Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Hommage à Marie-Claire Habib

Hommage à Marie-Claire Habib

Serge Chaumier, Jacqueline Eidelman et Marie-Sylvie Poli
p. 7-12

Texte intégral

1Pionnière dans les études de publics des musées, Marie-Claire Habib nous a quittés le 9 juin dernier. Elle faisait partie d’un petit groupe de chercheurs qui se sont intéressés aux musées et à leurs publics dès la fin des années 1970. Elle a tout d’abord collaboré avec le ministère de la Culture, le Centre Pompidou, le Musée d’Orsay, le Palais de la découverte. Après avoir travaillé en free-lance avec la toute jeune Cité des sciences et de l’industrie (elle avait mené une étude magistrale des publics de l’exposition Les Savants et la Révolution), elle a intégré l’établissement en 1992 en tant que chargée d’étude et de recherche. C’est au sein du Département évaluation et prospective, auprès d’Aymard de Mengin, qu’elle a œuvré pendant environ 25 ans et où elle a eu la responsabilité du pôle des évaluations muséologiques. Rattachée à la Délégation stratégie et prospective lorsque la Cité des sciences et de l’industrie a fusionné avec le Palais de la découverte pour devenir Universcience, elle a eu la charge de l’ensemble des enquêtes qualitatives. Elle a accueilli et dirigé de nombreux étudiants et stagiaires, et contribué à établir des liens solides entre cette institution et le monde académique. Elle est intervenue dans des colloques, a rédigé de très nombreuses études et publié plusieurs articles sur le sujet. Elle a pris sa retraite en 2017. C’était une amoureuse des publics qu’elle a étudiés sans relâche, avec finesse et minutie.

2Nous voudrions insister sur sa démarche si particulière qui a marqué ceux et celles qui ont œuvré dans le domaine de l’évaluation muséale. Sociologue de formation, amoureuse des sciences et des arts, Marie-Claire Habib avait développé une manière bien à elle de rendre compte des modes de réception des expositions par les publics. Son respect pour la parole des visiteurs s’enrichissait d’un constant étonnement, si ce n’est d’un émerveillement, envers ce que chacun exprimait. Reprenant à son compte le concept de bricolage méthodologique, proposé par Claude Lévi-Strauss, pour inventer et explorer des formes (elle fut, par exemple, une des premières à tenter l’enquête via l’enregistrement vidéo), elle sut marier la sensibilité et l’émotion à l’approche rationnelle pour appréhender l’expérience de visite dans sa totalité. Réfutant ce qu’Antonio Damasio nomme L’Erreur de Descartes et appliquant cette approche au domaine muséal, elle avait pour constante obsession de faire en sorte que l’on ne réduise pas à une froide logique comptable les vécus des visiteurs dans leurs découvertes, leurs partages, leurs émois.

3Pour cela, elle mettait sans cesse en garde la communauté des muséologues contre un esprit statistique étroit, détestait les approches strictement marketing qu’elle jugeait aussi aveugles qu’appauvrissantes, et pestait contre ce qu’elle considérait comme une incurie ambiante : elle, qui avait réuni une bibliothèque quasi exhaustive sur les études de visiteurs, ne comprenait pas qu’on puisse faire du passé table rase et dédaigner ce qui nous a précédés. Un positionnement capital à l’heure où les principes de rentabilité et d’optimisation sont appliqués sans recul aux institutions culturelles, et où les esprits façonnés par les sciences humaines et sociales sont de plus en plus souvent écartés des instances d’évaluation des politiques des publics ! Tout au contraire, son approche des visiteurs des musées et des centres de sciences était marquée d’un profond humanisme, tout comme son appréciation des institutions muséales et de leur organisation. Pour cela, ses leçons doivent demeurer notre bréviaire.

4Loin de tout sectarisme, ce qui n’est pas si courant en sociologie, elle savait marier Pierre Bourdieu à Michel Foucault, Michel de Certeau à Luc Boltanski, la sociologie compréhensive d’un Georges Balandier à celle d’un Erving Goffman. Hors de tout dogmatisme, elle parvenait à associer des perspectives différentes et néanmoins complémentaires, mais aussi à leur donner une profondeur qui dépassait les frontières disciplinaires. Sans doute les multiples cultures dont elle était issue avaient-elles exacerbé sa sensibilité aux problématiques des mondes éclatés et des cultures mosaïques. Sans doute ses propres itinéraires intellectuels et politiques l’avaient-ils menée du marxisme à Sigmund Freud, de Franz Kafka à Karl Popper et Ludwig Wittgenstein, de Theodor W. Adorno à Jürgen Habermas et Hartmut Rosa (elle était en outre une germaniste confirmée). Mais aussi, la physique (via Albert Einstein), la neuropsychiatrie (avec Boris Cyrulnik), la géographie et les paysages (à partir de Fernand Braudel) ou la médecine (par son histoire familiale) l’amenaient à tirer le raisonnement là où l’on ne s’y attendait pas. Clairement, elle se satisfaisait davantage de l’hybridité et de la transdisciplinarité que de l’enfermement dans un territoire clôt, une identité prescrite.

5Un autre de ses talents était d’intégrer à sa fonction de chercheure celle de chargée de relations sociales et humaines à Universcience, inventant ainsi presque un métier à part entière. Luttant contre les segmentations et les cloisonnements, elle n’avait de cesse de jouer des obliques et des transversales pour faire se rencontrer et produire des surgissements. Elle en retirait de fabuleuses réjouissances. Nous retiendrons sa manière de s’adresser à l’autre, d’une même sensibilité, d’une même voix et d’un même respect, à une petite fille de cinq ans, à un médiateur, à un agent d’entretien comme au président-directeur général ou au ministre. Signe d’une intelligence rare, ce trait de caractère, si personnel, lui permettait de réaliser des enquêtes subtiles et profondes auprès de tous les publics des expositions, qu’elle chérissait tant.

6Depuis qu’elle avait quitté son dernier poste à Universcience, en muséologue passionnée elle ne cessait de visiter des expositions et des musées, de fréquenter des théâtres, des spectacles de danse, de se rendre aux concerts, de lire, de jongler facétieusement avec certains gadgets de la culture numérique. Plus que tout, elle surprenait par son amour des plantes et des jardins. Connaisseuse hors pair des lieux de mémoire parisiens, elle aimait flâner dans les rues et nous faire découvrir leurs trésors. Jusqu’à ce funeste 9 juin 2020, elle était toujours prête à s’enthousiasmer, toujours décidée à critiquer vertement ce qui lui déplaisait, toujours en quête de nouvelles rencontres, toujours attentive à ses amis.

Haut de page

Bibliographie

Adorno (Theodor W.). 1986. Prismes. Critique de la culture et société. Traduit de l’allemand par Geneviève et Rainer Rochlitz. Paris : Payot (Critique de la politique).

Balandier (Georges). 2013. Du social par temps incertain. Paris : PUF.

Boltanski (Luc) & Thévenot (Laurent). 1991. De la justification. Les économies de la grandeur. Paris : Gallimard (NRF essais).

Bourdieu (Pierre). 2013. Manet, une révolution symbolique. Cours au Collège de France, 1998-2000. Paris : Seuil / Raisons d’agir éditions.

Braudel (Fernand). 1966. La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Paris : Armand Colin, 2 vol.

Certeau (Michel de). 1990. L’Invention du quotidien. T. 1 Arts de faire. Paris : Gallimard (Folio essais).

Cyrulnik (Boris) & Morin (Edgar). 2010. Dialogue sur la nature humaine. Paris : Éditions de l’Aube.

Damasio (Antonio). 1995. L’Erreur de Descartes. Paris : Odile Jacob.

Foucault (Michel). 1966. Les Mots et les Choses. Une archéologie des sciences humaines. Paris : Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines).

Goffman (Erving). 1974. Les Rites d’interaction. Traduit de l’anglais par Alain Kihm. Paris : Minuit (Le Sens commun).

Habermas (Jürgen). 1987. Théorie de l’agir communicationnel. T. 1 Rationalité de l’agir et rationalisation de la société. Traduit de l’allemand par Jean-Marc Ferry. Paris : Fayard.

Habermas (Jürgen). 1987. Théorie de l’agir communicationnel. T. 2 Pour une critique de la raison fonctionnaliste. Traduit de l’allemand par Jean-Louis Schlegel. Paris : Fayard.

Lévi-Strauss (Claude). 1962. La Pensée sauvage. Paris : Plon.

Popper (Karl R.). 1973. La Logique de la découverte scientifique. Traduit de l’allemand par Philippe Devaux. Paris : Payot.

Rosa (Hartmut). 2018. Résonance. Une sociologie de la relation au monde. Traduit de l’allemand par Sacha Zilberfarb et Sarah Raquillet. Paris : La Découverte.

Wittgenstein (Ludwig). 1972. Tractatus logico-philosophicus. Traduit de l’allemand par Pierre Klossowski. Paris : Gallimard (Idées).

Publications de Marie-Claire Habib (sélection)

Articles et chapitres d’ouvrages

Habib (Marie-Claire). 2016. « Quand la visite mêle interactions, jeu et apprentissage : réception et perception des enfants et des adultes de la Cité des enfants », p. 139-154 in Visiter en famille. Socialisation et médiation des patrimoines / sous la direction de Anne Jonchery et Sophie Biraud. Paris : La Documentation française (Musées-Mondes).

Habib (Marie-Claire) & Mengin (Aymard de). 2008. « Évolution des attentes des publics et capitalisation des études pour les futures expositions de la CSI », p. 77-90 in La Place des publics. De l’usage des études et recherches par les musées / sous la direction de Jacqueline Eidelman, Mélanie Roustan et Bernadette Goldstein. Paris : La Documentation française (Musées-Mondes).

Habib (Marie-Claire). 2000. « Sur quelques questions de méthode à propos des études qualitatives des publics de la Cité des sciences et de l’industrie », p. 117-132 in Les Publics des équipements culturels. Méthodes et résultats d’enquêtes. Travaux du séminaire « Pratiques culturelles et publics de la culture, 1999-2000 » / sous la direction de Olivier Donnat et Sylvie Octobre. Paris : ministère de la Culture, Département des études et de la prospective.

Mengin (Aymard de), Habib (Marie-Claire) & Chaumier (Serge). 1999. « Les trajectoires biographiques comme déterminants aux sciences et techniques », p. 99-106 in technologies/Technologie. Actes des 21es Journées internationales sur la communication, l’éducation et la culture scientifiques et industrielles / sous la direction de André Giordan, Jean-Louis Martinand et Daniel Raichvarg. Paris : Dires (JIES-Actes).

Habib (Marie-Claire). 1998. « Le musée avant le musée : représentations et intentions ». La Lettre de l’OCIM, 55, p. 45-52.

Eidelman (Jacqueline), Habib (Marie-Claire) & Roger (Michel). 1982. « Évaluation et muséologie scientifique. À propos de l’exposition Einstein, Palais de la découverte, 1979-1981 ». Revue française de pédagogie, 61, p. 45-59.

Rapports

Bigot (Régis), Daudey (Émilie), Hoibian (Sandra), Habib (Marie-Claire) & Mengin (Aymard de). 2013. La Curiosité scientifique des Français et leur désir de développer leurs connaissances. Étude réalisée en partenariat avec Universcience. Paris : Crédoc (Collection des rapports, n° 289).

Habib (Marie-Claire) (dir.). 2013. Avec les enfants à la Cité des sciences et de l’industrie. Synthèse d’études. Paris : Cité des sciences et de l’industrie, Direction des publics, Département évaluation et prospective.

Mengin (Aymard de) & Habib (Marie-Claire). 2005. Les Visiteurs de la Cité des sciences et de l’industrie : Synthèse des études réalisées de 1986 à 2004. Paris : Cité des sciences et de l’industrie, Département évaluation et prospective.

Crozon (Michel) et Habib (Marie-Claire) (dir.). 2001. Regards croisés sur neuf expositions permanentes d’Explora (jeux de lumière, sons, étoiles et galaxies, mathématiques, espace informatique, la serre, environnement, énergie). Paris : Cité des sciences et de l’industrie, Département évaluation et prospective / ENS-ULM / Cerlis (CNRS-Paris V) / Université de Bourgogne.

Habib (Marie-Claire), Chaumier (Serge) & Casanova (Laetitia). 1995. Les Accompagnateurs de la Cité des enfants : Étude des publics individuels. Paris : Cité des sciences et de l’industrie.

Eidelman, Habib & Sirota: Habib (Marie-Claire). 1990. Les savants et la révolution : une exposition-spectacle, Cité des sciences et de l’industrie. Département Évaluation et prospective, Paris.

Eidelman (Jacqueline), Habib (Marie-Claire) & Sirota (Régine). 1985. Balade en bibliothèque pour lecteurs en herbe : Étude sur la fréquentation et les usages de la Bibliothèque des enfants du Centre G.-Pompidou. Paris : Bibliothèque publique d’information, Centre Georges-Pompidou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Chaumier, Jacqueline Eidelman et Marie-Sylvie Poli, « Hommage à Marie-Claire Habib »Culture & Musées, 36 | 2020, 7-12.

Référence électronique

Serge Chaumier, Jacqueline Eidelman et Marie-Sylvie Poli, « Hommage à Marie-Claire Habib »Culture & Musées [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 novembre 2020, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5367 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.5367

Haut de page

Auteurs

Serge Chaumier

Membre du comité de lecture de Culture & Musées

Jacqueline Eidelman

Membre du comité de lecture de Culture & Musées

Articles du même auteur

Marie-Sylvie Poli

Membre du comité de lecture de Culture & Musées

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search