Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Travaux & notes de rechercheCompte rendu de mémoireLa muséification de la mémoire du...

Travaux & notes de recherche
Compte rendu de mémoire

La muséification de la mémoire du communisme albanais : une perspective locale

Marie Le Devehat
p. 186-189
Référence(s) :

Mémoire de M.A. Cultural Heritage Studies, University College London, Royaume-Uni, soutenu le 21 septembre 2018

Texte intégral

1La muséification du communisme est un phénomène qui s’est largement développé en Europe de l’Est et centrale depuis le début des années 2000. Dans un contexte d’élargissement de l’Union européenne, la mise en place de telles institutions dans les anciens pays du bloc communiste peut être motivée à plusieurs niveaux. Du point de vue de la communauté internationale, la présence de musées du communisme dans de grandes villes européennes peut envoyer un message fort aux visiteurs étrangers. Notamment lorsqu’un parcours muséal présente le communisme dans ses aspects les plus sombres, il promeut la négation de cette partie de l’histoire et, par conséquent, détache le passé totalitaire du régime démocratique nouvellement installé – ou une forme de never again à visée d’intégration européenne (Losonczy, 2006 : 100). Au niveau de la politique interne, la muséification s’inscrit aussi dans la redéfinition des identités des pays anciennement dirigés par un régime répressif. Dans l’histoire nationale, le passé communiste peut alors être associé à la notion de « patrimoine négatif », décrit par Lynn Meskell (2002 : 558) comme un dépositaire de la mémoire négative dans l’imaginaire collectif.

2Au même titre que les pays anciennement membres du bloc soviétique, l’Albanie a récemment rendu possible l’ouverture de musées ayant une relation directe avec le passé communiste, notamment à Tirana où trois institutions ont vu le jour entre 2014 et 2017. En dehors de la capitale, de nombreuses villes portant les traces de la dictature s’interrogent également sur la possibilité d’ouvrir des institutions analogues à des fins commémoratives et économiques. Afin de comprendre comment la mémoire du communisme évolue en dehors du discours national et des représentations officielles, cette recherche analyse la perception locale de la mémoire du communisme à Gjirokastra – centre-ville historique déclaré patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2005 et ville natale du dictateur albanais Enver Hoxha – ainsi que sa potentielle muséification.

La récente muséification du communisme en Albanie

3Tandis que la plupart des « musées du communisme » en Europe ont développé une certaine mise en scène de la terreur – comme l’indique, par exemple, sans ambiguïté, le nom choisi pour la Maison de la terreur à Budapest, en Hongrie –, d’autres ont voulu présenter une version plus nuancée du passé. À Tirana, les musées Bunk’Art 1 et 2, installés dans d’anciens bunkers construits par le précédent régime, se sont développés autour d’une politique d’exposition profitant de cette structure composée d’une multitude de petits espaces pour présenter le régime communiste albanais de manière thématique, usant de faits historiques, de statistiques, d’installations artistiques et d’aspects commémoratifs, ainsi que de procédés de reconstitution et théâtralisation souvent destinés à provoquer une forte émotion chez le visiteur. Malgré leurs efforts, ces institutions suscitent pourtant d’importantes controverses, tant au sein de la population albanaise qu’auprès des chercheurs, et sont notamment critiquées du fait qu’elles s’inscrivent dans cette même rhétorique de terreur, comme si cette dernière représentait le seul « discours autorisé » pouvant être apposé au passé socialiste (« authorized heritage discourse » au sens de Smith, 2006 ; Iacono 2018 : 6).

4Alors pourquoi ce champ lexical de la terreur se répète-t-il dans de nombreuses institutions européennes ? Peut-être que la première question qu’il faut se poser dans le cas de l’Albanie est de savoir si ce que l’on appelle « la mémoire » du communisme appartient bel et bien au passé, ou si elle se situe avant tout dans le présent. Il ressort des entretiens réalisés dans le cadre de cette étude que les répercussions du régime communiste sont en effet omniprésentes aujourd’hui encore, malgré la mise en place d’un régime démocratique. D’abord, puisque la chute du régime en 1991 reste relativement récente, de nombreux représentants politiques actuels ont eux-mêmes, ou par l’intermédiaire de leurs proches, une forme de responsabilité dans les atrocités commises par l’ancien régime. Pour ne citer qu’un exemple, le père de l’actuel Premier ministre a siégé dans la commission ayant commandité l’exécution du poète résistant Havzi Nela, dont la mort prématurée est aujourd’hui commémorée dans le dôme du musée Bunk’Art 2, inauguré par le Premier ministre lui-même. De la même manière, la question de l’impunité face aux crimes commis à l’époque communiste est un sujet encore très sensible en Albanie, puisque la plupart des dirigeants du régime n’ont jamais été jugés pour les actes qu’ils ont perpétrés, et que nombre d’entre eux continuent d’occuper des positions importantes dans le pays. C’est pourquoi ce phénomène de muséification du « passé » communiste reste avant tout un outil politique, qui n’a d’ailleurs été rendu possible que depuis le retour au pouvoir du Parti socialiste albanais en 2013. En effet, jusqu’à cette date, le Parti démocrate albanais – qui a remporté les premières élections libres de 1991, puis a gouverné le pays de nouveau entre 2005 et 2013 – avait toujours brandi l’étendard d’un anti-communisme strict, et il démontrait une certaine réticence à évoquer le communisme dans les institutions culturelles. En choisissant la stratégie du « faire silence » – ou de l’oblitération – le parti pouvait mettre de côté un aspect majeur de l’histoire récente du pays, et ainsi éviter d’avoir à y faire face. En choisissant à l’inverse d’exposer le communisme, l’opposition socialiste, elle, semble avoir souhaité opérer une rupture claire entre le parti actuel et l’ancien Parti du travail albanais (i. e. le parti communiste), en dénonçant les crimes commis au moyen de ces institutions. Ainsi, d’un parti à l’autre, la stratégie change.On peut avancer que la muséification est un instrument politique, utilisé par le parti politique majoritaire.

La perception locale de la mémoire du communisme à Gjirokastra

5La ville de Gjirokastra est un centre culturel d’envergure, situé dans le sud du pays, à trente kilomètres de la frontière grecque. Depuis 2005, elle est reconnue comme patrimoine mondial par l’Unesco en tant que centre historique typique de la période ottomane. Pour les Albanais, elle représente aussi la ville de naissance du dictateur qui a dirigé le pays pendant plus de quarante ans : c’était la deuxième ville du pays, après Tirana, à avoir été équipée de tunnels de défense pendant la dictature. Depuis plusieurs années, nombreux ont été ceux qui ont pensé réhabiliter ces galeries en musée du communisme, sans pour autant être certains de ce qui devrait y être exposé.

6Quand on interroge des habitants de différentes générations sur la mémoire du communisme à Gjirokastra, il est intéressant d’observer à quel point les réponses tant inter- qu’intra-générationnelles restent variées. De fait, tous les participants interviewés dans le cadre de cette étude encouragent la muséification du communisme. Néanmoins, tandis que parmi les générations qui ont vécu sous le régime, la distinction se fait généralement de manière claire entre les fervents opposants au régime et les « nostalgiques » de l’époque communiste, les jeunes générations, elles, portent souvent un regard plus nuancé sur le passé qui comportait, selon elles, des aspects à la fois positifs et négatifs. Sans pour autant sacraliser cette période récente de l’histoire, les jeunes Gjirokastrites attendent des institutions culturelles qu’elles puissent leur apporter une certaine « vérité » sur cette époque qui est presque absente de leurs manuels scolaires, et qui circule dans le cercle familial de manière souvent trop partiale. Pour la plupart, ils souhaitent que le communisme ne se répète pas, et s’accordent ainsi à croire qu’un musée du communisme devrait évidemment dénoncer les crimes commis par le régime, bien qu’ils pensent qu’il devrait aussi mettre en avant la vie quotidienne du peuple albanais sous le régime communiste, dans son extrême pauvreté ainsi que dans l’entraide apparente qui demeurait parmi la population locale.

7Présentement, le lien particulier que la ville a entretenu avec le dictateur pendant toute la durée du régime n’est pas, ou peu, mis en exergue dans les institutions patrimoniales. La maison de naissance du dictateur, l’actuel Musée ethnographique, ne mentionne que brièvement Enver Hoxha. De la même manière, le Tunnel de la guerre froide, aujourd’hui restauré, peut être visité dans des conditions encore très sommaires, sans une réelle volonté de médiation. Finalement, seul le musée de l’histoire de Gjirokastra situé dans la citadelle comporte une section sur le communisme, bien qu’il convienne ici de noter que ce musée est avant tout destiné aux touristes, et que rares sont les habitants qui y sont déjà allés ou pensent s’y rendre un jour.

8Chaque année, pourtant, il est apparent que le tourisme ne cesse d’augmenter à Gjirokastra, et les habitants interrogés souhaiteraient qu’un musée puisse être porteur de messages « de vérité » pour les nouvelles générations et pour les visiteurs étrangers. Une telle institution pourrait ainsi permettre de présenter une image plus nuancée de l’Albanie, en expliquant les liens existants entre le passé et le présent, à savoir : entre communisme et démocratie, totalitarisme et corruption, isolationnisme et internationalisme. Pour y parvenir, les professionnels locaux du patrimoine interrogés pensent que la muséification doit se faire par la population, et non par le pouvoir politique. En ce sens, le rôle des intermédiaires neutres, tels que les ONG locales qui veillent à n’être rattachées à aucun parti politique, est essentiel dans la création de rencontres entre les communautés locales. En d’autres termes, l’initiative d’un tel projet devrait venir d’en bas et non d’en haut. Cela permettrait aux habitants de s’approprier la mémoire individuelle et collective du communisme dans une optique de (re)construction d’une identité locale et nationale. Il s’agit de promouvoir un tourisme international qui s’intéresserait à la mémoire des habitants du pays.

Haut de page

Bibliographie

Iacono (Francesco). 2018. « Revolutions and counter-revolutions; or why it is difficult to have a heritage of communism and what can we do about it ». International Journal of Heritage Studies, 25(5), p. 507-521.

Losonczy (Anne-Marie). 2006. « La muséification du passé récent en Hongrie post-communiste : deux mises en spectacle de la mémoire ». Revue d’études comparatives Est-Ouest, 37(3), « Mémoire à l’Est », p. 97-112.

Meskell (Lynn). 2002. « Negative heritage and past mastering in archaeology ». Anthroopological Quaterly, 75(3), p. 557-574.

Smith (Laurajane). 2006. Uses of Heritage. Londres : Routledge, Taylor & Francis Group.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Le Devehat, « La muséification de la mémoire du communisme albanais : une perspective locale »Culture & Musées, 33 | 2019, 186-189.

Référence électronique

Marie Le Devehat, « La muséification de la mémoire du communisme albanais : une perspective locale »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3295 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3295

Haut de page

Auteur

Marie Le Devehat

Courriel : ledevehat_marie[at]hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search