Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Expériences et points de vueLes Itinéraires culturels du Cons...

Expériences et points de vue

Les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe : mises en récits du patrimoine

Marie Gaillard
p. 203-214

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 1958, l’écrivain polonais Czeslaw Milosz publiait l’ouvrage Rodzinna Europa. Ce titre, qui aurait pu être traduit par L’Europe familière, a finalement été publié sous le nom de L’Autre Europe. Joanna Nowicki faisait remarquer que cette « différence [est] révélatrice de la perception que pouvaient avoir de la partie orientale du continent européen les Occidentaux à l’époque de la guerre froide » (Nowicki, 2000). Si cette remarque mériterait aujourd’hui encore d’être étudiée, c’est pourtant à un autre aspect que nous nous intéressons dans cet article. En effet, quel pourrait désormais être le sens d’une « Europe familière », non pas celle de Czeslaw Milosz, mais celle des Européens d’aujourd’hui ? Comment la narration du patrimoine, et les conteurs de ces histoires, participent de la construction de ce sens ?

2Pour explorer cette question, nous nous pencherons sur les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe et sur les processus spécifiques d’appropriation et de médiation du patrimoine qui rendraient l’Europe « familière » dans ce cadre, en particulier au travers de trois de ces itinéraires : Via Regia, ATRIUM – Architecture des régimes totalitaires du XXe siècle dans la mémoire urbaine de l’Europe, et Saint Martin de Tours.

3Dans un premier temps, nous reviendrons sur leur définition en tant que projets culturels, touristiques, patrimoniaux, éducatifs, etc., développés et mis en œuvre par des acteurs diversifiés que l’on dit relever de la société civile ; ils poursuivent ensemble un but commun de valorisation de thématiques considérées comme européennes et transversales, encadrées par un ensemble de règles formulées par le Conseil de l’Europe. Par ailleurs, ils s’organisent aussi dans des réseaux transnationaux vivants, mouvants, qui ont souvent une approche sensible du patrimoine, c’est-à-dire « un ensemble constitué des éléments matériels et immatériels, présenté et perçu comme un héritage qui participe activement à la définition et à la transmission de l’identité » (Jewsiewicki, 2008).

4Cette approche repose, selon nous, sur le fait que la patrimonialisation des « éléments », au sens où Jean Davallon (2006, 2015) l’entend, aurait déjà eu lieu, mais qu’un second travail entre en jeu dans la mise en commun et dans la construction d’une narration commune du patrimoine liée à la thématique spécifique d’un itinéraire culturel. Mais cette approche interroge aussi : quelle peut être en effet l’identité ainsi définie et transmise ? Il s’agira donc, dans un second temps, de questionner le « patrimoine européen », qui renvoie souvent plus à des notions qu’à des pratiques. Or, en interrogeant l’idée d’une « Europe familière », peut-être convient-il alors d’aborder la question du « patrimoine des Européens » et, dans le cas des itinéraires culturels, de ces acteurs de la société civile qui s’engagent et qui construisent une mise en récit commune. Nous considérons ici les membres des réseaux transnationaux que sont les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe comme le premier public de la narration européenne du patrimoine ainsi mis en valeur, avant que les visiteurs ou les touristes n’en deviennent les destinataires. Mais d’un autre côté, on peut aussi dire qu’ils deviennent les experts de cette mise en relation entre le niveau local et le niveau européen de la mise en récit. Nous nous pencherons donc sur les processus par lesquels ils s’approprient ce patrimoine, puis les processus par lesquels ils le racontent, la manière dont ils construisent une histoire de « leur Europe » et des Européens qu’ils sont. « Comment parler de l’identité européenne ? », se demandait Jacques Dewitte (2010). Il proposait notamment de « faire vibrer les cœurs » (ibid.), convoquant Paul Ricœur et son « identité narrative » (1990) « médiatisée par des récits, des formes » et exhortant à « mettre en avant des “œuvres” et des “idéaux incarnés” » qui ne soient pas seulement « une “chose du passé”, un monument, quelque chose de figé et de muséifié ». C’est précisément ce dont il sera question.

5Enfin, dans un troisième temps, nous analyserons la mise en récit d’éléments de patrimoine épars dans le cas de ces itinéraires en tant qu’« éléments patrimonialisés [qui] participent d’une logique de mise en intrigue, et plus largement d’une mise en cohérence d’éléments hétérogènes, servant à articuler des récits. Ceux-ci autorisent à repenser une certaine unité de l’histoire de l’humanité dans son rapport au monde physique » (Héritier, 2013). À partir de l’étude d’un corpus de documents de communication externe (brochures, prospectus, programmes d’événements, mais aussi sites Internet), il s’agit alors d’appréhender le rapport construit entre le niveau local et le niveau européen, et de voir comment un élément de patrimoine local, patrimonialisé comme tel, devient un élément de patrimoine européen, raconté comme tel.

Les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe : entre institution et pratiques

6D’une manière générale, on peut dire que les itinéraires culturels sont des projets culturels, touristiques, patrimoniaux, éducatifs, etc., développés et mis en œuvre par des acteurs diversifiés (associations, fédérations, musées, collectivités territoriales, universités, personnes physiques, etc.) que l’on dit relever de la société civile car ils se réunissent au sein d’associations ou de fédérations pour poursuivre ensemble un but commun de valorisation de thématiques considérées comme européennes. Aujourd’hui, on compte 38 itinéraires1 certifiés par le Conseil de l’Europe. Mais ce chiffre varie d’année en année en fonction de nouvelles certifications, ou de « dé-certifications » qui peuvent avoir lieu lors d’évaluations triennales.

7Il convient de préciser en premier lieu que le Conseil de l’Europe est l’organisation dite de la Grande Europe, avec 47 États membres, et qu’il est différent de l’Union européenne, plus ancienne et fondée sur un autre fonctionnement. Il attribue la certification « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe » sur la base d’un ensemble de critères reconnaissant notamment l’excellence de ces projets dans leurs domaines d’activité et leur adéquation avec les objectifs et valeurs de l’institution, définis dans la résolution CM/Res(2013)67 (Conseil de l’Europe, 2013). Ainsi, ce texte définit tout d’abord un ensemble de critères d’éligibilité qui correspondent par ailleurs à des priorités d’action, c’est-à-dire à des objectifs spécifiques définis dans cinq champs : (i) la coopération en matière de recherche et de développement ; (ii) la valorisation de la mémoire, de l’histoire et du patrimoine européen ; (iii) les échanges culturels et éducatifs des jeunes Européens ; (iv) la pratique contemporaine de la culture et des arts ; (v) le tourisme culturel et le développement culturel durable. Il ne faut donc pas se laisser induire en erreur par l’appellation. Ces dernières années, la dénomination « itinéraire culturel » a fleuri dans les outils de marketing territorial comme autant d’occasions de parcourir physiquement et thématiquement chemins et routes pour partir à la découverte du patrimoine, de l’histoire, des traditions d’un territoire donné. Pourtant, les itinéraires du Conseil de l’Europe ne renvoient pas nécessairement à l’itinérance physique, et n’ont pas été formulés, au départ, comme des projets relevant du tourisme. De fait, le tourisme est ici un moyen, les itinéraires devant démontrer « à travers le voyage dans le temps et l’espace, que le patrimoine de différents pays d’Europe contribue au patrimoine culturel commun » (Conseil de l’Europe). Il ne faut pas forcément s’attendre à pouvoir les parcourir. Dans certains cas, il s’agira bien de randonner « dans les pas de », comme, par exemple, avec saint Martin, Stevenson ou les huguenots, à pied, à vélo ou à dos d’âne ; ou bien en suivant les chemins d’un ancien pèlerinage, comme dans le cas de Saint-Jacques-de-Compostelle ou de la Via Francigena. Dans d’autres, il s’agira d’un voyage de site en site, comme, par exemple, dans le cas des sites clunisiens ou du patrimoine juif. Ici, il se pourrait que quelqu’un décide de rallier les différents sites à pied, à vélo ou en voiture, mais c’est avant tout l’opportunité d’un voyage virtuel de site en site qui est proposée. Enfin, il se peut aussi que des itinéraires renvoient à des sites qui ne se visitent pas forcément, comme dans le cas du patrimoine des régimes totalitaires d’ATRIUM, mais qui n’en demeurent pas moins une invitation à un voyage dans l’espace et dans le temps pour comprendre ce que peut être le patrimoine culturel commun, qu’il soit consensuel ou dissonant. Il convient toutefois de noter que, avec une obligation de résultat et de retour sur investissement grandissante, de plus en plus d’itinéraires mettent en œuvre des projets de valorisation touristique, soit à l’échelle locale, soit à l’échelle régionale. Des parcours de plusieurs milliers de kilomètres traversant plusieurs pays sont encore minoritaires. Cette évolution récente peine à trouver ses marques car les équipes à la tête des itinéraires intègrent rarement des professionnels du tourisme. De plus, on trouve souvent une forme d’antagonisme sous-jacent entre ce que seraient le « monde du tourisme » et le « monde de la culture » dans le discours des porteurs de projets. Ce discours est souvent non officiel et est peu perceptible dans les documents de communication, car il est considéré comme représentant un danger pour la certification par le Conseil de l’Europe, mais l’observation participante et les entretiens permettent de le constater.

8Dans la résolution CM/Res(2013)67 suivent ensuite des critères techniques de définition des réseaux, à la fois en termes de structuration (principes démocratiques, structure juridique, nombre de pays membres du Conseil de l’Europe, renvoi à la Convention culturelle européenne, comité scientifique, etc.), de financements et de durabilité. La résolution se termine, enfin, sur les conditions d’utilisation de la mention « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe ».

  • 2 Les « considérants » sont, dans le jargon des porteurs de projets et des institutionnels, le préamb (...)

9Toutefois, c’est dans ce qu’on appelle les « considérants »2 que l’on peut trouver la philosophie du programme et son insertion dans les priorités de l’organisation, notamment :

« […] les objectifs principaux de la coopération culturelle européenne consistent à promouvoir l’identité européenne dans son unité et sa diversité ; à préserver la diversité des cultures européennes ; à encourager le dialogue interculturel et à faciliter la prévention des conflits et la réconciliation » ; […] la mise en évidence des influences, échanges et évolutions qui ont formé l’identité européenne facilite la prise de conscience d’une citoyenneté européenne fondée sur le partage de valeurs communes ; […] pour promouvoir et rendre plus visibles ces valeurs communes, il faut favoriser la compréhension de l’histoire européenne en s’appuyant sur son patrimoine matériel, immatériel et naturel, de manière à faire apparaître les liens qui unissent les différentes cultures et les différents territoires en Europe ; […] l’identification des valeurs européennes et du patrimoine culturel commun peut se concrétiser autour d’itinéraires culturels retraçant l’histoire des peuples, des migrations, et la diffusion des grands courants européens philosophiques, religieux, culturels, artistiques, scientifiques, techniques et commerciaux » (Conseil de l’Europe, 2013).

  • 3 Au-delà du premier texte adopté en 1987, appelé Déclaration de Saint-Jacques-de-Compostelle, les di (...)
  • 4 1987 : Déclaration de Saint-Jacques de Compostelle ; 1998 : résolution (98)7 ; 2007 : résolution (2 (...)

10Ces « considérants » nous invitent d’ores et déjà à interroger la définition technique qui est ensuite développée dans le texte de la résolution. En effet, ils définissent d’une certaine manière la philosophie de l’institution, mais ancrent aussi celui-ci dans l’histoire du programme des Itinéraires qui a fêté, en 2017, ses trente ans. Si on suit l’évolution des textes institutionnels au cours du temps3, on constate assez rapidement qu’au départ, le programme reposait sur une définition fondée sur l’idéologie de la paix et de la réconciliation, qui a beaucoup marqué l’esprit des années 1960-1980, où prédominait l’idée de coopération culturelle entre les États membres du Conseil de l’Europe. Ainsi, par exemple, les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, choisis comme priorité et comme emblème dès 1984, l’ont été afin de relancer la coopération culturelle entre les ministères de la Culture français et espagnol. Puis la définition des Itinéraires culturels, et du programme les encadrant, s’est progressivement orientée vers l’avenir en construisant notamment une vision de l’Europe ancrée dans les considérations du temps avec, entre autres, l’intégration des notions de dialogue interculturel, d’amélioration du cadre de vie, de développement durable, etc. Cette évolution de la philosophie du programme se traduit, dans les faits, par des modifications successives des textes législatifs encadrant les itinéraires4.

11Cette évolution au sein de l’institution ne doit cependant pas en masquer une autre : d’un programme interne au Conseil de l’Europe au sein duquel les premiers itinéraires étaient choisis et mis en œuvre par l’organisation elle-même et ses experts, on est passé progressivement à un programme ouvert vers l’extérieur, où la société civile est à la fois force de proposition mais aussi moteur de mise en œuvre, l’institution n’ayant désormais que le rôle de régulateur par l’octroi de la certification et par l’évaluation des projets certifiés. Cette ouverture vers l’extérieur marque, à terme, un changement important de paradigme qui entraîne aussi une modification structurelle profonde.

12Désormais, dans les faits, derrière l’appellation « réseau porteur », c’est-à-dire les réseaux de la société civile habilités à porter et à transmettre la certification « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe », se cachent à la fois une grande diversité de modèles de fonctionnement et une multitude de pratiques dans les différents domaines concernés. Dès lors, définir les itinéraires par les pratiques implique, d’une part, de comprendre ce que sont ces réseaux, comment ils sont formés. Il faut se rendre à l’évidence : s’ils relèvent tous de la société civile tant qu’ils sont constitués comme associations ou fédérations, il n’y a pourtant pas de modèle ni de tendance générale, comme nous avons déjà pu l’analyser auparavant (Gaillard, 2017 : 71). Les réseaux porteurs peuvent être des associations ou fédérations de collectivités (villes, régions, autres), des fédérations d’associations, des associations mixtes de collectivités et d’acteurs privés (associations, personnes physiques, musées, etc.). Les trois exemples qui nous serviront par la suite illustrent d’ores et déjà cette diversité :

  • ATRIUM : réseau de villes ;

  • Saint Martin de Tours : réseau de centres culturels Saint Martin (associations) ;

  • Via Regia : réseau mixte de collectivités territoriales, musées, institutions et agences publiques, entreprises, associations et personnes physiques.

13D’autre part, les réseaux porteurs couvrent des espaces géographiques et culturels différents qui peuvent aussi marquer les pratiques d’engagement et de travail, tout autant que le pays du siège social, noté « ss » :

  • ATRIUM : Italie (ss), Croatie, Roumanie, Albanie, Bulgarie ;

  • Saint Martin de Tours : France (ss), Slovénie, Italie, Pays-Bas, Croatie, Hongrie, Allemagne, Belgique, Slovaquie, Luxembourg ;

  • Via Regia : France, Allemagne (ss), Pologne, Ukraine, Lituanie, Bélarus.

14Par ailleurs, les réseaux porteurs se construisent aussi en fonction du paysage de leur itinéraire culturel (Berti, 2012), c’est-à-dire si celui-ci fonctionne sous forme linéaire (ici, le cas de la Via Regia), sous forme d’agglomération de sites (ici, le cas d’ATRIUM) ou sous forme mixte (ici, le cas de Saint Martin de Tours qui est composé à la fois de sites et de chemins linéaires).

15Enfin, leur genèse est à chaque fois spécifique. Dans le cas de la Via Regia, c’est le Centre européen de culture et d’information en Thuringe, une association née au moment de la chute du Mur de Berlin, et en particulier Jürgen Fischer, son directeur, qui ont initié la démarche et fédéré les premiers membres autour de l’idée de la revitalisation de cette route historique comme symbole de la réunification européenne. En un an, l’itinéraire fut certifié par le Conseil de l’Europe. Dans le cas de l’itinéraire Saint Martin de Tours, c’est Antoine Selosse, ancien attaché de presse et actuel directeur du Centre culturel européen Saint Martin de Tours, qui a été à l’origine du projet à la suite de sa découverte des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle et de son attachement à ses origines tourangelles. En allant plus loin pour comprendre la figure de saint Martin, il a établi un réseau européen de personnes qui s’est ensuite transformé en itinéraire culturel en se fondant à la fois sur les voyages de saint Martin, mais aussi sur les traditions qui lui sont liées à travers l’Europe. Ici aussi, entre les prémices du projet et la certification, un an s’est écoulé. Le cas d’ATRIUM est un peu différent. Le projet est né à la suite d’un projet éponyme mis en œuvre dans le cadre du Programme de coopération transnationale de l’Europe du Sud-Est soutenu par l’Union européenne. Certains des 18 partenaires de ce premier projet – des universités, des villes, des centres de recherche et des organisations touristiques – ont ensuite choisi de poursuivre leur coopération dans le cadre d’une proposition d’itinéraire culturel. Ici aussi, en un an, le projet a été certifié. Comme on peut le voir, donc, la genèse de chaque itinéraire est spécifique. Les exemples choisis ne mentionnent pas les cas où la certification a pris plusieurs années, ou bien le cas d’itinéraires qui ont été créés encore autrement. Mais il convient de retenir que, souvent, l’origine du projet tient à une personne ou à un petit groupe de personnes, souvent assez éloignés des institutions européennes, mais investis dans des associations ou des collectivités ayant montré un engagement en faveur de la valorisation du patrimoine et de sa « valeur européenne ».

16Il y a beaucoup d’autres aspects par lesquels on peut différencier les itinéraires les uns des autres, et nous en avons choisi certains afin de faciliter la compréhension de la démonstration qui va suivre. Dans le paragraphe qui suit, nous allons plus particulièrement nous intéresser à la manière dont les réseaux porteurs, c’est-à-dire, dans les faits, un ensemble de personnes engagées dans le développement commun du projet, co-construisent les récits sur le patrimoine européen. Ou, en d’autres termes, comment le patrimoine européen se nourrit de sa publicisation (Tardy, 2009 ; Rautenberg & Tardy, 2013), qui passe ici notamment par l’écriture.

Du local à l’européen : les membres des réseaux comme premier public

17Comprendre comment se construit le patrimoine européen et la relation à ce patrimoine nécessite tout d’abord de comprendre qui sont les personnes engagées dans ces itinéraires, dans le sens où la mise en récit, selon nous, implique d’une part un processus d’appropriation, d’autre part un processus de diffusion.

18Clarifions notre propos, la narration européenne du patrimoine dans le cas qui nous intéresse est coordonnée par les instances dirigeantes et coordinatrices des réseaux porteurs, et cela entraîne une forme de « lissage » uniformisant les discours tout autant que les chartes graphiques et les images. Pour autant, en dehors des instances de coordination, les personnes physiques sont les pivots sur lesquels repose le développement des actions. En d’autres termes, lorsqu’on analyse la composition des réseaux, on constate différents niveaux de structuration : d’un côté, il y a le niveau de l’association d’organisations, c’est-à-dire que le réseau réunit des institutions, des collectivités, des associations, etc. D’un autre côté, chacune de ces organisations regroupe elle-même des personnes, salariés et bénévoles, professionnels ou amateurs. En observant la manière dont le discours de et sur l’itinéraire circule, on peut dire que ces personnes mettent en œuvre, sur le terrain, le grand discours uniformisé produit d’une part par le Conseil de l’Europe, qui octroie la certification, d’autre part par le réseau porteur à l’échelle transnationale.

19En analysant cette circulation du discours d’un point de vue systémique, on peut alors affirmer que ces personnes sont à la fois le premier public de l’itinéraire tout autant que les collecteurs et les conteurs d’un certain discours sur le patrimoine. Ces deux processus sont rarement simultanés : d’abord public de l’itinéraire lorsqu’ils rejoignent le réseau, ils s’en approprient progressivement le discours officiel sur ce que serait le patrimoine européen mis en avant par l’itinéraire. Ce discours leur est en partie destiné puisqu’il doit les convaincre de rejoindre le dispositif. Puis, dans un second temps, ils vont produire leur propre discours sur leur patrimoine, souvent local, et cette narration va être alors intégrée, ou plutôt agglomérée, au discours européanisant sur le patrimoine produit par le réseau. En effet, si on observe la façon dont se constituent les itinéraires puis la manière dont ils fonctionnent dans le temps, on constate assez rapidement que les réseaux qui les portent s’agrandissent progressivement, notamment par ce qu’on pourrait appeler, de façon triviale, leur « pouvoir de séduction », qui renvoie de fait à leur capacité à intégrer dans leur récit, dans leur narration européenne du patrimoine, des éléments locaux qui vont à la fois éveiller la curiosité et faciliter le processus d’appropriation.

20Il s’agit en effet d’objets et de systèmes complexes, dont les fonctionnements tout autant que les thématiques relèvent d’une construction dans le temps qui implique d’ores et déjà de nombreuses négociations de sens. Un fois le projet formulé, pour convaincre, la mise en récit apparaît comme d’autant plus nécessaire.

21Ainsi, par exemple, dans le cas de la Via Regia, la définition même de l’itinéraire constitue un frein à son appropriation européenne : renvoyant à une terminologie connue en Allemagne pour son aspect historique – notamment, la Via Regia était une route médiévale reliant Francfort-sur-le-Main à Breslau (aujourd’hui Wrocław) et ainsi nommée car elle était placée sous protection royale –, le sens que lui confère le Centre européen de culture et d’information en Thuringe, initiateur et coordinateur, renvoie aussi par ailleurs à la symbolique de (ré)unification européenne que représente cette route, détruite en temps de guerre, reconstruite en temps de paix.

22Ceci étant dit, la Via Regia a aussi fondé sa narration et celle de son patrimoine sur un ensemble d’histoires qui permettent de faire directement le lien avec le local : l’histoire des marchands, des artistes, des militaires, des pèlerins, etc., qui tous ont parcouru ce corridor de circulation est-ouest et ouest-est à un moment donné de l’histoire européenne. Grâce à cet aspect, chacun des membres peut alors construire sa propre relation à l’itinéraire, selon l’endroit où il vit, selon ses centres d’intérêt, ses activités, l’histoire de sa famille, etc., et, ainsi, sa relation à l’échelon européen que représente l’itinéraire.

23Le même processus peut s’observer au sein de l’Itinéraire Saint Martin de Tours et de son réseau de centres culturels associatifs. Il permet là aussi de créer un lien entre d’un côté le personnage de saint Martin, de l’autre les membres du réseau s’échelonnant le long des parcours que Martin a fait au IVe siècle en Europe (depuis l’actuelle Hongrie jusqu’en France, en passant par la Slovénie, l’Italie, l’Allemagne, etc.), ou bien souhaitant mettre en valeur des éléments de patrimoine dit « martinien » – soit des éléments de patrimoine matériel comme des cathédrales, églises, chapelles, fontaines, lieux-dits, etc., soit des éléments de patrimoine immatériel comme les chants, la gastronomie, les traditions du mois de novembre, etc. Ici, chacun des membres s’approprie donc l’itinéraire par le biais d’un aspect patrimonial avec lequel il a une relation directe.

24Enfin, le cas d’ATRIUM est sans doute le plus complexe des trois. En effet, si ici aussi les membres et futurs membres constituent le premier public de la narration européenne du patrimoine qu’il propose, il n’en demeure pas moins que le type de patrimoine travaillé rend le processus d’appropriation plus ardu. Sans entrer dans le détail du processus de réappropriation patrimoniale lié aux bâtiments des régimes totalitaires du XXe siècle et à toutes les questions qu’il soulève, si on s’intéresse spécifiquement au discours construit pour convaincre et à la narration développée par et pour les membres du dispositif, il convient de souligner que le processus de son appropriation passe ici aussi, somme toute, par ce pont créé entre l’échelon local, c’est-à-dire chacune des villes membres du réseau porteur, et l’échelon européen. Mais, de façon métaphorique, on pourrait dire que le pont est ici plus fragile, et que sa construction demande beaucoup plus de négociations de sens directement avec les personnes des différentes villes membres afin de saisir au mieux les significations et implications locales d’un patrimoine mis en avant pour sa valeur pédagogique et historique, bien plus que pour sa valeur esthétique.

25On le voit donc, les membres, actuels ou futurs, d’un itinéraire sont le premier public de la narration européenne du patrimoine, à la condition, finalement, que le discours du réseau porteur autorise une appropriation plus locale, voire plus personnelle, de sa thématique.

Narration européenne du patrimoine : négociation de sens et lieux d’énonciation

26Dans ce processus d’appropriation, les membres des réseaux, actuels et futurs, d’abord public de l’itinéraire, en deviennent ensuite aussi les narrateurs. Ici, nous nous intéressons à deux phénomènes spécifiques qui ont lieu, selon nous, dans ce passage de destinataire à producteur de discours sur le patrimoine que l’itinéraire culturel met en valeur : d’une part, l’acquisition d’une forme de statut d’expert ; d’autre part, les négociations de sens que ce passage implique.

27Ainsi que Jean-Yves Trépos l’indique, l’expertise relève à la fois d’une « confiance en soi-même » tout autant que d’un « dispositif de négociation, qui serait comme une scène publique de l’expertise, assurant la traduction des différents discours en présence » (Trépos, 2002 : 13). Lorsqu’on analyse les documents de communication externe produits à la fois par les membres et par la tête de réseau, on peut dire que ces deux aspects sont présents dans le processus d’appropriation des membres. D’un côté, le fait de devenir membre entraîne une confiance en soi et en sa propre capacité à apporter quelque chose au réseau, tout autant qu’à produire un discours sur du patrimoine considéré comme relevant de l’itinéraire. Mais, d’un autre côté, il convoque aussi un dispositif de négociation par lequel les différentes personnes vont progressivement se sentir incluses dans le réseau et développer d’autant plus leur capacité de production de discours.

28Ainsi, par exemple, dans le cas de la Via Regia, cela passe notamment par l’échange d’expériences qu’il peut y avoir entre les membres. Tel membre ayant raconté telle histoire sur la route ou sur telle localité le long de la route peut alors inspirer d’autres membres à en faire de même. La production d’un dépliant, par exemple, va alors amener l’adaptation du contenu en fonction de la localité, mais sera basée sur le fait que le membre, ou un ensemble de membres, est alors suffisamment en confiance, sûr de ses informations, etc. Les différents documents pourront alors soit se ressembler (un dépliant ayant la même charte graphique que les autres mais un contenu différent), soit se différencier (un dépliant ayant une charte graphique et un contenu différent des autres). Là aussi, cela dépend de la flexibilité du dispositif de négociation au sein duquel, il ne faut pas l’oublier, le coordinateur du réseau – ou bien ses statuts juridiques – peut aussi imposer une forme d’uniformisation.

29Cela est, par exemple, le cas de l’utilisation du Pas de saint Martin, une petite sculpture apposée sur les bâtiments reconnus comme martiniens par les membres des différents centres culturels qui composent le réseau et que l’on peut considérer comme une forme de support de communication, dans le sens où il marque le paysage d’un symbole produisant du sens. La sculpture est toujours la même, peu importe le pays, la région ou le lieu où elle se trouve. En revanche, les histoires qu’on lui associe et que les membres choisissent de raconter peuvent être parfois très différentes, en fonction de la manière dont va être construit le lien, le pont entre l’élément patrimonial local et l’histoire que raconte l’itinéraire à l’échelle européenne – ici, à la fois, la vie et les voyages de Martin, mais aussi la prégnance du patrimoine qui lui est lié tout autant que la valeur universelle du partage. Malgré tout, là encore, c’est l’alliance de la confiance en soi des membres tout autant que l’existence de ce dispositif de négociation qui va permettre aux personnes de prendre l’initiative d’apposer ce pas et de raconter des histoires qu’ils estiment être liées, produisant ainsi un sens qui leur est propre. Aggloméré à tous les autres Pas de saint Martin présents en Europe, le sens construit devient celui d’une certaine histoire de saint Martin et du patrimoine qu’on lui lie aujourd’hui. Le Pas de saint Martin de l’église de Dugo Selo, en Croatie, n’a pas le même sens que celui de la collégiale de Candes-Saint-Martin, en France : dans un cas, il s’agit d’une église dédiée à saint Martin, alors que dans l’autre, il s’agit de l’endroit où serait mort saint Martin. Pourtant, ensemble, et avec tous les autres Pas qui se trouvent en Europe, ils racontent une certaine vision européenne du patrimoine. Le fait que ce sont les membres du réseau qui choisissent les lieux où sont apposés les Pas détermine ici les histoires qui vont être racontées.

30Toutefois, il ne s’agit pas de généraliser trop vite. Il se peut aussi qu’une action isolée d’un membre de réseau demeure une action isolée, et que l’histoire racontée demeure elle-même détachée, locale, sans lien direct avec le sens européen que l’itinéraire voudrait construire sur le patrimoine. Ou bien, qu’au travers de l’appropriation par les membres du discours de l’itinéraire, d’autres histoires soient perçues, puis racontées. En effet, si on revient à l’approche sensible du patrimoine, le processus d’appropriation puis de narration du patrimoine ne peut pas être détaché de l’identité des personnes, de ce qu’elles en perçoivent et choisissent de transmettre. Par conséquent, une partie de la narration ne dépend pas de ce que les têtes de réseau souhaiteraient construire, mais est directement liée au système culturel, au sens qu’Yves Winkin (1981) lui donne, dans lequel les membres interagissent et communiquent. En d’autres termes, toujours en se référant à Winkin, si un itinéraire était un orchestre et que chaque membre avait à jouer sa partition, on ne pourrait pas attendre d’un membre qu’il raconte exactement la même chose qu’un autre membre, de la même manière qu’on n’attendrait pas du basson qu’il joue exactement la même chose que le violon. Leurs partitions sont différentes et, pourtant, tous ensemble, ils jouent la même symphonie. L’ensemble des narrations locales des différents membres participe de la narration européenne du patrimoine mis en commun et en valeur par le réseau porteur.

  • 5 En termes de langues, le Conseil de l’Europe impose que l’anglais ou le français soit l’une des lan (...)
  • 6 Cela implique aussi, pour le chercheur, ainsi que l’exhorte Joanna Nowicki, à adopter une posture r (...)

31Bien que ce ne soit pas l’objet de cet article, il semble malgré tout important de noter ici que dans le dispositif de négociation, les langues jouent, bien entendu, un rôle important5, mais aussi, et c’est là la partie la plus délicate du processus d’appropriation, la traduction culturelle, c’est-à-dire la nécessaire interprétation des histoires déjà racontées afin de pouvoir les transcrire dans d’autres espaces culturels de l’itinéraire. C’est là que se jouent en grande partie les négociations de sens6. Il ne suffit pas, en effet, de traduire le texte produit dans une langue dans une autre langue pour que la compréhension en soit assurée. Or, si on considère que les membres des réseaux porteurs sont le premier public des itinéraires, alors il faut prendre en compte l’aspect de la nécessaire adaptation des textes et des récits afin de créer un contexte favorable à leur circulation entre les membres. Il serait, par exemple dans le cas de la Via Regia, inutile de parler du « contrat de fraternisation héréditaire de Legnica » en français, alors que l’événement « Liegnitzer Erbverbrüderung » en allemand est une expression qui fait sens. Cela tient au fait que ce type de contrat a existé dans l’espace culturel de langue allemande, mais pas dans l’espace culturel francophone. Pour autant, dans le cadre du récit co-construit au sujet de la ville de Legnica (aujourd’hui en Pologne) dans le cadre de la Via Regia, une mise en contexte peut être opérée par la négociation de sens, la description, le récit. Ainsi, le lien entre le local et l’européen se construit.

32La même chose peut être observée pour le patrimoine mis en réseau et en valeur par ATRIUM, où les négociations de sens et les contextualisations jouent un rôle majeur. Cet aspect est si important qu’un travail de recherche, de pédagogie et de formation est mis en œuvre par les instances coordinatrices du réseau, à l’instar des différentes formations qu’il organise autour de la question : « How to deal with dissonant heritage? » (« Comment aborder le patrimoine dissonant ? », notre traduction), en coopération avec le Centre d’études avancées en tourisme de l’Université de Bologne. Sandra Nauert, doctorante à l’Université de Bologne et collaboratrice auprès de l’Itinéraire culturel ATRIUM, analyse d’ailleurs ainsi les négociations de sens et leur prise en compte dans le travail du réseau :

« ATRIUM est aussi confronté à la dissonance dans le sens où différents groupes interprètent ce patrimoine à partir de différentes perspectives. Le concept d’interprétations multiples suggéré par l’approche constructiviste permet l’intégration de différents récits. […] Il y a de nombreux thèmes qui pourraient être développés autour de l’Itinéraire culturel ATRIUM, comme, par exemple, l’architecture et la propagande, l’architecture productrice de consensus, l’architecture et l’idéologie, l’architecture et l’éducation, l’architecture et la planification urbaine. […] Dans le cadre d’une approche bottom-up, une structure narrative fixe et globale à l’ensemble de l’Itinéraire culturel ATRIUM n’est pourtant pas souhaitable. Une stratégie commune est plutôt définie dans le cadre d’un processus de communication démocratique et partagé de la communauté, favorisant ainsi la co-construction de sens aux niveaux local et européen, où les micro-histoires locales sont mises en lien dans un contexte européen plus étendu. Des perspectives, des micro-histoires et des narrations multiples, ainsi que des interprétations historiques différentes, peuvent ainsi être intégrées à un ensemble cohérent au sein d’un cadre éthique commun basé sur l’engagement pour les valeurs démocratiques et le respect des victimes des régimes totalitaires » (Nauert, 2017 : 19, notre traduction).

33À lire et à regarder les différents sites Web, documents imprimés de présentation et de promotion, mais aussi les histoires racontées sur les pages officielles et groupes sur Facebook, on constate facilement que cette analyse pourrait tout aussi bien s’appliquer aux autres itinéraires culturels. Il existe en effet une grande variété de discours, qui s’intègrent malgré tout dans un même récit de l’itinéraire Culturel. Ainsi, dans chacun des trois cas – Via Regia, Saint Martin de Tours et ATRIUM –, on note que, pour raconter l’itinéraire culturel et l’européanité de son patrimoine, des discours d’historiens, de géographes, d’anthropologues, d’universitaires, d’architectes, de responsables politiques, de responsables culturels, de professionnels du tourisme, de passionnés, etc., sont mobilisés, reproduits et mis à la disposition du public. Dans le récit de leurs itinéraires culturels, les réseaux porteurs articulent donc une pluralité de discours et une multiplicité de niveaux de lecture qu’il convient de considérer comme autant de lieux d’énonciation au sens où Bhabha (2007) l’envisageait, c’est-à-dire que les textes, comme d’ailleurs l’iconographie, des itinéraires culturels, s’ancrent à la fois dans le local et dans le lointain, l’européen. Ainsi, « l’acte d’énonciation culturelle – le lieu de l’énoncé – est traversé par la différence d’écriture [et] c’est cette différence dans le processus du langage qui est cruciale à la production de sens, assurant du même coup que celui-ci n’est jamais simplement mimétique et transparent » (Bhabha : 2007). On peut donc dire que les textes produits par les instances dirigeantes et coordinatrices des itinéraires culturels ne peuvent se suffirent à eux-mêmes. Ils ne peuvent être enfermés dans des espaces étriqués et figés puisqu’ils sont construits dans un espace contradictoire et ambivalent. Ce qui peut au départ apparaître comme une dualité d’énonciation entre le local et l’européen devient en fait l’apanage de la production de sens.

Haut de page

Bibliographie

Bhabha (Homi K.). 2007. Les Lieux de la culture. Paris : Payot.

Berti (Eleonora). 2012. Itinerari culturali del Consiglio d’Europa. Tra ricerca di identità e progetto di paesaggio. Florence : Firenze University Press.

Conseil de l’Europe. 2013. Résolution CM/Res(2013)67 révisant les règles d’octroi de la mention « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe ». En ligne : https://search.coe.int/cm/Pages/result_details.aspx?ObjectId=09000016805c69d0 [consulté le 3 novembre 2019].

Davallon (Jean). 2006. Le Don du patrimoine. Paris : Hermes Science-Lavoisier.

Davallon (Jean). 2015. « Mémoire et patrimoine : pour une approche des régimes de patrimonialisation », in Mémoire et nouveaux patrimoines / sous la direction de Cécile Tardy & Vera Dobebei. Marseille : OpenEdition Press. En ligne : https://books.openedition.org/oep/444?lang=fr [consulté le 3 novembre 2019].

Dewitte (Jacques). 2010. « Comment parler de l’identité européenne ? », p. 123-148 in L’Identité de l’Europe / sous la direction de Chantal Delsol & Jean-François Mattéi. Paris : Presses universitaires de France.

Gaillard (Marie). 2015. De la construction à la diffusion du patrimoine européen dans les réseaux transnationaux : processus d’appropriation, de médiation et de diffusion dans les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe. Thèse de doctorat, Université de Lille 3.

Gaillard (Marie). 2017. « Les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe : entre européanité revendiquée et utopie européenne ». Hermès, 77, p. 71-77.

Héritier (Stéphane). 2013. « Le patrimoine comme chronogenèse. Réflexions sur l’espace et le temps ». Annales de Géographie, 689, p. 3-23.

Jewsiewicki (Bogumil). 2017. « Patrimonialiser les mémoires pour accorder à la souffrance la reconnaissance qu’elle mérite », p. 199-220, cité par Christine Brière, « Patrimoines et objets sensibles. La mise en scène des objets et des témoignages au Musée naval de Québec », p. 199-220 in Témoignages et médiations des objets de guerre en musée / sous la direction de Michèle Gellereau. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Milosz (Czeslaw). 1994 (réédition augmentée). Rodzinna Europa [1959]. Cracovie : Wydawnictwo Literackie ; version française : 1980. Une Autre Europe. Trad. du polonais de Georges Sédir. Paris : Gallimard.

Nauert (Sandra). 2017. « The Linguistic and cultural interpretation of dissonant heritage: the ATRIUM Cultural Route ». Almatourism [en ligne], 8(15) : https://almatourism.unibo.it/article/view/6807/6872 [consulté le 3 novembre 2019].

Nowicki (Joanna). 2000. « L’Europe comme référence pour la grande Europe ». Communication & organisation [en ligne], 17 : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/2346 [consulté le 3 novembre 2019].

Nowicki (Joanna). 2005. « Communication interculturelle et construction identitaire européenne ». Hermès, 41, p. 131-138. En ligne : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2005-1-page-131.htm [consulté le 3 novembre 2019].

Rautenberg (Michel) & Tardy (Cécile). 2013. « Patrimoines culturel et naturel : analyse des patrimonialisations ». Culture & Musées, hors-série, p. 115-138.

Ricœur (Paul). 1990. Soi-même comme un autre. Paris : Seuil.

Tardy (Cécile) (dir). 2009. Culture & Musées, 14, « L’écriture du patrimoine ».

Trépos (Jean-Yves). 2002. « L’expertise comme équipement politique de la société civile ». Questions de communication [en ligne], 2, p. 7-18 : http://questionsdecommunication.revues.org/7064 [consulté le 3 novembre 2019].

Winkin (Yves). 1981. La Nouvelle communication. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1 La liste complète et détaillée est disponible en ligne : https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes (consulté le 3 novembre 2019).

2 Les « considérants » sont, dans le jargon des porteurs de projets et des institutionnels, le préambule des textes votés qui rappelle la genèse institutionnelle et juridique du texte en renvoyant, notamment, à des textes antérieurs et/ou liés d’une façon ou d’une autre au texte ensuite développé.

3 Au-delà du premier texte adopté en 1987, appelé Déclaration de Saint-Jacques-de-Compostelle, les discussions et rapports d’experts concernant le voyage comme moyen de développer la conscience collective des Européens ont commencé dès les années 1960, avec notamment les travaux du groupe de travail « L’Europe continue », opérant dans le cadre du Conseil de la coopération culturelle (CDCC) du Conseil de l’Europe, présentés sous le titre « Tourisme culturel et conscience de l’Europe. La prise de conscience collective des hauts lieux culturels de l’Europe et de leur incorporation dans la société de loisirs ».

4 1987 : Déclaration de Saint-Jacques de Compostelle ; 1998 : résolution (98)7 ; 2007 : résolution (2007)12 ; 2010 : résolutions (2010)52 et (2010)53 ; 2013 : résolutions (2013)66 et (2013)67. Une description détaillée de ces évolutions, ainsi que les documents correspondants, peut être trouvée dans Gaillard, 2015, p. 160-186.

5 En termes de langues, le Conseil de l’Europe impose que l’anglais ou le français soit l’une des langues de communication envers le public, en tant que ces deux langues sont les langues officielles de l’organisation. Ensuite, l’utilisation des langues se révèle très diversifiée au sein des réseaux, en fonction des disponibilités de traducteurs (rémunérés ou bénévoles), ainsi que de l’étendue géographique de l’itinéraire. En ce qui concerne les trois cas, on peut toutefois préciser que pour la Via Regia, les langues de travail majoritaires sont l’allemand, l’anglais et l’ukrainien ; dans le cas d’ATRIUM, l’italien et l’anglais ; enfin, pour Saint Martin de Tours, le français a longtemps été inscrit comme unique langue de travail dans les statuts du réseau, mais l’anglais a récemment été introduit suite au développement du réseau.

6 Cela implique aussi, pour le chercheur, ainsi que l’exhorte Joanna Nowicki, à adopter une posture résolument interculturelle, dont l’interprétation et le relativisme font partie : « Interpréter, c’est rendre opératoire l’élément d’interculturalité. Plusieurs précautions s’imposent pourtant. Il faut être dans cette entreprise, comme le dit Dominique Schnapper, un relativiste relatif. Cela signifie relativiser l’expérience jusqu’à un certain point, au-delà duquel il est nécessaire de réaffirmer l’universalité de l’expérience humaine, sinon aucune interculturalité n’est possible, mais simplement une superposition d’images sans rapport les unes avec les autres. Ni universaliste abstrait, ni relativiste radical, le chercheur doit faire concorder le souci du respect du singulier, sans perdre de vue, à aucun moment, l’ancrage de ce dernier dans un horizon d’universalité » (Nowicki, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Gaillard, « Les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe : mises en récits du patrimoine »Culture & Musées, 33 | 2019, 203-214.

Référence électronique

Marie Gaillard, « Les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe : mises en récits du patrimoine »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3353

Haut de page

Auteur

Marie Gaillard

Consultante en développement et mise en œuvre de projets européens auprès d’associations, Marie Gaillard est aussi chercheure indépendante. Après sa thèse en 2015 en sciences de l’information et de la communication sur les processus d’appropriation, de médiation et de transmission du patrimoine européen dans les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe, elle continue alors ses travaux de recherche sur les itinéraires culturels pour approfondir l’étude de ces trois phénomènes, notamment du point de vue de la communication interculturelle. Parallèlement, elle collabore à des projets de recherche universitaire tels que, dernièrement, le projet « Des médiations patrimonialisantes : la transmission de la mémoire scientifique, technique et industrielle », coordonné par Cécile Tardy (Université de Lille), ou bien, en tant que chercheure associée, à des projets de la société civile tels que « COME-IN! – Cooperating for an Open access to Museums towards a wider Inclusion » (coordonné par le Central Europe Initiative). Sa dernière publication en date, « Du patrimoine au patrimoine européen : de la mobilisation du concept à son utilisation dans les réseaux transnationaux des Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe » (2019), a été publiée au sein de l’ouvrage Les Confins du patrimoine, sous la direction de Martin Drouin, Lucie K. Morisset & Michel Rautenberg, Québec : Presses de l’Université du Québec.
Courriel : gaillard_marieh[at]yahoo.de

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search