Navigation – Plan du site
Travaux et notes de recherche
Note de recherche

Enjeux d’un dispositif de médiation culturelle en contexte carcéral : quelles situations de communication ?

Eva Sandri et Lucie Alidières-Dumonceaud
p. 199-207

Texte intégral

1La médiation culturelle vis-à-vis des publics détenus est fréquemment évaluée en fonction des bénéfices qu’en tirent les personnes incarcérées en termes de capacités de réinsertion sociale (Jeudy, 1999) et d’engagement dans une future pratique culturelle. L’action culturelle en prison est la plupart du temps envisagée de façon « orthopédique » au sens de Paul Rasse (2000), en ce qu’elle viendrait favoriser des activités valorisantes pour les participants dans un objectif d’intervention sociale. En effet, dans un contexte répressif et contraignant, l’activité culturelle « semble être la plus à même de lutter contre les effets de l’incarcération et donc de commencer, à l’intérieur des établissements, un travail de réinsertion » (Siganos, 2008). De telles activités de médiation donnent à voir des interactions et des échanges symboliques complexes entre les institutions muséale et carcérale qui dépassent les objectifs de resocialisation (Lesaffre & Jutant, 2014). Aussi, elles sont le lieu où se créent des liens entre le musée et les participants et où il est possible de caractériser la médiation culturelle en contexte carcéral. En outre, la plupart des enquêtes sur les effets de l’action culturelle dans ces institutions révèlent « la difficulté à qualifier ce public qui présente des contours flous et instables, tant en termes de profils sociodémographiques que d’attentes » (Saurier, 2010).

  • 1 Il s’agit du projet Talking Art, qui associe le musée Fabre et la maison d’arrêt (extraits sonores (...)

2Dans l’étude que nous avons réalisée1, il s’agit de caractériser un certain type de médiation numérique participative à partir du projet Paysages intérieurs… Un autre parcours. Ce projet de médiation a été mis en place en septembre 2014 au musée Fabre de Montpellier, un musée de beaux-arts présentant essentiellement des œuvres appartenant à l’art occidental : peintures, sculptures, dessins et objets d’art, du xive au xxie siècle. Notons que cette institution est activement engagée dans des dispositifs de médiation à destination du public empêché. Un membre du service des publics travaille spécifiquement avec les publics en situation de handicap ou d’éloignement social, à travers notamment un projet de galerie tactile à destination du public malvoyant et des expositions visant à valoriser les productions réalisées par ces publics durant les ateliers de médiation (par exemple lors de la manifestation Le musée Fabre sans exception).

3Le dispositif étudié est basé sur la participation volontaire de détenus de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone pour commenter plusieurs tableaux du musée, et sur l’utilisation d’audioguides pour faire entendre aux visiteurs d’autres voix que celles des médiateurs habituels à travers la valorisation de la parole des détenus. Le projet suit différentes phases allant de la réception à la création : (1) visites du musée Fabre par les détenus, (2) participation à des ateliers de création artistique afin de se familiariser avec l’univers du musée de beaux-arts, (3) rédaction par les participants de commentaires sur des tableaux choisis de la collection, (4) mise à disposition de ces commentaires sur les audioguides à destination des visiteurs non détenus. Les visiteurs qui empruntent l’audioguide découvrent une médiation privilégiant « un certain regard » sur l’œuvre plutôt que des connaissances techniques et des savoirs en histoire de l’art.

4Le dispositif de médiation est une situation de communication inédite entre pairs puisqu’une catégorie de visiteurs s’adresse à une autre ; et que cette catégorie n’est pas celle attendue puisque ce sont les détenus qui s’adressent aux visiteurs traditionnels. En effet, ils produisent le contenu culturel et le transmettent à l’extérieur de la prison alors que les projets de médiation culturelle ont plutôt tendance à procéder dans le sens inverse : livres, catalogues d’exposition, films, expositions virtuelles, vont du musée vers la prison.

5Par conséquent, ce projet valorise le discours de visiteurs non experts (les personnes détenues jouant alors un rôle de médiateurs) et favorise l’ouverture vers l’extérieur des institutions carcérales à travers la diffusion de ces discours par des dispositifs de médiation numérique tels que l’audioguide.

6Cette activité de médiation reçue puis effectuée par le public incarcéré est également intéressante en ce que le détenu-médiateur n’est pas un professionnel de l’institution. Le rôle du médiateur retrouve sa place initiale d’intermédiaire entre le musée et les publics en n’étant pas du côté du musée. De telles situations où des activités de médiation sont effectuées par des individus non experts sont fréquentes, le musée du Louvre ayant par exemple proposé des visites réalisées par des étudiants.

7Nous souhaitons comprendre les enjeux de ce dispositif de médiation en termes de situation de communication, au-delà des objectifs de réinsertion. Cela nous permettra de mieux définir les spécificités des actions de médiation à destination des publics incarcérés.

  • 2 Service pénitentiaire d’insertion et de probation.

8La mise en place d’une enquête préalable au cours de laquelle nous avons assisté à deux réunions entre les porteurs du projet au musée Fabre (responsable du service des publics, guide conférencier et plasticien en charge des ateliers) et à la maison d’arrêt (travailleur social, conseiller d’insertion et directeur du SPIP2) nous a permis de décrire leurs récits d’expériences sur ce dispositif de médiation, afin de qualifier plus avant cette situation de communication. À partir de l’étude de ce projet et des contenus sonores mis à disposition sur l’audioguide, nous questionnons la façon dont cette médiation met en place une situation de communication qui interroge à la fois les codes de la visite muséale et la façon dont les détenus ont accès à la culture en participant à la mise en place d’un parcours de visite.

9Dans un premier temps, nous soulèverons les enjeux et objectifs de la médiation culturelle en contexte carcéral. Ensuite, nous décrirons les caractéristiques des situations de médiation dans le projet Paysages intérieurs… Un autre parcours en portant notre attention sur le discours introspectif des détenus lors des commentaires des tableaux ainsi que la façon dont la diffusion de ces discours dans le musée peut sensibiliser le public traditionnel aux conditions de détention. Nous analyserons enfin à l’aune de cet exemple les enjeux de cette activité socioculturelle en contexte carcéral à l’aune des concepts de valeur et d’engagement symbolique.

L’action culturelle en prison : enjeux et objectifs

10L’action culturelle en milieu carcéral s’articule autour d’objectifs sociaux et de modalités de médiatisation des productions des détenus participants. La littérature scientifique sur le sujet explique que les discours d’accompagnement des institutions muséales et carcérales à propos de ce type de projet présentent l’action culturelle comme un moyen pour le détenu de se réconcilier avec lui-même et ainsi participer à son développement personnel, pouvant faire naître un désir de réinsertion (Siganos, 2008). L’enjeu de l’action culturelle en prison reposerait alors sur une vision civique de la culture, comme un moyen d’intégration au collectif. En effet, l’art et la culture sont ici envisagés comme des moyens de construction ou de reconstruction de soi. Henri-Pierre Jeudy (1999) écrit à ce propos : « En devenant maître du langage, il [le détenu] peut devenir maître de lui-même et de son destin. » Cette référence à la conception de la culture comme droit fondamental de tout individu, telle qu’elle est inscrite dans la Constitution de 1946, a influencé les politiques culturelles et le développement de la médiation.

11Dans ce cadre, l’action socioculturelle répond à des objectifs de réinsertion. Dans un contexte « répressif et déshumanisant », elle est envisagée comme une forme de thérapie qui agit en tant que processus de revalorisation de soi (Siganos, 2008). Elle valorise l’acquisition de savoir-faire concrets (dessiner, écrire, réaliser, sculpter) et de compétences sociales à utiliser en dehors de la prison, principalement mises en œuvre par le biais d’ateliers. L’institution carcérale cherche également à faciliter les conditions de détention par l’acquisition d’un savoir-être et d’un savoir-faire utilisables à l’extérieur. Une enquête sur des dispositifs similaires menée au Louvre en 2010 rend compte de la diversité des conséquences de ces dispositifs : « Les bénéfices de la participation, tels qu’ils émergent des discours des participants eux-mêmes, se situent en premier lieu, et “simplement” pourrait-on dire, sur le versant du maintien d’un équilibre psychologique et d’un “mieux-être” qui s’exprime selon différents registres. » (Musée du Louvre, 2010 : 53.) Ce mieux-être qui prend des formes très différentes fait la plupart du temps référence aux relations interpersonnelles et à l’image de soi : « Retrouver le goût pour des activités pratiquées dans la vie d’avant, cultiver une image positive de soi, être en situation de faire des choix qui seront valorisés par l’institution, stimuler la sociabilité et les échanges, exister et changer le regard des autres. » (Ibid.) Cette conquête d’une image positive de soi passe également par la valorisation des productions réalisées lors des ateliers.

12À ce tire, les productions des détenus lors des ateliers artistiques peuvent être médiatisées et valorisées à différents degrés en fonction de la nature des projets réalisés. Certaines de leurs productions sont peu médiatisées et peu visibles à l’extérieur, ce qui tendrait à nier symboliquement le travail effectué. L’anonymat des détenus est souvent l’une des raisons qui empêche la médiatisation de leur travail. H.-P. Jeudy soulève les conséquences symboliques du manque de visibilité de ces productions culturelles en expliquant que « toute expérience culturelle qui n’est pas rendue visible n’existe pas » (1999). Ainsi, l’absence d’un auditoire traduirait une non-sociabilité qui n’est pas symboliquement acceptable dans l’univers de l’art et de la culture. Il ne s’agit alors pas ici de conquérir un public, mais de provoquer des réactions qui permettraient une diffusion de l’information et qui ainsi participeraient à la pérennisation des actions menées en amont. À ce titre, H.-P. Jeudy défend l’idée selon laquelle l’enjeu premier d’une société démocratique est de pouvoir faire accepter l’altérité à l’ensemble de ses membres. L’enjeu de la médiatisation des productions artistiques des détenus, en les montrant au grand public dans le cadre d’expositions, serait selon lui de lutter contre les représentations sociales sur les détenus, mais aussi de contribuer à ouvrir la prison sur l’extérieur.

13En outre, on observe en parallèle des dispositifs de médiation qui cherchent à diffuser les œuvres des détenus vers le public. À titre d’exemple, nous pouvons citer les Rencontres photographiques qui ont lieu chaque année dans la ville d’Arles3 et qui donnent lieu à de nombreux dispositifs de mise en exposition (expositions « Une vie en noir et blanc », « Promenade en prison » et « Nuit de l’année des rencontres »). Cette diffusion des œuvres réalisées par des détenus ou par des professionnels de la prison est souvent soutenue par des artistes (Casemajor Loustau, 2014).

14Cependant, dans le cadre du projet Paysages intérieurs… Un autre parcours, c’est le processus de production artistique qui devient objet d’exposition et permet la valorisation du détenu en le présentant lui-même comme médiateur dans l’espace d’exposition.

Les situations de communication dans le projet Paysages intérieurs… Un autre parcours

15Si l’action culturelle en prison procède généralement par la diffusion de contenus artistiques qui vont du musée vers la prison, la spécificité de ce dispositif est qu’il transmet des contenus culturels de la population détenue vers les visiteurs de musée, par l’entremise de l’audioguide. Par ailleurs, si la plupart des projets culturels mènent à des productions artistiques, l’objectif de ce dispositif consiste à produire un discours novice, mais maîtrisé, sur l’art.

16Dans le cadre de ce dispositif, la personne détenue transmet ses connaissances sur l’œuvre en produisant un discours sur un tableau de son choix. En ce sens, le projet s’inscrit dans un dispositif de médiation participative en contexte muséal au sens de Nina Simon (2010) puisque la parole du public est in fine intégrée puis valorisée par le discours de l’institution. Pour choisir l’œuvre à commenter, les détenus reçoivent au musée une sélection de cartes postales représentant des reproductions d’œuvres de la collection (la majorité datant du xixe siècle). Ils sont amenés à faire un choix parmi cette sélection avant que débutent les ateliers au musée où le guide conférencier leur présentera en détail l’œuvre originale choisie.

17Le corpus actuel de travail est constitué de six pistes audio d’une durée moyenne de deux minutes et trente secondes mises à la disposition des visiteurs du musée Fabre, ainsi que de deux vidéos réalisées en 2013 lors d’ateliers similaires. Nous présenterons rapidement les thématiques évoquées par les participants détenus afin de comprendre de quelle façon se construit un discours subjectif sur l’œuvre d’art, pouvant témoigner d’un engagement symbolique dans le musée.

18Les thématiques les plus souvent abordées par les détenus dans leurs commentaires s’articulent autour de la description des aspects plastiques et iconiques du tableau (matière, technique) et des émotions survenues à la découverte du tableau et de l’interprétation de l’œuvre. En effet, la description des aspects plastiques et iconiques du tableau est appuyée par la mise en relation entre les éléments représentés (animaux, portraits, paysages) et la façon dont ceux-ci sont représentés (« on voit les détails, c’est-à-dire on voit même jusqu’aux doigts des personnages sur le tableau »), ainsi que les techniques utilisées (« c’est de l’huile sur ardoise »). Ainsi, ce qui importe est moins la description du tableau que les choix faits par les détenus de diriger l’attention vers tel ou tel élément de l’œuvre. En outre, même si leur discours final a été modelé par de nombreux ateliers avec les guides, on note une certaine autonomie des détenus : ils s’expriment avec leurs propres mots, dans un registre de langue parfois relâché. On note également des références à la culture populaire dans leurs comparaisons (« pays de Peter Pan », « c’est vraiment une photo »). La description des émotions provoquées par le tableau marque un tournant introspectif du discours. Il est construit autour de thématiques comme la dualité liberté-enfermement, le rappel du passé et la projection dans le futur.

19La dualité liberté-enfermement est évoquée dans des tableaux représentant des paysages et des plans d’ensemble qui évoquent le voyage. C’est le cas du tableau Marine de Willem Van de Velde (xviie siècle), qui représente des voiliers prêts à prendre la mer et évoque le voyage, l’ailleurs et la liberté :

« C’est comme si je regardais par ma fenêtre et que je voyais le port de Saint-Cyprien où j’habitais en fait, c’est plus personne, la mer, le bateau, le large, la liberté », « le bleu c’est la liberté aussi », « et quand je regarde ce tableau c’est un peu comme si je regardais par la fenêtre », « ça me fait aussi un peu de nostalgie de regarder, comme je disais la dernière fois en fait, quand j’étais au bord de la mer de mon restaurant en fait je regardais en fait je voyais exactement la même chose sauf que c’étaient des bateaux, des voiliers plus modernes en fait voilà », « pour moi je pense que c’est parce que je dois être en prison ça symbolise un peu la liberté, c’est voir le large en fait voir loin » ; « c’est apaisant c’est bleu clair », « c’est un rappel de la liberté en fait je pense un peu ».

20Le tableau d’inspiration néoclassique Femmes à la fontaine de Dominique Papety (xixe siècle) interpelle un des participants, qui y voit le même appel à l’évasion : « Celui-là je pense qu’on pourrait passer, peut-être pas des heures, mais plusieurs quarts d’heure et toujours découvrir un truc nouveau et c’est pas quelque chose on a tout vu en quelques secondes », « je sais pas ça fait voyager, mais, ça fait s’évader ». Quand quelqu’un lui demande si le pays représenté dans le tableau de D. Papety sera son prochain voyage, il répond : « Le prochain voyage c’est ma maison. » Le motif du retour chez soi est fréquent et s’accompagne de références à la souffrance de l’enfermement : « Voilà c’est un petit peu notre situation à nous, heureusement qu’on a le soleil pour nous éclairer, mais la vie est derrière, voilà. »

21Les participants font également référence à des obligations morales ainsi qu’à des valeurs axiologiques qui évoquent parfois leurs actions passées, comme en témoigne l’extrait suivant. Dans son interprétation de la nature morte paysage Sous-bois avec papillon autour d’une tige de chardon d’Otto Marseus Van Schrieck (xviie siècle), un détenu s’attarde sur la bataille entre les différents animaux en expliquant qu’il est possible de l’analyser comme une lutte symbolique entre le bien et le mal : « Pourquoi j’ai choisi ce tableau ? Parce qu’on a tous fait du mal à notre entourage, à notre famille, à notre personne, à nous-mêmes déjà, donc il est grand temps de réparer les erreurs et de tourner la page. »

22Enfin, dans plusieurs commentaires, la conception de l’œuvre d’art est abordée dans son aspect symbolique : « La peinture c’est comme tout art, c’est un moyen d’expression », « en général un tableau c’est pour transmettre un message ». Ces commentaires insistent sur la construction du sens dans les œuvres : « La différence c’est l’interprétation », particulièrement pour les œuvres non figuratives et par conséquent plus délicates à appréhender, comme la collection de monochromes noirs de Pierre Soulages : « Peut-être il [le peintre] avait un message à passer, peut-être la tristesse, en fait le noir, quand on voit quelque chose en noir c’est qu’on est triste, on est angoissés tu vois ce que je veux dire », « je vais devant ce tableau je me dis ça me va très bien car je suis pas bien ».

23Le choix du tableau peut s’effectuer en lien avec une activité effectuée par le passé. À propos du tableau Femmes à la fontaine, qui comporte des colonnes antiques, un détenu explique : « Avant j’étais tailleur de pierre […] donc je faisais beaucoup de colonnes grecques et tout et ça a joué aussi. » Un autre raconte son choix du tableau intitulé Portrait d’un sculpteur : « Pour moi ça a une symbolique puisque j’ai fait de la sculpture, j’ai fait des expositions. »

24Dans le tableau Femmes à la fontaine, la présence d’un décor méditerranéen aide l’un des détenus à comprendre certains éléments, ce qui valorise leurs connaissances préalables : « Ça c’est typiquement la mer Égée, c’est parce que je suis d’origine turque et la Grèce et la Turquie je connais très très bien, ça on peut le trouver qu’en Grèce et sur la côte égéenne de la Turquie », « chez les romains ces motifs-là n’existent pas ». Par ailleurs, on remarque fréquemment l’expression d’émotions vis-à-vis du tableau : « Ça me ressemble », « je me sens à l’aise » ; ce qui suppose que les détenus peuvent appréhender, par le prisme de leurs conditions de vie, des tableaux peints il y a plusieurs siècles et qui les éclairent sur leur situation actuelle.

25Cette conception de l’art comme moyen de connaître et de se connaître, qui prévaut dans les dispositifs de médiation culturelle, fait écho aux conceptions sociales de la médiation. Jean Caune (1999) met en avant cette acception du terme « médiation » en insistant sur le « lien », la « relation du sujet à autrui ». Cette vision thaumaturgique et conciliatrice de la médiation met en avant le sujet, considéré non pas comme un moyen, mais comme une fin : « Cette action produit toujours plus ou moins un “effet” sur le destinataire de la communication : il va accéder, apprendre, passer, etc. Cette action est, de plus, modalisée : le participant est un bénéficiaire respecté, valorisé comme sujet, et non pas instrumentalisé. » (Davallon, 2004 : 43.) Cette prise en compte du sujet aboutit également, selon J. Caune, à « l’affirmation d’une identité » et renvoie aux recherches contemporaines sur l’appropriation d’une culture par son public. Ces activités de médiation culturelle permettraient de donner un rôle actif aux détenus et de retrouver une identité autre que celle de la prison, à travers des activités leur donnant temporairement des rôles d’artiste et de médiateur.

26Les discours des détenus laissent également transparaître une certaine subjectivité, entendue comme une façon de se connaître différemment. À ce titre, le sociologue François Dubet envisage la culture comme une solution pour « aider la prison à sortir de ce paradoxe punir/moraliser, en accompagnant la personne détenue à “penser autrement”, grâce à la réappropriation d’une partie de son histoire […]. Cela impliquerait, pour les opérateurs culturels, à la fois l’acceptation du caractère aléatoire des résultats, et la nécessité de pouvoir se décentrer des propositions culturelles habituelles, de façon à rencontrer, en dépit de la complexité de la situation d’enfermement, les subjectivités de ceux auxquelles elles s’adressent. » (Dubet, in Musée du Louvre, 2010).

27On note alors différentes strates dans les discours d’œuvres. Certains éléments relèvent de leur perception, d’autres du discours du guide conférencier ou du plasticien du musée, mêlant ainsi termes techniques et langage plus courant. Entre citation et dialogisme, ce discours polyphonique rend compte d’une appropriation de connaissances en histoire de l’art comme en arts plastiques. En outre, le discours n’est pas toujours laudatif ni consensuel envers les œuvres d’art puisqu’une piste sonore donne également la parole à des participants qui n’apprécient ni les monochromes de P. Soulages, ni l’art non figuratif : « C’est quoi ces tableaux ces machins hyper noirs ? », « bon t’aimes pas l’art moderne, moi non plus », « moi j’avais envie de dire : mais pourquoi ? Mais pourquoi M. Soulages ? » (piste 6). Ces réactions peuvent faire écho aux zones d’incompréhension partagées qui peuvent entourer certaines œuvres.

28Par ailleurs, certains détenus font part de leur accord avec les principes pédagogiques de la médiation culturelle : « Pour pouvoir découvrir il faut peut-être chercher à s’initier. » On retrouve ici les idées de H.-P. Jeudy à propos de l’empathie, car ce dispositif développe chez le visiteur une forme de compassion pour le détenu. Le fait de découvrir ce qui le touche en premier lieu dans le tableau permet au visiteur de mieux comprendre les enjeux de son quotidien. Le visiteur comprend également que regarder un tableau est une expérience extrêmement subjective qui mobilise autant les connaissances que les affects et les souvenirs personnels.

29Ainsi, la grande majorité des discours des participants à propos des tableaux rend compte de leur condition de détenus (privation de liberté, erreurs du passé, rédemption). Nous sommes conscientes du fait que ces thématiques ne sont pas spécifiques au discours des personnes incarcérées : des publics non détenus auraient également pu développer des commentaires similaires à propos des mêmes tableaux. Cependant, nous nous intéressons davantage dans ces discours à la démarche visant à parler de soi au sein d’un dispositif de médiation. En effet, certains commentaires, qui seront par la suite écoutés par la famille des participants, évoquent des sujets intimes (la famille, le foyer) et rendent compte des modalités d’expression de soi. Les tableaux sont alors le prétexte à l’expression de certains sentiments, ce que souligne le nom du dispositif : Paysages intérieurs. Ils sont un symbole de leur identité, de l’expression d’une subjectivité, mais aussi projection de leur futur.

30Par conséquent, la médiation est triple : sensibilisation à la composition iconique des tableaux (à travers la description d’une œuvre en particulier), sensibilisation aux conditions de vie des détenus (pour le public non empêché), et enfin sensibilisation au caractère subjectif et personnel de la perception d’une œuvre d’art.

31À l’aune de cette description, nous chercherons à comprendre les implications symboliques de ce type de dispositif au-delà des objectifs de réinsertion.

Changer le regard sur les détenus, changer l’image du musée : quel engagement symbolique des détenus participants ?

32Comme indiqué plus haut, le projet comprend une phase de participation à des ateliers au cours desquels les personnes détenues sont sensibilisées aux compétences de la visite guidée. La participation à ces ateliers vise à sensibiliser à l’art, échanger avec les professionnels du musée, appréhender l’image du musée comme lieu ouvert et accueillant. Le travail réalisé est en premier lieu présenté aux familles des personnes détenues : à la fin des ateliers, les participants sont placés en situation de visite guidée. La famille devient visiteur, le détenu devient temporairement médiateur, et par là même valorisé.

33Ainsi, détenus et médiateurs du musée travaillent sur des objets, des œuvres, autant de possibilités pour rendre accessible le musée aux détenus, pour changer l’image du détenu aux yeux de ses proches et s’adresser par la suite à un public plus étendu.

34Tout d’abord, la mission d’expertise du musée consiste à transmettre des connaissances et compétences aux détenus qui deviennent à leur tour médiateurs auprès des publics. En effet, les commentaires ne portent pas seulement sur des aspects techniques en histoire de l’art, mais font également entendre un ressenti et une sensibilité. Le visiteur qui emprunte l’audioguide reçoit donc deux types d’informations à propos du tableau : des connaissances factuelles sur sa composition et une interprétation personnelle. Le musée devient une institution qui ne se borne pas à produire un discours d’expert sur les œuvres d’art, mais accueille et diffuse les réactions de ses visiteurs sur ses collections, même lorsque les réactions sont de l’ordre de l’incompréhension. Ensuite, on observe que ces deux dispositifs sont imbriqués. Le premier, à destination des détenus (constitué de visites, d’ateliers, d’enregistrements puis de présentation des résultats devant leurs familles), sert de soubassement au second, avec les parcours de visite sur audioguide proposés aux visiteurs.

35Un projet similaire a été mené entre le musée du Louvre et la maison centrale de Poissy, faisant travailler les détenus sur deux moulages de sculptures appartenant aux collections du musée, associé à des ateliers de création et de conférences. Cette activité a eu pour résultat la création de la « valeur » (Becker, 1988) pour les personnes détenues, due à la présence de personnels du musée ainsi qu’à la « nature des échanges » (Jutant & Lesaffre, 2014b) entre les personnes impliquées dans le projet (professionnels du musée et public détenu). La valeur est entendue comme l’importance accordée à un projet jugé positif et l’engagement symbolique qui en résulte. L’enquête, qui fait émerger trois types de valeurs – valeur esthétique et émotionnelle, valeur humaine et valeur professionnelle (ibid.) –, suggère qu’on assiste à une valorisation du musée dans l’imaginaire du participant détenu, au-delà des objectifs de réinsertion.

36De la même façon, à l’issue des six séances d’ateliers au musée Fabre, il est demandé aux détenus d’écrire un court texte pour rendre compte de cette activité. Les témoignages sont globalement positifs et rendent compte d’une lucidité des participants vis-à-vis des objectifs de l’activité visant moins à transmettre des connaissances en histoire de l’art qu’à découvrir la façon d’appréhender un tableau. Les participants décrivent le plaisir qu’ils ont eu à apprendre la « façon de regarder et de parler des tableaux », « vous qui nous avez aidés à respirer les tableaux », « émerveillé » (extraits des témoignages). Les professionnels du musée indiquent également que les détenus participants ont apprécié le fait de se sentir considérés comme des visiteurs à part entière et non comme des détenus le temps des ateliers (réunion de travail 2). En effet, selon le guide conférencier du musée Fabre, les objectifs sont moins de l’ordre de la transmission de savoir stricto sensu que l’établissement d’une relation authentique avec le participant, dans laquelle il ne se sente pas stigmatisé (réunion de travail 1). L’apport essentiel de ce dispositif de médiation se situe dans « l’opération symbolique d’instauration d’une relation » (Davallon, 2003 : 38). À ce titre, d’autres enquêtes portant sur la médiation culturelle face à des publics en difficulté soulignent le fait que les médiateurs se situent dans « un agir communicationnel (orienté vers la permanence des liens et du dialogue) plus que dans un agir stratégique (orienté vers un résultat) car ils mesurent la valeur et la force symbolique, au sein de leurs structures, d’actions qu’ils savent par ailleurs dérisoires, sur le plan quantitatif, au regard des objectifs poursuivis » (Bordeaux, 2008 : 10, citant Bordeaux, Burgos & Guinchard, 2005).

37Enfin, c’est par la médiatisation de leurs productions orales, le lien avec leur famille lors des moments où ils sont en charge de la visite, et les échanges développés avec les acteurs du musée qu’on observe une création de valeur et un engagement symbolique dû au fait que les détenus se sentent accueillis par le musée. Enfin, ces éléments donnent à voir des possibilités d’engagement des participants dans une future pratique de visite.

38Ce type de médiation fait émerger différents cadres interactionnels entre le musée et les visiteurs et relève alors de ce que N. Simon (2010) nomme « le modèle de la collaboration », puisque les visiteurs voient leur production s’inscrire dans le discours du musée. Cette volonté de collaboration et de dialogue entre visiteurs, acteurs sociaux, professionnels du musée et publics empêchés s’inscrit dans un contexte où les institutions culturelles cherchent à développer avec leur public des interactions similaires à celles qui sont possibles actuellement sur le Web (Denouël, 2014 ; Proulx, 2010). Dans ce cas précis, le musée Fabre semble chercher à intégrer les valeurs et fonctionnements de ce modèle participatif, en souhaitant devenir un lieu d’échanges, de médiation par les pairs et de rencontres de discours qui n’émanent pas seulement de l’institution. Il importe tout de même de relativiser le degré de participation des détenus, qui n’ont pas une importante amplitude de choix dans cette activité : le dispositif leur est imposé comme tel et ils doivent faire un choix parmi des œuvres d’art présélectionnées.

Perspectives

39Les spécificités de ce dispositif de médiation tiennent à l’originalité et à la multiplicité des situations de communication. D’une part, la production orale des détenus n’est pas exposée comme un objet artistique, mais sert la médiation culturelle à destination d’autres visiteurs du musée. Il s’agit de faire entendre d’autres voix sur l’histoire de l’art, donnant une large place à l’introspection. D’autre part, la médiation culturelle procède par des allers-retours entre les deux structures, permettant ainsi des dialogues et des mises en communication où le détenu n’est pas réduit à sa situation d’incarcération. Plusieurs points de vue émergent et circulent à travers le support de l’audioguide : le point de vue du détenu sur sa propre condition, la perception du visiteur traditionnel sur la condition de détenu, et enfin le point de vue du musée sur sa conception de la médiation.

40Les résultats de ce dispositif de médiation dépassent les objectifs de réinsertion sociale pour aller vers un changement de l’image de l’institution dans l’imaginaire des détenus participants ainsi que vers des logiques de création de valeur tenant dans l’échange qui se crée entre les personnes détenues et le personnel du musée. C’est notamment par un travail de production d’un discours introspectif et subjectif (qui sera par la suite valorisé) portant sur une œuvre d’art que les détenus sont amenés à s’approprier le projet de façon sensible et à explorer le musée sur un autre mode que celui de l’acquisition de connaissances appartenant à la culture légitime.

41La prochaine étape méthodologique consistera à connaître les réactions du public lors de l’utilisation des audioguides. Cela constituera un complément essentiel à l’analyse de ces situations de médiation, afin de noter s’il y a un changement de représentations sociales sur les publics détenus de la part des visiteurs traditionnels. Par la suite, il est question d’observer le processus de médiation entre la prison et le musée à l’occasion de la prochaine édition du projet qui aura lieu en mai 2016. Un dispositif méthodologique alliant des captations vidéo des ateliers, des entretiens avec tous les membres du projet (détenus, professionnels du musée et du SPIP, visiteurs qui consultent les audioguides) nous permettra d’approfondir la question de la création de valeur à travers ce projet de médiation.

42Parmi les pistes analytiques que ce premier article soulève, les interactions en situations de mobilité au sens de Lorenza Mondada (2012), dans le cadre des visites guidées assurées par des non-experts, seraient étudiées. L’examen des cadres de participation lors des ateliers de préparation serait également pertinent pour poursuivre l’analyse de la médiation culturelle en contextes muséal et carcéral.

Haut de page

Bibliographie

Becker (Howard). 1988. Les Mondes de l’art. Paris : Flammarion.

Bordeaux (Marie-Christine). 2008. La Médiation culturelle en France : Conditions d’émergence, enjeux politiques et théoriques. Actes du colloque international sur la médiation culturelle, Montréal, décembre.

Bordeaux (Marie-Christine), Guinchard (Christian) & Burgo (Martine). 2005. Action culturelle et lutte contre l’illettrisme. La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Boutinet (Jean-Pierre). 2005. Anthropologie du projet. Paris : PUF, coll. « Quadrige Manuels ».

Casemajor Loustau (Nathalie) et al. 2014. « Interagir, collaborer, co-créer : Les enjeux de la participation du public en médiation culturelle ». Colloque de l’Acfas, Montréal, mai.

Caune (Jean). 1999. Pour une éthique de la médiation : Le sens des pratiques culturelles. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Davallon (Jean). 1999. L’Exposition à l’œuvre : Stratégies de communication et médiation symbolique. Paris : L’Harmattan.

Davallon (Jean). 2003. « La médiation : La communication en procès ». Médiation et Information (MEI), 19, p. 37-59.

Denouël (Julie), Granjon (Fabien) & Aubert (Aurélie). 2014. Médias numériques et participation : Entre engagement citoyen et production de soi. Paris : Mare et Martin.

Jeudy (Henri-Pierre). 1999. Les Usages sociaux de l’art. Belfort : Circé.

Jutant (Camille) & Lesaffre (Gaëlle). 2014a. « Quelles formes d’appropriation du patrimoine en détention ? Le cas des moulages de sculpture du Louvre exposée à la maison centrale de Poissy », in 37e Symposium international de l’Ifocom, Paris, du 5 au 9 juin.

Jutant (Camille) & Lesaffre (Gaëlle). 2014b. « Création de valeur en contexte pénitentiaire : Le projet artistique et culturel du musée du Louvre à la maison centrale de Poissy », in Colloque Art et Justice, Usages de la culture, population pénale et entreprise, Nantes, 2-3 juin.

Mauss (Marcel). 1967[1974]. Manuel d’ethnographie. Paris : Payot.

Mondada (Lorenza). (2012). « Descriptions en mouvement : L’organisation systématique du déplacement dans une visite guidée », p. 154-206 in Les Visites guidées : Discours, interaction, multimodalité / sous la direction de Dufiet (Jean-Paul). Trento : Università degli Studi di Trento, Dipartimento di Studi Letterari, Linguistici e Filologici.

Musée du Louvre. 2010. Évaluer un dispositif artistique et culturel en milieu pénitentiaire : Un partenariat entre le musée du Louvre, le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Paris et la Maison d’arrêt de la Santé. Musée du Louvre. Direction de la politique des publics et de l’éducation artistique. Service études et recherche. Janvier. [Non publié.]

Proulx (Serge), Millerand (Florence) & Rueff (Julien). 2010. Web Social : Mutation de la communication. Québec : Presses de l’université du Québec.

Rasse (Paul). 2000. « La médiation : Entre idéal théorique et application pratique ». Recherche et Communication, 13, p. 38-61.

Saurier (Delphine). 2011. Enquête : L’action culturelle en faveur de la population pénale, SciencesCom, Cesdip (CNRS/ministère de la Justice). Publication en ligne : http://www.culturecommunication.gouv.fr. Consulté le 5 novembre 2015.

Schaaf Margot. 2012. L’Évolution du statut de l’objet dans le cadre de sa publicisation : le cas des productions culturelles en milieu carcéral dans l’exposition « Stage à la centrale Pénitentiaire » des Rencontres d’Arles 2011. Mémoire de recherche, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Siganos (Florine). 2008. L’Action culturelle en prison : Pour une redéfinition du sens de la peine. Paris : L’Harmattan.

Simon (Nina). 2010. The Participatory Museum. Publication en ligne : http://www.participatorymuseum.org/read/. Consulté le 5 novembre 2015.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du projet Talking Art, qui associe le musée Fabre et la maison d’arrêt (extraits sonores des témoignages des participants). Publication en ligne : http://museefabre.montpellier-agglo.com/Publics/Champ_social/Le_musee_citoyen. Consulté le 4 novembre 2015.

2 Service pénitentiaire d’insertion et de probation.

3 Le reportage « Nuit de l’année des rencontres » en juillet 2014 : http://www.arles-info.fr/2014/07/11/les-detenus-darles-photographes-pour-les-rencontres/ ; l’exposition « Une vie en noir et blanc » au couvent Saint-Césaire en 2010 : http://www.arles-info.fr/2014/07/11/les-detenus-darles-photographes-pour-les-rencontres/ ; et l’exposition « Promenade en prison » en 2010 : http://www.rencontres-arles.com. Consulté le 4 novembre 2015.

Haut de page

Références

Référence papier

Eva Sandri et Lucie Alidières-Dumonceaud, « Enjeux d’un dispositif de médiation culturelle en contexte carcéral : quelles situations de communication ? », Culture & Musées, 26 | 2015, 199-207.

Référence électronique

Eva Sandri et Lucie Alidières-Dumonceaud, « Enjeux d’un dispositif de médiation culturelle en contexte carcéral : quelles situations de communication ? », Culture & Musées [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/414

Haut de page

Auteurs

Eva Sandri

Éva Sandri est doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, rattachée au centre Norbert-Élias et enseignante Prag à l’université Paul-Valéry de Montpellier. Sa recherche porte sur l’intégration des technologies numériques en contexte muséal sur les plans technique et symbolique, ainsi que sur les processus de réalisation des stratégies de médiation numérique. Elle a publié en 2015 : Quelles utilisations des images de l’exposition sur les sites internet de musées ? Congruence et incohérence entre objets et images numériques. Muséologies, Cahier d’études supérieures, vol. 7.
Courriel : eva.sandri@univ-montp.3.fr

Articles du même auteur

Lucie Alidières-Dumonceaud

Lucie Alidières-Dumonceaud est post-doctorante en sciences du langage, rattachée au laboratoire Praxiling (université Paul-Valéry Montpellier). Ses recherches portent sur les interactions pédagogiques en environnements technologisés et milieux contraints. En 2015, elle a notamment publié, avec Charnet C. : « Distance learning for Students-Inmates in Higher Education through digital mobile devices », in Emerging Paradigms in Engineering Education. ASEE Pacific Southwest Conference, 2015, San Diego (États-Unis) ; Alidières et al., « Enquête sous haute surveillance : Un corpus de linguistique interactionnelle en environnement carcéral ». Cahiers de praxématique, 59.
Courriel : lucie.alidieres@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals