Navigation – Plan du site
Travaux & notes de recherche
Comptes rendus de thèse

Vers une communication systématique dans les musées archéologiques. Le rôle des outils numériques : caractéristiques et modèles

Paolo Campetella
p. 196-199
Référence(s) :

Thèse de doctorat en muséologie, Université Roma Tre, Université d’Avignon et des pays de Vaucluse, soutenue le 31 mai 2016.

Texte intégral

1L’objet de cette recherche porte sur le développement des dispositifs numériques dans les expositions archéologiques, en particulier l’étude des procédés d’intégration de ces dispositifs au sein de musées de site créés pour valoriser le patrimoine archéologique (Ruggieri Tricoli, 2004, 2007 ; Pujol-Tost, 2011 ; Campetella, 2017). Ces musées ont généralement la possibilité de puiser dans une banque de données informatisées et de concevoir de nouvelles formes de communication à l’usage des visiteurs : la technologie numérique y est largement utilisée dans les stratégies de médiation, en particulier pour la transposition des reconstitutions (Jacobi, Denise, 2017).

2Dans le contexte spécifique du musée qui intègre un site archéologique, l’exposition et les outils de médiation qui la composent facilitent une interprétation des vestiges à travers une relation spatiale qui influe sur la perception du visiteur et sur l’organisation de la structure narrative (Flon, 2012). Le but de cette recherche doctorale est de repérer les facteurs pouvant faciliter la construction de sens chez le visiteur des musées de site qui intègrent des dispositifs numériques, par rapport à d’autres plus traditionnels, tels que les textes, les panneaux et les audioguides. Autrement dit, on tente ici de répondre aux questions suivantes : de quelle manière les dispositifs numériques sont-ils intégrés au niveau topologique et narratif dans les expositions des musées archéologiques de site ? Est-il possible de reconnaître, pour la médiation culturelle dans les musées archéologiques, des objectifs communicationnels spécifiques liés à l’utilisation de technologies numériques par rapport aux outils plus traditionnels ? Quels avantages l’intégration de technologies numériques dans les expositions offre-t-elle au processus de construction de signification chez le visiteur ?

Caractéristiques des musées sélectionnés pour la recherche

3Le terrain s’est concentré sur deux musées archéologiques de site : le musée archéologique Saint-Laurent à Grenoble et la section consacrée au Temple de Jupiter Capitolin des musées du Capitole à Rome (Colardelle, 2013). Tous deux sont des exemples de musées directement créés sur l’emplacement de sites archéologiques, afin de communiquer le récit historique des lieux à travers l’interprétation des traces anthropiques répertoriées lors des fouilles. D’un point de vue formel, ils présentent tous deux des similitudes : ils intègrent les sites ou les monuments archéologiques au sein de l’espace d’exposition ; ils délèguent aux outils de médiation culturelle la divulgation des hypothèses de reconstitution et d’interprétation ; ils ont prévu l’insertion de dispositifs numériques parmi d’autres outils de médiation culturelle ; ils suscitent une implication directe du visiteur au niveau de la perception.

Méthodologie appliquée

4La méthodologie de recherche a été élaborée en prenant en considération deux acceptions qui renvoient à une idée générale d’intégration : (1) une fusion d’éléments différents à travers la coordination de caractéristiques fonctionnelles ; (2) une amélioration d’une situation au départ imparfaite.

5La recherche a investigué ces deux dynamiques à partir d’une analyse spatiale et discursive. Il s’agissait d’analyser l’intégration des dispositifs dans l’exposition par rapport à leur disposition dans l’espace – en fonction du visiteur et des vestiges archéologiques – et à la trame narrative.

6Dans le cas de la première acception, à savoir l’idée de différents éléments qui se complètent, nous avons tenté d’examiner les caractéristiques communicationnelles spécifiques de tous les outils de médiation culturelle présents dans les différentes unités d’exposition prévoyant l’utilisation de dispositifs numériques. L’analyse faite dans les musées choisis pour l’étude sur le terrain identifie, pour chaque dispositif, une stratégie de communication prédominante, en adaptant la typologie proposée par Pignier et Drouillat (2004) pour analyser des projets multimédias et des sites Internet.

7Pour la deuxième acception du concept d’intégration, i.e. celle qui se réfère à un processus d’amélioration d’une situation au départ imparfaite, on peut se reporter à la valeur attribuée aux dispositifs numériques dans le processus de création de signification de la part du visiteur au cours de son expérience de visite. Afin de procéder à une analyse de la relation que le dispositif a la possibilité d’établir entre ces éléments, nous avons choisi d’adopter une approche de type spatial et pragmatique, élaborée à partir de l’approche sémio-pragmatique de Davallon et Flon (Davallon, 1999 ; Davallon & Flon, 2013).

8Pour procéder à l’observation et à la collecte des données, nous avons adopté un guide d’analyse pouvant être appliqué dans les différents contextes muséaux. Ce guide établit un protocole unique d’observation et garantit l’uniformité dans la typologie des informations collectées, en s’adaptant aussi bien aux différentes réalités muséales étudiées qu’aux caractéristiques spécifiques de chaque dispositif examiné (Campetella, 2016). L’analyse du contenu et de la structure d’éléments textuels repose sur une méthodologie spécifique s’inspirant de l’approche narratologique proposée par Nardi (2010). Elle permet de décomposer le texte en unités pour en étudier l’architecture.

Des données à la définition de niveau d’intégration

9La première phase de traitement des données a prévu leur organisation selon les catégories présentes dans le guide d’observation. Pour chaque catégorie de ce guide, ont été repérées des caractéristiques communes à plusieurs dispositifs.

10Dans une deuxième phase, nous avons procédé à une autre forme de systématisation des données qui se réfère à un niveau supérieur d’abstraction. Ont été ainsi regroupés des éléments selon les catégories suivantes : (a) organisation de l’espace dans l’exposition et position du dispositif ; (b) perception du visiteur dans l’espace réel de l’exposition et dans l’espace non réel, ou bien utopique, offert par les reconstitutions des dispositifs ; (c) organisation des contenus par rapport à la trame générale ; (d) stratégie de communication appliquée.

11Ces catégories ont permis d’identifier, pour les trois premiers groupes de variantes reconnues, des éléments pouvant être mis en relation entre eux à des niveaux croissants d’intégration des dispositifs. Les facteurs d’intégration ont été organisés selon une grille qui pouvait être considérée comme un outil de soutien au processus d’évaluation des expositions. Au cours de la phase de validation, nous avons jugé nécessaire de tester cet outil dans un contexte muséal différent de celui prévu par le terrain.

12Tous les aspects identifiés ont été organisés dans le but de repérer, pour chaque élément, trois niveaux d’intégration topologique et narrative des dispositifs, numériques et analogiques, intégrés dans les expositions des musées archéologiques.

13Pour le dernier groupe de variables, lié aux stratégies de communication, nous les avons traitées de manière systématique selon leur pertinence avec chacune des stratégies identifiées – persuasive, stimulante, informative, réalisant –. Cette évaluation transversale a permis de mettre en évidence des indicateurs de stratégies de communication appliquées indépendamment des caractéristiques spécifiques de chaque dispositif.

Synthèse des résultats

14Nous retenons trois points marquants au sujet des potentialités des différents types de dispositifs par rapport à la construction de sens du visiteur, identifiés au cours de l’analyse des données.

15Tout d’abord, des dispositifs placés à l’extérieur de la zone archéologique peuvent avoir la fonction d’introduire ou d’approfondir les thèmes de la trame de l’exposition. Dans les deux cas, les dispositifs numériques permettent une meilleure intégration de canaux multimodaux et donnent la possibilité d’individualiser l’apprentissage des contenus. Si l’on prend en considération la relation spatiale entre le visiteur et la zone archéologique, les dispositifs mobiles permettent d’établir un contact perceptif individualisé et d’organiser les contenus selon le point de vue du visiteur.

16Par ailleurs, l’orientation du visiteur est conditionnée par la présence d’une signalétique conceptuelle qui soutient la compréhension des relations entre l’architecture muséale et les structures archéologiques grâce à l’utilisation de codes symboliques. En ce qui concerne la prise en considération du point d’observation dans les propositions de reconstitution, les dispositifs numériques qui agissent directement sur le site archéologique, comme des projections sur des vestiges, peuvent garantir une plus grande implication du visiteur. Ils permettent aussi de surmonter la difficulté d’une transposition à l’échelle et facilitent une compréhension plus immédiate des relations spatiales dans le contexte d’exposition. Afin que la reconstitution permette au visiteur d’en comprendre les références spatiales pour les transférer dans la reconstitution mentale du monde utopique, il est possible de communiquer des indicateurs renvoyant à la réalité physique de la situation dans laquelle se réalise le processus de médiation. La référence au rapport d’échelle peut être explicitée à l’aide de reproductions graphiques ou de maquettes. Si elle comprend une reproduction du visiteur, la maquette devient un outil où sont mis en évidence les rapports entre l’exposition et les reconstitutions d’un monde du passé ; l’écart chronologique devient alors compréhensible également sur le plan spatial. Indépendamment du type de dispositif utilisé, numérique ou analogique, la cohérence formelle des représentations permet au visiteur d’en saisir aisément les aspects essentiels sans devoir décoder de nouveaux langages représentatifs pour différents dispositifs. Enfin, la recherche sur le terrain a montré un manque général de clarté dans la distinction des finalités communicationnelles des dispositifs qui partageaient des thèmes narratifs au sein des mêmes unités d’exposition. On ne trouve que très peu de renvois à d’autres dispositifs, même lorsqu’ils pourraient faciliter le processus d’interprétation du visiteur. En général des dispositifs multimédias offrent de plus grandes possibilités d’organiser de façon cohérente les contenus avec la trame narrative, selon leur fonction au sein de l’exposition. Pour ce qui concerne l’individuation de stratégies de communication partagée par plusieurs typologies de dispositifs, il n’a pas été possible de repérer des objectifs communicationnels spécifiques liés à l’emploi de technologies numériques, mais se sont fait jour certaines potentialités qui peuvent amplifier la portée communicationnelle de l’exposition.

Possibles développements futurs de la recherche

17Dans la perspective de futurs développements de la recherche, il serait nécessaire d’élargir le panel des expositions analysées, en sélectionnant des contextes d’application de technologies numériques différentes. Il serait en outre intéressant d’étendre à plusieurs musées archéologiques de site l’évaluation de l’intégration des dispositifs, selon les degrés que cette recherche a mis en évidence. Le guide de l’analyse des expositions pourrait également être appliqué – en l’adaptant – à des contextes muséaux différents. Enfin, l’analyse des données collectées pourrait permettre le repérage d’éléments utiles afin de définir de nouveaux degrés d’intégration topologique et narrative des dispositifs numériques ou pour isoler ceux que cette recherche a déjà déterminés et qui peuvent être appliqués à divers contextes.

Haut de page

Bibliographie

Campetella (Paolo). 2017. Verso una comunicazione integrata nei musei. Il ruolo degli strumenti digitali. Roma : Edizioni Anicia.

Campetella (Paolo). 2016. « Dispositivi digitali per la comunicazione nei musei archeologici ». Cadmo – Giornale Italiano di Pedagogia sperimentale. An International Journal of Educational Research, XXIV, 2, p. 75-90.

Colardelle (Renée). 2013. Saint-Laurent de Grenoble. De la crypte au musée archéologique. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Davallon (Jean). 1999. L’exposition à l’œuvre. Stratégies de communication et médiation symbolique. Paris-Montréal : L’Harmattan.

Davallon (Jean) & Flon (Émilie). 2013. « Le média exposition ». Culture et Musées, hors-série, p. 19-45.

Flon (Émilie). 2012. La mise en scène du patrimoine. Savoir, fiction et médiation. Paris: Hermès science publications-Lavoisier.

Jacobi (Daniel) & Denise (Fabrice). 2017. « L’archéologie au rythme de ses médiations », p. 9-32 in Les médiations de l’archéologie sous la direction de Daniel Jacobi & Fabrice Denise . Dijon : Édition Universitaires de Dijon.

Nardi (Emma). 2010. « La mediazione culturale nei musei come forma narratologica ». Cadmo – Giornale Italiano di Pedagogia sperimentale. An International Journal of Educational Research, XVIII, 1, p. 33-48.

Pignier (Nicole) & Drouillat (Benoît). 2004. Penser le webdesign. Modèles sémiotiques pour les projets multimédias. Paris: L’Harmattan.

Pujol-Tost (Laia). 2011. « Integrating ICT in exhibition ». Museum Management and Curatorship, 26, 1, p. 63-79.

Ruggieri Tricoli (Maria Clara). 2004. « La reintegrazione culturale e il processo di musealizzazione nel quadro del concetto di affidabilità », p. 9-66 in I siti archeologici: dalla definizione del valore alla protezione della materia sous la direction de Maria Clara Ruggieri Tricoli & Cesare Sposito. Palermo : D. Flaccovio.

Ruggieri Tricoli (Maria Clara). 2007. Musei sulle rovine: architetture nel contesto archeologico. Milano : Lybra immagine.

Haut de page

Références

Référence papier

Paolo Campetella, « Vers une communication systématique dans les musées archéologiques. Le rôle des outils numériques : caractéristiques et modèles », Culture & Musées, 31 | 2018, 196-199.

Référence électronique

Paolo Campetella, « Vers une communication systématique dans les musées archéologiques. Le rôle des outils numériques : caractéristiques et modèles », Culture & Musées [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/2104

Haut de page

Auteur

Paolo Campetella

Université Roma Tre
paolo.campetella[at]uniroma3.it.

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals