Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Expériences et points de vueLe fort de Bard : lieu ou musée

Expériences et points de vue

Le fort de Bard : lieu ou musée

Daniele Jalla
p. 199-202

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la restauration et sur le programme muséographique du fort de Bard, voir : Tropeano (Maurizio). (...)

1Le fort de Bard, dans la Vallée d’Aoste, a été ouvert au public en janvier 2006, mais la conception de son programme muséographique remonte à 2002. Après l’inauguration du Musée des Alpes, de l’exposition temporaire Alpes de rêve et de l’espace Vallée culture consacré au patrimoine régional, ont été ouverts en 2009 Alpes des enfants, un parcours interactif réservé aux plus jeunes, et le Parcours panoramique, dans les espaces en plein air du fort ; en 2012, le Musée du fort, dans les prisons ; enfin, le Musée des fortifications et des frontières alpines, achevé en 2012, mais ouvert au public seulement en 2017 sous le nom de Ferdinando1.

22002-2019 : une période suffisamment longue pour formuler des critiques (et surtout une autocritique) sur le projet et sa réalisation, d’un point de vue muséal et de l’interprétation du site. Et pour en vérifier aussi l’actualité, dans l’absence (reprochable) de mises à jour.

3Forteresse du début du XIXsiècle, bâtie sur les ruines d’un ancien château modifié plusieurs fois au cours des siècles, le fort de Bard domine la Vallée d’Aoste là où elle débouche vers la plaine. Épargné par tout fait de guerre, il est resté pratiquement intact. Devenu prison militaire puis dépôt de munitions, il a été définitivement abandonné par l’armée en 1970 et acheté par la Région autonome du Val d’Aoste en 1990. Objet d’un imposant chantier de restauration et d’adaptation fonctionnelle, financé par des fonds européens destinés à relancer des zones industrielles en crise, les travaux ont démarré en 1999, touchant toute la fortification, le bourg à ses pieds et la zone environnante.

  • 2 Finbard. 2003. Éléments constitutifs du programme muséographique de la forteresse de Bard. Aoste. D (...)

4Lorsque les travaux étaient en cours, il restait à définir la forme exacte et le contenu du « musée régional » qu’il était prévu d’installer au fort depuis les années 1990. Appelés en tant qu’experts, avec Alain Monferrand, respectivement sur les fortifications alpines et sur l’histoire et la culture des Alpes, nous avons formulé deux hypothèses, bientôt intégrées en une seule proposition qui prévoyait la réalisation de plusieurs unités muséales, d’espaces d’expositions et de parcours de visite, définitivement officialisée en 20032.

5L’intégrité du fort et l’absence d’une collection à exposer nous ont d’abord poussés à mettre en valeur le fort ; sa taille et sa position incitaient à en faire un site d’excellence et de rang international à dédier, en accord avec l’« esprit des lieux », aux thèmes de la montagne et des fortifications alpines – et donc aussi des frontières – à l’échelle élargie de tout l’Arc alpin, compte tenu de l’absence, à l’époque (comme à présent), d’un lieu, d’un musée, d’un centre offrant une vision globale et non seulement locale ou régionale sur ces thèmes.

6Cette perspective renversait l’idée de placer un musée dans le fort, pour l’occuper de toute part et en faire un musée à part entière : un « musée de soi-même », dont le principal objet était le fort, et, dans le même temps, un centre d’interprétation et un parc thématique sur les Alpes, dans l’espace et dans le temps, articulé en plusieurs unités thématiques, à placer dans les différents bâtiments du fort. Chaque unité devait permettre de passer du particulier au général, du site aux Alpes, du temps de la construction du fort à l’histoire des fortifications et des frontières alpines, de l’époque romaine à nos jours, puis de revenir de nouveau au fort, à ses structures et espaces, au paysage environnant, avec de nombreux allers-retours entre les contextes expographiques et le contexte réel. Il s’agissait bien d’en faire un espace organisé « selon une logique muséographique capable d’intégrer la tradition historique du musée, la vocation innovatrice du centre d’interprétation, la force communicative du parc thématique » (Finbard, 2003 :10).

7Formule heureuse pour déclarer l’intention muséographique sous-jacente à un programme que, à présent, j’aimerais plutôt relier à la simple notion de musée. Une notion de musée vaste et hétérogène, il est vrai, dans le but de l’élargir à tout lieu et à toute institution qui conserve et communique des objets patrimoniaux et non seulement des objets muséaux, comme il arrive d’ailleurs dans les musées à ciel ouvert, les écomusées, les musées communautaires, les maisons-musées, les parcs archéologiques, les parcs à thème, les jardins botaniques, mais aussi, pour ce qui nous concerne, les monuments historiques ou les sites naturels.

  • 3 Desvallées (André) & Mairesse (François). 2010. Concepts Clés de Muséologie. Paris : Armand Colin. (...)
  • 4 Par objet patrimonial, j’entends tout élément minimal du patrimoine culturel doté d’une identité pr (...)

8Bien que la muséologie récente accepte sans hésitation cette approche3, au fond, une bonne partie des professionnels continue à penser qu’une collection ne peut être constituée que par des objets mobiles et matériels, « muséaux », et donc « extraits de la réalité », et non pas par des objets immobiles ou immatériels, c’est-à-dire par tout objet patrimonial4, quelles que soient sa nature et sa dimension. Sans réfléchir au fait que tout cela a conduit – et ce, depuis longtemps – à des formes de musées bien éloignées des formes traditionnelles, dont on accepte l’appartenance au champ muséal, sans toutefois y englober les monuments historiques, les sites naturels, les ensembles architecturaux.

  • 5 Jalla (Daniele). 2006. « Musée et “contexte” dans l’histoire de l’ICOM (1946-2014) : une perspectiv (...)

9Il faut nous libérer d’une vision réduite de la muséalisation, comme forme de patrimonialisation qui oblige à la relocalisation, la cristallisation et la stérilisation des objets patrimoniaux, empêchant de les conserver in situ, de les modifier, de les utiliser, de les convertir à de nouvelles fonctions, et même de ne pas les acquérir. Actuellement dans son quatrième âge5, le musée doit être conçu comme un dispositif de conservation, d’interprétation et de communication flexible et adaptable à tout type d’objet patrimonial, de moins en moins reconductible à ses formes classiques.

10Pour en revenir au fort de Bard, le programme muséographique s’articulait en plusieurs dispositifs :

  • un centre d’interprétation de la forteresse elle-même : un parcours panoramique déployé le long des parcours d’accès et internes au fort, des espaces conservés dans leur aspect d’origine ou aménagés de façon à évoquer leurs fonctions, enfin, un Musée du fort, dédié à son histoire, dans les anciennes prisons ;

  • deux grands espaces présentant les Alpes en synchronie (le Musée des Alpes) et en diachronie (le Musée des fortifications et des frontières alpines).

11Chacun devait proposer une vision globale, mais aussi problématique, de leur présent et de leur passé : une vision capable non seulement de faire connaître et comprendre les Alpes, mais aussi d’impliquer les visiteurs sur des questions portant aussi bien sur l’Arc alpin et sur le monde entier, en particulier la question du développement durable et celle du rôle ambivalent des limites et des frontières. Deux questions que les Alpes et leur histoire donnaient l’occasion d’illustrer de façon exemplaire, mais qui ouvraient en même temps une réflexion de valeur universelle, plus que jamais actuelle.

12La transformation du fort d’engin de guerre à instrument de paix, de moyen de barrage et frontière en porte ouverte de la Vallée, la création d’un centre dédié au patrimoine alpin, autorisaient à donner au fort une mission qui respirait non seulement l’esprit du lieu, mais aussi l’esprit du temps. Sept ans après l’entrée en vigueur de la Convention de Schengen (1995) et de la suppression des barrières douanières, la même année que la mise en circulation de l’euro (2002), l’intention était de faire du fort de Bard un porteur de valeurs, car « les montagnes divisent les eaux, mais unissent les hommes », et dans une Europe des régions et non pas seulement des États, les Alpes pouvaient se présenter en tant que grande région, aux multiples facettes, mais unie par les mêmes contraintes et défis.

13La valorisation d’un lieu patrimonial débouchait ainsi sur l’affirmation de valeurs fortes du présent, son interprétation nourrissant une réflexion sur le présent et le futur.

14Malheureusement, cette optique s’est peu à peu perdue, ainsi que la perspective d’en faire un « Davos des Alpes », énoncée par le président de la Région au moment de son inauguration en 2006. Le fort a été surtout considéré comme un espace bon pour tout genre d’expositions et de spectacles grand public, parfois sans lien avec le lieu et sa vocation. Les efforts se sont concentrés sur l’attraction du public et non sur la mise à jour de l’interprétation et des scénographies, et aucun programme de recherche, de documentation et d’édition sur les thèmes des Alpes, du patrimoine fortifié, n’a été mis en œuvre.

15L’identité même du lieu, son rôle de potentielle cheville ouvrière du réseau des châteaux et du patrimoine valdotain, au niveau régional, et de centre d’études sur l’histoire et la culture des Alpes, au niveau national et international, n’ont pas orienté les programmes d’activités, le choix des expositions temporaires, et donc aussi la communication grand public.

16Une occasion perdue ? Jusqu’à présent, sans aucun doute. Le récent renouveau des administrateurs et de sa direction portera un changement de perspective.

Haut de page

Notes

1 Sur la restauration et sur le programme muséographique du fort de Bard, voir : Tropeano (Maurizio). 2005. Fort de Bard. Histoire d’une aventure. Quart : Musumeci Spa ; Jalla (Daniele). 2006. « Un museo delle Alpi e per le Alpi », p. 87-95 in Museo delle Alpi. Un’antologia critica / sous la direction de Enrico Camanni. Milan : Forte di Bard - Silvana Editoriale ; Jalla (Daniele). 2007. « Il Forte di Bard », p. 87-100 in Musei della Cultura Materiale. Il Progetto, la Missione, l’Allestimento / sous la direction de Carlo Simoni. Brescia : Centro Servizi Musei della Provincia di Brescia.

2 Finbard. 2003. Éléments constitutifs du programme muséographique de la forteresse de Bard. Aoste. Document élaboré par Daniele Jalla et Alain Monferrand pour le concours d’attribution du projet de mise en œuvre du programme muséographique (archives de l’auteur).

3 Desvallées (André) & Mairesse (François). 2010. Concepts Clés de Muséologie. Paris : Armand Colin. Voir, en particulier : « Collection » (p. 26-28) et « Objet de musée » (p. 59-63).

4 Par objet patrimonial, j’entends tout élément minimal du patrimoine culturel doté d’une identité propre, reconnaissable et reconnue, indépendamment de sa nature matérielle ou immatérielle, mobile ou immobile.

5 Jalla (Daniele). 2006. « Musée et “contexte” dans l’histoire de l’ICOM (1946-2014) : une perspective d’analyse en vue de la préparation de la 24e Conférence générale de 2016 ». En ligne : Academia.edu [consulté le 21 octobre 2019].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniele Jalla, « Le fort de Bard : lieu ou musée »Culture & Musées, 33 | 2019, 199-202.

Référence électronique

Daniele Jalla, « Le fort de Bard : lieu ou musée »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3341 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3341

Haut de page

Auteur

Daniele Jalla

Ancien président de l’ICOM Italie, historien, muséologue et consultant
Daniele Jalla est historien, chargé de cours en muséologie à l’Université d’Architecture puis des Lettres modernes de Turin. Président d’ICOM Italie de 2004 à 2009, il a été fonctionnaire public territorial de la région du Piémont de 1980 à 1994 et coordinateur des services des Musées de Turin. Il est l’auteur de nombreuses publications, dont I luoghi della storia valdese, Claudiana, Torino, 2010 ; Musei del ‘900, Risorse e progetti di memoria a Torino, Fondazione Gramsci, Torino, 2004 ; « Museo Torino : riflessioni a partire da un’esperienza in corso di museo di storia della città », pp. 175-183, in La vita delle mostre, Mondadori / sous la direction d’A. Aymonino et I. Tolic, , Milano 2007,; Il museo contemporaneo, introduzione al nuovo sistema museale italiano, UTET, Torino, 2003. Il est actuellement consultant dans le domaine culturel.
Courriel : daniele.jalla[at]hotmail.it

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search