Navigation – Plan du site
Expériences et points de vue
Expérience

Les apports des dispositifs de lecture pour une population pénale

Christine Évain et Chris de Marco
p. 184-187

Texte intégral

1En avril 2012, un reportage de France Culture sur la lecture en prison s’ouvre sur l’annonce d’une mesure adoptée dans quatre prisons surpeuplées du Brésil : chaque livre lu donnera lieu à une remise de peine de quatre jours.

2Quelles que soient les réactions et questions que suscite une telle initiative, force est de constater qu’elle place la lecture au cœur du processus de réinsertion. En France, depuis les protocoles d’accord entre culture et justice des années 1980, l’action culturelle en prison non seulement est perçue comme bénéfique, mais fait également partie du dispositif d’insertion. Notre équipe d’enseignants-chercheurs, à laquelle s’ajoute un groupe d’étudiants de l’École centrale, est profondément convaincue des bénéfices de l’action culturelle en prison et souhaite proposer un dispositif de lecture numérique au milieu carcéral. Notre travail relatif à ce milieu est trop récent pour que nous puissions disposer de nouvelles données permettant de légitimer plus avant les efforts et investissements réalisés dans ce domaine. Ainsi, nous essayons plutôt de situer nos pistes de recherche sur un plan pratique, afin d’envisager la faisabilité organisationnelle et institutionnelle de notre projet en prison.

  • 1 Les théories de la lecture de la seconde moitié du xxe siècle proposent une conception de la lectur (...)
  • 2 Le terme désigne aussi bien le logiciel breveté par l’École centrale de Nantes (ECN) que les livret (...)

3Ce travail n’en est, pour l’instant, qu’à ses débuts et il nous reste à franchir nombre d’obstacles avant que le projet devienne réalité. Nous ne sommes pas encore aux étapes de tests et d’implémentation d’une plate-forme numérique, ni aux analyses de perception du dispositif en milieu carcéral. Les principaux arguments en faveur de notre dispositif font référence à nos expériences pilotes menées en dehors du milieu carcéral, dont les conclusions sont transposables dans tous les contextes où se pose la question de la promotion de la lecture. Il convient ici de distinguer la promotion de la lecture (sujet qu’il serait utile de développer à l’aide des travaux de chercheurs, critiques littéraires, sociologues et théoriciens de la lecture1) et la plate-forme sur laquelle nous travaillons (eZB, eZoomBook2), qui est un outil visant à simplifier l’organisation pratique de nos ateliers de lecture en milieu carcéral, tant au niveau des ressources que de celui des dynamiques communautaires virtuelles. Cette plate-forme numérique permet de puiser dans une bibliothèque de livres pour créer et développer des documents interactifs sur plusieurs niveaux, allant du texte original à différentes versions enrichies.

4Pour tracer les grandes lignes de l’utilisation de la plate-forme telle que nous l’envisageons pour contribuer à la promotion de la culture en prison, nous ouvrirons notre propos en évoquant brièvement les difficultés que représente la promotion de la lecture ainsi que les conditions susceptibles de favoriser l’action culturelle et les conseils que nous ont apportés les travailleurs sociaux lorsque nous leur avons fait part de notre projet. Dans un second temps, nous nous appuierons sur les actions que nous avons menées pour la promotion de la lecture en langue étrangère, ainsi que sur l’expérience d’un club de lecture « Shakespeare » que nous avons lancé à l’École centrale en collaboration avec les prisonniers du centre de détention de Nantes.

La lecture en milieu carcéral : volonté d’évolution et considérations pratiques

  • 3 De nombreux articles et ouvrages reflètent cette volonté gouvernementale. Voir, par exemple, les tr (...)
  • 4 Voir par exemple Florine Siganos précédemment citée : le résumé qu’elle propose dans L’Action cultu (...)
  • 5 Cet historique nous renvoie également aux débats concernant la finalité de l’univers carcéral : pun (...)

5Depuis près d’une trentaine d’années se développe, en France, une volonté gouvernementale, inscrite dans les textes, de promouvoir l’action culturelle en prison3. Ce projet est dans la lignée d’une politique de démocratisation culturelle qui se met en place après la Seconde guerre mondiale. Il existe bon nombre de rapports, enquêtes et analyses universitaires qui rendent compte des efforts politiques et associatifs en faveur de l’intégration de la culture en milieu carcéral, qui retracent l’historique de l’action culturelle4 et s’interrogent sur l’efficacité de ces mesures selon différents types de critères5. Malgré la volonté politique qui se traduit notamment par une nouvelle législation dans les années 1980 précédemment mentionnée, l’accès à la culture, dans la pratique, est loin d’être simple car il suppose une logistique pour la circulation des ouvrages qui est souvent lourde d’un point de vue administratif, et parfois défaillante. Il suppose également une qualité humaine de la part des intervenants, qu’il est difficile de faire émerger ou d’organiser.

6Le niveau de qualité d’intervention culturelle dépend non seulement des compétences, de la générosité et de l’engagement des acteurs concernés, mais également de la prise de conscience des enjeux et de la volonté de surmonter un certain scepticisme ambiant (Fabiani, 1995 : 91-109), sans parler des problèmes logistiques et organisationnels (Fabiani, 1995 : 68). Lorsque notre équipe d’enseignants-chercheurs de l’École centrale et d’Audencia a proposé de mettre en place un club de lecture au centre de détention de Nantes, nous avons pris conscience de quelques-unes des difficultés pratiques auxquelles Jean-Louis Fabiani (1995) fait référence. Celles-ci nous ont amené à revoir nos ambitions. En effet, nous souhaitions, dans le cadre d’un cours optionnel sur Shakespeare, organiser des séances hebdomadaires avec les détenus. Or, malgré notre capacité à nous conformer aux exigences et délais administratifs exposés par notre interlocutrice, chargée de mission pour le développement culturel en milieu pénitentiaire Pays de la Loire, nous avons dû réduire notre projet à seulement deux séances sur le semestre, que nous avons appelées master class, – indiquant par là même que nous avions renoncé à notre désir initial de partages réguliers. Cette modification d’objectif s’est effectuée principalement pour les raisons suivantes :

  • l’effectif de notre groupe d’élèves ne pouvait pas excéder une petite dizaine d’étudiants (il a donc fallu subdiviser le groupe d’étudiants de l’École centrale) ;

  • il fallait prévoir trois quarts d’heure pour que notre groupe franchisse les étapes de sécurité (ce temps supplémentaire s’ajoutait au temps de déplacement pour nous rendre au centre de détention) ;

  • nos séances de lecture ayant lieu le matin (selon les contraintes de l’emploi du temps de notre établissement), elles ne pouvaient dépasser une heure et demie car les détenus devaient être de retour dans leurs cellules à 11 h 30 pour le déjeuner.

7Malgré la volonté de notre équipe d’enseignants-chercheurs, la souplesse de notre direction de la formation pour les contenus et l’organisation des cours optionnels et l’aide de l’administration pénitentiaire, il est difficilement envisageable de mettre en place des cours communs réguliers entre un établissement tel que l’École centrale de Nantes et le centre de détention. Cette contrainte organisationnelle plaide pour un dispositif qui permettrait au groupe de lecture de fonctionner de manière hybride, avec un partage autour de la lecture à distance puis en présentiel. Comme nous le verrons, c’est précisément la vocation de la plate-forme numérique eZB. Par ailleurs, la coordinatrice culturelle de l’administration pénitentiaire nous a fait part de l’impossibilité d’apporter nos ordinateurs ou tablettes au sein de la prison, limitant ainsi l’accès à nos ressources habituelles et documents partagés. Ainsi, le déploiement de la plate-forme en milieu carcéral permettrait également de faciliter l’accès aux ressources.

Notre démarche pour la promotion de la lecture en milieu carcéral

8Notre projet consiste à instaurer la plate-forme numérique sur un réseau Intranet en prison afin que détenus et intervenants culturels puissent avoir accès aux œuvres et à une gamme d’activités littéraires s’appuyant sur la méthodologie pédagogique ainsi que sur les multiples fonctionnalités de la plate-forme.

9Le dispositif nous invite à une réflexion sur l’adaptation de la pédagogie au milieu carcéral d’une part, et d’autre part, sur les lieux et les temps de la formation (équilibre entre travail en autonomie, travail collaboratif et cours en présentiel, etc.). En effet, si le premier avantage de la plate-forme numérique pourrait être d’offrir un catalogue de livres de centaines d’ouvrages dans toutes les langues, sur tablette, elle pourrait permettre aussi bien un travail en mode individuel que collectif, ce qui ouvrirait un large champ d’activités pédagogiques. Le travail qu’il est possible d’effectuer sur la plate-forme va de la lecture, de la prise de notes et sélection de citations, aux échanges de commentaires, etc. Ainsi, les avantages que nous anticipons s’inscrivent comme une réponse à trois types de ruptures clairement identifiées par les travailleurs sociaux. Il s’agit en effet d’une action qui se donne pour mission de contribuer à restaurer :

  • liens individuels : l’activité de lecture permet d’améliorer l’image que l’on a de soi-même ;

  • liens communautaires : le partage sur la plate-forme permet l’appartenance à un groupe qui est celui du club de lecture ;

  • liens sociétaires, c’est-à-dire les liens de soi au tout social. « C’est la participation de l’individu aux instances sociales existantes, activité économique, marché du travail, vie politique […] (solidarité organique de Durkheim). » (Outin, 2009 : 19.)

10D’un point de vue pratique, les ressources sur la plate-forme faciliteraient, pour les bibliothécaires en milieu carcéral, l’acquisition et la gestion des fonds. La plupart des ouvrages dans le domaine public seront disponibles sur la plate-forme. Ce catalogue pourrait être complété grâce aux partenariats que nous souhaitons monter avec éditeurs et agrégateurs de contenus. Les mesures annoncées depuis 2012, selon lesquelles l’administration pénitentiaire développerait un « Internet encadré » pour les détenus, favorisent non seulement l’accès à une plate-forme de ressources digitales, mais rendent également possible l’avènement de nouvelles dynamiques de lectures collaboratives. Ces dynamiques comprendraient non seulement celles menées avec nos groupes pilotes jusqu’à présent (réalisations individuelles et constructions collectives, comprenant également des corrections et appréciations par les pairs), mais également des idées nouvelles comme celle qui consiste à proposer les échanges et recommandations de livres proposés par les détenus et leurs proches.

11Enfin, pour enrichir les possibilités du dispositif, il conviendrait de le compléter par l’apport des intervenants culturels. Il s’agit d’inciter ces intervenants à se saisir de cette plate-forme comme d’un outil sur lequel ils peuvent greffer leurs propres activités autour de la lecture.

Conclusion

12En supposant qu’un système de plate-forme numérique puisse être défini, financé, construit, puis installé sur l’Intranet de sites pilotes, la plate-forme pourrait-elle effectivement permettre, comme nous l’espérons, une collaboration avec un groupe de personnes extérieures à la prison ? Cet enjeu paraît fondamental à notre équipe : nous souhaitons en effet encourager ce double mouvement qui consiste d’une part à faire rentrer les gens de l’extérieur pour qu’ils démythifient la prison, et d’autre part, à faire sortir intellectuellement les détenus de leur condition à l’intérieur de la prison.

13Il nous reste à franchir de nombreux obstacles pratiques avant que ce projet de plate-forme ne devienne réalité. Ces obstacles d’ordres technique et organisationnel impliquent, pour notre équipe, la recherche de budgets, difficiles à trouver, tant il est vrai aujourd’hui que l’écart entre volonté politique et moyens financiers se creuse. Par ailleurs, loin d’être une solution miracle, notre proposition de plate-forme et de dispositif numérique met en lumière, plus que jamais, l’importance d’encourager non seulement l’action de bénévoles occasionnels, mais également celle, constante, d’intervenants spécialisés. Par leur compétence et leur implication, ces derniers sont davantage à même de promouvoir la lecture, en s’appuyant, par exemple, sur les enseignants permanents du milieu carcéral et le référent ou coordinateur culturel. Ainsi, c’est un ensemble d’acteurs et d’actions, une chaîne composée d’éléments hétérogènes, qui pourrait se mettre en place dans un esprit de coopération pour pouvoir faire advenir des activités culturelles faisant sens auprès des détenus.

Haut de page

Bibliographie

Barthes (Roland). 1973. Le Plaisir du texte. Paris : Seuil.

Certeau (Michel de). 2012. L’Invention du quotidien 1. Arts de faire. Édité par Luce Giard. Paris : Gallimard.

Eco (Umberto). 1979. L’Œuvre ouverte. Paris : Seuil.

Évain (Christine), De Marco (Chris) & Carolan (Simon). 2013. « Le nouveau dispositif « eZoomBook » : Perspectives pédagogiques ». Distances et médiations des savoirs/Distance and Mediation of Knowledge, 3. Publication en ligne : http://dms.revues.org/337. Consultée le 4 novembre 2015.

Fabiani (Jean-Louis). 1995. Lire en prison : Une étude sociologique. Paris : BPI, Centre Georges Pompidou.

Hirsch (Martin). 2009. « Ouverture du séminaire », p. 6-7 in Séminaire national : Pour une culture solidaire. Publication en ligne : http://culture.centres-sociaux.fr/files/2010/01/P118PourUneCultureSolid2009.pdf. Consulté le 4 novembre 2015.

Iser (Wolfgang). 1974. The Implied Reader : Patterns of Communication in Prose Fiction from Bunyan to Beckett. Baltimore, Md. : Johns Hopkins University Press.

Outin (Jean-Luc). 2009. « Qu’est-ce que cela veut dire “être exclu” ? », p. 17-22 in Séminaire national : Pour une culture solidaire. Publication en ligne : http://culture.centres-sociaux.fr/files/2010/01/P118PourUneCultureSolid2009.pdf. Consulté le 4 novembre 2015.

Paugam (Serge). 1993. La Société française et ses pauvres : L’expérience du revenu minimum d’insertion. Paris : PUF.

Paugam (Serge) & Giorgetti (Camila). 2013. Des pauvres à la bibliothèque : Enquête au Centre Pompidou. Paris : PUF.

Rigaud (Jacques). 1975. La Culture pour vivre. Paris : Gallimard.

Siganos (Florine). 2008. L’Action culturelle en prison : Pour une redéfinition du sens de la peine. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Les théories de la lecture de la seconde moitié du xxe siècle proposent une conception de la lecture qui postule l’émancipation du lecteur. La lecture est comprise non pas comme une activité de réception passive mais comme un acte de production de sens : le texte a besoin du lecteur pour s’effectuer. Cette conception de la lecture sous-tendue par le travail critique d’auteurs tels que Roland Barthes (1973), Wolfgang Iser (1974), Umberto Eco (1979), Michel de Certeau (2012) donne tout son sens à l’activité littéraire.

2 Le terme désigne aussi bien le logiciel breveté par l’École centrale de Nantes (ECN) que les livrets électroniques multi-échelles produits au moyen de la plate-forme dans des contextes d’écriture collaborative de type « wiki ». Sur les applications pédagogiques de ce dispositif, voir nos articles en bibliographie.

3 De nombreux articles et ouvrages reflètent cette volonté gouvernementale. Voir, par exemple, les travaux de Martin Hirsch, Jacques Rigaud, Jean-Luc Outin et Serge Paugam cités dans notre bibliographie.

4 Voir par exemple Florine Siganos précédemment citée : le résumé qu’elle propose dans L’Action culturelle en prison : Pour une redéfinition du sens de la peine part du xixe siècle et couvre l’ensemble du xxe, y compris l’arggiornamento réalisé par Jack Lang (Siganos, 2008 : 56).

5 Cet historique nous renvoie également aux débats concernant la finalité de l’univers carcéral : punition des malfaiteurs ? Protection des citoyens ? De même, la question de l’action culturelle est à relier à sa raison d’être et à son objectif : est-ce une nécessité, un luxe ou un droit ? Quelle est l’efficacité visée ? En d’autres termes, quelle est la principale fonction de l’institution carcérale ? Fonction humanitaire ou disciplinaire ? Les défenseurs de la fonction humanitaire de la prison perçoivent la culture comme le moyen de « résoudre les problèmes sociaux », de « re-tiss[er] du lien là où il n’y en a plus » et de « re-construire les identités là où elles sont fragmentées » (Siganos, 2008 : 16).

Haut de page

Références

Référence papier

Christine Évain et Chris de Marco, « Les apports des dispositifs de lecture pour une population pénale », Culture & Musées, 26 | 2015, 184-187.

Référence électronique

Christine Évain et Chris de Marco, « Les apports des dispositifs de lecture pour une population pénale », Culture & Musées [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/406

Haut de page

Auteurs

Christine Évain

Christine Évain est maîtresse de conférences à l’École centrale de Nantes, membre de l’école de management Audencia Nantes, et coordinatrice du projet de recherche « Dispositifs de lecture et d’usages des textes pour l’éducation » (Dilute).

Chris de Marco

Chris De Marco est professeur à Audencia Nantes et chercheur à Audiencia Recherche.
Courriel : cdemarco@audencia.com

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals