Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Travaux & notes de rechercheCompte rendu de thèseIntellectuels, institutions et ex...

Travaux & notes de recherche
Compte rendu de thèse

Intellectuels, institutions et expositions : la constitution des musées et des disciplines démo-ethno-anthropologiques en Italie à partir de 1850. Une histoire croisée

Marta Caradonna
p. 181-185
Référence(s) :

Thèse de doctorat en sciences sociales, spécialité anthropologie sociale et historique, en co-tutelle EHESS Marseille et Université Sapienza de Rome, soutenue le 18 décembre 2018.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette thèse retrace les différentes phases de l’instauration des disciplines anthropologiques en Italie à partir de la deuxième moitié du XIXsiècle, en les situant dans le contexte social et politique du pays, et en tenant compte des relations entre les nouvelles sciences humaines et les classes dirigeantes, les unes et les autres engagées dans un travail de fondation et de construction d’elles-mêmes. En effet, l’anthropologie naissante accompagne la construction de la nation italienne et s’y entrecroise en jouant un rôle actif vis-à-vis des problèmes sociaux et politiques liés à la vie du jeune État italien né en 1861, auquel elle adresse souvent ses analyses et initiatives. La thèse explicite d’une part les étapes les plus significatives du développement du secteur anthropologique, passant en revue les expériences de certains de ses protagonistes et questionnant les relations qui ont uni ces hommes d’étude. D’autre part, elle explore l’histoire des institutions muséales qui se sont intéressées en Italie aux disciplines anthropologiques. Cette histoire nous permet de comprendre le processus de construction et de développement des connaissances sur l’homme et sur la société, le débat savant de disciplines émergentes comme l’anthropologie qui l’accompagne, les positions idéologiques qui circulent, l’ouverture de nouveaux horizons et de nouveaux secteurs de recherche.

2Les musées d’anthropologie en Italie se différencient des autres typologies de musées non seulement par la qualité et la rareté des objets qu’ils détiennent, mais aussi par les contributions passées et présentes effectuées par des acteurs individuels, qu’ils soient scientifiques, collectionneurs ou experts du secteur.

3Parcourir l’histoire des principaux musées du champ anthropologique permet, outre l’avènement de la muséographie ethnographique, d’analyser l’incidence des événements plus vastes et complexes de l’Italie du moment, tels que l’irruption de l’évolutionnisme et du positivisme dans l’anthropologie italienne, la transition du musée-laboratoire vers le musée « démocratique » ouvert au public, l’émergence de la muséologie italienne dès les années 1860, les débats sur la nature des objets ethnographiques, l’unification italienne de 1861, la brève expérience coloniale italienne, l’Esposizione Internazionale de Rome de 1911 qui comprenait la Mostra di Etnografia Italiana et la Mostra Regionale, le Primo Congresso di Etnografia Italiana de 1911, et les relations entre l’anthropologie italienne et le fascisme.

  • 1 Les textes étudiés se répartissent principalement en quatre grands ensembles : le premier renvoie a (...)

4Du point de vue méthodologique, je me suis appuyée sur l’analyse des archives et de la littérature disponible1. Outre la bibliographie générale et spécialisée, la consultation de sources d’archives permet d’apporter une contribution originale au thème étudié. J’ai notamment identifié ces trois points nodaux : la naissance des disciplines « socio-ethno-anthropologiques », les musées liés à ces disciplines et leurs protagonistes. Ensuite, j’ai articulé cette reconstruction à une enquête qui interroge les synergies et les modalités de fécondation réciproque entre musées et disciplines socio-anthropologiques.

5Du point de vue empirique, les musées analysés sont : le Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia conçu et fondé à Florence en 1869 par Paolo Mantegazza, le Museo Nazionale Preistorico Etnografico souhaité par le paléo-ethnologue Luigi Pigorini et créé à Rome en 1876, et le Museo di Etnografia Italiana conçu par Lamberto Loria et Aldobrandino Mochi, et ouvert à Florence en 1906. Ce dernier musée devient, le 16 mars 1957, Museo Nazionale delle Arti e Tradizioni Popolari, qui ouvre à Rome, car on considérait que le terme « ethnographie » ne correspondait plus aux critères scientifiques qui inspiraient l’organisation du musée, dans lequel on trouvait uniquement du matériel sur les produits traditionnels et artistiques du peuple italien.

6L’analyse menée a montré que l’histoire de ces musées est liée au climat scientifique de chaque époque et aux hommes qui ont contribué à les réaliser.

7Ainsi, Paolo Mantegazza (1831-1910) établit l’autonomie de l’anthropologie lors de ses leçons à l’Institut supérieur de Florence. Pour permettre le développement de cette nouvelle discipline à partir d’un débat scientifique entre les chercheurs de l’époque, Mantegazza fonde en 1871 la Società Italiana di Antropologia e Etnologia. Les statuts de la société dénotent le déplacement de l’objet d’étude d’un double point de vue spatial et temporel : l’attention passe de contextes exclusivement extra-européens à un champ strictement national, et ne s’attache plus aux seuls témoignages du passé mais prend en compte également des objets contemporains. Mantegazza dirigeait le Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia comme il l’aurait fait d’une collection privée : il refusait de transformer ce musée-laboratoire en une structure destinée au grand public, et prenait personnellement en charge toutes les questions liées à la vie du musée, de sa gestion économique à l’installation muséographique.

8Luigi Pigorini (1842-1925) est probablement celui qui, plus que tous les autres intellectuels considérés ici, met le musée au centre de sa propre vie. Le Museo Nazionale Preistorico Etnografico, qu’il a fondé à Rome en 1876, se distingue par ses activités de recherche et de divulgation. Au sein même du musée, Pigorini dispense les cours de la première chaire universitaire de paléo-ethnologie en Italie et crée le Bullettino di Paletnologia Italiana, une des premières revues d’Europe dédiée à la préhistoire. Contrairement à Mantegazza, Pigorini est un ardent défenseur de la valeur non seulement scientifique, mais aussi sociale de son musée. L’aspect le plus fortement novateur introduit par Pigorini est l’ouverture au public non seulement du musée, mais aussi des initiatives de vulgarisation, comme des conférences. Sa contribution à l’histoire de la muséographie ethnographique se caractérise notamment par le caractère dynamique donné aux collections exposées et par un recours systématique aux cartels. Dans les vitrines, les cartes géographiques qui présentent les contextes d’origine sont accompagnées de dessins, de reconstitutions, de vues en coupe de fouilles qui rendent également compte d’usages et de contextes plus actuels, dans le but de mettre en valeur les progrès de la science.

9Les figures de Mantegazza, Pigorini et Loria (1855-1913) ont en commun une personnalité forte et parfois despotique, qui a eu néanmoins le mérite de leur permettre de mener à bien leurs projets scientifiques et muséaux, et de laisser une empreinte durable dans le paysage culturel italien. Lamberto Loria, indépendamment de ses titres professionnels et du nombre de ses publications, jouit d’une forte réputation au sein de la communauté scientifique et institutionnelle en raison de sa passion sincère pour l’anthropologie et pour les collectes muséales. Son implication se manifeste dans ses réflexions méthodologiques, notamment dans l’élaboration de nouvelles règles pour la muséographie et l’organisation de la collecte des matériaux ethnographiques. En revanche, il ne s’intéresse guère à l’élaboration de théories ou de modèles, et ne dispense pas de cours universitaires. Il fonde en 1912 la revue Bullettino della Società di Etnografia Italiana. En analysant les vicissitudes rencontrées pour constituer les collections destinées à la Mostra di Etnografia et qui auraient dû ensuite être rassemblées dans un Museo Nazionale di Etnografia, la thèse met en lumière les éléments qui permettent de considérer Loria comme un précurseur de la pratique muséographique. La ténacité avec laquelle Loria s’attache à ce projet, qui ne fut jamais réalisé, révèle précisément un aspect important de sa contribution à l’histoire des musées. Il fut l’un des rares ethno-anthropologues italiens à mener des recherches à l’étranger dans cette période, et à peu près le seul à ne presque rien publier sur ces expériences de terrain. C’est cette double nature, d’une part d’intellectuel et de muséologue d’avant-garde impliqué sur le territoire national, de l’autre d’anthropologue de pays extra-européens, qui fait de Loria un scientifique audacieux au service de la science anthropologique en un moment de son histoire encore incertain, marqué par une faible reconnaissance institutionnelle.

10La figure de Mochi (1875-1931) est tout aussi fondamentale pour l’histoire des musées ethnographiques, au point qu’elle est considérée comme l’âme théorique et organisationnelle de la création du Museo di Etnografia Italiana de Florence. Sa contribution au développement des disciplines ethnographiques est cruciale : avec Mochi, l’ethnographie se voit attribuer un rôle social et, par conséquent, se transforme en outil politique. En outre, c’est Mochi, et non pas Loria, qui préfigura le rôle que pourrait jouer un musée consacré à l’ethnographie italienne. On lui doit aussi d’avoir lancé le débat sur la distinction terminologique entre les diverses disciplines et sur l’objet ethnographique.

11L’analyse développée dans ce travail a permis de confirmer l’hypothèse initiale d’une interconnexion entre disciplines, protagonistes et musées du secteur anthropologique. Je m’étais également proposé d’identifier les moments historiques et les causes ayant conduit ces trois pôles à s’éloigner les uns des autres jusqu’à rejoindre des moments de conflit ouvert. Un de ces moments est la fin du Primo Congresso di Etnografia qui marque le début de l’éloignement progressif des trois dimensions analysées. Le premier congrès, voulu par Loria expressément pour promouvoir le projet du Museo Nazionale di Etnografia Italiana ainsi que les études sur l’ethnographie nationale, se déroula du 19 au 24 octobre 1911 à Rome.

12Avec le congrès de 1911, le paradigme global et inclusif auquel avaient pensé les fondateurs de l’anthropologie italienne (dont surtout Mantegazza) ne semble plus proposable. Dans le cadre de cette thèse le Primo Congresso di Etnografia assume le rôle de ligne de démarcation car il contribue à définir des domaines disciplinaires qui, en termes et en contenus, demeureront les mêmes en Italie jusqu’aux années 1960. Lors du congrès, outre le thème général sur le développement des études ethnographiques, celui sur le nouveau Museo Nazionale di Etnografia Italiana est abordé et, plus en général, sur l’idée du musée et sa fonction. Les protagonistes que l’on a rencontrés jusque-là en sont tous, d’une certaine manière, à un tournant de leur carrière, que ce soit en positif ou en négatif. Loria mourra un an et demi après la fin du congrès, tout en ayant le temps d’apercevoir les difficultés qui empêchaient la création du Museo Nazionale di Etnografia Italiana. Mochi abandonnera le milieu muséal pour revenir à temps plein à la paléo-ethnologie. Baldasseroni, bien que pionnier de l’approche muséographique approuvé par le congrès – par catégories d’objets – et grand contributeur, avec Mochi, à la campagne de collecte ethnographique, reviendra à ses études historiques. En conclusion, les musées italiens d’anthropologie des premières décennies du XXe siècle perdent une connexion directe avec un « paradigme » aussi bien qu’avec un seul « protagoniste »de référence.

Haut de page

Bibliographie

Baldasseroni (Francesco). 1910. « Il Museo di Etnografia Italiana e l’Esposizione del 1911 in Roma ». Archivio per l’Antropologia e l’Etnografia (AAE), 40(3-4).

Baldasseroni (Francesco). 1911. Catalogo della Mostra di Etnografia Italiana in Piazza d’Armi. Bergame : Istituto Italiano di Arti Grafiche.

Clemente (Pietro). 2014. « Lamberto Loria e la ragnatela dei suoi significati ». Lares, 80(1), p. 21-32. En ligne : https://www.jstor.org/stable/26233604 [consulté le 20 octobre 2019].

De Simonis (Paolo). 2014. « Un progetto campato in aria: cornici fiorentine attorno al primo museo di etnografia italiana ». Lares, 80(1), p. 127-188. En ligne : https://www.jstor.org/stable/26233609 [consulté le 20 octobre 2019].

Dimpflmeier (Fabiana). 2014. « Dal campo al museo. Per una storia delle collezioni antropologiche, etnografiche e fotografiche della Nuova Guinea Britannica di Lamberto Loria ». Lares, 80(1), p. 87-102. En ligne : https://www.jstor.org/stable/26233607 [consulté le 20 octobre 2019].

Loria (Lamberto). 2014. « La Nuova Guinea Britannica conferenza » [1898]. Lares, 80(1), p. 225-240. En ligne : https://www.jstor.org/stable/26233612 [consulté le 20 octobre 2019].

Loria (Lamberto) & Mochi (Aldobrandino). 1906. Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla Raccolta di Materiali per la Etnografia Italiana. Milan : Tip. Maruccelli.

Loria (Lamberto) & Mochi (Aldobrandino). 1908. Sulla Raccolta di Materiali per la Esposizione di Etnografia Italiana in Roma nel 1911. Rome : Comitato esecutivo per le feste del 1911.

Lattanzi (Vito). 2004. « Quale missione per i musei “senza territorio”? Il caso Pigorini ». Antropologia Museale, 9, p. 32-35.

Mantegazza (Paolo). 1901. « Trent’anni di storia della SIAE ». Archivio per l’Antropologia e l’Etnologia (AAE), 31, p. 1-7.

Mochi (Aldobrandino). 1902. « Per l’etnografia italiana ». Archivio per l’Antropologia e l’Etnologia (AAE), 32, p. 642-646.

Mochi (Aldobrandino). 1912. « Il primo Congresso di Etnografia Italiana ». Lares, 1(1), p. 25-38. En ligne : https://www.jstor.org/stable/26239059 [consulté le 20 octobre 2019].

Mochi (Aldobrandino). 1913. « Necrologio di Lamberto Loria ». Archivio per l’Antropologia e la Etnologia (AAE), 42, p. 352-356.

Nobili (Carlo). 1990. « Per una storia degli studi di antropologia museale. Il Museo “Luigi Pigorini” di Roma ». Lares, 56(3), p. 321-382. Florence : Leo S. Olschki.

Pigorini (Luigi). 1881. Il Museo Nazionale Preistorico ed Etnografico. Prima Relazione a S. E. il Ministro della Pubblica Istruzione. Rome : Tipografia Eredi Botta.

Puccini (Sandra). 2005. L’Itala Gente dalle Molte Vite. Lamberto Loria e la Mostra di Etnografia Italiana del 1911. Rome : Meltemi.

Haut de page

Notes

1 Les textes étudiés se répartissent principalement en quatre grands ensembles : le premier renvoie aux travaux des protagonistes directs de la période concernée, et notamment à Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Paolo Mantegazza, Francesco Baldasseroni et Raffaele Pettazzoni. Le second ensemble regroupe les textes parus dans les revues scientifiques de l’époque comme par exemple l’Archivio di Antropologia e Etnologia (Archives d’Anthropologie et d’Ethnologie) (AAE), revue fondée en 1871 en tant qu’organe officiel de la Società Italiana di Antropologia e Etnologia (Société Italienne d’Anthropologie d’Ethnologie) (SIAE). Le Lares, périodique de recherches “démo-ethno-anthrologiques” fondé en 1912 par Lamberto Loria et revue officielle de la Società di Etnografia Italiana (Société d’Ethnographie Italienne) (SEI), est une autre revue de référence. Enfin, cet ensemble regroupe les Actes du Primo Congresso di Etnografia Italiana publiés en 1912 par la Società di Etnografia Italiana. Le troisième ensemble comprend les travaux des principaux intellectuels italiens du XXe siècle, parmi lesquels Ernesto De Martino, Benedetto Croce e Antonio Gramsci. Le quatrième ensemble comprend des textes des chercheurs italiens contemporains proches du secteur anthropologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Caradonna, « Intellectuels, institutions et expositions : la constitution des musées et des disciplines démo-ethno-anthropologiques en Italie à partir de 1850. Une histoire croisée »Culture & Musées, 33 | 2019, 181-185.

Référence électronique

Marta Caradonna, « Intellectuels, institutions et expositions : la constitution des musées et des disciplines démo-ethno-anthropologiques en Italie à partir de 1850. Une histoire croisée »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3277

Haut de page

Auteur

Marta Caradonna

Courriel : marta.caradonna[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search