Littérature, 160(4), p. 61-73.

Valbon (Georges). 1988. « Banlieue du monde », allocution prononcée au siège de l’Assemblée départementale à l’occasion de la sortie de Décor ciment et Portrait du monde, Révolution n. 455, novembre.

Vargas (Fred) et Daeninckx (Didier). 2001. « Il reste encore des endroits magiques », propos recueillis par Renaud Saint-Cricq, leparisien.fr. En ligne : http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis/il-reste-encore-des-endroits-magiques-fred-vargas-et-didier-daeninckx-scenaristes-17-03-2001-2002036922.php, consulté le 10/06/2017.

Zoughebi (Henriette). 1987. « Le défi de la Seine-Saint-Denis ». Révolution, 368, 20-26 mars.

Zoughebi (Henriette). 2016. Ancienne directrice de « Écrivains en Seine-Saint-Denis », entretien réalisé à Noisy le Grand, le 16 mars 2016.

Bibliographie littéraire

Bon (François) 1988. Décor ciment. Paris : Éd. de Minuit.

Benameur (Jeanne), Bertina (Arno), Bouvet (Patrick), Cathrine (Arnaud), Chouaki (Aziz), Delaume (Chloé), Lamiot (Christophe), Morgiève (Richard), Raharimanana (Jean-Luc), Rebotier (Jacques), Rouzeau (Valérie), Sigaud (Dominique) 2009. Les mots des autres, Bruxelles : FRMK.

Brunhes (Olivier) 2008. dans Des nouvelles de la banlieue, Clichy mot à mot. Paris : Textuel.

Daeninckx (Didier) 1987. Lumière noire. Paris : Gallimard.

Gaudy (Hélène) 2015. Une île une forteresse. Paris : Inculte.

Grandmont (Dominique) 1990. Trois fois huit. Malakoff : Solin.

Hoctan (Caroline) et Orengo (Jean-Noël) 2013. Dictionnaire La Poste, des métiers et des fictions. Soulac-sur-Mer : D-fiction.

Luthaud (Anne) 2010. Ils sont là, coffret disponible à la médiathèque de Drancy.

Noël (Bernard) 1988. Portrait du monde: roman. Paris : POL.

Rossi (Paul-Louis) 1998. Les Nuits de Romainville. Cognac : Éd. Le temps qu’il fait.

Savelli (Anne) 2011. Des Oloé. Soulac-sur-Mer : D-Fiction.

Vargas (Fred) 2000. Les Quatre fleuves. Paris : V. Hamy.

Haut de page

Notes

1 On peut identifier de manière non exhaustive les contributions à ce corpus territorial : Trois fois huit de Dominique Grandmont (1990), Les Nuits de Romainville de Paul-Louis Rossi (1998), le recueil collectif Les Mots des autres (2009), la nouvelle d’Olivier Brunhes dans Des nouvelles de la banlieue, Clichy mot à mot (2008), le projet Architecture en paroles d’Olivia Rosenthal (2009), les textes Des Oloé (2011) d’Anne Savelli, Ils sont là (2010) d’Anne Luthaud, les chroniques de Bernard Chambaz sur le Red Star, le Dictionnaire de La Poste de Caroline Hoctan et Jean-Noël Orengo (2013), les lieux de la déportation en Seine-Saint-Denis dans Une île une forteresse d’Hélène Gaudy (2015).

2 Filiation revendiquée dès le titre, puisque dans Les Nuits d’Octobre Gérard de Nerval se rend des quartiers du Nord de Paris vers le Valois à pied, traversant ainsi Romainville avant de se diriger vers Meaux.

3 http://rassembleurs.blogspot.com/2014/12/creation-culturelle-une-ambition-portee.html

4 Voir la présentation du projet « La ville de Bobigny. L’architecture en parole », http://www.bibliotheques93.fr/fichiers/Olivia_Rosenthal_a_Bobigny.pdf

Haut de page

Références

Référence papier

Mathilde Roussigné, « « Écrivains en Seine-Saint-Denis » : une littérature territorialisée ? »Culture & Musées, 31 | 2018, 187-191.

Référence électronique

Mathilde Roussigné, « « Écrivains en Seine-Saint-Denis » : une littérature territorialisée ? »Culture & Musées [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/2077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.2077

Haut de page

Auteur

Mathilde Roussigné

Mathilde Roussigné, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de lettres modernes, est doctorante en littérature contemporaine et sociologie (Paris 8 - EHESS). Elle mène une thèse sur l’épreuve du terrain en littérature contemporaine sous la direction de Lionel Ruffel (LHE - EA 7322) et de Gisèle Sapiro (CESSP). Après des travaux consacrés au retour du mythe en littérature contemporaine, elle a publié plusieurs articles sur les rapports d’enquêtes littéraires, les résidences d’écrivains et la question de l’intervention littéraire. Elle est l’une des administratrices du laboratoire de recherche junior « SpatiaLittés » qui réfléchit aux rapports entre écriture, espace et terrain, dans une perspective interdisciplinaire.
Courriel : mathilde.roussigne[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals