Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Travaux & notes de rechercheLecturesKrzysztof Kowalski. 2013. O Istoc...

Travaux & notes de recherche
Lectures

Krzysztof Kowalski. 2013. O Istocie dziedzictwa europejskiego – rozważania [Réflexions sur l’essence du patrimoine européen]

Magdalena Jamka
p. 221-223
Référence(s) :

Kowalski (Krzysztof). 2013. O Istocie dziedzictwa europejskiego – rozważania. Cracovie : Międzynarodowe Centrum Kultury.

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Krzysztof Kowalski, édité par le Centre culturel international de Cracovie dans la série « Heritologia », toujours non traduit en français, mais que l’on pourrait traduire par Le Sens et l’essence du patrimoine européen – réflexions, est une référence incontournable en Pologne sur le patrimoine. L’auteur a entrepris une analyse d’ensemble du thème du patrimoine, selon une approche sociologique, historique, politique et économique. Il s’y emploie avec grande érudition, puisque plus de trois cents pages sont consacrées à des considérations théoriques et à des matériaux très riches (annexes, notes, bibliographie, résumé en anglais, index des noms et un bref historique du label « Patrimoine européen »).

2Mais l’apport majeur de l’ouvrage de Kowalski réside dans la connaissance profonde de l’auteur de la littérature francophone, qui lui permet de la faire dialoguer avec les auteurs et les références anglophones et germanophones (auxquelles se cantonnent généralement les études polonaises), d’où la place importante accordée aux citations. Cette richesse est aussi une des limites de cet ouvrage. On pourra en effet regretter que l’auteur ne soit pas assez explicite dans ses points de vue, et qu’une conclusion forte fasse défaut. De même, la structure du livre, la complexité du thème ainsi que la terminologie employée par l’auteur n’en rendent pas la lecture aisée. « Le patrimoine est un mot extraordinaire », écrit Kowalski au tout début de l’ouvrage – et ô combien difficile à définir ! –, proche qu’il est de termes comme « tradition », « monument », « narration historique », « lieux de mémoire »… Mais c’est là que réside sa force : dans le dépassement de ces notions tout en s’y référant de manière allusive, dans la représentation qu’il véhicule des fondements symboliques de l’Europe moderne et de l’histoire, y compris la plus récente, comme le montre bien l’historien polonais qui tient compte dans son analyse des bouleversements de ces vingt dernières années en Europe centrale.

3Le premier chapitre du livre (« Premières définitions ») rappelle les nombreuses définitions du patrimoine, ainsi que l’évolution du sens de la notion, y compris ce que l’on peut appeler une rupture dans les années 1980, après le débat en Europe autour de l’œuvre monumentale de Pierre Nora Les Lieux de mémoire (en français dans le texte). Dans la décennie suivante, la signification du terme s’étend encore davantage à des domaines tels que l’ethnologie, la géographie et la biologie. Au début du XXIe siècle, la place grandissante de la communauté locale dans le rapport aux patrimoines et sa démocratisation amène un regard nouveau. C’est également la période d’une nouvelle philosophie du patrimoine menée par le Conseil de l’Europe. En conclusion de ce chapitre, l’auteur affirme que la perception européenne du présent et de l’histoire contient la certitude d’un développement permanent, tandis que « la plupart des civilisations hors du cercle culturel européen ne se définissent pas comme suivant un chemin vers l’avenir, différent et meilleur que le passé ».

4Les définitions de « Biens culturels, monument, patrimoine » constituent l’objet du deuxième chapitre. Kowalski s’attache à rendre compte de la façon dont la notion de monument a élargi son périmètre, pour finalement participer de la construction du patrimoine tel qu’on l’entend aujourd’hui. L’extension patrimoniale s’est opérée sur trois plans : chronologique, topographique et, enfin, classificateur, notamment grâce à la reconnaissance de l’environnement, de la valeur esthétique d’objets quotidiens ou de sites plus récents, tels que l’architecture industrielle ou les gares.

5Dans le troisième chapitre, intitulé « Lieu de mémoire, récit, patrimoine », l’auteur questionne les notions de mémoire et d’identité en les confrontant à la nouvelle philosophie du patrimoine. Il conclut que c’est justement la volonté de se souvenir qui fait d’un endroit un lieu de mémoire, sinon les lieux de mémoire seraient de simples lieux d’histoire. C’est ainsi que Kowalski pose la question de l’existence d’une mémoire européenne commune. Les lieux de mémoire labellisés « Patrimoine européen » révèlent clairement la tension qui existe entre la mémoire vécue par les personnes et la mémoire souhaitée par les institutions. Cette problématique de la dualité du patrimoine revient d’ailleurs à plusieurs reprises dans l’ouvrage. Kowalski conclut en constatant que la polyphonie des mémoires existantes ne permet pas d’en déterminer une commune pour l’Europe. Il suggère que notre tâche serait plutôt d’apprendre la tolérance pour la mémoire des autres, au lieu de chercher à tout prix des lieux de mémoire européenne communs.

6Dans le quatrième chapitre, « Source, récit, valeur », l’auteur s’interroge sur les liens entre le patrimoine et les récits historiques, les sources, les symboles et les mythes. Pour lui, la notion de patrimoine met davantage l’accent sur l’expérience du passé que sur la vérité historique. Elle transmet les mythes nécessaires à l’existence et à la survie d’une communauté. On peut donc dire que la problématique axiologique complexe constitue l’essence du patrimoine.

7Le cinquième chapitre, intitulé « Patrimoine, identité, état post-moderne », s’attarde sur les stratégies sociales de la construction et de l’interprétation du patrimoine aux niveaux individuel, local, national. Car c’est bien un regard plus large sur le patrimoine qui permet de voir deux interprétations : la première liée aux vestiges du passé, à l’histoire nationale, souvent du XIXe siècle ; la seconde, synonyme de valeurs, de mémoires et de connaissances partagées par une communauté.

8Le rôle de l’État change également car il cesse de garantir la pérennité du patrimoine. Par conséquent, le besoin de grands récits historiques, caractéristiques des sociétés occidentales, s’estompe : « il y a une seule histoire mais plusieurs patrimoines, souvent alternatifs ou en conflit ». Kowalski annonce le chapitre suivant consacré aux conséquences de la mondialisation et de la communication.

9Le titre « Produit, simulacre, consumérisme » du chapitre six renvoie à l’aspect touristique du patrimoine. Kowalski aborde ici le patrimoine dans le champ de la culture, précisément du rapport entre consommation des biens culturels mis en rapport avec la culture populaire. Le patrimoine comme produit de la culture populaire présente également un faible niveau artistique et intellectuel, il simplifie la forme et vise la distraction comme le plus petit dénominateur commun.

10Kowalski va plus loin que Antonina Kłoskowska (1980. Kultura masowa. Krytyka i obrona. Varsovie : PWN), puisque, pour lui, le patrimoine fait partie intégrante de la culture. L’heritage industry offre le passé comme un produit de la culture populaire/de masse et le place sur le marché global des biens culturels, par exemple pour renforcer l’attractivité d’une destination touristique. Le patrimoine joue également un rôle pratique dans le monde d’aujourd’hui en répondant aux besoins et aux attentes culturels de la société moderne. Sur ce point, l’auteur nous met en garde : la culture en tant que ressource n’est pas inépuisable, la surexploitation des ressources mondiales de la culture et l’impossibilité où elle se trouve de se régénérer pourraient causer « la perte des expériences humaines, dans lesquelles puise la production des biens culturels ».

11L’analyse du patrimoine dans le contexte politique fait l’objet du dernier chapitre (« Patrimoine, mythe, politique »). Avec son interprétation souple et sélective du passé, et son lien avec les sociétés, le patrimoine permet de déterminer les frontières d’une communauté mais peut également mener à l’exclusion, au mépris ou à l’oubli des biens culturels qui ne sont pas considérés comme nôtres. Il implique aussi le concept d’un lourd héritage, la problématique des bourreaux et des victimes. Le mythe (et donc le patrimoine) a pour fonction d’unir la communauté, en parlant du passé héroïque, des victoires, du chemin vers la liberté, des origines.

12L’historien polonais s’interroge sur la dualité du patrimoine, à la fois protecteur et destructeur, et les passés difficiles de nos peuples qui rendent ardue la construction d’un grand récit commun, d’une version commune du patrimoine européen. Avec la création de l’Union européenne, les grands récits ont cédé la place à une vision multiculturelle et multilingue de l’Europe. Les communautés se sont divisées en pays, en régions. Cependant, d’après l’auteur, c’est justement la diversité des cultures et des communautés ainsi que l’interprétation, parfois individuelle, du patrimoine qui constituent la force et la richesse de celui-ci. L’élargissement de l’UE oblige à redéfinir constamment la notion du patrimoine commun dont la force réside dans la diversité. Dans ses dernières pages, le livre de Kowalski illustre diverses actions de l’Europe visant à construire une mémoire et un patrimoine communs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magdalena Jamka, « Krzysztof Kowalski. 2013. O Istocie dziedzictwa europejskiego – rozważania [Réflexions sur l’essence du patrimoine européen] »Culture & Musées, 33 | 2019, 221-223.

Référence électronique

Magdalena Jamka, « Krzysztof Kowalski. 2013. O Istocie dziedzictwa europejskiego – rozważania [Réflexions sur l’essence du patrimoine européen] »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3390

Haut de page

Auteur

Magdalena Jamka

Courriel : magda.jamka[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search