Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Travaux & notes de rechercheNotes de rechercheUne politique du diorama : L’exem...

Travaux & notes de recherche
Notes de recherche

Une politique du diorama : L’exemple du musée national de la Marine (1943-1971)

Thomas Deshayes
p. 175-181

Texte intégral

  • 1  Il faut noter que dans le classement alphanumérique des collections propre au musée, une catégorie (...)
  • 2 Dans la marine, le grade officiel est capitaine de vaisseau, l’appellation « commandant ». Par la s (...)

1Le musée national de la Marine est l’un des plus anciens musées maritimes du monde. Héritier de la collection formée par l’inspecteur des constructions navales Duhamel du Monceau (1700-1782) et léguée en 1748 au roi Louis XV, il s’installe à partir de 1939 dans l’aile « Passy » du palais de Chaillot, après un siècle passé au sein du palais du Louvre (Ninderlinder, 2017). La rénovation complète dans laquelle le musée est engagé (2017-2021) permet de porter un nouveau regard sur des collections riches et très diverses. Parmi celles-ci se trouvent environ 80 dioramas inscrits à l’inventaire règlementaire1. Au cœur de cet ensemble, on distingue un groupe cohérent, réalisé sur commande durant la période de directorat (1943-1971) du capitaine de vaisseau2 Jacques Vichot.

2Vichot développe à la tête du musée de la Marine une véritable politique en faveur des dioramas. La réalisation de ces objets durant cette période obéit à un programme précis, dont les axes fondamentaux sont présentés dans un article de 1946. À partir du constat de l’image archaïque du musée en général, « nécropole obscure et poussiéreuse où s’entasse, sans art ni logique, un bric-à-brac invraisemblable confié à quelques plumitifs revêches ou passifs » (Vichot, 1946 : 3), Vichot réaffirme l’importance de celui-ci comme lieu de médiation. Pour lui, l’avènement des nouveaux médias, comme le cinéma ou la télévision, loin de rendre obsolète le musée, renforce son utilité par une appropriation directe et visuelle des objets. Il pose un objectif clair : « Nous devons réaliser des musées vivants où l’intérêt soit toujours renouvelé, l’attention toujours sollicitée et où nous instruirons le profane sans même qu’il s’en doute » (ibid. : 4). Vichot fait du diorama le bras armé de cette politique au service des publics, présentée brièvement dans ce texte.

Le diorama comme outil pédagogique

  • 3 Jacques Vichot a lu, sinon suivi, les cours précurseurs de muséographie de René Bazin à l’École du (...)

3Le commandant Vichot conduit l’installation du musée au Trocadéro en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale, alors que les œuvres des musées nationaux avaient été transférées dans des dépôts en région. Il engage le musée dans une dynamique qu’il veut moderne, influencée par les développements de la muséologie3. Il souhaite faire du musée une clé d’entrée pour la compréhension du « destin maritime » de la France. Dans cette optique, il crée une « centrale documentaire » associée à un laboratoire photographique (Serna, 2000 : 35). Il repense également l’accrochage pour rendre le musée plus accessible au public et l’éloigner de son image de simple conservatoire de modèles.

  • 4 Musée national de la Marine, documentation des collections, dossier d’œuvre 53 OA 33, lettre autogr (...)

4Dans son article de 1946, toutefois, il n’utilise jamais le terme de « diorama » mais parle d’« ensemble pédagogique ». En 1964, M. Tardy, professeur au lycée de Rochefort, présentant un projet sur les marais salants de Ré (n° inv. 53 OA 33), précise au directeur que « le visiteur pourra comprendre au premier coup d’œil l’ensemble du processus comme vous le désirez4 ». C’est bien la possibilité de saisir directement un processus ou une scène historique dans son ensemble qui motive le goût du diorama chez Vichot. Ce dispositif permet, en effet, de résoudre un des problèmes majeurs dans les musées historiques – a fortiori militaires – et que les autres arts visuels n’avaient résolu que partiellement : la représentation complète d’un épisode à multiples actions (Delaplanche & Sanson, 2009 : 4).

5Les collections du musée comprennent déjà, à l’arrivée de Vichot, plusieurs exemples de dioramas, ses prédécesseurs ayant eu également recours à ce mode de présentation. Dès 1847, le musée fait réaliser par ses propres ateliers un diorama de l’obélisque de Louxor (n° inv. 13 PA 32 et 42) (figure 1). Mesurant alors plus de huit mètres, il occupait une salle dédiée du musée au Louvre et servira au commandant pour développer sa politique pédagogique. Les années 1930-1940 voient également la reconnaissance des fabricants et des collectionneurs de figurines historiques. Leurs rôles, ainsi que les expositions qui y sont liées, mériteraient d’être étudiés plus attentivement. On notera ainsi la présence de Georges Fouillé (1909-1994), peintre officiel de la marine, avec lequel le musée va collaborer pour l’exposition Petits soldats, grandes victoires organisée fin 1944 - début 1945 par la Société des collectionneurs de figurines historiques.

Figure 1. Atelier du musée naval, diorama de l’abattage de l’obélisque, 1847, MnM 13 PA 32.

Figure 1. Atelier du musée naval, diorama de l’abattage de l’obélisque, 1847, MnM 13 PA 32.

© Musée national de la Marine / A. Fux.

6Le rôle pédagogique assigné aux dioramas, même s’il n’exclut aucunement chez Vichot le goût de la délectation, voire du simple amusement, va de pair avec un souci d’exactitude historique. Ainsi, pour chaque réalisation, le commandant et les artistes s’appuient sur la documentation historique de la centrale documentaire. L’étude des dossiers d’œuvres de la documentation des collections a permis de retrouver une partie des sources utilisées. Elles témoignent d’un souci du détail très poussé. Le cas du diorama représentant l’appareillage de la Bombarde, contre-torpilleur de 300 tonnes (n° inv. 53 OA 18), est emblématique. Son dossier d’œuvre comporte ainsi un ensemble de photographies d’époque sur les contre-torpilleurs, un article sur le « Caponnage de l’ancre sur un contre-torpilleur 1900 » ainsi qu’une note de conseils historiques de son auteur, le capitaine de vaisseau Guiot. On trouve également plusieurs plans d’implantation, levés à la main, des personnages sur la maquette du navire, les différents numéros renvoyant à des petites fiches individuelles sur chaque personnage avec le détail de leur tenue et de leur attitude (figure 2).

Figure 2. Georges Fouillé, schéma d’implantation des personnages sur le modèle de la Bombarde et fiche technico-historique du personnage 7, « Second maître timonier, plage avant », 1957, musée national de la Marine, documentation des collections, dossier d’œuvre 53 OA 18.

Figure 2. Georges Fouillé, schéma d’implantation des personnages sur le modèle de la Bombarde et fiche technico-historique du personnage 7, « Second maître timonier, plage avant », 1957, musée national de la Marine, documentation des collections, dossier d’œuvre 53 OA 18.

© Musée national de la Marine.

  • 5 Archives du musée national de la Marine, série A/1 : « Histoire du musée », s. d. L’auteur remercie (...)
  • 6 Décret du 2 août 1947. Le musée sera érigé en établissement public à caractère administratif, sous (...)

7Le soin apporté à la précision documentaire des réalisations répond au souhait exprimé par Vichot de faire pénétrer le public au cœur d’un moment historique précis. En effet, la collection de dioramas constituée entre 1943 et 1971 comprend, de manière quasi exclusive, des représentations de moments historiques identifiés. La manière dont ces épisodes ont été sélectionnés est difficile à appréhender, mais l’existence dans les archives du musée d’un « projet de programme de dioramas muraux avec figurines5 », classés par ordre de priorité, permet de cerner quelques lignes directrices. L’exaltation du rôle de la marine dans l’histoire nationale occupe une large place. Il faut rappeler que durant cette période, le musée est rattaché au ministère de la Marine6, et que Vichot est lui-même un officier de marine. L’un des tout premiers dioramas qu’il fait réaliser représente ainsi les fusiliers marins au combat du Bourget en 1870 (n° inv. 53 OA 2). Le choix de cet épisode contribue à mettre en valeur le rôle méconnu de la marine nationale dans la défense de Paris lors du conflit franco-allemand de 1870. Le choix du sujet du diorama n’élude pas non plus le contexte politique et l’actualité la plus récente : la réalisation du diorama représentant les opérations dans la plaine des Joncs, en Cochinchine, en 1950 (n° inv. 53 OA 21), intervient seulement dix ans après.

  • 7 Au moment du directorat de Vichot, on comptera jusqu’à une douzaine de musées des ports. Aujourd’hu (...)

8Par ailleurs, la réalisation d’un diorama représentant l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie à bord du canot impérial à Brest le 9 août 1858 (n° inv. 53 OA 44) s’explique en grande partie par la présence dans les collections du musée du véritable canot impérial (n° inv. 7 SO 2) et contribue à renforcer la compréhension de celui-ci. De la même manière, de nombreux dioramas participent à la médiation et à la mise en valeur des musées des ports placés sous la tutelle du musée à Paris7. La création du diorama sur les marais salants de l’île de Ré, ainsi qu’un pendant sur ceux du Croisic (n° inv. 53 OA 34), s’explique en grande partie par la présence dans ces deux cités d’un musée de la Marine.

La fabrique du diorama

9La construction d’un appareil intellectuel pour l’usage des dioramas par le commandant Vichot ne doit pas faire oublier leur matérialité et leur processus de fabrication. La fabrique de dioramas au musée national de la Marine se déploie en deux temps distincts. La première période, la plus brève, est celle de « l’animation ». Dès 1946, Vichot souhaite rendre plus vivantes des maquettes de la collection. Il fera donc compléter et transformer des modèles, parfois historiques. En 1950, il fait scier en deux la grande maquette de l’obélisque de Louxor et lui ajoute un ensemble de personnages en plomb : cette « grande machine encombrante est devenue, scindée en deux parties et peuplée de personnages, un pôle d’attraction pour les visiteurs » (Anonyme, 1952 : 41). De manière pratique et en raison du peu de moyens, le musée va à l’économie : les personnages en plomb ne sont pas réalisés individuellement mais moulés puis retravaillés par chauffage pour leur donner les attitudes nécessaires à l’expression de la vie si importante pour Vichot.

10Celui-ci s’éloigne ensuite progressivement de ce principe d’animation pour faire réaliser, sur commande à des artistes extérieurs, des dioramas bien plus complexes. Un des premiers artistes avec lequel Vichot établit des liens pérennes de travail est Georges Fouillé (1909-1994). Ce dernier, après une brève carrière dans la marine nationale arrêtée pour cause d’ennuis de santé, devient peintre officiel de la marine en février 1947. Grand spécialiste de modélisme et excellent dessinateur, il combine ces deux talents dans la construction des dioramas. En effet, « pour Georges Fouillé, la peinture ne permet pas de pénétrer suffisamment dans le sujet, et son talent a besoin, pour s’exprimer totalement, de le faire en trois dimensions » (Kessler, 1994 : 25).

11De 1948 à 1959, Fouillé livre au musée neuf dioramas (tableau 1).

Tableau 1. Liste des dioramas réalisés par Georges Fouillé et acquis par le musée national de la Marine.

N° d’inventaire

Description

Année de réalisation / acquisition

53 OA 3

Chasse à la baleine

1953

53 OA 9

Le docteur Bombard à bord de L’Hérétique en mer

1954

53 OA 10

Jacques-Yves Le Toumelin à bord du Kurun en mer

1954

53 OA 11

Le poste de lavage sur la plage avant du croiseur-cuirassé Victor Hugo, 1910

1954

53 OA 15

Cérémonie des couleurs sur la plage arrière du croiseur-cuirassé Victor Hugo, 1910

1955

53 OA 16

Mise à l’eau de la baleinière de sauvetage à bord du croiseur-cuirassé Victor Hugo, 1910

1955

53 OA 17

Exercice de signaux sur la passerelle du croiseur-cuirassé Victor Hugo, 1910

1956

53 OA 18

Appareillage de la Bombarde, contre-torpilleur de 300 t

1957

53 OA 19

Prise de la citadelle de Son-Tay en 1883

1954
(achat en 1959)

12À partir de 1960, un de ses amis, peintre également, Eugène Lelièpvre (1908-2013), souvent accompagné de Fernande Métayer, une fabricante de figurine renommée, prend le relais pour une collaboration de quinze années avec la direction du musée (tableau 2).

Tableau 2. Liste des dioramas réalisés par Eugène Lelièpvre et acquis par le musée national de la Marine.

N° d’inventaire

Description

Année de réalisation / acquisition

53 OA 20

Fouilles sous-marines sur l’épave du Protecteur

1964

53 OA 21

Opération dans la plaine des Joncs, Cochinchine, 1950

1960
(achat en 1961)

53 OA 24

Débarquement d’un détachement du régiment Royal Roussillon au fort Conti, lac Ontario, 1757

1962

53 OA 26

Arrivée de Suffren à l’isle de France après sa glorieuse campagne des Indes, 1783

?
(achat en 1963)

53 OA 32

Débarquement d’un capitaine corsaire à la tour Solidor à Saint-Servan

1964

53 OA 33

Les marais salants (île de Ré)

1965

53 OA 34

Les marais salants (Le Croisic)

1965

53 OA 40

Une aiguade dans le Pacifique

1966

53 OA 41

Débarquement de Napoléon à Golfe-Juan, 1er mars 1815

1966

53 OA 48

Une aiguade aux Antilles

1967

T 2/7 et T 2/8

Chantier de construction d’un vaisseau de 118 canons

1967

T 2/10 et T 2/11

La Flore en carénage

1968

T 2/15 et T 2/16

La Flore en guindage

1969

13Fouillé, Lelièpvre et Métayer se connaissaient particulièrement bien pour avoir créé, dans l’entre-deux-guerres, un groupe au sein de la Société des collectionneurs de figurines historiques, amené à réfléchir sur les techniques et les difficultés de fabrication de ces petits personnages. Lelièpvre, passionné depuis son enfance par les dioramas, qu’il réalisait alors dans des boîtes à chaussures (Lelièpvre-Botton, 2007 : 70), apporte au musée une technique de fabrication personnelle. Il réalise ses personnages en fil de cuivre recouvert de bandelettes de papier séchées puis peintes. Cette technique rend les personnages très légers, faciles à animer et surtout incassables, à la différence du plomb, ce qui rend le transport de ces pièces beaucoup plus aisé. Les dioramas réalisés par Lelièpvre pour le musée représentent l’aboutissement du projet pédagogique de Vichot. Loin de la simple maquette animée, ils se présentent sous la forme de grandes boîtes ouvertes sur un côté, disposant d’un système d’éclairage et mettant en scène les petits personnages sur un fond peint réaliste.

Bilan critique d’une politique d’exposition

  • 8 Dans son article de 1996, Stephen Bitgood propose une grille permettant d’évaluer l’efficacité du d (...)
  • 9 Nous n’avons retrouvé aucun article traitant de la question au musée, les études de publics et enqu (...)

14Cette collection de dioramas est largement utilisée par Vichot. Ils sont exposés dans le musée et à plusieurs reprises dans des expositions temporaires. On notera ainsi l’organisation d’une exposition au sein de la station de métro Opéra en 1954 (Anonyme, 1954 : 56). Le musée fit alors le choix audacieux de présenter au sein des vitrines qui lui avaient été proposées de véritables objets de collections, et notamment deux dioramas nouvellement réalisés par Fouillé : le Dr Alain Bombard sur L’Hérétique (n° inv. 53 OA 9), et Jacques-Yves Le Toumelin sur le Kurun (n° inv. 53 OA 10). Cette exposition marque bien le rapport de proximité avec le public qui sous-tend la politique de Vichot. Il est très difficile cependant d’évaluer le résultat de cette politique, notamment en suivant la grille définie8 par Stephen Bitgood (Bitgood, 1996), en raison de l’absence d’études d’impact. L’attraction du public pour ce genre de dispositif est très difficile à lire au musée9, témoignant de l’une des difficultés dans l’étude des dioramas : comment identifier les sources qui permettraient de cerner pleinement leur réception.

  • 10 Certains avaient déjà été envoyés dans les musées des ports dès les années 1960-1970, mais l’object (...)

15La quasi-disparition des dioramas des salles du musée de nos jours questionne la manière dont l’histoire muséographique du musée est conservée – ou effacée – au sein même de l’institution. En 1975, quatre ans après la fin du mandat de Vichot, le musée poursuit pourtant sa politique d’animation en rajoutant sur un modèle historique – L’Océan (n° inv. 17 MG 1) – un ensemble d’une centaine de petits personnages réalisés au 1/16 par un certain M. Charpentier. Mais dès 1979, ces figurines sont retirées, marquant clairement un changement de pratiques. De même, la pratique de commandes régulières instaurée par Vichot prend fin à son départ. À partir de 1971, seuls quelques dioramas intégreront les collections, bien souvent sous la forme de don. Enfin, dans les années 1980-1990, la plupart des dioramas encore présents sont placés en réserve10.

16Aujourd’hui, activement engagé dans une refonte globale de son parcours, le musée s’interroge sur le rôle futur des dioramas, et sur leur histoire au sein du musée. À un moment où le musée, et les musées en général, se veut plus didactique mais aussi plus ludique, la place future de ce type de dispositif est peut-être à reconsidérer ?

Haut de page

Bibliographie

Bitgood (Stephen). 1996. « Les méthodes d’évaluation de l’efficacité des dioramas : compte rendu critique ». Publics et Musées, 9 (« Les dioramas » / sous la direction de Bernard Schiele), p. 37-53.

Delaplanche (Jérôme) & Sanson (Axel). 2009. Peindre la guerre. Paris : Nicolas Chaudun.

Étienne (Noémie). 2018. « Dioramas à hauteur d’enfant », p. 222-223 in Le Magasin des petits explorateurs / sous la direction de Julien Bondaz. Arles et Paris : Actes Sud et musée du Quai Branly -Jacques Chirac.

Kessler (Jean). 1994. « Georges Fouillé, 1909-1994 ». L’Art et la Mer, 49-50, 4e trim., p. 23-26.

Lelièpvre-Botton (Sylvie). 2007. Eugène Lelièpvre. Une vie de peinture. Paris : Philophil.

Louvier (Patrick) (sous la direction de). 2013, Neptune au musée : puissance, identités et conflits dans les musées maritimes et navals. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Niederlinder (Alain). 2017. « Le musée de la Marine au Louvre : une histoire mouvementée (1827-1939) ». Neptunia, 287, p. 4-17 (1re partie), et Neptunia, 288, p. 4-13 (2e partie).

Serna (Virgine). 2000. « L’élaboration des collections documentaires au musée national de la Marine ». Neptunia, 220, 4e trimestre, p. 33-42.

Sources et documents

Vichot (Jacques). 1946. « L’inertie des mots et le dynamisme des soldats de plomb ». Neptunia, 2, 2e sem., p. 3-7.

Anonyme. 1952. « Chronique du musée ». Neptunia, 26, 2e trim., p. 40-41.

Anonyme. 1954. « Chronique du musée ». Neptunia, 36, 4e trim., p. 56.

Haut de page

Notes

1  Il faut noter que dans le classement alphanumérique des collections propre au musée, une catégorie a été spécialement créée pour les dioramas : la 53 OA (pour œuvres d’art).

2 Dans la marine, le grade officiel est capitaine de vaisseau, l’appellation « commandant ». Par la suite, nous utiliserons l’appellation « commandant » concernant Jacques Vachot.

3 Jacques Vichot a lu, sinon suivi, les cours précurseurs de muséographie de René Bazin à l’École du Louvre.

4 Musée national de la Marine, documentation des collections, dossier d’œuvre 53 OA 33, lettre autographe de P. Tardy au capitaine de vaisseau Vichot, 27 décembre 1964.

5 Archives du musée national de la Marine, série A/1 : « Histoire du musée », s. d. L’auteur remercie Marie-Pierre Demarcq, responsable de la mission archives, pour avoir porté à son attention ce document.

6 Décret du 2 août 1947. Le musée sera érigé en établissement public à caractère administratif, sous la tutelle du ministère chargé de la Défense nationale, actuel ministère des Armées, par décret du 3 décembre 1971.

7 Au moment du directorat de Vichot, on comptera jusqu’à une douzaine de musées des ports. Aujourd’hui, quatre existent encore : Brest, Port-Louis, Rochefort et Toulon.

8 Dans son article de 1996, Stephen Bitgood propose une grille permettant d’évaluer l’efficacité du diorama. Il définit trois plans : comportements, cognition et affect permettant d’étudier la réception par le public de ce type de dispositif.

9 Nous n’avons retrouvé aucun article traitant de la question au musée, les études de publics et enquêtes de satisfaction étant plutôt récentes dans l’histoire de l’institution.

10 Certains avaient déjà été envoyés dans les musées des ports dès les années 1960-1970, mais l’objectif était alors de renforcer le discours de musée locaux nouvellement créés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Atelier du musée naval, diorama de l’abattage de l’obélisque, 1847, MnM 13 PA 32.
Crédits © Musée national de la Marine / A. Fux.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/2582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 2. Georges Fouillé, schéma d’implantation des personnages sur le modèle de la Bombarde et fiche technico-historique du personnage 7, « Second maître timonier, plage avant », 1957, musée national de la Marine, documentation des collections, dossier d’œuvre 53 OA 18.
Crédits © Musée national de la Marine.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/2582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Haut de page

Références

Référence papier

Thomas Deshayes, « Une politique du diorama : L’exemple du musée national de la Marine (1943-1971) »Culture & Musées, 32 | 2018, 175-181.

Référence électronique

Thomas Deshayes, « Une politique du diorama : L’exemple du musée national de la Marine (1943-1971) »Culture & Musées [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/2582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.2582

Haut de page

Auteur

Thomas Deshayes

Thomas Deshayes est chargé de la documentation des collections au sein du Service de la conservation du musée national de la Marine. Après sa formation à l’École du Louvre, il a intégré en 2015 la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère des Armées. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’histoire des collectionneurs et des collections en France (2016. « Léopold Double, 1812-1881, “l’amoureux de Marie-Antoinette” ». Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, 9, p. 133-143).
Courriel : t.deshayes[at]musee-marine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search