Navigation – Plan du site
Dossier

Les paysages, patrimoine européen ?

Landscapes, a European Heritage?
¿Los paisajes, patrimonio europeo?
Jean Davallon
p. 19-59

Résumés

Les paysages sont-ils du patrimoine ? Et si oui, en quoi ce patrimoine peut-il être considéré comme européen ? Une première partie fait appel à l’analyse sociosémiotique. Tout d’abord, nous rappellerons la manière dont un lieu devient paysage par une opération de traduction qui fait du paysage une représentation du lieu. Puis, nous examinerons ce que veut dire parler de patrimoine à propos du paysage. La seconde partie est consacrée à la présentation de trois exemples qui illustrent deux modalités différentes de traduction d’un lieu ou d’un paysage en patrimoine. Dans le premier exemple, le paysage est à l’origine du pays et ils font simultanément patrimoine (exemple du Val d’Orcia en Italie). Dans les deux autres exemples, le fonctionnement du pays est la condition de survie du paysage (exemple des Alpujarras en Espagne et des Cinque Terre en Italie). En conclusion, l’accent est mis sur l’impossibilité de détacher le paysage du lieu et sur l’importance de l’opérateur qui fédère les acteurs collectifs participant à leur sauvegarde en tant que patrimoine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 11 juillet 2019
Version révisée reçue le 16 septembre 2019
Article accepté pour publication le 7 octobre 2019

Texte intégral

1Ce titre est sous-tendu par une double interrogation : les paysages sont-ils du patrimoine ? Et si oui, en quoi ce patrimoine est-il européen ? Mais elle en présuppose une autre, à la fois plus fondamentale et plus délicate : comment définir le paysage ?

  • 1 Face à l’abondance de cette littérature qui constitue l’arrière-plan de mon propos, mais non sa sub (...)

2Il existe une abondante littérature sur le paysage, publiée au gré des périodes, mais surtout en fonction de l’arrivée de nouveaux acteurs, de nouvelles approches et de nouvelles sciences. En effet, pendant toute la période s’étendant de la géographie du XIXsiècle, qui avait fait du paysage un objet de choix, jusqu’aux approches contemporaines de l’écologie du paysage, des politiques du paysage ou de l’éthique du paysage, en passant par celle marquée par l’intérêt manifesté par les sciences sociales (sociologie et ethnologie notamment), discussions et controverses se sont succédé1.

  • 2 « D’un côté, explique-t-il, ils reconnaissent sa matérialité, c’est-à-dire l’existence d’une struct (...)
  • 3 À titre d’exemple, voir la critique de Briffaud (1998).

3Un sondage dans cette littérature fait apparaître l’existence de deux conceptions du paysage qui signent deux approches – une dualité qui contribue, par parenthèse, à l’impression souvent relevée de polysémie du terme. Selon la première conception, le paysage est une portion d’espace terrestre plus ou moins aménagée par l’homme, dont les caractéristiques résultent à la fois des données naturelles et de son aménagement. Bertrand (1984 : 224) estime par exemple que « la majorité des géographes situent le paysage à l’interface de la nature et de la société2 ». Selon la seconde conception, dont un des principaux initiateurs est Alain Roger (2001), le paysage est la représentation, au départ picturale, généralement d’un morceau de « pays ». Le fait que cette seconde conception soit présentée comme expliquant l’invention du paysage a évidemment suscité quelques controverses avec les tenants de la première3.

4Quelle peut être l’influence de cette double conception sur nos deux questions initiales concernant le caractère à la fois patrimonial et européen du paysage ? Pour répondre, je commencerai par examiner les conditions pour que ce dernier possède ces deux caractères. Puis, dans un second temps, je les appliquerai à trois exemples ayant fait l’objet de documentaires : le Val d’Orcia, en Italie, les Alpujarras, en Espagne, et les Cinque Terre, en Italie. Nous pourrons ainsi dégager les questions que pose ce type de patrimoine européen.

À quelles conditions un paysage peut-il être un patrimoine européen ?

5Au regard d’une approche communicationnelle du patrimoine, ces deux conceptions du paysage possèdent un trait commun : son existence en tant qu’objet présuppose un sujet qui, au minimum, la reconnaisse.

6Avec la seconde conception, cette reconnaissance est explicitement inhérente à la création du paysage en tant que représentation d’un lieu par un sujet. Nombre d’auteurs, tels qu’Alain Roger (1997, 2001), Augustin Berque (1994) ou encore Thierry Paquot (2016 : chap. 4, « D’un genre pictural à un patrimoine immatériel »), comme bien d’autres, avancent qu’en Europe le paysage est né à la Renaissance (XVIsiècle) avec la peinture et la construction de la perspective dans un contexte de laïcisation de la représentation du monde.

7Néanmoins, la production d’une représentation est aussi présente dans la première conception sous la forme indirecte de l’énonciation d’un savoir scientifique. Même s’il est souvent avancé que le paysage s’offre, se donne, se livre à la vue comme un « objet disponible » (Briffaud, 1998 : 16), encore faut-il qu’un sujet le perçoive, l’appréhende et le comprenne. Et pour cela, ce sujet doit être équipé de références et d’outils intellectuels.

  • 4 Une amorce de ce constat se trouve d’ailleurs, par exemple, chez Briffaud (1998) ou chez Tomas (199 (...)

8Si nous mettons de côté les discussions sur l’origine – pratique ou picturale – du paysage, il reste que son apparition en Europe, comme catégorie pour penser et représenter le monde, correspond au clivage, au « grand partage », dit Philippe Descola, entre le sujet connaissant doté d’une intériorité, et le monde connu et représenté posé comme extérieur, comme l’illustre l’analyse qu’il effectue du paysage de Roelandt Savery dans le point qui traite de « L’autonomie du paysage » (Descola, 2005 : 91 sq.). De ce point de vue, il est possible de considérer que la représentation du paysage par un observateur est une expression privilégiée de l’ontologie naturaliste et, par voie de conséquence, une spécificité européenne qui est commune à la science et à la peinture4.

  • 5 Preuve nous en est donnée, a contrario, par les discussions sur l’éthique des paysages, en relation (...)

9Ce postulat servira de base pour une réponse à nos questions de départ : ce serait moins la patrimonialisation des paysages qui les ferait européens que leur mode d’existence en tant qu’objets pour le sujet qui en construit une représentation savante ou artistique ; ou, si l’on préfère, que leur appartenance à l’ontologie naturaliste5.

10Dans cette première partie, en préalable à l’analyse des exemples : (1) je rappellerai tout d’abord ce que signifie « produire » le paysage ; (2) pour examiner de quelle manière il peut faire patrimoine ; (3) avant de clarifier le statut donné aux exemples.

Décrire la production du paysage comme représentation

  • 6 « En somme, il faut un Autre pour conférer à mon espace la qualité de paysage. Dans cette hypothèse (...)
  • 7 « Un objet perçu est un objet refiguré, pourvu d’attributs déjà sus » (ibid. : § 10).

11Gérard Lenclud (1995) a fort bien résumé la position d’observateur que nécessite la production du paysage à partir du lieu et en a dégagé les conséquences6. Voir le lieu comme paysage résulte de la mobilisation de schèmes conceptuels culturellement établis. C’est ce qu’il appelle « refiguration » de ce que l’on voit7. Si celle-ci, convient-il d’ajouter, produit une diversité de perceptions et d’appréciations individuelles, le fait que ces schèmes conceptuels, à la fois cognitifs, épistémiques et axiologiques, circulent dans l’espace social à travers des représentations documentaires va les rendre analysables. Un des exemples les plus connus de celles-ci, archétypique pourrait-on dire, est donné par les peintures de paysage ; un autre par la littérature. Mais les types de documents se sont considérablement diversifiés et sont aujourd’hui très variés. Il y eut d’abord les photographies, les guides de voyage ou l’édition d’art ; puis, plus récemment, les émissions télévisuelles, les sites Internet ou les réseaux sociaux. Sans oublier, comme on le fait souvent, toute la masse documentaire faite des travaux, recherches, expertises, actes législatifs et administratifs, préconisations et recommandations diverses sur le paysage en général, ou sur tel ou tel paysage en particulier, qui sont autant de vecteurs privilégiés de ces schèmes. Même si ces documents s’adressent à un public restreint, leur impact à travers leur mise en œuvre et leur reprise par des médiateurs (chercheurs, professionnels, journalistes, etc.) sont déterminants.

12D’une certaine façon, un paysage aménagé selon une représentation documentaire devient un « quasi-document » : il rend la représentation paysagère (du lieu comme paysage) en quelque sorte non seulement visible mais lisible. Cependant, ne pouvant circuler dans l’espace social (c’est ce qui en fait d’ailleurs un quasi-document), il devra soit être perçu par de nouveaux observateurs, soit être représenté dans de nouveaux documents.

13Quatre acquis ressortent donc de ce rapide rappel : (i) que le paysage européen, selon l’ontologie naturaliste, comporte au moins deux niveaux de production – la production du lieu en tant qu’entité matérielle organisée et celle de la représentation de ce lieu en paysage – ; (ii) que le passage du premier au second niveau consiste en une traduction d’un ordre de réalité dans un autre selon une ontologie, elle aussi, naturaliste ; (iii) qu’une fois la traduction opérée, caractéristiques et logique du lieu sont appréhendées comme formant le paysage ; (iv) que les schèmes définissant un paysage sont véhiculés par des représentations documentaires circulant dans l’espace social.

De quelle manière le paysage fait-il patrimoine ?

14A priori, deux possibilités selon que c’est la représentation ou bien le lieu qui est censé faire patrimoine ; mais nous verrons que, dans la pratique, nous devons en considérer une troisième, conjoignant les deux.

15Si les deux conceptions appartiennent toutes deux au grand partage entre sujet (connaissant ou agissant) et objet (connu ou agi), ce dernier n’en diffère pas moins, dans chacune d’entre elles, par sa finalité, ses caractéristiques, ses modalités de fonctionnement et sa temporalité, entraînant ainsi des types de compétences du sujet qui agit sur lui.

16Le lieu, en tant qu’objet résultant de contraintes matérielles et de l’interaction entre ces dernières et des humains qui l’ont plus ou moins transformé pour pouvoir y vivre, s’est construit sur le temps long, à l’évidence pour sa géologie, mais aussi à l’échelle des humains (généralement sur plusieurs générations). Cette construction suppose un usage et une action pratique continus de la part d’opérateurs (en l’occurrence de groupes humains faisant généralement partie d’une société plus vaste) soumis à la nécessité et dotés d’intentionnalité.

17La représentation paysagère porte sur ce qu’est le lieu à l’instant où elle se construit. Elle est forcément dans un premier temps le fait d’un sujet individuel, même si la finalité de cette expérience est d’être partagée et celle de sa trace d’être gardée dans un document à visée cognitive ou esthétique. Sa temporalité est donc ponctuelle : cette représentation rend ainsi compte d’un état du lieu qui résulte de l’histoire de la production de celui-ci, et elle déclenche ce qui sera sa propre histoire en tant que représentation documentaire. Comme toute action d’un sujet, sa construction suppose une intentionnalité, mais dépend aussi de la compétence sensible, cognitive, communicationnelle (artistique ou scientifique), qui définit ce sujet comme opérateur.

  • 8 Je précise que cette analyse résulte d’une modélisation sociosémotique. Par exemple, la production (...)

18Ce sont donc ces différences entre les objets qui sont à la base des deux conceptions, à travers les deux contenus de la représentation : une qui s’intéresse plus à rendre compte du processus qui a abouti à l’état du lieu ; l’autre, aux caractéristiques et aux effets esthésiques de cet état8. Et ce sont elles que nous retrouvons dans les deux approches de la manière dont le paysage fait patrimoine.

  • 9 Il s’agit là d’une approche simplifiée du rapport à un composant du paysage : elle est idéaltypique (...)

19Considérer que c’est le lieu qui fait patrimoine revient à mettre l’accent sur l’usage. Et de ce point de vue, si on ne prend en compte que les seuls opérateurs humains, l’objet est patrimoine par le droit que le sujet (individu ou groupe) possède sur un segment d’espace qu’il exploite9. Le patrimoine est alors l’ensemble des biens que l’on transmet juridiquement d’une génération à l’autre pour assurer la continuité de la production du lieu.

  • 10 L’auteure explique cependant que les paysages « naturels » des parcs nationaux nord-américains ont (...)
  • 11 Le paysage des Cinque Terre, en Italie, va en offrir un exemple particulièrement frappant. Mais ce (...)

20Considérer au contraire la représentation attire l’attention sur la spécificité du regard (schèmes culturels) qui définit actuellement les paysages européens par l’aménagement par l’homme face à la nature, à l’opposé de celui du paysage nord-américain, par exemple, caractérisé par la représentation d’une nature vierge (wilderness). Ce regard européen est plutôt formé (à l’exception du sublime de la nature, sur lequel je vais revenir) selon le modèle du paysage « pittoresque » (Larrère, 2018 : 6710). Il faut dire que des lieux naturels, suffisamment sauvages pour produire un sentiment de sublime (un plaisir mêlé d’effroi, ou au moins d’altérité radicale), comme la montagne et la mer pouvaient l’être à l’époque romantique (Roger, 1997 : 91-128, « Vers de nouveaux paysages » ; Corbin, 2018), ne sont plus guère nombreux en Europe. La montagne et les rivages sont aujourd’hui largement domestiqués, si j’ose dire, par le tourisme, et il ne reste guère que les volcans… Cependant, le sentiment de sublime n’a pas pour autant disparu ; il trouve une de ses formes privilégiées justement dans le patrimoine, par exemple dans la relation avec ce qui paraît des réalisations humaines extraordinaires, artistiques ou fonctionnelles, telles que les grottes ornées, les cités antiques, les monuments – ou, précisément, les paysages. Sous cet angle, les paysages sont une trace de la relation quotidienne de l’homme avec la nature, de l’action conjointe ou conflictuelle des groupes humains avec leur environnement11.

  • 12 Voir, par exemple, la livraison de Carnets du paysage (2018), 33, « Paysages en commun », qui fait (...)
  • 13 Notons que la loi n° 93-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages va (...)

21Mais ni la nature patrimoniale du lieu ni le sentiment patrimonial diffus inhérent aux représentations ne suffisent à faire du paysage un patrimoine : on pourrait, d’un côté, discuter du rapport entre paysage et propriété pour en montrer les limites12 ; mais de l’autre, même si la dimension épique du rapport de l’homme à la nature fait de certains paysages d’excellents candidats à la patrimonialisation, elle le doit souvent à l’intérêt porté aux documents (en l’occurrence les œuvres, artistiques ou savantes) qui la véhicule. Si nous voulons savoir comment le paysage fait patrimoine, il convient de se tourner plutôt vers la représentation incarnée dans le lieu, vers le paysage en tant que lieu, vers le lieu-paysage. Car tout paysage, comme lieu-paysage, est un « patrimoine de fait » en tant qu’héritage fonctionnel, formel et culturel du passé13.

22Ce qu’écrit à ce propos Patrick Dal Cin (2001), à qui nous devons cette expression, mérite d’être cité :

« Reconnaissons que le paysage est un patrimoine de fait et qu’il est défini comme tel quand son analyse, avec ses multiples critères (formes, couleurs, rythme, fonctionnalité…), force au constat d’une entité de cohérence paysagère, mais aussi de cohérence culturelle offrant des caractéristiques propres et remarquables (les modes d’exploitation, le découpage du parcellaire, l’habitat…). Ainsi il est de concert accepté que le paysage français, en dehors du paysage urbain, est l’expression spatiale d’un temps compris entre le XIIIe et le XIXe siècle qui a été soumis aux déformations induites par la maîtrise grandissante des techniques. »

23J’ai cité l’intégralité du passage (tout en le sortant de l’usage qu’en fait l’auteur qui traite d’une autre question), car il me paraît pointer ce qui tend à faire du paysage un patrimoine. Il pourrait certes laisser entendre qu’un paysage culturel n’est que la représentation d’un objet patrimonial préalable (en tant qu’entité définie par sa cohérence paysagère et culturelle) ; mais, en réalité, il pose sans ambiguïté que c’est l’analyse de cette double cohérence qui permet de révéler le caractère patrimonial du paysage. Autrement dit : le point important est que cette cohérence est reconnue (au lieu) en fonction de certains critères d’appréciation (ceux de l’analyste). Dans le cas présent, le chercheur considère cette double cohérence comme ayant valeur patrimoniale : les caractéristiques du paysage sont alors autant de traces qui sont interprétées comme des indices de son mode de production en tant que lieu. Est-ce suffisant pour en conclure que tous les paysages font patrimoine selon le même mode (celui du « patrimoine de fait »), dans la mesure où ils possèdent toujours, en quelque façon, une cohérence du lieu ? Pas vraiment, sinon les paysages seraient de simples objets patrimoniaux. Ce qui n’est pas le cas ; mais en revanche, cette cohérence en fait d’excellents candidats à la patrimonialisation.

24Deux facteurs font que le processus de patrimonialisation n’est pas le même pour tous les paysages : (i) la composition du lieu-paysage et (ii) les opérations de sa patrimonialisation.

25Commençons par la composition du lieu-paysage : ce dernier est un objet à la fois complexe (résultant de multiples données géologiques, géographiques, historiques, culturelles, etc.) et composite (fait de choses inanimées ou animées, dont certaines, de plus, se transforment dans le temps, d’humains et de non-humains). La conséquence est que c’est tantôt la totalité, tantôt une partie et tantôt certains composants isolés qui sont patrimonialisés. Il existe ainsi des niveaux différents de patrimonialisation de l’objet, comme nous le verrons dans les exemples de la seconde partie.

26En ce qui concerne les opérations de patrimonialisation elles-mêmes, l’assertion de Patrick Dal Cin est une modalité particulière de reconnaissance du caractère patrimonial : celle effectuée par le spécialiste (géographe, historien, paysagiste, écologue, etc.) qui mobilise un savoir et produit des connaissances pour établir les spécificités et l’histoire d’un paysage. Elle a pour effet de définir celui-ci comme une entité et, par le fait même, d’attester son authenticité. Lorsque l’auteur écrit que tel paysage est un patrimoine, il opère donc une reconnaissance savante ou scientifique, comme le spécialiste des monuments ou de l’archéologie reconnaît en quoi des bâtiments ou des objets peuvent faire patrimoine. Mais cette reconnaissance n’est qu’un volet (épistémique) de la patrimonialisation ; il en existe deux autres : la reconnaissance sociale et la déclaration institutionnelle. La reconnaissance sociale est l’intérêt manifesté et énoncé par des opérateurs tels que des militants, des habitants, des visiteurs, des communicateurs ou simplement des sujets sociaux qui en découvrent l’existence par les médias, par exemple – bref, énoncé par tout collectif qui considère que tel ou tel paysage fait pour lui patrimoine. La déclaration institutionnelle est, quant à elle, une opération juridico-administrative dépendant généralement de l’État ou d’instances internationales telles que l’Unesco, par exemple ; elle confère au paysage le statut de patrimoine et s’accompagne, entre autres, de contraintes d’usage et de conservation. Dans la pratique, un paysage sera patrimonialisé à divers degrés selon qu’il aura été reconnu à la fois socialement, scientifiquement, et déclaré institutionnellement (ce qui est la forme la plus complète), ou seulement reconnu scientifiquement (il ne concerne à ce stade que le monde de la recherche), voire uniquement revendiqué comme patrimoine par une population (ce qui en fait seulement, si j’ose dire, un enjeu social et politique).

27La conséquence de cette complexité du paysage et des degrés possibles de patrimonialisation est à l’origine non seulement d’une extrême variété dans les situations patrimoniales des paysages, mais surtout, dans la pratique, de la difficulté pour obtenir un consensus de la part des différents opérateurs (que l’on appelle communément acteurs) à propos du statut patrimonial du paysage qui les concerne, et bien souvent pour le gérer une fois qu’il est patrimonialisé. Sur ce point encore, nous en verrons des exemples dans la seconde partie.

28C’est la raison pour laquelle, pour terminer ce point, j’évoquerai la proposition d’Alexandre Delarge (1996) destinée à « invent(ori)er le paysage au contemporain, en tant que technique de gestion du patrimoine » : elle inverse la démarche de patrimonialisation du paysage en allant du repérage de ce qui fait patrimoine vers la définition du paysage. L’intérêt de ce qui s’apparente à un protocole en vue d’élaborer une charte de gestion du paysage est d’articuler les contributions de différents opérateurs (population, divers spécialistes, élus) afin de déterminer les composants sur lesquels opérer une patrimonialisation, selon une échelle prenant en compte les différentes valeurs.

  • 14 Inhérentes, au sens où elles résultent des gestes de patrimonialisation (Davallon, 2006 : 134).

29L’examen sociosémiotique de la manière dont le paysage peut faire patrimoine aboutit ainsi à prendre en compte quatre facteurs : (i) en tant qu’objet patrimonial, le paysage est indissociablement constitué du lieu et de ses représentations ; (ii) la patrimonialisation du paysage se fonde sur les trois formes de reconnaissance inhérentes au processus de patrimonialisation14, mais elles ne sont pas forcément toutes simultanément mises en œuvre ; (iii) le paysage est un objet patrimonial complexe et composite, patrimonialisé en tout ou en partie.

30La conséquence est que, bien que paysage et patrimoine relèvent tous deux de l’ontologie naturaliste sujet vs objet, la patrimonialisation du paysage conduit au fait que s’affrontent deux logiques différentes, accentuant la différence entre lieu et représentation jusqu’à la rendre paradoxale.

31En effet, le lieu-paysage patrimonialisé remet en cause le principe selon lequel un objet de patrimoine est par définition clos, unique et pérenne, tandis que le sujet qui le découvre lui est extérieur. En tant que lieu, il est un objet considéré comme construit par les humains qui l’habitent et le transforment. À l’opposé, à cause du principe ci-dessus, en tant qu’objet patrimonial, le paysage doit être conservé en l’état. D’où la nécessité de définir ce qui fait patrimoine et qui, à ce titre, doit être conservé ; la nécessité aussi d’inventer une modalité de conservation qui tienne compte des caractéristiques du lieu sans le muséifier.

32Cette contradiction du lieu-paysage patrimonialisé, si elle est tout à fait connue des spécialistes qui y sont en permanence confrontés, n’en pose pas moins des questions qui méritent d’être examinées en la considérant comme un fait constitutif (et non seulement contingent), ainsi que nous allons le voir à travers les trois exemples de la seconde partie.

Le paysage patrimonialisé, être culturel circulant : les documentaires

33Comment le paysage patrimonialisé peut-il circuler ?

  • 15 Dans le « Lexique » liminaire de Critique de la trivialité (2014), Yves Jeanneret (l’exemple est so (...)

34Un lieu reconnu comme un paysage patrimonial ne peut circuler dans la société, son mode d’existence en tant que représentation paysagère ne pouvant être dissocié de sa réalité physique ; il est ainsi une entité relativement fixe et délimitée, nécessitant d’être vécue, parcourue, habitée ou visitée pour que son caractère patrimonial soit reconnu. Par rapport à ces deux premiers niveaux in situ (lieu et représentation paysagère), nous avons vu que les représentations documentaires en installent un troisième : celui de la communication. Traductions de la représentation paysagère en documents, ces représentations peuvent la faire circuler avec un statut et une signification de patrimoine. Elles peuvent ainsi véhiculer – mais par le fait même contribuer à former – les schèmes culturels qui permettent de reconnaître un lieu-paysage comme patrimonial. Cette opérativité de la circulation des représentations documentaires, qu’Yves Jeanneret nomme « trivialité15 », aboutit à la production d’un collectif, c’est-à-dire l’ensemble des individus qui partagent le fait d’avoir découvert que tel paysage est du patrimoine, même s’ils n’ont jamais été en contact avec lui, mais uniquement avec sa représentation documentaire.

35La principale raison du choix de documentaires pour traiter les exemples tient à cette opérativité qui découle elle-même de trois caractéristiques : (i) la large diffusion des documentaires dans l’espace public ; (ii) leur structure énonciative complexe ; (iii) et donc, leur capacité à rendre une image patrimoniale du paysage.

36En premier, je rappellerai que les documentaires sont produits par des médias à destination d’un grand public : les représentations qu’ils construisent sont forcément nombreuses, fragmentaires et incomplètes, mais elles circulent largement, véhiculant les schèmes conceptuels.

37En second, à l’image des rapports de recherche qui incluent du discours rapporté sous la forme de verbatim, les documentaires conjoignent plusieurs registres et niveaux sémiotiques : représentation du lieu-paysage pour le faire découvrir (correspondant au programme communicationnel du troisième niveau), commentaire du présentateur, fragments rapportés d’entretiens avec certains des producteurs de représentations, tels que la population, les scientifiques, les spécialistes du patrimoine, etc. En les rapportant, ils publicisent ces représentations et introduisent ainsi l’amorce d’un quatrième niveau qui sera leur médiatisation. Il résulte de ce jeu de reprise que, non seulement les représentations, circulantes ou individualisées, sont hiérarchisées en niveaux, que non seulement elles coexistent à côté les unes des autres, mais que se citant entre elles, elles forment une sorte d’intertexte qui est fait d’un faisceau de représentations documentaires.

  • 16 « J’entends par “être culturel” un complexe qui associe des objets matériels, des textes, des repré (...)

38En troisième, le documentaire a la capacité d’énoncer le caractère patrimonial du lieu-paysage, soit de manière directe et explicite en énonçant son statut, soit – ce qui n’est pas exclusif – en déclinant les spécificités qui en font (ou tendent à en faire) un patrimoine. Sous ce registre des spécificités apparaissent notamment : le fait que le lieu-paysage est une entité dotée d’une cohérence paysagère et culturelle dont l’histoire de production atteste (scientifiquement ou de manière administrativo-juridique) l’authenticité ; l’existence d’un intérêt social de la part de ses habitants ou de ses visiteurs ; la présence de composants déjà patrimonialisés ; l’existence de pratiques de conservation, etc. Ainsi, le documentaire signifie que cette entité est effectivement ou potentiellement un objet patrimonial, un être à la fois physique et signifiant fait du lieu et du faisceau de ses représentations – ce qu’Yves Jeanneret appelle un « être culturel »16.

  • 17 Série diffusée de 2013 à 2018 (produite par Arte et System TV ; présentée par Raphaël Hitier ; réal (...)

39J’ai choisi trois documentaires de la série Paysages d’ici et d’ailleurs d’Arte17. Pour quelles raisons retenir cette série ? J’en vois cinq : (i) Ces documentaires sont diffusés à la fois sur la chaîne et sur le site de la chaîne – et certains d’entre eux sont aussi accessibles sur YouTube, ce qui leur donne une large audience. (ii) Cette série constitue un ensemble homogène de quatre-vingts épisodes qui livrent un tableau des paysages européens. (iii) Chaque épisode est construit comme la réponse à la question de la particularité de ce lieu-paysage, justifiant de s’y intéresser et de le découvrir. Il prend alors la forme d’une sorte de publicisation des savoirs sur ce lieu-paysage. (iv) Tous les épisodes sont construits sur un même format technique (26 minutes) et éditorial : après une introduction par le présentateur (Raphaël Hitier), il est proposé de découvrir des endroits significatifs en alternance avec des rencontres avec divers informateurs : animateurs, universitaires, responsables associatifs, acteurs économiques, etc. (parfois d’habitants) ; les commentaires du présentateur assurant la continuité de la trame entre les principales séquences. (v) Le paysage se trouve de ce fait singularisé comme une entité dotée d’une valeur potentiellement patrimoniale (et, lorsque c’est le cas, officiellement déclarée) du fait de sa spécificité et de sa valeur d’authenticité.

40Parmi l’ensemble des quatre-vingts épisodes, j’en ai retenu seulement trois dont le sujet pouvait illustrer directement la contradiction inhérente au paysage européen comme patrimoine.

Trois exemples de contradiction du lieu-paysage patrimonialisé

  • 18 Paysages d’ici et d’ailleurs, Val d’Orcia, réalisation : François Chayé, 2014.

41Le premier exemple (le Val d’Orcia, en Italie) montre le destin actuel d’un lieu-paysage issu d’une représentation paysagère sous forme de tableau. Exemple le plus extrême de mise en conformité du lieu, il est devenu une sorte d’archétype du paysage européen18. Je m’attacherai particulièrement à analyser la représentation qu’en donne le documentaire.

  • 19 Paysages d’ici et d’ailleurs, Les Alpujarras, réalisation : Emmanuel Descombes, 2013.
  • 20 Ce caractère de « commun » se retrouve avec les bisses en Valais suisse (Sgard, 2018 : 111 sq.), ou (...)

42Le second exemple (les Alpujarras, en Espagne) est un paysage caractérisé par sa cohérence paysagère et culturelle qui implique que le maintien du lieu conditionne la survie du paysage à travers la gestion d’un « commun »19. Je mettrai l’accent sur ce modèle de maintien, qui lui-même constitue un patrimoine en Europe20.

  • 21 Paysages d’ici et d’ailleurs, Cinque Terre, réalisation : Jean-Michel Vennemani, 2014.

43Le troisième exemple (les Cinque Terre, en Italie) est intéressant à cause de sa complexité. Comme pour l’exemple précédent, sa survie dépend du fonctionnement du lieu. Mais le poids des contraintes s’exerçant à la fois sur le lieu (données géomorphologiques et usages) et sur le paysage (caractère sublime et tourisme) en font un véritable laboratoire de la gestion d’un paysage patrimonialisé21. La complexité du cas m’amènera à mobiliser une représentation documentaire scientifique présente dans une recherche qui le comparait avec deux autres paysages viticoles patrimonialisés (Briffaud et al., 2010) afin de faire apparaître les problèmes posés par la conservation patrimoniale d’un paysage pensé selon l’ontologie naturaliste sujet/objet.

Le fonctionnenent d’un lieu-paysage patrimonial archétypal : le Val d’Orcia (Italie)

  • 22 Présentation qu’en fait Raphaël Hitier en ouverture du documentaire (sur fond de plan général sur l (...)
  • 23 Commentant la relation entre le paysage réel et une reproduction de la fresque, Alessandra Dani exp (...)

44Ce paysage, emblématique des paysages de Toscane selon l’annonce du documentaire, a la particularité d’avoir été produit à partir d’un modèle (ensemble de schèmes conceptuels) traduisant un bon fonctionnement du lieu, présenté dans la fresque des Effets du bon gouvernement à la campagne d’Ambrogio Lorenzetti dans le palais communal de Sienne22. Comme l’explique l’historienne de l’art et responsable du musée de Montalcino interrogée dans le documentaire (Alessandra Dani), le paysage actuel résulte en effet, au moins en partie, de ce qui fut lors de sa création : une mise en conformité du lieu selon une représentation paysagère. La représentation ayant modelé le paysage, celui-ci en retour fut représenté par les peintres comme un modèle de paysage23. Sa particularité est donc de résulter d’une fusion du lieu et du paysage ; du « pays » et du « paysage » par « artialisation » in situ et in visu, pourrait-on résumer avec Alain Roger (1997, 2001), pour en faire un « pays-paysage ». Un historien du paysage (Ugo Sani) complète l’historique précédent en précisant que le paysage du Val d’Orcia a été préservé grâce à deux phénomènes : (i) le maintien, jusqu’au milieu du XXsiècle, du métayage mis en place par la République de Sienne ; (ii) le fait que le Val d’Orcia est resté, après la Seconde Guerre mondiale, à l’écart du développement économique des régions alentour, l’autoroute construite dans les années soixante l’ayant par exemple contourné.

  • 24 « Le paysage de la vallée de l’Orcia, poursuit la notice, a été célébré par des peintres de l’école (...)
  • 25 Voir en ligne la notice sur la liste de l’Unesco : https://whc.unesco.org/fr/list/789 (consulté le (...)

45Dans la période récente, en réaction aux conséquences de la déprise agricole, la création du Parc artistique, naturel et culturel du Val d’Orcia a permis de sauvegarder ce paysage et d’accompagner son évolution, lui conférant ainsi l’aspect qu’il possède dans le documentaire. Ce Parc assure la gestion du site inscrit en 2004 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en tant que « reflet exceptionnel de la réécriture du paysage durant la Renaissance, qui illustre les idéaux de bonne gouvernance et la recherche esthétique qui a présidé à sa conception »24. Quelque huit ans auparavant, en 1996, le centre de la ville de Pienza, une des villes les plus emblématiques du Val d’Orcia (avec Montalcino), avait déjà été inscrit sur la liste du patrimoine mondial pour avoir été reconstruit au XVe siècle par le pape Pie II, qui en était originaire, selon le modèle humaniste de la cité idéale25. Le documentaire se termine sur plusieurs séquences consacrées à cette ville et se conclut sur le rapport qui existe entre le paysage urbain et le paysage rural et naturel.

  • 26 Deux traces en sont néanmoins mentionnées dans le documentaire : d’une part les collines qui n’ont (...)
  • 27 Alors qu’ils sont dans la campagne avec panoramique sur l’état de différents types de champs : « En (...)
  • 28 L’animatrice du Parc artistique, naturel et culturel du Val d’Orcia (Valentina Perghidi) l’explique (...)

46Par conséquent, à la différence d’autres paysages, où c’est le lieu naturel qui a acquis le statut de patrimoine (par exemple la baie de Somme et la Côte d’Opale), la base matérielle du lieu (la nature) est ainsi reléguée à l’arrière-plan26. Ce paysage fait patrimoine pour une cohérence (paysagère et culturelle) que lui a donnée l’action humaine qui a transformé un lieu, sinon naturel du moins inhospitalier, en un paysage habité, amène, pour en faire un pays-paysage, à la faveur d’une alliance entre les deux types d’opérateurs : les producteurs du lieu (autorité politique, propriétaires, métayers) et les observateurs (peintres, propriétaires, promeneurs). Dès sa création, le lieu-paysage est un hybride de réalité physique (à cultiver) et de représentation (à observer). En revanche, sa reconnaissance comme patrimoine est toute récente. S’il s’est nécessairement modifié au cours du temps (comme le rappelle justement l’historien Ugo Sani à Raphaël Hitier27), ce paysage conserve aujourd’hui suffisamment de traits initiaux pour paraître authentique : vallonnements, type d’habitat, découpages et types de cultures (blé, vigne, prairie), plantation des oliviers et des cyprès28. Traits auxquels vient s’ajouter une forte concentration d’éléments déjà patrimonialisés : musées, monuments, églises, villas, jardins, maisons des villages, via Francigena, produits du terroir, savoir-faire de l’artisanat, spécialités culinaires, spectacles, etc. Le tout signant le maintien d’une cohérence qui a justifié le statut de patrimoine de l’humanité.

  • 29 Les publicités à destination des touristes mettent d’ailleurs l’accent non seulement sur l’image de (...)
  • 30 Le documentaire montre aussi des vignes mais ne s’attarde pas sur l’importance du vin d’appellation (...)

47Les habitants actuels, producteurs du lieu (agriculteurs et éleveurs notamment), contribuent à la conservation des traits du paysage et à la valorisation de celui-ci, après avoir pris conscience qu’il était une ressource permettant soit pour certains d’entre eux une reconversion (transformation de fermes en gîtes ou auberges), soit pour d’autres d’obtenir un revenu complémentaire au moyen de l’agritourisme et d’une spécialisation dans des produits de qualité à haute valeur ajoutée29. Le documentaire consacre deux séquences à ce phénomène : une sur la rencontre d’une agricultrice qui cuisine et sert des pâtes faites à la main selon la méthode traditionnelle, dont le mari explique l’apport de l’agritourisme au maintien de l’agriculture ; une sur un éleveur qui fabrique du fromage de brebis (pecorino) et dont le troupeau de moutons préserve l’ouverture des paysages30. Ces habitants poursuivent ainsi à leur manière l’hybridation historique pays-paysage. Leur participation à la conversation et à la valorisation du patrimoine confère au paysage le caractère d’un patrimoine social, en ce qu’il est partagé par les habitants, les touristes, les autorités, etc.

48D’autres opérateurs interrogés participent aussi (selon le documentaire) à la valorisation. C’est le cas des deux historiens ou de l’animatrice qui jouent un rôle déterminant dans le programme de production et de diffusion de connaissances sur l’origine du lieu-paysage, et donc son caractère authentique. On peut ajouter les opérateurs de la publicisation (édition d’art, sites Internet, dont on trouve des traces dans le documentaire) – sans oublier le documentaire lui-même.

49On voit que conservation et valorisation dépendent en réalité d’un très grand nombre d’opérateurs (paysans, artisans, restaurateurs, spécialistes, administratifs, religieux, élus, hôtes, etc.) plus ou moins présents dans le documentaire. Cette variété des opérateurs impliqués fait de ce lieu-paysage un objet particulièrement complexe, tant du point de vue de sa définition, ou de sa conservation, que de sa valorisation ou de sa découverte.

50Car les touristes ont aussi des pratiques très diverses, plus ou moins approfondies, construites de manières différentes, entraînant l’expérience de certains éléments plus que d’autres. Ils ont la possibilité de parcourir ce paysage complexe, de le pénétrer, d’y séjourner plus ou moins longtemps, dans certains cas d’entrer en contact avec les habitants. Loin de la simple visite patrimoniale traditionnelle d’un monument ou d’un site archéologique, ils peuvent à une certaine échelle reconnaître des caractéristiques de paysage, à une autre, en découvrir de nouvelles, varier les pratiques, y séjourner, choisir des produits, selon donc diverses modalités et selon des niveaux d’approfondissement différents. Certes, quoi qu’il en soit et quoi qu’ils fassent, ils restent des observateurs et auront uniquement accès à une représentation, fût-elle concrète et matérielle. Même si la variété de ces expériences les met en contact avec le fonctionnement du lieu, pour riches que soient humainement, culturellement et du point de vue sensible ces expériences, même diversifiées et approfondies, elles ne peuvent sortir du cadre de l’appréhension d’un paysage, et ne sauraient donc permettre une participation à la vie du lieu – sauf à s’y installer… Mais n’est-ce pas ce qui est constitutif de l’expérience touristique ?

  • 31 L’écosystème patrimonial peut être défini comme « l’ensemble des actions d’une société conduisant à (...)

51Il ressort du documentaire que ce paysage constitue un archétype du patrimoine européen du double point de vue de ses caractéristiques et de son fonctionnement. Il est suffisamment riche, diversifié, étendu et cohérent pour offrir une variété de pratiques tant aux habitants qu’aux observateurs (spécialistes et touristes). Son fonctionnement semble ainsi associer les différents opérateurs autour de la conservation, de l’évolution et de la valorisation ; il constitue ainsi ce que Xavier Greffe nomme un « écosystème patrimonial »31.

Conserver un lieu qui fait paysage : les Alpujarras (Espagne)

  • 32 Liste de l’Unesco des réserves de biosphère : http://www.unesco.org/new/en/natural-sciences/environ (...)
  • 33 Comme l’explique l’historien (José Martín Sivantos), professeur d’histoire médiévale, interrogé (da (...)
  • 34 Raphaël Hitier (rue et place du village, puis vue aérienne en direction des montagnes) : « Que ce s (...)

52Les Alpujarras (Espagne), à l’inverse du Val d’Orcia, ont d’abord été produits comme lieu avant d’être reconnus comme paysage patrimonial. Ce paysage est situé à cheval sur les provinces andalouses de Grenade et d’Almería, au cœur de la Sierra Nevada qui a été reconnue réserve de biosphère par l’Unesco en 198632 et classée parc national d’Espagne en 1999 pour ses richesses botaniques et paysagères. Mais ce paysage fait patrimoine non seulement du point de vue naturel, mais aussi culturel à cause de son histoire : il est un territoire qui reste encore aujourd’hui fortement marqué par la colonisation arabe au Moyen Âge. Au-delà de monuments comme l’Alhambra, à Grenade, qui viennent en premier à l’esprit, existent dans cette région d’Andalousie des traces de cette colonisation : dans l’architecture, avec les maisons qui sont à toit en terrasse et passées à la chaux, ainsi que dans la continuité des traditions et techniques agricoles comme, par exemple, la culture en terrasse. Mais c’est sur le circuit de canaux, long de plus de 1 000 km, qui irrigue encore les villages et les cultures, que le documentaire met en réalité l’accent33. Il montre comment ce système d’irrigation a façonné le lieu, rendant possibles pâturages, cultures d’arbres fruitiers (oliviers, amandiers, etc.), cultures vivrières (jardins) et habitat humain ; et, surtout, comment il continue de le faire34.

  • 35 Cette manière de faire apparaître le paysage est particulièrement bien illustrée par l’effet produi (...)
  • 36 Lorsque le présentateur demande si, malgré l’évolution des techniques agricoles, il a encore besoin (...)
  • 37 Cette condition ressort clairement de la réponse de l’agriculteur à la question sur l’existence d’u (...)

53Il traite donc essentiellement de la manière dont l’homme a produit le lieu ; le paysage n’y serait que le regard porté sur ce lieu, faisant apparaître ses caractéristiques35. Dans ces conditions, on peut se demander où commence le patrimoine. Au dire des habitants, les canaux et l’eau qu’ils apportent seraient essentiellement utilitaires ; ils affirment d’ailleurs s’en servir comme leurs ancêtres. Mais l’échange du présentateur avec un agriculteur (Modesto Alonso Alonso) qui dirige une communauté d’irrigants – une association qui gère le système d’irrigation, l’entretient et répartit l’usage de l’eau publique (temps et volume pour chacun) – montre comment les canaux constituent de fait un patrimoine qui commande tout l’environnement. On peut qualifier ces canaux de bien commun puisqu’ils sont entretenus par la communauté irrigante, c’est-à-dire par les principaux utilisateurs, même si le système des canaux profite dans les faits à tous les habitants et, de fait, à tout l’environnement. C’est pourquoi, explique l’agriculteur, irriguer avec des canalisations qui ne desserviraient que les champs détruirait l’écosystème36, et l’exode rural aurait un effet terrible à la fois pour les habitants, les paysages et tout le patrimoine écologique. Avec les canaux, c’est l’ensemble de l’écosystème environnemental (humains et non-humains compris) qui fait patrimoine. La survie de ce patrimoine dépend de l’entretien des canaux qui en sont l’épine dorsale matérielle. Le paysage, qu’il soit rural ou architectural, est la partie visible de cet écosystème, dont le maintien de la communauté, avec la mémoire de ses savoir-faire, est la condition de survie37. La communauté des habitants (spécialement les irrigants) est l’opérateur principal de la conservation ; l’opérateur secondaire semblant être le parc national qui régule le type de tourisme ainsi que les flux.

  • 38 Ce constat rejoint l’opposition introduite par Xavier Greffe (2014 : 167) entre « valeur d’existenc (...)

54Il ressort du documentaire que le relatif isolement du site, le maintien d’une activité agricole traditionnelle et la politique touristique du parc national semblent avoir assuré une conservation de l’écosystème qui sert de fondement au paysage, tout particulièrement le rôle clé du caractère de « commun » des canaux. Il révèle la difficulté qu’il y a à gérer le caractère de « commun » du patrimoine (et sa temporalité longue) dans un contexte où la relation entre sujet et objet sous la forme de l’intervention humaine est généralement pensée en termes de rentabilité à courte vue38. Cette mise en péril potentiel du lieu-paysage comme patrimoine, caractéristique des contradictions générées par l’ontologie naturaliste, trouve sa forme exacerbée dans l’exemple des Cinque Terre.

Gérer la contradiction entre paysage (européen) et patrimoine : Cinque Terre (Italie)

  • 39 Comme l’annonce la présentation même du documentaire (vue aérienne du littoral avec un village, pla (...)
  • 40 Un membre du Consortium touristique des Cinque Terre (Roberto Venuti) résume la difficulté dans sa (...)

55Les deux phénomènes qui menacent les paysages ayant une composante agricole sont ici exacerbés : l’exode rural et le tourisme. Le documentaire met l’accent sur les causes et les conséquences de ces deux phénomènes : pour l’exode rural, c’est l’extrême difficulté, qui est au centre du propos, à maintenir la culture en terrasses – spécialement celle de la vigne et secondairement celle des oliviers, des agrumes ou des plantes aromatiques. Or cette culture demeure la condition de la sauvegarde du paysage comme patrimoine39. Pour ce paysage-patrimoine, il y a une nécessité vitale, que l’on découvre au fur et à mesure du développement du propos, de concilier flux touristique et équilibre environnemental pour assurer cette sauvegarde40. Entre les deux : le paradoxe du lieu-paysage patrimonialisé, avec toutes les questions qu’il suscite.

  • 41 Les deux autres territoires sont Saint-Émilion et Tokaj. Dans le cadre d’une discussion de l’inscri (...)

56Pour aborder ces questions, dont le documentaire lui-même ne saurait que dresser l’état, nous disposons par chance, en plus de celui-ci, d’un autre document : une recherche détaillée, certes de quelques années plus ancienne que le documentaire, qui compare trois territoires viticoles inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, dont Cinque Terre (Briffaud et al., 201041). En rapprochant documentaire et document de recherche, il est possible de mieux saisir d’une part la manière dont le lieu est devenu un paysage patrimonial, d’autre part l’importance de la composante sociale de ce patrimoine paysager qui opère le lien entre paysage et lieu.

57Pour faciliter la compréhension du propos, je commencerai par résumer rapidement la production du lieu ainsi que son devenir paysager et patrimonial à travers le scénario suivant :

58(i) À partir du XIsiècle, sur une dizaine de kilomètres allant de Riommagiore à Monterosso, le flanc abrupt de la montagne descendant dans la mer est aménagé en terrasses pour la culture (ibid. : 167-169).

  • 42 Comme le précise Giuliana Biagioli dans le documentaire (lorsqu’elle reçoit Raphaël Hitier dans sa (...)

59(ii) L’attaque du phylloxéra dans les années 1920, puis, à partir des années 1960, l’exode rural résultant de l’attraction des emplois industriels entraînent l’abandon de la culture de la vigne et la désertification des villages42.

60(iii) Au début des années 1990, les maires de trois communes (Riomaggiore, Vernazza et Monterosso avec leurs frazioni Manarola et Corniglia), réunis autour de celui de Riomaggiore, montent un dossier de demande d’inscription de ces cinq villages (Cinque Terre) sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, en tant que paysage culturel, dans le but d’arrêter cette déprise qui est grosse du risque de destruction complète du lieu43.

  • 44 La clé de l’exceptionnalité du site résiderait, pour « les promoteurs de l’inscription et aujourd’h (...)

61(iv) L’inscription transforme un lieu en déshérence en un paysage patrimonialisé, internationalement reconnu comme exceptionnel44. Les caractères extrêmes du lieu (falaise abrupte parcourue de murs de pierre sèche et bourgades à l’urbanisme resserré) deviennent des traits spectaculaires caractérisant le paysage, et émerge alors une nouvelle activité : le tourisme. En revanche, la viticulture, qui reste limitée à cause de consitions très difficiles, reste le fondement de la conservation du paysage, et donc la condition de l’activité touristique (ibid. : 82).

62(v) La mise en communication par le parc national de ce paysage exceptionnel génère un afflux touristique tel que ce qui constituait dans un premier temps une ressource appréciable va devenir à son tour une menace (ibid. : 169-172).

  • 45 Ce paysage, considéré comme une partie du golfe des Poètes (Portifino à Portovenere), a été célébré (...)
  • 46 « Le mur à sec constitue cet emblème qui concentre à lui seul l’identité d’un pays dont il est la c (...)

63La modélisation sociosémiotique de ce scénario a permis d’affiner la compréhension des relations entre lieu, paysage et patrimoine ; en voici les résultats. Si le lieu des Cinque Terre est décrit comme un paysage par des poètes dès le début du XIXe siècle45, c’est en revanche avec la demande d’inscription (fin XXe siècle) qu’il est officiellement pensé et affirmé comme tel ; ou, plus précisément, comme un paysage-patrimoine, ce qui a pour conséquence de conférer une importance centrale à la relation du paysage (comme représentation) au lieu en tant que structure fonctionnelle héritée du passé qui est à conserver. L’obligation d’arrêter la dégradation, conséquence de sa déshérence fonctionnelle, a eu pour effet la construction d’une représentation à partir de ses caractéristiques (le paysage). Celles-ci acquièrent de fait, avec l’aide de l’histoire et de la mémoire des anciens, le statut de traces à préserver en tant qu’indices de l’intégrité ancienne du lieu : outre les caractéristiques géomorphologiques naturelles, ce sont les murs de pierre sèche retenant des terrasses plantées de vignes (appelés « mur à sec » par les auteurs de la recherche46), ainsi que la structure architecturale et urbaine resserrée des villages – autrement dit, essentiellement les traces d’anthropisation –, qui deviennent les indices du maintien de cette intégrité et qui dessinent une sorte d’état idéal de ce qu’aurait été le lieu originel, en en faisant un « lieu-paysage » idéal.

64Ce lieu-paysage est alors défini comme le résultat d’une interaction des habitants avec la nature, qui va être présentée sous la forme du récit d’un combat continu avec celle-ci. La nature a ainsi le statut d’opposant à la production du lieu ; ce qui n’est pas du tout le cas dans les Alpujarras, même si existe le risque de fermeture du paysage du fait de la déprise avec de possibles incendies à la clé. Ce récit du combat de l’homme avec la nature est construit selon trois temps : un originel, un actuel et un virtuel. (i) Le temps de sa vie première n’est connu qu’à travers la représentation savante (historique ou mémorielle) d’une conquête de l’homme qui va s’achever par une dégradation, sorte de victoire de la nature due à l’abandon de l’activité et au retrait des hommes. (ii) Le temps actuel du changement de statut qui en fait un paysage-patrimoine à conserver avec un grand succès auprès de l’opérateur observateur (par exemple, les visiteurs-touristes). (iii) Le temps, qui reste pour l’instant virtuel, d’un paysage qui serait le lieu réhabilité dans ses caractères essentiels.

  • 47 J’emprunte le concept de « vie sociale d’objet » aux travaux présentés dans The Social Life of Thin (...)
  • 48 On trouve trace de cette ambiguïté dans l’avis de l’Icomos du 28 juin 1996 (en ligne : https://whc. (...)

65La vie sociale des objets47 qui deviennent patrimoine est caractérisée par une opposition entre leur vie passée (le lieu comme univers fonctionnel) et leur vie patrimoniale (comme objet symbolique représentant son passé) ; elles sont généralement séparées par une phase d’abandon et d’invisibilité. Dans le cas présent, l’enclenchement de la patrimonialisation du lieu par sa découverte ou redécouverte (sa trouvaille) constitue le point de bifurcation, qui n’est autre que la demande d’inscription au patrimoine mondial, à partir duquel s’ouvre la seconde vie, celle de la conservation d’un lieu-paysage au moyen d’une restauration de l’emprise de l’homme sur le lieu. Mais, contrairement à ce que l’on observe en archéologie, par exemple, la déprise n’a entraîné qu’une modification partielle de l’objet, avec l’envahissement des terrasses par les pins ou le délabrement de certains composants construits, sans entraîner une phase d’invisibilité et d’insignifiance totales. De ce fait, l’objet de la trouvaille n’a pas perdu toutes ses caractéristiques premières : il est plutôt à sauvegarder et à restaurer. D’où la possibilité d’une demande d’inscription, notons-le au passage, pouvant porter sur la représentation paysagère du lieu. La patrimonialisation – avec ses différents gestes (trouvaille, étude, déclaration, conservation et publicisation) –, en ouvrant une nouvelle vie pour le lieu, va ainsi pouvoir donner un sens à sa vie passée et articuler les trois temps sur le mode d’un récit dont la finalité est de rétablir l’ordre ancien, non pas du fonctionnement complet du lieu, mais plutôt des caractéristiques paysagères principales qui font patrimoine. C’est dire à quel point le statut patrimonial de ce lieu-paysage est porteur d’ambiguïté, comme l’expriment du reste les attendus de la déclaration de l’Unesco qui simultanément imposent de fait une conservation du paysage plus que du lieu, tout en affirmant que le bon fonctionnement de celui-ci est la condition même de cette conservation48.

  • 49 Qui, dans le récit, apparaît comme une sorte de destinateur qui instaure les actants-sujets dans le (...)
  • 50 L’enquête analyse en détail ce sentiment communautaire dans le point intitulé « Le paysage de l’hom (...)
  • 51 La crise qui oppose les trois communes des Cinque Terre au sujet de l’élargissement du site à inscr (...)
  • 52 Pour une analyse détaillée de ce point, on pourra se reporter au point intitulé « Les Cinque Terre  (...)

66L’opérateur générique qui effectue la patrimonialisation49 est fait de trois opérateurs, correspondant à trois programmes de faire, mobilisant eux-mêmes plusieurs « acteurs » concrets : (i) l’initiateur, c’est-à-dire celui qui en a eu l’idée et qui en a pensé la mise en œuvre (i. e. les maires des trois communes et tout particulièrement celui de Riomaggiore) ; (ii) les habitants, avec leurs discussions, leurs avis, leurs soutiens et leurs engagements dans la mise en œuvre du programme de patrimonialisation, spécialement ceux qui ont été militants, et notamment ceux qui pratiquent la « viticulture héroïque » ; (iii) les différents opérateurs du traitement administratif et politique du dossier, depuis les premières négociations jusqu’au résultat final de l’inscription. Si les maires, initiateurs qui représentent les habitants, vont se trouver réunis dans un nouvel opérateur clé de la patrimonialisation (le parc national comme instance qui gère le paysage et sa conservation en tant que patrimoine), ils ne sauraient être séparés des habitants des communes : ils forment au contraire avec eux une communauté, ensemble organique de ceux qui habitent le lieu, qui y possèdent des terres et/ou qui y travaillent ; et qui, de ce fait, entretiennent entre eux des relations d’interdépendance et manifestent d’ailleurs le même sentiment d’appartenance50. Preuve en est le sentiment d’identité, lié au territoire, à l’origine de la demande d’inscription51, ou, par la suite, l’adhésion des habitants à la défense de l’identité paysagère qui est au centre de la politique menée par le parc, même s’ils trouvent parfois celle-ci très contraignante52. En face, les opérateurs administratifs et politiques régionaux, nationaux et internationaux avaient pouvoir de déclarer ou non le caractère patrimonial de ce paysage : la Région qui, ayant d’autres visées, ne semble pas reconnaître la spécificité agonistique du lieu ; l’État italien qui va transmettre la demande et, de fait, confirmer la dimension patrimoniale du paysage en créant le parc national, puis l’aire marine protégée ; et évidemment l’Unesco qui va reconnaître la valeur universelle exceptionnelle du paysage et l’inscrire sur la liste du patrimoine mondial.

  • 53 « Le tourisme constitue un risque potentiel pour ce bien qui pourrait être exacerbé par une éventue (...)

67La déclaration du statut patrimonial a entraîné l’arrivée d’un autre opérateur que je désignerai du terme générique de « touriste » (sans aucune connotation péjorative) : voyageur, scientifique, vacancier, tour-opérateur, documentariste, etc. Le touriste incarne la figure de l’observateur : il est composé de catégories d’acteurs différentes, qui ont des pratiques variées, mais qui déclinent toutes, certes à des degrés divers, les principales actions qui caractérisent l’observateur : voir, parcourir, découvrir, sentir, éprouver, photographier, comprendre, parfois questionner, commenter, emporter des traces, communiquer, etc. Cependant, les schèmes à partir desquels il perçoit et reconnaît le paysage en tant que tel, sont le fait de représentations circulantes qui, en l’occurrence, sont largement produites, diffusées et promues par le parc national. Les experts de l’Icomos en ont conscience, puisqu’ils attirent l’attention sur les effets probables d’une reconnaissance patrimoniale du paysage et recommandent la mise en œuvre de « moyens juridiques et de gestion » pour protéger et conserver les « caractéristiques fondamentales du bien »53.

68Or, c’est en cela que réside précisément la tâche fondamentale du parc national, dont le rôle ne saurait être réduit à la demande d’inscription, ni même à la promotion de ce paysage-patrimoine. Nous l’avons vu, son originalité réside, du fait de ses compétences étendues (à la fois parc national, gestionnaire du site Unesco et réunion des maires des trois communes), dans l’articulation des programmes des trois opérateurs qui sont déterminants dans le devenir du lieu-paysage : les observateurs (représenter et observer le paysage), les patrimonialisateurs (conserver du patrimoine inscrit) et les producteurs du lieu (entretenir le lieu).

  • 54 Dans le cas des Cinque Terre, une telle conservation dynamique, précise-t-il en effet, doit se fair (...)

69Il doit constituer un collectif hybride fait de l’ensemble des opérateurs en interaction pour créer un « écosystème patrimonial » (Greffe, 2014 : 155-184). Un collectif qui réponde non seulement aux attentes de ceux qui composent la communauté (habitants) ou de ceux qui sont les observateurs (spécialement les touristes), mais qui réponde aussi aux impératifs du lieu tels que formulés dans les règles de conservation ou tels qu’exercés par la nature. C’est pourquoi, par exemple, en parallèle de la communication destinée à faire connaître ce qui fait la valeur exceptionnelle du paysage, ouvrant ainsi la voie à un développement touristique massif, il s’emploie à redévelopper l’activité viticole comme activité historique des Cinque Terre : une activité propre à assurer une conservation du paysage que le membre du Consortium touristique (Roberto Venuti) lié au parc national appelle une « conservation dynamique » du patrimoine54. Dans les Cinque Terre, du fait de l’exode rural et de l’afflux touristique, une telle conservation dynamique s’avère être nettement plus complexe qu’elle peut l’être dans les Alpujarras où, du fait du maintien d’une activité agricole importante, la conservation du paysage tient principalement à la continuation de l’entretien de ce « bien commun » que sont les canaux, condition de survie de l’écosystème partagé par les humains et les non-humains constituant le paysage. Ou, a fortiori dans le Val d’Orcia, où un équilibre entre ces opérateurs semble s’être instauré autour du caractère patrimonial du paysage.

70Ici, pour assurer la conservation, le parti semble avoir été pris d’une véritable gestion de l’activité des différents opérateurs afin de maintenir un équilibre tant à l’intérieur de la communauté qu’entre cette dernière et les acteurs extérieurs. Pour ce faire, l’enquête montre par exemple comment d’un côté, le parc national met en œuvre un mode de gouvernance très ferme, à la fois incitatif et contraignant, sur la propriété et l’usage des terres, sur les maisons dans les vignes, sur les rez-de-chaussée des maisons de village, sur les locations proposées aux touristes, sur la circulation et les flux touristiques, etc. ; et comment, de l’autre, il va chercher des ressources pour la remise en culture des terrasses et l’entretien du paysage (fonds européens, création d’un pass pour les touristes, etc.). Néanmoins, s’il existe une adhésion de la population à ces actions de redynamisation du territoire, des tensions se font aussi jour. Si les habitants s’accordent sur la nécessité de préserver le paysage, tous ne considèrent pas comme positifs les changements considérables engendrés par l’inscription sur la liste de l’Unesco ; changements qui sont, pour certains d’entre eux, le résultat de la politique mise en place par le parc national. Les critiques portent principalement sur deux points. Le premier est la touristification massive qui, compte tenu de l’exiguïté de l’espace visitable, donne aux habitants le sentiment qu’ils vont être engloutis par les touristes. Le second est la répartition inégale des richesses produites, notamment par le tourisme. Une double inégalité est alors pointée : inégalité entre le centre du parc (Riomaggiore) et sa périphérie (par exemple Monterosso) ; inégalité entre ceux qui bénéficient directement des ressources du tourisme et ceux qui vivent de la viticulture (Briffaud et al., 2010 : spécialement 119-131 et 227-230).

71Il n’est pas question ici de discuter la gestion du parc, ni telle qu’elle est décrite dans l’enquête, ni encore moins dans ce qu’elle a pu devenir une dizaine d’années plus tard ; mon propos se limitant à relever la complexité de la gestion d’un paysage devenu patrimoine.

72Les modalités de financement de l’entretien du lieu-paysage en fournissent un exemple. Les auteurs de l’enquête notent dans leur conclusion que dans les Cinque Terre, « une partie des revenus tirés du tourisme est utilisée pour le développement d’autres activités, agricoles notamment, dont dépend directement la conservation/restauration du paysage inscrit » (ibid. : 241). Ce qui n’empêche pas les habitants de dénoncer une répartition des bénéfices qui ne correspond pas au choix patrimonial « dans la mesure où les revenus issus du tourisme – et notamment de la location de chambres chez l’habitant – sont très largement supérieurs aux revenus de l’agriculture » (ibid. : 242). La « réussite » touristique semble ainsi d’autant plus affecter la cohésion de la communauté que l’afflux touristique introduit, au dire de certains habitants, une fracture entre les marchands de services aux touristes et les agriculteurs qui assurent la sauvegarde du lieu. Il paraît donc qu’à l’époque de l’enquête, le parc n’était pas vraiment doté du « pouvoir faire » (au sens sémiotique), c’est-à-dire des moyens qui lui permettraient que les ressources servent à conserver le paysage par l’intermédiaire d’une sauvegarde du lieu.

  • 55 C’est précisément ce à quoi nous invite aussi Xavier Greffe (2014 : 167) lorsqu’il distingue la « v (...)

73Ce dernier exemple illustre le paradoxe entre les deux logiques que porte un paysage (européen) patrimonialisé : une logique économique et une logique symbolique. Du côté de la première, nous trouvons l’exploitation du lieu ou la vente de services aux touristes ; du côté de la seconde, le maintien sur le long terme d’une cohérence paysagère et culturelle (autrement dit le maintien de l’authenticité des composants ayant le statut de patrimoine), et la dimension symbolique de la pratique touristique (Bertrand & Poupeau, 2007). Cet exemple, éclairé par les deux autres, m’amène donc à faire l’hypothèse qu’il est nécessaire de reconsidérer la relation entre ce qui est de l’ordre du temps court des usages et de l’ordre du temps long de la construction du lieu et des pratiques symboliques55.

Haut de page

Bibliographie

Akrich (Madeleine), Callon (Michel) & Latour (Bruno) (dir.). 2006. Sociologie de la traduction : Textes fondateurs. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Presses des Mines.
DOI : 10.4000/books.pressesmines.1181

Appadurai (Arjun) (dir.). 1986. The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective. Cambridge : Cambridge University Press.

Berlan-Darqué (Martine) & Kalaora (Bernard). 1991. « Du pittoresque au “tout-paysage” ». Études rurales, 121-124, « De l’agricole au paysage », p. 185-195.
DOI : 10.3406/rural.1991.3320

Berque (Augustin). 1994. « Paysage, Milieu, Histoire », p. 11-29 in Cinq propositions pour une théorie du paysage / sous la direction d’Augustin Berque. Seyssel : Éd. Champ Vallon (Pays/Paysages).

Berque (Augustin). 2009 [1987]. Écoumène : Introduction à l’étude des milieux humains. Paris : Belin.

Bertrand (Georges) & Dollfus Olivier. 1973. « Le paysage et son concept ». Espace géographique, 2(3), p. 161-163.

Bertrand (Georges). 1984. « Les géographes français et leurs paysages ». Annales de Géographie, 93(516), p. 218-229.
DOI : https://doi.org/10.3406/geo.1984.20250

Blanc (Jean-François). 1981. « Deux paysages en terrasses de l’Ardèche ». Revue de géographie de Lyon, 56(4), p. 391- 409.
DOI : https://doi.org/10.3406/geoca.1981.3961

Briffaud (Serge). 1998. « De l’“invention” du paysage. Pour une lecture critique des discours contemporains sur l’émergence d’une sensibilité paysagère en Europe ». Compar(a)ison: An International Journal of Comparative Literature, p. 35-56. En ligne : https://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1973_num_2_3_1395 [consulté le 15 octobre 2019].

Briffaud (Serge), Brochot (Aline), Biagioli (Guiliana), Candau (Jacqueline) & Onodi (Gabor). 2010. Paysages d’exception, Paysages au quotidien : Une analyse comparative de sites viticoles européens du patrimoine mondial. Rapport final de recherche pour le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer (direction des Études économiques et de l’Évaluation environnementale), Programme « Paysage et développement durable ». En ligne : http://www.paysage-developpement-durable.fr/IMG/pdf/rf_briffaud1.pdf [consulté le 15 octobre 2019].

Les Carnets du paysage (2018), 33, « Paysages en commun » [Versailles/Arles : École nationale supérieure du paysage/Actes Sud].

Carr (Ethan). 1998. Wilderness by Design: Landscape Architecture and the National Park Service. Lincoln (NE) : University of Nebraska Press.

Conan (Michel). 1994. « L’invention des identités perdues », p. 31-49 in Cinq propositions pour une théorie du paysage / sous la direction d’Augustin Berque. Seyssel : Éd. Champ Vallon (Pays/Paysages).

Corbin (Alain). 2018 [1988]. Le Territoire du vide : L’Occident et le désir de rivage. Paris : Flammarion (Champs Histoire)

Davallon (Jean). 2006. Le Don du patrimone : Une approche communicationnelle de la patrimonialisation. Paris : Hermes Science-Lavoisier.

Dal Cin (Patrick). 2001. « Quelles politiques émergentes pour un paysage-patrimoine ? ». Travaux de l’Institut géographique de Reims, 27-28(105-106), « Paysage et patrimoine », p. 127-132.
DOI : https://doi.org/10.3406/tigr.2001.1412

Delarge (Alexandre). 1996. « Invent(ori)er le paysage ». Publics & Musées, 10, p. 33-50.
DOI : https://doi.org/10.3406/pumus.1996.1079

Descola (Philippe). 2005. Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines).

Dubost (Françoise). 1991. « La problématique du paysage. État des lieux ». Études rurales, 121-124, « De l’agricole au paysage », p. 219-234.
DOI : 10.3406/rural.1991.3326

Freytet (Alain). 2012. « Approche ressentie », p. 31-33 in Vers la prise en compte des « paysages culturels » dans le cadre des opérations d’Inventaire général du patrimoine culturel. Compte-rendu du séminaire pluridisciplinaire, 29 mai-1er juin 2012 à Villefavard-en-Limousin, France / sous la direction de la Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Paris : ministère de la Culture et de la Communication (Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel). En ligne : http://www.inventaire.culture.gouv.fr/pdf_actu/paysages_culturels_MIGPC_Villefavard_2012.pdf [consulté le 15 octobre 2019].

Geary (Patrick). 1986. « Sacred commodities: the circulation of medieval relics », p. 169-191 in The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective / sous la direction de Arjun Appadurai. Cambridge : Cambridge University Press.

Greffe Xavier. 2014. La Trace et le Rhizome : Les mises en scène du patrimoine culturel. Québec : Presses de l’université du Québec (Patrimoine urbain).

Hammad (Manar). 2015. Sémiotiser l’espace : Décrypter architecture & archéologie : Essais sémiotiques. Paris : Éd. Geuthner.

Jeanneret (Yves). 2014. Critique de la trivialité, Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris : Éd. Non Standard.

Jeanneret (Yves). 2008. Penser la trivialité. Vol. 1 La Vie triviale des êtres culturels. Paris : Lavoisier Hermes (Communication, médiation et construits sociaux).

Kopitoff (Igor). 1986. « The cultural biography of things: commoditization as process », p. 64-91 in The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective / sous la direction de Arjun Appadurai. Cambridge : Cambridge University Press.

Larrère (Catherine). 2018. « Protection de la nature et communs : allers et retours du pays au paysage ». Les Carnets du paysage, 33, « Paysages en commun », p. 65-77.

Larrère (Catherine). 2010. « Les éthiques environnementales ». Natures Sciences Sociétés, 18(4), p. 405-413. En ligne : https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2010-4-page-405.htm [consulté le 15 octobre 2019].

Lenclud (Gérard). 1995. « L’ethnologie et le paysage : questions sans réponses », p. 2-17 in Paysage au pluriel : Pour une approche ethnologique des paysages / sous la direction de Claudie Voisenat. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.
DOI : 10.4000/books.editionsmsh.654

Luginbühl (Yves). 1991. « Le paysage rural : la couleur de l’agricole, la saveur de l’agricole, mais que reste-t-il de l’agricole ? ». Études rurales, 121-124, « De l’agricole au paysage », p. 27-44.
DOI : 10.3406/rural.1991.

Paquot (Thierry). 2016. Le Paysage. Paris : Éd. La Découverte (Repères, 677).

Pinchemel (Philippe). 1961. « La classification et l’analyse des paysages humanisés ». Revue du Nord, 43(171), juillet-septembre, Livraison géographique n° 10, p. 3-7.
DOI : https://doi.org/10.3406/rnord.1961.2395

Réau (Bertrand) & Poupeau (Franck). 2007. « L’enchantement du monde touristique ». Actes de la recherche en sciences sociales, 170(5), p. 4-13. En ligne : https://www.cairn.inforevue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2007-5-page-4.htm [consulté le 15 octobre 2019].

Renfrew (Colin). 1986. « Varna and the emergence of wealth in prehistoric Europe », p. 141-168 in The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective / sous la direction de Arjun Appadurai. Cambridge : Cambridge University Press.

Rinaudo (Yves). 1996. « Les campagnes méditerranéennes : de la terre au paysage ». Méditerranée, 83(1-2), p. 43-52.

Roger (Alain). 1997. Court traité du paysage. Paris : Gallimard (Folio essais, 625).

Roger (Alain). 2001 [1978]. Nus et Paysages : Essai sur la fonction de l’art. Paris : Éd. Aubier (Présence et pensée).

Sgard (Anne). 2010. « Le paysage dans l’action publique : du patrimoine au bien commun ». Développement durable et territoires [en ligne], 1(2), septembre.
DOI : 10.4000/ developpementdurable.8565

Sgard (Anne). 2018. « Protection de la nature et communs : allers et retours du pays au paysage ». Les Carnets du paysage, 33, « Paysages en commun », p. 107-119.

Terrasson (Daniel). 2006. « Un tournant dans la recherche sur le paysage en France : contexte et apports du programme “Politiques publiques et paysages” ». Natures Sciences Sociétés, 14(2), p. 187-195.

Tomas (François). 1994. « Du paysage aux paysages, pour une autre approche paysagère / From landscape to landscapes: for an alternative approach to landscape ». Revue de géographie de Lyon, 69(4), « Paysage : le mot et la chose », p. 277-286.
DOI : https://doi.org/10.3406/geoca.1994.4270

Tornatore (Jean-Louis). 2017. « Patrimoine vivant et contributions citoyennes. Penser le patrimoine “devant” l’Anthropocène », In Situ [en ligne], 33 : http://insitu.revues.org/15606 [consulté le 15 octobre 2019].

Haut de page

Notes

1 Face à l’abondance de cette littérature qui constitue l’arrière-plan de mon propos, mais non sa substance, je m’en tiendrai à quelques jalons dans l’évolution des discussions, pour la plupart relativement faciles à consulter en ligne : un article déjà relativement ancien sur les types de paysages (naturels ou « humanisés ») de Pinchemel (1961) ; l’article de Bertrand & Dollfus (1973) qui dresse un état des lieux pour proposer un nouvel investissement du domaine par la géographie, repris et développé dans l’article de référence de Bertrand (1984) ; la revue de littérature de Françoise Dubost (1991) dressant un bon panorama à l’époque (notamment avec le début de la prise en compte des habitants) ; l’article de François Tomas (1994) qui recommande, pour sa part, « la vertu du désordre par la poursuite et l’extension du débat », en faisant référence notamment à l’action des associations comme nouvel acteur aux côtés des décideurs ; celui de Serge Briffaud (1998) qui critique les approches cherchant une origine du « paysage » et plaide pour un « retour à la souplesse inhérente à cette notion » ; celui de Daniel Terrasson (2006) qui propose un bilan du programme de recherche « Politiques publiques et paysages », et suggère de rapprocher recherche et action publique (à partir du constat de l’émergence de nouveaux acteurs : élus, experts et habitants). Pour terminer ce rapide tour d’horizon, je mentionnerai l’article de Catherine Larrère (2018) dressant un historique comparé d’approches nord-américaines et européennes du paysage à propos de la question du « commun ». Citons, enfin, le petit ouvrage sobrement intitulé Le Paysage, de Thierry Paquot (2016), qui, en plus de proposer une synthèse des diverses discussions, y ajoute une prise en compte du paysage urbain.

2 « D’un côté, explique-t-il, ils reconnaissent sa matérialité, c’est-à-dire l’existence d’une structure et d’un fonctionnement propres aux corps naturels qui le constituent, d’un autre côté ils affirment que le statut paysager de ces corps naturels est déterminé par le système de production économique et culturel dont les effets diffèrent selon les productions et les groupes sociaux. La dimension sociale et historique du paysage est clairement affirmée, et la perception est englobée dans l’ensemble du processus social » (Bertrand, 1984 : 224). Yves Rinaudo (1996) et Jean-François Blanc (1981) offrent des exemples de mise en œuvre de cette conception avec, respectivement, l’analyse des campagnes méditerranéennes et des terrasses de l’Ardèche.

3 À titre d’exemple, voir la critique de Briffaud (1998).

4 Une amorce de ce constat se trouve d’ailleurs, par exemple, chez Briffaud (1998) ou chez Tomas (1994). Selon Augustin Berque (1994), les autres civilisations paysagères seraient la Chine, où le paysage comme représentation est né plus d’un millénaire avant sa naissance en Occident, et le Japon.

5 Preuve nous en est donnée, a contrario, par les discussions sur l’éthique des paysages, en relation avec les communautés biotiques ou les communs, qui implique une réévaluation de cette ontologie (Larrère, 2010, 2018).

6 « En somme, il faut un Autre pour conférer à mon espace la qualité de paysage. Dans cette hypothèse, le regard qui paysage procède d’une attitude de distance critique à l’égard des sites observés ; cette distance critique commande l’adoption d’un point de vue (une prise de hauteur), point de vue sans lequel, précisément, il n’y a pas de paysage. La perception du paysage rentre dans une logique de différenciation sociale et culturelle en fonction de ce mouvement de distance critique qui fait grimper ou non sur un promontoire et contempler d’en haut » (Lenclud, 1995 : § 21).

7 « Un objet perçu est un objet refiguré, pourvu d’attributs déjà sus » (ibid. : § 10).

8 Je précise que cette analyse résulte d’une modélisation sociosémotique. Par exemple, la production de la représentation y est abordée comme un programme de faire (épistémique) dont l’opérateur générique est un actant (spécialiste du paysage, scientifique ou artiste). Le rôle de cet actant peut être joué par des acteurs concrets différents (géographe, historien, paysagiste, écologue, etc.). Cette modélisation est aussi applicable à la production du lieu, puisque nous avons accès à celle-ci à travers sa description (sa représentation scientifique). Elle présente un triple intérêt. Tout d’abord, elle permet de traiter de manière symétrique, dirait Latour, les humains et les non-humains, les premiers n’étant pas définis par leur statut social (comme on le fait habituellement en parlant d’acteurs) mais en tant qu’opérateurs du programme de faire, au même titre que les non-humains. Ensuite, elle permet de décrire la relation sujet-objet caractéristique de l’ontologie naturaliste qui caractérise et le paysage européen et le patrimoine (comme catégorie européenne). Enfin, elle donne les outils pour penser l’entité que constitue le paysage, ainsi que l’ensemble (le faisceau) des représentations qui le constituent dans son épaisseur culturelle. Toutefois, l’objectif de l’article n’étant pas de présenter des outils d’analyse, je m’en tiendrai essentiellement, dans les pages qui suivent, à utiliser, lorsque cela sera nécessaire, les termes d’« opérateurs » et de « programme de faire ».

9 Il s’agit là d’une approche simplifiée du rapport à un composant du paysage : elle est idéaltypique au sens où elle est la traduction juridique du rapport aux « choses » dans l’ontologie naturaliste ; tout en étant quelque peu excessive dans la mesure où elle laisse de côté les traces d’ontologies antérieures (par exemple les « communs » dont nous verrons un exemple dans la seconde partie) ou d’autres ontologies (dans les cultures d’autres pays).

10 L’auteure explique cependant que les paysages « naturels » des parcs nationaux nord-américains ont néanmoins été construits comme tels en les débarrassant de leurs habitants, et que le regard porté sur eux (wilderness) a aussi été formé par l’art, notamment la peinture. Sur la production des parcs, pour plus de détail, on pourra se reporter à l’ouvrage d’Ethan Carr (1998).

11 Le paysage des Cinque Terre, en Italie, va en offrir un exemple particulièrement frappant. Mais ce sentiment est présent face à tous les paysages patrimoniaux.

12 Voir, par exemple, la livraison de Carnets du paysage (2018), 33, « Paysages en commun », qui fait écho aux questions actuelles concernant l’environnement.

13 Notons que la loi n° 93-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages va dans ce sens.

14 Inhérentes, au sens où elles résultent des gestes de patrimonialisation (Davallon, 2006 : 134).

15 Dans le « Lexique » liminaire de Critique de la trivialité (2014), Yves Jeanneret (l’exemple est souligné par l’auteur) la définit ainsi : « Caractère transformateur et créatif de la transmission et de la réécriture des êtres culturels à travers différents espaces sociaux. La prise de conscience du fait que la terre n’est pas au centre de l’univers ne s’est pas limitée à transmettre des résultats scientifiques mais elle a donné naissance à une longue série d’interprétations politiques et philosophiques. »

16 « J’entends par “être culturel” un complexe qui associe des objets matériels, des textes, des représentations et qui aboutit à l’élaboration et au partage d’idées, d’informations, de jugements » (Jeanneret, 2008 : 16).

17 Série diffusée de 2013 à 2018 (produite par Arte et System TV ; présentée par Raphaël Hitier ; réalisée, en fonction des émissions, par Emmanuel Descombes, Jean-Michel Vennemani, François Chayé, Didier Fassio, Stéphane Correa ou Aloïs-Marie Le Noan). La play-list est sous-titrée : « Les plus beaux lieux d’Europe ». Selon la page Wikipédia consacrée à cette série, quatre-vingts émissions de 26 min environ auraient été produites depuis 2013 et diffusées en trois saisons. On peut consulter la liste sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paysages_d%27ici_et_d%27ailleurs.

18 Paysages d’ici et d’ailleurs, Val d’Orcia, réalisation : François Chayé, 2014.

19 Paysages d’ici et d’ailleurs, Les Alpujarras, réalisation : Emmanuel Descombes, 2013.

20 Ce caractère de « commun » se retrouve avec les bisses en Valais suisse (Sgard, 2018 : 111 sq.), ou encore dans les chemins de pâturage de la dehesa en Estrémadure (Espagne).

21 Paysages d’ici et d’ailleurs, Cinque Terre, réalisation : Jean-Michel Vennemani, 2014.

22 Présentation qu’en fait Raphaël Hitier en ouverture du documentaire (sur fond de plan général sur le paysage) : « Quand on se promène dans le Val d’Orcia, on a une impression, de perception d’une harmonie singulière, comme si chaque arbre, chaque chemin, chaque maison était exactement à la bonne place. Une sensation que l’on comprend bien quand on sait que l’ensemble de la région a été pensé, dessiné ; une politique paysagère qui remonte au XIVe siècle, quand la République de Sienne utilisait ses campagnes comme vitrine pour montrer au monde entier sa bonne gouvernance. C’est l’histoire de ce paysage idéal que je vais vous raconter. »

23 Commentant la relation entre le paysage réel et une reproduction de la fresque, Alessandra Dani explique (présentation d’une reproduction de la fresque de Lorenzetti commentée par l’historienne devant le panoramique du paysage) : « On parle de paysage de bon gouvernement parce que la campagne que le gouvernement de l’époque montre ici est un modèle parfait d’organisation du paysage. C’est un paysage réel mais fantasmé, idéal, et on montre dans cette fresque ce qui doit être réalisé et mis en œuvre. Si on regarde la régularité, la précision avec laquelle on cultive les champs, la précision avec laquelle sont placées les cultures, on voit que tout doit trouver son propre emplacement. Et c’est cela que l’on veut montrer : un ordre civique, dicté par le gouvernement. […] Cela représente la prospérité de la République de Sienne. Elle voulait montrer à l’extérieur les effets du bon gouvernement : l’harmonie dans la ville comme dans la campagne. »

24 « Le paysage de la vallée de l’Orcia, poursuit la notice, a été célébré par des peintres de l’école de Sienne, qui s’est épanouie à l’époque de la Renaissance. Des images de la vallée de l’Orcia, images d’un paysage idéal où l’homme vit en harmonie avec la nature, sont devenues des icônes de la Renaissance et ont eu une influence profonde sur le développement du paysagisme. » Ce sont les deux caractéristiques qui définissent la « valeur universelle exceptionnelle » de ce paysage, en réponse aux critères iv et vi de l’Unesco, et qui justifient son inscription. La liste des critères est consultable en ligne : https://whc.unesco.org/fr/criteres/ (consulté le 15 octobre 2019).

25 Voir en ligne la notice sur la liste de l’Unesco : https://whc.unesco.org/fr/list/789 (consulté le 15 octobre 2019).

26 Deux traces en sont néanmoins mentionnées dans le documentaire : d’une part les collines qui n’ont pas été aménagées et qui sont restées dans leur l’état pré-paysager et que fait remarquer l’animatrice (Ventina Perghidi) au présentateur (Raphaël Hitier) ; d’autre part le mont Amiata qui, selon l’historien de la ville de Pienza (Flavio Pellegrini), ferait contrepoint à cette ville. Situé de l’autre côté de la vallée, il constituerait le point de fuite de la scène urbaine : « Le dessin de la scène urbaine trouve son point de fuite ici, dans ce volcan en face, qui s’appelle le mont Amiata. Et toute la cité converge vers le sommet du mont Amiata, comme si la ville était une continuation de la vallée. La nature qui naît du mont Amiata, comme l’eau qui descend, arrive jusqu’à la ville. Ainsi la culture s’unit à la nature. »

27 Alors qu’ils sont dans la campagne avec panoramique sur l’état de différents types de champs : « En réalité, le paysage est dynamique, on ne peut pas imaginer qu’il soit resté tel quel. Il y a eu des périodes où ces terrains ont été abandonnés parce qu’ils étaient difficiles à travailler ; ce qui était très fatigant, car ces terrains sont argileux. »

28 L’animatrice du Parc artistique, naturel et culturel du Val d’Orcia (Valentina Perghidi) l’explique à Raphaël Hitier (avec enchaînement de vues panoramiques sur les caractéristiques du paysage) : « Ce qui s’offre à notre regard est symbolique de ce paysage : les cyprès, les maisons appelées poderi, les villages posés sur les hauteurs ; tout cela contribue à l’harmonie et à la beauté du paysage. » L’historien Ugo Sani précise que le cyprès, renvoyant à la mythologie, est devenu un symbole du paysage toscan diffusé par le cinéma, la publicité, la télévision, et qu’il est, pour cette raison, désormais abondamment planté (souvent en alignement), alors qu’il était auparavant plutôt installé de manière solitaire depuis les Étrusques.

29 Les publicités à destination des touristes mettent d’ailleurs l’accent non seulement sur l’image de la Toscane, mais aussi sur ce positionnement des produits de qualité.

30 Le documentaire montre aussi des vignes mais ne s’attarde pas sur l’importance du vin d’appellation contrôlée (brunello) qui vient en fait compléter la gamme des produits de qualité à valeur « patrimoniale ».

31 L’écosystème patrimonial peut être défini comme « l’ensemble des actions d’une société conduisant à définir la qualité d’un patrimoine » dont la finalité est la soutenabilité (Greffe, 2014 : 157-158). En fait, tout le point sur l’écosystème patrimonial (p. 155-184) intéresse notre propos.

32 Liste de l’Unesco des réserves de biosphère : http://www.unesco.org/new/en/natural-sciences/environment/ecological-sciences/biosphere-reserves/europe-north-america/ (consulté le 15 octobre 2019).

33 Comme l’explique l’historien (José Martín Sivantos), professeur d’histoire médiévale, interrogé (dans les jardins de l’Alhambra à Grenade) : « Pendant le règne nasride de Grenade, on parle d’une présence culturelle arabe de plus de 800 ans. Elle va de 711, année de la conquête des Arabes, jusqu’à la reconquête chrétienne en 1492. Ça a donc été une présence très importante du point de vue culturel et matériel. Elle est visible dans les monuments, mais aussi dans la culture andalouse. On retrouve cette influence dans les stratégies d’utilisation des ressources naturelles ; et concrètement, dans l’agriculture avec l’utilisation de l’eau. »

34 Raphaël Hitier (rue et place du village, puis vue aérienne en direction des montagnes) : « Que ce soit l’organisation des villages, l’architecture des maisons ou les murs blancs que l’on voit ici, les Arabes ont laissé une empreinte profonde dans les paysages du Sud de l’Espagne. Mais leur contribution majeure au paysage n’est pas forcément là. Si les Alpujarras sont une terre fertile, cultivable, habitable même, aujourd’hui, c’est grâce à l’immense réseau d’irrigation qu’ils ont construit au Moyen Âge tout en haut des montages. »

35 Cette manière de faire apparaître le paysage est particulièrement bien illustrée par l’effet produit par le commentaire du guide du parc national (Antonio Ramos) qui fait visiter la montagne au présentateur en début du documentaire, donnant la raison de la présence (montrée par les images) des pâturages, des arbres fruitiers ou de certaines espèces de plantes le long des canaux : « Grâce aux canaux, l’eau parcourt toute la montagne et irrigue les fermes, les villages, les cultures. S’il n’y avait pas ces canaux horizontaux qui arrosent tout le versant, l’eau circulerait seulement par les rivières qui coulent à la verticale ; donc ces zones de culture n’existeraient pas, ces bois irrigués par les canaux non plus. Le paysage serait complètement différent. […] Tout le long de la montagne, il y a plusieurs canaux construits en parallèle et qui arrosent toute la montagne, jusqu’en bas. Ils irriguent les pâturages pour le bétail en été, ainsi que les zones de culture de tous les villages alentour. »

36 Lorsque le présentateur demande si, malgré l’évolution des techniques agricoles, il a encore besoin des canaux d’irrigation légués par les Arabes, il répond (images de la visite de la propriété) : « On les utilise toujours de la même manière que nos ancêtres. Si on utilisait les techniques modernes avec des systèmes de conduits, de tuyaux, on détruirait notre écosystème. Ça aurait une répercussion négative pour nous. »

37 Cette condition ressort clairement de la réponse de l’agriculteur à la question sur l’existence d’un exode rural, qui conclut le documentaire (images de la visite de la propriété avec une vue sur le village) : « C’est grave partout. Mais sur notre terre, ce serait encore plus dramatique, parce que l’abandon de ces terres détruirait la forme traditionnelle de culture en terrasses. Elle ferait perdre toute cette science de l’irrigation. Les canaux sont une œuvre hydraulique généreuse dont dépendent beaucoup de familles, mais également les paysages et tout ce patrimoine écologique. La fin de tout cela augmenterait les risques d’incendie, car la friche, les mauvaises herbes, envahiraient les terres cultivées. Les incendies seraient terribles. On détruirait une zone unique au monde. »

38 Ce constat rejoint l’opposition introduite par Xavier Greffe (2014 : 167) entre « valeur d’existence » (« valeur que nous attribuons collectivement au patrimoine » qui fait « qu’il apparaît d’abord comme une charge pour la société ») et « valeur d’usage » (qui se trouve du côté des services).

39 Comme l’annonce la présentation même du documentaire (vue aérienne du littoral avec un village, plan moyen du présentateur, vue de l’utilisation du monorail d’exploitation, vue d’une crique depuis la mer) : « Aujourd’hui, les terrasses cultivées sont devenues rares dans les Cinque Terre. L’impossible mécanisation de ces parcelles accrochées à la montagne a découragé la plupart des agriculteurs qui se sont tournés vers le tourisme. Pourtant, quelques-uns s’obstinent à entretenir ce paysage traditionnel. On parle ici de “viticulture héroïque”. C’est l’histoire de ce territoire si particulier et de ses habitants que vous allez découvrir maintenant. »

40 Un membre du Consortium touristique des Cinque Terre (Roberto Venuti) résume la difficulté dans sa réponse au présentateur (Raphaël Hitier) qui lui demande si les Cinq Terres ont trouvé un équilibre devant l’affluence massive de touristes (ils sont sur une tour qui permet de voir la mer, la côte, les terrasses et le village). Il répond : « Oui, tu vois, Raphaël, le point essentiel du développement économique des Cinq Terres, non seulement économique, mais aussi culturel, c’est de concilier le flux touristique avec l’équilibre environnemental très délicat, très précaire. Si tu regardes comment sont faites les Cinq Terres, en réalité, c’est un paysage naturel d’origine anthropisé, donc un paysage fait par l’homme au cours des siècles. Les populations qui vivaient dans ces villages n’avaient pas seulement une économie marine, elles connaissaient surtout un développement économique dû à la culture sur les terrasses. Si nous conservions de manière statique les Cinq Terres, si nous laissions le territoire des Cinq Terres comme ça, dans les prochaines années, dans cinquante ans, les Cinq Terres s’écrouleraient dans la mer. Donc on doit réfléchir à une conservation dynamique entre l’agriculture, avec des jeunes agriculteurs qui créent de la richesse, des vins de bonne qualité, et une réhabilitation des terrasses pour conserver l’environnement. »

41 Les deux autres territoires sont Saint-Émilion et Tokaj. Dans le cadre d’une discussion de l’inscription au patrimoine mondial des paysages viticoles et de ses effets, l’étude propose, en ce qui concerne plus spécifiquement les Cinque Terre : un historique du paysage (79-82) ; une description de la procédure d’inscription (97-98, 100-101, 106-107) ; une analyse du fonctionnement et de la gouvernance (119-131) ; l’analyse de l’exceptionnalité du paysage (167-173) et du rapport que les habitants entretiennent avec lui (214-215, 227-230). À noter que la responsable de l’enquête sur les Cinque Terre est Guiliana Biagioli (IRTA-Leonardo de l’université de Pise) qui connaît bien le territoire pour y avoir une maison et qui est aussi interrogée dans le documentaire d’Arte.

42 Comme le précise Giuliana Biagioli dans le documentaire (lorsqu’elle reçoit Raphaël Hitier dans sa maison située au milieu des vignes) : « Dans les années 1920, l’abandon a commencé après l’arrivée du phylloxéra, qui est arrivé plus tard qu’en France, quarante ans après, à cause de l’isolement des lieux, parce qu’il n’y avait pas de routes carrossables, on y arrivait que par la mer ou bien par des sentiers de montagne. » À la question sur la raison de l’abandon dans les années 1960 : « C’est le boum économique en Italie, donc des possibilités de travail supplémentaires qui se sont ouvertes soit dans le secteur du transport, soit dans le secteur industriel. Donc les gens ont abandonné les Cinque Terre […]. On abandonne les terrasses et les maisons dans les villages, qui sont restées vides. »

43 Voir, par exemple, sa description sur le site de l’Unesco (https://whc.unesco.org/fr/list/826). L’argumentaire faisant références aux critères de « valeur universelle exceptionnelle » du Centre du patrimoine mondial de l’Unesco montre à quel point les caractéristiques de Portovenere et des trois îles Palmaria, Tino et Tinetto sont différentes des Cinque Terre. Précisons que face aux Cinque Terre a aussi été créée une aire marine protégée en 1997 par l’État italien. Je ne prends en compte ici que le territoire terrestre des Cinque Terre proprement dites, du fait que le documentaire porte uniquement sur elles, dans la mesure où elles constituent un ensemble historique et paysager singulier avec ses cultures en terrasse et ses villages en bord de mer. On trouve des informations sur cet ensemble sur les différents sites Internet du parc national (https://www.cinqueterre-italie.com, http://www.cinque-terre.org/fr/cinqueterre, http://www.parconazionale5terre.it/Findex.php ou encore http://www.cinque-terre-tourism.com/fr/parc-national-cinque-terre.html), ainsi que dans l’exposé qu’en propose Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_national_des_Cinque_Terre) (sites de la note tous consultés le 15 octobre 2019).

44 La clé de l’exceptionnalité du site résiderait, pour « les promoteurs de l’inscription et aujourd’hui encore par les acteurs locaux », dans « l’histoire des Cinque Terre [qui] est celle du combat du paysan contre une nature hostile, forcée malgré elle à produire » (Briffaud et al., 2010 : 167).

45 Ce paysage, considéré comme une partie du golfe des Poètes (Portifino à Portovenere), a été célébré par Percy Shelley, lord Byron, Eugenio Montale ; il a aussi attiré George Sand ou Richard Wagner.

46 « Le mur à sec constitue cet emblème qui concentre à lui seul l’identité d’un pays dont il est la condition d’existence, et d’un paysage dont il est à la fois l’élément structurant et la composante la plus menacée. Derrière cet emblème, qui est aussi – on l’a vu – celui qu’a choisi le parc national, il y a toute la fascination et toute l’attention inquiète que l’on accorde à un espace fréquenté par ses habitants eux-mêmes comme un monde effacé ou en sursis, mais dont émane, à ce stade de son histoire, tout le sublime associé à ces ruines colossales, qui laissent imaginer l’édifice en son entier et autorise à en espérer la reconstruction » (p. 215).

47 J’emprunte le concept de « vie sociale d’objet » aux travaux présentés dans The Social Life of Things dirigé par Arjun Appadurai (1986). Outre son chapitre d’introduction (« Commodities and the politics of value », p. 3-63), je tire profit de trois autres chapitres : évidemment, le très classique « The cultural biography of things: commoditization as process » d’Igor Kopitoff (p. 64-91) ; mais aussi « Varna and the emergence of wealth in prehistoric Europe » de Colin Renfrew (p. 141-168) ; et « Sacred commodities: the circulation of medieval relics » de Patrick Geary (p. 169-191). Pour la formalisation socio-sémiotique, j’emprunte à Manar Hammad (2015 : spécialement 172-175).

48 On trouve trace de cette ambiguïté dans l’avis de l’Icomos du 28 juin 1996 (en ligne : https://whc.unesco.org/fr/list/826/documents/ [consulté le 15 octobre 2019]) qui glisse de la reconnaissance, par l’État italien, de la lutte avec la nature comme origine des traits marquants du paysage (« Malgré cette lutte continue entre l’homme et la nature, c’est là que le caractère unique de ce site émerge avec le contraste entre la nature sauvage et inextricable de la garrigue méditerranéenne et l’ordre contenu dans la géométrie des champs en terrasses, encore conservée grâce à la ténacité d’un petit groupe de personnes ») à une recommandation d’inscription qui mentionne « un site culturel d’une valeur exceptionnelle qui illustre l’interaction harmonieuse instaurée entre l’homme et la nature, pour produire un paysage dont la qualité panoramique est absolument remarquable et traduit un mode de vie traditionnel existant depuis un millier d’années et qui continue à jouer un rôle socio-économique de premier plan dans la vie de la communauté » (je souligne).

49 Qui, dans le récit, apparaît comme une sorte de destinateur qui instaure les actants-sujets dans le programme de patrimonialisation. Ce qu’en sociologie de l’acteur réseau on appréhendera inversement, si je puis dire, comme la constitution d’un collectif hybride (Akrich et al., 2006).

50 L’enquête analyse en détail ce sentiment communautaire dans le point intitulé « Le paysage de l’homme libre » (Briffaud et al., 2010 : 167-173).

51 La crise qui oppose les trois communes des Cinque Terre au sujet de l’élargissement du site à inscrire à toutes les communes littorales depuis Sestri Levante à l’ouest jusqu’à Montemarcello à l’est a été déterminante : « L’inscription au patrimoine mondial qui se cristallise à ce moment-là a pu apparaître comme une manière de protéger non seulement le territoire et son paysage, mais aussi une identité jalousement défendue vis-à-vis des autres territoires côtiers de Ligurie » (ibid. : 101).

52 Pour une analyse détaillée de ce point, on pourra se reporter au point intitulé « Les Cinque Terre : naissance d’une nouvelle “république” » (ibid. : 119-131). Je vais revenir ci-après plus en détail sur les points se rapportant au tourisme.

53 « Le tourisme constitue un risque potentiel pour ce bien qui pourrait être exacerbé par une éventuelle inscription sur la liste du patrimoine mondial. Par conséquent, l’Icomos recommande vivement à l’État partie de s’assurer par des moyens juridiques et de gestion que les caractéristiques fondamentales du bien soient protégées et conservées » (avis du 28 juin 1996, op. cit.).

54 Dans le cas des Cinque Terre, une telle conservation dynamique, précise-t-il en effet, doit se faire « entre l’agriculture, avec des jeunes agriculteurs qui créent de la richesse, des vins de bonne qualité, et une réhabilitation des terrasses pour conserver l’environnement ». Voir la citation complète ci-dessus en note 40.

55 C’est précisément ce à quoi nous invite aussi Xavier Greffe (2014 : 167) lorsqu’il distingue la « valeur d’existence » et la « valeur d’usage ». Pour poursuivre la réflexion avec des approches plus radicales, on pourra se reporter à Sgard (2010) ou Tornatore (2017).

Haut de page

Références

Référence papier

Jean Davallon, « Les paysages, patrimoine européen ? », Culture & Musées, 33 | 2019, 19-59.

Référence électronique

Jean Davallon, « Les paysages, patrimoine européen ? », Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/2748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.2748

Haut de page

Auteur

Jean Davallon

Université d’Avignon, Centre Norbert Elias
Professeur émérite des universités en sciences de l’information et de la communication, Centre Norbert Elias (UMR 8562), Avignon Université, Jean Davallon travaille sur le rapport entre dimension symbolique et fonctionnement communicationnel dans les musées et le patrimoine. Parmi ses publications récentes, on peut citer : « Les musées, au cœur de la reconfiguration des patrimoines ? », p. 53-75 in Musées, Mutations… / sous la direction de Joëlle Le Marec, Bernard Schiele & Jason Luckerhoff. Dijon : Éditions universitaires de Dijon/Ocim (2019) ; Davallon Jean & Tardy Cécile. « La construction d’un écosystème de la critique par les plateformes », p. 131-137 in L’Avis des autres : Prescription et recommandation culturelles à l’ère numérique / sous la direction de Valérie Croissant. Lyon : Éditions des Archives contemporaines (2018) ; « Penser le patrimoine selon une perspective communicationnelle », Sciences de la société, 99, 2016, p. 15-29 (2017).
Courriel : Jean.Davallon[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals