Navigation – Plan du site
Travaux & notes de recherche
Notes de recherche

La Grande Semaine de Sem et Roubille : Le diorama par le prisme de la satire

Marianne Le Morvan
p. 182-189

Texte intégral

  • 1 Sem s’appelait en réalité Georges Goursat, né le 23 novembre 1863 à Périgueux et mort à Paris le 24 (...)

1En 1907, le caricaturiste Sem collabore avec son homologue Auguste Roubille pour concevoir un album illustré en couleurs sous la forme d’un leporello (livre-frise en rouleau) intitulé Sem au bois, de neuf mètres de long, qui croque la haute société se rendant à Boulogne pour assister aux courses hippiques1 (figure 1) : « Long défilé, en des véhicules divers, attelages, automobiles, phaétons, cars, cabriolets et fiacres, des plus notoires personnalités parisiennes !… Visages célèbres, attrapés d’un vif et spirituel crayon !… Ressemblances merveilleuses – et malicieuses ! Enfin, tout l’art subtil et amusant que l’on connaît à Sem et à Roubille » (Le Figaro, 1907 : 1).

Figure 1. Ensemble des planches de Sem au bois (détail), avec ajout des identifications réalisées par François San Millan, annotées et complétées par Marianne Le Morvan.

Figure 1. Ensemble des planches de Sem au bois (détail), avec ajout des identifications réalisées par François San Millan, annotées et complétées par Marianne Le Morvan.

© University of Minnesota.

  • 2 Le Catalogue of an Exhibition of Caricatures in Water-Colour and Wood of Racing, Yachting and Socia (...)

2L’année suivante est marquée par les festivités de l’Exposition franco-britannique, Sem crée alors plusieurs rangs de silhouettes miniatures positionnées devant un décor peint arboré (figure 2) qu’il présente à la Fine Art Gallery, dans la capitale anglaise2.

Figure 2. Figurine de lord Coventry de la version anglaise (à gauche) et de la version française (à droite) du diorama par Sem.

Figure 2. Figurine de lord Coventry de la version anglaise (à gauche) et de la version française (à droite) du diorama par Sem.

© Succession Sem.

  • 3 Lord Lonsdale l’offre au roi Edouard VII pour sa fête. Le diorama britannique entra, après le décès (...)

3Ce premier diorama incarne le Tout-Londres, qui s’empresse de venir découvrir comment sont restituées les caractéristiques physiques permettant d’identifier au premier coup d’œil les personnalités les plus en vue de l’époque. Sem a ses habitudes en Angleterre, où il se chausse et s’habille toute sa vie durant. Comme en France, il y est familier de l’élite, qu’il fréquente notamment dans les réunions sportives. Le succès du diorama est immédiat, au point que l’ensemble est acheté dès le vernissage par lord Lonsdale qui l’offre au roi Edouard VII pour sa fête3.

  • 4 La date initiale prévue était celle du 19 novembre, mais l’ampleur de l’installation a retardé l’ou (...)
  • 5 Conversion INSEE des anciens francs 1909 en euros 2017 : 65 582 €.

4Fort de cette réussite fulgurante inattendue, Sem récidive. On peut supposer que l’ampleur de la tâche l’a incité à s’associer de nouveau à Roubille pour réaliser une version française. Ce nouveau diorama, de neuf mètres de long, baptisé La Grande Semaine, est présenté du 21 novembre 1909 au 8 janvier 1910 aux galeries Brunner, à Paris4. L’invitation permettait, par un astucieux découpage du papier, de faire se détacher de l’Arc de Triomphe un soleil couchant inondant de lumière le Tout-Paris de retour de l’hippodrome de Longchamp (Bulletin de la Société archéologique : 135). L’affluence fut telle lors du vernissage que les barrières cédèrent à deux reprises, et que des gardiens de la paix durent veiller sur la foule (Le Figaro, 1909, 22 nov. : 1). Dix-sept mille francs5 furent nécessaires à la production de l’installation, mais dès mi-décembre, l’investissement était déjà rentabilisé par le prix des entrées, fixé à 3 francs en semaine et 2 francs le dimanche, puis revu à la hausse pour un tarif unique afin, dit-on, de réduire le nombre de visiteurs, mais dont on peut penser qu’il permit d’engranger encore plus de bénéfices (L’Intransigeant 1909 : 2 ; Le Figaro, 1909, 12 déc. : 4).

Du panorama au diorama, le choix du vocabulaire

  • 6 « Il est très intéressant de connaître l’origine et l’histoire du panorama. L’invention en est due (...)

5En qualifiant leur installation de « diorama », Sem et Roubille font déjà preuve d’une certaine facétie. Cette terminologie utilisée pour désigner une mise en situation d’un sujet dans son contexte était jusqu’alors caractéristique des musées d’histoire naturelle, notamment pour montrer un animal dans une reconstitution de son habitat. Il place en l’espèce la « faune » de la haute société dans le décor de la huppée rue Royale (de nos jours devenue l’avenue Foch du XVIe arrondissement de Paris). Ce type de réalisation était très en vogue au cours du XIXe siècle. On trouve trace, par exemple, du Carporama réalisé par Robillard d’Argentelle, exposé en 1829 au Muséum d’histoire naturelle de Paris, qui présentait une collection de végétaux artificiels qui lui valurent les hommages posthumes de l’Académie des sciences. Cent douze moulages en cire peints des principaux fruits tropicaux furent exécutés à l’île de France (La Réunion) de 1802 à 1825, puis rapportés en métropole en 1826, avant d’être offerts par les héritiers de l’artiste au Muséum en 1887 (Chevalier, 1930 : 486). L’enjeu de la réalisation était double puisqu’il valorisait le patrimoine des colonies tout en présentant un intérêt scientifique. Ce modèle pédagogique eut un grand retentissement, tout comme ses déclinaisons. En 1881, un article du Rappel se faisait l’écho de cet engouement en donnant une explication sur son origine : « Le panorama a donné naissance à une foule de spectacles analogues : diorama, diaphariorama, stéréorama, myriorama, georama, néorama, pléorama, etc. » (Le Rappel, 1881 : 3)6.

  • 7 François San Millan, qui a réalisé des recherches sur le sujet pour concevoir le site Internet de l (...)
  • 8 Pascale Alexandre-Bergues revient sur les différentes typologies expérimentées en matière de dioram (...)
  • 9 Le Navalorama était une composition de 800 m2 reconstituant une mer agitée à l’aide d’éléments mobi (...)

6La mise en scène de Sem et Roubille7 n’a pas de volonté illusionniste, contrairement aux dioramas de Louis Daguerre (Le Gall, 2013) et Charles-Marie Bouton, telle qu’ils l’établirent un siècle plus tôt en utilisant des jeux de lumière pour induire une impression de profondeur (Désile, 2016 : 170-173)8 et de suggestion temporelle. Elle n’est pas non plus animée mécaniquement comme le peintre marin Louis Gamain l’avait proposé dans les tableaux mouvants de son Navalorama9 présenté en 1838. Des oramas scientifiques furent développés, comme le Géorama de Delanglard fabriqué en 1823 et composé d’une sphère de plus de 32 mètres, ou celui de Sanis, en 1843, reproduisant en microscopique la France en respectant les reliefs géologiques ainsi que les fleuves, ou encore l’uranorama – ancêtre du planétarium – visant à faire comprendre les mouvements astronomiques.

  • 10 On relèvera qu’elles ne sont peintes que sur une face et ont été numérotées au dos, sans doute pour (...)
  • 11 Les figurines londoniennes sont plus grandes que les parisiennes, sans doute parce que l’installati (...)

7Pour Sem, en particulier, l’exercice du diorama s’inscrit dans le prolongement de la publication de deux de ses albums, Le Turf et Les Acacias, qu’il meut en trois dimensions en réalisant des plans successifs constitués par des figurines peintes sur contreplaqué10, avec mise en relief de certains éléments des vêtements et ajout de quelques ornements aux silhouettes (plume véritable qui couronne le chapeau d’une femme, tulle qui gonfle les jupons, canne en bois d’un dandy, pochette en soie sur un veston, etc.) pour dynamiser l’ensemble11. On retrouve ici un sujet qui a déjà été exploré dans les journaux par les deux artistes (Le Figaro, 1907 : 3), mais son changement en volume ajoute indéniablement une dimension ludique supplémentaire à leur exercice habituel.

  • 12 Cette hiérarchie interroge la conservation des éléments secondaires pour ce type d’œuvres, le décor (...)
  • 13 Il est possible que ce chiffre publié (L’Écho de Paris, 19 nov. 1909, p. 1 ; Le Journal, 29 nov. 19 (...)

8Le décor plat élaboré par Roubille (La Petite Gironde, 1909 : 2) servait seulement de fond : il a malheureusement de nos jours disparu12. Jusqu’à six rangs de piétons, animaux (chiens, loup du prince de Troubeskoy, biche apprivoisée de Mme Charron), voitures à cheval et automobiles animaient la foule, restituant une certaine effervescence. L’expressivité des caractères, des détails en relief et les positions induisaient du mouvement aux personnages bien qu’ils soient statiques. Cinq cents voitures et mille figures13 de 25 à 28 cm cohabitaient, au point que l’ampleur de l’installation retarda le vernissage (Le Journal, 1909 : 1).

9On parvient à distinguer les éléments moins précis de Roubille, qui s’est chargé de l’exécution des voitures, chevaux et de la figuration, des figurines réalisées par Sem, dont les corps sont peints directement sur le bois et les têtes collées puis coloriées (figure 3). Les détails sont soignés dans les attelages, chacun est différent des autres (figure 4).

Figure 3. Figurine d’une femme pour la figuration du diorama anglais, de dos et de face.

Figure 3. Figurine d’une femme pour la figuration du diorama anglais, de dos et de face.

On relève la mise en relief obtenue par la superposition de différentes pièces pour composer les silhouettes.

© Collection de l’Association de la Régie théâtrale.

Figure 4. Figuration du diorama français par Roubille.

Figure 4. Figuration du diorama français par Roubille.

© Succession Sem.

10Les artistes, qui ne manquent pas d’autodérision, n’oublièrent pas de se représenter : Sem dans une automobile et Roubille en promeneur. Ainsi se profile une forme de « ségrégation » (Désile, 2016 : 170-173) entre figures notoires identifiables à leurs traits, caractéristiques et attitudes – sans distinction de rang par rapport à leur place dans la hiérarchie sociale –, et la figuration d’anonymes qui, à l’inverse, incarnent des archétypes (gardien de la paix, religieuses, marchands de ballons, etc.).

  • 14 Elles appartiennent désormais à l’Association de la Régie théâtrale (ART) (conservées à la BHVP) qu (...)

11Il serait possible de reconstituer en grande partie ce diorama français puisqu’un nombre important de figurines ont été conservées14. Une telle installation serait une pièce magistrale pour clore une première grande exposition en France sur le caricaturiste Sem, d’autant qu’il n’existe pas encore de monographie exhaustive en langue française sur le sujet.

De l’orgueil d’être reconnu : la validation d’un statut social par la caricature

12L’appropriation du diorama par Sem et Roubille emprunte l’application littérale de la définition de la caricature, telle qu’évoquée par Champfleury : « Quelques-uns trouvent la caricature violente, injuste, taquine, hardie, turbulente, passionnée, menaçante, cruelle, impitoyable. Elle représente la foule » (Champfleury, s. d. : vii). Signe d’un changement de la société, le « grand monde » ne désigne plus désormais la seule noblesse qui décline durant la fin du XIXe siècle, mais s’étend à la bourgeoisie et à des personnalités célèbres qui s’instillent progressivement à partir de cette époque dans le gotha (Mention-Rigau, 1994). Après 1830, le critère d’accès au monde n’est plus la naissance mais la notoriété (Martin-Fugier, 1990).

13On trouve ainsi parmi le panel des représentés de La Grande Semaine, outre les rois, princes, barons et ducs, des comédiennes, des auteurs dramatiques, des politiques, des hommes d’affaires, des personnalités de la presse, des artistes et même le chef de la police. Le mondain désigne désormais celui qui adopte « un mode de vie et une sociabilité aristocratique » (Bravard, 2013 : 17), répondant à des codes qui régissent une obligation de paraître, et dont le goût pour la course hippique est l’un des plus emblématiques. Les cérémonies du Grand Prix, qui marquent la fin de la saison parisienne débouchant sur le départ de la haute société cosmopolite vers les villes d’eau où passer confortablement l’été, représentent l’épicentre où l’on doit se montrer et un temps fort de la vie parisienne (ibid. : 140). Le dispositif joue ainsi astucieusement à mettre en abyme les personnalités qui se mettent eux-mêmes en scène au sein de la société de l’époque, par un procédé théâtral.

14Aussi, si le diorama correspond à la vocation de donner « l’illusion de la réalité » (Hoffbauer, 1885), c’est par ce rapport mimétique à une évolution sociologique dont ils se font les passeurs espiègles, et par le talent de portraitiste de Sem qui restitue avec beaucoup de ressemblance les personnalités convoquées, qu’il entre pleinement dans la définition de l’exercice.

  • 15 Le journal satirique qui paraît à partir de 1871 en prenant pour cible de chaque opus un « homme du (...)
  • 16 Le catalogue de la Fine Art Society et une version annotée permettent une identification partielle (...)
  • 17 Ce sont là citées les seules collaborations identifiées entre Sem et Roubille. En l’absence de sour (...)

15Cette forme hybride, appliquant l’art de la caricature au modèle du diorama, apporte un compromis idéal entre l’usage humoristique des marionnettes ou silhouettes de théâtre d’ombre généralement utilisées comme support à la satire, et une rencontre avec leur propre univers graphique. La curiosité pour l’identification des personnalités en vogue prend différentes formes au fil du XIXe siècle jusqu’à ce début du XXe. Patrick Désile revient en détail sur les différentes typologies expérimentées en matière de diorama, et fait le lien entre des initiatives comme celle du musée Grévin qui ouvre à cette époque, des publications comme Le Trombinoscope15 et les albums de célébrités très populaires, déclinés sous forme de cartes postales, mosaïques photographiques, photos publicitaires, etc. La mode des silhouettes de profil et des masques mortuaires qui faisaient florès plus tôt est également à rapprocher de ce précoce engouement pour les peoples. Dans cette époque où la presse est le principal moyen de communication, les journaux satiriques ont un impact colossal. Être représenté devient dès lors le symbole de la consécration de sa notoriété. Attirer l’intérêt des caricaturistes et être reconnu par les lecteurs devient le summum de la célébrité. Or l’enjeu est bel est bien de tenter de deviner qui est qui dans le cortège de La Grande Semaine, sans tricher, en s’en remettant au livret édité pour accompagner l’exposition et apportant des indices à partir des noms donnés aux différents groupes réunis par voitures16. En 1910, les deux caricaturistes exploiteront l’idée pour créer une affiche qui suscita l’intrigue, en dessinant une foule élégante mais sans visage, dans le même cadre des milieux hippiques. La publicité créée pour le tailleur High Life Tailor précisait seulement le prix des costumes, suggérant que l’on est d’abord identifiable par son allure17.

16Les personnages de La Grande Semaine rappellent le monde des marionnettes. Là encore, le décalage malicieux entre une certaine vacuité des mœurs dépeintes et le registre enfantin n’était sans doute pas dû au hasard. La mise en scène de la photographie retenue pour promouvoir l’événement le rappelle également, montrant les caricaturistes se mettant en scène comme ordonnateurs de l’univers qu’ils ont créé (figure 5).

Figure 5. Photographie de l’installation du diorama par Sem et Roubille.

© Photographie Branger.

17La satire est cruelle parce que ressemblante, et le talent de Sem réside précisément dans un équilibre alliant style identifiable et choix des cibles. Il était reconnu comme le principal caricaturiste des plus aisés, qui constituaient aussi bien souvent sa clientèle, flattés par tant d’égard qu’ils achetaient les originaux de leur propre portrait. On notera d’ailleurs que les figurines des dioramas étaient également à vendre à la pièce. Sem est fréquentable parce qu’il parvient à allier la férocité aimable et l’élégance. Bien qu’épinglées, les personnalités illustrées restent sophistiquées, ce qui n’a ainsi rien d’infamant. Le président de la République Fallières, cible favorite des dessinateurs de la période, visitera d’ailleurs le diorama avec son fils, tout comme le maharajah de Kapurthala et le roi Manuel du Portugal, très amusés de se voir ainsi représentés (« Visite présidentielle », 1909 : 1 ; Le Figaro, 1910 : 3.).

18Le titre retenu pour ce diorama est intrigant. Il évoque la semaine hippique qui débute par le Grand Steeple-Chase à Auteuil et se termine par le prix de Longchamp. Sous la Troisième République, l’allée des Acacias qui débute porte Maillot pour mener à la pelouse de l’hippodrome de Longchamp est par excellence le lieu de promenade mondaine. Mais ce titre fait aussi référence à la Grande Semaine des chrétiens orthodoxes, également appelée la Semaine sainte, qui s’ouvre par le dimanche des Rameaux, avant Pâques. Les cérémonies ont lieu en grande pompe, et les fidèles lors d’une procession sont bénis par un prêtre. L’idée d’une analogie avec la relation ambivalente que l’artiste entretient avec ses victimes consentantes ne manque pas d’ironie.

19La dualité de courtisanerie et de moquerie est résumée dans la « causerie » du comte Robert de Montesquiou qui clôtura l’exposition. Il commenta ce « film immobile » en évoquant le rôle de la caricature : « dont on se plaint quand elle nous égratigne, dont on se plaint encore davantage quand elle nous oublie » (Dolfus, 1910 : 2). Tel un montreur de ménagerie, l’orateur fit les présentations de chaque silhouette en présence de la foule dense des principaux protagonistes écoutant les commentaires humoristiques à propos de chacun.

  • 18 Remerciements chaleureux aux archives de la Régie théâtrale, aux archives de la Fine Art Society et (...)

20En s’emparant d’un modèle en vogue, Sem et Roubille surent renouveler leur proposition tout en conservant leur vocabulaire plastique. Cet exercice singulier fut l’expression de leur talent et du sens du commerce de Sem qui, en publicitaire redoutable et fin promoteur autofinançant la publication de ses albums, sut plus encore galvaniser l’attention d’un auditoire, mêlant à la fois curieux et privilégiés. Leur apport à cette forme hybride entre panorama, miniature, théâtre de silhouettes et mise en scène faussement enfantine, ouvrit le domaine à ce qui fut ensuite appelé le « diorama en relief », très répandu au début du XXe siècle, repris par Caran d’Ache, notamment, dans ses « chasses » et son diorama baptisé Le Grand Prix de Paris qui se rapprochait fortement, par la forme et par la thématique, à La Grande Semaine de Sem et Roubille. Point d’orgue dans leur carrière, leurs différents dioramas catalysèrent l’appétit d’une époque pour les personnages publics, en ne trahissant nullement un art de la satire, et les rendirent eux aussi célèbres18.

Haut de page

Bibliographie

Bravard (Alice). 2013. Le Grand Monde parisien, 1900-1939. La persistance du modèle aristocratique. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Désile (Patrick). 2016. « La Grande Semaine de Sem et Roubille, un condensé de la culture visuelle du XIXe siècle », p. 161-174 in Les Archives de la mise en scène : spectacles populaires et cultures médiatiques, sous la direction de Pascale Alexandre-Bergues et Martin Laliberté. Lille : Presses universitaires du Septentrion.

Keraudren-Aymonin (Monique) & Aymonin (Gérard G.). 1984. « Une œuvre scientifique et artistique unique : le Carporama de L. M. A. de Robillard d’Argentelle », Bulletin de la Société botanique de France. Lettres botaniques, 131(4-5), p. 243-246, en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/01811797.1984.10824636 [consulté le 21 déc. 2018].

Le Gall (Guillaume). 2013. La Peinture mécanique, le diorama de Daguerre. Paris : Mare & Martin Arts.

Martin-Fugier (Anne). 1990. La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris, 1815-1848. Paris : Fayard.

Mention-Rigau (Éric). 1994. Aristocrates et grands bourgeois : éducation, traditions, valeurs. Paris : Plon.

Molher (Jacqueline) & San Millan (François). « Dioramas », en ligne : http://www.sem-caricaturiste.info/pages/diorama.html [consulté le 21 déc. 2018].

Thompson (Patrice). 1982. « Essai d’analyse des conditions du spectacle dans le panorama et le diorama ». Romantisme, numéro thématique « Le spectacle romantique », p. 47-64.

Sources et documents

« La caricature à Londres ». 1908. Le Figaro, 15 juin.

« La caricature à Londres ». 1908. Le Gaulois, 8 juillet.

« Painted plywood figures of celebrated racegoers ». 1979. Observer Magazine, 8 avril.

« Pointes sèches ». 1908. Le Gaulois, 11 juillet, p. 1.

« Tout Paris avenue du Bois par Sem et Roubille ». 1909. Fémina, n° 212, 15 novembre.

« Tout Paris avenue du Bois par Sem et Roubille ». 1909. L’Illustration, 11 décembre.

« Tout Paris avenue du Bois par Sem et Roubille ». 1910. Fémina, n° 226, 15 juillet.

« Tout paris avenue du Bois ». 1910. Je sais tout, 15 février.

« Tout-Paris, conférence caricaturale ». 1910. Le Gaulois, 8 janvier.

« Visite présidentielle ». 1909. L’Aurore, 18 décembre, p. 1.

Bulletin de la Société archéologique, historique et artistique le Vieux Papier : pour l’étude de la vie et des mœurs d’autrefois. 1946. Vol. 18.

Catalogue of an Exhibition of Caricatures in Water-Colour and Wood of Racing, Yachting And Social Personages by “Sem”. 1908. Londres : The Fine Art Society.

Champfleury (Jules). s. d. Histoire de la caricature moderne. Paris : E. Dentu.

Chevalier (Auguste) (sous la direction de). 1930. Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale. Paris : Laboratoire d’agronomie coloniale.

De Montesquiou (Robert). 1910. « La Grande Semaine ». Fantasio, repris et augmenté dans : 2012. « Le film immobile », p. 55 in Têtes d’expression. Paris : Émile-Paul.

Dimanche illustré. 1909. 5 décembre.

Dolfus (Paul). 1910. « Une conférence de M. de Montesquiou sur la “Grande Semaine” de Sem et Roubille ». Gil Blas, 8 janvier.

Hoffbauer (Fedor). 1885. Carré Marigny, aux Champs-Élysées. Livret explicatif du diorama de Paris à travers les âges. Paris : Firmin-Didot.

L’Intransigeant. 1909. 18 décembre.

La petite gironde. 1909. 25 novembre.

Le Figaro. 1907. 5 octobre.

Le Figaro. 1908. 12 novembre.

Le Figaro. 1909. 12 décembre.

Le Figaro. 1909. 22 novembre.

Le Figaro. 1910. 16 juin.

Le Journal. 1909. 20 novembre.

Le Rappel. 1881. 14 septembre.

Les Annales politiques et littéraires. 1912. 27 octobre, p. 364.

M. H. S., « The Art of Sem ». 1908. The Graphic, 20 juin.

New York Herald Tribune. 1912. 15 septembre.

Pall Mall Gazette. 1912. 30 septembre.

Plée (Léon). 1909. « La comédie picturale ». Les Annales politiques et littéraires, n° 1381, 12 décembre, p. 558.

Schmidt (Karl Eugen). 1910. « Tout Paris in der karikatur ». Die Woche, 22, 28 mai, p. 925.

The Sketch: A Journal of Art and Actuality. 1909-1910. 68, oct.-janv., p. 204.

Uncle Toby. 1911. 29 avril, p. 4.

Vandérem (Fernand). 1910. « De Tortoni à l’avenue du bois ». Le Figaro, 10 décembre, p. 1.

Warnod (André). 1909. « Silhouettes parisiennes de Sem et Roubille ». Comœdia, 5 décembre, p. 1.

Haut de page

Notes

1 Sem s’appelait en réalité Georges Goursat, né le 23 novembre 1863 à Périgueux et mort à Paris le 24 novembre 1934. Il était illustrateur, caricaturiste, affichiste mais également chroniqueur, notamment durant la Première Guerre mondiale. Souvent vu comme un artiste mondain, ses écrits et ses recherches sur le jazz, le sport, la mode, revêtent des approches plus profondes sur les différents aspects de la modernité de la société. Auguste Roubille naît le 15 décembre 1872 dans le XVIIIe arrondissement de Paris, où il décède le 6 décembre 1955. Il était caricaturiste, affichiste, peintre et décorateur. L’objet se présente au choix en rouleau ou en six bandes d’un mètre cinquante que l’on peut assembler.

2 Le Catalogue of an Exhibition of Caricatures in Water-Colour and Wood of Racing, Yachting and Social Personages by “Sem” de la Fine Art Society publié à l’époque permet d’identifier en grande partie les figurines. Identification du diorama britannique telle que présentée dans le catalogue de la Fine Art Society de Londres de 1908 : le roi George V, le prince Christian, lord Alington, Mr Allison, major Beatty, comte Berteyx, général Brabazon, lord Buchan, lord Carnarvon, The Right. Hon. sir Ernest Cassel, Mr. T. Chaine, The Right. Hon. Henry Chaplin, lord Coventry, Mr. Arthur Coventry, marquis de Soveral, The Late Duke of Devonshire (deux fois : avec un manteau et un chapeau marron ; dans un manteau gris et avec un haut chapeau), lord Durham, lord Farquhar, The Hon. Evelyn Fitzgerald, Mr. Peter Gilpin, The Late Hon. Ronald Greville, sir Charles Hartopp, W. A. Higgs (jockey), Mr. G. Hodman, lord Howard de Walden, Mr. S. Joel, Mr. A. Keyser, The Hon. F. Lambton, The Hon. G. Lambton, lord Lonsdale (deux fois : de côté et de face), lord Lurgan, H. O. Madden (jockey), Mr. Marsh, Mr. P. Nelke, The Late Mr. Hugh Owen, Mr. J. Porter, Mr. Seymour Portman-Dalton, The Hon. Neil Primrose, Mr. W. B. Purefoy, lord Rosebery, lord Rothschild, baron James de Rotschild, Mr. Leopold de Rotschild, a former runner with the Old Berkeley, well known at Ascot, Mr. Arthur Sasson, lord Savile, prince Victor Duleep Singh, Tod Sloan, Mr. Stirling Stuart, The Hon. Henry Stonor, lord Villiers, sir Edgar Vincent, col. W. Hall Walker, lord Westbury, The Duke of Westminster, capitaine Mark Weyland, général sir Albert Williams, lLord de Grey, Mr. Bradshaw, lord Crawford, Mr. De Salie, capitaine Foster, sir D. Leach, Admiral The Hon. Victor Montagu, lord Ormonde, lord Wandsworth, Sem.

3 Lord Lonsdale l’offre au roi Edouard VII pour sa fête. Le diorama britannique entra, après le décès du roi, dans la collection des courses d’Ascot, puis fut légué au National Horseracing Museum de Newmarket, en Angleterre. Les recherches nécessaires pour cet article, qui permirent la découverte du catalogue publié à l’époque, ont été transmises à l’institution qui possède désormais l’ensemble et qui, ainsi, complète enfin la notice correspondante.

4 La date initiale prévue était celle du 19 novembre, mais l’ampleur de l’installation a retardé l’ouverture. Il fut d’abord envisagé qu’il soit ensuite présenté à Monte-Carlo, mais après la célèbre crue de janvier 1910, l’exposition a finalement été prolongée aux galeries Brunner, 11, rue Royal (Paris VIIIe), à partir du 9 mai 1910, puis de nouveau à Londres, où Sem ne manquera pas d’ajouter en figurine le roi George V. (cf. « Paris en route pour Longchamp. A diorama by Sem and Roubille ». The Fine Art Society, 425, mai-juin 1911). Une identification partielle du diorama français est présentée dans le catalogue de la Fine Art Society de Londres de 1911 : le roi George V, le président Armand Fallières, Réjane (comédienne), Polaire (comédienne), M. Lépine (le chef de la police), Rostand et Bernstein (auteurs dramatiques), Sem (caricaturiste), Forain (caricaturiste), Helleu (caricaturiste), Boldini (peintre), Santos-Dumont, prince de Chimay, Maurice Ephrussi, baron James de Rotschild, Boni de Castellane.

5 Conversion INSEE des anciens francs 1909 en euros 2017 : 65 582 €.

6 « Il est très intéressant de connaître l’origine et l’histoire du panorama. L’invention en est due à un peintre d’Édimbourg qui prit à Londres un brevet et exposa en 1799, dans Leicester Square, le premier panorama représentant la ville de Londres. C’est le hasard qui fit trouver cette invention à l’auteur Robert Barker. Étant en prison pour dettes, il remarqua l’effet singulier que produisait l’éclairage de sa cellule sur une lettre qu’il tenait à la main. Au sortir de la prison, il tâcha de reproduire sur une grande toile l’effet de la lumière et réussit parfaitement. La réussite qu’il obtint à Londres l’encouragea à représenter sur la toile la vue de la ville et du port de Porsmouth, puis des batailles navales, etc. Vers la même époque, c’est-à-dire en 1799, le célèbre mécanicien Robert Fulton, arrivé depuis peu de temps de Pennsylvanie à Paris, conçut l’idée des mêmes effets obtenus par la lumière et fit construire une rotonde au boulevard Montmartre, sur l’emplacement où furent établis les passages des Panoramas. Le monument avait 14 mètres de diamètre. Ce fut le premier panorama exécuté à Paris et offert aux Parisiens. Ce spectacle obtint un succès sans égal » (Le Rappel, 1881 : 3).

7 François San Millan, qui a réalisé des recherches sur le sujet pour concevoir le site Internet de l’Association Sem, a identifié des représentations de caricatures découpées comparables en Espagne au début du XXe siècle. Il est notamment le co-auteur avec Jacqueline Molher d’un article consacré aux dioramas de scène : « Dioramas ». À lire également, Patrice Thompson, « Essai d’analyse des conditions du spectacle dans le Panorama et le Diorama » (1982).

8 Pascale Alexandre-Bergues revient sur les différentes typologies expérimentées en matière de diorama, dans un passage qu’elle consacre entièrement à La Grande Semaine de Sem et Roubille dans Les Archives de la mise en scène : spectacles populaires et culture médiatique, 1870-1950, sous la direction de Pascale Alexandre-Bergues et Matin Laliberté, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2016, p. 170-173.

9 Le Navalorama était une composition de 800 m2 reconstituant une mer agitée à l’aide d’éléments mobiles, d’abord présenté au Havre en 1830, puis aux Champs-Élysées en 1838. Cette initiative se rapproche davantage du panorama, comme l’analogie de son nom l’indique, qui correspond à une installation monumentale impliquant que le spectateur se déplace pour découvrir l’ampleur de la composition.

10 On relèvera qu’elles ne sont peintes que sur une face et ont été numérotées au dos, sans doute pour faciliter la réinstallation lors de l’itinérance de la version française à Londres. On note également que les visages des silhouettes sont en grande majorité les mêmes que ceux publiés dans ces deux albums précédents, ce qui facilite les identifications.

11 Les figurines londoniennes sont plus grandes que les parisiennes, sans doute parce que l’installation étant plus petite, cela permettait d’occuper davantage l’espace. Les premières étaient sur socles alors que les secondes étaient sur rails.

12 Cette hiérarchie interroge la conservation des éléments secondaires pour ce type d’œuvres, le décor était possiblement alors jugé moins important à cette époque.

13 Il est possible que ce chiffre publié (L’Écho de Paris, 19 nov. 1909, p. 1 ; Le Journal, 29 nov. 1909, p. 2.) soit un peu exagéré.

14 Elles appartiennent désormais à l’Association de la Régie théâtrale (ART) (conservées à la BHVP) qui, par déduction, émet l’hypothèse que Roubille lui-même en aurait fait don à Mlle Ducoin, l’ancienne agente générale de l’ART. La famille de Sem conserve une partie importante de l’autre moitié. Cette répartition semble logique : chacun des caricaturistes a donc conservé ses propres productions.

15 Le journal satirique qui paraît à partir de 1871 en prenant pour cible de chaque opus un « homme du jour » narquoisement caricaturé en mots et en images.

16 Le catalogue de la Fine Art Society et une version annotée permettent une identification partielle des personnalités.

17 Ce sont là citées les seules collaborations identifiées entre Sem et Roubille. En l’absence de sources, les conditions de ces travaux communs ne seront pas extrapolées.

18 Remerciements chaleureux aux archives de la Régie théâtrale, aux archives de la Fine Art Society et du Palace House de Newmarket, à Martin et Françoise Beauchamps, ainsi qu’à toute la famille du caricaturiste Sem, et à Claire Mead pour la logistique britannique. Je me dois aussi d’exprimer ma reconnaissance à François San Millan dont les recherches préalables exhaustives et la relecture ont été très utiles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Ensemble des planches de Sem au bois (détail), avec ajout des identifications réalisées par François San Millan, annotées et complétées par Marianne Le Morvan.
Crédits © University of Minnesota.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/2602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Figure 2. Figurine de lord Coventry de la version anglaise (à gauche) et de la version française (à droite) du diorama par Sem.
Crédits © Succession Sem.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/2602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 3. Figurine d’une femme pour la figuration du diorama anglais, de dos et de face.
Légende On relève la mise en relief obtenue par la superposition de différentes pièces pour composer les silhouettes.
Crédits © Collection de l’Association de la Régie théâtrale.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/2602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 4. Figuration du diorama français par Roubille.
Crédits © Succession Sem.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/2602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Haut de page

Références

Référence papier

Marianne Le Morvan, « La Grande Semaine de Sem et Roubille : Le diorama par le prisme de la satire », Culture & Musées, 32 | 2018, 182-189.

Référence électronique

Marianne Le Morvan, « La Grande Semaine de Sem et Roubille : Le diorama par le prisme de la satire », Culture & Musées [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/2602 ; DOI : 10.4000/culturemusees.2602

Haut de page

Auteur

Marianne Le Morvan

Marianne Le Morvan est docteure en histoire de l’art (thèse soutenue en co-direction histoire à Nanterre le 15 décembre 2017), fondatrice et directrice des Archives Berthe Weill, commissaire d’exposition (Grey Art Gallery, le musée de l’Université de New York), chercheuse indépendante et biographe de la galeriste d’avant-garde Berthe Weill (Berthe Weill, 1865-1951. La petite galeriste des grands artistes, Orléans, L’Écarlate, 2011). Elle a collaboré avec Arte pour un documentaire en réalité virtuelle sur une œuvre de Manet, produit par Iko. Ses recherches portent sur les artistes exposés à la galerie B. Weill, le marché de l’art moderne et ses collectionneurs. Elle est l’initiatrice du prix Berthe Weill pour la recherche. Son prochain ouvrage est une biographie d’Auguste Bauchy, directeur du Café des Variétés, collectionneur précoce et important de Gauguin, Van Gogh et Picasso.
Courriel : mariannelemorvan[at]gmail.com
www.bertheweill.fr
www.mariannelemorvan.com

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals