Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Ce que les sociabilités font à l’...

Ce que les sociabilités font à l’écoute musicale. Le cas des Eurockéennes de Belfort

The Effect of Sociabilities on Music Listening. The Case of the Eurockéennes de Belfort Music Festival
Lo que las sociabilidades producen en la escucha musi­cal. El caso de las Eurockéennes de Belfort
Aurélien Djakouane
p. 23-45

Résumés

Par leur configuration singulière, les festivals de musiques actuelles offrent un espace d’observation singulier où l’écoute musicale se trouve prise au travers d’un jeu de socia­bilités complexes avec lesquelles elle interagit en permanence. En partant d’une enquête réalisée en 2010 sur les publics des Eurockéennes de Belfort, cet article interroge la place de l’écoute musicale dans l’expérience festivalière, en montrant comment elle se négocie avec d’autres impératifs de la sortie au festival : être ensemble, rencontrer des gens, faire la fête... L’écoute musicale y est abordée à travers deux axes. D’abord, en présentant le fais­ceau des sociabilités ordinaires qui lui sont associées, la venue à un festival étant rarement solitaire. Ensuite, en montrant comment cohabitent différentes communautés de goûts, et comment la ban­nière du « rock » offre un espace agrégatif de genres musicaux variés où la situation collective d’écoute instruit un rapport plus attentif à l’altérité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le : 24 juillet 2014
Version révisée reçue le : 25 janvier 2015
Article accepté pour publication le : 06 février 2015

Texte intégral

  • 1 À la différence de la catégorie ins­titutionnelle des « musiques actuelles » (Teillet, 2003) qui, o (...)

1Certains festivals de mu­siques amplifiées1, comme les Eurockéennes de Belfort, offrent un rapport singulier à l’écoute musicale. En pro­posant un nombre important de concerts sur un petit nombre de jours grâce à un dispositif multiscènes qui permet la simultanéité des concerts, ces festivals gé­nèrent une expérience musi­cale et sociale à plusieurs dimensions, qui rend parti­culièrement intéressante l’ob­servation des interactions qui s’y déroulent.

2En effet, lorsqu’on se demande ce qui peut donner envie de « faire un festival », la réponse semble évidente : voir des concerts, écouter de la musique. Pourtant, lorsqu’on interroge les festiva­liers, on comprend que leur présence est due à une multitude de facteurs qui se renvoient les uns aux autres : motivations artis­tiques – voir tel ou tel groupe -, motivations sociales – être ensemble, faire la fête – et curiosité à ces deux endroits – décou­vrir des artistes, rencontrer des gens. On peut alors se poser la question de la place de l’écoute musicale dans ce type d’événe­ment, et comment elle se négocie avec les autres impératifs de la participation au festival.

3Le propos de cet article n’est donc pas de décrire directement les formes d’écoutes qu’occasionne un tel festival. Il s’agit plutôt de saisir la manière dont l’attention des festivaliers se déplace entre des activités qui relèvent du registre de l’écoute, et d’autres qui relèvent d’activités de sociabilité, et la manière dont ces deux acti­vités se mêlent. Dans un festival comme les Eurockéennes de Belfort, ces activités sont totalement partie prenante de « l’expérience esthétique » (Dewey, 1934) des festivaliers. L’objet de cet article est donc de montrer que l’on peut enrichir le descriptif de l’expérience esthétique des festivaliers en étudiant leurs sociabilités durant l’événement. Autrement dit, nous proposons ici une analyse de l’écoute musicale par le détour des sociabilités qui l’accompagnent, en nous centrant sur les régimes d’attention des festivaliers. Plus précisément, notre hypothèse est que, dans la configuration sociale, spatiale et musicale singulière des Eurockéennes de Belfort, la démultiplication des foyers d’attention, et leur articulation, sont des clés pour comprendre l’expérience que vivent les festivaliers, y compris dans leur rapport à la musique.

4Pour cela, nous mobiliserons les résultats d’une enquête réali­sée en 2010 sur les publics des Eurockéennes de Belfort (Djakouane, Négrier & Collin, 2012). Cette recherche a produit plusieurs types de données : une enquête par questionnaire (1365), des entretiens (71) et des observations participantes, une analyse d’échanges via Internet et de points de vue d’artistes sur le festival. Ici, nous uti­liserons essentiellement les entretiens et les observations partici­pantes, en y ajoutant les données quantitatives nécessaires à la bonne compréhension de notre propos.

5Dans cet article, la question de l’écoute musicale sera abordée à travers deux axes. D’abord, nous étudierons la place de l’écoute dans le faisceau des sociabilités ordinaires qui lui sont associées, la venue à un festival étant rarement solitaire. Nous examinerons ce qui fait la spécificité de l’écoute festivalière dans un événement comme les Eurockéennes de Belfort, et les détournements qui s’opèrent. Nous verrons comment les groupes se composent et se recomposent au fil des mobilités occasionnées par le passage aux différentes scènes – sociales et musicales. Ensuite, nous aborde­rons la question des goûts. Outre ses scènes multiples, la particu­larité du dispositif festivalier des Eurockéennes réside aussi dans sa programmation éclectique. La pratique collective induite par le festival favorise la rencontre de spectateurs aux goûts très divers et parfois opposés. Nous verrons comment cohabitent ces com­munautés de goûts, comment la bannière du rock offre un espace agrégatif de genres de musique variés, puis comment la situation collective d’écoute instruit un rapport plus attentif aux goûts des autres, en favorisant ouverture et découverte.

Présentation de l’enquête

6L’enquête s’est déroulée tout au long des quatre jours de l’édi­tion 2010 du festival.

7Pour la partie quantitative, 4 000 questionnaires ont été dis­tribués à l’entrée du festival, lorsque les spectateurs faisaient la queue pour entrer sur le site, et dès qu’ils franchissaient les grilles d’entrée. Les festivaliers ont été sélectionnés de manière aléatoire. La distribution des questionnaires s’arrêtait vers 22 h, à la tombée de la nuit. Nous avons ainsi rassemblé un échan­tillon de 1 365 questionnaires, qui donne une idée précise du profil sociologique des festivaliers (Tableau 1). Les données ont été redressées en fonction des enquêtes précédentes réalisées par les Eurockéennes et des données fournies par les organisateurs.

8Pour la partie qualitative, nous avons interrogé 71 festivaliers, à la fois dans le camping et dans le site même du festival. Au cam­ping, les entretiens se sont déroulés entre 11 h et 14 h à divers endroits : sous le chapiteau dédié à la restauration, près des tables devant la scène du camping, devant les tentes des campeurs. Dans le site principal, les entretiens se sont déroulés dès l’ouverture – 16 h ou 17 h – jusqu’à 21 h, période où les têtes d’affiche com­mencent leur concert, et où la visibilité et le volume sonore rendent plus difficiles la poursuite d’entretiens.

9Les quatre enquêteurs étaient répartis sur tout le site. Il s’agis­sait d’entretiens en face à face, semi-directifs, individuels, par­fois groupés – couple, famille, groupe -, d’environ quarante minutes. Nous sollicitions les festivaliers en leur présentant le cadre de l’enquête et ses objectifs. Les principales thématiques abordées étaient les suivantes : connaissance de l’événement, motivations, circonstances de la venue, relations aux autres festivaliers, pratiques numériques, rapport à la musique en général et à la programmation du festival, perception de l’évé­nement, différence avec d’autres festivals, différence avec l’écoute en salle, organisation et déroulement du festival. Les 71 personnes interrogées présentent des caractéristiques très proches de l’échantillon quantitatif (Tableau 1). On y trouve une légère surreprésentation des hommes (52 %), un fort contin­gent d’étudiants (46 %), et une assez bonne diversité sociopro­fessionnelle (53 % de classes moyennes, 21 % de classes populaires, 24 % de classes supérieures). La moyenne d’âge est de 28 ans, soit exactement le résultat de l’enquête quantitative : 37 % ont moins de 21 ans, 38 % ont entre 21 et 30 ans, 15 % ont plus de 40 ans.

10Nous avons interrogé davantage de festivaliers originaires de la région franc-comtoise – 48 % contre 38 % dans l’étude quanti­tative – ainsi que d’étrangers – 17 % contre 7,3 % -, issus notam­ment des pays frontaliers. Ce brassage géographique assure un renouvellement important du public des Eurockéennes puisque plus d’un tiers de ces interlocuteurs (37 %) venait pour la première fois, ce qui est proche de notre moyenne statistique (36 %). Rap­pelons enfin ce qui fait la singularité des Eurockéennes de Belfort : c’est un festival multisites – 4 scènes et un camping -, à la programmation dense et éclectique – 70 concerts en 4 jours – et au public nombreux – 80 000 entrées en 2010.

11Nous avons complété ces entretiens par vingt relevés d’obser­vations réalisées à divers endroits : devant les quatre scènes, aux stands de restauration, devant les bars, à divers endroits du site où les festivaliers se reposent ou attendent, au camping. Les obser­vations portaient essentiellement sur trois points : les interactions entre festivaliers – appartenant ou pas à un même groupe – ; les circulations – devant les scènes et entre les scènes – ; l’usage des téléphones portables.

Tableau l. Caractéristiques sociologiques comparées des publics des festivals

Variables

Eurocks 2010

Musiques amplifiées 2008

Musiques du monde 2008

Jazz 2008

Musique classique 2008

Chanson, variétés 2008

Moins de 35 ans

77 %

67 %

40 %

24 %

17 %

25 %

Plus de 50 ans

4 %

10 %

36 %

51 %

69 %

53 %

Femmes

46 %

51 %

56 %

51 %

61 %

57 %

PCS supérieures

37 %

42 %

46 %

58 %

62 %

53 %

PCS moyennes

32 %

31 %

33 %

28 %

27 %

33 %

pCS populaires

31 %

27 %

21 %

14 %

10 %

14 %

Diplômés du supérieur

69 %

67 %

60 %

75 %

72 %

71 %

Actifs

57 %

66 %

62 %

63 %

44 %

64 %

Retraités

1 %

4 %

20 %

26 %

47 %

27 %

Étudiants

29 %

18 %

8 %

5 %

5 %

4 %

Spectateurs

régionaux

38 %

60 %

74 %

83 %

69 %

55 %

Renouvellement

36 %

63 %

49 %

46 %

30 %

35 %

Sources : Djakouane A., Négrier E., Jourda M., « Enquête sur les publics de 49 festivals de musique et de danse en 2008 », n = 22 500 ; Djakouane A., Négrier E., Collin J.-D., « Enquête sur les publics des Eurockéennes de Belfort » en 2010, n = 1365.

Venir à plusieurs, écouter ensemble ?

La dimension collective du cadre de l’écoute

12Sans détailler le processus de décision de la participation à un festival comme les Eurockéennes de Belfort, disons simple­ment que celle-ci s’effectue le plus souvent de manière collec­tive (Tableau 2). Ce mode de participation est d’ailleurs une caractéristique distinctive des festivals de musiques actuelles – jazz, musiques du monde, musiques amplifiées et chanson. Les festivals de musiques amplifiées se distinguent en outre par un public plutôt jeune et une proportion de classes moyennes et populaires qui, tout en restant très inférieure à la moyenne nationale, est plus importante que dans d’autres festivals (Tableau 1). Certains de ces festivals, les plus importants en termes budgétaires et d’accueil de publics, se distinguent enfin par un dispositif singulier de confrontation entre publics et artistes.

13Ils disposent de plusieurs scènes où plusieurs concerts se déroulent de manière simultanée, dans un espace étendu, souvent en plein air, qui attire un public de masse grâce à une forte den­sité de concerts sur un nombre restreint de jours (Tableau 3). En cela, les conditions matérielles de l’expérience festivalière dans ce type d’événement, auxquelles s’ajoute la dimension collective de la venue, présentent une configuration singulière qui influence à la fois la manière de vivre un festival, tout comme l’écoute musi­cale en elle-même.

Tableau 2. Modes d’accompagnement suivant la programmation des festivals (en %)

On vient...

Eurockéennes

2010*

Enquête Les publics des festivals 2008**

Musiques

Amplifiées

Musiques

Monde

Jazz

Classique

Ensemble

Seul

6

8

8

11

16

13

En couple

19

28

34

40

41

40

Entre amis

61

50

36

30

23

28

En famille

9

11

20

18

18

17

En groupe

5

3

2

1

2

2

Total

100

100

100

100

100

100

Sources : *Djakouane A, Négrier E, « Enquête sur les publics des Eurockéennes de Belfort en 2010 », n = 1 365 spectateurs ;
** Djakouane A., Négrier E, Jourda M, « Enquête sur les publics des festivals en 2008 », n = 22 500 spectateurs.

Tableau 3. Caractéristiques des festivals suivant leur programmation

Données 2011

Eurockéennes

2010

Musiques

amplifiées

Musiques du monde

Jazz­

Blues

Musique

classique

Moyenne

Nb moyen de jours

4

6

9

9

14

10

Nb moyen de concerts

72

63

39

45

30

45

Nb moyen de festivaliers

87 162

53 788

38 267

68 586

13 545

37 824

Sources : Bonet L, Carreno T., Djakouane A, Guérin M, Négrier E., « Enquête sur les festivals en Europe et au Québec en 2011 », n = 390 festivals.

14Une manière d’illustrer ce qui fait la spécificité de l’expérience « Eurockéennes » tient dans les représentations associées à ce fes­tival. Nous en avons identifié deux principales. Premièrement, une série de représentations liées à la fête et aux vacances qui façonne largement l’ambiance de ce festival :

« Ben, je dirais que c’est un festival de musique avec un cam­ping à côté ! Ben, ouais, c’est aussi ça hein, c’est un peu ce qui est sympa aussi ! C’est que c’est pas seulement ça (il désigne le programme), c’est aussi ça, l’ambiance (il désigne les gens au­tour)... » (Vincent, 18 ans, lycéen)

« La fête ! Je vais vous dire une chose. J’ai travaillé sept jours d’affilée, là, pour venir aux Eurockéennes, comme un malade. pour pouvoir venir ! Je l’ai dit à mon patron. J’aurais pu dire que j’avais une grand-mère malade, ou un truc dans le genre. Mais les Eurocks, c’est la fête de l’année ! » (Anthony, 19 ans, apprenti)

15En second lieu, le festival est un des événements incontour­nables de la vie culturelle locale et nationale, qui en fait un rendez­vous important dans la vie de ces mélomanes. Il s’inscrit dans une mémoire individuelle qui marque l’histoire singulière et la carrière de chaque festivalier :

« De bons souvenirs ! C’est parce qu’on a vécu de bons moments qu’on a envie d’y retourner, c’est vrai, les copains, la boue. le camping. Mon premier camping, c’était en 2003 pour les Eu­rocks ! » (Léa, 23 ans, chargée d’étude)

« C’est le premier week-end de barré sur l’agenda. On prépare un an avant. Je barre mes trois jours, et il ne peut rien arri­ver. C’est un cas de force majeure. » (Frédéric, 55 ans, méde­cin)

« C’est un truc que j’attends chaque année, un défouloir, un en­droit où je me lâche, où je fais ce que je peux pas faire l’an­née. » (Hughes, 29 ans, plâtrier)

16La singularité des Eurockéennes réside peut-être dans cette manière de lier dimension festive et rendez-vous musical de pre­mier plan, de sorte que l’expérience sociale se mêle à l’expérience esthétique sans jamais s’y restreindre. Par rapport aux autres for­mules festivalières, plus courantes, comme celles que nous avons étudiées précédemment (Djakouane, Négrier & Jourda, 2010), ce dispositif particulier – site isolé, multiscènes, camping… – trans­forme le rapport ordinaire à la musique.

« Ben certains festivals, c’est comme les concerts en salle : on arrive, on fait le concert et on repart, y’a rien d’autre. Un festi­val comme les Eurocks, y a une ambiance particulière, on peut partir d’une scène, revenir, on fait ce qu’on veut, on est libre, on peut parler aux gens, on peut plus délirer quoi ! Y’en a même qui viennent déguisés ! En concert, si on connaît pas grand monde, on va pas aller aussi facilement vers les autres. » (Tho­mas, 18 ans, étudiant)

Une expérience esthétique liée aux sociabilités…

17Si le partage d’une expérience collective représente une moti­vation centrale dans le déclenchement d’une première participa­tion à ce festival, la manière d’y écouter la musique nuance cette dimension collective. Nos observations pointent des trajectoires individuelles à la croisée d’un ou de plusieurs groupes d’apparte­nance. Cette circulation n’est pas sans rappeler l’espace multiple et composite des scènes sociales de la vie ordinaire (DeNora, 2000) en dehors même du festival qui, dans une certaine mesure, s’y transposent sous couvert de motivation festive et musicale. Cette double motivation reste d’ailleurs la clé d’entrée de la décom­position et de la recomposition des groupes ou microgroupes tout au long du festival.

18D’après les festivaliers eux-mêmes, la venue au festival est sur­tout motivée par le fait de voir des concerts entre copains, auquel s’ajoute une ambiance particulière que l’on découvre la première fois, et que l’on vient chercher les fois suivantes. La programma­tion en elle-même y serait presque secondaire face à l’idée de partager cette expérience entre amis. La question du groupe d’amis ou de la bande de copains reste donc importante, notamment chez les plus jeunes, si bien qu’on se donne rendez-vous aux Eurockéennes, on s’y réunit, on s’y retrouve. En conséquence, la multitude de sociabilités qui se déploient tout au long du festival joue un rôle décisif dans les manières d’écouter ensemble – ou pas – la musique.

  • 2 Soixante-dix concerts environ, en 2010.

19Si la plupart des festivaliers ont déjà repéré les groupes qu’ils veulent voir, le fait de venir voir tel ou tel événement artistique apparaît en arrière-plan de leur motivation. Ceci s’explique sans doute en raison de l’important volume de concerts proposés durant trois jours2, qui rend difficile une perception détaillée de la pro­grammation. De nombreux festivaliers y voient surtout une offre globale de concerts permettant de voir un ou deux groupes qu’ils connaissent, mais aussi de faire des découvertes musicales, tout en faisant la fête. Les sociabilités improvisées et les négociations entre les membres du groupe d’amis pèsent beaucoup dans l’orien­tation de l’expérience musicale tout au long du festival.

« Là on est tous les deux, puis on va retrouver des potes... Au total, 20-30 personnes. Après on se fait notre truc, on s’arrange entre nous, si y en a un qui veut voir un truc et puis l’autre ça l’intéresse vraiment pas, bon, en général, c’est pas le cas... on regarde un petit peu. En général, on se paume et puis on se retrouve au camping. » (Joseph, 28 ans, ouvrier)

… et parfois, d’une manière totalement inattendue

« Avec Stan et son frère, on était venu voir Airbourne. C’était vraiment un groupe qu’on voulait voir. Du gros rock quoi ! Et puis on a retrouvé trois super bons potes du lycée qu’on avait carrément perdus de vue. Et là, comment dire, l’idée c’était vraiment de fêter ces retrouvailles. Ici, aux Eurocks, c’était top. On n’a pas vu le temps passer et on a complètement zappé Airbourne ! » (Cyril, 22 ans, étudiant)

20Le caractère festif, très présent aux Eurockéennes, est central dans l’expérience qu’y vivent les festivaliers. C’est un élément dis­tinctif de ce type d’événements, notamment si on les compare aux festivals classiques où l’ambiance reste plus contenue. La sociologie du public des Eurockéennes (Tableau 1), et sa jeunesse en particulier, accentuent sans doute ce phénomène. La forme festivalière, en tant que dispositif de rencontre entre artistes et spectateurs, joue donc un rôle essentiel dans la possibilité d’une démultiplication des formes d’écoute et d’attention. La double for­mule associant découverte et ambiance, propre aux festivals « grand format » tels que les Eurockéennes de Belfort, apparaît comme essentielle dans la motivation des festivaliers, à côté, voire parfois au-delà, de l’attractivité des têtes d’affiche :

« C’est l’ambiance qu’est sympa en fait ici. Quand je suis venu la première fois, y avait une bonne programmation. Y avait Radiohead. Massive Attack aussi, et. bon c’était forcément super attirant. Après la première fois, on revient pour l’ambiance. Je pense que c’est ça. C’est aussi un moyen d’être entre potes, de boire des bières. C’est super chaleureux, c’est tranquille pei­nard, tu peux très bien aller voir le voisin et papoter avec lui, tout le monde s’invite à boire des coups, y a la fête tout le temps, surtout au camping. » (Aurore, 23 ans, chargée d’étude)

« En général, y a des groupes qui me plaisent assez bien et puis l’ambiance, c’est tout le temps bien... c’est jeune, c’est festif, pis la musique vu que je suis un grand passionné, je suis toujours content de découvrir des choses. » (Bruno, 21 ans, étudiant)

21De fait, l’attention des festivaliers vis-à-vis des concerts varie suivant les artistes, l’ambiance, les personnes avec qui l’on se trouve, et les scènes qui permettent aux habitués de naviguer plus facilement. C’est ce que nous raconte Nathan :

« Y a les concerts que tu vois et ceux où t’es impliqué, et y en a où tu discutes, d’autres où t’écoutes, t’es plus devant, on tourne beaucoup... La Plage et la Loggia c’est les découvertes... Les autres années y avait plus de trucs qu’on écoutait vraiment comme Oasis ou Blur... mais maintenant comme c’est assez diversifié, ça dépend de mon humeur et du temps ! L’ambiance est complètement différente dans le Chapiteau que sur la Grande scène, là c’est un grand show. Forcément, t’écoutes ! » (Nathan, 28 ans, technicien)

22Au final se dégage l’impression que c’est surtout la particularité de cette expérience festivalière qui motive les spectateurs. « Faire les Eurocks », c’est avant tout être dans une situation qui sort de l’ordinaire, pouvoir faire des rencontres ou se sentir libre d’aller vers les autres. Ces comportements s’observent très nettement et les gens se parlent plus facilement. Tout prétexte est bon pour engager la conversation : du feu, un verre, un renseignement, une blague, commenter la prestation d’un artiste, draguer. Le tutoie­ment est de rigueur et les festivaliers sont assez solidaires. Si quelqu’un tombe par terre ou fait tomber quelque chose, on l’aide, de même si quelqu’un a besoin de quelque chose : passer un appel téléphonique par exemple ; on prête même de l’argent à des inconnus.

« J’ai prêté 20 € à quelqu’un au camping qui en avait besoin pour faire des courses. Je lui ai laissé mon numéro, elle va me rappeler pour me les rendre. » (Vincent, 27 ans, chargé de projets numériques)

  • 3 L’expérience du camping renforce cette dimension et favorise des comportements d’adhésion très marq (...)

23Nous avons recroisé Vincent dans le train au moment de par­tir, son inconnue lui a bien rendu ses 20 €3.

24Au-delà de l’anecdote, dans ce festival, l’environnement compte tout autant que l’objet sur lequel porte l’écoute musicale, et avec lequel elle entre parfois en concurrence. C’est ce qui nous amène à évoquer l’idée d’une démultiplication de l’attention, indexée à des situations dont le point central n’est pas toujours la musique. Bien entendu, il ne s’agit pas ici d’évacuer l’importance de la musique dans l’expérience festivalière, mais de voir comment l’attention des spectateurs est attirée par des foyers divers qui ne sont pas tou­jours en lien direct avec l’activité supposée principale d’un festiva­lier : écouter de la musique. Aux Eurockéennes de Belfort, la musique est partout présente. Que l’on soit en face d’une des quatre scènes ou entre celles-ci, on entend constamment de la musique.

25Les endroits où la musique est moins présente offrent la possi­bilité de nouvelles activités ou interactions : dormir, boire, manger, s’embrasser, parler, se retrouver, faire un point. En revanche, dans les endroits où la musique est plus présente, et même si l’attention peut être détournée par des manifestations diverses – chants ou activités d’autres personnes du groupe ou d’autres groupes, activi­tés de restauration ou autres... -, l’enjeu n’est plus seulement d’écou­ter, mais aussi de voir. Pour la Grande Scène – où se produisent les têtes d’affiche et devant laquelle se massent le plus de festiva­liers – et le Chapiteau – désormais Esplanade Green Room – qui ne permettent pas à des groupes de circuler facilement, certains viennent plus tôt, quitte à ne pas pouvoir aller ailleurs, pour être devant la scène et enchaîner les concerts bien placés.

« On veut voir Mika, et en vrai, pas sur un écran géant quoi. Avec les copines, on va donc venir à l’avance et se poser devant la scène, à deux mètres, pour être sûr de rien rater ! » (Julie, 18 ans, lycéenne)

26Pour les deux autres scènes, plus petites (Loggia et Plage), la cir­culation est plus fluide et permet aux groupes de s’approcher et de repartir sans difficulté. Pour ces groupes mobiles qui semblent cor­respondre à une majorité des festivaliers, le concert se suit le plus souvent sur des écrans géants. De l’aveu même des festivaliers, l’at­tention est moins soutenue sur un écran en présence d’une foule qu’en face de la scène lorsqu’on peut voir le « visage » des artistes.

« Ouais c’est vrai que pour bien voir heureusement qu’il y a les écrans sinon. Mais bon, comme ça on peut essayer un peu, on écoute et puis si ça nous plaît pas, on va ailleurs, c’est l’in­térêt de ce festival ! » (Arnaud, 27 ans, musicien)

« Bah c’est sûr que c’est pas comme un concert. À moins d’être devant, mais là t’es coincé et c’est vraiment galère pour bouger comme sur la Grande Scène. On est moins dedans, mais bon c’est quand même un concert ! Après, si y a un type un peu pété qu’a perdu sa bière ou sa clope devant toi, là c’est un autre spectacle qui commence (rires). » (Roxanne, 39 ans, travailleur social)

Des groupes à géométrie variable

27Si la participation au festival s’effectue surtout de manière col­lective – en couple, parfois en famille -, c’est le groupe d’amis ou la bande de copains qui en est la modalité principale. En général, ces groupes sont constitués d’un noyau dur de deux ou trois per­sonnes qui a vocation à s’agrandir – jusqu’à quinze, voire trente per­sonnes – durant le festival :

« Pour le moment, on est à deux, puis les copains vont arriver. Je dirais un peu moins d’une dizaine. En général, chaque année c’est comme ça. » (Arthur, 21 ans, étudiant)

28C’est un constat récurrent : « on se retrouve aux Eurockéennes ». Si ces groupes sont à géométrie variable, le noyau dur reste plus ou moins solidaire. Les groupes se font et se défont au moment de choisir les concerts, car chacun a ses priorités, et tout le monde n’a pas nécessairement envie de voir la même chose :

« Aujourd’hui, on est entre filles, la famille viendra après... et des amis aussi... environ 6 personnes au total... Sur certaines scènes, on a des places stratégiques et d’année en année on retrouve des gens. » (Sophie, 41 ans, infirmière)

29Cette évolution constante des groupes durant la journée nous indique que faire les Eurockéennes ensemble ne signifie pas for­cément voir systématiquement les concerts ensemble : il s’agit plu­tôt de partager un bon moment et de faire la fête devant un concert ou à la buvette. Ce comportement est facilité par les téléphones portables. Les compromis sont moins compliqués à négocier, et moins nombreux, dans la mesure où le risque de se perdre est limité par le téléphone. Les festivaliers n’hésitent donc pas à dire qu’ils font le festival à vingt ou trente, même si la plupart du temps, ils ne sont que deux ou trois pour assister aux concerts. Ils sont sûrs de se retrouver au moins une fois au complet à un moment donné, que ce soit devant une scène, un comptoir ou au camping.

  • 4 L’importance du public local favo­rise les retrouvailles d’amis ou de voisins. De nombreux festival (...)

30Cette manière de naviguer, seul ou à plusieurs, dans l’offre d’un festival, est rendue possible par le dispositif festivalier en lui-même : les scènes multiples et l’espace clos. Mais elle est aussi facilitée par toute une série de stands, bars, restaurants, buvettes, points d’in­formation, coins à l’ombre, lieux d’exposition, etc. qui fonctionnent comme autant de repères physiques pouvant soit donner lieu à des sociabilités et des activités spécifiques – prendre un verre, manger, se reposer. -, soit servir de lieu de rendez-vous ou de rencontres. À mesure que la journée avance, la foule se densifie, tout comme l’environnement sonore. Pour surmonter ces différents obstacles, les festivaliers se donnent alors des points de repères physiques et des lieux de rendez-vous pour se retrouver. ou pas ! Car si, assurément, on se retrouve aux Eurockéennes4, on s’y perd aussi, et on passe parfois de longs moments à chercher ses copains.

« Bon avec Nathan, on reste ensemble, on évite de se lâcher pendant le festival parce que sinon on connaît tellement de monde qu’on est sûr de se paumer. Hier, on avait rendez-vous avec des potes ici au point info, et puis avec le monde, en al­lant d’une scène à l’autre, on s’est retrouvé que tous les deux. Avec les portables t’entends rien. Donc on a fini par atterrir au Chapiteau devant Charlotte Gainsbourg, bon, au départ on n’avait pas spécialement prévu d’aller l’écouter, mais bon on est resté un petit peu pour voir. Enfin bref, on s’était fixé une heure avec les deux potes qu’étaient avec nous en voiture pour le départ... Faut pas commencer à se chercher sinon tu peux y passer la soirée ! » (Rémy, 26 ans, ouvrier)

31Cette plasticité des groupes durant les Eurockéennes témoigne des différents cercles de sociabilités auxquels appartiennent les festivaliers et qui parviennent à cohabiter durant l’événement. C’est le cas par exemple de certains jeunes adultes ou adolescents qui viennent en famille et qui retrouvent leurs amis, comme nous l’explique Frédéric :

« Nous sommes venus en groupe. J’ai mes deux filles (16 ans et 18 ans) et puis un groupe d’amis. Alors c’est vrai qu’avec les filles on va peut-être aller voir un ou deux trucs qu’on aime bien, mais après elles vont rapidement partir retrouver leurs copains. Et puis moi je vais rester avec les miens... On est ensemble, mais chacun garde sa liberté, on va chercher à droite, à gauche. et puis on se retrouve après. » (Frédéric, 55 ans, médecin)

32Ces observations pointent la multiplicité des sphères d’apparte­nance des individus (Lahire, 1996). Si la combinaison des cercles relationnels est révélatrice d’une individualité différenciée, c’est aussi le moyen de comprendre la juxtaposition des sphères d’in­fluence qui font évoluer les comportements (Simmel, 1992). Paul DiMaggio parle de « culture-switch » pour décrire cette capacité des individus à convoquer une des dimensions plurielles de leur per­sonnalité suivant le contexte, le cercle relationnel auquel ils parti­cipent à un instant donné (DiMaggio, 1987). Certes, il faudrait pouvoir observer ces comportements d’une manière plus systéma­tique, d’une scène à l’autre du festival par exemple ou dans d’autres contextes en dehors des Eurockéennes. Mais ces constats rejoignent ceux que nous avions pu faire à propos de la sortie au théâtre (Djakouane, 2011). Les appartenances différenciées des individus – familles, différents groupes d’amis – déploient des influences multiples, parfois complémentaires, parfois contradictoires, par où transite et se transforme en permanence l’expérience esthétique des individus. C’est aussi ce qu’illustre la question des goûts.

Les goûts à l’écoute : écouter les autres ?

Les digressions du rock

33Le caractère extraordinaire de la participation festivalière, par­ticulièrement accentué dans un festival comme les Eurockéennes de Belfort, nous incite à formuler l’hypothèse du caractère digressif de l’écoute musicale qui s’y opère. En effet, les expériences musicales improvisées qui se déroulent pendant le festival donnent l’impression que les festivaliers font souvent des pauses dans le cours de leur écoute, soit pour échanger avec leurs proches, soit pour écouter un artiste qu’ils ne connaissent pas. Parfois, ces pauses génèrent de nouvelles trajectoires d’écoute, mais le plus souvent, elles marquent un temps d’arrêt. Ce caractère digressif de l’écoute musicale est favorisé par une certaine plasticité des goûts musi­caux des festivaliers. L’expression « j’aime un peu tout » revient très souvent, et témoigne aussi bien d’une certaine ouverture d’esprit que d’une difficulté pratique à définir ses propres goûts.

« Moi, c’est plutôt la musique des années 60-70, Bob Dylan, Jimi Hendrix... pas trop les BB Brunes. J’aime la musique quand elle est forte, qu’il y a un message derrière et qu’il y a surtout de bons musiciens en fait... Je sais pas si je déteste totalement un style, mais j’aime pas quand y a aucun rapport avec un instrument de musique. Bah, je peux aimer la musique électro, mais c’est vrai que j’ai un peu plus de mal à accrocher parce que y a pas d’ins­trument. l’électro bof ! » (Marion, 23 ans, chargée d’étude)

34La partie statistique de notre enquête nous a permis d’illustrer la diversification et la fragmentation des goûts des festivaliers en analysant une série de genres musicaux à la lumière de leur carac­tère polarisé ou plus centré. Un genre « polarisé » est celui qui, dans la composition de sa note moyenne, est plutôt constitué d’appréciations très positives – j’aime « beaucoup » – et très néga­tives – je n’aime « pas du tout ». Un genre « centré » est, au contraire, constitué d’un plus grand nombre d’appréciations moyennes – j’aime « un peu », « assez ».

Tableau 4. Polarisation et centralisation des goûts

Genre

Note/20

Polarisation (beaucoup/pas du tout)

Centralisation (assez/un peu)

Rock, pop

18,1

77 %

23 %

Électro

12,7

44 %

56 %

Reggae, ska

11,5

37 %

63 %

Chanson

12,2

33 %

67 %

Jazz, blues, musiques improvisées

11,1

32 %

68 %

Musiques du monde

10,6

33 %

67 %

Métal, hardcore

9,2

48 %

52 %

Rap, hip-hop

8,8

40 %

60 %

Musique classique

6,8

32 %

68 %

Lecture du tableau : Le rock/pop, qui a une appréciation moyenne de 18,1/20, atteint un taux de polarisation de 77 %, soit l’addition de ceux qui aiment beaucoup (76 %) et de ceux qui n’aiment pas du tout (1 %). À l’opposé, la musique classique est faiblement polarisée, avec plus des deux tiers des festivaliers (68 %) portant sur elle un ensemble d’appréciations moyennes (29 % l’aimant un peu ; 39 % l’aimant assez).

35Ce tableau nous renseigne d’abord sur la tolérance et l’ouver­ture des festivaliers à l’égard de genres pour lesquels ils n’ont pas nécessairement de prédilection. En dehors du métal et de l’électro, la centralisation l’emporte nettement sur la polarisation. Il s’agit donc de genres plus consensuels. Ensuite, on voit qu’à note égale, les genres peuvent être perçus de façon très différente. Par exemple, si la musique classique est peu appréciée en général, elle est rarement rejetée. Au contraire, le métal, qui est mieux noté en général, est rejeté par un nombre plus conséquent de festiva­liers (26 %). Sa note dépend donc beaucoup du groupe de ses « fans » (22 %). Enfin, le rock se caractérise par une situation ori­ginale, en tant que véritable étendard du festival, « la » référence au carrefour des goûts. Sans doute cette position est-elle en partie due à la diversité interne qui caractérise aujourd’hui cette étiquette. Le dernier constat sur les goûts est, en effet, que les préférences qui s’expriment en général sont d’une assez grande variété.

La cohabitation des communautés

36Si, pour la plupart, les spectateurs des Eurockéennes se recon­naissent plus particulièrement dans un ou deux styles de musique spécifiques, peu affirment des goûts proprement exclusifs. Même si les amateurs de musiques rock dominent, il paraît donc diffi­cile de présenter le public des Eurockéennes uniquement comme un public de spécialistes du rock. L’ouverture de la programma­tion à des registres musicaux tels que la chanson, le rap, le hip­hop ou l’électro renforce ce métissage du public. Pour autant, derrière l’ouverture de goûts qui caractérise ce public, les aver­sions vis-à-vis de certains genres demeurent. Si, d’ailleurs, certains spectateurs éprouvent des difficultés à exprimer les contours de leurs préférences tant celles-ci sont larges, il leur est parfois plus facile de dire ce qu’ils n’aiment pas : « J’aime un peu tout sauf... ». Ici, ce sont souvent le rap ou le hip-hop qui ressortent.

« J’écoute beaucoup de musiques différentes [...]. D’habitude, j’écoute beaucoup de métal, de hard rock. Du classique, de la pop ? Ouais ça m’arrive, mais rarement. Par contre, jamais de hip-hop et de rap, je déteste ! » (Sandrine, 19 ans, étudiante)

37Durant les entretiens, le rap, le hip-hop et le métal sont les principaux genres qui font l’objet d’avis très tranchés de la part des spectateurs. Le rap notamment, programmé de manière assez intense au moment de l’enquête, a soulevé certaines inquiétudes quant au « mélange des genres » de la programmation. Cette réac­tion avait déjà été observée quelques années auparavant lors de l’arrivée des musiques électroniques. Chaque année, les program­mateurs des Eurockéennes accentuent un registre musical plus qu’un autre. Et on retrouve ce type de réactions. En réalité, le caractère composite des publics et l’éclectisme, au moins pendant le festival, de leurs pratiques d’écoute coïncident avec le caractère agrégatif de la programmation des Eurockéennes depuis sa créa­tion. Au final, la diversification ressentie de la programmation – par un public composé chaque année de 40 % de nouveaux spectateurs – reste globalement perçue de manière positive, et comme étant susceptible de satisfaire un peu tous les goûts.

  • 5 « Apéro », sur le site du camping, représente une sorte de cri de ral­liement, qui désigne autant l (...)

38À titre individuel cependant, l’éclectisme musical connaît ses limites. Certes, la diversité de l’offre et le volume de concerts pro­posés font cohabiter différentes communautés de goûts qui entre­tiennent une certaine tolérance, voire une certaine curiosité, les unes par rapport aux autres ; communautés qui d’ailleurs demeurent largement invisibles derrière la bannière de « l’apéro !5 ». Mais cet angélisme festif ne doit pas masquer le regard critique que cer­tains festivaliers portent sur les choix de diversification de la pro­grammation opérés par les organisateurs.

39Si les festivaliers qui viennent pour la première fois ont le sen­timent d’assister à une manifestation mythique qui a globalement su rester authentique tout en s’ouvrant à d’autres genres musicaux, c’est parce que pour eux, la volonté de participer à cet événement, de « faire les Eurocks », joue un rôle fort dans leur venue.

« Je pense pas que ça ait changé... Justement, ma sœur, qui est un peu plus âgée, y est allée y a cinq-six ans, et de ce qu’elle m’en a parlé, ça avait l’air conforme à ce que m’ont dit mes co­pains. » (Victor, 18 ans, lycéen)

« Je pense pas que ça change, la programmation, ça reste va­chement actuel, avec quelques groupes cultes. Par rapport à ce qu’on m’a dit, ça bouge pas. » (Florent, 28 ans, technicien)

40Certes, ces nouveaux festivaliers sont en général bien plus jeunes, et la manière dont ils perçoivent l’identité du festival est un mélange entre sa « légende » et la réalité contemporaine des musiques amplifiées qu’incarne la programmation des Eurockéennes. Mais ce n’est pas tant l’âge que la pratique assidue du festival qui permet de rendre compte des limites de la cohabitation des com­munautés de goûts. En effet, les habitués du festival perçoivent différemment les évolutions de la programmation, son identité rock et l’ouverture à d’autres genres musicaux. Globalement, ils apprécient l’équilibre entre têtes d’affiche et groupes moins connus. Mais la place occupée par les groupes mythiques et l’arrivée d’autres styles de musique sont perçues de manières différentes suivant les festivaliers.

« Dans la programmation, disons que j’ai l’impression qui y avait plus de grosses têtes d’affiche avant, et que ça se diversifie plus... Et je trouve ça bien, genre des groupes de rap, y en avait beaucoup moins et maintenant y en a un peu plus quoi. Moi j’aime assez bien découvrir des groupes, j’aime bien avoir des têtes d’affiche aussi, mais un peu les deux quoi. » (Arthur, 21 ans, étudiant)

« C’est pas très gentil ce que je vais dire, mais je trouve que c’est un peu commercial ! Charlotte Gainsbourg aux Eurockéennes ! ? ! Enfin bon, après je dis pas. J’aime beaucoup son père, mais pour moi voilà, l’identité des Eurockéennes, y a quand même rock dedans ! Jay Z, Missy Elliott. Dans notre groupe de potes, la programmation attire moins. Je pense que ce serait bien de mettre en avant plus d’artistes de la scène rock [.]. Y a beau­coup de choses intéressantes dans les petits concerts, c’est vrai qu’on attend aussi d’un festival de nous faire découvrir des choses du registre rock. Là y a un méli-mélo, y a pas vraiment de co­hérence dans la programmation. Bon, en même temps cela se comprend, faut attirer toutes sortes de publics, les gens sont ca­pables de faire leur choix. » (Léa, 23 ans, chargée d’étude)

« Revenir aux fondamentaux des années 90 ! C’est beaucoup plus éclectique qu’avant. L’éclectisme, c’est bien, mais. la pro­grammation d’y a une bonne dizaine d’années était meilleure. J’ai l’impression que les Eurocks veulent attirer plus de monde, on a des programmations plus mainstream, style BB Brunes, Mika... » (Rémy, 26 ans, ouvrier)

De l’écoute musicale à l’écoute des autres

41Évidemment, un festival de cette ampleur génère un certain nombre d’attentes à l’égard de la programmation. Ce public de connaisseurs attend à la fois certaines têtes d’affiche à la mode – dont certaines sont programmées ailleurs -, des groupes plus mythiques des années 1970-1980, ou encore des groupes qui ont connu des succès passés aux Eurockéennes, qui font partie du « patrimoine » de l’événement. Pour autant, la diversité de la programmation et les nouveautés sont globalement perçues de façon positive par les fes­tivaliers, qu’ils les apprécient ou non. « Il en faut pour tout le monde » est la précaution souvent utilisée par les festivaliers pour expliquer leur position ou justifier leur critique. C’est aussi une manière de montrer leur désaccord sur tel ou tel artiste sans rejeter globalement le festival. La critique est souvent nuancée par une mention de tolé­rance à l’égard de la diversité des goûts des festivaliers.

« Charlotte Gainsbourg, elle n’a pas tellement de voix, dans un festival en plein air, ça fait mal ! Mais bon, ce qui ne nous plaît pas à nous peut plaire à d’autres. Faut respecter ! » (Martine, 59 ans, technicienne)

« Mika ! Après, y’en faut pour tout le monde ; mais c’est moins dans l’esprit. Le rap, ça peut être pas mal, mais Jay Z c’est moins dans le contexte. » (Marion, 19 ans, apprentie)

« Mika, j’aime pas forcément, mais je comprends qu’il soit là... Y a 70 concerts donc y en a pour tout le monde, et 5 scènes ! Si y’a pas ce que j’aime sur la Grande Scène, dans le même créneau j’aurai forcément quelque chose qui me plaît ailleurs. Sur les 4 ans, j’ai jamais passé un après-midi à me dire “qu’est-ce que je fais là ?”. » (Yohann, 24 ans, technicien)

42Les festivaliers restent conscients de participer à un événement qui propose une palette musicale large. Ils le comprennent parce qu’ils l’expérimentent parfois au sein même du groupe avec lequel ils font le festival, et qui les amène parfois à voir des artistes qu’individuellement ils n’auraient pas vus. Ce constat rappelle aussi que le sentiment d’avoir fait un « bon festival » n’est pas terni par quelques déconvenues musicales. Ce sentiment résulte d’ailleurs d’un savant mélange qui traduit l’aspect composite de leur expé­rience entre fête, écoute, rencontre, partage. Bref, autant d’élé­ments qui participent à définir les conditions sociales d’une écoute réussie aux Eurockéennes de Belfort. Certes, nos observations sont sur ce point limitées puisque nous n’avons pas interrogé d’anciens festivaliers qui ne sont pas revenus ; peut-être que pour ces derniers, ce sont justement ces conditions qui ne conviennent pas. Pour ceux qui reviennent donc, édition après édition, et par­fois malgré certaines déceptions musicales, la bonne ambiance générale fait que l’on revient vivre cette expérience festivalière où le plaisir de l’écoute n’est pas distinct du plaisir de vivre un moment particulier à plusieurs. Il en résulte un rapport différencié aux genres de musique par l’expérimentation in situ qui fait de la ban­nière et l’esprit « rock » de ce festival à la fois un étendard sous lequel peuvent s’agréger des esthétiques variées, et un espace où cohabitent, se rencontrent et s’échangent des communautés de goûts.

Conclusion

43L’étude des sociabilités occupe une place importante en sociologie des musiques populaires. D’abord, pour en légitimer l’existence (Green, 1987 ; 1993) ou en étudier la « pro­duction sociale » (Hennion, 1998 : 19) ; désormais pour en préci­ser la diversité (Frith & Le Guern, 2007) ou pour proposer des alternatives à la théorie de la légitimité culturelle (Hennion, 2004) ou en déceler des dimensions cachées (Lizé, 2009). Comme les nôtres, ces travaux convoquent les sociabilités pour envisager les pratiques culturelles comme des relations et des expériences négo­ciées (Strauss, 1992). L’exemple des Eurockéennes de Belfort nous a donné l’occasion de contribuer à cette analyse en montrant que l’étude des sociabilités peut enrichir la description de l’expérience esthétique.

44D’abord, les sociabilités éclairent les rouages de la venue et les motivations sociales – faire la fête, retrouver des amis, etc. – au regard des motivations musicales – écouter de la musique, voir des groupes, faire des découvertes. Cette double dimension de l’expérience festivalière est d’ailleurs une des clés pour com­prendre l’adhésion à ce festival. Ensuite, les sociabilités éclairent les trajectoires des festivaliers, où le fait d’être entre amis, en couple, seul ou en famille, alterne et se combine au cours d’une même journée. Cette manière d’être ensemble tout en restant autonome est une donnée essentielle de la façon de faire ce fes­tival. Chacun se sent libre de pouvoir parler spontanément aux inconnus, sans avoir nécessairement l’impression de faire partie d’une communauté. C’est aussi ce qui caractérise l’ambiance de ce festival et qui, en soi, est une composante essentielle de l’ex­périence « Eurockéennes ». Souvent revendiquée pour évoquer la spécificité de tel ou tel festival, l’ambiance parvient rarement à déjouer le rapport convenu de la sortie qui caractérise nombre de festivals que nous avions étudiés jusqu’ici. Aux Eurockéennes, ce rapport est transformé, et l’expérience sociale semble insépa­rable de l’expérience esthétique.

45L’action des sociabilités s’illustre également à travers la percep­tion ambivalente des festivaliers à l’égard de la programmation en pointant le caractère mouvant et composite des répertoires de goûts individuels, mais aussi, en creux, la manière dont ils se construisent en interaction avec les autres et par l’expérimenta­tion. À Belfort, la cohabitation de communautés de goûts est favo­risée par une offre diversifiée et un dispositif scénique et spatial qui laissent se déployer une multitude de trajectoires de specta­teurs. Ces derniers sont tour à tour guidés par leurs goûts musi­caux, leur désir de faire la fête ou leur envie de partager un moment avec des amis ou les différents cercles auxquels ils appartiennent et dans lesquels ils naviguent tout au long du festival.

46Enfin, cette recherche nous incite à marquer une contribution expérimentale à ce qu’on pourrait appeler une sociologie ou une économie de l’attention (Citton, 2014) en situation festivalière. L’exemple particulier des festivals multiscènes illustre la manière dont nous ajustons nos perceptions en fonction de notre environ­nement (Pecqueux, 2014), y compris là où toute notre attention devrait se focaliser sur une activité précise qui fait l’objet de notre venue, ici : l’écoute musicale. Les détournements qu’opèrent les autres injonctions participant de l’activité festivalière – parler avec ses amis, faire la fête, manger, boire... – génèrent une concur­rence des attentions souvent arbitrée par les sociabilités. En situa­tion, l’écoute musicale devient alors un élément parmi d’autres de l’acte de faire un festival. Le foyer d’attention du spectateur se déplace vers d’autres formes d’activité, différentes de l’écoute, mais totalement partie prenante de la situation vécue. L’écoute musicale apparaît ainsi pour partie dépendante des différents cercles sociaux dans lesquels nous sommes engagés et des différentes formes d’attention qu’ils génèrent. Détournements, démultiplications et concurrences, mais aussi congruences ou contributions des atten­tions, voilà en résumé ce que notre enquête nous dit sur ce que les sociabilités festivalières font à l’écoute musicale.

Haut de page

Bibliographie

Bonet (Luis), Guérin (Michel) & Négrier (Emmanuel) (sous la direction de). 2013. Festival(s) de musique(s) : Un monde en mutations. Paris : Michel de Maule.

Citton (Yves). 2014. L’Économie de l’at­tention : Nouvel horizon du capita­lisme ? Paris: La Découverte.

DeNora (Tia). 2000. Music in Everyday Life. Cambridge: Cambridge Univer­sity Press.

Dewey (John). 1934. Art as Expérience. New York: Perigee Book.

DiMaggio (Paul). 1987. « Classification in art », American Journal of Socio­logy, 52(4), p. 440-455.

Djakouane (Aurélien). 2011. « La carrière du spectateur. Une approche rela­tionnelle des temps de la réception », Temporalités, 14. Publication en ligne : <http://temporalites.revues.org/1939>. Consulté le 22 février 2015.

Djakouane (Aurélien), Négrier (Emma­nuel) & Jourda (Marie). 2010. Les Publics des festivals. Paris : Michel de Maule/France Festivals.

Djakouane (Aurélien), Négrier (Emma­nuel) & Collin (Jean-Damien). 2012. Un territoire de rock : Les publics des Eurockéennes de Belfort. Paris : L’Harmattan.

Frith (Simon) & Le Guern (Philippe) (sous la direction de). 2007. « Socio­logie des musiques populaires », Réseaux, 25, p. 141-142.

Green (Anne-Marie). 1987. « Les com­portements musicaux des adoles­cents », Inharmoniques, 2, p. 88-103.

Green (Anne-Marie). 1993. De la musique en sociologie. Paris : EAP.

Guibert (Gérôme) & Hein (Fabien). 2006. « Les scènes métal », Volume !, 5(2), p. 5-18.

Hennion (Antoine). 1998. « D’une dis­tribution fâcheuse. Analyse sociale pour les musiques populaires, ana­lyse musicale pour les musiques savantes », Musurgia, 5(2), p. 9-19.

Hennion (Antoine). 2004. « Une socio­logie des attachements », Sociétés, 85, p. 9-24.

Lahire (Bernard). 1996. « La variation des contextes en sciences sociales. Remarques épistémologiques », Annales. Histoire, sciences sociales, 51(2), p. 381-407.

Lizé (Wenceslas). 2009. « La réception de la musique comme activité col­lective. Enquête ethnographique auprès des jazzophiles de premier rang », p. 49-83, in Écologie sociale de l’oreille : Enquêtes sur l’expérience musicale / sous la direction d’An­thony Pecqueux et Olivier Roueff. Paris : Éditions de l’EHESS.

Pecqueux (Anthony). 2014. « Tordre l’at­tention. Ajustements perceptifs en situation », p. 219-228, in L’Économie de l’attention : Nouvel horizon du capitalisme ? / sous la direction d’Yves Citton. Paris : La Découverte.

Simmel (Georg). 1992 [1908]. Sociologie. Études sur les formes de socialisation. Paris : PUF.

Strauss (Anselm). 1992. La Trame de la négociation. Paris : L’Harmattan.

Teillet (Philippe). 2003. « Publics et poli­tiques des musiques actuelles », p. 155-180, in Le(s) public(s) de la culture, vol. 1 / sous la direction d’Olivier Donnat & Paul Tolila. Paris : Presses de Sciences Po.

Touché (Marc). 1994. Connaissance de l’environnement sonore urbain, l’exemple des lieux de répétition ; faiseurs de bruits ? Faiseurs de sons ? Question de point de vue. Vaucresson : Rapport de recherche CRIV – CNRS.

Haut de page

Notes

1 À la différence de la catégorie ins­titutionnelle des « musiques actuelles » (Teillet, 2003) qui, outre les musiques amplifiées, désigne aussi la chanson, le jazz, les musiques du monde et les musi­ques traditionnelles, le terme de « musiques amplifiées » (Touché, 1994) cible plus précisément la pro­duction musicale plus spécifique à la jeunesse : le rock, la pop, les musiques électroniques, le rap et le hip-hop. Nous remercions les évaluateurs anonymes de l’article qui ont attiré notre attention sur l’importance de ces termes.

2 Soixante-dix concerts environ, en 2010.

3 L’expérience du camping renforce cette dimension et favorise des comportements d’adhésion très marqués et un sens du collectif exacerbé. Au-delà des injonctions collectives régulières à « l’apéro », ce sont parfois d’autres incitations plus ou moins grivoises ou des consommations illicites qui font l’objet de comportements collectifs assez étonnants. Passée une cer­taine heure, la pudeur n’est plus de mise et les couples se font et se défont jusqu’au petit matin. Mais c’est l’objet d’un autre article.

4 L’importance du public local favo­rise les retrouvailles d’amis ou de voisins. De nombreux festivaliers déclarent ainsi « être sûrs de retrou­ver des copains ».

5 « Apéro », sur le site du camping, représente une sorte de cri de ral­liement, qui désigne autant l’objet qu’il nomme (la boisson alcoolisée) que le lien qu’il manifeste au sein de cette large communauté éclatée du camping. Dès lors, une fois les premières tentes installées, fusent d’abord quelques cris, repris en écho par plusieurs voix, plus ou moins proches, et s’achevant en une sorte de litanie lointaine. « Apéro ! » crée une communauté imaginaire (ceux qui crient « Apéro ! » ne contractant pas pour autant l’obli­gation de boire sur le champ ; enfin pas toujours...) qui symbolise « les amis », « le lâcher-prise », « la fête » comme règles du jeu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Djakouane, « Ce que les sociabilités font à l’écoute musicale. Le cas des Eurockéennes de Belfort »Culture & Musées, 25 | 2015, 23-45.

Référence électronique

Aurélien Djakouane, « Ce que les sociabilités font à l’écoute musicale. Le cas des Eurockéennes de Belfort »Culture & Musées [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/445 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.445

Haut de page

Auteur

Aurélien Djakouane

Aurélien Djakouane est sociologue et docteur de l’EHESS. Ses re­cherches portent principalement sur les politiques et les pratiques culturelles. Membre du Centre d’études politiques de l’Europe la­tine (CNRS-Montpellier 1) et du centre Norbert Élias (CNRS-EHESS), il a récemment publié : « Le territoire du spectateur : Changement d’échelle et décentralisation théâtrale », Pôle Sud, 41(2), 2014 ; « Les publics des festivals de musiques du monde : Entre ouverture et conformisme », Cahiers d’ethnomusicologie, 27, 2014 ; « Comparer par les instruments : Ce que les festivals nous disent des politiques culturelles occidentales », Revue internationale de politique com­parée (à paraître en 2015).
Courriel : aurelien.djakouane@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search