Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33DossierUne approche multi-acteurs pour é...

Dossier

Une approche multi-acteurs pour étudier les Itinéraires culturels européens

European Cultural Routes: Building a Multi-Actor Approach
Un enfoque multi-actores para el estudio de las rutas culturales europeos
Marta Severo
Traduction de Marie Gaillard
p. 111-132

Résumés

Les itinéraires culturels ont récemment acquis une nouvelle importance en tant que destinations touristiques. Cependant, les outils théoriques et administratifs permettant de gérer ce nouveau type de patrimoine culturel sont encore rudimentaires. Sur le plan théorique, les études sur les itinéraires culturels ont été généralement disciplinaires et orientées principalement sur les problèmes de gestion du tourisme. Sur le plan administratif, le Conseil international des monuments et des sites (Icomos) et le Conseil de l’Europe ont fourni un cadre juridique pour la protection des itinéraires culturels, mais la mise en œuvre de ce cadre est encore limitée. Dans cet article, nous soutenons la nécessité d’adopter une approche véritablement interdisciplinaire et multi-acteurs pour l’étude des itinéraires culturels fondée sur les concepts de paysage (culturel) et de réseau d’acteurs.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original : 2017. « European Cultural Routes: Building a Multi-Actor Approach ». Museum International, 69(1-2), janvier, p. 136-145.
Publié avec l’aimable autorisation de la revue Museum International.
Traduction : Marie Gaillard, juin 2019.

Texte intégral

1Les routes et les voies de communication ont joué un rôle majeur dans l’histoire de l’humanité. Des routes commerciales aux voies de pèlerinage, des parcours naturels aux sentiers urbains, ce phénomène a pris des formes diverses au fil des siècles et a révélé sa nature multiple – sociale, politique, géographique, économique, religieuse et culturelle. Récemment, ces itinéraires sont aussi devenus d’importantes destinations touristiques. Des voyageurs toujours plus nombreux choisissent cette alternative touristique complexe qui permet une combinaison de plusieurs lieux et d’expériences diversifiées en un seul voyage. Ainsi, les gens sont de plus en plus attirés par les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, la route de la Soie, la route des Incas ou la Via Francigena – plutôt que par des vacances traditionnelles sédentaires au bord de la mer. Par exemple, la Via Francigena, un itinéraire de 1 800 km reliant Canterbury à Rome en passant par le Royaume-Uni, la France, la Suisse et l’Italie, a été empruntée par environ 50 000 randonneurs en 2016, cinq fois plus qu’en 2013 (fig. 1). Ceux-ci semblent attirés par la combinaison intéressante de culture, de spiritualité, de nature et de gastronomie que l’itinéraire offre.

Figure 1. Le château de l’Aigle sur la Via Francigena.

Figure 1. Le château de l’Aigle sur la Via Francigena.

© Archives AEVF.

2La découverte des itinéraires comme destination touristique puise ses racines dans le Grand Tour. À partir du XVIIIe siècle, de jeunes aristocrates et bourgeois ont entrepris de longs voyages à travers l’Europe, notamment en Italie, afin d’enrichir leur éducation culturelle et artistique. Une telle expérience n’affectait pas seulement la vie du voyageur individuel, mais, et cela est d’autant plus important, cette mobilité générait aussi une sorte de synergie entre les lieux traversés au cours du voyage. Depuis leur origine, ces itinéraires, empruntés par plaisir plus que par nécessité, partagent deux caractéristiques : (i) le fait qu’ils favorisent des mouvements de personnes au-delà des frontières, facilitant ainsi le partage des valeurs et le dialogue interculturel ; (ii) le fait que les valeurs partagées sont strictement liées au patrimoine culturel matériel et immatériel présent le long de l’itinéraire. Durant leur trajet, les voyageurs visitent de nouveaux lieux et observent de nouveaux paysages, mais ils rencontrent aussi de nouvelles personnes et discutent avec les habitants. Par conséquent, de tels itinéraires deviennent des outils pour partager « des valeurs comme un patrimoine commun qui dépasse les frontières » (Icomos, 2008). De fait, au-delà de leur nature étendue, les itinéraires sont attractifs principalement car ce sont des itinéraires culturels. De nos jours, les itinéraires culturels constituent « un nouveau cadre d’interprétation du patrimoine » (Berti, 2015). Ce qui rend ce nouveau type de patrimoine particulièrement intéressant est sa nature complexe : « Le concept d’Itinéraire culturel se réfère à un ensemble d´une valeur supérieure à la somme des éléments qui le constituent et qui lui donne son sens » (Icomos, 2008). De plus, cette complexité est enrichie du fait que de nombreuses personnes différentes, principalement des marcheurs et des habitants, participent à la redéfinition quotidienne du patrimoine symbolique représenté par ces itinéraires, et que chacun y participe en apportant sa propre interprétation personnelle de ses antécédents culturels, sociaux et spirituels.

3Cependant, c’est la complexité même de cet objet qui en rend le concept difficilement saisissable (en relation avec les concepts préexistants du patrimoine culturel) et qui rend l’administration pratique des biens culturels concernés tout aussi difficile quand il s’agit de les traiter comme un ensemble. Jusqu’à présent, les études sur les itinéraires culturels ont généralement été réalisées au sein d’une discipline. Certaines s’intéressent aux aspects religieux, notamment liés au pèlerinage, d’autres sont orientées sur le patrimoine culturel et naturel spécifique d’itinéraires culturels particuliers, analysés du point de vue de l’histoire, de l’histoire de l’art ou de la géographie. Plus récemment, des chercheurs des domaines de l’économie et des études touristiques ont montré de l’intérêt pour les itinéraires culturels à travers l’analyse de leur impact réel et potentiel sur le tourisme.

4Cet article vise à contribuer à l’étude des itinéraires culturels en proposant une perspective plus interdisciplinaire. En raison de sa brièveté, nous centrerons notre analyse sur la nécessité d’explorer la relation entre le concept d’itinéraire culturel et d’autres concepts déjà utilisés plus largement dans les études patrimoniales. L’intérêt récent porté aux itinéraires culturels a en effet généré une littérature grise florissante qui les considère comme un nouveau type de patrimoine culturel. Sans mettre de côté la nouveauté de cet objet, nous considérons ici qu’il pourrait être bénéfique de redécouvrir la similarité entre les itinéraires culturels et d’autres cadres existants pour étudier le patrimoine culturel. En particulier, nous nous concentrerons sur deux aspects : (i) le concept de paysage culturel et (ii) la théorie de l’acteur-réseau (ANT, actor-network theory).

  • 1 L’article est principalement fondé sur l’expérience des Itinéraires culturels européens.

5Le texte s’organise en trois parties. Dans un premier temps, nous décrirons le cadre légal qui permet la reconnaissance des itinéraires culturels en tant que nouveau type de patrimoine culturel, et nous en définirons les principales caractéristiques. Dans un second temps, nous nous intéresserons à la relation entre le concept d’itinéraire culturel et celui de paysage culturel. L’analyse d’un tel lien nous amènera à aborder le rôle des paysages dans les itinéraires culturels de manière plus générale. La troisième partie examinera les questions liées à la gestion des itinéraires culturels. Ici, nous défendrons la nécessité d’adopter une approche multi-acteurs, et nous démontrerons les avantages d’une interprétation des itinéraires culturels comme réseaux d’acteurs1.

La « patrimonialisation » des itinéraires culturels

6Le récent succès des itinéraires culturels a incité de nombreuses organisations internationales à définir un cadre légal afin de les gérer et de les protéger. Les acteurs principaux dans ce domaine sont le Comité international sur les itinéraires culturels (CIIC) et l’Institut européen des itinéraires culturels.

  • 2 International Council on Monuments and Sites, Conseil international des monuments et des sites.

7Le CIIC, un comité scientifique de l’Icomos2, protège les itinéraires culturels grâce à la Charte internationale des itinéraires culturels (Icomos, 2008). Ce document, qui a fait l’objet de nombreuses révisions, définit les itinéraires culturels comme :

« [U]ne voie de communication terrestre, aquatique, mixte ou autre, déterminée matériellement, et possédant une dynamique et des fonctions historiques propres au service d’un but concret et déterminé. L’itinéraire culturel doit aussi réunir les conditions suivantes : apporter le témoignage de mouvements interactifs de personnes et d’échanges pluridimensionnels continus et réciproques des biens, des idées, des connaissances et des valeurs sur des périodes significatives entre peuples, pays, régions ou continents. [Il doit] avoir apporté une fécondation mutuelle, dans l’espace et dans le temps, des cultures impliquées, qui se manifeste tant dans son patrimoine tangible qu’intangible » (ibid. : 3)

  • 3 Voir, par exemple, l’action du comité australien Icomos sur les paysages culturels et les itinérair (...)

8Le Comité – créé en 1998 – a pour but de protéger et d’étudier les itinéraires culturels, en particulier en lien avec la protection, l’entretien et la conservation de leurs monuments, groupes de bâtiments, sites archéologiques, paysages et sites culturels, en tant qu’ils sont reliés par des valeurs culturelles et des liens historiques. Cette définition est de fait plutôt opérationnelle et met clairement en avant le lien entre les itinéraires culturels et le patrimoine culturel en montrant comment la préservation du second est une condition préalable à la protection du premier. Il est important de noter que l’action du CIIC est relativement limitée dans le sens où le comité se réunit périodiquement et qu’il ne mène pas d’actions directes, les déléguant plutôt aux comités nationaux3. Par conséquent, l’application de la Charte peut être très irrégulière à l’échelle mondiale.

9Les itinéraires culturels ont acquis une importance particulière au niveau européen parce que, durant le processus de création de l’Union européenne à la suite de la Seconde Guerre mondiale, ils sont devenus l’un des moyens principaux pour améliorer la cohésion sociale. Les itinéraires culturels européens ont été créés par le Conseil de l’Europe avec pour objectif de traduire en actions concrètes les principes exprimés en 1954 dans la Convention culturelle européenne. Ils étaient en particulier envisagés comme des outils pour promouvoir et préserver les identités culturelles européennes, partagées et diverses. Un premier programme dédié aux itinéraires culturels du Conseil de l’Europe fut officiellement créé en 1987 afin de protéger les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui étaient alors considérés comme le premier exemple d’itinéraire culturel européen. Durant les années suivantes, le programme fut élargi afin d’intégrer d’autres voies. Depuis 1998, il est géré par une agence exécutive du Conseil de l’Europe au Luxembourg, l’Institut européen des itinéraires culturels. En 2010, le Comité des ministres du Conseil de l’Europe a établi un accord partiel élargi (APE) afin de permettre une coopération plus étroite entre les États intéressés par le développement des itinéraires culturels. L’APE renforce la fonction des itinéraires culturels en tant qu’outils de coopération internationale. En effet, selon l’APE, les itinéraires culturels européens sont définis comme :

« [Un] projet de coopération culturelle, éducative, patrimoniale et touristique visant à développer et promouvoir un itinéraire ou une série d’itinéraires fondés sur un chemin historique, un concept, une personne ou un phénomène culturel de dimension transnationale présentant une importance pour la compréhension et le respect des valeurs européennes communes » (Conseil de l’Europe, 2013, art. 1).

10En tant qu’agence technique, l’Institut européen des itinéraires culturels est très actif et mène de nombreuses actions au niveau international. Jusqu’à présent, trente-trois itinéraires ont été certifiés grâce à ce label européen (la Via Francigena, les Routes des Vikings, la Via Regia, les Routes de l’olivier, etc.), et de nombreux autres sont actuellement candidats à la certification (les Chemins des Lombards en Europe ou la Route du chocolat).

11Les deux définitions sont assez similaires. Elles considèrent toutes deux les itinéraires culturels comme un nouveau type de patrimoine dont l’existence est assurée par des mouvements de population et par le partage des valeurs qui en découlent. Cependant, alors que la définition de l’Icomos reconnaît clairement la valeur de l’itinéraire culturel au sein même des éléments du patrimoine culturel situés dans l’aire géographique de la voie, celle du Conseil de l’Europe identifie la signification d’un itinéraire culturel au sein d’une définition plus complexe des « valeurs européennes ». Bien que le programme européen donne une définition de ces valeurs européennes (droits de l’homme, démocratie culturelle et diversité, compréhension mutuelle et échanges au-delà des frontières), il est plus difficile de rendre celles-ci opérationnelles et gérables, contrairement aux monuments et aux bâtiments identifiés par la Charte de l’Icomos4. Nous ne voulons pas dire par là que le patrimoine culturel le long des itinéraires ne joue pas un rôle important dans la vision européenne, mais que cette vision ne concerne que le patrimoine culturel lié à l’identité et à l’histoire de l’Europe, et qu’il est très difficile de différencier le patrimoine culturel d’autres types de patrimoines.

12En prenant en compte un tel contexte, il est intéressant d’examiner plus en détail le rôle du patrimoine culturel en lien avec les itinéraires culturels. Pour ce faire, la prochaine partie s’intéresse à un autre traité international, la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de l’Unesco (1972), et au lien que ce texte établit entre les concepts d’itinéraire culturel, de paysage culturel et, plus généralement, de patrimoine culturel.

Les itinéraires culturels comme paysages culturels

13La Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de l’Unesco (1972) constitue un autre cadre important pour la protection des itinéraires culturels. En effet, à l’heure actuelle, de nombreux itinéraires culturels sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial, notamment : les routes de la Soie ; le réseau de routes du corridor Chang’an - Tian-shan ; les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, en France et en Espagne ; le réseau andin de routes Qhapaq Ñan, en Amérique du Sud ; la route de l’Encens - villes du désert du Néguev, en Israël. D’autres sont sur la liste indicative, comme, par exemple, le tronçon Bavay-Tongres de la chaussée romaine Boulogne-Cologne, situé sur le territoire de la Région wallonne en Belgique. En fait, la Convention ne met pas spécifiquement l’accent sur les itinéraires culturels (qui ne sont d’ailleurs pas mentionnés dans le texte officiel), mais les itinéraires culturels sont protégés dans la catégorie des « paysages culturels » ou, plus généralement, comme « biens en série ». Il est intéressant de noter que l’utilisation des deux concepts – « paysage culturel » et « biens en série » – est controversée dans la définition des itinéraires culturels.

14Depuis 1972, les paysages culturels ont été reconnus dans le premier article de la Convention en tant qu’« œuvres conjuguées de l’homme et de la nature » (ibid. : art. 1). En 2015, les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial fournissent une définition plus étendue, décrivant les paysages culturels comme « [illustrant] l’évolution de la société humaine et son établissement au cours du temps, sous l’influence des contraintes physiques et/ou des possibilités présentées par leur environnement naturel et des forces sociales, économiques et culturelles successives, externes aussi bien qu’internes » (Unesco, 2015).

  • 5 Le texte est le résultat de la rencontre d’experts sur le thème « Les routes en tant que parties in (...)

15L’annexe 3 des Orientations, qui donne des recommandations plus spécifiques concernant l’inclusion des paysages culturels, introduit aussi le concept de « routes du patrimoine »5. L’annexe insiste sur deux points : (i) le lien entre le concept de route du patrimoine et celui de paysage culturel (« une route du patrimoine peut être considérée comme un type spécifique et dynamique de paysage culturel, au moment où de récents débats ont abouti à leur acceptation dans les Orientations ») ; (ii) le lien étroit entre la valeur de la route et son patrimoine matériel (« une route du patrimoine est composée d’éléments matériels qui doivent leur valeur culturelle aux échanges et à un dialogue multidimensionnel entre les pays ou régions, et qui illustrent l’interaction du mouvement, tout au long de la route, dans l’espace et le temps »).

16D’un autre côté, la définition ainsi fournie fait écho au concept des itinéraires culturels européens dans sa manière de mettre en avant l’importance de ce cadre pour la « compréhension mutuelle » et « [les] échanges et [le] dialogue multidimensionnel entre les pays ou régions ». Le concept de « biens en série » est défini dans les Orientations de la manière suivante :

« Les biens en série incluent deux ou plusieurs éléments constitutifs reliés entre eux par des liens clairement définis : les éléments constitutifs devraient refléter des liens culturels, sociaux ou fonctionnels au fil du temps, qui génèrent, le cas échéant, une connectivité au niveau du paysage, de l’écologie, de l’évolution ou de l’habitat [...] à condition que la série dans son ensemble – et non nécessairement ses différentes parties – ait une valeur universelle exceptionnelle » (ibid. : 41).

17Ce concept offre une définition opérationnelle permettant la protection de multiples objets tels que des villes, des monuments ou des paysages au sein d’une seule et même nomination.

Difficultés théoriques

18La pertinence de ces deux catégories appliquées aux itinéraires culturels n’est pas admise uniformément. Concernant les paysages culturels, la critique principale est que tous les paysages sont culturels, et que le concept est en soi une tautologie. En ce qui concerne les biens en série, le problème réside dans le fait que la définition est adaptée pour la protection du patrimoine matériel le long d’un itinéraire, mais pas de l’itinéraire lui-même avec sa valeur symbolique globale.

19Un exemple intéressant est celui du dossier d’inscription du site Unesco des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, en France, qui justifie son inscription sur la liste du patrimoine mondial de la manière suivante :

« La route de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle a joué un rôle essentiel dans les échanges et le développement religieux et culturel au cours du bas Moyen Âge, comme l’illustrent admirablement les monuments soigneusement sélectionnés sur les chemins suivis par les pèlerins en France. »

20Le mécontentement vis-à-vis de la définition des paysages culturels est aussi évident quand on en vient aux actions des organisations internationales liées aux itinéraires culturels. Le CIIC dispose d’un comité séparé pour les paysages culturels ; au Conseil de l’Europe, les membres du personnel insistent généralement sur le caractère ordinaire des paysages le long des itinéraires culturels, contrairement à la valeur universelle exceptionnelle requise pour les paysages culturels du patrimoine mondial.

21De telles controverses nous invitent à questionner plus en profondeur la relation entre les concepts d’itinéraire culturel et de paysage culturel. Le lien est, en fait, très solide. Selon Eleonora Berti, qui s’occupe des itinéraires culturels européens depuis de nombreuses années, le paysage est au cœur de ces itinéraires. Plus particulièrement, le Programme des itinéraires culturels du Conseil de l’Europe est fortement influencé par la Convention européenne du paysage (adoptée à Florence en 2000 et entrée en vigueur en 2004) qui définit le paysage comme « une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations ». Alors que la définition du paysage culturel de l’Unesco est plus restrictive, ici chaque paysage est culturel, car l’existence d’un paysage dépend de la présence de l’observateur. Chaque paysage est le résultat d’un processus culturel lié aux antécédents des observateurs. Il ne peut pas y avoir de paysage purement naturel. Là où il y a une population, il y a un paysage, et tous les paysages représentent des valeurs culturelles. Par conséquent, tous les paysages ordinaires font sens pour les populations qui les voient et qui y vivent.

22De telles critiques sont sans doute cohérentes. L’insistance sur le caractère ordinaire du paysage est une condition sine qua non pour un programme destiné à intervenir dans des régions moins connues et moins développées en Europe. Cependant, le concept de paysage culturel est désormais largement utilisé, au-delà des limites de la Convention du patrimoine mondial, et souvent sans lien avec l’idée de valeur universelle exceptionnelle. Par exemple, Martorell-Carreño, un membre du comité Icomos, met l’accent sur la manière dont les concepts d’itinéraire et de paysage culturel peuvent être utilisés pour définir le même objet en mettant en lumière des aspects différents. Plus particulièrement, il observe :

« Bien que les deux concepts aient la même importance, les paysages culturels sont idéaux pour expliquer la relation entre l’homme et la nature. Les itinéraires culturels sont importants pour comprendre les relations, les échanges et les influences réciproques entre deux ou plusieurs groupes culturels liés par un itinéraire culturel établi. Du point de vue de la compréhension d’un patrimoine culturel qui a des racines et des influences partagées, il s’agit d’un mot-clé » (Martorell Carreño, 2003 : 6).

23Compte tenu de ces éléments, le concept de paysage culturel peut être fructueux en vue de l’étude et de la gestion des itinéraires culturels pour deux raisons. Premièrement, il souligne la relation entre la valeur de l’itinéraire et le patrimoine matériel et immatériel situé le long de son parcours. Grâce à ce concept, il pourrait être plus facile de construire un cadre pour la protection du « patrimoine européen commun » et, plus généralement, de la valeur globale de l’itinéraire. Sans mettre de côté le fait que l’itinéraire est un ensemble, sa décomposition en parties et la redécouverte des éléments patrimoniaux le long de son parcours permettraient le développement d’actions de sauvegarde plus pertinentes, et l’identification de similarités avec d’autres itinéraires. Deuxièmement, si nous pouvons convenir que le « paysage culturel » est une tautologie, l’utilisation du terme « culturel », au lieu de simplement « paysage », peut aider à souligner le rôle des différents acteurs sociaux impliqués dans la création et la vie d’un itinéraire culturel. Comme il est expliqué dans les paragraphes suivants, il s’agit d’une condition préalable à la construction d’un système de gestion efficace.

Outils de mesure de la consommation culturelle

24Reconnaître l’itinéraire culturel comme un nouveau type de patrimoine demande un système de gestion adapté pour l’administrer. L’Institut européen des itinéraires culturels est très actif dans ce domaine. En 2011, il a produit un rapport sur le rôle des petites et moyennes entreprises (PME), et des très petites entreprises (TPE) dans le développement des itinéraires culturels (Conseil de l’Europe, 2011). Il est intéressant de noter que ce rapport propose une stratégie pour produire un impact à long terme et pour assurer des bénéfices économiques à partir des itinéraires culturels, en se basant sur de solides partenariats entre les TPE-PME et les différents acteurs liés aux itinéraires culturels aux niveaux international, national et local. En 2015, l’Institut a publié Gestion des itinéraires culturels : De la théorie à la pratique, un livre qui identifie quelques défis clés liés à la gestion de ces objets complexes. Par exemple, Alessia Mariotti analyse le rôle des districts culturels dans le développement touristique le long des itinéraires, et Yoel Mansfeld s’intéresse à l’intégration des communautés locales dans le processus de planification de l’itinéraire.

25En 2016, le Programme européen a aussi lancé un groupe de travail pour construire un système d’indicateurs du tourisme européen (European Tourism Indicators System, ETIS) pour les itinéraires culturels. Son but principal est le développement d’un outil de haute qualité pour mesurer la durabilité économique, socio-culturelle et environnementale des itinéraires culturels, en utilisant une méthodologie standardisée reconnue au niveau européen. De nombreux universitaires ont participé à cette réflexion : Majdoub (2010) met particulièrement l’accent sur l’importance de construire une perspective multi-dimensionnelle qui ne s’intéresse pas uniquement aux aspects géographiques et aux effets économiques, mais qui prenne aussi en compte les formes touristiques de la consommation culturelle. De leur côté, Timothy et Boyd (2015) tentent de développer un modèle pour étudier l’ensemble des aspects de n’importe quel itinéraire ou chemin – il est particulièrement intéressant de trouver au cœur de cette niche conceptuelle la dimension expérientielle des touristes.

26Il est évident que les études actuelles sur la gestion se concentrent sur l’exploitation touristique des itinéraires culturels. En effet, il ne fait pas de doute que la priorité est que chaque aire géographique puisse profiter de ce patrimoine culturel, en particulier dans le cas de régions moins connues. Cependant, le fait que l’attention des gestionnaires et des chercheurs se porte exclusivement sur les touristes pourrait avoir l’effet d’ignorer d’autres catégories d’acteurs sociaux liées aux parcours et la valeur ajoutée que ces derniers peuvent apporter. Dans ce sens, comme nous avons déjà pu l’observer, le concept de paysage culturel pourrait être très utile. La centralité du concept de paysage – et, en particulier, de celui de paysage culturel – entraîne deux conséquences importantes pour la gestion des itinéraires culturels. Premièrement, les populations ne sont pas de simples observateurs, mais elles sont aussi les producteurs, et elles devraient, en conséquence, être impliquées continuellement dans le processus de planification du paysage. De la même manière que la Convention de Florence indique que les paysages devraient devenir une préoccupation politique commune, la gestion des itinéraires culturels serait fondée sur la participation des communautés. Deuxièmement, le concept de paysage nous invite à explorer la notion de communauté et, en particulier, à considérer que les itinéraires culturels ne sont pas uniquement une valeur ajoutée pour les touristes, mais aussi une ressource pour les habitants. De plus, les Orientations du patrimoine mondial précisent que « les propositions d’inscription de paysage culturel doivent [être préparées] en collaboration et en complet accord avec les communautés locales ».

27Toutefois, au vu de ce qui a été développé plus haut, il faut admettre qu’une telle vision du paysage accentue l’opposition entre deux types d’acteurs sociaux : les outsiders, les observateurs extérieurs qui traversent les paysages (voyageurs et touristes), et les insiders, les acteurs internes (habitants) qui administrent le paysage. En partant d’une telle distinction, nous risquons de promouvoir des actions de gestion qui ne se rapportent exclusivement qu’à la première catégorie, qui semble être une source plus directe de bénéfices économiques.

Les itinéraires culturels comme réseaux d’acteurs

28Afin d’éviter cet écueil et de prendre en considération toutes les catégories d’acteurs impliqués de façon appropriée, le concept de réseau s’avère d’une grande utilité. Eleonora Berti (2012) l’utilise pour faire la distinction entre différentes structures géographiques des itinéraires culturels. Elle identifie trois types de structures : itinéraires territoriaux, linéaires et réticulaires. Cependant, une telle attention portée à la forme géographique risque d’atténuer l’utilité du concept de réseau, qui peut être utile pour comprendre tous les types d’itinéraires culturels, indépendamment de leur forme morphologique. Il est d’autant plus intéressant de noter que le rapport de 2011 sur les TPE-PME fait référence aux réseaux comme structures utiles pour construire des partenariats et des relations commerciales dans le contexte du tourisme culturel. Les auteurs soulignent la nécessité d’une mise en réseau accrue entre les producteurs, tout en profitant de consommateurs eux aussi de plus en plus organisés en réseau. De la même manière, Timothy et Boyd (2015), dans leur ouvrage très vaste sur les itinéraires et chemins, emploient le concept de réseau pour expliquer les dynamiques de marketing et de gouvernance liées aux itinéraires : « Les affiliations, partenariats et interdépendances collaboratifs au sein d’un système touristique étendu sont ce qui constituent la notion de réseaux. » Pour finir, plus récemment, Eleonora Berti (2015) a affirmé :

« Les itinéraires culturels, en accord avec leurs formes et thématiques, stimulent l’établissement de systèmes relationnels différenciés : ces systèmes sont produits par les relations entre les itinéraires et leur environnement, entre les paysages et les itinéraires, entre les routes et les populations, internes ou externes. »

29Il est important de noter que ces études montrent deux limites : (i) elles insistent sur le rôle des réseaux formels, c’est-à-dire de partenariats et de relations construits entre des acteurs (principalement économiques) ; (ii) elles ne comblent pas le vide existant entre les acteurs internes et externes.

30Dans cet article, nous considérons que le concept de réseau devrait être utilisé dans un contexte plus large pour analyser les structures relationnelles entre tous les types d’éléments liés aux itinéraires culturels et pour leur donner une égale importance. Pour ce faire, nous suggérons d’utiliser la théorie de l’acteur-réseau (ANT), introduite par de nombreux auteurs dans les études socio-philosophiques. Cette approche tente de comprendre des situations sociales complexes en prêtant attention aux éléments relationnels (Latour, 1987, 2005). Le social n’est « rien d’autre qu’un maillage de matériaux hétérogènes » (Law, 1992). Les avantages principaux de la théorie de l’acteur-réseau sont : (i) de donner à tous les acteurs le même niveau d’importance et (ii) de prendre en compte non seulement les acteurs humains mais aussi non humains (comme, par exemple, les médias et l’information, la signalétique, les éléments de patrimoine matériel et immatériel, etc.). « Au sein de l’ANT, ces éléments hétérogènes se voient attribuer une importance équivalente et sont envisagés comme des parties de réseaux dynamiques et non définitifs, au sein desquels l’essence de la compréhension des phénomènes sociologiques se trouve dans les associations entre elles » (Arnaboldi & Spiller, 2011).

31Van der Duim a mis à profit cette approche dans les études touristiques. Il développe le concept de « tourismscape » pour aborder les systèmes touristiques qui « sont des acteurs-réseaux mettant en lien, à l’intérieur et au-delà de différentes sociétés et régions, des systèmes de transport, des hébergements et des services, des ressources, des environnements, des technologies, et des personnes et organisations (Van der Duim, 2007 ; Van der Duim & Jóhannesson, 2012). Les « “tourismscapes” consistent en des relations entre des personnes et des choses dispersées dans des formes spécifiques d’espace-temps » (Van der Duim, 2007). De la même manière, Arnaboldi & Spiller (2011) proposent une étude remarquable basée sur l’ANT. Ils utilisent ce cadre dans une approche de recherche-action pour analyser un district culturel du Nord de l’Italie. Ainsi que le montrent les auteurs, l’ANT aide à identifier « des dynamiques de micro-niveau largement ignorées qui régulent les réseaux et les collaborations dans le contexte de la programmation touristique et culturelle ».

32Sans aucun doute, l’analyse des itinéraires culturels en tant qu’acteur-réseaux doit faciliter l’observation du rôle de l’ensemble des acteurs (en particulier celui des communautés locales) – ceux liés au tourisme culturel, mais aussi à d’autres types de phénomènes sociaux, politiques, économiques ou religieux. Grâce à l’approche de l’acteur-réseau, les itinéraires culturels peuvent être interprétés comme des espaces sociaux qui ne sont pas prédéterminés, mais qui sont le résultat d’associations continues entre acteurs. En suivant des acteurs humains et non humains, les phénomènes sociaux peuvent alors être compris et administrés. Ainsi que le suggère Van der Duim (2007) pour les « tourismscapes », d’un point de vue empirique, les itinéraires culturels « devraient être examinés de façon topologique » : les relations dynamiques continues doivent être suivies et privilégiées par rapport aux relations spatiales. En ayant cela à l’esprit, l’interprétation des itinéraires culturels comme acteurs-réseaux a deux conséquences principales. D’une part, leur complexité sociale peut être comprise plus facilement : les itinéraires culturels ne sont pas une séquence prédéterminée d’étapes géographiques, mais des interconnections mouvantes d’acteurs humains et non humains. D’autre part, puisque tous les acteurs ont la même importance, les actions ne doivent pas s’adresser exclusivement aux touristes, mais aux personnes en général, en rejetant la distinction entre insiders et outsiders.

33Cet article vise à contribuer à la compréhension des itinéraires culturels. Ce nouveau type de patrimoine culturel attire une attention substantielle depuis peu, mais les études se sont principalement penchées sur son succès en tant que destination touristique. Défini internationalement comme un objet social complexe et aux multiples facettes, il est actuellement et presque exclusivement traité comme un produit touristique. De plus, même si les chercheurs et les gestionnaires insistent sur l’implication des habitants, les initiatives liées aux itinéraires culturels s’intéressent aux touristes de façon prédominante. D’après les définitions existantes (de l’Icomos, de l’Unesco et du Conseil de l’Europe), un itinéraire culturel est plus que cela, car il remplit principalement une fonction sociale et politique en facilitant le dialogue interculturel et la compréhension mutuelle entre les pays grâce aux mouvements de populations qu’il génère. Je proposerai ici qu’une approche plus interdisciplinaire et multi-acteurs devrait être développée afin d’étudier et d’administrer les itinéraires culturels.

34Une approche unique dédiée aux itinéraires devrait être construite en combinant les réflexions déjà développées par des chercheurs et des gestionnaires dans des contextes jusqu’à maintenant séparés. Il est désormais nécessaire de réfléchir au sens des itinéraires culturels au-delà des définitions contenues dans les conventions et les chartes. D’une part, nous devrions nous intéresser aux progrès réalisés dans d’autres domaines liés au patrimoine culturel et bénéficier de l’expérience découlant d’autres concepts. D’autre part, les itinéraires culturels ne devraient pas être abordés comme des objets abstraits mais comme des phénomènes sociaux ; leur étude et leur gestion devraient donc se fonder sur la réalité sociale spécifique à chaque itinéraire culturel avec toutes ses micro-dynamiques.

35Ayant cela à l’esprit, cet article propose d’examiner les itinéraires culturels en utilisant deux concepts : les paysages culturels et l’acteur-réseau. La première notion, celle du paysage culturel, a déjà été abordée dans des études antérieures. Cependant, nous considérons que la relation entre le paysage culturel et l’itinéraire culturel a généralement été incomprise, et que la reconsidérer peut avoir des effets positifs sur l’administration de ce nouvel objet. En effet, aborder les itinéraires culturels comme des paysages culturels nous permet : (i) de souligner le rôle central du patrimoine matériel et immatériel dans la définition de la valeur des itinéraires culturels ; (ii) de redécouvrir le rôle important des personnes dans la planification d’un itinéraire culturel.

36En ce qui concerne l’implication des personnes, nous avons observé que les solutions de gestion des itinéraires culturels sont plutôt faibles sur ce point car elles s’appuient sur la distinction entre acteurs internes et externes, et elles s’adressent principalement à une catégorie d’acteur social : les touristes. Face à cela, nous avons démontré l’intérêt d’adopter une approche d’acteur-réseau. Grâce à elle, les itinéraires culturels peuvent être interprétés comme des systèmes dynamiques de relations au sein desquels tous les acteurs (habitants et touristes, mais aussi acteurs humains et non humains) ont la même importance. En nous référant à l’expérience d’Arnaboldi & Spiller (2011), nous affirmons que l’ANT pourrait être une approche profitable pour l’administration des itinéraires culturels.

37Pour conclure, nous souhaiterions mettre l’accent sur les limites de cette étude en tant qu’elles montrent l’insuffisance des recherches actuellement menées sur les itinéraires culturels, et proposer un point de vue multi-acteurs pour des recherches à venir. Il faut reconnaître que les itinéraires culturels sont une découverte plutôt récente et qu’il y a encore beaucoup à entreprendre dans ce domaine. En particulier, de nouvelles études sont nécessaires pour montrer l’intérêt empirique de cette approche multi-acteurs.

Haut de page

Bibliographie

Arnaboldi (Michela) & Spiller (Nicola). 2011. « Actor-network theory and stakeholder collaboration: the case of cultural districts ». Tourism Management, 32(3), p. 641-654.

Berti (Eleonora). 2015. « The cultural context: fundamental resolutions and conventions at the european and international level », p. 23-34 in Cultural Routes Management: From Theory to Practice / Council of Europe. Strasbourg : Council of Europe Publishing.

Conseil de l’Europe. 2013. Résolution CM/Res(2013)66 confirmant l’établissement de l’Accord partiel élargi sur les itinéraires culturels (APE). En ligne : https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes/about-the-epa [consulté le 17 octobre 2019].

Council of Europe [Conseil de l’Europe]. 2011. Impact of European Cultural Routes on SMEs’ Innovation and Competitiveness. Strasbourg : Council of Europe Publishing. En ligne : https://rm.coe.int/1680706995 [consulté le 17 octobre 2019].

Icomos. 2008. Charte des itinéraires culturels [Charter of Cultural Routes]. En ligne : https://www.icomos.org › ressources › chartes-et-normes [consulté le 17 octobre 2019].

Latour (Bruno). 1987. Science in Action: How to Follow Scientists and Engineers through Society. Cambridge (MA) : Harvard University Press.

Latour (Bruno). 2005. Reassembling the Social: An Introduction to Actor-Network Theory. Oxford : Oxford University Press.

Law (John). 1992. « Notes on the theory of the actor-network: ordering, strategy, and heterogeneity ». Systemic Practice and Action Research, 5(4), p. 379-393.

Majdoub (Wided). 2010. « Analyzing cultural routes from a multidimensional perspective ». Almatourism - Journal of Tourism, Culture and Territorial Development, 1(2), p. 29-37.

Martorell Carreño (Alberto). 2003. « Cultural routes: tangible and intangible dimensions of cultural heritage » in 14th ICOMOS General Assembly and International Symposium: « Place, memory, meaning: preserving intangible values in monuments and sites », 27-31 octobre 2003, Victoria Falls, Zimbabwe. En ligne : http://openarchive.icomos.org/473/1/A1-5_-_Martorell.pdf [consulté le 17 octobre 2019].

Unesco. 1972. Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. En ligne : https://whc.unesco.org/fr/conventiontexte/ [consulté le 17 octobre 2019].

Unesco. 2015. Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial. En ligne : https://whc.unesco.org/fr/orientations/ [consulté le 17 octobre 2019].

Timothy (Dallen J.) & Boyd (Stephen W.). 2015. Tourism and Trails: Cultural, Ecological and Management Issues. Bristol : Channel View Publications (Aspects of  Tourism, 64).

Van der Duim (Ren C.). 2007. « Tourismscapes: an actor-network perspective ». Annals of Tourism Research, 34(4), p. 961-976.

Van der Duim (Ren C.) & Jóhannesson (Gunnar Thór). 2012. Actor-Network Theory and Tourism: Ordering, Materiality and Multiplicity. Londres : Routledge.

Haut de page

Notes

1 L’article est principalement fondé sur l’expérience des Itinéraires culturels européens.

2 International Council on Monuments and Sites, Conseil international des monuments et des sites.

3 Voir, par exemple, l’action du comité australien Icomos sur les paysages culturels et les itinéraires culturels, disponible (en anglais) en ligne : http://australia.icomos.org/get-involved/national-scientific-committees/nsc-cultural-landscapes-routes/ (consulté le 17 octobre 2019).

4 Cette liste est disponible sur le site Internet officiel du programme : http://culture-routes.net/.

5 Le texte est le résultat de la rencontre d’experts sur le thème « Les routes en tant que parties intégrantes de notre patrimoine culturel » (Madrid, 24-25 novembre 1994, document n° WHC-94/ CONF.003/INF.13), mis en discussion par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 19e session (Berlin, 1995, document n° WHC-95/CONF.203/16) (en ligne, respectivement : http://whc.unesco.org/fr/documents/2809 et https://whc.unesco.org/fr/documents/2375 [consultés le 17 octobre 2019]).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le château de l’Aigle sur la Via Francigena.
Crédits © Archives AEVF.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/3017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Severo, « Une approche multi-acteurs pour étudier les Itinéraires culturels européens »Culture & Musées, 33 | 2019, 111-132.

Référence électronique

Marta Severo, « Une approche multi-acteurs pour étudier les Itinéraires culturels européens »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3017

Haut de page

Auteur

Marta Severo

Université Paris Nanterre
Marta Severo est professeure des universités à l’Université Paris Nanterre et membre junior de l’Institut universitaire de France (2018-2023). Elle est membre de l’EA Dicen-idf, dont elle est directrice adjointe. Ses activités de recherche concernent principalement deux aires thématiques : la construction collaborative des patrimoines et des mémoires sur le web et la représentation numérique des phénomènes sociaux. Marta Severo a obtenu plusieurs financements pour avancer sur ces sujets, du ministère de la Culture, du CNRS, du Labex « Les passés dans le présent », de la COMUE Université Paris Lumières et de l’ANR (ANR COLLABORA, 2019-2023). Elle a récemment édité les ouvrages Traces numériques et territoires (Presses des Mines, 2015) et Patrimoine culturel immatériel et numérique (L’Harmattan, 2017). Elle est membre du conseil scientifique d’OpenEdition.
Courriel : msevero[at]parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search