Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Travaux et notes de rechercheRésumé de mémoireAnaïs Dondez. L’Usage des mallett...

Travaux et notes de recherche
Résumé de mémoire

Anaïs Dondez. L’Usage des mallettes pédagogiques dans le partenariat entre musée et hôpital

Mémoire de recherche, Master 2 expographie-muséographie de l’université d’Artois, 2014
Anaïs Dondez
p. 212-216
Référence(s) :

Anaïs Dondez. L’Usage des mallettes pédagogiques dans le partenariat entre musée et hôpital. Mémoire de recherche, Master 2 expographie-muséographie de l’université d’Artois, 2014.

Texte intégral

1Incités par la loi musées du 4 janvier 2002, les musées interviennent de plus en plus en dehors de leurs murs pour aller à la rencontre des publics qui ne peuvent ou n’osent pas les visiter (hôpitaux, prisons, quartiers défavorisés, etc.). En élargissant les destinataires de leurs actions, ils répondent aux objectifs qui leur ont été fixés par les pouvoirs publics. Anaïs Dondez s’est intéressée à la manière dont les musées vont à la rencontre des enfants hospitalisés, et plus spécifiquement à l’usage des mallettes dites « pédagogiques » dans le cadre des partenariats musée-hôpital. Il s’agit de relever les enjeux de ces dispositifs. Elle a interrogé une cinquantaine de personnes issues des deux milieux afin de relever les usages et les enjeux de cette pratique. Ce mémoire avance l’hypothèse que l’outil « mallette-atelier » permet aux musées d’intervenir en dehors de leurs murs tout en conservant leurs spécificités, en remplissant leurs missions et en se distinguant d’autres acteurs culturels. L’analyse des enquêtes de terrain est présentée dans une étude en trois parties. Le premier chapitre interroge l’existence du musée en dehors de ses murs dans un contexte hospitalier, en revenant sur les missions et les contraintes de chacun des milieux, et sur les enjeux des interventions hors les murs. Le deuxième chapitre est consacré à la recherche et à la définition d’un outil adapté à la poursuite des missions du musée en dehors de ses murs. Un dernier chapitre présente la notion de « mallette-atelier ». A. Dondez a parallèlement coordonné la mise en place d’une mallette-atelier pour le musée de la Musique – Philharmonie de Paris – lui offrant l’opportunité d’explorer la manière dont les mallettes pédagogiques sont faites du point de vue des concepteurs, sous l’angle de leurs utilisations et des pratiques qui y sont liées.

D’un mot-valise à la définition de l’outil idéal

  • 1 Autres catégories dans la typologie établie :
    – les « mallettes-visite » : utilisées par une person (...)

2La notion de mallette pédagogique ne fait pas l’objet d’une définition unanime. Par l’étude d’un certain nombre de supports pédagogiques in situ ou hors les murs du musée, trois critères ont pu être relevés pour caractériser les mallettes pédagogiques et les différencier d’autres supports de médiation : il s’agit d’un outil nomade, rassemblant plusieurs items (fac-similés, documents, photographies, extraits sonores, etc.) et animé par une personne désignée comme compétente par le musée. Toutefois, ces critères ne sont pas suffisants pour qualifier précisément l’outil permettant de déplacer le musée en dehors de ses murs, c’est pourquoi une typologie1 a été établie. Celle-ci a permis d’identifier et de caractériser les « mallettes-atelier », comme l’outil qui permet au musée d’intervenir en remplissant au plus près ses fonctions. Les « mallettes-atelier » sont des outils polyvalents, multisensoriels et ludo-pédagogiques constitués de plusieurs éléments visant à s’adapter à des tranches d’âges variées, à des groupes d’enfants dans des états de santé différents, à des envies et goûts divers. En outre, la présence de professionnels du musée (médiateurs ou artistes formés par le musée) constitue, selon les personnes interrogées dans l’étude, un prérequis pour permettre au musée de rester fidèle à son cadre culturel. Sans sa présence, l’outil risque de prendre la forme d’une prestation de service, d’une activité de loisirs plus que d’une activité culturelle et éducative. Or, les intervenants rattachés au musée, qui peuvent être appelés « médiateurs culturels » au vu de leurs actions, s’approprient les supports, réinventent leur utilisation selon les publics et permettent que le dialogue puisse s’établir.

De la conception à l’utilisation de l’outil

  • 2 L’étude complète intitulée Les « Mallettes-Atelier » : Comment le musée rencontre les enfants hospi (...)

3L’élaboration de l’outil, de sa conception à son utilisation régulière, est rythmée par les étapes d’évaluation préalable, formative, de remédiation et sommative2. De plus, au regard des études de terrain menées, la prise en compte dès les débuts du projet, du design (forme et graphisme), de l’ergonomie (manipulation), de l’entretien (nettoyage, remplacement des consommables, mise à jour de la documentation, etc.), d’une conception intégrant les aspects environnementaux et de la sécurité, est importante. Par exemple, pour la conception de La Boîte à musique par le musée de la Musique – Philharmonie de Paris, une attention particulière a été portée au choix des matériaux : le cahier des charges prévoyait que les supports puissent être désinfectés ; pour la mallette Gadagne – hôpital Debrousse à Lyon, une mini-mallette destinée au service d’hématologie a été prévue pour répondre à des normes particulières d’hygiène (matériaux proscrits dans le cas de certaines maladies). Par ailleurs, les études menées ont permis de souligner l’intérêt d’avoir des dispositifs permettant au médiateur de mobiliser les sens des patients. En effet, en raison de l’éloignement de l’environnement quotidien, les patients perdent souvent leurs repères et certains de leurs sens sont peu sollicités. Le musée de la grande guerre de Meaux donne un exemple de structure ayant été attentive à cette dimension dans la conception de sa mallette pédagogique. Le musée envisage d’entrer dans un service pédiatrique avec sa mallette via des interventions musicales (enregistrements ou prestation directe de l’Ensemble Calliope en résidence au musée). Cette offre musicale en lien avec les collections devrait, selon les médiateurs, permettre de favoriser l’apprivoisement du musée au sein de l’environnement hospitalier. En outre, le musée a engagé un projet de travail sonore autour des objets (sonorisation d’objets du musée) avec des instituts médicaux, projet qui est mis en valeur dans la mallette. Ces extraits sonores permettent, toujours selon les médiateurs, une contextualisation sonore facilitant les explications données par les intervenants. Leur mallette est en outre accessible à tous, certains items ayant été conçus en partenariat avec des personnes en situation de handicap. Enfin, de la même manière que pour les expositions ou interventions in situ, les musées étudiés ont pour la plupart prévu la préparation et la prolongation de l’utilisation des « mallettes-atelier » avec la conception d’outils prenant différentes formes : jeux, livrets d’activités, exposition des œuvres créées en atelier, souvenir.

De l’intervention en milieu hospitalier

4La réussite des interventions des musées dans les hôpitaux repose d’abord sur des partenariats et sur l’implication du personnel médical. Avant d’investir les lieux, les musées étudient les contraintes du milieu afin de placer leurs interventions au plus près des besoins. Ces contraintes sont d’ordre sanitaire (règles d’hygiène, matériaux à proscrire), matérielles (lieux d’animation dans les services de soins tels qu’à l’institut Curie de Paris ou dans des espaces de loisirs en dehors des services de soins tel l’espace Plein Ciel à Paris), contextuelles (intervention dans un cadre scolaire à l’instar du musée de l’Orangerie à l’hôpital Bullion ou de loisirs et d’animation tel que le musée Jacquemart-André à l’hôpital Necker), humaines (maladies des enfants mais surtout conséquences sur la motricité et l’humeur de l’enfant et son entourage, impacts psychologiques éventuels, etc.). Ensuite, musée et hôpital définissent ensemble le cadre du partenariat : fréquence des échanges, formation des acteurs du projet (réunions et visites avec des experts des deux milieux), présence d’une personne relais à l’hôpital, porteurs de projets, types de financements (publics, privés), etc. De plus, afin d’atteindre des objectifs communs, les institutions abordent ensemble les enjeux liés aux interventions, tels que le partage d’informations sur l’état des patients, le respect de leur intégrité, de leur propriété intellectuelle et artistique (en cas de création artistique), ainsi que la délimitation des responsabilités de chacun dans le projet, la communication autour des actions culturelles ou encore les enjeux éducatifs.

5Par ailleurs, il apparaît que pour qu’un projet fonctionne dans le temps, il importe que les modalités d’intervention soient clairement définies et que les porteurs de projets s’entourent et s’appuient sur des relais tels que les agences régionales de la Santé – les directions régionales des affaires culturelles, les associations (Cultures & Hôpital, Tournesol, Artistes à l’hôpital !, etc.) qui ont une bonne connaissance du terrain et des dispositifs d’aides à la mise en place de projets aux différentes échelles d’organisation du territoire. Ainsi, la mallette Gadagne – hôpital Debrousse à Lyon a été utilisée pendant huit ans, et a été adaptée régulièrement. En outre, le travail de terrain a permis de montrer que les échanges entre personnel soignant, personnel paramédical et personnels du musée étaient fructueux s’ils intervenaient à plusieurs stades : de l’élaboration de l’outil au suivi du projet.

Un outil pertinent mais complexe

6Les actions hors les murs s’inscrivent au cœur des missions des musées, mais, loin de leurs lieux habituels et sans la présence de leurs collections, ceux-ci évoluent. Les musées ont en effet pour point commun, contrairement aux autres structures intervenant en milieu hospitalier, d’avoir des collections qui font l’objet d’un travail scientifique. La part éducative dans leurs missions se développe, car l’institution qui accueille un musée attend des compétences et une technicité particulière pour contribuer au bien-être des patients, de leur entourage ainsi que du personnel.

7Habituellement, le service culturel d’un musée crée des outils, des programmes éducatifs pour un public, un lieu et un temps bien déterminés ; or à l’hôpital, aucun de ces paramètres ne peut être pris en compte au moment de la conception et de la préparation de l’animation. Le médiateur, avant son intervention, ne connaît ni les tranches d’âges des enfants qu’il rencontrera, ni le lieu de ses interventions. Par conséquent, il ne peut pas mettre en place un programme éducatif, prévoir un scénario. Les concepteurs considèrent donc la « mallette-atelier » comme une aide, un appui aux intervenants, plus qu’un support central à l’intervention. L’objectif des interventions est de permettre à chacun de saisir l’opportunité de confrontation à soi-même et aux autres. S’agissant des patients et de l’entourage, la résultante de la médiation est de contribuer au lien social, de favoriser la relaxation, d’encourager l’introspection, etc. Pour le personnel médical et paramédical, l’animation muséale permet de bénéficier d’une meilleure image, de décloisonner les services, d’humaniser les relations avec les patients, de revisiter des pratiques professionnelles, etc. Enfin, le musée parvient à attirer de nouveaux publics et à s’enrichir par la remise en question. Malgré ces effets positifs déclarés, certains facteurs freinent les musées dans leur capacité à remplir leurs fonctions. La mauvaise appréhension des contextes d’usage de l’outil au moment de sa conception constitue une première limite. Par exemple, l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon, qui disposait de l’expérience d’une première mallette conçue en partenariat avec le musée Gadagne, a créé une deuxième version à la suite d’un changement de locaux, mais celle-ci n’a que très peu été utilisée en raison d’une mauvaise appréhension des nouveaux espaces (la mallette était trop lourde). Par ailleurs, l’externalisation de la conception ou de la médiation humaine vers des ressources extérieures présente des risques, comme on peut le voir avec la mallette « Invités d’honneur chez les Jacquemard-André » (ce musée géré par la fondation Culturespaces a délégué la conception de l’outil à l’agence Upculture). Il en est de même pour l’externalisation de l’animation de l’outil, à l’instar du musée de la Poste faisant appel à l’agence Les Petits Chats vont au Musée ou du Centre Pompidou-Metz qui forme des étudiants de l’IUFM de Lorraine pour mener les actions dans les hôpitaux, ou du forum départemental de sciences de Villeneuve-d’Ascq laissant occasionnellement l’association des Blouses Roses grand Lille animer ses outils ; on peut également citer le musée Gadagne qui laisse les animateurs socioculturels seuls au cours d’ateliers précédemment animés par des médiateurs du musée, ou le musée d’Aquitaine qui a transféré l’un de ses ateliers aux internes du centre Abadie. Le risque encouru est la conception d’outils de mauvaise qualité ainsi qu’un faible suivi de leur utilisation. La conception de l’outil nécessite un travail étroit de collaboration avec le musée, l’enjeu étant le transfert des savoir-faire spécifiques aux musées, afin de limiter les dépenses. Ces dispositifs, pour demeurer efficaces et respectueux des spécificités des musées, méritent une attention extrême afin que l’encadrant puisse s’assurer de la qualité des prestations. Le recrutement de personnels extérieurs aux musées pour intervenir au sein de structures hospitalières peut donc constituer un biais par rapport à l’objectif que se fixent les musées lorsqu’ils interviennent en dehors de leurs murs si ceux-ci ne sont pas suffisamment formés et acculturés au musée, à ses caractéristiques, ses collections et finalités.

8Ces pratiques sont encore peu évaluées et peu étudiées. Il serait intéressant qu’elles soient approfondies, discutées entre professionnels de musées, et que les retours d’expériences et les bonnes pratiques soient partagés. Cela pourrait se faire sous l’égide d’associations chargées de promouvoir la culture à l’hôpital ou dans le cadre d’un réseau de musées créé pour mutualiser ces expériences. Les nouvelles technologies semblent, à ce jour, avoir été peu prises en compte dans les projets à l’hôpital alors que d’autres acteurs (médicaux, paramédicaux, associations de loisirs, etc.) s’en sont largement emparés. Or, celles-ci peuvent offrir de nouvelles perspectives : visites virtuelles de musées, écoutes liées aux expositions, découverte d’objets de collections, interviews de professionnels de musées, jeux, etc. Cependant, la mise en place d’une offre numérique dépend des activités de ce type déjà proposées par les autres acteurs et ne peut être envisagée de manière systématique ou comme seul support proposé par le musée pour ses interventions.

Haut de page

Bibliographie

AgCCPF. 2007. Musée : Outil de lien social ? Lyon : Fage, Aix-en-Provence : AgCCPF-Paca.

Bauer (Annie). 2010. « Éco-conception des outils pédagogiques : Expositions, stands, malles pédagogiques et autres outils de médiation ». Les Livrets de l’IFREE, 1.

Chatterjee (Helen) (dir.). 2008. Touch in Museums : Policy and Practice in Object Handling. Oxford : Berg.

Chaumier (Serge) & Mairesse (François). 2013. La Médiation culturelle. Paris : Armand Colin.

Delanoë-Vieux (Carine) (dir.). 2001. Il suffit de passer le pont… : Restitution du groupe de réflexion régional « Culture et hôpital ». Lyon, Genouilleux : ARH Rhône-Alpes, Drac Rhône-Alpes.

Espace éthique AP-HP. 2008. Pratiques artistiques et pratiques soignantes : Proposition de réflexions sur quelques enjeux éthiques et déontologiques.

Foures (Angèle), Grisot (Delphine) & Lochot (Serge) (dir.). 2011. Le Rôle social du musée : Agir ensemble et créer des solidarités. Dijon : Office de coopération et d’information muséales.

Kalessopoulou (Despina). 2002. « Children’s museum in hospital », p. 192 in Museum, Society, Inequality / sous la direction de Sandell (Richard). Londres, New York : Routledge.

Meunier (Anik). 2011. « Les outils pédagogiques dans les musées et les expositions : Pour qui, pourquoi ? ». La Lettre de l’Ocim, 133, janvier-février, p. 5-12.

Mougel-Cojocaru (Sarra). 2007. « Quand les enfants veillent “seuls” sur leur trajectoire hospitalière ». Face à face. Publication en ligne : http://faceaface.revues.org/118. Consulté le 13 novembre 2015.

Rapoport (Danielle). 2006. « Les artisans de la bien-traitance : Le paradigme de la pédiatrie hospitalière », p. 149-179 in La Bien-traitance envers l’enfant : Des racines et des ailes. Paris : Belin.

Silverlan (Lois) (dir.). 2010. « From body to soul : Health », p. 43-48 in The Social Work of Museums. Londres, New York : Routledge.

Haut de page

Notes

1 Autres catégories dans la typologie établie :
– les « mallettes-visite » : utilisées par une personne de la structure qui l’a conçue au cours d’une visite proposée in situ (matériel peu encombrant) – elles ne conviennent pas au contexte hospitalier ;
– les mallettes « clés en main » : conçues par des structures mais qui ne sont pas animées par leurs salariés ou leurs bénévoles. C’est la structure empruntant la mallette qui réalise les animations en suivant les indications/consignes proposées par les concepteurs.

2 L’étude complète intitulée Les « Mallettes-Atelier » : Comment le musée rencontre les enfants hospitalisés est disponible en ligne sur http://fr.calameo.com/accounts/2419029. Consulté le 3 juillet 2015.

Haut de page

Références

Référence papier

Anaïs Dondez, « Anaïs Dondez. L’Usage des mallettes pédagogiques dans le partenariat entre musée et hôpital »Culture & Musées, 26 | 2015, 212-216.

Référence électronique

Anaïs Dondez, « Anaïs Dondez. L’Usage des mallettes pédagogiques dans le partenariat entre musée et hôpital »Culture & Musées [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.422

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search