Navigation – Plan du site
Lectures

Aedín Mac Devitt. « Museums in a digital world »

Benjamin W. L. Derhy Kurtz
p. 346-348
Référence(s) :

Référence : Mac Devitt (Aedín) (dir.). 2018. Museum International, 70(1-2), « Museums in a digital world », en ligne : https://onlinelibrary.wiley.com/toc/14680033/2018/70/1-2

Texte intégral

1Ce 70e volume de Museum International, dirigé par Aedín Mac Devitt, s’appuie sur la réflexion des 37 000 musées à travers le monde ayant participé à la Journée internationale des musées organisée par l’ICOM en 2018. Les auteurs de cette parution offrent de nouvelles perspectives sur le thème des musées dans le contexte numérique à travers plusieurs angles, tels que la numérisation des collections, la co-création et l’engagement des communautés. Ce numéro s’articule autour de trois volets : « The object, the museum and the museum profession » (littéralement : l’objet, le musée et la profession muséale), « Digital strategies for a changing sector » (stratégies numériques pour un secteur en mutation) et « The visitor experience and co-creation » (l’expérience du visiteur et la co-création), suivis d’une recension d’ouvrage.

2La première partie, « The object, the museum and the museum profession », constituée de cinq articles, examine les nouveaux rôles qu’objets, collections, professionnels et institutions assument désormais dans un monde numérique. Werner Schweibenz y analyse la diffusion croissante de reproductions d’œuvres d’art en ligne et leur influence sur la manière dont les visiteurs perçoivent les objets dans les musées. L’auteur met en évidence l’effet « La Laitière » (Johannes Vermeer, 1658, Rijksmuseum) qui illustrerait la façon dont les visiteurs réagissent à des objets muséaux dont ils ont déjà vu de nombreuses reproductions en ligne. Il analyse aussi les créations numériques « à la manière de », réalisées par différents algorithmes, et les questions qu’elles posent. Schweibenz s’interroge enfin sur la circulation des images et des publics entre le musée et Internet, et son impact sur ce qu’il appelle le canon culturel occidental. Helena Barranha, quant à elle, se concentre sur les œuvres dérivées d’œuvres bien connues et l’importance de stimuler différentes interprétations d’œuvres d’art en ligne. Elle encourage une utilisation plus systématique de la numérisation des œuvres par les musées et, à travers l’exemple du Portrait de Giovanna Tornabuoni de Ghirlandaio (1488, Musée Thyssen-Bornemisza), argumente en faveur de la réutilisation ou du détournement d’œuvres d’art anciennes par des artistes contemporains. Ana Carvalho et Alexandre Matos se concentrent sur les compétences numériques des professionnels dans les musées portugais et réclament aux politiques publiques d’assurer la formation au numérique de la communauté muséale. Cet article détaille notamment différents acronymes issus de la culture numérique (Mu.SA, eCultSkills, MOOC, etc.) et présente des métiers émergents (digital strategy manager, digital collection curator, digital interactive experience developer, online community manager, soit, respectivement : gestionnaire de la stratégie numérique, conservateur de collections numériques, développeur d’expérience interactive et gestionnaire de communauté en ligne). Leur propos est explicitement engagé en faveur de la place de tels profils au sein des musées. De manière similaire, Mona Hess, Amandine Colson et John Hindmarch plaident aussi pour la formation au numérique des professionnels des musées et proposent une série de recommandations. Leurs efforts se tournent spécifiquement vers le numérique au profit de la conservation, notamment à travers des technologies comme la numérisation 3D ou la photogrammétrie. Enfin, Oonagh Murphy examine de quelle manière le numérique peut faire progresser les stratégies et le business plan des musées en offrant un espace aux entrepreneurs créatifs (creative entrepreneurs). Au sein d’un article placé sous l’angle managérial ultramoderne (abordant les espaces de travail, les espaces d’incubation et les espaces d’accélération : coworking spaces, incubation spaces, acceleration spaces), la chercheure analyse la façon dont de tels espaces peuvent aider les professionnels des musées et les universitaires à aborder de manière critique la culture numérique et les modèles économiques émergents dans les musées.

3La deuxième partie, « Digital strategies for a changing sector », comprend quatre articles et discute des stratégies numériques mises en œuvre par les musées pour s’adapter aux changements dans leur secteur. Orlandi, Calandra, Ferrara, Marras, Radice, Bertacchini, Nizzo et Maffei y présentent les résultats d’une enquête de l’ICOM Italie et du ministère de la Culture italien (MiBAC) dont le but était d’évaluer dans quelle mesure les musées italiens ont mis en œuvre de nouvelles stratégies sur le web. L’équipe juge les résultats « étonnamment positifs », grâce notamment à des tables rondes ayant produit des réflexions utiles, et décrit l’enquête comme une incitation majeure à améliorer l’image des musées en ligne. L’article de Katrin Glinka décrit le projet « Museum4punkt0 ». Sur une durée de trois ans, cette recherche vise la création et l’évaluation d’applications et de technologies de communication numérique dans les musées allemands. Cette contribution met l’accent sur la documentation du processus de développement, les tests de ces applications et les résultats. Les deux articles suivants présentent des études de cas de musées ayant introduit de nouvelles technologies dans le but de s’adapter à leurs nouveaux publics. Ainsi, Julie Higashi explique comment le Musée du Mémorial de la paix d’Hiroshima, au Japon, a utilisé la technologie numérique afin de créer un paysage urbain visant à provoquer de l’empathie de la part du visiteur n’ayant pas connu cette époque. En abordant les derniers changements survenus au hall Est, où la technologie est utilisée dans le but de mettre en valeur la mission mémorielle et pacifiste du musée, la chercheure explore la manière dont le caractère immersif du numérique renforce le message du musée, en l’occurrence, défendre la suppression totale de l’arme nucléaire. De l’autre côté du monde, Davison Chiwara et Njabulo Chipangura évaluent l’impact du numérique au Musée de Mutare, au Zimbabwe. Faisant le constat que le nombre de visites annuelles avait continuellement baissé en raison d’un non-renouvellement de la politique du musée depuis son inauguration dans les années 1960, les auteurs se tournent vers la réception des dispositifs numériques mis en place à la Beit Gallery. Il s’agit d’un programme interactif permettant de jouer du tambour traditionnel ou d’un écran tactile permettant de chercher des thèmes en ligne.

4La troisième partie, « The visitor experience and co-creation », est composée de quatre articles et permet d’examiner les enjeux en termes d’engagement des visiteurs et de la communauté (au sens large du terme, comme dans le cas de l’Écomusée de Seixal, et sans les implications que peut avoir le terme « communautaire » en français). Dans leur contribution, Cassidy, Fabola, Miller, Weil, Urbina, Antas et Cummins évoquent le potentiel des technologies 3D émergentes vis-à-vis des relations entre les communautés et les musées, tel qu’examiné dans le cadre du projet « EU-LAC-Museums » : « Musées et communauté : concepts, expériences et durabilité en Europe, en Amérique latine et aux Caraïbes » (Museums and community: concepts, experiences, and sustainability in Europe, Latin America and the Caribbean). Ils proposent une présentation détaillée des différentes phases du projet et de sa méthodologie, et mettent notamment en valeur ce qu’ils appellent les musées virtuels (virtual museums).

5Les trois derniers articles se penchent sur des plateformes numériques. Elisa Bonacini montre le potentiel du principe de co-création de contenus culturels visant à offrir une plus grande visibilité au patrimoine culturel d’une région, à partir du projet régional mené en Sicile et nommé « #iziTRAVELSicilia ». La chercheuse fait d’abord un état des lieux sur les travaux relatifs à la culture participative (participatory culture) avant d’aborder ce qu’elle nomme les outils numériques de dissémination de la culture. L’auteure conclut à un projet socialement, culturellement et intelligemment durable dans le domaine du patrimoine, soutenant une culture de participation narrative et de co-création impliquant les habitants autour du leur patrimoine. Victoria D. Alexander, Grant Blank et Scott A. Hale traitent des avis des utilisateurs de TripAdvisor vis-à-vis d’un échantillon de musées accrédités de Londres, et font valoir que les données générées par les utilisateurs sont un moyen efficace d’étudier les visiteurs. Analysant différents paramètres, tels que la corrélation entre les avis et 19 thèmes communs identifiés dans ces discours par les auteurs, ceux-ci démontrent que ces avis témoignent d’une tendance à considérer et à juger les musées comme des attractions. Le dernier article de cette section, écrit par Natalia Grincheva, revient sur le concours de vidéos créatives « Guggentube » de YouTube Play en 2010. Il s’agit d’une collaboration entre Google et la Fondation Guggenheim, qui reste aujourd’hui unique en termes de portée internationale. La chercheuse explique que ce projet a eu pour conséquences d’impliquer des publics à travers le monde, d’étendre les frontières tant géographiques qu’artistiques (vis-à-vis de l’art contemporain) du musée et même de s’interroger sur ce qu’est l’art.

6La dernière partie, « Book Review », est constituée d’une recension d’ouvrage par Danielle O’Donovan et Tom Lonergan, et porte en particulier sur Museum and Archive on the Move: Changing Cultural Institutions in the Digital Era, dirigé par Oliver Grau, Wendy Coones et Viola Rühse (Degruyter, 2017). Les auteurs y recommandent de lire l’ouvrage qu’ils décrivent comme pas toujours brillant, mais solide et utile pour la conception d’un musée ou d’un centre d’archives.

7Ce numéro de Museum International, présentant la manière dont les dernières innovations technologiques ont été et peuvent être mises à profit par les musées, est richement illustré en images, exemples et études de cas. Les différents auteurs parviennent à montrer qu’il est effectivement possible de faire entrer les pratiques muséales à l’âge du tout-numérique, lorsque ce n’est pas déjà fait, bien que peu mettent en avant certaines des limites et difficultés associées à leur mise en œuvre.

Haut de page

Références

Référence papier

Benjamin W. L. Derhy Kurtz, « Aedín Mac Devitt. « Museums in a digital world » »Culture & Musées, 35 | 2020, 346-348.

Référence électronique

Benjamin W. L. Derhy Kurtz, « Aedín Mac Devitt. « Museums in a digital world » »Culture & Musées [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5246

Haut de page

Auteur

Benjamin W. L. Derhy Kurtz

Avignon Université – CNE, laboratoire Culture et Communication ; Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (Irmeccen)
Courriel : benjamin.derhy-kurtz[at]univ-avignon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals