Navigation – Plan du site
Travaux & notes de recherche
Résumés de mémoire

Musées et handicap : les freins de l’accessibilité. Une enquête auprès de 127 musées

Rachel Chenu
p. 207-209
Référence(s) :

Mémoire de master Expertise et Médiation culturelle, Université de Lorraine, soutenu le 15 septembre 2017.

Texte intégral

  • 1 Ministère de la culture et de la communication (éd.). 1992. Des musées pour tous : manuel d’accessi (...)

1Seuls 18 % des musées français sont aujourd’hui labellisés Tourisme et Handicap. Comment expliquer ce faible pourcentage alors que l’accessibilité, au cœur de l’actualité politique, a donné lieu, depuis le début des années 1990, à de nombreux discours et dispositifs nationaux et locaux ? Quels sont les facteurs qui freinent la mise en accessibilité des musées ? Ce mémoire se penche sur ces questions. Nous émettons l’hypothèse selon laquelle la nomenclature et les guides de bonnes pratiques produits en France depuis 19921 sont limités dans leur implémentation locale et pratique, par l’adoption d’un point de vue national qui privilégie les grands musées. Le choix d’une échelle d’observation régionale et d’un point de vue pragmatique permettent de mieux saisir les obstacles rencontrés par les musées pour leur mise en accessibilité.

2Pour y parvenir, nous avons mené une enquête par questionnaire auprès de 127 musées répartis sur l’ensemble du territoire national, dont 89 sont labellisés « Musée de France » et 36 labellisés « Tourisme et Handicap ». L’enquête quantitative a ensuite été complétée par des entretiens directifs ou semi-directifs avec des professionnels des musées, de la médiation culturelle, des associations de personnes handicapées et des services municipaux dédiés au handicap. À l’issue de cette étude, les freins à la mise en accessibilité des musées sont apparus multiples. Les établissements interrogés composent avec divers types de difficultés.

3Certaines sont d’ordre environnemental et technique. Les musées situés en milieu rural ont des difficultés à faire venir des publics, quels qu’ils soient. De plus, les associations et établissements spécialisés pour personnes handicapées sont souvent implantés dans les grandes villes. Les abords du bâtiment sont également déterminants. Les musées situés dans des quartiers historiques, pavés, avec des déclivités importantes, restent peu accessibles pour les personnes à mobilité réduite, voire déficientes visuelles. Le musée en lui-même, peut être peu accessible dans l’hyper centre urbain en raison de son architecture. Cette inaccessibilité du cadre bâti, liée à la morphologie du bâtiment est, en effet, la première difficulté invoquée par les musées interrogés, pour accueillir les publics handicapés. Cela vaut notamment pour ceux installés dans des édifices classés ou classés Monuments historiques. L’accueil des publics en situation de handicap moteur, en particulier, nécessite des aménagements spécifiques souvent contradictoires avec la règlementation concernant la conservation des Monuments historiques. Mais les musées installés dans des bâtiments récents peuvent aussi présenter des problèmes d’accessibilité. En effet, en dépit de la législation et de l’enseignement des principes de conception universelle dans les écoles d’architecture, certains architectes ont des difficultés, voire des réticences, à intégrer l’accessibilité dans leur pratique. Certains la perçoivent comme un ensemble de contraintes réglementaires ne profitant qu’à un nombre restreint de personnes.

4La muséographie peut, elle aussi, poser des problèmes techniques pour l’accueil des visiteurs handicapés. Ainsi, certains objets patrimoniaux, tels que les tapisseries, les photographies et les documents graphiques sont très sensibles à la lumière et demandent un niveau d’éclairement inférieur à 50 lux. Ce niveau d’éclairage est très inconfortable pour les malvoyants.

5Les musées sont aussi contraints dans leurs actions par des freins financiers. En effet, aucune ligne budgétaire n’a été créée lors de la promulgation de la Loi sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, en 2005, pour accompagner la mise en accessibilité des établissements. Si un Fonds interministériel pour l’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments anciens appartenant à l’État (FIAH) a bien vu le jour en 1994, il est inactif depuis 2009, faute de dotation financière. Les musées et leurs collectivités territoriales sont donc contraints de puiser dans leurs ressources propres. Or, comme toutes les organisations à but non lucratif, les revenus autonomes des musées, par la billetterie et la vente de biens et de services, ne sont pas en mesure de couvrir leurs dépenses. La diversification des sources de revenu représente donc une option incontournable. Cependant, parmi les musées interrogés, seuls 21 % ont déclaré recevoir des subventions ou des apports financiers extérieurs pour la mise en accessibilité de leur bâtiment ou de leur offre de médiation. S’il est vrai que les financements restent peu nombreux pour la mise en accessibilité, ce faible pourcentage est également dû à un manque de connaissance des potentiels partenaires, privés comme publics. Dans le cadre du dispositif national Culture-Santé, un appel à projets est, par exemple, ouvert chaque année afin de favoriser la mise en œuvre d’actions artistiques et culturelles en associant des structures culturelles et de santé. Un grand nombre de fondations philanthropiques œuvrent également en faveur de l’inclusion sociale des personnes handicapées. Mais la recherche de subventions, tout comme la mise en place d’outils, de projets de médiation adaptés ou de partenariats sont chronophages et exigent que des employés s’y consacrent à plein temps. Or le manque de moyens financiers engendre également un manque de personnel.

6En outre, le développement d’une médiation à destination des publics handicapés ne doit pas se faire au détriment des autres publics. Un médiateur nous a répondu, par exemple, ne pouvoir consacrer que 10 % de son temps à la question des publics handicapés.

  • 2 Réunion des établissements culturels pour l’accessibilité.
  • 3 Lebat (Cindy). 2012. Le public déficient visuel face aux offres culturelles adaptées : musées, monu (...)

7Le manque de formation du personnel, notamment en matière de communication, peut aussi diminuer la portée des réalisations, puisque seuls 37 % des musées interrogés ont un personnel formé à l’accueil des publics handicapés. De surcroît, si 65% des musées interrogés ont sensibilisé l’ensemble de leur personnel à la question de l’accessibilité, pour certains services, la prise en compte des publics handicapés reste secondaire. Ainsi, seuls 34 % des musées interrogés font état des usages et besoins des personnes handicapées dans les cahiers des charges destinés aux scénographes des expositions temporaires. Pour les autres, c’est aux médiateurs de composer avec une scénographie parfois inadéquate à l’accueil des personnes handicapées. En raison de ce manque de formation, la communication autour de l’offre accessible est, elle aussi, parfois lacunaire. Par voie de conséquence, bon nombre de personnes handicapées ne se considèrent pas comme suffisamment informées sur les sorties culturelles qui leur sont accessibles. Dans l’enquête qualitative menée par la RECA2 Déficience visuelle et pratiques culturelles (2013), les personnes interrogées déplorent le manque de circulation de l’information3.

8Au-delà de ces difficultés, certains musées se sentent isolés, en raison d’un manque de soutien – financier comme politique – de la part de leur collectivité territoriale, obéissant à une logique de fréquentation, de rentabilité et de rayonnement du territoire. Le caractère normatif de l’accessibilité en France peut également être un frein, faisant oublier le véritable objectif, c’est-à-dire l’ouverture de la culture aux personnes handicapées. La multiplication des normes d’accessibilité peut avoir un effet contraignant sur les structures qui n’ont pas la possibilité de s’y plier pour des raisons économiques ou techniques. D’autres, soucieuses de répondre à ces normes, portent leurs efforts et leurs moyens sur la mise en place de dispositifs sans nécessairement avoir consulté et étudié le public ciblé.

9Notre enquête révèle que chacune des contraintes et difficultés citées a, de surcroît, pour dénominateur commun un manque de connaissances. Ce déficit d’informations sur les possibilités d’aménagements, de médiations et de communication adaptées aux personnes handicapées, sur les possibilités de financements, de formations ou de rencontres professionnelles, limite la bonne volonté des établissements culturels.

10Mais au-delà de ces considérations, le frein majeur à la mise en accessibilité des musées est le tabou et l’intolérance vis-à-vis du handicap qui persiste en France, créant un sentiment de défiance réciproque entre personnes valides et personnes handicapées.

11S’il n’est pas possible d’éradiquer l’intolérance vis-à-vis du handicap, ce mémoire propose de pallier au manque d’informations et de communication dans le champ de l’accessibilité culturelle en créant un portail internet intitulé Musées et accessibilité, destiné aux professionnels des musées. Il aurait pour fonction de regrouper l’ensemble des ressources législatives et documentaires liées à l’accessibilité culturelle en ce domaine et fournirait des exemples concrets et innovants d’actions et d’outils de médiation ou de communication accessibles. Il favoriserait, enfin, le développement de réseaux avec son annuaire et un forum destiné à l’échange de bonnes pratiques entre professionnels des musées.

Haut de page

Notes

1 Ministère de la culture et de la communication (éd.). 1992. Des musées pour tous : manuel d’accessibilité physique et sensorielle des musées, Paris.

2 Réunion des établissements culturels pour l’accessibilité.

3 Lebat (Cindy). 2012. Le public déficient visuel face aux offres culturelles adaptées : musées, monuments, et spectacle vivant, Rapport d’enquête, Groupe de travail RECA.

Haut de page

Références

Référence papier

Rachel Chenu, « Musées et handicap : les freins de l’accessibilité. Une enquête auprès de 127 musées »Culture & Musées, 31 | 2018, 207-209.

Référence électronique

Rachel Chenu, « Musées et handicap : les freins de l’accessibilité. Une enquête auprès de 127 musées »Culture & Musées [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/2140

Haut de page

Auteur

Rachel Chenu

rachelchenu90[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals