Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Expériences et points de vuePalais royaux et résidences royal...

Expériences et points de vue

Palais royaux et résidences royales. Un espace pour l’histoire : des nations à l’Europe

Andrea Merlotti
Traduction de Nathalie Lunardelli
p. 190-194

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En Europe, on a très souvent l’habitude de considérer les palais royaux et les résidences d’anciennes dynasties – qui ont régné autrefois ou qui règnent encore – comme des musées, même s’il s’agit de musées d’un type un peu particulier. Je ne veux pas soulever ici l’épineuse question relative à la définition du concept de musée. Les discussions actuellement en cours pour la modification du texte voté par l’ICOM en 2007 montrent bien que le débat reste ouvert sur ce point-là. Toutefois, je suis convaincu que palais royaux et résidences, tout en ayant plusieurs caractéristiques communes avec les musées, en présentent d’autres aussi qui leur sont propres et particulières, au point d’avoir besoin de faire appel à une définition indépendante. Certains palais royaux peuvent aussi être considérés comme des musées, pour autant, ils conservent une nature différente. Et c’est dans cette différence que réside, en grande partie, leur identité.

2D’ailleurs, une définition indépendante aurait pour avantage de réunir d’un point de vue conceptuel (condition nécessaire à l’élaboration d’une stratégie commune de gestion) un ensemble de palais royaux et de résidences qui, sans cela, resteraient séparés. Les nombreux palais royaux européens qui, aujourd’hui encore, sont le siège de monarques régnants, même s’ils sont (partiellement) ouverts au public, ne peuvent entrer pleinement dans la définition de musée. Le palais de Buckingham ou le palais royal de Madrid ont bien plus en commun avec des palais royaux désormais sans rois, comme Versailles ou Holfburg, qu’avec des musées comme la National Gallery ou le Prado. De la même façon, les palais royaux – avec ou sans roi – ne peuvent pas si facilement être assimilés à la catégorie des maisons-musées, comme cela se produit pourtant souvent. Cela finirait en effet – de façon plus ou moins évidente et plus ou moins consciente – par entraîner la suppression du sens politique de ces palais, comme si leurs habitants étaient seulement de riches seigneurs, particulièrement fortunés et puissants.

3Dans l’un de mes récents volumes, j’ai proposé aux lecteurs italiens un voyage dans les palais royaux et les résidences italiennes, en offrant une description que je me permets de reprendre :

« Grandes archives d’images, les palais royaux étaient une représentation matérielle du code historiographico-politique élaboré par des historiens et des intellectuels de cour. Un code qui, dans les faits, était la réelle constitution des monarchies absolues. Les palais royaux doivent donc être vus comme des livres de pierre, qui racontaient une histoire qui était aussi la raison la plus intime et la plus profonde du pouvoir du souverain. »

4Une histoire qui était – et qui est – avant tout politique et qui ne peut s’expliquer si ce n’est en faisant appel au langage lui-même. À cet égard, je suis et je reste profondément convaincu que le principal média culturel des palais royaux et des résidences européennes est l’histoire politique et sociale, plus que l’histoire de l’art. En fait, seul un récit fondé sur l’histoire politique et sociale peut restituer pleinement au visiteur le sens des codes culturels exprimés dans les palais et dans les résidences.

5Il me semble évident que des musées tels que le Louvre, le Prado et le Kunsthistorisches sont avant tout des lieux d’art, tandis que Versailles, l’Escorial ou Schönbrunn sont, en revanche, des lieux d’histoire. Comme j’aime souvent à le répéter, le public actuel cherche la Joconde au Louvre et Louis XIV à Versailles. Même si, à ce sujet, les réflexions méthodologiques adéquates ont manqué, la pratique des palais royaux européens prouve qu’une telle distinction existe bel et bien. En effet, c’est l’organisation d’expositions à caractère historique qui est largement choisie. À ce sujet, je retiens donc utile d’analyser certains cas, en partant de celui de Versailles, certainement le palais royal le plus connu et le plus visité, avec ces quelques sept millions de visiteurs annuels.

6Sous les présidences du Domaine de Versailles de Jean-Jacques Aillagon (2007-2011), précédemment ministre de la Culture de 2002 à 2004, et de Catherine Pégard (de 2011 à aujourd’hui), le choix des expositions s’est centré sur des sujets d’histoire de la monarchie et de la cour française. En effet, depuis Fastes de cour et cérémonies royales. Le costume de cour en Europe (1650-1800) de 2009, tout au long de la décennie suivante, un parcours de grandes expositions a été mis en place : Louis XIV : l’homme et le roi (2009-2010) ; Sciences et curiosités à la cour de Versailles (2010-2011) ; Versailles et l’antique (2012-2013) ; André Le Nôtre en perspectives (2013-2014) ; Le Roi est mort (2015-2016) . Fêtes et divertissements à la cour (2016-2017) ; Pierre le Grand, un tsar en France. 1717 (2017) ; Visiteurs de Versailles. 1682-1789 (2017-2018) . Louis-Philippe et Versailles (2018-2019). À côté de ces expositions que nous pourrions qualifier de pilotes, la direction du Domaine a organisé, au fil des ans, des expositions dédiées à des acteurs « mineurs » de la vie de cour : depuis Les Dames de Trianon (2012) et Madame Élisabeth. Une princesse au destin tragique (2013), jusqu’au récent Le Goût de Marie Leszczynska (2019). D’autres importantes expositions d’art contemporain ont constitué un pendant, sans toutefois que soit remis en discussion le choix des thèmes historiques comme principale ligne culturelle des activités d’exposition du palais royal.

7On constate des expériences semblables dans presque tous les autres palais royaux européens : du château de Rosenborg, à Copenhague, riche en expositions historiques sur l’histoire du Danemark et de sa dynastie (je rappelle juste Pomp & Pragt. Kongemagt og enevalde [Pompe et Gloire. Les rois et l’absolutisme] de 2010-2011), au palais de Wilanów, à Varsovie, où les expositions sont naturellement dédiées à l’histoire polonaise (rappelons Jean III et ses compagnons d’armes de 2008). Dans plusieurs palais, les expositions historiques et les expositions d’art alternent de façon intelligente et vertueuse. Je pense, en particulier, au Palacio Real de Madrid dont je rappelle seulement les expositions historiques les plus récentes : Carlos III. Majestad y Ornato en los Escenarios del Rey Ilustrado (2016-2017), Carlos I Memento Regis. V Centenario de su llegada a España (2017-2018). Je pourrais continuer en citant de très nombreux autres exemples, mais je préfère en arriver à la situation italienne qui est très différente – et pas nécessairement en mieux – par rapport à la situation européenne.

8Avant tout, contrairement à ce qui se produit dans d’autres pays, l’administration est bien plus différenciée. Le palais royal de Venaria et la villa royale de Monza sont tous deux gérés par un « consortium de valorisation culturelle » autonome, qui fonctionne avec la participation d’organismes publics (ministère des Biens culturels, Régions, Communes, etc.) et privés (fondations bancaires). Les palais royaux de Turin, Gênes et Caserte, de même que les palais ducaux de Mantoue et d’Urbin, n’ont obtenu une autonomie relative qu’en 2015, à la suite de la réforme mise en œuvre par le ministre des Biens culturels de l’époque, Dario Franceschini. En revanche, le palais royal de Florence, le Palazzo Pitti, a été intégré dans le pôle muséal des Offices. Quant au Quirinal, il a une histoire propre, étant donné qu’il constitue le siège de la présidence de la République.

9Dans ce cadre divisé au point d’apparaître fragmenté, le souhait de projets visant à réunir, a minima, sous une seule et même gestion les complexes résidentiels de chaque dynastie – les résidences de la maison de Savoie, des Bourbons de Naples et des Médicis-Lorraine – n’a pas encore abouti à des résultats satisfaisants. En ce qui me concerne, je pense qu’il s’agit là de l’erreur la plus grave. En effet, les palais royaux ne sont pas nés individuellement mais en tant que partie d’un système. En décomposant ce système en unités administratives différentes, on pousse chaque palais royal à développer non seulement sa propre gestion, mais encore sa propre politique de communication, avec le risque de créer des formes stériles de compétition entre des structures originellement créées de façon unitaire.

10Le contexte italien représente donc un contexte complexe, dans lequel, en l’état actuel des choses, il apparaît extrêmement difficile, sinon impossible, d’élaborer une ligne cohérente entre culture et exposition. Derrière une telle situation se cache probablement la difficulté de considérer les palais royaux et les résidences comme une catégorie de biens culturels aux caractéristiques et aux histoires similaires. Cette impossibilité freine la mise en œuvre d’une politique de tutelle, de gestion et de valorisation qui serait plus que nécessaire. En fait, il manque des lignes de conduite unitaires qui puissent constituer des paramètres à l’intérieur desquels agir de manière cohérente et efficace.

11C’est précisément par rapport à la philosophie des expositions réalisées par les palais royaux que l’on peut le remarquer. Le cadre est varié et la profonde différence eu égard au cadre européen que j’ai essayé de tracer apparaît clairement.

12Certains palais royaux n’organisent pas d’expositions ou se limitent, tout au plus, à exposer des œuvres de leurs propres collections (souvent sur d’autres sites). D’autres palais royaux se concentrent sur des expositions le plus souvent relatives à l’histoire de l’art européen de l’époque moderne. D’autres encore se concentrent sur l’art contemporain (avec des résultats parfois discutables et, quoi qu’il en soit, toujours éphémères). On trouve ensuite des palais qui essaient d’attirer des touristes avec des expositions blockbuster, souvent avec des résultats controversés. Quant aux expositions historiques, elles sont très rares et presque totalement absentes (parmi ces rares exemples, je me rappelle l’exposition de 2018, Le Nouveau Roi. Charles-Albert et le palais royal de Gênes). Le palais royal de Venaria est la seule exception à ce tableau. L’étroit rapport avec l’Association des résidences royales européennes (ARRE) et les relations qui durent depuis désormais vingt ans avec certains des plus importants palais royaux d’Europe (de Versailles au château royal de Varsovie, du Palacio Real de Madrid à Chambord) ont contribué à faire de Venaria le plus européen des palais royaux italiens, eu égard à sa politique d’exposition, mais pas uniquement.

13L’histoire a toujours été l’un des sujets phares des expositions : de l’exposition inaugurale Le Palais royal de Venaria et la maison de Savoie, en 2007-2008, sur la dynastie de la famille de Savoie à l’époque moderne, jusqu’à Des palais royaux d’Italie. Trésors et symboles de la royauté de la maison de Savoie, en 2017, qui a tout d’abord analysé le système symbolique et résidentiel de la monarchie italienne entre le XIXe et le XXe siècle. En fait, les expositions historiques de Venaria ne se sont jamais uniquement intéressées à la seule histoire des États de la maison de Savoie, mais à celle de l’Italie dans son ensemble. Ce n’est pas par hasard si en 2011 Venaria a été choisie comme l’un des lieux de célébration des 150 ans de l’unité italienne. Toutefois, Venaria constitue une exception dans le panorama italien. Pourquoi ? Je pense que la raison principale réside dans la difficulté que les Italiens ont avec leur rapport à leur propre histoire. En effet, si Venaria a su s’imposer comme « palais royal d’Italie » (pour reprendre l’expression employée en 2011), d’autres palais royaux sont devenus des lieux de mémoire (inventée) pour des mouvements politiques qui ont essayé de reprendre et de développer des identités différentes de l’identité nationale. Comment ne pas penser à Umberto Bossi, secrétaire général de la Ligue du Nord, mouvement politique sécessionniste qui, en juillet de cette même année 2011, célébrait l’unité italienne en inaugurant les annexes de quatre ministères de la République, les présentant comme « l’avant-poste du gouvernement du Nord » ? Ou encore, au vacarme néo-bourbonien qui s’est créé autour du palais royal de Caserte, témoignage d’une richesse du Sud, que le Nord aurait opprimé et dilapidé ?

14Séparer les palais royaux et le pouvoir est impossible. Même dans les pays communistes d’Europe de l’Est, les secrétaires des partis satellites du PCUS habitaient un palais royal tandis qu’ils en détruisaient un autre. Parce que, au fond, comme l’écrivait en 1921 Ugo Ojetti, un historien de l’art intelligent et politiquement averti : « Seul le roi est dans le palais royal : et même Lénine s’est empressé de s’installer au Kremlin. »

15Il me semble donc que la situation italienne affiche clairement une double nécessité. D’une part, la nécessité de reconnaître les palais royaux et les résidences comme une part spécifique du patrimoine culturel européen, au point d’offrir aux politiques de tutelle une plus grande force et une meilleure connaissance. De l’autre, la nécessité de saisir les opportunités liées à leur valorisation pour en faire le récit d’une civilisation européenne commune. Il s’agirait essentiellement de lier le récit des palais royaux et des résidences à l’historiographie sur les cours qui, ces dernières années, a été l’une des expressions les plus prospères de la recherche historique en Europe. Il suffit de penser à l’importance des travaux de centres d’études tels que l’Iulce (Institut universitaire la Cour en Europe) de Madrid, la Society for Court Studies de Londres, ou encore le Centro studi Europa delle Corti en Italie. Mais aussi de centres internes aux palais royaux eux-mêmes, comme le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV) et, si parva licet, le petit centre que j’ai l’honneur de diriger au sein du Consortium des résidences royales de la maison de Savoie.

16Il y a plus de vingt ans de cela, en 1997, Hubert Astier, président du Domaine de Versailles de 1995 à 2003, proposa de faire du palais royal de Venaria le siège d’un « musée de la civilisation des cours européennes ». Le projet resta sans suite. À mon avis, il mériterait bien d’être repris, pas tant à Venaria qui, aujourd’hui, suit une autre voie, mais dans d’autres résidences d’importance, italiennes ou européennes.

17C’est précisément dans ce patrimoine constitué de palais royaux et de résidences que la construction de l’Europe à venir peut trouver l’un des espaces où réfléchir sur le passé et sur le pouvoir qui, pendant près de mille ans, en fut le squelette. En définitive, un espace pour comprendre cette histoire qui, comme l’écrivait Hugo, est la clé permettant d’ouvrir la porte de l’avenir. Un exercice qui s’avère encore plus nécessaire et plus important dans ce présent qui est toujours plus « éternel » et obsessionnellement répétitif dans les spirales du néant consumériste auquel il semble être condamné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Merlotti, « Palais royaux et résidences royales. Un espace pour l’histoire : des nations à l’Europe »Culture & Musées, 33 | 2019, 190-194.

Référence électronique

Andrea Merlotti, « Palais royaux et résidences royales. Un espace pour l’histoire : des nations à l’Europe »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3313 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3313

Haut de page

Auteur

Andrea Merlotti

Directeur du Centre d’études sur les résidences royales de la maison de Savoie – Palais royal de Venaria, Italie
Andrea Merlotti, historien, dirige depuis 2007 le Centro studi delle Residenze Reali Sabaude (dans la Reggia di Venaria). Il est l’auteur de plusieurs livres et de plus d’une centaine d’articles sur l’histoire politique et sociale de l’État de la Maison de Savoie et sur l’histoire des cours italiennes dans l’ancien régime. Parmi ses travaux les plus récents : Storia degli Stati sabaudi. 1416-1848 (avec P. Bianchi), Brescia, Morcelliana, 2017; Andare per regge e residenze, Bologna, il Mulino, 2018 et The Shroud at Court: History, Usages, Places and Images of a Dinastic Relic (avec P. Cozzo et A. Nicolotti), Leiden-Boston, Brill, 2019. Il a été aussi commissaire de nombreuses expositions, dont la plus récente est: Dalle regge d’Italia, Tesori e simboli della regalità sabauda, avec S. Ghisotti (Reggia di Venaria, 2017). Il est membre de la Deputazione subalpina di storia patria, et des comités scientifiques du Centre de Recherche du Château de Versailles et du Centro studi piemontesi.
Courriel : andrea.merlotti[at]gmail.com

Haut de page

Traducteur

Nathalie Lunardelli

Avignon Université

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search