Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Travaux & notes de rechercheLecturesMarta Severo (dir.). 2018. Itinér...

Travaux & notes de recherche
Lectures

Marta Severo (dir.). 2018. Itinéraires culturels et représentations numériques

Nolwenn Pianezza
p. 218-220
Référence(s) :

Severo (Marta) (dir.). 2018. « Itinéraires culturels et représentations numériques ». Netcom, 32(3-4). En ligne : https://journals.openedition.org/netcom/3503 [consulté le 22 octobre 2019].

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1Les itinéraires culturels (IC), et en particulier les Itinéraires culturels européens (ICE), définis comme des parcours patrimoniaux dessinés à l’échelle de plusieurs pays européens, rassemblent chacun plusieurs typologies catégorielles (patrimoine matériel, immatériel, naturel) autour d’une thématique commune et forment ainsi, le plus souvent, un circuit de visite transnational, qu’il s’agisse de la Route des Vikings, des Chemins de l’art rupestre préhistorique ou encore du Réseau Art nouveau Network. Or, de tels circuits n’ont jusqu’alors fait l’objet que de recherches ponctuelles, monodisciplinaires et monographiques sur un itinéraire particulier, nous dit Marta Severo. Sous sa direction, ce numéro interdisciplinaire de la revue Netcom, intitulé « Itinéraires culturels et représentations numériques », propose donc d’en renouveler l’approche par un regard transverse sur les IC. Les contributions, rédigées en anglais et en français, mettent en effet en perspective plusieurs études de cas et des horizons scientifiques distincts – les SIC, la géographie ou l’ethnologie, entre autres –, et offrent de nouvelles perspectives méthodologiques et épistémologiques.

2Situé dans le prolongement du projet de recherche « Les espaces du patrimoine culturel numérique : topologie et topographies des itinéraires culturels », conduit entre 2015 et 2016, ce numéro en rapporte les résultats. Ainsi, il se fait à la fois point d’orgue de cette recherche récente, état de l’art ou « mise à jour des acquis scientifiques » sur le sujet, et ouverture vers de nouveaux champs d’investigation.

3La recherche en question s’appuie en effet sur un contexte particulier et une opportunité, nous dit-elle, liés au développement de nouveaux corpus de données numériques, désormais disponibles et exploitables pour analyser les IC au prisme des discours, pratiques et usages sociaux qu’ils génèrent, et plus largement des représentations numériques qui en sont produites. La recherche réalisée répond de ce point de vue à un déficit antérieur de données empiriques, et, plus encore, elle réagit à la possibilité nouvelle d’en acquérir : dans ce projet, le numérique se fait alors terrain d’enquête pour recueillir des données nouvellement accessibles – des propos de pèlerins sur les réseaux sociaux Facebook ou Instagram, par exemple –, outil méta-scientifique du chercheur pour produire ou traiter de la donnée analysable – c’est l’exemple d’un prototype de logiciel « géohistographe », ou d’un logiciel de géolocalisation ou système d’information géographique (SIG) – et, à ce titre, un objet d’étude lui-même, puisque les usages sociaux du numérique, à travers le cas des IC, portent un aspect du questionnement.

  • 1 Davallon (Jean). 1999. L’Exposition à l’œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique (...)

4L’intérêt du numéro est donc à la fois d’interroger un objet patrimonial, les IC, à travers un questionnement qui, selon nous, relève de la relation socio-symbolique1 d’acteurs sociaux – les promeneurs ou habitants des territoires traversés – et institutionnels à ce type de patrimoine ; d’autre part de proposer une réflexion épistémologique sur les voies et possibilités de la recherche, telles qu’elles sont étendues par le numérique. Au croisement de ces deux prismes, le numéro questionne finalement « les nouvelles possibilités de représentation numérique de ces objets culturels », c’est-à-dire la manière dont le numérique vient susciter de nouveaux types de discours, formes et formats qui contribuent à construire une image sociale des IC ; de ce point de vue, il aborde la manière dont différents acteurs s’approprient ces dispositifs numériques, et les usages qu’ils en font.

5Par ailleurs, cet ouvrage nous invite à penser les correspondances entre des pratiques sociales sur le terrain et leur traduction numérique : que celle-ci relève de pèlerins qui commentent en ligne leur expérience du parcours, ou d’un travail de production et traitement de données réalisé par le chercheur pour analyser les IC, le numéro situe l’apport incontournable des humanités numériques en termes de possibles. Il propose des cas d’étude analysés, mais se veut également exploratoire, notamment par un travail d’expérimentation d’outils ou de méthodes de recherche tirant profit du numérique, permettant en l’occurrence de saisir la complexité de l’objet de recherche IC, et se veut de ce point de vue résolument prospectif.

6Le numéro explore deux volets de questionnement : « les visualisations topologiques qui prennent en compte les aspects symboliques et sociaux » des IC, et les « représentations topographiques » qui portent sur le « tissu géographique que le parcours traverse », suivis d’une synthèse de repères bibliographiques de référence sur le sujet. Après l’avant-propos de Marta Severo, la première partie se poursuit avec une série de contributions originales sur les ICE, saisis en tant qu’objet de patrimoine singulier. Il s’agit alors d’analyser les mécanismes de la construction de valeur patrimoniale des IC, et la manière dont celle-ci est saisie sur le Web, à partir de trois enquêtes de disciplines distinctes sur l’ICE de la Via Francigena. La seconde partie poursuit habilement la dimension prospective du numéro, puisqu’elle est consacrée à quatre notes de recherche et démontre la large place accordée ici aux démarches de recherche en cours, aux dynamiques scientifiques en mouvement.

7Le propos de la première partie souligne les enjeux politico-institutionnels et socio-identitaires des processus et pratiques observés sur le terrain des itinéraires culturels, en termes de construction de valeur européenne, par une réflexion sur les stratégies des acteurs impliqués. Ce sont alors des enjeux de « gouvernance et de visibilité », ou de mise en mémoire de l’itinéraire, qui émergent le plus souvent dans l’ensemble des cas d’écriture numérique traités. Ils se traduisent le plus finement lorsque les différents auteurs mettent en évidence le geste documentaire de représentation numérique à l’œuvre, comme une opération de production de « traces » – qu’il s’agisse de la trace du passage d’un promeneur sur un chemin, de la trace graphique ou matérielle étalée par la signalétique territoriale le long des routes, du tracé de l’itinéraire ou d’une trace d’usage en ligne du support numérique.

8La deuxième partie de l’ouvrage, consacrée aux notes de recherche, montre toutes les potentialités des IC en tant qu’objet de recherche. Les terrains en friche s’apparentent à une base de données cartographique en ligne d’un itinéraire ou, en dehors des ICE, à un parcours de médiation du patrimoine urbain et à un itinéraire thématique reliant des territoires médiatisés par le cinéma. Leur analyse rejoint alors sans difficulté les enjeux de la première partie, en termes de (re)mise en visibilité du patrimoine, de mise en relation d’objets de savoirs épars, et de développement territorial et touristique, tels qu’ils sont aujourd’hui réouverts par le numérique.

9Par-delà les questionnements qu’il déroule, le numéro présente, enfin, l’intérêt de faire le point sur les définitions d’un itinéraire culturel, notamment en élargissant le spectre de ses terrains bien au-delà de la certification du Conseil de l’Europe accordée aux ICE. Ce travail intègre en effet des parcours non labellisés, des regroupements ou associations d’acteurs, comme en témoigne le cas de la diaspora touareg et les formes de sa communication sur les réseaux sociaux. Le numéro rappelle alors les fondements théoriques posés par Eleonora Berti, docteure et responsable institutionnelle des ICE, situant l’itinéraire comme un « ensemble/réseau de biens culturels complexe […], systémique et transfrontalier », mais également comme « un outil de narration développant […] des thématiques comme […] clé(s) de lecture […] [du] patrimoine ». Ainsi, de voies d’importance historique, objets spatiaux et circuits de visite – d’ailleurs difficilement réalisables –, à la mise en écriture et à la diffusion en ligne qu’ils suscitent, les itinéraires sont ici saisis comme objets et outils de représentation patrimoniale. De fait, ils sont aussi définis comme des processus continus de construction et de re-signification du patrimoine, à l’articulation de l’objet patrimonial, de l’ensemble des acteurs qui l’interprètent et des outils de mise en lumière de patrimoine méconnus. Ce sont, enfin, des dispositifs de « coopération internationale » et de « promotion de nouvelles formes de tourisme » visant au développement de territoires ruraux et à la création d’emplois. Face à la difficulté de définir l’objet patrimonial « itinéraire culturel », le numérique est ainsi présenté comme une opportunité pour mieux décrire le faisceau de relations qu’il tisse entre une route et un territoire : il se fait alors outil d’identification, de connaissance et de lecture du patrimoine dans sa dimension spatio-socio-symbolique.

Haut de page

Notes

1 Davallon (Jean). 1999. L’Exposition à l’œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nolwenn Pianezza, « Marta Severo (dir.). 2018. Itinéraires culturels et représentations numériques »Culture & Musées, 33 | 2019, 218-220.

Référence électronique

Nolwenn Pianezza, « Marta Severo (dir.). 2018. Itinéraires culturels et représentations numériques »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3383

Haut de page

Auteur

Nolwenn Pianezza

Avignon Université, Centre Norbert Elias
Courriel : nolwenn.pianezza[at]univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search