Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Écouter la musique par corps. La ...

Écouter la musique par corps. La socialisation de l’oreille en natation synchronisée

Using the body to listen to music. The socialisation of listening in synchronized swimming
Escuchar la música por el cuerpo. La socialización de la oreja en natación sincronizada
Irina Kirchberg
p. 95-114

Résumés

Huit paires de jambes jaillissant de l’eau simultanément et scandant des mouvements identiques au rythme soutenu d’une musique entêtante : voilà ce que l’on retient géné­ralement des ballets de natation synchronisée que proposent les retransmissions télévisées d’épreuves sportives internationales. Alors que les journalistes et les spectateurs témoignent de leur plaisir face à ces réalisations, il est légitime de s’interroger sur les mécanismes de la synchronisation dont ces sportives font la démonstration au cours de leurs ballets.
Pour expliquer ce phénomène, l’auteure montre que les athlètes développent tout au long de leur carrière sportive une « oreille de nageuse » qui leur permet de hiérarchiser de façon similaire les éléments musicaux et, ainsi, de partager les mêmes repères sonores pour coordonner leurs actions. Cet article rend compte des appuis techniques mobilisés et des moyens mis en œuvre dans la socia­lisation de l’oreille de ces sportives.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le : 11 juillet 2014
Version révisée reçue le : 25 janvier 2015
Article accepté pour publication le : 06 février 2015

Texte intégral

1Huit paires de jambes jaillissant de l’eau simulta­nément et scandant des mouvements identiques au rythme soutenu d’une mu­sique entêtante : voilà ce que l’on retient générale­ment des ballets de natation synchronisée que proposent les retransmissions télévi­sées d’épreuves sportives internationales. Il serait pourtant légitime de s’inter­roger sur les mécanismes de la synchronisation dont ces sportives font la dé­monstration au cours de leurs ballets.

  • 1 Lors de sa diffusion subaquatique, la musique subit une perte de pro­pagation par amortissement qui (...)

2Bien que la diffusion subaquatique des musiques et l’acoustique particulière des piscines constituent indubitablement un frein à ce que peuvent entendre les nageuses1, peut-on expliquer cette synchronisation parfaite en postulant l’existence d’une écoute musicale spécifique développée et entretenue au sein de ces équipes sportives ?

  • 2 À ce titre, nous pouvons citer : Szendy, 2001 ; Donin, 2003, 2004 ; Hennion, 2004 ; Donin & Goldman (...)

3Telle est l’hypothèse que nous avons formulée en réalisant une enquête de terrain au sein de l’équipe de France de natation syn­chronisée. Empruntant nos méthodes à différentes sciences sociales et nous inscrivant dans la continuité théorique des travaux musicologiques proposés dans le cadre des recherches actuelles2, nous avons interrogé les conditions et les procédés à l’œuvre dans l’ac­tivité d’écoute déployée par ces acteurs – cf encadré en fin de texte : « Une sociomusicologue sur les bords des bassins : écouter et observer l’écoute ».

  • 3 L’équipe des entraîneures de l’Ins­titut national des sports et de la performance (Insep) est, au m (...)

4Dans la première partie de cet article – « Oreille de nageuse » -, nous ferons état des exigences auxquelles répond l’écoute musi­cale dans ce champ d’activités. Nous rendrons justice à une « écoute située » dans un lieu défini socialement et ferons ainsi apparaître les critères sportifs qui président aux grilles d’écoute mises en place par les entraîneures3. Dans un second temps, nous nous intéresserons aux conditions d’appropriation, par les nageuses, de cette écoute singulière. Dans ce développe­ment intitulé « Socialisation de l’oreille », nous produirons un état des lieux des appuis techniques mobilisés et des moyens mis en œuvre pour créer et former « l’oreille sportive » des nageuses.

Écouter et observer l’écoute

  • 4 Une nuit sur le mont Chauve est un poème symphonique composé en 1867 par Modeste Moussorgski.

5L’habituelle méconnaissance de notre objet d’étude, comme les préjugés négatifs qu’il suscite parfois, répondent en miroir à l’in­compréhension de certains auditeurs confrontés aux musiques de natation synchronisée et revendiquant une « oreille musicale ». En effet, assister à des extraits réorchestrés du Sacre du printemps dans l’atmosphère moite d’une piscine olympique et entendre les spectateurs scander le discours musical au rythme des figures chorégraphiques marquantes réalisées par les nageuses explique, pour une part, les réactions d’étonnement et d’incrédulité face aux choix réalisés par les équipes de sportives. En tant que musi­cologue, nous avons certainement été la première, face à une prestation d’une équipe départementale en partie réalisée sur un arrangement d’Une nuit sur le mont Chauve4, à nous demander mi-amusée, mi-effarée : « Mais comment osent-elles faire ça à Moussorgski ? »

6Face aux réponses éculées stigmatisant le mauvais goût sup­posé des nageuses, leur ignorance musicale ou encore leur inca­pacité à réaliser des musiques de « qualité », nous avons cherché à comprendre quels étaient les critères d’appréciation mobilisés par ces athlètes pour créer leurs musiques de ballet. Mais sur les bords des bassins, comment se prémunir des « préjugés de – notre – oreille » (Mabru, 2013 : 206) ? Quelle validité porter au crédit de notre appréciation personnelle ? En tant que chercheuse, entendions-nous réellement la même musique que les nageuses concentrées sur leur chorégraphie ?

7Cette série d’interrogations nous a amenée à réfléchir aux moyens d’objectiver l’écoute de ces sportives. Entre 2008 et 2014, nous avons donc suivi l’équipe de France lors d’entraînements et de compétitions internationales et nous avons rencontré chacun de ses encadrants. Durant cette enquête, il s’agissait tout à la fois d’entendre et de voir les sportives écouter. Pour engager ces athlètes à rendre compte de leur écoute, nous avons débuté notre enquête en empruntant aux méthodes de l’entretien d’explicita­tion (Vermersch, 2006).

8Cependant, le fait que les nageuses aient « acquis leurs com­pétences en autodidacte » (Capron & Destand, 2000 : 65) a consti­tué un frein particulièrement puissant aux échanges que nous pouvions avoir avec elles lors des premiers entretiens. Ces spor­tives déploraient généralement de ne pas disposer d’un vocabu­laire leur permettant de verbaliser leur vécu musical et de mettre des mots sur ce qu’elles écoutaient. Derrière cette absence de vocabulaire musical conventionnel – aux yeux de la musicolo­gie – se cachaient pourtant des codes et des moyens vernacu­laires de qualifier la musique – notamment des onomatopées – qu’il nous a fallu chercher à objectiver. Puisque le seul entre­tien d’explicitation ne nous permettait pas d’arriver à élucider la teneur musicale des systèmes acoustico-iconiques (Hughes, 2000) employés par les nageuses, nous avons par la suite adapté aux besoins de notre enquête la technique d’entretien de remise en situation par les traces matérielles (Theureau & Donin, 2005). À chaque entretien, nous demandions aux enquêtées d’apporter des musiques de leurs ballets. Nous écoutions ces musiques ensemble et les sportives en réalisaient des commentaires simul­tanés. Cette technique d’entretien hybride nous a permis d’éta­blir des correspondances entre les éléments musicaux évoqués par les sportives et les représentations verbales qu’elles employaient.

9Néanmoins, dans cette écoute aux multiples facettes – en tant qu’enquêtrice, nous écoutions les sportives écouter -, la référenciation du musical à autre chose qu’à lui-même est rapi­dement apparue : pour les athlètes, les mots seuls ne parve­naient pas à rendre justice à leur écoute. Ces dernières appuyaient constamment leurs descriptions de mimes et de gestes choré­graphiques. Nous étions ainsi amenées à voir l’écoute des spor­tives s’exprimer dans leurs mouvements. Notre enquête devait s’étoffer d’outils permettant de rendre compte de la rhétorique des corps (Mabru, 2001) que nous observions, certes, dans nos entretiens, mais qui était également prégnante lors de nos observations d’entraînements et de compétitions. Ce que nous avions conclu à partir de l’analyse de plus de 300 articles jour­nalistiques et de l’ensemble des textes réglementaires de la discipline publiés depuis 1996 par la Fédération française de natation se confirmait durant les entretiens : « Lorsque les nageuses écoutent de la musique, elles voient des mouvements. » (Anne Capron, entraîneuse de l’équipe de France.) Il ne nous restait plus qu’à construire un outil de transcription permettant à la fois de rendre compte de ce que nous observions de cette écoute incorporée et d’en produire une analyse.

10Dans cette optique, nous avons réalisé des transcriptions musi-chorégraphiques de ballets mettant en vis-à-vis les gestes sportifs que nous voyions – représentation chronophotographiques des figures sportives observées – et les transcriptions musicales cor­respondantes – déterminées à partir des entretiens. Ce travail nous a permis de faire apparaître des récurrences dans le traitement corporel de certains éléments musicaux, de comprendre le lien qui s’établit entre des caractéristiques gestuelles et les éléments sonores sélectionnés par les sportives au fil de leurs écoutes (Kirch­berg, 2014). Puisque, comme l’indiquait une entraîneure de l’équipe de France, ces athlètes « interprètent la musique dans leurs gestes », la technique de transcription musi-chorégraphique permettait de répondre à cette question : qu’écoutent les sportives en natation synchronisée ? Ce cadre sportif s’est ainsi révélé particulièrement approprié pour saisir des traces d’écoute : nous pouvions obser­ver et décrire les éléments de cette « oreille de nageuse » à partir du travail « de » et « avec » la musique mis en œuvre par les spor­tives de l’équipe de France. Bien que l’écoute « semble vouée à passer inaperçue » (Szendy & Donin, 2003 : 12), la méthodologie novatrice déployée dans cette enquête a permis d’accéder à cette activité « la plus discrète qui soit » (ibid).

Oreille de nageuse

  • 5 Christine Grosset, actuellement à la retraite, a été Conseillère tech­nique nationale (CTN) à la Fé (...)

11L’analyse du programme d’évaluation des jeunes nageuses fran­çaises rédigé par Christine Grosset5 fait apparaître, au détour de critères de qualité tels que la souplesse, l’étirement ou le gainage, le critère d’une « oreille musicale » (Grosset, 1999 : 32). Que veut dire « avoir de l’oreille » dans ce cadre sportif ? Quels sont les élé­ments constitutifs d’une « oreille de nageuse » ?

12La formulation de cette dernière question renvoie sciemment aux travaux de Loïc Wacquant parlant de l’« “œil du boxeur” qui ne peut s’acquérir sans un minimum de pratique effective du sport, et qui, à son tour, la rend signifiante et compréhensive ». En par­lant d’« oreille de sportive », et plus particulièrement d’« oreille de nageuse », nous mettons l’accent sur la socialisation de l’écoute des nageuses qui leur permet, à l’instar des boxeurs, de hiérar­chiser les éléments sonores et de leur attribuer une dimension extra-musicale spécifique. En effet, L. Wacquant précise : « L’en­traînement enseigne les mouvements – c’est le plus évident -, mais il inculque aussi de manière pratique les schèmes qui per­mettent de mieux les différencier, les évaluer et donc, à terme, les reproduire. » (Wacquant, 2002 : 116.)

13Nous postulons que les nageuses de natation synchronisée développent au cours de leur carrière de sportive un « sens pra­tique » de l’écoute qui, comme le définit Pierre Bourdieu, « oriente des “choix” qui, pour n’être pas délibérés, n’en sont pas moins systématiques, et qui, sans être ordonnés et organisés par rapport à une fin, n’en sont pas moins porteurs d’une finalité rétrospec­tive » (Bourdieu, 1980 : 111).

  • 6 Citation issue de notre traduction des règlements édités par la Fina et consultés le 15 décembre 20 (...)

14Sur la base de leur expérience en tant qu’athlètes de haut niveau, les entraîneures soulignent que, si les nageuses écoutent la musique, cela tient à la nature même de l’activité qu’elles pratiquent, la nata­tion synchronisée. La nature de cette synchronisation « inclut deux aspects ; la synchronisation entre les nageuses et celle avec la musique6 ». Pour mieux appréhender ce qu’écoutent les sportives, il faut donc chercher à comprendre, d’une part, quels éléments musicaux leur permettent d’obtenir la simultanéité de leurs gestes. En effet, le terme même de « synchroniser » suppose, dans tous les domaines d’activité, « une conception très particulière, mesu­rable, d’un temps objectivé qui est le produit d’une histoire spé­cifiquement occidentale » (Despoix & Donin, 2010 : 10). D’autre part, on peut se demander si la base d’une grille d’écoute musi­cale visant à synchroniser les nageuses entre elles est opération­nelle et suffit lorsqu’il s’agit d’obtenir la synchronisation des unités chorégraphiques avec la musique.

Être synchronisées entre nageuses : partager un temps commun

  • 7 Celle que l’on nomme la « Mère fon­datrice » de la discipline crée les deux premiers clubs de nage (...)

15Sachant que Katherine Curtis7 aimait à dire dans les années 1950 qu’elle pratiquait une activité dénommée Rythmic Swimming (Lahmy, 2009 : 181), on ne s’étonne pas de constater que la dimen­sion rythmique de la musique supporte cette obligatoire synchro­nisation. Car ainsi que le montrent Philipe Despoix et Nicolas Donin à partir d’une brève rétrospective des évolutions dans les systèmes d’orientation et de mesure temporelle, « [...] les proces­sus de synchronisation dépendent directement de la connaissance précise d’une temporalité considérée comme référentiel absolu » (Despoix & Donin, 2010 : 12). À ce titre, les premiers éléments d’une écoute musicale tournée vers les éléments rythmiques affleurent dans le vocabulaire ou les images qu’emploient les entraîneures lorsqu’elles tentent d’énoncer, en creux, les caracté­ristiques des musiques de ballet devant aider à synchroniser les nageuses entre elles.

  • 8 Le Butō est une forme de danse née au Japon le siècle dernier. Il se caractérise tout autant par l’ (...)

16« On ne peut pas avoir de musique de Butō8 par exemple. Là on arriverait dernières. » (Anne Capron, entretien du 19/02/2008.)

  • 9 Extrait du dossier de presse de l’Open Make up for Ever 2011, p. 18.

17Liant la performance sportive et la pulsation en un tout indis­sociable, les entraîneures portent donc leur attention sur la qualité rythmique des créations musicales. Les textes de vulgarisation de cette discipline ajoutent des arguments aux conclusions empiriques des entraîneures en spécifiant que « rester dans le rythme et [...] ne pas perdre les comptes » est « l’élément capital pour la synchro­nisation des mouvements, et donc la réussite de l’épreuve9 ».

18Une grande partie du travail des sportives s’articule autour de la perception de la pulsation musicale que les entraîneures for­malisent dans l’activité de tape-tape. Cette activité consiste pour les entraîneures à reproduire le tempo des musiques de ballet en frappant une perche métallique plongée dans l’eau, et ce, de manière à rythmer les mouvements des nageuses sans faire usage du matériel de sonorisation.

19Cette rationalisation commune de la musique appuyée sur le rythme et tournée vers la performance ne se retrouve pas toujours dans les disciplines collectives mêlant musique et danse. Ainsi en est-il dans le hip-hop, dont le contexte de production certes com­pétitif, mais aussi festif, façonne, pour sa part, « un rapport intui­tif des danseurs à la musique lié à l’autodidaxie et à l’improvisation » (Kauffmann, 2005 : 83). Dans cette discipline, « les repères dans la musique de leur création en cours ne sont pas une partition, des comptes ou des mesures, mais des sonorités, des “nappes” sonores et des cloches » (Ibid. : 84). Isabelle Kauffmann en conclut que ces « désignations plus concrètes permettent sans doute aux danseurs [de hip-hop] de ressentir davantage la musique » (Ibid.). Peut-on alors avancer l’idée que les nageuses, appuyées sur le tempo, ne « ressentent » pas cette musique dont la fonction serait purement métronomique ? La rationalisation rythmique dont font preuve les entraîneures et les nageuses occulte-t-elle une écoute tournée vers d’autres constituants des musiques tels que les inter­valles, les mélodies, les harmonies ou les accents ? Cette rationa­lisation rythmique se fait-elle indépendamment d’une attention portée au reste du discours musical ? L’oreille des nageuses se focalise-t-elle exclusivement sur la pulsation ?

Être synchronisées avec la musique : être en syntonie10

  • 10 Le rapport de syntonie « se fait par la répartition réciproque du flux de l’expérience dans le temp (...)
  • 11 Voici le passage original : « SINCRO­NIZACION con la música : La sin­cronización con la música solo (...)

20Pour arriver à une synchronisation parfaite, les acteurs de nata­tion synchronisée – tels que le compositeur de l’équipe de France – s’accordent pour déclarer que la musique « est le lien principal, sinon l’unique, qui assure la synchronisation des nageuses » (Col­let, s. d. : s. p.). Si « la synchronisation avec la musique peut se définir comme une coordination avec le rythme », les nageuses doivent également porter leur attention vers « la mélodie et ses accents11 » (Dawn Pawson, 2007 : 122).

  • 12 Nous utilisons à dessein le néolo­gisme formulé et défini pour la pre­mière fois par Gilbert Rouget (...)
  • 13 Extrait de l’entretien exploratoire réalisé le 16/02/2005 avec l’entraîneure d’un club régional.
  • 14 Voici le passage original : « Las nada­doras, deberán sin embargo inten­tar interpretar el carácter (...)
  • 15 Extrait de l’entretien réalisé le 11/02/2011 avec C. Massardier, entraîneure de l’équipe de France.
  • 16 Selon la définition établie par A. Schütz, on peut différencier le temps musical « externe », « un (...)
  • 17 Extrait de propos tenus par V. Dedieu, ancienne nageuse de l’équipe de France et triple cham­pionne (...)

21Pour elles, il s’agit non pas de faire de la musique, mais de « musiquer12 ». Les nageuses doivent être « à même de ressentir et de faire ressentir » (Perrenoud, 2007 : 49) la musique, de faire « passer la musique dans leurs mouvements13 », d’interpréter « l’âme de la musique14 » (Mc Gowan, 2007 : 116). Au-delà de sa dimen­sion métronomique, l’attention portée au flux musical semble faire partie d’une démarche visant à permettre aux nageuses de vivre et de créer un rapport spécifique au temps correspondant à la réalisation similaire de figures pour les membres de l’équipe. Il s’agit donc d’« entrer dans la musique15 » non plus simplement à partir de son « temps externe », mais bien par une appréhension similaire de son « temps interne16 » créant les conditions propices à une syntonie entre les nageuses. C’est-à-dire que « la corporéité de l’Autre et ses mouvements peuvent être interprétés comme un domaine d’expression de sa vie intérieure » (Schütz, 2006 : 27). On comprend ainsi pourquoi Virginie Dedieu indique que l’ob­jectif des nageuses est de « vivre concrètement la musique17 ».

  • 18 Cette expression apparaît dans plu­sieurs des entretiens réalisés avec les entraîneures de l’équipe (...)
  • 19 Extrait de l’entretien réalisé le 18/02/2010 avec Florence Lefranc, cadre technique nationale au se (...)

22Pour ce faire, les nageuses sont appelées par les entraîneures à « s’approprier la musique18 » de façon similaire. Ce terme n’est pas anodin. Pulsation, rythmes, accents, phrasés, timbres : les nageuses doivent incorporer la musique, transformer ce qu’elle représente de manière à l’intégrer dans le système de pensée de leur groupe. S’il s’agit pour elles de s’imprégner de la musique, on peut se demander « de » et « sur » quels éléments se constitue cette appropriation19 musicale.

Socialisation de l’oreille

  • 20 Extrait de propos tenus par V. Dedieu (voir note 16).
  • 21 Propos de C. Massardier cités par Mathilde Lizé (Lizé, 2008 : 41). Ce vocabulaire revient également (...)
  • 22 Extrait d’un entretien réalisé avec F. Lefranc le 18/02/2010.

23Nous venons de le lire, au sein d’une équipe, les nageuses se doivent de sentir et de penser la musique de manière identique, de « la comprendre et [de] l’interpréter20 » de façon similaire. Cette appropriation commune ne va pas de soi pour les nageuses. L’ac­quisition de cette « oreille musicale » est l’objet d’un apprentissage. Les nageuses se soumettent donc à un « travail d’écoute de la musique [permettant de] repérer les moments forts et trouver des idées précises de la gestuelle21 ». Comme l’indique une cadre de la Fédération française de natation, il s’agit d’utiliser des « tech­niques pour faire approprier22 » la musique aux nageuses de façon similaire. Cette formulation met l’accent sur l’inculcation de l’écoute dont il est question. Les entraîneuses usent en effet de procédés visant à éduquer l’oreille des nageuses afin qu’elles soient à même d’écouter de façon homogène. Leur action a pour but d’encadrer l’activité d’écoute des sportives.

  • 23 Remy Campos est l’auteur de cette formule qui désigne « un ensemble de matrices, connectant la chos (...)

24Les « patrons pour oreilles23 » façonnés par les encadrantes et éprouvés par les nageuses au cours des séances d’entraînement seront un point d’ancrage pour la suite de notre réflexion. Ici, trois formes de travail musical (partitions rythmiques, comptes et chant) seront détaillées. Ces exercices d’écoute constitueront pour nous les « traces » d’un travail visant à socialiser l’oreille des nageuses à la pratique de leur activité.

Taper

  • 24 Extrait de l’entretien réalisé le 19/12/2012 avec A. Capron, entraîneure de l’équipe de France.
  • 25 Ibid.

25L’expérience des « partitions rythmiques24 » menée récemment au sein de l’équipe de France est, à ce titre, particulièrement inté­ressante. Ces partitions, écrites par Jean-Michel Collet (le musicien de l’équipe de France), formalisent certains des « temps d’action » des ballets qu’interprètent les nageuses. Dans ce travail de syn­chronisation, les équipières, regroupées hors de l’eau, interprètent sur de petits instruments de percussion un rythme synthétisant tout à la fois une sélection des éléments musicaux importants et les temps de déclenchement des gestes techniques à mettre en valeur. Les nageuses « tapent » alors une « partition rythmique » tant musicale que chorégraphique, qui porte de façon plus intense la « musique du rythme25 » à la conscience des nageuses.

« Ça marche vraiment bien. L’intérêt de ce travail c’est de mé­moriser la rythmicité, de nager plus en accent. On a la rythmi­cité. Il y a une musique du rythme qui s’installe et ça donne une vie aux mouvements. C’est plus précis. » (Anne Capron.)

  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

26Par l’attention accrue qu’il requiert, ce travail, à l’instar d’une prothèse auditive, contraint l’oreille des sportives à associer des éléments bien déterminés du discours musical et certaines actions motrices. Cette activité doit permettre aux nageuses de « respec­ter le tempo » et de « respecter les silences26 », mais surtout de tra­vailler une « écoute rythmique27 » qui associe des sons à des réflexes moteurs synchronisés. À l’instar de Pascale Meyet qui cherche à « donner du sens aux mouvements » grâce au travail musical, Anne Capron cherche par le procédé des partitions rythmiques à « donner vie » à la chorégraphie. Si, pour ces deux entraîneures, le vocabulaire n’est pas similaire, l’objet est le même : se synchro­niser avec la musique en focalisant l’écoute des nageuses sur cer­tains de ses éléments.

27Le travail ainsi réalisé, de même que l’activité du tape-tape, dénotent de la grande sensibilité des nageuses à l’égard du rythme et de la pulsation. Pourtant, cette attention ciblée sur le rythme musical ne reflète pas l’intégralité de ce qu’est le travail d’écoute développé dans cette discipline.

Compter et chanter

  • 28 Comme en témoigne un de nos entretiens exploratoires, cette capa­cité à « compter » la musique est (...)

28Une autre des formes d’appropriation de la musique mise en place par les nageuses consiste à compter28 la musique. Dans ces séances d’entraînement, les sportives crient haut et fort des séries répétées de 6 ou 8 temps qu’elles font correspondre avec la réa­lisation partielle d’actions motrices du ballet. Le déclenchement d’une suite de mouvements de bras doit alors correspondre avec certains des temps d’une série de huit comptes, censée rappeler certains des éléments musicaux retenus par les nageuses durant la mise en chorégraphie du ballet. Les repères ainsi obtenus sont alors mis à contribution dans le travail de la synchronisation.

29À première vue, cette activité pourrait sembler ne concerner que le versant sportif de la discipline ; elle est néanmoins impré­gnée de considérations musicales.

« Là par exemple, les nageuses juniors comptaient la musique, mais elles ne l’écoutaient pas. Elles étaient ensemble, mais elles ne savaient pas à quoi cela correspondait dans la musique. Donc les gestes n’avaient pas la même direction pour toutes les équipières. On a fait un gros travail pour écouter la musique. » (Magali Rathier, conseillère technique régionale pour l’Île-de-France, responsable du pôle « espoir » de Lyon, 01/12/2009.)

  • 29 Extrait du dossier de presse de l’Open Make up for Ever 2011, p. 18.
  • 30 Extrait d’un entretien réalisé avec C. Massardier le 11/02/2011.

30Pour ces sportives, compter ne se résume pas à scander régu­lièrement la suite des temps de la pulsation, mais témoigne plutôt d’une attention portée à la relation entre les gestes et la musique. Cette technique ne va pas de soi et les entraîneures relatent sys­tématiquement les problèmes rencontrés par certaines des nageuses pour arriver à cette appropriation de la musique où à « chaque compte correspond un mouvement à effectuer29 ». À partir de son expérience d’athlète de haut niveau, Charlotte Massardier indique ainsi que le tout n’est pas de « compter, compter, compter », mais d’« écouter la musique », de « prendre des repères » et de « com­prendre à quoi les sons correspondent dans la chorégraphie30 ». En effet, pour les nageuses, la diction des temps ne se fait pas de façon uniforme. Chaque groupe de temps est rythmé d’accents qui lui sont propres. Les « comptes » ne sont donc pas simplement des « comptes » au sens propre du terme, mais bien une matéria­lisation de l’écoute liant des sons et des mouvements chorégra­phiques au fil des exercices de synchronisation.

  • 31 Ce morceau est extrait de l’album Thriller sorti en 1982 par Michael Jackson sous le label Epic Rec (...)

Matin du 18/03/2011, deuxième jour de compétition de l’Open Make up for ever 2011 à Montreuil. Les concurrentes prennent place dans le bassin pour l’entraînement du ballet technique. Dans le brouhaha de la piscine Maurice Thorez, sept des huit nageuses de l’équipe de France sont dans l’eau pour un entraî­nement sans musique. « Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit » : les nageuses entonnent les comptes d’une partie du ballet Michael Jackson tout en réalisant leur chorégraphie habituellement nagée sur Wanna be Startin’ Somethin31. Le tape-tape de l’équipe russe vient se superposer en décalage aux comptes des nageuses françaises. Malgré tout, celles-ci conservent le tempo et réalisent ce cycle de dix fois huit comptes qui, conclu par une position verticale jambe pliée, correspond au passage chorégraphique qu’elles souhaitent travailler.

31Si l’on superpose la transcription de ces comptes à l’extrait musi­cal du ballet Michael Jackson correspondant et à l’observation des constituants de la chorégraphie, ces concordances « sons-corps » apparaissent (voir exemple 1). Cette transcription révèle toute la finesse des combinaisons d’appuis et de détentes que nécessite l’action de compter la musique. On constate également que cer­tains des temps de la musique très fortement prononcés (exemple 1, chiffres en gras) correspondent à la fois à la réalisation de gestes sportifs marquants et à la mise en valeur d’éléments musicaux saillants. D’autres temps (exemple 1, chiffres remplacés par des tirets), plus neutres du point de vue musical, sont escamotés dans ce cadre sportif et exempts d’éléments chorégraphiques. Dans ces enchaînements, les impulsions données aux « comptes », tantôt accentués ou éludés, sont autant d’indices des concordances musichorégraphiques établies par les nageuses.

  • 32 Au sens propre du terme signifiant « qui n’a jamais été entendu aupa­ravant ».
  • 33 La « poussée écart » est une figure qui commence en position de carpé arrière avec les jambes perpe (...)

32Il semble bien qu’il s’agisse de faire apparaître dans les comptes la concordance entre les gestes et les éléments musicaux inouïs32 pour les spectateurs. Ainsi, la modification rythmique opérée par la batterie ainsi que le cri caractéristique des interprétations de Michael Jackson sont accentués verbalement et chorégraphique­ment par les nageuses (exemple 1, cercle plein). Dans cette partie du ballet, les comptes 5 et 7, criés fortement par les nageuses, s’accordent aux claquements de leurs bras sur l’eau. Peu après, l’intervention en contretemps de la batterie et les exclamations poussées par des voix de femmes sont mises en valeur chorégra­phiquement par « poussée écart33 » qui correspond aux comptes 4 et 5 criés par la nageuse (exemple 1, cercle pointillé). De même, dans cette mesure, une levée du bras droit des nageuses vers le ciel vient souligner la tierce majeure qui interrompt la ligne de chant (exemple 1, encadré plein). Plus loin, l’intervention d’une section de cuivre coïncide avec la réapparition de la tête des nageuses à la surface de l’eau (exemple 1, encadré pointillé).

33Cette concordance des éléments musicaux inédits avec les gestes chorégraphiques importants – du sonore et du corporel en somme – transparaît au détour des commentaires formulés par les entraîneures lorsqu’elles écoutent, en notre compagnie, certaines musiques de ballet.

34« Là, au niveau de la voix ça change complètement. On entend que soudainement c’est beaucoup plus haché. Ça contraste avec ce qu’on entendait juste avant, alors on va utiliser cette voix et faire un passage de vrilles, un passage plus technique dans la chorégraphie. » (Magali Rathier.)

Exemple 1

Exemple 1

Superposition des comptes et du passage musical correspondant (Wanna be Startin’ Somethin’ de Michael Jackson), Extrait du ballet technique Michael Jackson, équipe de France, Open Make up for Ever 2011.

  • 34 Extrait d’entretien réalisé avec A. Capron le 19/12/2012. On retrouve des expressions similaires da (...)
  • 35 Extrait de l’entretien réalisé avec C. Massardier le 11/02/2011.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.

35L’attention des sportives se porte ainsi plus particulièrement sur les événements musicaux locaux et ponctuels, et leur oreille fond en un tout ces saillances musicales et les éléments chorégraphiques qu’elles y attachent. C’est ce dont témoignent les propos des sportives qui déclarent couramment « voir la musique en gestes34 ». Cette écoute gestuelle a alors un caractère monodique. Le travail de synchronisation est bien confié à une seule et unique ligne de comptes dont la « tonalité35 » reflète la forme d’analyse musicale réalisée par les nageuses. L’expérience « de faire chanter leur bal­let aux nageuses36 » menée par C. Massardier atteste, elle aussi, du déplacement de l’écoute que les entraîneures souhaitent obtenir de la part des sportives en les exhortant à « apprendre [leur] musique » et en les engageant à être attentives à tous les « éléments musicaux qui font que ça peut se chanter37 ». Comme un pendant au travail en « comptes » et en tape-tape, les nageuses doivent ici opérer un tri entre ce qui est entendu et ce qui doit être écouté. Il s’agit de réduire l’épaisseur rythmique, la diversité des timbres et des interventions, la polyphonie à une ligne mélodique chan­tée afin de pouvoir produire une interprétation chorégraphique synchronisée.

  • 38 Nous reprenons le titre de l’ouvrage publié en 2000 par Sylvia Faure, lui-même repris à Pierre Bour (...)

36Le travail rythmique, les modulations d’intensité et les inflexions de voix que les entraîneuses et les nageuses impulsent dans cette activité de « compter », de même que la vocalisation de la musique, témoignent du travail répété et ciblé d’écoute de la musique qui fonde une culture musicale commune aux nageuses de haut niveau. Les exercices auxquels se soumettent les sportives semblent répondre inlassablement à la question que C. Massardier adresse aux nageuses peinant à s’inscrire dans la synchronisation de l’équipe : « Ce son-là, c’est quoi pour toi ? ». En effet, tout au long de leur carrière, les nageuses matérialisent par leurs percussions, dans leurs comptes et leurs chants, les grilles d’une écoute musi-chorégraphique dans laquelle la musique est « apprise par corps38 ». Comme l’indique C. Massardier, « tel compte c’est tel repère cho­régraphique aussi ».

Conclusion : une oreille musicale

37Dans ces développements successifs, nous avons explicité ce qui « règle l’écoute musicale comme telle » (Szendy, 2001 : 30), ce qui la prescrit dans cette discipline et les éléments musicaux vers lesquels elle s’oriente. Nous avons constaté à travers l’observation des séances d’entraînement que, selon des effets proches de la définition historique et techniciste de l’action de syn­chroniser (xixe), il s’agit pour les nageuses de « coupler et asservir » les manifestations musicale et chorégraphique « pour les rendre simultané[e]s » (Despoix & Donin, 2012 : 30). Partant de cela, nous avons établi que les entraîneures tendent, durant toute la formation des sportives, à faire porter l’attention des nageuses sur la stabilité ou l’irrégularité rythmique – afin de les synchroniser avec la musique – et sur les saillances, les répétitions mélodiques, timbriques ou rythmiques – afin d’aboutir à une interprétation musicale convain­cante.

  • 39 Comme le fait remarquer Bernard Lortat-Jacob dans un texte traitant de l’« oreille jazz » : « [...] (...)

38Au-delà des lois physiques ou des régularités psycho-acoustiques, nous sommes entrés ici dans la réalité sportive d’une pratique qui, comme nous en faisions l’hypothèse, est déterminante dans la forme d’écoute mise en œuvre par les nageuses de natation syn­chronisée. Nous avons montré que l’« oreille de nageuse », qui met en correspondance des caractéristiques musicales et des produc­tions gestuelles, relève bien de l’incorporation de dispositions d’écoute spécifiques. Plus que l’appréhension de la musique à partir de critères issus du champ de l’analyse savante musicologique, c’est l’inscription de la musique dans des corps engagés dans une performance sportive qui caractérise cette écoute. À l’aune de cette conclusion s’ouvrent de nouvelles perspectives, visant à porter son attention non plus sur l’« oreille musicale39 », mais bien sur une multiplicité d’« oreilles musicales » dont il convient d’interroger les constructions et les manifestations au prisme des lieux de leur socialisation.

Haut de page

Bibliographie

Baxandall (Michel). 1985. L’Œil du Quat­trocento : L’usage de la peinture dans l’Italie de la Renaissance. Paris : Gal­limard.

Becker (Howard S.). 2002 [1998]. Les Ficelles du métier : Comment construire sa recherche en sciences sociales. Paris : La Découverte.

Bourdieu (Pierre). 1980. Le Sens pra­tique. Paris : Éd. de Minuit.

Capron (Anne) & Destand (Jean-Pierre). 2000. « Horizon 2008 : Vers de nou­veaux espaces », p. 65-68, in Nata­tion synchronisée, performance et créativité/sous la direction d’Anne-Marie Clémençon. Biarritz : Atlantica.

Collet (Jean-Michel). Musique et nata­tion synchronisée, document interne, s. l., s. e., s. d., document reçu de la main de Jean-Michel Collet le 5 octobre 2010.

Dawn Pawson (Bean). 2007. Manual de natación sincronizada 2005-2009. Madrid : Real Federa­ción Española de Natación.

Despoix (Philippe) & Donin (Nicolas). 2012. Dossier « Synchroniser/syn­chronize », Intermédialités, 19.

Donin (Nicolas). 2003. Dossier « Qui écoute 1 », Circuit : Musiques contem­poraines, 13(2).

Donin (Nicolas). 2004. « Manières d’écouter des sons. Quelques aspects du projet Écoutes signées (Ircam) », DEMéter. Publication en ligne : <http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=215>. Consulté le 8 mars 2015.

Donin (Nicolas) & Goldman (Jonathan). 2004. Dossier « Qui écoute 2 », Cir­cuit : Musiques contemporaines, 14(1).

Donin (Nicolas) & Theureau (Jacques). 2005. « Voi(rex) de Philippe Leroux, éléments d’une genèse : Reconstitu­tion analytique du processus créa­teur d’une œuvre récemment créée », Dissonance/Dissonanz, 90, p. 4-11.

Dossier de presse de l’Open Make up for Ever 2011.

Dupont (Maylis). 2009. « Façons de par­ler, façons d’écouter : Une enquête sur le format culturel de nos écoutes ». Publication en ligne : <http://www.melissa.enscachan.fr/spip.php?rubrique395>. Consulté le 8 mars 2015.

Faure (Sylvia). 2000. Apprendre par corps : Socio-anthropologie des techniques de danse. Paris : La Dis­pute.

Grosset (Christine). 1999. « L’évaluation des jeunes », Natation Magazine, 17, p. 32.

Hughes (David W.). 2000. « No nonsense : The logic and power of acoustic-iconic mnemonic systems », British Journal of Ethnomusicology, 9(2), p. 93-120.

Kaelblen (Pascal). 2013. Trajets en auto­mobile : Espaces temps de la construc­tion du lien socio-musical. Mémoire de master de recherche sous la direc­tion de Hyacinthe Ravet. Université Paris-Sorbonne.

Kaltenecker (Martin). 2010. L’Oreille divisée : Les discours sur l’écoute musicale aux XVIIIe et XXe siècles. Paris : Éditions MF.

Kauffmann (Isabelle). 2005. « Musique et danse hip-hop, des liens étroits à l’épreuve de la professionnalisation », Volume !, 3(2), p. 73-91.

Kirchberg (Irina). 2014. Pour une analyse sociomusicologique des processus de création musicale : « Faire la musique » en natation synchronisée. Th. Doc. sous la direction de Hyacinthe Ravet. Université Paris-Sorbonne.

Lahmy (Éric). 2009. Ballets nautiques. Paris : F.F.N.

Larue (Jan). 2011. Guidelines for Style Analysis. Michigan : Harmony Park Press.

Lizé (Mathilde). 2008. « Comment créer une chorégraphie ? Laissez parler votre créativité », Natation Magazine, 93, p. 41.

Lortat-Jacob (Bernard). 2003. « L’oreille jazz : Essai d’ethnomusicologie », Cir­cuit : Musiques contemporaines, 14(1), p. 43-52.

Mabru (Lothaire). 1994. « Le code et la manière : La transmission et l’appren­tissage du fifre en Bazadais », Marsyas, 31, p. 24-28.

Mabru (Lothaire). 2001. « Vers une culture musicale du corps », Les Cahiers d’ethnomusicologie, 14, p. 95-110.

Mabru (Lothaire). 2013. « De la trans­cription en ethnomusicologie : Outil d’analyse ou lit de Procuste ? », p. 205-214, in Du politique en ana­lyse musicale/sous la direction d’Esteban Buch, Nicolas Donin et Laurent Feneyrou. Paris : Vrin.

Maisonneuve (Sophie). 2009. L'Inven­tion du disque, 1877-1949 : Genèse de l’usage des médias musicaux contemporains. Paris : Éditions des Archives contemporaines.

McGowan (Judy). 2007. « Introducción al juicio de rutinas libres », Manual de natación sincronizada 2005­2009. Madrid : Real Federación Española de Natación, p. 111-116.

Pecqueux (Anthony). 2009. « L’écoute-en-action : L’écoute de la chanson comme activité sociale », p. 151-152, in Écologie sociale de l’oreille : Enquête sur l’expérience musi­cale / sous la direction d’Anthony Pecqueux et Olivier Roueff. Paris : EHESS.

Perrenoud (Marc). 2007. Les Musicos : Enquête sur des musiciens ordi­naires. Paris : La Découverte.

Perrenoud (Marc). 2012. « Penser, dire et faire la musique : Ethnothéories musicales des instrumentistes ordi­naires (première approche) », p. 105-114, in 25 ans de sociologie de la musique en France. Tome 2 : Pratiques, œuvres, interdisciplina­rité / sous la direction d’Emmanuel Brandl, Cécile Prevost-Thomas et Hyacinthe Ravet. Paris : L’Harmattan.

Rouget (Gilbert). 1990. La Musique et la Transe. Paris : Gallimard.

Schütz (Alfred). 2006. « Faire de la musique ensemble : Une étude des rapports sociaux », Sociétés, 93, p. 15-28.

Sklower (Jedediah). 2013. Dossier « Écoutes, discours, pratiques, média­tions », Volume !, 10(1).

Szendy (Peter). 2001. Écoute : Une his­toire de nos oreilles. Paris : Éd. de Minuit.

Vermersch (Pierre). 2006. L’Entretien d’explicitation. Issy-les-Moulineaux : ESF.

Wacquant (Loïc). 2002. Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur. Marseille : Agone.

Haut de page

Notes

1 Lors de sa diffusion subaquatique, la musique subit une perte de pro­pagation par amortissement qui est conditionnée par la viscosité et la conductibilité thermique du milieu. Outre ces considérations purement acoustiques qui voient la musique affectée sur le plan des hauteurs sonores et de la spatiali­sation du son, il faut prendre en considération le fait que les pas­sages du dessus au dessous de l’eau que réalisent les sportives créent un phénomène de « bouillon » défa­vorable à leur perception de la musique.

2 À ce titre, nous pouvons citer : Szendy, 2001 ; Donin, 2003, 2004 ; Hennion, 2004 ; Donin & Goldman, 2004 ; Pecqueux, 2009 ; Dupont, 2009 ; Maisonneuve, 2009 ; Kaltenecker, 2010 ; Kaelblen, 2013 ; Sklower, 2013.

3 L’équipe des entraîneures de l’Ins­titut national des sports et de la performance (Insep) est, au même titre que dans la majorité des clubs de natation synchronisée français, uniquement composée de femmes. Afin de faire apparaître cette spé­cificité, nous avons choisi de fémi­niser ce terme non pas par l’usage du mot « entraîneuse », fortement connoté, mais par l’ajout d’un « e » au nom masculin couramment uti­lisé.

4 Une nuit sur le mont Chauve est un poème symphonique composé en 1867 par Modeste Moussorgski.

5 Christine Grosset, actuellement à la retraite, a été Conseillère tech­nique nationale (CTN) à la Fédéra­tion française de natation (FFN) de 1997 à 2008.

6 Citation issue de notre traduction des règlements édités par la Fina et consultés le 15 décembre 2011 sur le site <http://www.fina.org/H2O/index.php?option=com_cont ent&view=category&id=86:synchronised-swimming-rules&Itemid=184&layout=default>

7 Celle que l’on nomme la « Mère fon­datrice » de la discipline crée les deux premiers clubs de nage syn­chronisée des États-Unis. En 1940, elle organise avec Clark Leach les premières compétitions inter­collèges, et les premières règles nationales détaillées (Lahmy, 2009 : 181).

8 Le Butō est une forme de danse née au Japon le siècle dernier. Il se caractérise tout autant par l’extrême lenteur de ses chorégraphies que par le minimalisme et l’évanescence de ses musiques.

9 Extrait du dossier de presse de l’Open Make up for Ever 2011, p. 18.

10 Le rapport de syntonie « se fait par la répartition réciproque du flux de l’expérience dans le temps interne de l’Autre, par un vécu d’un présent très fort partagé ensemble, par l’ex­périence de cette proximité sous la forme d’un “Nous” » (Schütz, 2006 : 28).

11 Voici le passage original : « SINCRO­NIZACION con la música : La sin­cronización con la música solo puede definirse libremente si está en coordinación con el ritmo, la melodía e incluso sus acentos ».

12 Nous utilisons à dessein le néolo­gisme formulé et défini pour la pre­mière fois par Gilbert Rouget dans La Musique et la Transe, car « [à] côté de l’expression “faire de la musique”, qui met l’accent, qu’on le veuille ou non, sur le produit de l’action musicale, “musiquer” le met sur l’action même, vue indépen­damment de son résultat » (Rouget, 1990 : 155). La distinction est pri­mordiale ici. Sans cette subtilité de langage, comment comprendre ce qu’essaye de nous transmettre cette entraîneure dans l’extrait suivant : « On a l’impression que les nageuses jouent leur musique. La musique est un support, mais tu es presque aussi musicienne quand tu es dans l’eau. Tu t’appuies sur la musique, mais tu as la sensation qu’elle [la musique] s’appuie sur ce que tu fais comme mouvements. » (A. Berthet, entraîneure de l’équipe de France, entretien réalisé le 22/02/2010).

13 Extrait de l’entretien exploratoire réalisé le 16/02/2005 avec l’entraîneure d’un club régional.

14 Voici le passage original : « Las nada­doras, deberán sin embargo inten­tar interpretar el carácter o el sentido de la música ».

15 Extrait de l’entretien réalisé le 11/02/2011 avec C. Massardier, entraîneure de l’équipe de France.

16 Selon la définition établie par A. Schütz, on peut différencier le temps musical « externe », « un temps que l’on peut mesurer par des métronomes et des horloges », du temps musical « interne », « l’ex­périence commune d’un vécu qui existe simultanément dans quelque dimension du temps » (Schütz, 2006 : 23, 26).

17 Extrait de propos tenus par V. Dedieu, ancienne nageuse de l’équipe de France et triple cham­pionne du monde de natation syn­chronisée (2003, 2005, 2007), lors du Point Rencontre tenu le 11/03/2009 à l’institut national des sports, de l’expertise et de la per­formance (insep).

18 Cette expression apparaît dans plu­sieurs des entretiens réalisés avec les entraîneures de l’équipe de France.

19 Extrait de l’entretien réalisé le 18/02/2010 avec Florence Lefranc, cadre technique nationale au sein de la Fédération française de nata­tion.

20 Extrait de propos tenus par V. Dedieu (voir note 16).

21 Propos de C. Massardier cités par Mathilde Lizé (Lizé, 2008 : 41). Ce vocabulaire revient également dans les entretiens que nous avons réa­lisés avec les entraîneures natio­nales Florence Lefranc, Julie Fabre, pascale Meyet et Anne Capron.

22 Extrait d’un entretien réalisé avec F. Lefranc le 18/02/2010.

23 Remy Campos est l’auteur de cette formule qui désigne « un ensemble de matrices, connectant la chose à transmettre avec celui ou celle cher­chant à se l’approprier » (Campos, 2003 : 16).

24 Extrait de l’entretien réalisé le 19/12/2012 avec A. Capron, entraîneure de l’équipe de France.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Comme en témoigne un de nos entretiens exploratoires, cette capa­cité à « compter » la musique est inculquée aux nageuses dès leurs premières années d’apprentissage de la discipline : « Ce qui compte le plus en natation synchronisée, c’est la synchronisation (rires). Si tu ne sais pas compter ta musique, ce n’est même pas la peine de nager ton ballet. L’année dernière, les petites nageuses n’avaient jamais compté la musique et même si c’était extrêmement facile à comp­ter, je me rappelle avoir passé des quarts d’heure, chaque semaine, juste à leur faire écouter la musique et à les faire compter en même temps dessus. Je baissais le son. Je rallumais, pour voir si elles étaient toujours dessus, et je leur disais : “Si ça se trouve, un jour, la musique va s’éteindre sous l’eau. Vous faites comment ?”. » (Extrait d’un entretien exploratoire réalisé le 16/02/2005 avec l’entraîneure d’un club régio­nal.)

29 Extrait du dossier de presse de l’Open Make up for Ever 2011, p. 18.

30 Extrait d’un entretien réalisé avec C. Massardier le 11/02/2011.

31 Ce morceau est extrait de l’album Thriller sorti en 1982 par Michael Jackson sous le label Epic Records.

32 Au sens propre du terme signifiant « qui n’a jamais été entendu aupa­ravant ».

33 La « poussée écart » est une figure qui commence en position de carpé arrière avec les jambes perpendi­culaires à la surface ; suivi d’un rapide mouvement vertical ascen­dant des hanches et des jambes s’ouvrant en grand écart tandis que le corps se déroule pour prendre la position verticale.

34 Extrait d’entretien réalisé avec A. Capron le 19/12/2012. On retrouve des expressions similaires dans les entretiens réalisés avec C. Massardier, P. Meyet, et dans les témoignages de nageuses transcrits dans les magazines spécialisés tels que Natation Magazine.

35 Extrait de l’entretien réalisé avec C. Massardier le 11/02/2011.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Nous reprenons le titre de l’ouvrage publié en 2000 par Sylvia Faure, lui-même repris à Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1998). Ce faisant, nous mettons l’accent sur le processus d’incorporation d’un savoir écouter la musique (d’une « oreille de nageuse ») basé sur l’appréhension par corps des sons. Cette même appréhension « par corps » de la musique des joueurs de fifre en Bazadais décrite par Lothaire Mabru, rend compte de la façon dont ces musiciens arrivent à pro­duire le bon son à travers l’obser­vation des gestes (le jeu des doigts du professeur) et leurs expérimen­tations (les tentatives qu’ils mettent en œuvre pour reproduire le son du maître). Pour ces instrumentistes, comme pour les acteurs qui nous occupent, il y a bien une inscrip­tion corporelle des sons et de leurs caractéristiques dans des gestes (Mabru, 1994).

39 Comme le fait remarquer Bernard Lortat-Jacob dans un texte traitant de l’« oreille jazz » : « [...] si l’expres­sion “avoir de l’oreille” peut revêtir une certaine signification à l’inté­rieur d’un conservatoire supérieur de musique, elle la perd sitôt fran­chies les portes de ce même conser­vatoire : un musicien classique expert, quels que soient ses dons – disons Pierre Boulez, par com­modité -, est sans doute incapable de se repérer dans les finesses timbriques de la musique techno, et probablement peu sensible à la qualité de “swing” des jazzmen. À l’inverse, il ne sera pas étonnant de trouver chez ces derniers des sur­dités occasionnelles portant, par exemple, sur des grandes formes du répertoire romantique. » (Lortat-Jacob, 2003 : 48.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exemple 1
Légende Superposition des comptes et du passage musical correspondant (Wanna be Startin’ Somethin’ de Michael Jackson), Extrait du ballet technique Michael Jackson, équipe de France, Open Make up for Ever 2011.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/493/img-1.png
Fichier image/png, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irina Kirchberg, « Écouter la musique par corps. La socialisation de l’oreille en natation synchronisée »Culture & Musées, 25 | 2015, 95-114.

Référence électronique

Irina Kirchberg, « Écouter la musique par corps. La socialisation de l’oreille en natation synchronisée »Culture & Musées [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.493

Haut de page

Auteur

Irina Kirchberg

Irina Kirchberg est l’auteure d’une thèse en musicologie intitulée Pour une approche sociomusicologique des processus de création musicale : « Faire la musique » en natation synchronisée. Elle a été chargée de cours au sein du département de Médiation culturelle de l’université Sorbonne Nouvelle puis de l’UFR de Musique et Musicologie à Paris-Sorbonne. Elle mène désormais ses recherches à l’université de Montréal où elle réalise un postdoctorat en socio-musicologie au DPMQ-OICRM.
Courriel : irina.kirchberg@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search