Navigation – Plan du site
Lectures

Réponse à la note de lecture de François Mairesse

André Gob
p. 355-357
Référence(s) :

Gob (André). 2019. De Rome à Paris. Retour sur l’origine du musée moderne. Liège : Presses universitaires de Liège.

Texte intégral

1La rédaction de Culture & Musées m’a proposé un dialogue avec François Mairesse à propos de la recension de mon dernier ouvrage, De Rome à Paris. Retour sur l’origine du musée moderne. Je le remercie pour cette lecture, elle est stimulante, et je saisis avec plaisir l’occasion qui m’est faite d’un échange approfondi sur une question de recherche importante, puisqu’elle touche à la genèse du musée. Cela me permet de préciser ma position sur l’un ou l’autre des points évoqués un peu rapidement dans l’ouvrage, et qu’il m’est donné de développer dans la revue.

  • 1 Voir André Gob, 2014, « Pour une autre approche de l’histoire des musées », p. 35-44 in Parlons mus (...)

2Le musée moderne apparaît au cours du xviiie siècle, et plus précisément dans sa seconde moitié. J’ai proposé de voir dans le Museo Pio-Clementino, au Vatican, créé en plusieurs phases à partir de 1771, une des toutes premières institutions qu’on peut qualifier de musée moderne. Au cœur de ce concept, on place la finalité de la nouvelle institution, inspirée de la pensée des Lumières et le rôle de la collection dans ce contexte. Il serait sot, en effet, d’ignorer que les collections rassemblées durant les décennies, voire les siècles précédents, se retrouvent largement dans les musées naissants. Elles y sont cependant investies de significations et de rôles nouveaux. J’ai dénoncé, à plusieurs reprises1, le rôle néfaste qu’a joué l’ouvrage fondateur de Germain Bazin, Le Temps des musées, en confondant, dans sa reconstruction de l’histoire des musées, ces derniers avec les collections. En assimilant le musée à ses collections, en donnant au collectionnisme une position quasi muséale, Bazin estompe, ou plutôt occulte, le caractère radicalement novateur du musée moderne. François Mairesse souligne, à juste titre, que je privilégie la rupture à la continuité. Effectivement, j’estime que le concept nouveau qui se forge dans le cadre de la pensée des Lumières, et de la société moderne et progressiste qu’elle génère, est en rupture par rapport au collectionnisme qui le précède. En outre, cette distinction radicale entre musée et collection (privée) est encore à l’œuvre aujourd’hui, notamment parce que le collectionneur n’exerce pas d’action patrimoniale – contrairement à une opinion très répandue – ni ne met en œuvre de politique en direction de la société.

  • 2 Pendant italien du rationalisme français des Lumières.

3Le Pio-Clementino est-il « le » premier musée ? La question n’a pas vraiment de sens. Il s’inscrit dans un mouvement plus large qui affecte la Grande-Bretagne, les principautés allemandes et italiennes, et, enfin, la France et les terres des Habsbourg : Londres, Oxford, Dresde, Düsseldorf, Berlin, Rome, Florence, Paris, Vienne, Munich… Je me suis efforcé de montrer en quoi le musée romain constitue une manifestation précoce de cette vision nouvelle, initiative qu’on n’attendrait pas dans un lieu, le palais du Vatican, et un contexte, celui de la Curie romaine, farouchement rétifs à l’illuminismo2.

4Parmi les institutions qui apparaissent un peu partout en Europe à ce moment, deux musées anglais font figure de précurseurs : l’Ashmolean Museum, créé à Oxford en 1683, et le British Museum, fondé en 1753. Dans mon ouvrage, je n’ai guère insisté sur ces deux musées, les qualifiant – un peu trop rapidement, estime Mairesse – d’exceptions. À ma décharge, il est vrai que mon attention portait principalement sur les musées d’antiquités, ce qu’aucun de ces deux musées n’était au xviiie siècle. Je voudrais, dans la présente note, préciser ma pensée à ce propos, singulièrement s’agissant du British Museum. Ce dernier est souvent considéré comme l’initiateur d’un « autre modèle » de musée, autre par rapport au Louvre. Récemment encore, Neil MacGregor, ancien directeur du musée londonien, insistait sur l’originalité de son institution, soulignant le fait qu’il s’agit d’un musée du Parlement et non d’un musée royal. Outre que cela le rapproche du Muséum central des arts (le Louvre initial), créé lui aussi par la décision d’une assemblée nationale, il faut remarquer que, déjà au milieu du xviiie siècle, le Parlement britannique est le siège réel du pouvoir, conjointement avec le gouvernement, après la double révolution anglaise. Le British Museum est donc bien un musée d’État, même si son mode de fonctionnement diffère grandement de son alter ego parisien (notamment sur le plan du financement).

  • 3 La séparation fonctionnelle entre le British Museum stricto sensu et la British Library n’intervien (...)
  • 4 Les collections naturalistes sont séparées par la création, à partir de 1860, du Natural History Mu (...)

5Le British Museum est formé à la suite de l’achat, par le Parlement, de l’important cabinet de sir Henry Hans Sloane, cabinet qui comprend une bibliothèque et une collection constituée principalement de spécimens d’histoire naturelle. Le tout est installé dans Montagu House, où il reste jusqu’à la construction du bâtiment actuel de Russell Square (entre 1823 et 1852). Deux éléments importants découlent de cet achat : 1) le British Museum est, à la fois, une bibliothèque et un musée, et cette situation persiste pendant plus de deux siècles3 ; 2) il s’agit d’une collection d’histoire naturelle ; l’orientation « archéologique » que l’on connaît aujourd’hui s’amorce par l’acquisition de la collection de vases grecs ramenés de Naples par lord William Hamilton en 1772, s’amplifie par la confiscation des pièces égyptiennes – dont la fameuse pierre de Rosette – rassemblées par les savants français lors de l’expédition d’Égypte, puis par l’achat de la collection Townley (1808), et se voit consacrée en 1816 lorsque le musée acquiert les marbres du Parthénon, rapportés d’Athènes par lord Elgin. Le British Museum initial est très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, toute proportion mise à part4. Il est d’autant plus différent que son accessibilité est des plus réduites, limitée aux membres du Parlement et à leurs invités.

6Voilà les raisons pour lesquelles j’ai considéré le British Museum comme un cas « exceptionnel », de même que l’Ashmolean, musée rattaché à l’université d’Oxford, certes ouvert au public, mais destiné prioritairement à l’enseignement de l’histoire naturelle, comme l’affirme le vice-chancelier de l’université lors de l’inauguration.

  • 5 Le mot est d’Athanase Lavallée, faisant fonction de directeur du musée en 1815, dans un rapport adr (...)

7Enfin, il faut considérer la fortune du modèle. Le Musée du Louvre – héritier, pour ce qui concerne les Antiques, du Museo Pio-Clementino – va faire école et susciter une muséomanie5 partout en Europe. Cette muséomanie est le signe qu’à travers les restitutions, c’est le modèle de musée moderne qui s’impose dans toute l’Europe. Même en Angleterre : Wellington, devenu Premier ministre, incite les deux grands musées londoniens, le British et la National Gallery, ouverte en 1824, à amplifier leurs collections et leur attractivité vers un large public, sur le modèle du Louvre. Il aide le British Museum à financer la construction de son nouveau siège. Malgré leur précocité – ou en raison de celle-ci –, le modèle des deux musées précurseurs anglais, qui est celui du cabinet scientifique ouvert à un public restreint, a fait long feu. Il ne se retrouve plus guère que dans certains musées universitaires.

Haut de page

Notes

1 Voir André Gob, 2014, « Pour une autre approche de l’histoire des musées », p. 35-44 in Parlons musée ! Panorama des théories et des pratiques / sous la direction de Céline Schall, Marion Colas-Blaise et Gian Maria Tore, Luxembourg, Éditions Guy Binsfeld (Openscience).

2 Pendant italien du rationalisme français des Lumières.

3 La séparation fonctionnelle entre le British Museum stricto sensu et la British Library n’intervient qu’en 1972, et la séparation physique seulement en 1997 lorsque la British Library déménage à St Pancras.

4 Les collections naturalistes sont séparées par la création, à partir de 1860, du Natural History Museum, lequel est, davantage que le British, l’héritier du musée initial créé à partir de la collection de Sloane.

5 Le mot est d’Athanase Lavallée, faisant fonction de directeur du musée en 1815, dans un rapport adressé au ministre de tutelle, le comte de Clarac, sur l’état du musée après les restitutions : « La muséomanie, monsieur le comte, s’est emparée de toute l’Europe. Il n’est pas de souverains qui ne veuillent maintenant avoir un musée à l’instar de celui de France. »

Haut de page

Références

Référence papier

André Gob, « Réponse à la note de lecture de François Mairesse »Culture & Musées, 35 | 2020, 355-357.

Référence électronique

André Gob, « Réponse à la note de lecture de François Mairesse »Culture & Musées [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5277

Haut de page

Auteur

André Gob

Université de Liège
Courriel : Agob[at]uliege.be

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals