Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Travaux & notes de rechercheNotes de rechercheUne catastrophe patrimoniale : No...

Travaux & notes de recherche
Notes de recherche

Une catastrophe patrimoniale : Notre-Dame de Paris, entre émotions et controverses

Dominique Poulot
p. 247-262

Entrées d’index

Rubriques :

Notes de recherches
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ferreira (2019 : 20). Pour une comparaison avec les réactions à un autre incendie patrimonial récen (...)
  • 2 Un article ultérieur sur la consommation de l’événement est repris dans son recueil Présent, Nation (...)
  • 3 Huit millions de messages en moins de 24 heures (https://www.visibrain.com/fr/blog/les-reseaux-soci (...)

1Le 15 avril 2019 à 18 h 50, un violent incendie ravageait les combles de la cathédrale Notre-Dame de Paris, conduisant rapidement à la chute de la flèche. On se demandait alors si le monument pouvait être sauvé ou non, ce qui suscita une émotion intense, sur place, dans la ville et, instantanément, par le relais des chaînes d’information continue et celui des réseaux sociaux, en France et dans le monde. Le spectacle des flammes fut un élément de cette véritable « panique »1. Bien entendu, la crainte d’une perte irréversible, a fortiori dans le cadre d’une catastrophe inopinée, a toujours été à l’origine d’émotions patrimoniales, à différentes échelles, régionales, nationales ou internationales, et la décennie 1960 a connu des épisodes particulièrement notoires de ce point de vue. On peut parler d’une communauté émotionnelle mondiale à propos du sauvetage des temples d’Abu Simbel par l’Unesco, comme en 1966 pour l’inondation de Florence : les portes du Baptistère, le Crucifix de Cimabue, les photos de gens en larmes devant les œuvres endommagées, les jeunes arrivés de toute la planète pour sauver la Bibliothèque nationale, toutes ces images ont donné naissance à une puissante mythologie qui a été revisitée de temps à autre depuis. Mais ici, en quelques heures, l’épisode parisien est devenu un « événement monstre » (Pierre Nora, 1972)2, suscitant des millions de réactions sur les blogs, les sites et les journaux en ligne3. Certaines photographies devenaient au passage virales, en particulier celle d’un amateur qui, grâce au téléobjectif, associait la tour Eiffel et Notre-Dame en flammes en une combinaison idéale de Paris (figure 1).

Figure 1. Notre-Dame en flammes au premier plan, la tour Eiffel au second plan, 15 avril 2019.

Figure 1. Notre-Dame en flammes au premier plan, la tour Eiffel au second plan, 15 avril 2019.

© A. G. photographe.

  • 4 Vittorio Sgarbi, « Notre-Dame una cartolina, non abbiamo perso nulla » Il Messaggero, 16 avril 2019 (...)
  • 5 Joris-Karl Huysmans, réédité à l’occasion par L’Herne parmi la littérature consacrée à la cathédral (...)

2Pareil écho, s’agissant du monument le plus visité d’Europe, avec une douzaine de millions de visiteurs par an au cours de la décennie 2010, s’explique aisément. Si Notre-Dame de Paris est largement liée à sa redécouverte romantique, au début du XIXe siècle, son statut international a été définitivement établi au cours du XXe siècle, au point de figurer peu à peu une sorte d’archétype du monument à conserver, à la fois encensé et vilipendé pour ce statut. Le peintre Alexandre Roubtzoff (1884-1949) dans une toile curieusement consacrée au « fléau des monuments historiques » et présentée au Salon des indépendants de 1931 fait ainsi figurer Notre-Dame de Paris en face de Saint-Marc de Venise, de part et d’autre de la Vénus de Milo. Vittorio Sgarbi, une vedette médiatique de l’histoire de l’art italien, assure ainsi au lendemain de l’incendie, et bien sûr à tort, qu’il n’y avait dans la cathédrale qu’un mobilier néo-gothique de la fin du XIXe siècle, et diverses fausses reliques, bref qu’on n’a perdu qu’une carte postale, et non un chef-d’œuvre4. En d’autres termes, Notre-Dame est à la fois louée et méprisée de manière également excessive, au point de donner lieu à une véritable « légende noire », à côté des panégyriques volontiers repris tout au long des semaines suivantes5.

3Parallèlement à ces disputes esthétiques et intellectuelles, l’incendie s’est inscrit dans un contexte politique précis. Les inévitables évocations immédiates des attentats du 11 Septembre se nourrissaient, le cas échéant, de l’imaginaire complotiste, avant que la certitude d’une cause accidentelle ne s’impose. Cette hypothèse de la mise à feu volontaire n’était pas seulement anecdotique : elle s’inscrivait dans un contexte politique français singulier, après des mois d’agitation sociale et politique marqués notamment par des manifestations parisiennes inédites par leur violence, voire, à certains moments, par un caractère quasi émeutier : les « gilets jaunes ». Tous les samedis à Paris, en effet, avaient été marqués par des barricades, des feux de voitures, voire des incendies volontaires d’immeubles et de commerces, et plus généralement par des actes de vandalisme généralisé, dans une grande confusion d’acteurs et une fragilisation du pouvoir politique, après une séquence d’élections qui avaient vu la fin du système des partis en place depuis le début de la Cinquième République. Les attaques subies en particulier par l’arc de triomphe de l’Étoile, quelques mois auparavant, badigeonné de slogans anarchistes (« Vive le vent, vive le vent… vive le vandalisme ! »), et la quasi-destruction du petit centre d’interprétation installé en son sein avaient particulièrement marqué les esprits, parmi une série de désordres urbains absolument inédits.

  • 6 Stéphane Bern, Le Figaro, 20-21 avril 2019, p. 32.

4La catastrophe inattendue s’inscrivait donc au moment où le gouvernement entendait reprendre la main, annoncer ses solutions à la crise, lancer un appel à retrouver la cohésion sociale nationale. L’incendie de Notre-Dame, immédiatement suivi d’une prise de parole solennelle du président de la République, pouvait ainsi fournir en ce printemps 2019 l’occasion d’un rassemblement unanime, sinon d’une communion dans la douleur puis dans le projet d’une reconstruction collective, identitaire et patrimoniale. Le philosophe allemand Peter Sloterdijk, dans une interview au Point, affirme alors que les bûchers des « gilets jaunes » doivent se conclure sur ce désastre : ça a assez brûlé comme ça, dit-il en substance. Toutefois, le 20 avril, le spectacle de télévision consacré à l’événement par le journaliste Stéphane Bern, promu « Monsieur Patrimoine » par le président de la République afin de promouvoir une loterie du patrimoine, ne peut se tenir sur le parvis de Notre-Dame en raison des menaces de désordre. Le site des Invalides, beaucoup plus facile à isoler et à protéger, devient, à la place de la cathédrale, le symbole de la France meurtrie mais résiliente6.

Un événement en quête de récits : témoignages et évocations obligées

  • 7 Gillian Brockell, « Notre Dame was in ruins. Victor Hugo’s novel about a hunchback saved it », The (...)

5Les médias se sont immédiatement préoccupés des échos de l’incendie et ont développé dans cette quête de sens à donner à l’épisode un thème majeur, essentiel dans l’imaginaire français, à savoir la relation privilégiée entre l’école et le patrimoine dans la tradition républicaine. La production médiatique générale a donc voulu, grâce à la multiplication de numéros spéciaux de revues, de journaux ou de brochures, proposer différentes formes de vulgarisation, plus ou moins réussies, afin de faire partager les recherches ou les interrogations des spécialistes à l’encontre des interprétations les plus contestables. Dans cette perspective, le lien intime entre la cathédrale et la littérature, en particulier romantique, et plus généralement avec ses illustrations, citations, réécritures ou reprises, a été essentiel. La chaîne France Inter consacre le 20 avril une émission spéciale en public où un acteur lit des extraits de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, mais aussi d’œuvres de Paul Claudel, Charles Péguy ou Chateaubriand ; de telles initiatives plus ou moins spectaculaires se multiplient ensuite. D’une manière plus générale, on assiste à une multiplication mondiale de publications de morceaux de classiques de la littérature française, de retirages d’œuvres du romantisme néo-gothique, d’anthologies poétiques à propos de la cathédrale, à partir de Victor Hugo7. La campagne de mobilisation s’est ainsi nourrie d’une actualité éditoriale assez considérable, et en tout cas inédite en la matière, marquée par de multiples rééditions des romans ou des nouvelles liés à la cathédrale, et par le recours à quelques auteurs contemporains.

  • 8 André Guyaux, « Avant-propos », in Joris-Karl Huysmans (2019 : 15).

6Le cas de l’écrivain contemporain français Sylvain Tesson, qui avait multiplié dans le passé les escalades clandestines de Notre-Dame, nourri de son admiration pour Charles Péguy et la tradition chrétienne et nationale, est à cet égard emblématique. Il publie immédiatement après l’incendie un livre très personnel, et très médiatisé, consacré à la « mémoire des pierres », Notre-Dame de Paris. Ô reine de douleur (Paris, Éditions des Équateurs, 2019), dont les bénéfices, comme pour beaucoup d’autres ouvrages parus à cette occasion, sont reversés à la restauration du patrimoine. Ici, la manifestation d’une émotion personnelle – celle de « l’amoureux de Notre-Dame » – rejoint l’émotion collective, et paraît s’accorder idéalement au mouvement d’opinion, dans un mélange singulier d’intérêts ou d’engagements écologiques et nostalgiques, qui envisagent volontiers le passé sur un mode traditionaliste. Parallèlement, l’ouvrage Notre-Dame de l’humanité d’Adrien Goetz (2019), un historien de l’art membre de l’Académie des beaux-arts, adopte un ton à la fois savant, institutionnel et passablement grandiloquent : « Le 15 avril, sous les yeux de l’humanité, Notre-Dame brûlait. » En évoquant une émotion globale, mais en mobilisant des références littéraires et esthétiques exclusivement françaises et dix-neuviémistes, pour l’essentiel, ces auteurs entendaient fournir un cadre d’interprétation à la hauteur de la catastrophe, mais le recours à cette littérature court le risque de faire figure de pis-aller nostalgique. Parfois, du reste, la mobilisation forcée de tel ou tel écrivain frôle le ridicule, ainsi quand un préfacier valide l’opposition de Huysmans à l’électrification de la cathédrale au début du XXe siècle au motif que l’incendie est né d’un court-circuit8.

  • 9 Mylène Pardoen, engagée dans ce processus à Notre-Dame, a défini dans « Archéologie du paysage sono (...)

7La lecture de l’événement a convoqué de manière privilégiée le thème de la catastrophe écologique en assimilant souvent, curieusement, l’incendie urbain de la cathédrale à un incendie de forêt. L’architecte new-yorkais, et spécialiste de la conservation des monuments à Columbia University, Jorge Otero-Pailos, dans un article du Art Newspaper, évoque le souvenir d’une odeur de bois lors de ses visites de la cathédrale (2019). Chez d’autres, on croirait lire Thoreau plutôt qu’un compte rendu de la grandeur d’un monument parisien. Ainsi l’écrivain Sylvain Tesson, l’un des best-sellers de la catastrophe, écrit-il : « La Forêt. C’est ainsi que l’on nomme la charpente de Notre-Dame de Paris. On devrait dire la jungle car c’est un enchevêtrement de poutres ajustées les unes aux autres sans rivets ni chevilles : un mikado de châtaigniers. » En fait, personne, à part quelques rares privilégiés, et les spécialistes, n’avait jamais vu cette « forêt » dont tout le monde parle au lendemain de l’incendie comme d’une caractéristique du monument. Mais ce mythe de la forêt immémoriale disparue avec la charpente marque la littérature consacrée à la destruction. C’est par exemple l’occasion d’affirmer qu’on ne dispose plus désormais d’assez de forêts : ce qui poussera la très savante Académie d’agriculture à affirmer qu’on possède au contraire assez de bois pour une nouvelle charpente, puisque la construction de l’Hermione, à Rochefort, dans le cadre d’un projet de recréation touristique d’un vaisseau des Lumières, a utilisé davantage de bois qu’il n’en faudrait pour reconstruire la charpente parisienne. Une véritable naturalisation du monument a semblé par conséquent s’opérer à la faveur du désastre, ce qui témoigne d’une commune hantise de la disparition, d’une sensibilité à la fragilité du monde et de son passé, au-delà même du concept d’ancienneté cher à la thèse de l’évolution de la sensibilité au monument historique d’Aloïs Riegl (2015). L’image de la « forêt » perdue vaut pour toute une série d’initiatives visant à reconstituer, par exemple, l’ambiance sonore qui était celle de la cathédrale, et qui serait indispensable à la reconstitution des qualités de l’orgue ou, plus généralement, à celles des chants liturgiques9.

8Une deuxième caractéristique du désastre écologique est venue s’ajouter, celle de la pollution due à la dispersion du plomb de la cathédrale sur les pompiers puis sur le quartier. En effet, environ 450 tonnes de plomb de couverture ont disparu dans l’incendie, provoquant une concentration de ce métal toxique. Le manque de communication a inquiété alors les professionnels de santé et les associations de riverains à propos de ces déchets(Le Roux et al., 2019). Fin août, grâce à l’emploi de plusieurs techniques, on a entrepris d’enlever le plomb du parvis et des rues alentour, et des fermetures d’écoles par la Ville ont suivi. D’après les dénonciations de certains journaux, les services officiels n’auraient pas pris les mesures nécessaires et n’auraient pas informé les populations concernées. Le résultat de l’incendie a été en fait d’alerter sur une situation précédemment sous-estimée, à savoir la présence de plomb dans les sols parisiens, issus de diverses provenances. Plus largement, les craintes émises ici et là, et relayées abondamment à propos de la pollution au plomb, s’inscrivent dans un déficit de crédibilité, désormais, de la parole publique, particulièrement en cas d’urgence ou au moment d’une catastrophe.

  • 10 Les travaux se sont poursuivis de sa part sur l’après-incendie : Paolo Vannucci, Victor Maffi-Berth (...)
  • 11 Krystian Seibert, « Giving under the microscope: philanthropy, legitimacy and a new era of scrutiny (...)
  • 12 Une série de débats a été particulièrement nourrie par le livre de la journaliste Naomi Klein, La S (...)

9La multiplication dans les médias et sur les réseaux sociaux d’attaques à propos du manque d’équipements contre les incendies, ou du manque d’attention des pouvoirs publics, en est la preuve. Le magazine Marianne a ainsi fait écho à un rapport de recherche commandé par le CNRS à l’occasion d’une série d’études consacrées aux risques d’attentats sur des cibles particulières. La recherche du professeur Paolo Vannucci, un expert de l’Université de Versailles en ingénierie, pointait alors les risques d’incendie et la faiblesse des mesures de prévention à cet égard, mais elle fut classée secrète10. Les conséquences de cette polémique débordèrent ensuite ce cas précis pour engager la responsabilité éventuelle de la ministre de la Culture de l’époque, Audrey Azoulay, en charge désormais de l’Unesco, et qui à ce titre intervenait à son tour à propos de la restauration à venir de Notre-Dame(Rykner, 2019). Cet épisode, relativement anecdotique, révèle en fait la dévalorisation des affirmations politiques, surtout émanant du pouvoir central (car la confiance est plus grande à l’égard de la mairie et des pouvoirs plus proches) : cette dévalorisation touche également l’émotion patrimoniale, après avoir surtout concerné d’autres événements, et spécifiquement des désastres environnementaux, ce qui est après tout logique. Ni les éclaircissements sur les raisons de l’incendie, ni l’annonce de la restauration rapide, ni, également, les promesses de dons ou leurs légitimations philanthropiques11, ne sont tout à fait crus : ils sont tous soumis à un traitement critique, souvent nourri du constat que les crises donnent lieu à une évolution du rôle de l’État12.

Réparer le monument : une politique refondatrice ou marginale ?

  • 13 Pour l’archéologue Mylène Pardoen, le chantier devrait prendre une dizaine d’années : https://www.l (...)

10Le drame a abouti à l’ouverture d’un chantier législatif, issu de la volonté présidentielle de fournir une réponse rapide et adaptée à ce qui apparaissait comme une situation inédite en fixant un délai de cinq ans pour la reconstruction de l’édifice, calé apparemment sur l’ouverture des prochains Jeux olympiques à Paris13. Si certains se sont offusqués de cette urgence, et au vrai de l’inutilité d’une loi spécifique à pareil événement, cette posture politique a sa logique, au-delà même des conditions particulières du moment qui imposaient au gouvernement de tenter de reprendre la main. En France, la représentation idéale de la conservation patrimoniale, contrairement à d’autres pays, est en effet intimement liée à l’intervention de l’État. Même si l’incendie n’a nullement mis en évidence l’insuffisance des mesures législatives et administratives qui ont normalement cours, signalant seulement la faiblesse des investissements consentis en matière de restauration, qui conduisent à des interventions tardives, importantes et coûteuses, et la fragilité des processus de sécurité sur les chantiers de ce genre, l’État s’est trouvé en position de vouloir surenchérir sur les dispositions existantes – comme pour répondre à l’ampleur des dons privés annoncés. Une sorte de compétition des dons s’étant installée très vite entre philanthropes, le vote d’une nouvelle loi semblait devoir être la réponse étatique adéquate à la catastrophe, sans impliquer de nouvelles dépenses de sa part.

  • 14 Voir le bilan de Bernadette Duboscq et Pierre Moulinier (1987).
  • 15 Barrès (2012). Un excellent témoignage d’un premier divorce, à cette occasion, entre un catholicism (...)
  • 16 L’épisode renvoie notamment à une lecture anti-chrétienne du site, qui s’inscrit dans les interprét (...)

11Notre-Dame de Paris est, comme les autres cathédrales de France, propriété de l’État et elle est affectée au culte, celui-ci étant géré par le diocèse de Paris, selon la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905(Fornerod, 2013). Les principes de la conservation des monuments ecclésiastiques en France ne répondent pas à une opposition frontale et binaire du religieux et du laïc, mais au constat d’un mélange subtil de mémoire collective, de sens du paysage et du milieu, d’émotions et de connaissances14. On ne rappellera pas ici l’histoire complexe de ce que le député et écrivain conservateur Maurice Barrès appelait au seuil du XXe siècle La Grande Pitié des églises de France15, afin de protéger tous les édifices religieux, fût-ce les plus modestes, d’après des caractères de sensibilité patrimoniale et nationale bien éloignés d’une référence exclusive à la foi catholique. La coexistence à Notre-Dame, spécifiquement, de célébrations nationales, étatiques et républicaines, et de célébrations religieuses tout au long de l’histoire de France récente est trop évidente pour qu’on y insiste. Mais il faut souligner que le ministre de l’Intérieur, qui est aussi le ministre des Cultes, a le devoir de veiller au bon exercice du monument dans le cadre religieux. Ainsi, quand la cathédrale est profanée par le suicide du philosophe d’extrême droite Dominique Venner, en mai 2013, qui s’était tiré une balle sur l’autel, le ministre de l’Intérieur s’était rendu sur place pour exprimer son soutien à l’Église de France en évoquant « un drame sans précédent16 ». Or le gouvernement du président Macron n’a en l’occurrence guère mobilisé ni le ministre de l’Intérieur ni le ministre de la Culture pour dessiner une configuration de traitement de ce désastre patrimonial.

12La catastrophe de Notre-Dame a donné lieu à un traitement législatif d’urgence, à la mise sur pied d’un organe ad hoc, et à un appel massif aux dons privés, qui n’étaient pas jusque-là de mise dans la gouvernance traditionnelle des monuments historiques. Une nouvelle loi, spécifique à la reconstruction de la cathédrale, et supposée pallier les lenteurs des chantiers habituels des monuments historiques, permet en effet désormais une série de dérogations aux règles de l’urbanisme et de protection de l’environnement17. Datée du 29 juillet, elle institue surtout une souscription nationale dont les fonds vont à la restauration et à la conservation de Notre-Dame de Paris et de son mobilier18, ainsi qu’à la formation des métiers d’art et du patrimoine nécessaires aux travaux. Les versements au Centre des monuments nationaux, et à trois fondations reconnues d’utilité publique, réunis sur le portail www.rebatirnotredame.gouv.fr, bénéficient d’un dispositif d’exception fiscale complexe, que certains voulaient encore plus avantageux au lendemain de l’incendie. L’économiste Édith Archambault a commenté récemment les polémiques qui ont surgi à propos des avantages en termes d’impôts rendus possibles par les dons, qui peuvent atteindre entre 66 % et 75 % de leur montant, et qui ont abouti à l’annonce de la part de certains philanthropes de leur refus d’en bénéficier à cette occasion. Elle juge que de tels affrontements témoignent d’une société française marquée par une passion pour l’égalité et par un niveau élevé de méfiance envers les compatriotes les plus riches, malgré une évolution notoire des fondations philanthropiques nationales vers un modèle international (Archambault, 1999 et 2020).

  • 19 De très nombreux comptes rendus dans la presse nationale posent la question que The Art Newspaper f (...)

13La volonté de faire œuvre exceptionnelle, et rapide, se signale encore par la nomination de Jean-Louis Georgelin, ancien chef d’état-major des armées françaises, à la tête de l’établissement public chargé des travaux. Le général en retraite doit travailler avec un autre retraité, Stanislas de Laboulaye, ambassadeur en charge de recueillir les dons, et le ministre de la Culture, Franck Riester. Au cours des débats à l’Assemblée et au Sénat, ce dernier particulièrement critique de certains éléments du nouveau texte, notamment dans son rôle d’assemblée d’opposition, on a vu réapparaître les questions centrales du patrimoine français et de sa conservation, c’est-à-dire la compétition entre les besoins de restauration des monuments en face de financements toujours insuffisants, ou encore les polémiques entre le ministère de la Culture et la Fondation du patrimoine à propos de la réalité des sommes promises. Il est difficile de concilier d’une part les aspirations à la dépense ostentatoire des grands entrepreneurs mécènes et philanthropes du luxe contemporain, d’autre part l’éthique du bien commun telle que la République l’a pensée jusque-là, en termes de patrimoine collectif et partagé. On doit bien constater que la réalité territoriale des patrimoines français a été éclipsée dans ces différents traitements par et à la faveur de l’incendie, qui a suscité des versements absolument inédits et permis à l’État d’instituer quasiment un nouveau cours en matière de politique patrimoniale. Toutefois, ce nouveau cours s’identifie pour le moment à la mise sur pied d’une force d’intervention rapide, pour adopter la culture militaire qui semble s’être emparée de la conduite des opérations. Là où la responsabilité des opérations de conservation-restauration était jadis confiée à des hommes de lettres, à des écrivains, à des historiens et à des architectes, à de grands administrateurs, un général se trouve désormais en charge du chantier, comme s’il s’agissait d’une opération particulièrement délicate que seule une organisation de type militaire pouvait mener à bien. Il reste qu’au moins dans les premiers mois, la mise en place de nouveaux acteurs sur un chantier par ailleurs techniquement très complexe, et rendu encore plus incertain par les pollutions intervenues et les dangers potentiels pour les intervenants, ait plutôt porté préjudice à la rapidité des opérations19

Un cas de dissensus patrimonial

14L’un des effets de l’incendie a été sans aucun doute de démocratiser la discussion d’esthètes sur les mérites de Viollet-le-Duc, l’architecte-restaurateur du XIXe siècle dont le legs enflamme la corporation des historiens de l’art et des conservateurs, depuis au moins un demi-siècle, à propos des mérites du néo-gothique et de l’art religieux20. A priori, la dispute sur la future physionomie de la cathédrale s’inscrit dans une dispute des Anciens et des Modernes ou des réactionnaires et des progressistes – mais ici la maire de Paris, figure de l’ancien Parti socialiste naguère au pouvoir, et cible privilégiée des milieux esthètes conservateurs, embrasse le respect viollet-le-ducien, ce qui complique singulièrement cette lecture. Pour certains, le dessein futur doit implicitement participer d’un ensemble de projets destinés à recomposer l’île de la Cité, déjà présentés au public, dont l’un imagine par exemple pour 2040 une dalle transparente à la place du parvis de Notre-Dame. L’exposition officielle, durant les Journées du patrimoine, de fragments de la flèche perdue, et de morceaux de la création du XIXe siècle, paraît devoir sanctionner cette option, à la grande satisfaction de La Tribune de l’Art, par exemple21.

  • 22 Mission île de la Cité le cœur du cœur. L’île de la Cité à l’horizon 2040, exposition à Paris, Conc (...)
  • 23 On lira le remarquable projet de restauration de Lassus et de Viollet-le-Duc sur le site de la BnF  (...)
  • 24 Tel est le projet de Rogelio Ruiz Fernandez, membre de l’Icomos, sous le curieux titre : Calme, Not (...)
  • 25 « Saving an icon », Time, 5 août 2019.
  • 26 « Rebuilding Notre-Dame: not so fast », Wall Street Journal, 2 mai 2019.

15La question du « geste architectural contemporain » pour rendre la cathédrale « encore plus belle », selon les déclarations du président de la République, a ouvert la boîte de Pandore des projets22. Leurs opposants jugent au contraire que la restauration doit s’appuyer sur le dernier état visuel de Notre-Dame de Paris, et donc éviter toute innovation – en reconstruisant la future flèche d’après celle de Viollet-le-Duc, effondrée lors de l’incendie23. D’autres projets, enfin, suggèrent de dissocier la reconstruction de la flèche, qui tournerait au mémorial Viollet-le-Duc, de celle de la cathédrale, restituée dans sa toiture du début du XIXe siècle24. La difficulté fondamentale à l’arrière-plan de ces disputes tient à la conviction implicite que la cathédrale incarne l’identité française, comme une « icône » largement anonyme ainsi que la qualifiait Time25. L’hypothèse d’une reconstruction qui ferait la part belle à une création individuelle contemporaine est d’autant plus difficile à envisager que ce statut renvoie à un geste collectif, à une représentation de la communauté ainsi que Viollet-le-Duc et, avant lui, les romantiques l’avaient imaginée, et que les médias reprennent volontiers aujourd’hui de par le monde26. On pourrait aisément multiplier les citations d’articles ou de commentaires qui évoquent le grand débat de la restauration : s’agit-il de reproduire d’une façon forcément artificielle le caractère anonyme et presque spontané du chantier gothique ou de lui substituer (de lui opposer ?) un geste architectural contemporain ? Or c’était déjà là un débat ouvert dans le champ de la réflexion restauratrice de Camillo Sitte (1996) à Gustavo Giovannoni (1998) ou à Caniggia et Maffei (2000). Le fait, d’ailleurs, que l’histoire intellectuelle de ces débats passés ou la simple mention de ces différents noms de penseurs du patrimoine monumental n’aient jamais été évoquées dans la couverture française du désastre et de ses réponses, en dit long sur le caractère de celle-ci, inscrite dans le cadre de la « doctrine » toujours évoquée du traitement des monuments historiques.

16Or la tragédie de Notre-Dame témoigne d’une forme d’incompréhension ou de malaise entre les vues nationales et les perspectives de protection internationales, en particulier de l’Icomos. Très rapidement, les experts du patrimoine mondial ont exprimé une certaine préoccupation à l’égard d’un éventuel concours destiné à bâtir une nouvelle flèche, eu égard au statut de patrimoine mondial du site des rives de la Seine. Un long article de Francesco Bandarin, qui fut directeur du Centre du patrimoine mondial à l’Unesco pendant dix ans (2000-2010) puis sous-directeur général pour la Culture de l’Unesco (2010-2018), affirmait la nécessité de respecter les normes internationales édictées en matière de paysage du centre ancien de la capitale. Il y affirmait notamment que les additions du XIXe siècle des architectes restaurateurs faisaient entièrement partie de l’histoire de la cathédrale, autant pour ainsi dire que les parties médiévales27. La Tribune de l’Art s’est alors réjouie de ces positions, au point de consacrer un entretien au même sujet dans le cadre de ses polémiques habituelles avec le ministère de la Culture sur maints sujets, en particulier au nom de la défense de la flèche dans son style original28. La réunion des experts du Comité du patrimoine mondial à Bakou à l’été 2019 n’a pas considéré la situation du monument, en l’absence de rapport ad hoc fourni par la France, mais a mis la question de la reconstruction de Notre-Dame parmi ses préoccupations, en particulier en termes de contextualisation de telles opérations. Un courrier de Toshiyuki Kono, président de l’Icomos, suggère à ce propos de prendre le cas de Notre-Dame comme un cas exemplaire de traitement d’une restauration qui devrait faire l’objet dans l’avenir d’une documentation et d’une exposition internationales29. Ainsi, les logiques internationales et nationales semblent se superposer de manière non concertée, avec des effets éventuels de réaction ou de manipulation à l’intérieur du champ politique et culturel français.

17Pareils épisodes témoignent en fait d’une crainte de marginalisation de la part d’experts du patrimoine, conservateurs et architectes spécialisés des monuments historiques, au sein du ministère de la Culture ou des universités. La frustration et le désarroi des professionnels se sont manifestés, selon un rite traditionnel de l’intervention des intellectuels dans le débat patrimonial français, dans diverses pétitions30. Tel est le cas de la tribune parue dans Le Figaro, qui a mobilisé un millier de conservateurs, architectes, professeurs, etc., pour rappeler à la fois la valeur de leurs corporations et la prudence restauratrice ruskinienne au nom des générations futures. Cette protestation semblait s’adresser à la fois aux entrepreneurs de la métropole qui doit s’affirmer « ville créative », et favoriser a priori les gestes architecturaux inédits, et aux politiques pressés de composer le cadre olympique de 2024. Les chercheurs en matière de patrimoine se sont donc auto-saisis de la situation en montant des réseaux spontanés, plus ou moins sanctionnés ensuite par leurs administrations31. L’auto-organisation des spécialistes peut-elle peser sur la restauration du monument ? C’est assurément l’un des défis de la situation, tel que Jorge Otero-Pailos le résumait, en s’opposant au projet d’une compétition décidée d’en haut, selon un modèle qu’il jugeait « paternaliste », et centré sur le produit fini, pour plaider au contraire la cause d’un patrimoine pensé en termes de « processus social ». Pour lui, « préserver le patrimoine requiert et engage l’écoute attentive des professionnels, dont les compétences vont de la psychologie à l’organisation des communautés, des savoirs architecturaux en matière de monuments anciens à la maîtrise des technologies digitales de pointe, et de beaucoup d’autres encore32 ». C’est là reconnaître le rôle des experts tout en voulant prendre en compte la métamorphose participative des pratiques patrimoniales, selon une démarche bien connue désormais dans toutes les entreprises de restauration contemporaine.

18Dans l’espérance évidente d’une telle convocation d’expertises, les spécialistes du patrimoine tentent de reprendre la main en mettant au point un réseau d’expertise sous la forme d’une libre association créée le 16 avril 201933, qui aura finalement la sanction officielle du CNRS, notamment, à partir du mois de mai34. Le chantier fournit en effet une opportunité exceptionnelle pour mettre l’accent sur le patrimoine immatériel de la cathédrale – non pas celui de la foi, mais celui qui est ici laïcisé et basculé sur les définitions contemporaines du patrimoine culturel immatériel telles que les ONG comme l’Unesco les ont promues. Ainsi, le thème du « chantier cathédral en Europe35 » devient-il central pour évoquer la question des savoirs, des savoir-faire et des matériaux du Moyen Âge à nos jours sur un mode collaboratif. L’entrée de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg à l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel en France en 2017 a marqué la reconnaissance de sauvegarde des savoirs, des compétences techniques et des pratiques sociales des ateliers de cathédrales. En mars 2019, cinq pays européens (Allemagne, Autriche, France, Norvège et Suisse) ont déposé auprès de l’Unesco, pour le Registre des bonnes pratiques de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, une candidature commune : « Les techniques artisanales et les pratiques coutumières des ateliers de cathédrales, ou Bauhütten, en Europe : savoir-faire, transmission, développement des savoirs, innovation36 ». L’idée est de préserver les traditions des ouvriers du bâtiment, les connaissances intellectuelles et techniques transmises au sein de ces chantiers permanents autour des cathédrales. Les deux dernières décennies de recherche ont en effet permis de mieux comprendre l’élaboration de la culture architecturale et technique autour des cathédrales européennes, replacées dans leur contexte. L’événement de Notre-Dame semble ainsi pouvoir fournir une occasion de mobiliser l’ensemble des figures de l’immatériel peu à peu connues par la science historique, et de les engager dans une reconstruction. La thèse de la récupération des anciens savoir-faire est, au reste, un élément traditionnel de la pensée restauratrice contemporaine avec, par exemple, l’idée d’une reproduction des anciennes pratiques du bâtiment (replica sapiente) chez le théoricien italien Paolo Marconi (1993). Ce pourrait être là une proposition raisonnable pour assumer la dimension émotionnelle, sinon affective, désormais indispensable à toute « prise » patrimoniale, comme le formulent les ethnologues.

Les ressources de l’identité religieuse : un milieu de mémoire ?

19Le désastre a suscité une floraison de lectures symboliques, providentialistes ou apocalyptiques, un peu comme toutes les catastrophes, épidémies ou cataclysmes au cours de l’histoire. Certaines lectures évoquent le prêche du père Paneloux dans La Peste d’Albert Camus : en effet, les explications en termes de châtiment divin – ou de symbole de la condition humaine, ou encore d’épreuve entrant dans les desseins de la Providence – n’ont pas manqué. Le caractère apocalyptique d’une partie au moins de cette catégorie d’interprétations est bien résumé par le ton du livre de Sylvain Tesson :

  • 37 Notre-Dame de Paris. Ô reine de douleur, op. cit.

« Et si l’effondrement de la flèche était la suite logique de ce que nous faisons subir à l’Histoire ? L’oubli, le ricanement, la certitude de nous-même, l’emballement, l’hybris, le fétichisme de l’avenir… et un jour, les cendres. […] Alors on se dira que la flèche a bien fait de se retirer37. »

20Le philosophe allemand Peter Sloterdijk, déjà cité, se demande :

« [Que] représente dans une société touristique et déchristianisée un bâtiment sublime comme Notre-Dame de Paris ? Question à laquelle pratiquement personne ne pouvait être préparé, à l’exception des prêtres qui ont l’habitude d’y célébrer la messe. Et tout à coup on comprend : le sublime, c’est ce qui résiste à la profanation. »

  • 38 La Séparation des Églises et de l’État : étude juridique, préface d’Anatole France, Paris, G. Bella (...)

21L’historien de l’art Adrien Goetz (2019) condamne l’attitude de la hiérarchie catholique qui fut à ses yeux insuffisamment préoccupée du monument et trop exclusivement marquée par le souci des « pierres vivantes », c’est-à-dire des fidèles : il plaide en revanche pour l’installation d’un musée sur le modèle de celui de l’Œuvre de la cathédrale de Florence. C’est là revenir implicitement à une difficulté que des commentateurs avisés avaient bien signalée au moment de la séparation entre l’Église et l’État, sous une forme parfois radicale : « C’est un singulier paradoxe que de vouloir lier irrévocablement la beauté du chef-d’œuvre à sa destination utilitaire », écrivait Paul Grunebaum-Ballin dans son étude juridique sur La Séparation des Églises et de l’État en 190538. La définition d’un musée de cathédrale, dans son opposition à celle de trésor, notamment, essaie de penser une forme de pédagogie qui ne s’assimile pas à la pastorale, mais participe néanmoins d’une pédagogie. Comme le résume un conservateur de ce type de musée :

« Le musée n’est […] pas comparable dans sa démarche au “trésor” qui présente, souvent dans l’enceinte d’un lieu consacré comme une sacristie, des objets liturgiques utilisés lors des célébrations. […] Le musée se risque à un déchiffrement des objets d’art sacré. Il ne les sanctifie pas (à l’opposé, il n’a pas à avoir une attitude dans la présentation au public qui pourrait être jugée sacrilège), mais explique leur emploi et leur utilité en matière de religiosité39 » (1996).

22On a prié devant les ruines de l’incendie, et assez vite une partie du clergé l’a fait à nouveau dans la cathédrale, en fonction de la sécurité plus ou moins recouvrée du bâtiment. L’émission de télévision « Le Jour du Seigneur » – la plus ancienne des médias – retransmettait, le 21 avril, en direct depuis l’église Saint-Eustache, la messe de Pâques célébrée par l’archevêque de Paris, devant près de 2 000 personnes. C’était là poursuivre de fait une lutte contre la muséification de la cathédrale et rappeler la fonction religieuse de l’édifice. Plus largement, il s’agit sans doute pour l’Église de maintenir une autonomie, institutionnelle et intellectuelle, par rapport aux prises de décisions de l’État, comme par rapport aux émotions collectives patrimoniales. Ceci est d’autant plus crucial que la France contemporaine est singulièrement déchristianisée, avec un taux de pratiquants quasi dérisoire40. L’observance du catholicisme est devenue en effet marginale selon tous les indicateurs41. Dans ce contexte, le propos du pape, qui donna fort peu, au grand scandale de certains, pour la souscription restauratrice, n’a rien de surprenant : traditionnellement, au-delà de la réfection d’un bâtiment matériel, reconstruire l’église est toujours à entendre de manière allégorique, comme une réforme de la communauté42.

23En deçà toutefois de telles ambitions, la lecture ecclésiale de la catastrophe dépend de la perspective qu’a développée l’Église des enjeux patrimoniaux, ou esthétiques si l’on préfère, de ses églises. D’une part, elle a déployé des efforts pour assurer des visites des lieux patrimonialisés en termes d’éducation historico-religieuse auprès des touristes et des visiteurs, dans l’espoir que la beauté ou la profondeur historique, les valeurs d’art, d’histoire ou d’ancienneté, pour reprendre le vocabulaire de l’historien de l’art viennois Aloïs Riegl au début du XXe siècle dans son rapport sur les monuments historiques de l’Empire austro-hongrois (2015), pourraient nourrir l’apologétique chrétienne. D’autre part, elle a pensé que les intérêts patrimoniaux largement entendus pourraient susciter des dons et entretenir les édifices.

  • 43 Pierre Bourdieu, « Piété religieuse et dévotion artistique », Actes de la recherche en sciences soc (...)
  • 44 La recherche financée par le Arts and Humanities Research Council, et intitulée Pilgrimage and Engl (...)

24Enfin, on doit inscrire cet épisode dans le panorama des fréquentations de cathédrales en Europe aujourd’hui, en dépassant les oppositions terme à terme entre usages touristiques et usages pèlerins, ou religieux, que la sociologie critique a particulièrement développées à la suite de Pierre Bourdieu43. Un rapport de recherche sur le cas des cathédrales anglaises, et plus largement européennes, est ici utile, qui insiste sur deux aspects des usages contemporains, le premier renvoyant à la nécessité pour l’Église de s’adresser à un public impossible à identifier précisément, et de lui fournir une expérience difficile à formaliser dans les cadres de la tradition, le second s’identifiant à la patrimonialisation44. On ne peut entrer ici dans le détail du premier aspect de ces analyses, qui évoquent le concept de réplication (duplication), « ce terme polymorphe impliquant entre autres choses les dimensions de reproduction, de mimesis, et d’appropriation ». Mais on peut souligner au moins combien il s’agit en effet de penser « les trajectoires changeantes de l’activité religieuse dans le même espace civique sur la longue durée »(Coleman & Browman, 2019 : 17 et 18). En ce qui concerne le second aspect, l’organisation de la cathédrale comme lieu patrimonial, cette étude souligne que les significations et les pratiques du patrimoine importent moins que le processus de gestion à l’œuvre dans pareille transformation. Et, en cela, les problèmes auxquels l’Église est confrontée ne sont en rien différents de ceux rencontrés par l’administration de l’État, ou d’autres organisations, à savoir que « la dimension de la patrimonialisation se traduit par des pratiques et des processus qui doivent être ouverts à l’examen, exposés dans des comptes rendus, transparents, conçus selon des modèles de gestion prévisibles, professionnalisés, et plus largement soumis aux principes généraux de l’efficacité et de la culture de l’expertise » (Coleman, 2019 : 138).

Un lieu de l’émotion mémorialisée

25L’incendie de Notre-Dame a montré les limites du traitement traditionnel du patrimoine français, en particulier quant aux responsabilités en matière de cathédrales. Il a témoigné de l’échec d’un entretien régulier du monument, de la faiblesse récurrente des financements, des dangers des opérations de restauration, de l’insuffisance de la surveillance et de la sécurité. Les réponses à la catastrophe ont largement fait appel à la générosité privée, pour pallier l’impossibilité d’un financement public. L’État a reconnu de facto ses faiblesses, sinon ses fautes, et a entrepris de lever les difficultés traditionnelles afin de mener à bien l’opération de restauration en simplifiant à titre exceptionnel les conditions de l’intervention. Ainsi, paradoxalement, la réponse de l’État au désastre patrimonial consiste à écarter les voies normales de l’action restauratrice pour prendre des mesures exceptionnelles financées par la souscription publique, et placées sous l’autorité d’un ancien chef militaire. La mise à l’écart des ministères de tutelle (Culture et Cultes) est de fait justifiée d’une part par la prise en main directe par l’Élysée, d’autre part par le souci exclusif d’efficacité afin de réaliser l’opération à temps pour les Jeux olympiques.

26Cette reconfiguration finalement assez soudaine de l’intervention patrimoniale publique ne s’est toutefois pas accompagnée d’une nouvelle justification, ou d’une nouvelle légitimité, à part l’activisme ainsi revendiqué politiquement de restaurer un ordre symbolique particulièrement mis à mal, simultanément, par les incendies volontaires des manifestations du samedi. Si sauver l’icône parisienne, propre à alimenter un tourisme planétaire, est une finalité indiscutée, et assumée entièrement par la puissance publique, l’appel à la mémoire collective est plus difficile à mener, car la cathédrale renvoie à des souvenirs et à des investissements parfois contradictoires, en tout cas multiples, et peu susceptibles de se fondre dans un corpus unique. Au-delà du moment unanime de fusion identitaire qui a accompagné les instants de la destruction, les valeurs associées au monument sont apparues assez diverses.

  • 45 On renvoie, à ce sujet, à quelques classiques, dont Oskar Verkaaik (2013), et Crispin Paine (2013). (...)

27Écartés du processus, les professionnels, architectes, conservateurs, érudits, spécialistes à divers titres, se sont auto-organisés en réseaux savants autonomes. Ils tentent de promouvoir l’idée de communautés de praticiens au service d’un patrimoine culturel immatériel, celui des chantiers de cathédrales, où réside l’expertise indispensable aux opérations à venir. Certains veulent promouvoir l’installation ultérieure d’une muséographie du site, et entendent inscrire le débat sur la reconstruction dans la nouvelle appréciation de l’art religieux du XIXe siècle45. Mais ces débats restent, malgré leur soudain écho, assez confinés au monde académique : aucun porte-parole du savoir savant n’est parvenu à incarner pour le public une voix légitime de la communauté nationale. Au contraire, le cercle des spécialistes peu à peu constitué, pour remarquable qu’il soit, a tendu à revendiquer une expertise fermée aux profanes, comme en réaction à une marginalisation, ancrée dans une connaissance des matériaux et une ingénierie complexe de la construction. Parallèlement, la lecture proprement ecclésiastique a toujours privilégié la vie de l’Église sur la question proprement matérielle, et s’est finalement peu manifestée lors de l’émotion publique, médiatique et mondiale qui a entouré aussitôt l’incendie. Seul un petit nombre de fidèles a pu se reconnaître dans cet autre discours spécialisé.

28En conséquence, la thématique de la catastrophe a largement mis au premier rang la perte de la charpente et, au-delà, l’affirmation (contestée) de la disparition des forêts nécessaires à son éventuelle reconstruction, en une sorte de plaidoyer autant écologique qu’historique. Surtout, cette émotion collective, faite largement de douleur et de « pitié », pour reprendre la formule de Barrès, à l’égard de la cathédrale mutilée, a pu essentiellement se légitimer de la culture patrimoniale traditionnelle, puisant chez Hugo et chez ses interprètes ultérieurs ou dans ses vulgarisations multiples l’essentiel de ses ressources. Il est clair, toutefois, que le retour à un romantisme littéraire du siècle passé, même réactivé par la plume d’hommes de lettres ou de commentateurs contemporains, ne peut suffire à construire un propos contemporain. Ainsi, cette gigantesque émotion patrimoniale apparaît-elle en panne de discours et de projet, au-delà du « plus jamais ça », et de la déploration de la perte. La remarquable multiplication des numéros spéciaux de journaux et de revues, des monographies vulgarisatrices, des rééditions de classiques hugoliens et autres, manifeste la prise en main par le marché des responsabilités pédagogiques à l’égard du public. Au contraire de la tradition étatique française, tout se passe comme si l’incendie sanctionnait une série de basculements intervenus au cours de la génération précédente au profit, au pire, d’un consumérisme nostalgique des émotions patrimoniales du XIXe siècle, au mieux, d’une proclamation des droits de l’humanité à un patrimoine universel identifié à quelques icônes autant touristiques que proprement culturelles. Le succès de cette production répétitive est assez évident, qui repose sur un bagage scolaire ou parascolaire. C’est au fond le triomphe de plusieurs générations de formation littéraire au patrimoine français qui rend compte de la configuration observée, mais au risque d’un épuisement des références et des perspectives.

29Pierre Nora écrivait en 1972 (p. 162) que « les mass media ont aujourd’hui le monopole de l’histoire », ajoutant que : « dans nos sociétés contemporaines, c’est par eux et par eux seuls que l’événement nous frappe ». Son idée était que l’événement s’était démocratisé avec le contemporain et ses moyens d’information, et que, de ce fait, l’histoire et le travail historien s’étaient métamorphosés. Une génération plus tard, l’anthropologue Daniel Fabre (2013) évoquait un même registre démocratique de l’émotion patrimoniale à propos de diverses manifestations suscitées par des incendies ou des destructions que des communautés entendaient réparer ou faire réparer. Si l’histoire contemporaine s’écrit dans et par l’événement médiatique, à l’écart du sacerdoce des historiens, le patrimoine s’écrit aussi à l’écart des savants et des spécialistes, dans un espace public de l’émotion immédiate, et de ses retombées.

30Comme en d’autres occasions, le journal Libération a, dans sa titraille du jour, particulièrement bien traduit l’événement46. La photographie choisie montre l’instant de l’effondrement spectaculaire de la flèche, point culminant du déroulement de l’incendie. Surtout, sa légende, « Notre drame », est une figure de style particulière, une paronomase, qui joue de l’identification entre le monument et le traumatisme collectif. La paronomase, si l’on suit les dictionnaires, est une figure de style qui consiste à utiliser dans un même énoncé des paronymes, c’est-à-dire des mots dont la prononciation et l’orthographe se ressemblent, mais dont la signification est différente. Cette figure de style est généralement présentée de façon explicite – les deux paronymes apparaissent alors dans la phrase –, mais tel n’est pas le cas ici, où la présentation est implicite, le sous-entendu étant immédiat pour tous grâce à la photographie. Or, « en rapprochant des mots de formes semblables, la paronomase laisse croire que leurs sens sont également liés. C’est cet effet de rapprochement sémantique que l’on exploite en ayant recours à des paronomases dans les proverbes, les titres et la publicité47 ». Dans ce cas, le rapprochement est pour le moins singulier, puisqu’il laisse entendre que le sens de la cathédrale aujourd’hui s’identifie exclusivement à l’émotion partagée d’un drame national. Ce constat tend à assimiler le monument à sa ruine, qui suspend de facto toutes les autres lectures. Libération semble ainsi reprendre l’analyse par Aloïs Riegl du Culte moderne des monuments (2015) dans sa version la plus pessimiste : le caractère d’ancienneté de la cathédrale serait la dernière valeur à pouvoir être comprise dans le monde démocratique et individualiste contemporain, et le drame de sa ruine à venir (ici comme advenue d’un coup) serait la seule clé d’intelligibilité du rapport au passé. La dramatisation, voire l’hystérisation, de la situation paraît alors non pas un récit médiatique hasardeux, mais la transcription légitime de l’événement.

31Rien ne témoigne mieux que cette catastrophe que le patrimoine est vraiment devenu « l’affaire de tous ». Le revers de cette communion immédiate dans l’émotion est que les ennuis commencent avec le projet de reconstruire : dans les jours qui suivirent, les disputes pour savoir si on devait rebâtir la flèche, et comment, et couvrir ou non la voûte, vérifiaient le constat d’une émotion médiatisée qui n’était pas liée à une véritable culture historique ou artistique, ni, a fortiori, à l’affirmation de convictions sur le respect de l’intégrité d’un contexte urbain comme valeur fondamentale. La catastrophe de Notre-Dame n’a pas permis à ce jour un renouvellement convaincant de la légitimité patrimoniale, au-delà d’invocations un peu creuses, ni l’invention d’un nouveau discours, et elle a altéré le système étatique traditionnel hérité du siècle dernier. L’évocation ici ou là d’un nouveau musée ou d’un mémorial à ouvrir pour conserver, sinon recycler, les éléments d’un travail de restauration du XIXe siècle dont on ne sait plus que faire, semble davantage une aménité sans grande conséquence, si ce n’est un pis-aller, qu’un projet scientifique et culturel. La seule réponse au désastre ne peut être le « jamais plus » – elle ne peut faire l’économie d’une réflexion collective sur les justifications et les ressorts de l’entretien d’une cathédrale d’État laïc, entre pratiques ecclésiastiques et pratiques culturelles, labels patrimoniaux et individualisme démocratique, communautés nationales et mondiales enfin.

Haut de page

Bibliographie

Archambault (Edith). 1999. « France: from Jacobin tradition to decentralization », p. 81-97 in Global Civil Society: Dimensions of the Nonprofit Sector / sous la direction de Lester M. Salamon, Helmut K. Anheier, Regina List, Stefan Toepler, S. Wojciech Sokolowski & Associates. Baltimore : Johns Hopkins Center for Civil Society Studies (Comparative Nonprofit Sector Project).

Archambault (Edith). 2020 (à paraître). « The recent evolution of foundations in France », in Charting Global Challenges: Civil Society, the Nonprofit Sector, and Culture. Essays in Honor of Helmut K. Anheier / sous la direction de Michael Hoelscher, Regina List, Alexander Ruser & Stefan Toepler.

Barrès (Maurice). 2012. La Grande Pitié des églises de France. Texte introduit et établi par Michel Leymarie & Michela Passini. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Bompaire-Evesque (Claire). 2004. « Barrès et Claudel : une incompréhension réciproque ». Revue d’histoire littéraire de la France, 104(1), p. 93-126.

Bourdieu (Pierre). 1994. « Piété religieuse et dévotion artistique ». Actes de la recherche en sciences sociales, 105(1), p. 71-74.

Cabanel (Patrick). 2010. « La République contre les catholiques ? » in Serviteurs de l’État : Une histoire politique de l’administration française (1875-1945) / sous la direction de Marc Olivier Baruch & Vincent Duclert. Paris : La Découverte.

Caniggia (Gianfranco) & Maffei (Gian Luigi). 2000. Composition architecturale et typologie du bâti. Vol. 1 Lecture du bâti de base. Trad. de l’italien de Pierre Larochelle. Québec : École d’architecture, Université Laval.

Coleman (Simon). 2019. « On praying in an old country: ritual, replication, heritage, and powers of adjacency in English cathedrals ». Religion, 49(1), p. 120-141.

Coleman (Simon) & Bowman (Marion). 2019. « Religion in cathedrals: pilgrimage, heritage, adjacency, and the politics of replication in Northern Europe ». Religion, 49(1), p. 1-23.

De Munck (Bert) & Romano (Antonella) (dir.). 2019. Knowledge and the Early Modern City: A History of Entanglements. Londres : Routledge.

Duboscq (Bernadette) & Moulinier (Pierre). 1987. Églises, chapelles et temples de France : Un bien commun familier et menacé. État et utilisation des lieux de culte. Paris : La Documentation française.

Endelstein (Lucine), Fath (Sébastien) & Mathieu (Séverine). 2010. Dieu change en ville. Religion, espace, immigration. Paris : L’Harmattan.

Étienne (Bruno). 2006. « “Ça m’a fait quelque chose de le voir en flammes”. Esquisse d’une conceptualisation des émotions patrimoniales (analyse d’un corpus de lettres de réactions à l’incendie), p. 103-141 in Les Formats d’une cause patrimoniale. Émotions et actions autour du château de Lunéville / sous la direction de Noël Barbe et Jean-Louis Tornatore. Rapport final à la Mission à l’ethnologie, Paris, ministère de la Culture et de la Communication. En ligne : http://www.culture.gouv.fr/content/download/79644/602999/version/1/file/Ethno_Barbe_2006_473.pdf (consulté le 1er décembre 2019).

Fabre (Daniel) (dir.). 2013. Émotions patrimoniales. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Ferreira (Miguel Tiago). 2019. « Notre-Dame cathedral: another case in a growing list of heritage landmarks destroyed by fire ». Fire, 2(2), 2019.

Fornerod (Anne). 2013. Le Régime juridique du patrimoine religieux. Paris : L’Harmattan.

Giovannoni (Gustavo). 1998. L’Urbanisme face aux villes anciennes. Trad. de l’italien de J.-M. Mandosio, A. Petita & C. Tandille. Paris : Seuil (Points Essais) [1re édition originale : 1931].

Girard (Alain). 1996. « Un musée départemental d’art sacré. Le programme muséographique du Musée d’art sacré du Gard ». Revue d’histoire de l’Église de France, 82(208), p. 111-112.

Goetz (Adrien). 2019. Notre-Dame de l’Humanité. Paris : Grasset.

Huysmans (Joris-Karl). 2019. Notre-Dame de Paris [textes parus entre 1898 et 1905]. Paris : L’Herne.

Labrot (Gérard). 1999. Sisyphes chrétiens. La longue patience des évêques bâtisseurs du royaume de Naples (1590-1760). Seyssel : Champ Vallon.

Le Roux (Gaël), De Vleeschouwer (François), Weiss (Dominik), Masson (Olivier), Pinelli (Éric) & Shotyk (William). 2019. « Learning from the past: fires, architecture, and environmental lead emissions ». Environnemental Science and Technology, 53(15), p. 8482-8484. En ligne : https://doi.org/10.1021/acs.est.9b03869 (consulté le 1er décembre 2019).

Marconi (Paolo). 1993. Il Restauro e l’architetto, teoria e pratica in due secoli di dibattito. Venise : Marsiglio.

Navaro Yashin (Yael). 2009. « Affective spaces, melancholic objects: ruination and the production of anthropological knowledg ». Journal of the Royal Anthropological Institute, 15(1), p. 1-18.

Nora (Pierre). 1972. « L’événement monstre ». Communications, 18, p. 162-172.

Nora (Pierre). 2011. Présent, Nation, Mémoire. Paris : Gallimard.

Otero-Pailos (Jorge). 2019. « In Notre-Dame, we find a heritage that invites us to breathe and reflect. A spire competition is the wrong approach ». The Art Newspaper, 19 avril. En ligne : https://www.theartnewspaper.com/comment/a-proustian-call-to-arms-on-notre-dame (consulté le 1er décembre 2019).

Paine (Crispin). 2013. Religious Objects in Museums: Private Lives and Public Duties. Londres : Bloomsbury.

Penez (Catherine) (dir.). 1999. Regards sur le patrimoine religieux : De la sauvegarde à la présentation. Arles : Actes Sud.

Riegl (Aloïs). 2015. Le Culte moderne des monuments. Son essence et sa genèse. Trad. de l’allemand de Daniel Wieczorek. Paris : Seuil [1re édition originale : 1903].

Rykner (Didier). 2019. « Audrey Azoulay est-elle légitime pour s’occuper de Notre-Dame ? ». La Tribune de l’Art, 22 avril. En ligne : https://www.latribunedelart.com/ces-faits-ont-ete-encore-peu-commentes-il-sont (consulté le 1er décembre 2019).

Saint-Martin (Isabelle). 2015. Art chrétien / art sacré. Regards du catholicisme sur l’art. France, XIXe-XXe siècles. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Sitte (Camillo). 1996. L’Art de bâtir les villes. L’urbanisme selon ses fondements artistiques. Trad. de l’allemand de Daniel Wieczorek. Paris : Seuil (Points Essais) [1re édition originale : 1889].

Verkaaik (Oskar) (dir.). 2013. Religious Architecture: Anthropological Perspectives. Amsterdam : University Press.

Haut de page

Notes

1 Ferreira (2019 : 20). Pour une comparaison avec les réactions à un autre incendie patrimonial récent, voir Bruno Étienne (2006).

2 Un article ultérieur sur la consommation de l’événement est repris dans son recueil Présent, Nation, Mémoire (2011 : 57 sqq.).

3 Huit millions de messages en moins de 24 heures (https://www.visibrain.com/fr/blog/les-reseaux-sociaux-pleurent-notre-dame-de-paris-depuis-l-incendie/ [consulté le 1er décembre 2019]). L’écho sur l’Internet chinois est particulièrement révélateur, qui fut le prétexte à des comparaisons avec le sac du palais d’Été, condamné par Victor Hugo : https://daxueconseil.fr/incendie-notre-dame-reactions-chinois/ (consulté le 1er décembre 2019). Un excellent choix des articles les plus importants parus sur Internet se trouve dans Richard Wittman, « Churches and States », Places Journal, septembre 2019, en ligne : https://placesjournal.org/article/notre-dame-churches-and-states/ (consulté le 1er décembre 2019).

4 Vittorio Sgarbi, « Notre-Dame una cartolina, non abbiamo perso nulla » Il Messaggero, 16 avril 2019.

5 Joris-Karl Huysmans, réédité à l’occasion par L’Herne parmi la littérature consacrée à la cathédrale, jugeait en 1898 dans L’Écho de Paris que les tentatives d’y faire renaître la foi étaient lettre morte car « cette cathédrale n’a plus d’âme ; elle est un cadavre inerte de pierre ; essayez d’y entendre une messe et vous sentirez une chape de glace tomber sur vous » (Huysmans, 2019 : 15). Voir, plus généralement, Joëlle Prungnaud, Figures littéraires de la cathédrale, 1880-1918, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008 ; et, pour les illustrations, Ségolène Le Men, La Cathédrale illustrée de Hugo à Monet : regard romantique et modernité, Paris, CNRS, 1998 ; remarques stimulantes dans Julien Chane-Alune « La cathédrale d’ombre. Portée philosophique des interprétations de l’architecture gothique, depuis Goethe et Hugo », Philonsorbonne, n° 7, 2013, p. 63-79.

6 Stéphane Bern, Le Figaro, 20-21 avril 2019, p. 32.

7 Gillian Brockell, « Notre Dame was in ruins. Victor Hugo’s novel about a hunchback saved it », The Washington Post, 16 avril 2019, en ligne : https://www.washingtonpost.com/history/2019/04/15/notre-dame-was-ruins-victor-hugosnovel-about-hunchback-saved-it/ (consulté le 1er décembre 2019).

8 André Guyaux, « Avant-propos », in Joris-Karl Huysmans (2019 : 15).

9 Mylène Pardoen, engagée dans ce processus à Notre-Dame, a défini dans « Archéologie du paysage sonore. Reconstruire le son du passé » (Revue de la BnF, n° 55, 2017, p. 30-39) les objectifs généraux de sa discipline.

10 Les travaux se sont poursuivis de sa part sur l’après-incendie : Paolo Vannucci, Victor Maffi-Berthier, Ioannis Stefanou & Filippo Masi, « Structural integrity of Notre Dame Cathedral after the fire of April 15th, 2019 », en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02105786/ (consulté le 1er décembre 2019).

11 Krystian Seibert, « Giving under the microscope: philanthropy, legitimacy and a new era of scrutiny », Third Sector Review, vol. 25, n° 1, 2019, p. 123 ssq., montre les nouvelles exigences désormais en matière de transparence et de légitimité des interventions philanthropiques.

12 Une série de débats a été particulièrement nourrie par le livre de la journaliste Naomi Klein, La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre, trad. de l’anglais de Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Arles, Leméac - Actes Sud, 2008 [1re édition originale : 2007], qui y voit l’avancée des processus néo-libéraux de gouvernance.

13 Pour l’archéologue Mylène Pardoen, le chantier devrait prendre une dizaine d’années : https://www.lyonplus.com/actualite/2019/10/22/elle-reconstitue-l-acoustique-de-notre-dame-de-paris (consulté le 1er décembre 2019).

14 Voir le bilan de Bernadette Duboscq et Pierre Moulinier (1987).

15 Barrès (2012). Un excellent témoignage d’un premier divorce, à cette occasion, entre un catholicisme préoccupé de l’Église et une sensibilité patrimoniale aux églises est fourni par Claire Bompaire-Evesque (2004).

16 L’épisode renvoie notamment à une lecture anti-chrétienne du site, qui s’inscrit dans les interprétations antiquaires du pilier des Nautes découvert dans la cathédrale au début du XVIIIe siècle et où sont représentées tant les divinités romaines que celles du monde celte et gaulois : voir Stéphane Van Damme, « Boatmen, Druids and Parisii in Lutetia », in Bert De Munck & Antonella Romano (2019).

17 http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/souscription_nationale_restauration_notre-dame_paris (consulté le 1er décembre 2019).

18 Voir, sur ce point, les actes du colloque organisé par l’Association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France (Penez, 1999).

19 De très nombreux comptes rendus dans la presse nationale posent la question que The Art Newspaper formule en ces termes le 30 septembre 2019 : « Who is the boss? » (« Inside Notre-Dame: a blow-by-blow account of the restoration process »).

20 Voir la synthèse d’Isabelle Saint-Martin (2015).

21 https://www.culture.gouv.fr/Restaurer-Notre-Dame-de-Paris/En-images/Les-tresors-de-Notre-Dame-de-Paris-exposes-au-ministere-de-la-Culture (consulté le 1er décembre 2019).

22 Mission île de la Cité le cœur du cœur. L’île de la Cité à l’horizon 2040, exposition à Paris, Conciergerie, 15 février au 17 avril 2017.

23 On lira le remarquable projet de restauration de Lassus et de Viollet-le-Duc sur le site de la BnF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104823k (consulté le 1er décembre 2019).

24 Tel est le projet de Rogelio Ruiz Fernandez, membre de l’Icomos, sous le curieux titre : Calme, Notre-Dame, Calme. Inspiré par les restaurations de Luca Beltrami, il propose d’ériger un memento de la dix-neuviémité architecturale en face de la cathédrale, et de débarrasser le toit des 500 tonnes de la flèche (http://todopatrimonio.com/pdf/FRANCAIS-BAPTISTERE-DE-NOTRE-DAME.pdf [consulté le 1er décembre 2019]).

25 « Saving an icon », Time, 5 août 2019.

26 « Rebuilding Notre-Dame: not so fast », Wall Street Journal, 2 mai 2019.

27 https://www.theartnewspaper.com/comment/notre-dame-should-be-rebuilt-as-it-was-says-a-former-director-of-unesco-s-world-heritage-centre (consulté le 1er décembre 2019).

28 « Notre-Dame : interview de Francesco Bandarin », La Tribune de l’Art, 25 mai 2019.

29 https://www.icomos.org/images/DOCUMENTS/Secretariat/2019/AGA_2019/AGA_Working_docs/AGA_201910_3-1_PresidentReport_EN.pdf (consulté le 1er décembre 2019).

30 https://www.theartnewspaper.com/news/leading-conservators-petition-notre-dame (consulté le 1er décembre 2019). Laurent Ferri, « Les intellectuels s’intéressent-ils au patrimoine monumental et architectural ? Un siècle de pétitions en France », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 5, 2003, p. 129-153.

31 « À Notre-Dame de Paris, plongée au cœur d’un chantier hors norme », Le Monde, 8 juillet 2019.

32 Jorge Otero-Pailos, « A spire competition is the wrong approach », The Art Newspaper, 19 avril 2019 ; voir aussi l’appel à communications pour un numéro monographique de sa revue Future Anterior, « The Notre-Dame effect ».

33 Association des scientifiques pour la restauration de Notre-Dame (Association of Scientists for the Restoration of Notre-Dame) : https://www.scientifiquesnotre-dame.org/ (consulté le 1er décembre 2019).

34 http://www.cnrs.fr/fr/node/3854 ; pour un exemple, voir : https://lejournal.cnrs.fr/articles/notre-dame-enquete-au-milieu-des-decombres (consultés le 1er décembre 2019).

35 Cf. colloque « Le chantier cathédral en Europe : diffusion et sauvegarde des savoirs, savoir-faire et matériaux du Moyen Âge à nos jours », Paris, 23-25 octobre 2019, ministère de la Culture / Centre André-Chastel / Labex « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » : http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/actualites/le-chantier-cathedral-en-europe (consulté le 1er décembre 2019).

36 Voir note précédente.

37 Notre-Dame de Paris. Ô reine de douleur, op. cit.

38 La Séparation des Églises et de l’État : étude juridique, préface d’Anatole France, Paris, G. Bellais, 1905, cité par Pierre-Henri Prelot, préface à Anne Fornerod (2013 : 7). Sur ces paradoxes ou ces ambiguïtés, voir Patrick Cabanel (2010).

39 Sur les trésors, voir l’ouvrage en ligne du ministère de la Culture : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Monuments-historiques-Sites-patrimoniaux-remarquables/Ressources/Publications/Guides/Guide-pratique-Tresors-d-eglises-et-de-cathedrales-en-France (consulté le 1er décembre 2019).

40 https://ec.europa.eu/commfrontoffice/publicopinion/archives/ebs/ebs_341_en.pdf ; « Plus de la moitié des Français ne se réclament d’aucune religion », Le Monde.fr, 7 mai 2015, en ligne : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/05/07/une-grande-majorite-de-francais-ne-se-reclament-d-aucune-religion_4629612_4355770.html (consulté le 1er décembre 2019). Ce n’est pas à dire que ce déclin est univoque : sur les changements liés à l’immigration, voir endelstein et al., 2010.

41 Les catholiques pratiquants réguliers sont, en 2010, 4,5 % (contre 27 % en 1952) : https://www.ifop.com/publication/catholicisme-en-france-en-2010/ (consulté le 1er décembre 2019).

42 On pourrait évoquer, parmi les études historiennes sur l’entretien des églises et de leur reconstruction après différents désastres et leur rapport à la pastorale, celle de Gérard Labrot (1999).

43 Pierre Bourdieu, « Piété religieuse et dévotion artistique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 105, 1994, p. 71-74.

44 La recherche financée par le Arts and Humanities Research Council, et intitulée Pilgrimage and England’s Cathedrals, Past and Present Cathedrals, réunissait des historiens et des ethnologues : https://gtr.ukri.org/projects?ref=AH%2FL015005%2F1 (consulté le 1er décembre 2019).

45 On renvoie, à ce sujet, à quelques classiques, dont Oskar Verkaaik (2013), et Crispin Paine (2013). Voir aussi la conférence de Yael Navaro-Yashin (2009).

46 https://www.liberation.fr/direct/element/a-la-une-de-libe-mardi-16-avril_96446/ (consulté le 1er décembre 2019).

47 Selon la définition de l’Office québécois de la langue française : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3234 (consulté le 1er décembre 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Notre-Dame en flammes au premier plan, la tour Eiffel au second plan, 15 avril 2019.
Crédits © A. G. photographe.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/4245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot, « Une catastrophe patrimoniale : Notre-Dame de Paris, entre émotions et controverses »Culture & Musées, 34 | 2019, 247-262.

Référence électronique

Dominique Poulot, « Une catastrophe patrimoniale : Notre-Dame de Paris, entre émotions et controverses »Culture & Musées [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/4245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.4245

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Larhra, Lyon
Dominique Poulot, chercheur à l’UMR CNRS LARHRA (Lyon), consacre ses travaux à l’histoire culturelle du patrimoine. Il a collaboré à de nombreux ouvrages collectifs et à des programmes de recherche européens. Il a notamment publié Musée et muséologie (2009), L’Art d’aimer les objets (2016) et, avec Catherine Ballé Musées en Europe (2019).
Courriel : Dominique.Poulot[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search