Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Expériences et points de vueL’Europe, un patrimoine commun ?

Expériences et points de vue

L’Europe, un patrimoine commun ?

Christophe Voros
p. 195-198

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Partir avec les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe

« En 2019, le Conseil de l’Europe compte 38 Itinéraires culturels, avec des thèmes très variés illustrant la mémoire, l’histoire et le patrimoine européen, et qui contribuent à l’interprétation de la diversité de l’Europe d’aujourd’hui. »

1C’est ainsi que le site Internet du Conseil de l’Europe introduit la présentation des routes, des chemins et des réseaux qui composent son principal volet culturel. Tous sont appelés « itinéraires culturels », qui est la traduction de l’anglais cultural routes, et tous sont motivés par la volonté d’inviter les Européens à partir à la découverte d’un patrimoine qui leur est commun, en effectuant un « voyage dans le temps et l’espace ». Plus qu’une idée, c’est un véritable programme.

2Ce programme part du postulat que le patrimoine du continent européen est un ensemble cohérent et participe d’une unicité ; un patrimoine à l’aune duquel la mosaïque de ses populations peut se référer : « Vous êtes différents, mais vous avez tous quelque chose en commun. » Cette approche est intéressante car tout à fait contre-instinctive. Spontanément, on s’identifie à ses origines et on se qualifie en rapport à un lieu-source – et non pas vis-à-vis de destinations a fortiori plus ou moins lointaines. Les citoyens du continent européen sont donc invités à aller reconnaître des lieux constitutifs d’une identité culturelle commune. Mais laquelle ? Rien n’est jamais précisé à ce sujet.

3La seconde dimension remarquable de ce programme est que l’invitation faite est concrète, physique : il s’agit avant tout de faire voyager. Il est nécessaire de parcourir un espace donné, d’en faire l’expérience par soi-même, d’éprouver les lieux et de rencontrer réellement. On doit ajouter à cela que le voyage proposé n’est pas seulement géographique : il se double d’un changement d’époque. Disons même qu’il est nécessaire de bouger le corps pour que l’esprit se transporte dans le temps et puisse retrouver les sources d’une histoire commune. Expérience proposée de l’altérité pour mieux se retrouver soi-même, en quelque sorte…

Saint-Jacques-de-Compostelle comme matrice européenne

4La démarche proposée est complexe et met en œuvre un processus d’identification culturelle complexe, hardi, voire ardu. Et tout à fait contemporain. Si le patrimoine européen est aussi vieux que notre continent, il faut attendre la fin du XXe siècle pour en parler ! Il faut en effet attendre que le Conseil de l’Europe identifie et promeuve des chemins de randonnée pédestre, connus sous le nom des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, en 1987. La notion de « patrimoine européen » est ainsi popularisée par la mise en œuvre de ce premier « itinéraire culturel ». Ces chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle sont aujourd’hui si connus, si évidents, si populaires, que l’on pense aujourd’hui qu’ils existent depuis toujours – du moins depuis le XIIe siècle ! Et pourtant, les randonneurs les plus chevronnés que j’ai eu l’opportunité de rencontrer n’en avaient jamais entendu parler avant les années 1980…

5Les conditions de la naissance de ces fameux chemins de randonnée, qui invitent à marcher à travers toute l’Europe occidentale en direction de sa façade atlantique espagnole, commencent maintenant à être connues. En voici le contexte : le 20 novembre 1975 meurt Francisco Franco, qui a imposé depuis plusieurs décennies un régime autoritaire dans tout le pays. L’Espagne est alors isolée du bloc européen. Cette disparition permet aux pays d’Europe de tout mettre en œuvre pour chercher à arrimer rapidement l’Espagne sur les plans politique, économique et culturel. Le pays rejoint ainsi le Conseil de l’Europe en 1977, dès l’année de ses premières élections libres. La procédure d’adhésion à la Communauté économique européenne (CEE) aboutit, quant à elle, le 1er janvier 1986. C’est durant cette décennie que sont identifiés des routes et des chemins historiques qui relient la péninsule ibérique au reste du continent. Ce qui va devenir le programme des Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe est en pleine gestation. Des dizaines de tracés sont repérés, et une réflexion est engagée sur la thématique la plus appropriée pour donner corps à cette première route culturelle internationale.

6On peut considérer qu’en choisissant Saint-Jacques-de-Compostelle, les services du Conseil de l’Europe s’inscrivent dans une histoire bien européenne. En effet, selon la plupart des historiens, ce pèlerinage se développe au cours du XIIe siècle, à l’instigation de la papauté et des souverains de Castille et de León, et avec l’aide de l’abbé de Cluny. Il s’inscrit dans la politique de Reconquista que ces derniers mènent plus intensivement depuis le XIe siècle pour reprendre possession de la péninsule Ibérique sous domination des Sarrasins. Cette reconquête politique, économique et religieuse s’achève au XVe siècle. En créant ainsi un pèlerinage majeur dans l’Occident chrétien, les souverains de l’époque entendaient développer des chemins irriguant les territoires reconquis et favoriser des flux de pèlerins, de commerçants, d’artisans, etc., pour rendre leur conquête politique totale. Sans le dire, le Conseil de l’Europe sélectionne ces chemins, qui n’étaient plus pratiqués depuis des siècles, pour les remettre à l’honneur dans une perspective de reconquête culturelle, voire identitaire.

Les chemins de pèlerinage de papier

7Durant la christianisation de l’Europe, l’Église a bien compris que c’était en réutilisant les lieux de culte païens, en recyclant ces endroits ancrés dans les croyances et traditions populaires, qu’elle arriverait plus rapidement et plus efficacement à ses fins. La population n’avait qu’à changer de dieu, sans changer de lieu de culte. Le Conseil de l’Europe a procédé de la même manière et avec la même efficacité : en déblayant des chemins dont on avait perdu l’usage dans le temps, en dépoussiérant des monuments, des bâtiments et des villages qui les jalonnent, en invitant la population à les parcourir, il réactivait des habitudes ancestrales, mais aux motivations vraisemblablement différentes : les pèlerins ne constituant de ces nouvelles cohortes qu’une faible proportion, au profit des pérégrins, des sportifs, des familles, voire des célibataires… Saint-Jacques-de-Compostelle étant une nouvelle manière d’aller à la rencontre de soi-même.

8Il serait sans doute intéressant, un jour, d’étudier dans le détail les conditions dans lesquelles les choix ont été faits pour la désignation de ce chemin-ci, car la préoccupation fondamentale des initiateurs de cet ambitieux projet répondait à une demande politique : le Conseil de l’Europe est une organisation intergouvernementale. Le programme satisfait ainsi à un besoin politique du moment. Ce qui est étonnant, c’est la rapidité avec laquelle le public a adhéré à cette histoire qu’on lui a apportée sur un plateau : pendant des siècles, les Européens ont marché sur les chemins de pèlerinage, jusqu’à Compostelle, qui était « le » chemin de pèlerinage de l’époque – qui pourrait en citer d’autres ? Or, aujourd’hui, cette version est de plus en plus contestée par des universitaires qui considèrent que Saint-Jacques-de-Compostelle est davantage un objet de patrimonialisation qu’un fait historique.

9Cette création jacquaire se révèle si efficace, si durable et si populaire, que les responsables de cette démarche s’en inspirent pour identifier d’autres thématiques – d’autres chemins – qui puissent étoffer ce qui devient le principal programme culturel du Conseil de l’Europe. Ainsi sont acceptés au fil des années des parcours et des réseaux de sites historiques et culturels aux thématiques diverses. Acceptés, car ils doivent répondre à un cahier des charges qui évolue dans le temps. Aujourd’hui, c’est une liste de critères et d’actions, adoptée dans le cadre d’une directive de 2013 (CM/Res(2013)67), que l’Institut européen des itinéraires culturels de Luxembourg, dirigé par un fonctionnaire détaché du Conseil de l’Europe, est chargé d’appliquer. On voit que le processus de certification, qui permet d’inventer (ou de créer) des itinéraires culturels, est l’application d’une volonté politique relayée par des services administratifs dédiés, qui traitent, avec un système d’experts extérieurs bien rôdé, les demandes, qui les instruisent, qui les accompagnent d’un avis favorable ou non avant qu’une décision politique ne sanctionne le dossier.

Se raconter des histoires européennes

10On peut imaginer que de nombreuses propositions d’itinéraires arrivant sur les bureaux de Luxembourg sont suscitées par le programme même. L’occasion faisant le larron, se créent, souvent portés par des collectivités publiques, des projets culturels et touristiques ayant pour objectif premier de décrocher cette reconnaissance. Pour évidemment améliorer une visibilité, développer un tourisme sectorisé ou même disposer d’une image de marque cautionnée par les institutions européennes.

11Sans préjuger de la qualité « européenne » des itinéraires culturels choisis et certifiés par le Conseil de l’Europe, un phénomène intéressant est à observer depuis le début des années 1990, et qui tend à s’intensifier au cours des ces dernières années : l’émergence de nouvelles propositions d’itinéraires qui se cristallisent autour de figures historiques, souvent religieuses. Le programme du Conseil de l’Europe créerait-il donc une sorte d’appel d’air, encourageant les initiatives ou orientant des projets transnationaux ou transrégionaux ? Ce qui voudrait dire qu’un terreau favorable existe, en Europe, pour des initiatives de ce genre, et que le principe du voyage est donc compatible avec ce type de patrimoine à valoriser. Mais comment la connexion se fait-elle alors entre cette volonté politique et la réalité du terrain ?

12Aussi efficace qu’ait pu être l’intuition des initiateurs des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, il n’en demeure pas moins que leur tracé, leur histoire et leur validité culturelle est aujourd’hui de plus en plus mise à mal par des historiens qui les replacent dans une généalogie dûment renseignée : ces chemins sont en réalité une construction culturelle de notre époque. Ce qui ne pose en soi aucun problème si cela est clairement dit. Et la question est la même pour les autres itinéraires européens, dont les comités scientifiques, si importants aux yeux du Conseil de l’Europe, devraient se soucier autant de la manière dont ce patrimoine est utilisé pour servir notre idée d’Europe que de son « contenu » ou de sa validité « scientifique »… En d’autres mots, ne nous raconterions-nous pas d’histoires – européennes – à nous-mêmes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Voros, « L’Europe, un patrimoine commun ? »Culture & Musées, 33 | 2019, 195-198.

Référence électronique

Christophe Voros, « L’Europe, un patrimoine commun ? »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3331

Haut de page

Auteur

Christophe Voros

Directeur de la Fédération Européenne des Sites Clunisiens (Cluny) depuis 1999, Christophe Voros a coordonné la mise en œuvre des dossiers européens du réseau de 200 sites répartis dans sept pays, tels que la certification de la Fédération comme « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe » (en 2004-2005), « Cluny 2010 » (en 2007-2010) et le projet numérique de la connaissance « Clunypedia » (depuis 2012). Il supervise depuis 2018 la candidature d’une liste internationale « Cluny et les Sites clunisiens » pour une inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il préside la Fédération Française des Itinéraires Culturels Européens (Paris) depuis 2013 et participe régulièrement à des colloques et des tables rondes portant sur la question du patrimoine européen et ses enjeux.
Courriel : direction[at]sitesclunisiens.org

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search