Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Travaux & notes de rechercheNotes de rechercheLes maisons des illustres comme m...

Travaux & notes de recherche
Notes de recherche

Les maisons des illustres comme monuments nationaux : le cas de l’Italie post-unitaire

Martina Lerda
p. 226-233

Entrées d’index

Rubriques :

Notes de recherche
Haut de page

Texte intégral

1La muséalisation des maisons ayant appartenu aux protagonistes de l’histoire et de la culture du passé témoigne de la façon très concrète, à travers une destination publique explicite, de la valeur historico-culturelle attribuée à cette typologie particulière de bâtiments. Toutefois, il ne s’agit pas de la seule modalité par laquelle ces biens peuvent entrer officiellement dans le patrimoine culturel d’une nation. L’article se concentrera sur le contexte italien entre le XIXe et le XXe siècle, et sur la signification de l’inclusion de nombreux logements illustres dans le giron des monuments nationaux à travers des lois ou des décrets royaux. Afin d’encadrer ce phénomène, il conviendra avant tout de clarifier le concept de monument national.

Monuments nationaux : des problèmes de définition

2En Italie, on retrouve l’expression « monument national » dès les premières décennies post-unitaires, même si sa signification et sa fonction prennent forme lentement, en conservant une certaine ambiguïté. Son apparition se croise avec l’utilisation de termes semblables mais qui ne coïncident pas tout à fait, tels que celui de « monument de l’histoire nationale » et celui de « bâtiment d’importance monumentale », que nous développons ci-dessous.

  • 1 Décret royal du 6 mai 1866, article unique.

3« Monument de l’histoire nationale » : l’adjectif « nationale » leur attribue un caractère rhétorique et commémoratif, voué à fixer et à matérialiser au sein de lieux ou d’objets les valeurs fondantes de l’identité italienne. Le terme avait déjà qualifié, pendant les gouvernements de transition, quelques collections muséales d’origine dynastique : la Galleria Nazionale de Modène et le Museo Nazionale de Naples. Il soulignait, dans ces cas, la portée symbolique de l’étatisation des collections des ducs d’Este et des Bourbons en tant que contribution du peuple modénois et napolitain à la construction de l’identité culturelle de la nation (Lerda, 2015). Le premier monument auquel on reconnaît un caractère national est l’amphithéâtre du Sénat du Palazzo Madama de Turin, lieu symbolique par excellence des nouvelles institutions unitaires. Avec le décret royal du 6 mai 1866, l’amphithéâtre, qui a perdu sa fonction à la suite du transfert de la capitale à Florence, est déclaré « monument de l’histoire nationale », ce qui manifeste la volonté de célébrer l’histoire de l’unification italienne, sans oublier les objectifs de conservation : l’article unique du décret établit en effet que l’amphithéâtre « sera conservé dans son état actuel1 ».

4« Bâtiment d’importance monumentale » : cette qualification concerne les établissements monastiques, épargnés par la dévolution générale au domaine public en vertu du décret de suppression des organismes ecclésiastiques de 1866, et confiés au gouvernement (Gioli, 1998). Le contenu patrimonial de la qualification naît des nécessités administratives. Toutefois, c’est justement dans le cadre de l’élaboration d’un plan de gestion des bâtiments religieux que s’ouvre le débat sur la notion de monument national, en tant que titre d’identification du patrimoine monumental ayant une valeur historico-artistique et méritant d’être encadré à l’intérieur du système de protection étatique naissant (Pognante, 2007). Cette élaboration n’aboutira pas à des résultats concrets dans l’immédiat : c’est seulement à partir des années 1890 que l’on assiste à l’inclusion officielle de complexes archéologiques ou d’édifices religieux à caractère historique, artistique et architectonique parmi les monuments nationaux.

5« Monument national » : entre-temps, le titre de « monument national » est attribué par l’État à des œuvres de différentes autres natures, telles que des monuments commémoratifs à ériger dans la capitale avec la contribution et sous le contrôle de l’État, en souvenir de personnages centraux de l’unification italienne tel que Victor-Emmanuel II (1878) et Garibaldi (1882). Le titre apparaît donc lié à l’exaltation des mémoires du Risorgimento et maintient cette signification, y compris lorsque la liste d’exemples s’élargit. En parallèle des complexes de nature historico-artistique, on voit apparaître, parmi les monuments nationaux, des tombeaux et, enfin, des demeures de personnages illustres, afin de donner forme et de légitimer le « panthéon patriotique » (Ragusa, 2011 : 61). Il s’agit de personnalités politiques, mais aussi de gloires artistiques et littéraires du passé, auxquelles est reconnu un rôle fondamental dans la construction de l’identité culturelle italienne.

Les maisons des illustres parmi les monuments nationaux : choix normatifs, politiques et symboliques

  • 2 « Et nous nous réjouissons à la pensée que, ce lieu modeste mais solennel allant bientôt être rendu (...)
  • 3 « Mais pour dissiper la dette de gratitude envers le grand poète et philosophe, mieux vaut se prépa (...)
  • 4 Décret royal du 13 septembre 1893, n° 690.

6Le premier épisode de la série concerne un groupe de maisons reconnues comme étant le siège de l’ancienne demeure de Dante par les deux commissions nommées par la commune de Florence entre 1865 et 1868. L’intérêt politique pour ce « monument sacré », capable de susciter chez le visiteur, véritable pèlerin laïque, un sens « religieusement patriotique », naît donc au niveau local, dans le contexte des célébrations en l’honneur de Dante2. On reconnaît dans le logement du « père et maître de l’unité et de la civilisation italiennes » le symbole de la suprématie culturelle de Florence dans la définition de l’identité nationale3. Quelques décennies plus tard, la portée symbolique de la maison de Dante sera revendiquée au niveau central : le décret royal n° 690 du 13 septembre 1893 déclare ces bâtiments monument national en raison de « l’importance historique des maisons4 ». C’est seulement après cette mesure que les maisons seront achetées et restaurées par la commune afin d’être destinées à une fonction publique (Meloni & Nocentini, 1966).

7Dans le cas florentin, on voit déjà émerger certaines des questions qui reviendront dans les déclarations suivantes. D’un côté, un recours à une terminologie à caractère religieux, cohérente avec la rhétorique du culte des gloires nationales, mais surtout fonctionnelle car permettant l’association symbolique des bâtiments en question aux complexes ecclésiastiques qui sont, parallèlement, en train de confluer pour composer le panorama des monuments nationaux italiens. De l’autre, le rôle joué dans de nombreux cas par l’orgueil municipal lorsqu’il s’agit de repérer des monuments ayant un caractère national (Balzani, 1998 : 70).

  • 5 Décret royal du 25 janvier 1904, n° 95.

8Entre le XIXe et le XXe siècle, lorsque l’élaboration se déroule principalement sur le plan local, la déclaration se fait à travers un décret royal. L’histoire de la maison natale de Gioacchino Rossini, acquise par la commune de Pesaro en 1892 afin de servir de musée dédié à Rossini et déclarée monument national par le décret royal n° 95 du 25 janvier 1904 (Panzini, 1989 : 14-15), constitue un exemple supplémentaire de cette pratique. Le décret établit que la commune doit conserver le bâtiment « en y apportant les plus grands soins » et reconnaît « l’intérêt historique singulier lié à la maison »5 : un intérêt explicite ad relationem.

  • 6 Relazione della Commissione speciale (n° 87a), dans Atti parlamentari, Senato del Regno, Legislatur (...)
  • 7 Relazione della Commissione (n° 205a), dans Atti parlamentari, Camera dei Deputati, Legislatura XXI (...)

9Lorsque les monuments sont acquis et gérés par l’État, la déclaration se fait par une loi. C’est le cas pour la maison natale de Giuseppe Verdi à Roncole, déclarée monument national et confiée aux soins du Conservatoire royal de musique de Parme par la loi n° 26 du 3 février 1901. Le recours à l’activité législative du Parlement manifeste également la valeur symbolique majeure de la mesure qui suit de quelques jours le décès de « l’une des plus hautes expressions du génie national » et les commémorations officielles du compositeur en tant qu’icône de l’unification italienne. L’élaboration du projet de loi, présenté au Sénat le 31 janvier par le ministre de l’Instruction publique Gallo et approuvé en urgence le jour même (76 voix favorables, 4 contraires), touche la corde sensible de l’orgueil patriotique face aux nations étrangères et la nécessité de conserver matériellement un lieu auquel attribuer un rôle représentatif au niveau universel : « Si les Italiens d’aujourd’hui oubliaient la ferme de Roncole, les amateurs d’art du monde entier viendraient demander à l’Italie, encore une fois oublieuse de ses Grands Hommes, de rendre des comptes quant à l’abandon du monument béni aux outrages du temps6. » Encore une fois, on constate le recours à la sphère sémantique religieuse : à la Chambre des députés, qui approuvera le projet le 2 février (232 voix favorables, 14 contraires), il est demandé de convertir l’humble demeure en un « temple sacré à la mémoire de Giuseppe Verdi7 ».

10L’acquisition et la responsabilité de l’État vis-à-vis du bien, la valeur symbolique particulière attribuée à la déclaration, coïncidant avec des commémorations spécifiques et le rappel à la terminologie sacrée du pèlerinage et de la relique, se retrouvent, également, dans l’histoire de la maison de Garibaldi à Caprera, déclarée monument national par la loi n° 503 du 14 juillet 1907.

  • 8 Loi du 14 juillet 1907, n° 503, premier article.

11Le projet est présenté par quelques députés en vue des célébrations du centenaire de la naissance de Garibaldi et représente l’achèvement naturel de la loi qui, en 1890, a déclaré monument national le tombeau du héros. Approuvée le 30 juin par la Chambre des députés (209 voix favorables, 7 contraires) et le 11 juillet par le Sénat (77 voix favorables, 10 contraires), la loi prévoit l’acquisition par le gouvernement des bâtiments et des terrains ayant appartenu au général, à travers une donation de la part des héritiers et d’actes d’expropriation pour utilité publique. Les biens sont confiés au ministère de la Marine, qui est chargé, entre autres, de rédiger un inventaire « du mobilier, des armes, des instruments de travail, des cartes, couronnes, plaques, drapeaux et de tous les autres objets mobiliers déjà possédés par le Général, ou offerts en hommage à sa mémoire et annexés à la maison qui fut la sienne8 », en somme des objets qui constituent le noyau d’origine du Musée Garibaldi à Caprera.

  • 9 Concernant l’épisode : Archivio Centrale dello Stato, Ministero della Pubblica Istruzione, Antichit (...)

12La destination muséale qui, dans les cas signalés, accompagne l’attribution du titre de monument national, n’est pas une conséquence directe de cette qualification, mais dépend également de l’acquisition publique du bâtiment. En 1910, c’est au tour de la dernière demeure de Giuseppe Mazzini, à Pisa, d’être déclarée monument national par la loi du 20 mars 1910, n° 141, approuvée par la Chambre des députés le 12 mars (222 voix favorables, 19 contraires) et par le Sénat le 18 mars (86 voix favorables, 16 contraires). Le logement, encore une fois lié à l’une des figures iconiques de l’unification italienne, est acquis par l’État à la suite d’une donation de l’héritier Pellegrino Rosselli. La remise effective au ministère de l’Instruction publique ne se réalise qu’en 1914 à cause de dissensions avec les propriétaires concernant la destination des différents étages du bâtiment. Mais depuis le début est prévue l’instauration d’un musée dédié à Mazzini, au dernier étage, où est conservée la chambre du penseur9.

La tutelle comme conséquence de l’insertion parmi les monuments nationaux

  • 10 Ministero della Pubblica Istruzione au Ufficio regionale per la conservazione dei monumenti di Fire (...)

13Si la destination muséale est une conséquence indirecte de la qualification, les finalités de tutelle sont explicitement exprimées dans le texte des premières mesures législatives et dans les rapports qui les accompagnent ; elle est, en outre, réitérée par la pratique administrative qui voit, par exemple, le ministère de l’Instruction publique demander des comptes à son bureau périphérique quant aux conditions dans lesquelles la maison de Dante se présente au public, en rappelant le monument national sous la haute tutelle du gouvernement10.

14Cependant, dans un contexte d’incertitude normative concernant la protection du patrimoine historico-artistique, la valeur juridique du titre ne peut être clairement encadrée. L’ancien ministre de l’Instruction publique, Paolo Boselli, dans le rapport de la commission à la Chambre des députés sur le projet de loi portant sur l’acquisition de la maison de Caprera, interprète le titre comme une sorte de contrainte qui soumet les bâtiments aux dispositions de la première, encore peu efficace, loi de protection italienne :

  • 11 Relazione della Commissione (n° 444a), dans Atti parlamentari, Camera dei Deputati, Legislatura XXI (...)

« La déclaration grâce à laquelle l’on confère aux célèbres monuments le titre national est une garantie de conservation soigneuse et de sécurité, et signifie qu’ils seront hautement et attentivement protégés. […] Il est vrai qu’en sacrant un monument au culte de la patrie, bien qu’il soit différent de ceux pour lesquels la raison de l’art ou de l’archéologie est prédominante, les dispositions contenues dans la loi du 12 juin 1902, n° 85, s’étendent à ce dernier11. »

  • 12 Ministero della Pubblica Istruzione au Sindaco di Pisa, 20 janvier 1916, dans ACS, MPI, Divisione I (...)
  • 13 Ministero della Pubblica Istruzione, 18 février 1921, dans ACS, MPI, Divisione I (1920-1924), b. 13 (...)

15L’assimilation incertaine de cette catégorie de monuments nationaux aux monuments artistiques et archéologiques disparaîtra avec la définition de la législation de protection. En 1915, les dispositions de la nouvelle loi du 20 juin 1909, n° 364, ne sont pas, selon le ministère de l’Instruction publique, applicables à la maison de Mazzini à Pise puisqu’« il s’agit en fait d’un monument dont l’intérêt est de nature exclusivement historique et non artistique, si bien que sa perspective ou sa lumière ne peuvent se dire endommagées d’un point de vue légal12 ». En 1921, le ministère affirme clairement que « la maison où naquit à Pesaro Gioacchino Rossini n’est pas un monument d’art. Le titre de monument national qui lui fut décerné avec le décret royal n° 92 du 24 mars 1904 a une valeur purement morale13 ».

16Les limites de la qualification en tant que monument national sont en effet clarifiées en 1912 par le juriste Luigi Parpagliolo, qui est l’un des protagonistes de l’élaboration normative dans le domaine de la protection :

« La déclaration de “Monument national”, qui en raison d’un relent sentimental, pas toujours désintéressé, est souvent sollicitée pour de véritables monuments, et plus souvent encore pour des bâtiments et lieux qui sont reliés à notre histoire ou à la mémoire de grands hommes, qu’elle intervienne au travers d’une loi ou moins solennellement d’un décret royal, n’a pas un contenu juridique spécial, ne dépasse point les effets de la loi commune de protection des monuments. Elle peut être vue comme une distinction, un titre honorifique […]. En attendant, elle sert à créer des illusions : […] des illusions nocives, lorsque l’on croit […] qu’une fois la déclaration intervenue, l’État a l’obligation de payer les dépenses d’entretien ordinaire et extraordinaire du bâtiment déclaré “Monument national” » (Parpagliolo, 1912 : 432).

17Avec la progressive définition de la législation de protection, la qualification de monument national assume donc une valeur honorifique, mais n’est pas mise de côté pour autant. Avec le régime fasciste, l’on assistera en effet à une prolifération du titre, y compris pour les maisons des hommes illustres qui mériterait un approfondissement spécifique.

Haut de page

Bibliographie

Balzani (Roberto). 1998. « La casa natale di Mussolini. Storia di un luogo e di un simbolo ». Contemporanea, 1(1), p. 69-90.

Frullani (Emilio) & Gargani (Gargano). 1865. Della casa di Dante: Relazione con documenti al Consiglio generale del Comune di Firenze. Florence : Tipografia dei successori Le Monnier.

Gioli (Antonella). 1997. Monumenti e oggetti d’arte nel Regno d’Italia, il patrimonio artistico degli enti religiosi soppressi tra riuso tutela e dispersione. Inventario dei «Beni delle corporazioni religiose» 1860-1890. Rome : Ministero per i beni culturali e ambientali Ufficio centrale per i beni archivistici.

Lerda (Martina). 2015. Le Pinacoteche statali nell’Italia unita. Politiche museali e affermazione della disciplina storico-artistica (1859-1882). Thèse de doctorat en Histoire de l’art (sous la direction de Donata Levi et Simona Rinaldi), Università degli studi di Udine.

Meloni (Silvia) & Nocentini (Armando). 1966. La Casa di Dante. Guida del Museo. Florence : Stiav.

Panzini (Franco). 1989. « Qui arrise la Divina Arte della Musica… », p. 13-19 in La Casa di Rossini. Catalogo del museo / sous la direction de Bruno Cagli & Mauro Bucarelli. Modène : Panini.

Parpagliolo (Luigi). 1912. « La tutela dei monumenti ». Bollettino d’Arte del Ministero della Pubblica Istruzione, 6(11-12), p. 431-449.

Pognante (Silvia). 2007. Verso una cultura della conservazione. I monumenti nazionali nel primo quindicennio post-unitario. Individuazione, problemi, conflitti. Thèse de doctorat en histoire de l’art (sous la direction de Donata Levi), Università degli studi di Udine.

Ragusa (Andrea). 2011. Alle origini dello Stato contemporaneo. Politiche di gestione dei beni culturali e ambientali tra Otto e Novecento. Milan : Franco Angeli.

Haut de page

Notes

1 Décret royal du 6 mai 1866, article unique.

2 « Et nous nous réjouissons à la pensée que, ce lieu modeste mais solennel allant bientôt être rendu au respect qu’il mérite, chaque visiteur aura l’âme remplie d’un sens religieusement patriotique devant le monument sacré » (Frullani & Gargani, 1865 : 7). Ce passage, de même que les autres passages figurant dans le texte, est traduit par l’auteure.

3 « Mais pour dissiper la dette de gratitude envers le grand poète et philosophe, mieux vaut se préparer à l’accueillir et à le célébrer […] alors que nous pénétrons dans les murs vénérés, rappelons-nous ces vertus et ces sentiments généreux dont a donné l’exemple celui qui fut père et maître de l’unité et de la civilisation italiennes » (ibid.).

4 Décret royal du 13 septembre 1893, n° 690.

5 Décret royal du 25 janvier 1904, n° 95.

6 Relazione della Commissione speciale (n° 87a), dans Atti parlamentari, Senato del Regno, Legislatura XXI, 1a sessione 1900-1901, Documenti.

7 Relazione della Commissione (n° 205a), dans Atti parlamentari, Camera dei Deputati, Legislatura XXI, 1sessione 1900-1901, Documenti.

8 Loi du 14 juillet 1907, n° 503, premier article.

9 Concernant l’épisode : Archivio Centrale dello Stato, Ministero della Pubblica Istruzione, Antichità e Belle Arti (ACS, MPI), Divisione I (1920-1924), b. 1407.

10 Ministero della Pubblica Istruzione au Ufficio regionale per la conservazione dei monumenti di Firenze, 8 avril 1895, dans ACS, MPI, II versamento, II serie, b. 97.

11 Relazione della Commissione (n° 444a), dans Atti parlamentari, Camera dei Deputati, Legislatura XXII, sessione 1904-1907, Documenti.

12 Ministero della Pubblica Istruzione au Sindaco di Pisa, 20 janvier 1916, dans ACS, MPI, Divisione I (1920-1924), b. 1407.

13 Ministero della Pubblica Istruzione, 18 février 1921, dans ACS, MPI, Divisione I (1920-1924), b. 1396.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martina Lerda, « Les maisons des illustres comme monuments nationaux : le cas de l’Italie post-unitaire »Culture & Musées, 34 | 2019, 226-233.

Référence électronique

Martina Lerda, « Les maisons des illustres comme monuments nationaux : le cas de l’Italie post-unitaire »Culture & Musées [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/4218 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.4218

Haut de page

Auteur

Martina Lerda

Université de Pise
Martina Lerda est chargée de recherche à l’Université de Pise (Dipartimento di Civiltà e Forme del Sapere). Elle s’occupe de l’histoire de la protection du patrimoine culturel et de la politique muséale en Italie de l’unification à nos jours, de l’histoire de la conservation et de l’exposition d’œuvres d’art, de valorisation et de communication muséale. Elle a publié : « Un episodio di politica museale nell’Italia post-unitaria: Cavalcaselle e il progetto per l’esposizione dei quadri di magazzino delle R. R. Gallerie di Firenze (1879-1881) », Studi di Memofonte, n° 10, 2013, p. 57-70 ; « Tutela, fruizione e musealizzazione della Certosa dall’Unità al primo dopo guerra », in Antonella Gioli (dir.), La Certosa di Calci nella Grande Guerra. Riuso e tutela tra Pisa e l’Italia, 2015, p. 79-106 ; « Memorie della Prima guerra mondiale nel cimitero della Cigna: un itinerario tra le sculture del viale monumentale», Nuovi Studi Livornesi, vol. 22, n° 1, 2015, p. 75-94 ; « Fortuna museale di Tintoretto nell’Ottocento. Il caso del Ritrovamento del corpo di S. Marco », MDCCC 1800, n° 8, 2019, p. 27-36.
Courriel : martina.lerda[at]alice.it

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search