Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Travaux & notes de rechercheNotes de rechercheL’économie au musée. Une histoire...

Travaux & notes de recherche
Notes de recherche

L’économie au musée. Une histoire des savoirs économiques exposés

Sophie Cras
p. 186-190

Entrées d’index

Rubriques :

Notes de recherche
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce projet, mené au sein de l’équipe de recherche HiCSA à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a (...)

1À l’heure de la dématérialisation des monnaies et des transactions, l’économie apparaît comme un système essentiellement abstrait de valorisation, de circulation et d’allocation des ressources. À cet égard, on peut s’étonner de la prolifération actuelle, partout dans le monde, des musées d’économie – l’ouverture en 2019 par la Banque de France de la Cité de l’économie et de la monnaie (Citéco) en est un exemple caractéristique. Comment le musée, lieu par excellence de l’expérience visuelle, en est-il venu à accueillir l’économie, discipline fort éloignée, semble-t-il, des préoccupations sensibles et, a fortiori, esthétiques ? Quel a été le rôle de la mise en exposition de l’économie sur le plan scientifique, idéologique, mais aussi artistique et muséographique ? Depuis les expositions consacrées à l’économie lors des expositions universelles du xixe siècle, jusqu’aux musées d’économie interactifs qui connaissent aujourd’hui un véritable engouement, les dispositifs de visualisation et de monstration de l’économie ont permis de vulgariser et de légitimer la discipline et ses pratiques. Ils ont également suscité la production de formes visuelles, didactiques et spatiales originales, issues de collaborations inédites entre économistes et artistes, designers, graphistes ou photographes. Le projet « L’économie au musée : une histoire des savoirs économiques exposés » se propose d’étudier la manière dont l’économie a été mise en exposition, depuis le xixe siècle jusqu’à aujourd’hui, afin de comprendre les ressorts visuels, muséographiques et idéologiques de cette matérialisation des savoirs1.

Un objet à cerner

2Les expositions puis les musées d’économie occupent une place à part aux côtés des musées scientifiques et techniques. Ces derniers faisaient partie dès l’origine du projet patrimonial qui donna naissance aux premiers musées à la fin du xviiie siècle (Poulot, 1997). Ces institutions se développent à la faveur d’un xixe siècle technophile, pour valoriser un patrimoine conçu comme témoignage, souvent à valeur patriotique, des avancées techniques et scientifiques, et comme célébration des hommes de sciences éminents dont ils préservent les objets comme des reliques. Si elles partagent la même ambition pédagogique, les expositions d’économie n’apparaissent que durant la deuxième moitié du xixe siècle, et obéissent à une logique différente. Historiquement, elles se distinguent nettement des cabinets de médailles et des collections de numismatique. Leur vocation première n’est pas de conserver ou de montrer pièces et billets, mais de faire connaître les données et les mécanismes économiques dans un état donné de la science, de la politique et de l’actualité économiques. Les musées d’économie qui leur font suite, et se multiplient à partir du début du xxe siècle, relèvent donc moins d’un processus général de patrimonialisation que de la volonté de populariser une certaine conception de l’économie. En ce sens, ils rejoignent les « expositions didactiques » qui connurent un grand succès durant l’entre-deux-guerres (Lugon, 1998), et préfigurent un autre type de musée suscitant récemment un fort intérêt : les musées dits « de société » (Drouguet, 2015). Ils prennent en charge au moins l’une (et souvent plusieurs) des dimensions que recoupe le terme « économie » : la science économique, l’activité économique et les débats de politique économique (leur actualité et leur histoire).

3« Comment matérialiser des choses immatérielles ? Comment exposer des abstractions ? », se demandait l’économiste Émile Cheysson préparant l’exposition spéciale dédiée à l’économie sociale pour l’Exposition universelle de 1889 à Paris. Il se faisait ainsi l’écho du problème qui s’imposa à tous les organisateurs de ce type de mise en exposition :

« Si l’on n’avait dû s’adresser qu’à des économistes, à des hommes de loisir et d’étude, l’installation de l’Exposition d’économie sociale eût été facile, et eût consisté simplement à déposer sur des tables les documents […] (statuts, comptes rendus statistiques et administratifs). Mais le problème est autrement compliqué lorsqu’on veut viser le grand public et intéresser au passage ce visiteur pressé qui ne s’arrête pas à feuilleter des brochures ou des tableaux de chiffres. Ce passant, il faut le saisir par un spectacle extérieur, forcer son attention, l’obliger à regarder et à réfléchir » (Cheysson, 1889, cité par Godineau, 1989 : 79).

4Cet enjeu – concilier le sérieux et l’ambition théorique du sujet avec l’espoir de populariser les notions économiques auprès d’une foule de non-spécialistes – mena tout au long des xixe et xxe siècles à de véritables innovations visuelles et muséographiques. Tout en puisant aux productions de la visualisation statistique alors en plein essor, les organisateurs ne s’en tinrent pas à la présentation de documents tels que des tableaux et des graphiques. Objets, photographies, peintures, architectures, puis projections filmées et jeux vidéo furent mobilisés pour « forcer [l’]attention » du visiteur, comme l’écrivait Cheysson, et promouvoir les concepts et résultats de l’économie. La dimension idéologique (entre pédagogie et propagande) est incontournable, du célèbre Musée économique et social de Vienne, bastion de l’économie socialiste, fondé par Otto Neurath en 1929, au Musée de la finance américaine né à New York à la suite du krach boursier d’octobre 1987, pour relégitimer les opérations boursières auprès du grand public, en passant par l’Exposition des réussites de l’économie nationale de l’URSS, ouverte dans les années 1930.

  • 2 Notons surtout l’importante littérature sur le Musée économique et social de Vienne fondé par Otto (...)

5Si des travaux ont été ponctuellement consacrés à certains exemples de musées d’économie2, aucune étude n’existe à ce jour qui donne une perspective plus générale du phénomène. À proprement parler, ce dernier n’a pas encore été constitué comme objet de recherche ; ses contours sont encore à cerner. Historiquement, trois grandes périodes se dessinent. La deuxième moitié du xixe siècle voit la naissance et le développement des expositions d’économie, d’abord au sein des expositions universelles puis à l’occasion d’expositions spéciales, internationales ou locales. Le principe de la leçon de choses est au cœur d’un projet pédagogique centré sur une exposition d’objets et de mises en scène grandeur nature, souvent accompagnée de discours (conférences, écrits). Puis, durant la première moitié du xxe siècle, ces expositions laissent progressivement place aux musées économiques et sociaux, impliqués dans une myriade d’expositions pédagogiques souvent itinérantes. Avec plus de cohérence théorique et idéologique que leurs prédécesseurs, ils se présentent comme des lieux d’élaboration d’un contre-discours militant sur l’économie. Ils s’appuient notamment sur des innovations graphiques et photographiques, liant la forme exposée et la forme imprimée (la collaboration entre Otto Neurath et le designer graphique Gerd Arntz en est l’illustration la plus célèbre). La deuxième partie du xxe siècle, enfin, inaugure des formes de musées très éclatées. À l’heure de la désindustrialisation et de la consécration d’une économie néolibérale, les éco-musées (et plus spécifiquement encore les écono-musées, au Québec) ont repris à leur compte des dispositifs muséaux inspirés de l’ethno-anthropologie (présentation d’archives orales, démonstration de techniques en action), se faisant les conservatoires de pratiques économiques et de savoirs profanes sur l’économie, menacés de disparition. En parallèle, les musées de banque centrale se sont multipliés, accompagnant l’indépendance financière des États en période post-coloniale, et articulant à une présentation des questions et de l’histoire monétaires un discours spécifique sur l’économie. Finalement, viennent les musées dits interactifs, tels que le Museo Interactivo de Economía, à Mexico (ouvert en 2006), ou la Cité de l’économie, à Paris (2019). S’appuyant sur des médias numériques ou interactifs, et en particulier les jeux vidéo et simulations par ordinateur, ils proposent aux spectateurs une expérience directe des modèles économiques (la dynamique d’une courbe d’offre et de demande, la manipulation d’un taux directeur ou encore un dilemme de prise de décision à plusieurs). Ils manifestent ainsi l’ambition renouvelée d’une pédagogie fondée sur une vision très abstraite de la science économique.

Une contribution à trois champs de recherche

6L’hypothèse de ce projet est qu’une histoire de l’économie exposée permettrait d’offrir un éclairage inédit sur trois perspectives : (1) celle de la place des productions visuelles et plastiques dans la transmission des savoirs scientifiques, (2) celle des études muséales et de l’histoire des expositions, (3) enfin, celle de l’histoire économique et de l’histoire de la pensée économique depuis le xixe siècle.

7(1) Les recherches récentes à la frontière de l’histoire de l’art et de l’histoire des sciences ont permis de réévaluer la place décisive de l’image au sein de la formation des savoirs, en se penchant sur l’image technique comme lieu d’élaboration à la fois esthétique et scientifique (Breidbach, 2005 ; Daston & Galison, 2007 ; Bredekamp et al., 2015). Ce champ rencontre celui de l’histoire culturelle de la popularisation des sciences (Daum, 2009), des objets et de la culture matérielle (Cordez, 2018), ainsi que de l’anthropologie des sciences en société (Latour & Weibel, 2005 ; Renon, 2016). Toutefois, largement concentrée sur les sciences dites dures, la majorité de ces travaux laisse peu de place aux sciences sociales, et notamment à l’économie, à l’exception de l’histoire de la visualisation statistique (Kimball & Kostelnick, 2016 ; Debluë, 2018). Les expositions et musées d’économie se présentent comme des laboratoires de production d’images et d’objets voués à matérialiser la discipline et ses concepts aux yeux du public, et qui, quittant par la suite l’enceinte du musée, ont pu alimenter la culture visuelle par de nombreuses voies (imprimées, radio ou télédiffusées, etc.). Leur étude est celle de la rencontre entre deux champs – celui de la production visuelle ou plastique, et celui de l’économie – qui s’affectent mutuellement et produisent des innovations touchant aux deux domaines. En atteste l’étude des collaborations entre économistes et non-économistes (peintres, photographes, architectes, designers, vidéastes, commissaires d’exposition, etc.), et des excursions des économistes en dehors de leur champ d’expertise (lorsqu’ils choisissent les couleurs d’une charte graphique, commandent des bustes ou des photographies, etc.).

8(2) Ces productions visuelles et matérielles inédites font par ailleurs l’objet de dispositifs d’exposition eux aussi bien particuliers, ce qui inscrit ce projet dans le dynamisme actuel des recherches en muséologie et en histoire des expositions. De nombreux travaux récents situent le renouvellement du format muséal – dans un contexte de mondialisation – dans le basculement d’une focalisation sur les collections matérielles vers un intérêt pour l’expérience interactive du visiteur (Mairesse, 2010 ; Davidsson & Jakobsson, 2012). Ils prennent souvent appui sur les modes de monstration et de visualisation des collections a priori dénuées d’intérêt esthétique (Maas, 2013), et sur les institutions dont la vocation pédagogique suscite des innovations dans les dispositifs de médiation (Amsellem et al., 2016). Les musées d’économie sont des précurseurs trop mal connus de ces expérimentations muséographiques visant à présenter des idées davantage que des objets.

9(3) La troisième ambition du projet est de contribuer à la relecture pluridisciplinaire de l’histoire et de la pensée économiques en cours actuellement dans de nombreux champs des sciences humaines et sociales. Les expositions puis les musées d’économie épousent et révèlent les tournants politiques et les affrontements idéologiques qui ont émaillé les deux siècles derniers. Ils accompagnent aussi les moments clés de l’histoire de la discipline économique et son développement comme domaine scientifique autonome (Fourcade, 2009). La mise en exposition des savoirs est un enjeu clé d’autodéfinition d’une discipline vis-à-vis du grand public et des autorités politiques ; elle est, à ce titre, l’occasion de débats et de prises de position au sein de la communauté des économistes, qu’elle contribue à façonner. Si la question la plus pressante de l’histoire de l’économie au xxe siècle est certainement celle de sa trajectoire vers une mathématisation et une standardisation croissante (McCloskey, 1985, 1994 ; Porter, 1995), il semble fructueux d’explorer les formes multiples et parfois conflictuelles de matérialisation d’une discipline conçue comme de plus en plus abstraite.

10Après cette première délimitation des objets d’études et des enjeux méthodologiques, beaucoup reste à faire. Des recherches importantes sont encore nécessaires pour mettre au jour les sources, iconographiques notamment, indispensables à l’analyse de ces mises en exposition de l’économie. Généralement éphémères, presque toujours dispersées ou détruites, ces collections et ces expositions souffrent du sort souvent réservé aux petits musées dénués d’objets précieux, comme aux institutions atypiques, privées ou publiques, qui tendent à échapper aux politiques de conservation et de valorisation des archives. Les retrouver et les rendre accessibles est pourtant essentiel si l’on veut restituer la richesse et la diversité des expériences conduites au musée, dans l’histoire et pour le présent.

Haut de page

Bibliographie

Amsellem (Rebecca), Chambaud (Serge) & Poulot (Dominique) (dir.). 2016. Cahiers d’histoire du CNAM, 5, « Les musées scientifiques et techniques innovent : nouvelles expériences, nouvelles médiations ».

Battle-Baptiste (Whitney) & Rusert (Britt) (dir.). 2018. W. E. B. Du Bois’s Data Portraits. Visualizing Black America. The Color Line at the Turn of the Twentieth Century. New York, Princeton Architectural Press.

Bredekamp (Horst), Dünkel (Vera) & Schneider (Birgit). 2015. The Technical Image: A History of Styles in Scientific Imagery. Chicago : The University of Chicago Press.

Breidbach (Olaf), 2005. Bilder des Wissens: Zur Kulturgeschichte der wissenschaftlichen Wahrnehmung. Munich : Wilhelm Fink Verlag (Bild und Text).

Burke (Christopher). 2013. « The Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum in Wien [Social and Economic Museum of Vienna], 1925-1934 », p. 21-102 in Isotype: Design and Contexts, 1925-1971 / sous la direction de Christopher Burke, Eric Kindel et Sue Walker. Londres : Hyphen Press.

Cordez (Philippe). 2018. « Object studies in art history. Research perspectives », p. 19-30 in Object Fantasies: Experience & Creation / sous la direction de Philippe Cordez, Romana Kaske, Julia Saviello et Susanne Thürigen. Berlin : De Gruyter.

Daston (Lorraine) & Galison (Peter). 2007. Objectivity. New York : Zone Books.

Daum (Andreas W.). 2009. « Varieties of popular science and the transformations of public knowledge: some historical reflections ». Isis, 100(2), p. 319-332.

Davidsson (Eva) & Jakobsson (Anders) (dir.). 2012. Understanding Interactions at Science Centers and Museums: Approaching Sociocultural Perspectives. Rotterdam, Boston : Sense Publishers.

Debluë (Claire-Lise). 2018. « De l’“image numérique” à la photographie. Exposer les savoirs statistiques au tournant du xxe siècle ». Transbordeur, 2, p. 54-65.

Drouguet (Noémie). 2015. Le Musée de société. De l’exposition de folklore aux enjeux contemporains. Paris : Armand Colin (U, Sciences humaines et sociales).

Étienne (Noémie). 2020. Les Autres et les Ancêtres. Les dioramas de Franz Boas et d’Arthur C. Parker à New York, 1900. Dijon : Les Presses du réel (Œuvres en sociétés).

Fourcade (Marion). 2009. Economists and Societies. Discipline and Profession in the United States, Britain, & France, 1890s to 1990s. Princeton : Princeton University Press

Godineau (Laure). 1989. « L’économie sociale à l’Exposition universelle de 1889 ». Le Mouvement social, 149, p. 71-87.

Horne (Janet). 2002. A Social Laboratory for Modern France. The Musée social and the Rise of the Welfare State. Durham, Londres : Duke University Press.

Kimball (Miles A.) & Kostelnick (Charles). 2016. Visible Numbers: Essays on the History of Statistical Graphics. Oxon, New York : Routledge.

Latour (Bruno) & Weibel (Peter). 2005. Making Things Public: Atmospheres of Democracy. Cambridge : The MIT Press.

Lewis (David Levering) & Willis (Deborah). 2003. A Small Nation of People: W. E. B. Du Bois and African American Portraits of Progress. New York : Amistad.

Lugon (Olivier). 1998. « La photographie mise en espace : les expositions didactiques allemandes (1925-1945) ». Études photographiques, 5, p. 97-118.

Maas (Ad). 2013. « How to put a black box in a showcase: history of science museums and recent heritage ». Studies in History and Philosophy of Science, 44(4), p. 660-668.

Mairesse (François). 2010. Le Musée hybride. Paris : La Documentation française.

McCloskey (Deirdre N.). 1985. The Rhetoric of Economics. Madison : University of Wisconsin Press.

McCloskey (Deirdre N.). 1994. Knowledge and Persuasion in Economics. Cambridge, New York : Cambridge University Press.

Porter (Theodore M.). 1995. Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life. Princeton : Princeton University Press.

Poulot (Dominique). 1997. Musée, nation, patrimoine, 1789-1815. Paris : Gallimard.

Renon (Anne-Lyse). 2016. Design et esthétique dans les pratiques de la science. Thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page

Notes

1 Ce projet, mené au sein de l’équipe de recherche HiCSA à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a débuté en 2018 par une série d’ateliers collectifs grâce à un financement de lancement par la politique scientifique de l’université. Ces ateliers, conduits en partenariat avec Claire-Lise Debluë (et le soutien de l’Université de Lausanne), ont réuni des historiens de l’art, des muséographes, des économistes, des sociologues et des anthropologues de l’économie afin de défricher les questions ouvertes par le sujet. Ils doivent se poursuivre encore deux ans, jusqu’en 2022.

2 Notons surtout l’importante littérature sur le Musée économique et social de Vienne fondé par Otto Neurath, notamment : Burke (2013). Voir également le travail réalisé sur l’Exposition d’économie sociale à l’Exposition universelle de Paris en 1889, qui donna naissance au Musée social (Godineau, 1989 ; Horne, 2002). Notons aussi L’Exposition des Nègres d’Amérique, organisée par W. E. B. Dubois dans une petite section du Palais de l’économie sociale de 1900, qui a fait l’objet d’un regain d’attention notable ces dernières années (Lewis & Willis, 2003 ; Battle-Baptiste & Rusert, 2018 ; Étienne, 2020 : 126-127).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Cras, « L’économie au musée. Une histoire des savoirs économiques exposés »Culture & Musées, 36 | 2020, 186-190.

Référence électronique

Sophie Cras, « L’économie au musée. Une histoire des savoirs économiques exposés »Culture & Musées [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 novembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.5772

Haut de page

Auteur

Sophie Cras

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Sophie Cras est maîtresse de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur les intersections entre le champ de l’art et celui de l’économie. Son premier livre, L’Économie à l’épreuve de l’art. Art et capitalisme dans les années 1960 (Les Presses du réel, en coédition avec le Centre allemand d’histoire de l’art, 2018), a reçu plusieurs récompenses, dont le prix Olga Fradiss. Il a été publié en version anglaise sous le titre The Artist as Economist. Art and capitalism in the 1960s (Yale University Press, 2019).
Courriel : sophie.cras[at]univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search