Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Travaux & notes de rechercheLecturesFlorent Favard. 2018. Le Récit da...

Travaux & notes de recherche
Lectures

Florent Favard. 2018. Le Récit dans les séries de science-fiction. De Star Trek à X-Files

Céline Nguyen
p. 228-230
Référence(s) :

Favard (Florent). 2018. Le Récit dans les séries de science-fiction. De Star Trek à X-Files. Paris : Armand Colin.

Texte intégral

1Cet ouvrage paru en 2018 est issu du travail de thèse de Florent Favard, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles de l’Université de Bordeaux, et spécialiste de la question du récit dans les genres de l’imaginaire. En un peu plus de 200 pages, l’auteur nous fait voyager dans l’univers de séries d’un genre particulier : la science-fiction. Texte accessible et fluide, il s’adresse avant tout à un public universitaire diversifié que sont les spécialistes et passionnés de séries – production culturelle en plein essor –, les spécialistes de littérature ou de cinéma de science-fiction, les chercheurs et enseignants s’intéressant au pouvoir de la fiction et à ses fonctions, ou, enfin, les « narratologues » qui voudraient comprendre la spécificité des récits de ce genre protéiforme. Cet ouvrage est également utile pour les chercheurs et professionnels de la culture. Il pourra aider à comprendre sur quels leviers (thèmes, éléments de récit notamment) la scénarisation repose et engage le spectateur ; il fournit ainsi des clés d’entrée pour concevoir une série, une exposition, un film… Les nombreux exemples mentionnés par l’auteur constituent par ailleurs un vivier intéressant dans lequel puiser des illustrations significatives pour une exposition, une situation de médiation visant à interroger les possibles, les peurs, les espoirs ou tout simplement le genre. L’objectif de cet ouvrage est d’analyser et de mettre au jour l’articulation fertile entre un genre fondé sur l’imaginaire et la rupture, la science-fiction et les séries, objet culturel d’essence narrative. Parce que les séries de science-fiction, très nombreuses depuis les années 1950 sur nos écrans, constituent des caisses de résonance « aux harmonies plus ou moins dissonantes, toujours révélatrices des angoisses et des espoirs d’une époque » (p. 9), elles n’ont de cesse de nous interpeller. Leur art du décalage à l’origine de l’« étrangéisation cognitive » (p. 12) nous invite à voir le monde autrement et surtout à le questionner.

2Mais le genre ne serait rien sans le récit et, surtout, la complexité narrative rendue possible par le format sériel (des épisodes et des saisons), ses arcs narratifs, ses intrigues micro ou macroscopiques, ou la multiplicité des personnages. C’est précisément sur cette articulation, « cette osmose, cette évolution conjointe entre une force narrative et un genre fictionnel que le présent ouvrage entend explorer » (p. 23).

3Florent Favard a organisé son ouvrage en cinq chapitres thématiques. Avant cela, une préface de Ioanis Deroide, spécialiste des séries comme lui, et une introduction éclairante sur le genre, son intérêt et les enjeux de l’ouvrage, sont proposées à la lecture.

4Le premier chapitre est consacré à l’exploration, thème souvent central dans le récit de science-fiction. Non seulement il permet de se renouveler d’épisode en épisode, mais il emmène également le lecteur à la rencontre de l’inconnu (celui des mondes possibles comme celui des planètes lointaines). L’auteur nous fait découvrir ou voir sous un autre angle des séries que nous apprécions ou avons à tort délaissées ou oubliées. Les anthologies (de type Black Mirror), les serial comme Star Trek, Battlestar Galactica ou encore les séries mecha japonaises (des séries construites autour de personnages qui pilotent des robots ou sont équipés d’armures robotisées) fournissent de nombreuses illustrations. Elles mettent surtout en évidence les liens que ces œuvres tissent avec le contexte politique et idéologique de l’époque, comme au temps de la guerre froide qui, on le sait, s’est largement appuyée sur la conquête spatiale et son essence exploratoire pour se développer.

5Dans le deuxième chapitre, l’auteur montre que la complexité narrative des séries rend possible le déploiement de mythologies (de l’alien, de la quête…). Il souligne avec justesse que ces mythologies se construisent souvent autour d’un mystère et de la pulsion de complétude (l’envie d’aller plus loin) qui l’accompagne. Ainsi, selon lui, les rouages secrets des mondes fictionnels proviennent au fond moins des intrigues que de la « cohésion qui naît au sein d’un vaste monde fictionnel en déploiement » (p. 63), cohésion qui dépasse l’intrigue au long cours.

6Le conflit est un thème récurrent dans les séries de science-fiction. Florent Favard en explique la raison dans le troisième chapitre : sa force réside en effet dans un couplage particulièrement riche avec la complexité narrative. Le conflit permet en effet de densifier les intrigues, de faire évoluer les personnages et les spectateurs avec, mais aussi de multiplier les points de vue.

7Le quatrième chapitre revient sur un classique du genre : le voyage dans le temps. Les flashbacks (éléments narratifs de retour en arrière), flashforwards (éléments narratifs de projection dans le futur) ou flashsideways (éléments narratifs qui se déroulent dans une réalité alternative) constituent des modalités narratives intéressantes qui ont des fonctions diverses et centrales : éclairer le passé, approfondir la connaissance d’un personnage, provoquer un effet comique, explorer les causes. Là encore, on comprend que le voyage dans le temps est non seulement un atout pour le déploiement du récit et les concepteurs de la série de science-fiction, mais aussi pour le spectateur qui pourra s’interroger sur son propre futur.

8Le dernier chapitre concerne plus précisément, et sans forcément l’afficher, l’intérêt des séries de science-fiction pour penser l’éthique ou plus modestement la place de la technologie dans nos sociétés. En réalité, il n’est pas possible de détacher ces mondes et récits fictionnels du contexte sociopolitique et technologique dans lequel ils se déploient. Ainsi, Black Mirror nous invite à nous interroger sur les technologies de l’information et de la communication telles que nous les connaissons et telles qu’elles pourraient être. X-Files est une série qui porte sur le complexe militaro-industriel, tandis que Real Humans interroge notre humanité via les hubots (robots humanoïdes) dotés d’intelligence artificielle qui accompagnent les humains. Ainsi, l’auteur s’inscrit dans la lignée des chercheurs (en sociologie ou sciences de l’information et de la communication notamment, comme, par exemple, Jean-Pierre Esquenazi, François Jost, Sabine Chalvon-Demersay ou Hervé Glevarec) qui pensent que les séries ont une « incidence sur le regard que nous portons sur le monde » (p. 166) et qu’elles puisent dans le réel.

9Le lecteur pourra naviguer librement d’un chapitre à l’autre selon ses centres d’intérêt. Deux index, un pour les séries, l’autre pour les notions, lui permettront également de se repérer facilement dans l’ouvrage et de trouver rapidement les séries qu’ils souhaitent découvrir, approfondir ou étudier comme les concepts mobilisés. Quelques illustrations en noir et blanc rythment le texte. Elles appuient certains dialogues, mettent en avant certains personnages.

10On appréciera la grande quantité d’exemples, anciens ou récents, anglo-saxons ou non, qui donnent envie de découvrir les séries. L’auteur connaît son affaire : il maîtrise les intrigues et contenus (sans jamais dévoiler), compare les œuvres et pointe leurs évolutions significatives. En contrepartie, le lecteur pourra parfois regretter un effet catalogue dû à la juxtaposition d’exemples sans qu’un lien fort ou une petite synthèse soit établi. Certains points auraient mérité d’être développés ou précisés : les mythologies (chap. 2) ne sont pas toujours explicites, et l’auteur aurait pu (mais ce n’est pas son cadre d’analyse) puiser dans les travaux de recherche consacrés à la réception pour approfondir ce qui peut, tant dans le genre que dans la mise en récit, expliquer l’attachement à ces séries particulières. Enfin, le dernier chapitre aurait pu s’appuyer davantage sur la littérature qui investit depuis plusieurs années maintenant les liens entre imaginaire, fiction, récit et éthique (Kemp, Bruner, Pierron, etc.).

11Il n’en reste pas moins que cet ouvrage est riche et repose sur un thème porteur ; il propose un point de vue tout à fait intéressant et inédit sur un genre et un type d’œuvres qui sont aujourd’hui, et à juste titre, reconnus par les spectateurs et les universitaires comme des productions culturelles à part entière.

Haut de page

Références

Référence papier

Céline Nguyen, « Florent Favard. 2018. Le Récit dans les séries de science-fiction. De Star Trek à X-Files »Culture & Musées, 33 | 2019, 228-230.

Référence électronique

Céline Nguyen, « Florent Favard. 2018. Le Récit dans les séries de science-fiction. De Star Trek à X-Files »Culture & Musées [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/3414

Haut de page

Auteur

Céline Nguyen

INSA Lyon, S2HEP
Courriel : celine.nguyen[at]insa-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search