Skip to navigation – Site map
Lectures

Marie-Pierre Fourquet-Courbet & Didier Courbet. Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique

Marie-Sylvie Poli
p. 331-333
Bibliographical reference

Fourquet-Courbet (Marie-Pierre) & Courbet (Didier). 2020. Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique. Paris : Dunod.

Full text

1La lecture de ce livre intéressera tous les chercheurs, enseignants et étudiants avancés d’aujourd’hui en sciences humaines et sociales. Volontairement, je ne limite pas le lectorat potentiel aux seuls spécialistes en sciences de l’information et de la communication (SIC). Car bien que les deux auteurs soient professeurs des universités dans cette discipline, leur ouvrage a le grand mérite de nous concerner, tous, nous qui sommes devenus des utilisateurs souvent compulsifs des médias numériques, tant dans notre vie professionnelle que dans notre vie privée.

2Les rayons des libraires et des bibliothèques présentent depuis le début des années 2010 profusion de manuels, d’ouvrages et d’essais qui traitent des usages que nous développons au quotidien, quel que soit notre âge et notre profil socioprofessionnel, avec le téléphone portable, la télévision, les tablettes numériques, les réseaux sociaux numériques, les plateformes de communication et les jeux vidéo. Ce thème parfaitement actuel, devenu selon certains experts une question de santé publique, est le sujet principal de Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique.

3Paru en février 2020 chez Dunod, éditeur d’ouvrages de formation universitaire et professionnelle, le livre aborde la problématique des effets des médias numériques sur notre santé et sur notre vie sociale, dans une approche multidisciplinaire.

4La spécificité du texte que nous livrent ces deux chercheurs tient à la pertinence scientifique et éditoriale du projet : proposer en 2020, en cette période de débats médiatiques accablants de banalités et de contre-vérités sur le sujet, un ouvrage scientifique tonique, très agréable à lire, nourri de quelque 325 références à des études scientifiques et articles internationaux récents, travaux de chercheurs conduits dans des domaines scientifiques aussi divers que les SIC, la psychologie sociale et le développement personnel. Les notes classées par chapitre en fin d’ouvrage enrichissent le propos de quantité de références à des études et à des informations institutionnelles consultables sur Internet. La solide bibliographie internationale et pluridisciplinaire constitue donc, en soi, un gage de réflexion théorique pour rassurer le lecteur désireux de se faire un avis sur un sujet qui, je le répète, nous touche tous, au travail, en famille, dans nos loisirs, dans notre vie sociale au sens large.

5Le style, le mode discursif et le ton destinés à un lectorat averti mais non expert en numérique se distinguent d’ouvrages plus académiques capitaux comme ceux de Dominique Cardon (À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Seuil, 2015 ; Culture numérique, Les Presses de Sciences Po, 2019) ou de Milad Doueihi (La Grande Conversion numérique, Seuil, 2008).

6Les positions et les débats axiologiques sur la diabolisation ou la vénération du numérique sont moins tranchés que dans les parutions récentes de Michel Desmurget (La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants, Seuil, 2019) ou d’Aurélie Jean (De l’autre côté de la machine. Voyage d’une scientifique au pays des algorithmes, Éditions de l’Observatoire, 2019).

7Ces choix de vision et de style tiennent probablement au fait que l’objectif de Marie-Pierre Fourquet-Courbet et de Didier Courbet est de nous proposer – considérable état de l’art scientifique à l’appui – une analyse dialectique et pédagogique de nos usages des médias numériques. Aussi complètent-ils leur examen critique d’une situation sociétale a priori préoccupante de conseils utilitaires qui devraient nous permettre, selon leur approche psycho-communicationnelle, une introspection réflexive de nos usages personnels afin de développer une intelligence numérique des médias.

8Le concept de l’ouvrage est clairement posé dans les seize pages de l’introduction (« Connectés et heureux c’est possible »), scindée en huit sous-titres explicites. On pourrait suggérer que tout est dit dans cette introduction, mais ce serait un contresens car la lecture attentive des huit chapitres qui composent l’ouvrage, nourris d’encarts définitionnels de nouvelles notions, de notes de travail et de références bibliographiques, apporte au lecteur tous les arguments scientifiques qui lui permettent de suivre le raisonnement dialectique critique des auteurs.

9Les titres des chapitres sont les suivants : « 1. Réseaux sociaux et bien-être : des liens opposés selon les types d’usages » ; « 2. Docteur mobile, mister smartphone » ; « 3. Stress numérique et FOMO » ; « 4. Les usages excessifs d’Internet : une addiction ? Un business ? » ; « 5. Multitâche et mémoire transactive : nos performances intellectuelles modifiées » ; « 6. Les effets néfastes des écrans sur la santé physique » ; « 7. Écrans, divertissements et bien-être hédonique » ; « 8. Divertissement numérique, films, séries et bien-être eudémonique ».

10Le propos de la conclusion détonne quelque peu de l’ensemble de l’ouvrage. Elle propose au lecteur des conduites pour développer notre intelligence numérique en privilégiant des usages eudémoniques des médias numériques sur les usages hédoniques. Car apprendre à développer notre intelligence numérique, c’est aussi la condition supérieure défendue par les auteurs comme fondement garanti d’un bien-être individuel et social.

11Les sous-titres des 22 pages de la conclusion (« En guise de conclusion : l’art de développer son intelligence numérique ») équilibrent efficacement méfiance et optimisme.

12C’est cet équilibre particulièrement intéressant entre le discours scientifique académique validé par des cadres théorique et méthodologique multidisciplinaires, et le caractère prescriptif des usages des médias numériques entièrement assumé qui m’incite à recommander vivement la lecture de Connectés et heureux ! aux chercheurs et aux étudiants en sciences de la culture et en muséologie.

13Car nous sommes tous concernés à double titre par les constats et les préconisations de Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet : tout d’abord parce que nous sommes des professionnels qui œuvrons dans ces médias à titre de praticien, de chercheur et de pédagogue ; ensuite parce que nous sommes justement, de par nos professions, des consommateurs et des usagers captifs du numérique dans notre vie privée et notre vie sociale.

14Libre à nous de suivre – ou non – le constat et les pistes de réflexion des auteurs :

« Alors qu’on remarquerait une tendance récente à un arrêt de la progression du quotient intellectuel chez la dernière génération d’adolescents, et ce, pour la première fois depuis plusieurs décennies, certains scientifiques l’expliquent par le développement des usages des écrans, activités peu stimulantes cognitivement. Si des chercheurs, dont nous faisons partie, tirent la sonnette d’alarme et proposent des recommandations pour favoriser une prise de conscience collective afin de contrecarrer certains effets délétères, d’autres sont plus optimistes. Il s’agit pour ces derniers de l’évolution normale de l’humain socialisé. Chercher à intervenir reviendrait à priver la société digitalisée de demain de jeunes qui seraient bien plus adaptés que nous. Les deux logiques ne sont cependant pas incompatibles dans la mesure ou favoriser le développement de l’intelligence numérique consiste justement à mieux préparer les individus à la digitalisation de la société, à mieux les y adapter sur les plans intellectuel, affectif et comportemental » (p. 206-207).

15Les chercheurs en SIC qui mènent des recherches académiques de terrain sur les effets des médias numériques sur différents types d’usagers trouveront également matière à se nourrir de la variété des méthodologies des études auxquelles le livre se réfère. Mais la ligne éditoriale à la fois prescriptive et critique de Connectés et heureux ! n’est pas celle d’une revue académique de recherche en SIC dans la lignée, par exemple, du n° 34 de la revue MEI, Écrans et médias, publié en 2011 chez L’Harmattan sous la direction de Thierry Lancien.

16L’extrait ci-dessous est révélateur de l’angle de cette approche pragmatique et prospectiviste travaillée par les deux auteurs :

« Dans une perspective évolutionniste, il est donc possible d’attribuer aux médias une véritable fonction adaptative permettant à l’être humain de mieux s’accommoder à son environnement et de mieux répondre aux dangers potentiels et aux exigences sociales. Cette fonction adaptative de l’usage des médias expliquerait pourquoi l’humain s’y expose autant, tous contenus et types d’écrans confondus, sans réellement connaître a priori les bénéfices à long terme qu’il peut en retirer pour lui. Les usages des médias lui permettraient d’apprendre à mieux répondre aux dangers, d’apprendre à mieux gérer ses propres réactions psychologiques, d’accroître ses forces de caractère pour être plus efficace dans son environnement, dans son milieu social ou dans le milieu social dans lequel il rêve de vivre » (p. 180).

17L’intérêt du livre consiste à traiter de concert dans une intention dialectique, deux problématiques généralement tenues éloignées l’une de l’autre : la question de la toute-puissance déléguée par notre société aux médias numériques (l’agentivité du dispositif et de ses effets) et la question des plaisirs et des bienfaits potentiels que nous trouvons à nous laisser subjuguer par ces médias dont nous connaissons par ailleurs les effets délétères, mercantiles et énergivores.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie-Sylvie Poli, « Marie-Pierre Fourquet-Courbet & Didier Courbet. Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique »Culture & Musées, 35 | 2020, 331-333.

Electronic reference

Marie-Sylvie Poli, « Marie-Pierre Fourquet-Courbet & Didier Courbet. Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique »Culture & Musées [Online], 35 | 2020, Online since 01 June 2020, connection on 08 August 2020. URL: http://journals.openedition.org/culturemusees/5196

Top of page

About the author

Marie-Sylvie Poli

Avignon Université, laboratoire Culture et Communication
Courriel : marie-sylvie.poli[at]univ-avignon.fr

By this author

Top of page

Copyright

Culture & Musées

Top of page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals