Navigation – Plan du site
Travaux & notes de recherche
Comptes rendus de thèse

Les visites nocturnes, l’impact de la nuit sur l’expérience de visite. Le cas de la cour Marly au Musée du Louvre

Floriane Germain
p. 316-319
Référence(s) :

Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication soutenue le 25 juin 2014 à Avignon Université, en cotutelle avec l’Université du Québec à Montréal et avec l’École du Louvre, Paris.

Texte intégral

1Une visite de musée qui se déroule de nuit, à un horaire aménagé à cet effet, génère-t-elle une expérience de visite singulière ? Le rapport entre la nuit et l’expérience de visite est encore peu interrogé, malgré les nombreuses occasions qui permettent de visiter de nuit des institutions culturelles. Cette recherche part du constat qu’en dépit de l’essor récent des ouvertures nocturnes, peu d’institutions patrimoniales et culturelles ont analysé leur potentiel en d’autres termes que ceux de la fréquentation. Le changement contextuel entre jour et nuit ne semble pas considéré par les institutions en tant que contexte singulier. Pourtant, visiter de nuit est à la fois une modification de l’espace-temps (de l’agenda du visiteur) et un facteur, un paramètre, susceptible d’influer sur la pratique de visite. La particularité de la nuit, en tant que contexte de visite, est qu’elle implique un changement susceptible d’être perçu par les visiteurs dans leur pratique sociale de la visite, mais aussi dans leur expérience personnelle de la visite. Autrement dit, la nuit est un paramètre ambigu, difficile à cerner (Gwiazdzinski, 2005). Elle joue sur la réalité physique objective puisque c’est une donnée physique naturelle : il fait nuit. En même temps, le changement contextuel entraîne et provoque une perturbation de la perception du monde : la nuit joue également sur la subjectivité et le fantasmatique ; c’est une donnée mentale (Cabantous, 2009). La nuit est donc un stimulus qui agit sur les sens (les perceptions), mais aussi sur les représentations (sociales et mentales).

2Pour examiner cet effet de la nuit sur la visite, il fallait donc prendre en compte le fait que l’expérience muséale est sous l’influence de trois paramètres. Tout d’abord, un contexte personnel (l’agenda personnel du visiteur, ses connaissances passées, ses attentes). Ensuite, un contexte physique (le musée lui-même comme cadre physique de cette expérience). Enfin, un contexte social constitué de l’ensemble des personnes participant à l’expérience de cette visite, c’est-à-dire les éventuels compagnons du visiteur (constituant le contexte social intime) ainsi que toutes les personnes qui lui sont étrangères (autres visiteurs, guides, surveillants, etc.). L’expérience de visite devient ainsi une expérience éphémère et dynamique, une relation qui se construit de façon unique (Falk, 2009).

3La thèse a discuté trois concepts permettant l’exploration de l’expérience de visite nocturne : la nuit (donnée objective physique), la perception (donnée sensible et subjective) et la dimension sémiotique (jour vs nuit). En effet, la nature de la nuit fait que sa présence dans l’expérience personnelle des visiteurs ne se retrouve qu’à travers des indices apportés par leurs perceptions et leurs représentations. Plusieurs ensembles de significations gravitant autour du noyau « nuit » ont été repérés : la peur et l’insécurité, le surnaturel, le merveilleux, la tranquillité et la paix, le repos et l’intimité, la fête et la transgression, le temps social (Espinasse & Buhagiar, 2004). La notion de nuit est donc un ensemble composite de caractéristiques physiques, d’états d’esprit ainsi que d’univers culturels, selon les personnes qui en font l’expérience.

4Pour saisir les effets de la nuit sur les visiteurs de musée, il fallait l’envisager d’un point de vue phénoménologique et comprendre comment elle influence l’interprétation, notamment grâce à une sémiotique ouverte qui permet d’analyser des messages dans le contexte particulier de la visite de musée (Peirce, 1998). En effet, le passage du jour à la nuit est un changement étudié comme un écart, une différence entre deux situations données par le biais des sensations, aboutissant à une modification du sens général donné à la visite. L’étude sémiotique de l’exposition a alors permis de repérer les nœuds de changement entre visite de jour et visite de nuit, qui peuvent expliciter la différence ressentie dans ces deux expériences de visite contrastées.

5Le terrain d’étude choisi a également son importance, il devait permettre l’éclosion de la dimension fantasmatique de la nuit. Les nombreuses fictions se déployant autour du Musée du Louvre ainsi que sa propre communication autour des nocturnes en faisaient un terrain approprié pour l’exploration de ces thématiques (pour ne citer qu’un exemple, Belphégor ou le Fantôme du Louvre, de Claude Barma, 1965). À l’intérieur même du musée, c’est la cour Marly et sa toiture vitrée ouverte sur le ciel qui ont été choisies, car elles permettaient l’intervention effective de la nuit dans le dispositif d’exposition. Par l’étude de la spécificité et de la perception de la cour Marly, il a donc été possible d’atteindre l’analyse des actes sémiques engagés dans la perception de l’exposition à l’aide d’une analyse muséographique du lieu ainsi que d’une série d’entretiens avec des visiteurs, administrés aussi bien de jour que de nuit.

6Pour insérer le paramètre de la nuit dans l’étude de l’expérience de visite, il a donc fallu construire un modèle d’étude de l’interprétation du sens de l’exposition susceptible de subir des variations (Peytard, 1993). Un modèle élargi qui dépasse le contexte spécifique du musée et s’étende aux conditions spatio-temporelles de la visite. L’individualisation de l’expérience de visite a créé l’opportunité d’envisager la variation du sens (Jauss, 1990). Elle a permis d’étudier les actes sémiques générés par la nuit au cœur de l’expérience de visite et leur variation par rapport à ceux observés de jour. Or, il s’avère que la nuit a un double impact sur le texte-message de l’exposition. D’abord à travers le changement subi par l’organisation de ce message, notamment par l’ambiance qui change les points d’attraction de la muséographie ; ensuite par une variation des éléments mentaux des visiteurs, tels que les représentations et perceptions qui lui permettent d’interpréter le sens de l’exposition. Les résultats obtenus démontrent que la nuit apporte un changement de perception. Les visiteurs arrivent dans l’exposition avec un horizon d’attente différent, configuré par l’image de ce que doit être une visite de musée la nuit. Quand d’un côté, venir au musée en journée est une affaire de découverte, de culture et de connaissances, de l’autre, il s’agit d’une distraction qui permet de s’évader du rythme quotidien et de se ressourcer. Ainsi, la visite de musée est plutôt envisagée en journée comme une sortie culturelle à rentabiliser, tandis que la nuit est associée à une notion de privilège qui renvoie au côté exceptionnel et décalé des ouvertures nocturnes. La visite devient le lieu d’une expérience sociale et esthétique avant tout.

7Le recueil des interprétations des visiteurs permet de pointer les variations du sens ainsi que ses modalités. Ces interprétations sont composées de différents registres sémiotiques équivalant aux différents types de messages envoyés par l’exposition : le texte, l’image, la déambulation corporelle, l’ambiance. Mais l’interprétation donnée à une visite dépend aussi de plusieurs points marqués par la nuit : les perceptions, les représentations, les sensations, l’imagination, les motifs de visite. La résolution de la problématique est donc apparue dans l’approche différente de la perception de l’environnement entre jour et nuit : un mode d’expérience sensible fondé sur les affects et l’imaginaire de la nuit se substitue à un mode d’expérience de l’exposition fondé sur les connaissances et l’intellect. Autrement dit, un changement de paradigme de visite se produit entre le jour et la nuit. Il joue sur une vision renouvelée des œuvres qui permet un accès différent à ces objets, plus esthétique et imaginatif, plus sensible (Passeron, 2006).

8Ces changements ont pour origine deux éléments déclencheurs. Le premier est la présence de la nuit, sensible physiquement et psychologiquement ; le second est l’éclairage artificiel, corollaire inversé de l’obscurité de la nuit. En tant qu’objet signifiant, l’exposition peut donc voir ses propriétés interprétées différemment si le contexte de sa réception vient à changer. La différence de contexte, visite de jour ou de nuit, reconfigure l’interprétation de l’exposition qu’une personne construit au cours de son expérience de visite. La réception de la visite nocturne est donc une actualisation du sens donné par un visiteur à sa visite selon un cadre de référence impliqué par le texte de l’exposition, mais également attendu par lui. Avant même de visiter l’exposition, le visiteur entre avec une représentation préalable de ce qu’il va y trouver, c’est-à-dire une idée préconçue de ce que peut lui apporter une nocturne en termes d’expérience de visite. Cette idée est formée par des expériences antérieures de visite nocturne, mais aussi par des représentations de l’essence d’une visite nocturne qui conditionnent des motifs de visite. Ainsi, le contexte de visite change et avec lui non seulement la perception des choses, mais aussi l’état d’esprit par lequel les visiteurs produisent de la signification.

9Reformuler le discours de l’exposition de la cour Marly (vue de nuit) revient donc à la percevoir d’une manière plus sensible qu’en journée grâce à l’ambiance générale qui bénéficie de l’abaissement de l’intensité lumineuse et de la présence de la nuit et de ses représentations. Par cette reformulation, l’état originel de la muséographie de la cour Marly s’altère. L’interprétation des visiteurs passe par une perception autre et donc différente des œuvres et de leur figure de visiteur. Ces résultats montrent l’existence d’au moins deux grandes transformations entre jour et nuit : celle du visiteur et de son état d’esprit, et celle du lieu et de sa perception. À chaque transformation repérée, l’élément déclencheur est bien la nuit. L’arrivée de la nuit change la lecture de l’exposition. Par un travail au niveau du langage de l’exposition dû à une nouvelle mise en lumière, des altérations dans l’ordre du contenu apparaissent. Ces altérations imposent aux visiteurs de revoir l’univers entier de l’encyclopédie (Eco, 2008) qui leur sert à interpréter leur visite, remise ainsi en question par le seul changement lumineux. Les résultats de la thèse pointent, d’un côté, que venir au musée en journée est une affaire de découverte, de culture et de connaissances, de l’autre, qu’il s’agit de s’évader du rythme quotidien et de se ressourcer. Ainsi, la visite de musée est plutôt envisagée en journée comme une sortie culturelle à rentabiliser, tandis que la nuit, elle est associée à une notion de privilège qui renvoie au côté exceptionnel et décalé des ouvertures nocturnes. Les visiteurs expérimentent une visite singulière influencée par la manière dont ils définissent leur rôle de visiteur de musée et par la manière dont ils définissent le musée.

Haut de page

Bibliographie

Barma (Claude). 1965. Belphégor ou le Fantôme du Louvre. Diffusé par L’ORTF du 6 au 27 mars 1965. Édité en DVD par TF1 Vidéo en 2014.

Cabantous (Alain). 2009. Histoire de la nuit. Paris : Fayard.

Eco (Umberto). 2008. Lector in fabula. Le rôle du lecteur [1985]. Traduit de l’italien par Myriem Bouzaher. Paris : Le Livre de poche (Biblio essais) [1re édition originale : 1979].

Espinasse (Catherine) & Buhagiar (Peggy). 2004. Les Passagers de la nuit. Vie nocturne des jeunes : motivations et pratiques. Paris : L’Harmattan.

Falk (John Howard). 2009. Identity and the Museum Visitor Experience. Walnut Creek : Left Coast Press.

Gwiazdzinski (Luc). 2005. La Nuit, dernière frontière de la ville. Paris : Éditions de l’Aube.

Jauss (Hans Robert). 1990. Pour une esthétique de la réception. Paris : Gallimard.

Passeron (Jean-Claude). 2006. Le Raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation. Paris : Albin Michel.

Peirce (Charles Sanders). 1998. Collected papers of Charles Sanders Peirce. 8 Reviews, Correspondence and Bibliography. Rassemblés par A. W. Burks. Bristol : Thoemmes Press.

Peytard (Jean). 1993. « D’une sémiotique de l’altération ». Semen [en ligne], 8 : https://journals.openedition.org/semen/4182 [consulté le 21 avril 2020].

Rosa (Hartmut). 2010. Accélération. Une critique sociale du temps. Traduit de l’allemand par Didier Renault. Paris : La Découverte (Théorie critique) [1re édition originale : 2005].

Wolf (Robert L.). 1986. « The missing link: a look at the role of orientation in enriching the museum experience ». Journal of Museum Education, 11(1), p. 17-21.

Haut de page

Références

Référence papier

Floriane Germain, « Les visites nocturnes, l’impact de la nuit sur l’expérience de visite. Le cas de la cour Marly au Musée du Louvre »Culture & Musées, 35 | 2020, 316-319.

Référence électronique

Floriane Germain, « Les visites nocturnes, l’impact de la nuit sur l’expérience de visite. Le cas de la cour Marly au Musée du Louvre »Culture & Musées [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5166

Haut de page

Auteur

Floriane Germain

HEAD (Haute école d’art et de design), Genève
Courriel : floriane.germain[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals