Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Travaux & notes de rechercheLecturesDominique Berthet (dir.). 2018. C...

Travaux & notes de recherche
Lectures

Dominique Berthet (dir.). 2018. Création et engagement

Marie-Sylvie Poli
p. 224-227
Référence(s) :

Berthet (Dominique) (dir.). 2018. Création et engagement. Paris : L’Harmattan (Ouverture philosophique).

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication des actes du colloque organisé par le Cereap à la Martinique les 30 novembre et 1er décembre 2013, sous la responsabilité scientifique de Dominique Berthet, sur le thème « Art et engagement ».

2Le livre prolonge les travaux du n° 19 de la revue Recherches en esthétique paru en 2014 sur ce même thème. Les chercheurs et les étudiants intéressés par une approche multidisciplinaire à la fois théorique et appliquée des liens entre art et engagement en ce début de XXIe siècle trouveront donc, entre les articles de la revue et ces actes de colloque, de quoi nourrir leur réflexion sur cette thématique qui concerne l’esthétique, la philosophie, la muséologie, la sociologie. Certains contributeurs sont des artistes qui livrent ici une démarche réflexive sur les formes et les raisons de l’engagement dans leur travail. Des photos en couleurs de qualité accrochent le regard et nourrissent la réflexion du lecteur.

3Dans l’avant-propos, « Traiter de l’engagement », Dominique Berthet présente les deux axes de réflexion autour desquels s’articule l’ensemble des textes. Le premier axe concerne « l’artiste engagé dans sa pratique » artistique formelle ou plastique. Le second axe, plus sociologique et philosophique, concerne « l’éventuelle implication de l’artiste dans la société ». Ces deux perspectives de questionnement permettent selon lui de « repenser, une fois de plus, les limites et les définitions de l’art ».

Les contributions de théoriciens

4Dans « L’artivisme, une nouvelle forme d’engagement » (p. 33-42), Dominique Berthet définit l’artivisme autant comme un art de vivre que comme une pratique engagée de l’art. Les artistes qu’il considère comme des artivistes mènent des actions à propos de questions sociales ou politiques. Une attitude qu’il rapproche de la démarche subversive des artistes de Fluxus, utopie qui relie l’art et la vie par des actions concrètes créées comme des actes de résistance à une société trop étouffante. Les Guerrilla Girls de New York ou les Pussy Riot de Moscou en 2011, qui traitent avec humour et violence des droits des femmes, sont représentatives de l’artivisme. Leurs démarches courageuses (les exposant à l’emprisonnement) redonnent à l’art une violence contestataire inattendue dont les murs sages des galeries et des musées sont généralement dépourvus.

5Dans « L’exhibition de l’intime » (p. 13-31), Valérie Arrault se recentre sur la question de la dimension subversive du travail sur le corps de certaines et certains artistes contemporains. Si son approche est nourrie de psychanalyse, elle salue la force politique des travaux subversifs d’artistes engagés dans des approches individuelles qui visent à bousculer les tabous, les codes établis dans les mondes de l’art (Dan Graham, Clarisse Hahn, Niki de Saint Phalle, Andres Serrano, Adel Abdessemed, par exemple). L’intime en art serait engagé dès lors qu’il permet à l’artiste, à travers ses obsessions plastiques, de bouleverser les codes culturels qui régissent notre rapport à l’érotisme, à la spectacularisation du corps.

6Avec « L’engagement artistique entre le monde de l’art et le monde de l’œuvre (ou déspécification des dispositifs artistiques) » (p. 69-84), Dominique Chateau reprend le postulat de Becker : « parler de l’art, c’est une façon particulière de parler de la société et des mécanismes sociaux en général ». Il analyse la tension entre deux registres de pensée de l’engagement dans l’art, le registre sociologique et le registre ontologique. En mobilisant les apports de Bourdieu, Danto et Dickie sur ce thème, il opère une réflexion dialectique entre le statut de l’artiste qui défend sa singularité à l’égard du social et les pratiques par lesquelles l’artiste introduit rébellion et bouleversement des normes établies par les mondes de l’art. Une tension déjà analysée par Hannah Arendt : « l’artiste porte le flambeau d’une attitude humaine singulière en tant qu’il propose à la société des productions décalées, voire hostiles, que celle-ci intègre ultérieurement comme modèles culturels ». Puis il traite du street art comme d’une forme artistique urbaine nomade engagée qui rejette le dispositif institutionnel de l’exposition. Ce qui lui permet de proposer sa notion de spécification du dispositif : « ce qui manifeste un écart vis-à-vis des formes institutionnelles canoniques qui permet d’ouvrir de nouvelles aires d’exercice pour l’engagement artistique ».

7Avec « Michel Rovélas, quand parlent les bambous : une poétique politique, un engagement esthétique » (p. 95-104), Patricia Donatien analyse la puissance de la complémentarité entre une esthétique mythologique critique de l’identité créole et une démarche militante sociale dans l’œuvre du plasticien Michel Rovélas. Elle se réfère pour cela à l’exposition Mythologies créoles à Basse-Terre. Selon elle, « l’engagement artistique est la mise en forme plastique d’idées, de rêves, de projets et d’utopies ».

8Dans « Anarkia Boladona : anartiste féministe du street art brésilien » (p. 105-118), Hugues Henri s’intéresse au travail de cette street artist née en 1982, dont la démarche de vie radicale relève du refus du patriarcat judéo-chrétien du Brésil, son pays. Il la considère comme une « anartiste » qui prend des risques en créant des graffitis féministes pour lutter contre le machisme brésilien ambiant.

9Dans « La question de l’engagement artistique en sociologie des arts » (p. 143-164), Bruno Péquignot règle des comptes avec la communication qu’il qualifie de sphère de la fausse conscience et de parole vide qui ne relève que de l’incommunicable. Sa contribution est inspirée par Pierre Francastel qui, dans Théorie des arts plastiques, définit l’art comme « une forme de pensée absolument irréductible à toutes les autres ». Parce que l’art n’est surtout pas de la communication, l’artiste prend le risque de ne pas être compris au moment de la réception de son œuvre. Car la pensée par l’art n’est pas traduisible en discours, qu’il soit politique ou autre. Et c’est tant mieux, car l’art n’est selon Péquignot au service d’aucun discours. Il est pensée critique en soi.

10Dans « Illéité et création artistique : le cas de La Réunion. Quel engagement pour les artistes réunionnais ? » (p. 165-184), Isabelle Poussier commente les œuvres de plusieurs artistes de plusieurs générations. Dans le regard qu’elle porte sur leurs œuvres pour penser la notion d’engagement, les questions de multiculturalisme et d’ouverture au monde sont centrales.

11« Art et engagement dans l’œuvre de l’artiste cubaine Tania Bruguera », de Sophie Ravion d’Ingianni (p. 185-197), est un texte consacré au travail de Tania Bruguera, née en 1968 à La Havane, qui se réapproprie, par l’autoréflexion, les œuvres de l’artiste Ana Mendieta (1948-1985). Les questions de l’engagement sont abordées à travers les démarches critiques des performances de ces artistes femmes sur les médias contemporains qui organisent les rapports sociaux et publics de leur pays.

Les contributions d’artistes plasticiens

12Dans « Art et engagement : dissidence du droit de retrait » (p. 133-141), l’artiste plasticien caribéen Bruno Pedurand défend ce point de vue : « la mise en avant de la fonction sociale de l’art et de l’artiste est essentielle ». Interroger les moyens artistiques et les démarches des artistes politiquement engagés en leur attribuant la possibilité pragmatique et critique de transformer le spectateur en acteur, telle est sa position. Il se revendique aussi comme acteur engagé dans la « chaîne de coopération » théorisée par Howard Becker.

13Dans « La part de l’ange » (p. 199-206), qui réfère beaucoup aux écrits de Simondon, l’artiste plasticien Sentier mobilise la métaphore de l’ange pour évoquer sa réflexion sur l’engagement en art. Selon lui, l’ange évoque « le dépassement de soi, le débordement de la dimension individuelle ». Et puis : « je conçois l’art comme un gardien muet, comme une balise d’alerte, comme un garde-fou ». Enfin, il insiste sur la force du lien de chaque artiste à un collectif en dehors duquel aucun ne saurait exister, pour s’engager.

Littérature et engagement

14Solange Bussy s’intéresse à la mécanique d’écriture engagée dans et par la fiction historique dans le roman El Prisionero del cielo. Elle analyse comment les personnages historiques sont traités par Ruis Zafón comme des figures romanesques lors de la terreur franquiste. Pour démontrer la liberté de l’écrivain, le recours à l’ironie est fondamental, comme le dit explicitement le titre de sa communication : « El prisonerio del Cielo de Ruis Zafón : une mise en ironie de la terreur franquiste servant l’imposture en littérature » (p. 43-52).

15Laurette Célestine propose, dans « L’engagement protéiforme de Breyten Breytenbach » (p. 53-68), une analyse de l’engagement de ce peintre écrivain né en Afrique du Sud et qui pratique l’autodérision dans ses textes et ses aquarelles. Dans Tout un cheval. Fictions et images, priorité est donnée au multilinguisme et à l’humour-thérapie par cet artiste (né en 1939) qui mit son engagement artistique au service de la lutte contre l’apartheid.

Cinéma et engagement

16Envisager le cinéma comme un art engagé, car il serait « une alternative aux pouvoirs des images que les puissances politiques, médiatiques et économiques instrumentalisent sans relâche à l’encontre du bien commun », telle est la proposition de José Moure dans « De quelques formes de l’engagement cinématographique » (p. 119-131). En se référant d’abord à Jacques Rancière dans sa définition du politique, puis à Walter Benjamin et Hannah Arendt, il avance que le cinéma est un art engagé lorsqu’il mobilise toutes les modalités esthétiques (fiction, documentaire, essai) pour créer des œuvres historisées à teneur critique, c’est-à-dire politiques. Un cinéma engagé serait ainsi pour lui un cinéma délivré de toute « servitude narrative ».

Haut de page

Références

Référence papier

Marie-Sylvie Poli, « Dominique Berthet (dir.). 2018. Création et engagement »Culture & Musées, 33 | 2019, 224-227.

Référence électronique

Marie-Sylvie Poli, « Dominique Berthet (dir.). 2018. Création et engagement »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3407 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.3407

Haut de page

Auteur

Marie-Sylvie Poli

Avignon Université, laboratoire Culture et Communication
Courriel : marie-sylvie.poli[at]univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search