Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Travaux & notes de rechercheCompte rendu de thèseLa patrimonialisation selon l’imm...

Travaux & notes de recherche
Compte rendu de thèse

La patrimonialisation selon l’immatériel ou la mémoire agissante, circulations des savoirs en contexte partenarial de production audiovisuelle

Nolwenn Pianezza
p. 190-193
Référence(s) :

Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, en co-tutelle entre l’Université d’Avignon et des pays de Vaucluse et l’Unirio (Brésil), soutenue le 18 décembre 2017.

Texte intégral

  • 1 Ce statut patrimonial peut prendre différentes formes selon les inventaires : il peut s’agir d’une (...)

1Cette recherche doctorale explore les enjeux et modalités de la patrimonialisation à l’heure du patrimoine culturel immatériel (PCI). En réponse à la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du PCI, de nombreux projets culturels d’inventaire du patrimoine sont entrepris par les chercheurs et se matérialisent sous forme de films documentaires. Il s’agit alors de produire de la connaissance sur des patrimoines méconnus – rites, chants ou même paysages. Or l’Unesco préconise une coproduction de ces documentaires entre les chercheurs et la société civile, avec ceux qui vivent, portent et pratiquent ces patrimoines. C’est donc dans cette perspective que les scientifiques interrogent les habitants du territoire qu’ils auscultent, recueillent leur parole sur leurs pratiques culturelles, et leur font dire la signification, la valeur qu’ils leur accordent. Ils enregistrent les témoignages collectés et les mettent en forme dans un documentaire audiovisuel consacré au PCI de ce territoire. C’est enfin sur la base de tels témoignages que chercheurs et citoyens réunis décident des pratiques méritant de devenir patrimoine et de recevoir un statut d’exception, en tant que bien culturel à préserver, promouvoir et transmettre aux générations futures1.

2Pour aborder ces documents audiovisuels, nous les appréhendons comme une mémoire sociale, soit un récit documenté, structuré et enregistré, produit par un groupe social (Davallon, 2015). Or cette mémoire semble occuper une place décisive au cœur des processus contemporains de patrimonialisation (ibid.), puisque le témoignage collecté y est mobilisé à trois niveaux. En premier lieu, il permet de sélectionner les objets dignes du statut patrimonial. Il décrit ensuite leur valeur patrimoniale, en vue de constituer un savoir sur l’objet et de justifier de l’intérêt de le protéger. Il légitime, enfin, le processus patrimonial en attestant de l’attachement profond du groupe social au patrimoine en question. La thèse visait ainsi à identifier le rôle spécifique de la mémoire sociale et à repérer comment ses usages contemporains, de type collecte audiovisuelle de témoignages, transforment de tels processus et donnent à voir une nouvelle manière de fabriquer, de co-construire le patrimoine avec le groupe social.

3La thèse s’appuie initialement sur ce contexte d’une attention croissante au patrimoine immatériel dont elle reformule la portée en lui donnant statut de paradigme. Loin de constituer une « nouvelle catégorie de patrimoine », éphémère, ancrée dans l’oralité ou la performance, et distincte d’un patrimoine bâti, l’immatériel pointe plutôt une approche naissante, « une façon spécifique de produire du patrimoine » (ibid. : 29). Celle-ci se caractérise par une large participation du groupe social et un regard ajusté sur le patrimoine, dont on entend signifier et maintenir la nature vivante et évolutive, rattachée aux hommes qui le pratiquent. À la lumière de ce paradigme, c’est ainsi un « nouveau régime de patrimonialité » (Turgeon, 2013 : 390) que la thèse décrypte en observant la manière dont il inspire les opérations documentaires sur le terrain.

4Notre recherche s’intéresse à l’inventaire patrimonial, étape première de la patrimonialisation, ici mise en œuvre en partenariat entre experts culturels ou scientifiques et un groupe social. Deux campagnes d’inventaire font l’objet du terrain. La première, institutionnelle, concerne un inventaire national du patrimoine guarani, réalisé dans deux États du Sud-Est brésilien (Rio de Janeiro et Espírito Santo), dans six villages de forêt. La seconde relève d’une démarche informelle d’inventaire portée par un parc naturel régional français. L’originalité de la recherche consiste à observer à chaque fois le processus de patrimonialisation dans le temps de sa production, durant l’inventaire audiovisuel. Elle aborde la construction documentaire par la production des savoirs, pressentie comme le nœud crucial où se joue la participation du groupe social, puisque c’est là que ses membres, dits chercheurs indigènes, sont pour certains chargés d’enquêter sur leur patrimoine, de recueillir les témoignages filmés des porteurs de mémoire ou d’élaborer le documentaire.

5Pour questionner cet objet, la thèse interroge la circulation des savoirs (Jeanneret, 2008) lors du processus documentaire. Celle-ci permet d’analyser les transformations techniques, épistémologiques et symboliques survenues, en deux axes : la transmission et la fixation des savoirs – c’est-à-dire la manière dont l’enregistrement audiovisuel transporte, contraint, réduit ou modifie leur forme et leur sens. Elle regarde comment les savoirs sont conçus, discutés et mis à distance, la manière dont ils transitent, s’échangent et se distribuent entre les acteurs et les supports médiatiques (filmiques) à la faveur de l’inventaire. Pour repérer comment se transforment le regard et le positionnement du groupe social envers son patrimoine, la recherche décrypte son geste documentaire (les tâches qu’il accomplit) et la méthodologie partenariale (son niveau d’implication) : cela nous permet d’analyser comment il investit le processus patrimonial et, par exemple, comment évolue son désir de s’engager pour le protéger. Nous interrogeons, enfin, le « devenir médiatique » du patrimoine, ce qu’il en advient (Tardy, 2014), en observant le traitement documentaire des savoirs, soit la manière dont l’objet est décrit ou abordé. Il s’agit alors de repérer à quel point, d’après les enquêtés, ce patrimoine vivant se fige par sa fixation sur un support d’enregistrement. Notre recherche développe pour cela une méthodologie sémio-ethnographique, associant l’observation, l’analyse de documents et principalement l’entretien avec les acteurs, sociaux et scientifiques, des inventaires.

6Les résultats mettent en évidence le parcours de sociabilité, de réflexivité et d’appropriation de l’acteur social au fil de son geste documentaire. Sa participation lui permet de développer une réflexion critique et créative sur le patrimoine, sur le mode d’une conversation facilitée avec ses pairs. Cette expérience singulière tend alors à modeler l’engagement et à refonder la relation socio-symbolique du groupe à son patrimoine.

7Nous répondons ensuite à l’une des controverses du processus patrimonial, réputé responsable d’un figement irrémédiable d’un patrimoine évolutif et vivant. Nous relevons une stratégie documentaire des acteurs de l’inventaire, visant à contourner cette difficulté : ils s’efforcent de fixer sans figer les savoirs. Ils évitent de présenter dans les films un ensemble stabilisé de savoirs sur le patrimoine raconté, qui risquerait d’enfermer ou réduire sa compréhension à ces éléments, amenés à circuler avec les films. Quelques procédés stylistiques retiennent par exemple notre attention. Ainsi, l’objet de patrimoine n’est jamais décrit précisément ; en revanche, il est traité de manière indirecte : commenté par un témoin, il est avant tout interrogé et envisagé dans ses mutations passées et à venir, plus qu’il n’est défini, établi, formalisé. Finalement, il est plutôt abordé à distance, contourné et approché par ce détour. Cependant, à n’en dire que peu de choses et à privilégier les questionnements à son endroit, les témoins filmés invitent tout un chacun à y répondre et à formuler pour soi ce qu’est et représente ce patrimoine. La « fixation souple » des savoirs se veut alors le moyen de produire une trace sur le patrimoine sans l’y réduire, et d’ouvrir son sens au redéploiement et à la mutabilité. Cette proposition d’une fixation souple caractérise ainsi le régime de patrimonialisation associé au paradigme de l’immatériel. Elle nous conduit à réinterroger la question de la fixation, non plus tant comme figement ou « fixisme » (Maguet, 2011), mais comme une pratique sociale redynamisante vis-à-vis des formes culturelles documentées, lorsqu’elle favorise leur évolutivité par l’implication et le regard critique du groupe.

8Enfin, nous mettons en évidence les processus de transmission culturelle qui ont lieu dans le temps du travail documentaire. Nous démontrons la place singulière de la mémoire sociale dans ce régime de patrimonialisation, puisque son élaboration collective facilite la circulation des savoirs, lorsque l’exercice rapproche les participants, les jeunes enquêteurs et les anciens qu’ils interrogent, par exemple. En ce sens, elle accomplit une œuvre médiatrice au sein du groupe.

9Nous resituons, enfin, la temporalité des transformations liées à la patrimonialisation, puisqu’elles peuvent avoir lieu lors de l’inventaire et de la construction documentaire, soit lors du processus patrimonial même, et non à sa suite. Le statut des dispositifs patrimoniaux contemporains, en particulier celui des médiations documentaires, est alors repensé : initialement conçue pour encadrer une production de savoir, la patrimonialisation se détache d’une seule logique de connaissance, pour porter un enjeu d’ordre relationnel et une valeur médiatrice, lorsqu’elle agit sur le lien social qui encadre les pratiques et favorise leur transmission. Enfin, la thèse requalifie le processus de production des savoirs lui-même, puisqu’elleparticipe à leur circulation, grâce à l’implication du groupe social partenaire, au titre de chercheur indigène. Beaucoup plus qu’un exercice théorique, ce travail favorise alors la vitalité des pratiques documentées. Ceci nous permet, enfin, de repenser l’idée de la patrimonialisation qui, dans un tel régime, ne signifie pas mise à l’écart de l’objet de patrimoine, mais sa réintégration dans le monde social, ni tant stabilisation des savoirs que leur circulation continue ici et maintenant. Se dessine donc ici toute la singularité d’un régime de patrimonialisation qui, à l’heure de l’immatériel, s’orchestre à partir de la fabrique continue et partagée d’une mémoire sociale, reconnue agissante pour les effets qu’elle y produit.

Haut de page

Bibliographie

Bortolotto (Chiara). 2011. Le Patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Ethnologie de la France).

Ciarcia (Gaetano). 2010. « De qui l’immatériel est-il le patrimoine ? ». Civilisations. Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines, 59(1), 28 juin, p. 177-184.

Davallon (Jean). 2015. « Mémoire et patrimoine : pour une approche des régimes de patrimonialisation » in Mémoire et nouveaux patrimoines / sous la direction de Cécile Tardy et Vera Dodebei. Marseille : OpenEdition Press, en ligne : http://books.openedition.org/oep/444 [consulté le 21 décembre 2018].

Jeanneret (Yves). 2008. Penser la trivialité, vol. 1, La Vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès Lavoisier.

Tardy (Cécile) (sous la direction de). 2014. Les Médiations documentaires des patrimoines. Paris : L’Harmattan.

Turgeon (Laurier). 2010. « Introduction. Du matériel à l’immatériel. Nouveaux défis, nouveaux enjeux », Ethnologie française, 40(3), juin 2010, p. 389-399.

Haut de page

Notes

1 Ce statut patrimonial peut prendre différentes formes selon les inventaires : il peut s’agir d’une reconnaissance formelle, par exemple d’un titre administratif accordé par les institutions, celui de PCI d’un pays donné ou de l’Unesco ; il peut également s’agir d’une reconnaissance plus informelle, telle la production d’un film sur la pratique culturelle en question : dans ce cas, le choix de lui consacrer un documentaire, puis de témoigner ainsi publiquement de sa valeur, constitue déjà en soi une forme de statut d’exception.

Haut de page

Références

Référence papier

Nolwenn Pianezza, « La patrimonialisation selon l’immatériel ou la mémoire agissante, circulations des savoirs en contexte partenarial de production audiovisuelle »Culture & Musées, 32 | 2018, 190-193.

Référence électronique

Nolwenn Pianezza, « La patrimonialisation selon l’immatériel ou la mémoire agissante, circulations des savoirs en contexte partenarial de production audiovisuelle »Culture & Musées [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/2618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.2618

Haut de page

Auteur

Nolwenn Pianezza

Courriel : nolwenn.pianezza[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search