Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36LecturesYves Winkin. 2020. Ré-inventer le...

Lectures

Yves Winkin. 2020. Ré-inventer les musées ?

Florence Andreacola
p. 226-228
Référence(s) :

Winkin (Yves). 2020. Ré-inventer les musées ? Paris : MkF éditions (Les Essais médiatiques).

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage d’Yves Winkin intitulé Ré-inventer les musées ? propose sous une forme éditoriale originale douze rituels de communication inédits entre les musées et leurs publics. Ce recueil de propositions concrètes est à destination des responsables de musées, des médiateurs ou encore des étudiants qui se destinent à innover dans le champ muséal. Il ne s’agit pas d’un manuel, bien qu’il soit nourri d’idées, d’exemples pratiques de médiations culturelles et de politiques muséales ; ni d’un essai à proprement parler, même s’il nous livre, en trois parties, une conception renouvelée du musée. L’ouvrage invente un principe de présentation de douze rituels (l’auteur est anthropologue de la communication) qui sont autant de mises en récit de douze expériences muséales fabriquées pour soutenir le concept de ré-invention du musée. Chaque rituel est accompagné « en filigrane » d’un commentaire de l’auteur. Ce commentaire situe le contexte et discute les enjeux de chacune des douze propositions. Il est enrichi de références pour expliciter la dimension rituelle des événements décrits dans le récit du rituel.

2Tous les rituels sont rédigés sous une forme narrative afin de captiver le lecteur, ce qui évite l’effet mode d’emploi ou la lourdeur d’une note descriptive. Conformément à ce choix de mise en récit, le premier rituel qu’Yves Winkin nous invite à découvrir est le musée à l’aube. Le dernier rituel se déroule le soir, dès la nuit tombée. Entre ces deux moments, on explore des configurations nouvelles pour vivre le musée et construire une expérience culturelle dans laquelle les visiteurs et le musée communiquent entre eux, au sens anthropologique du terme.

3Le premier rituel a donc lieu tôt le matin, avant l’ouverture habituelle au public. Dans un cérémonial doux et silencieux, les quelques groupes de visiteurs présents pour ce rendez-vous sont amenés à expérimenter différents ateliers comme ceux qui sont souvent désignés et proposés comme des ateliers pédagogiques. Dans le scénario d’Yves Winkin, le musée apporte un soin particulier à la mise en place de ces ateliers : une entrée silencieuse, une répartition dans les groupes à l’aide de gestes et de codes, des interactions fluides et la création d’un moment d’échange entre les différents groupes pour clôturer un moment qui semble hors du temps. L’objectif de l’auteur semble être ici de faire voir les leviers subtils qui permettent de passer d’une offre de médiation classique à une expérience collective vécue au musée.

4Le deuxième rituel que nous décrit l’auteur repose sur un principe simple : donner au visiteur la possibilité de changer d’habits lors de sa visite. Évidemment, le personnel de musée joue le jeu. Cela crée pour l’auteur de nouvelles formes de complicité, car les costumes induisent des situations drôles. Ce scénario de visite permet à Yves Winkin de décrire les bénéfices du « décadrage/recadrage » tel que l’aborde le sociologue Erving Goffman (p. 46) et ses effets sur les relations qui peuvent se tisser entre les visiteurs et l’institution.

5Ensuite, à l’aide d’un objet a priori banal, le parapluie, l’auteur nous raconte un troisième rituel basé sur des formes de participation des publics. L’objet de ce rituel consiste à inviter les visiteurs à faire don d’un parapluie au musée. S’ensuivent, graduellement et à partir de cet acte d’engagement peu coûteux, différentes activités de participation plus engageantes pour les visiteurs, jusqu’à les impliquer sur le terrain de l’actualité politique. Grâce à ce rituel, Yves Winkin traite de la question du rôle du musée et de sa légitimité à aborder des sujets sensibles d’actualité, des thèmes qui font l’objet de débats dans l’espace public. Ainsi pose-t-il la question des responsabilités sociales, politiques et écologiques du musée.

6Le quatrième rituel est l’occasion, à première vue, de faire sortir des collections dans la rue grâce à la création d’une procession. La proposition n’est finalement pas si iconoclaste, car il s’agit plutôt d’une procession dédiée au musée et à ses collections. Entre le pèlerinage et l’exposition publique, Yves Winkin nous décrit la figure et la profession de dramaturges urbains qui imaginent ces formes de déambulation collective.

7Le dépaysement continue avec la cinquième proposition de rituel. L’auteur imagine faire entrer les animaux au musée. L’ambition est ici de casser l’entre-soi humain pour l’ouvrir aux animaux, potentiels cohabitants de ces espaces. En ce sens, il dépasse l’approche écologique centrée sur l’empreinte environnementale et s’oriente vers une reconsidération des interactions entre les êtres vivants.

8Et si la nature animale entre au musée, pourquoi ne pas construire quelques cabanes en guise de point d’observation ? C’est l’objet du sixième rituel consacré à la description d’une scénographie d’exposition qui présente des cabanes au sein desquelles les visiteurs pourraient observer tranquillement les objets du musée. Yves Winkin souhaite provoquer des formes plus intenses d’appropriation par la création d’espaces intimistes : des cabanes de toutes formes, plus ou moins frustes, qui abriteraient des vitrines, des œuvres, des visiteurs.

9Le septième rituel est l’occasion de changer radicalement de décor. Il décrit l’expérience d’une visite multisensorielle intense, voire radicale. Afin d’entrer au musée, le visiteur est invité à marcher dans l’eau, puis à s’enfoncer dans le sable et à parcourir des salles plongées dans une brume épaisse. L’ensemble du parcours évoque les installations d’artistes contemporains comme Ann Veronica Janssens ou encore Cildo Meireles qui recréent des atmosphères et des décors qui brouillent les représentations et les sens du visiteur-expérimentateur. Dans ce contexte, Yves Winkin inscrit le rôle de médiateur au centre du rituel, car il accompagne les visiteurs dans l’acceptation et la compréhension de ces formes inédites d’interaction.

10Le huitième rituel suggère de réinventer la fête au musée par l’organisation d’un simulacre de mariage entre la carpe et le lapin. Grâce au recours à l’absurde et à l’humour, les visiteurs choisissent d’être de la famille de la carpe ou du lapin pour se vêtir en conséquence le jour de la cérémonie.

11Le neuvième rituel n’a pas lieu au musée mais dans la forêt. Il dure le temps d’un week-end et est destiné à un petit nombre de visiteurs accompagnés par un spécialiste. L’expérience ici décrite vise une découverte sensible de la nature à l’aide de petits artifices, comme des arbres qui se mettent à parler. L’objectif d’Yves Winkin semble être ici de transposer à la forêt la fonction de conservation du patrimoine, primordiale à tout musée.

12Faire sortir les objets des réserves, les toucher, les prêter, non pas à une autre institution mais aux visiteurs, et pas à n’importe quels visiteurs mais à des enfants, telle est la proposition de ce dixième rituel. Dans ce cas, il s’agit de confier des marionnettes à des enfants. Leur mission est d’en prendre soin et d’inventer l’histoire de la marionnette qui leur a été confiée. L’enjeu de cette expérience est de bousculer le rapport à l’objet et de créer des liens d’attachement forts entre l’enfant et l’objet. Dans ce rituel, l’histoire de l’objet, sa biographie, se nourrit du conte.

13Le onzième rituel nous amène dans un musée décrit comme un palace ou un magasin de luxe par la mise en place de petites attentions, d’un soin apporté aux détails, aux tenues et à la recherche de plus de confort. Ce rituel met en évidence l’importance de l’atmosphère d’un lieu et les éléments à la fois matériels et relationnels par lesquels elle se matérialise. Ce rituel permet de garder captifs les visiteurs en leur ôtant l’idée de rentrer chez eux après avoir visité une exposition afin qu’ils continuent de profiter de ce lieu agréable et chaleureux. Le « musée redevient bien un temple dédié à la célébration de chacun par chacun » (p. 135).

14C’est par une visite nocturne que s’achève la présentation de ces douze rituels. Le musée est plongé dans le noir et le silence, et la visite se déroule à la lueur d’une lanterne. Six parcours sont proposés pour découvrir le musée à la bougie. À la fin des parcours, les participants peuvent se retrouver pour échanger après avoir été séparés en six groupes. Chacun peut alors raconter l’expérience étonnante qu’il vient de vivre dans une atmosphère douce, protectrice, un moment qui se veut, là encore, hors du temps.

15Dans l’avant-dernière partie de son ouvrage, intitulée « Ouverture », Yves Winkin s’appuie sur les modèles de changement tels qu’ils ont été théorisés par la psychothérapie systémique de l’école de Palo Alto. Deux approches sont possibles : produire des changements dans le système ou des changements de système. Il déploie une critique fondée de l’hégémonie de l’objet de collection pour les musées en France et des conséquences de ce statut sur la vie de l’institution. S’appuyant souvent sur le Rapport de la mission Musées du xxie siècle1, il propose trois modes de changement : suspendre les routines en arrêtant le système de formation et de recrutement par concours ; désencastrer l’institution en donnant une place juste aux communautés d’où viennent les musées et leurs collections ; redécouvrir le projet écomuséal toujours d’actualité comme modèle de changement de système.

16Enfin, l’ouvrage est enrichi par un dialogue mené avec Milad Doueihi pour interroger les relations entre numérique et musée. Sont alors abordées des pistes fécondes sur les notions d’interface, de patrimoine numérisé, de matérialité des objets. Plus largement, c’est la façon dont la culture numérique reconfigure la relation des visiteurs au musée qui est discutée.

17Dans cet ouvrage, Yves Winkin réussit une analyse fine et documentée du paysage muséal actuel, de ses enjeux et des problématiques qui le traversent, sans tomber dans les travers de l’essai théorique difficile à suivre. S’il y parvient, c’est sans doute grâce à son choix d’écriture qui relève du storytelling : mettre en récit un propos pour accrocher l’attention du lecteur. L’ensemble de ces rituels forme plus qu’une anthologie de scénarios de médiation, car l’ambition est d’amorcer une réflexion profonde sur le rôle et les missions d’un musée d’aujourd’hui grâce à des décadrages et recadrages de la communication vivante entre le musée et ses publics.

Haut de page

Notes

1 Le rapport remis par Jacqueline Eidelman en mars 2017 est consultable en ligne : https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/Rapport-de-la-mission-Musees-du-XXIe-siecle2 [consulté le 18 août 2020].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Andreacola, « Yves Winkin. 2020. Ré-inventer les musées ? »Culture & Musées, 36 | 2020, 226-228.

Référence électronique

Florence Andreacola, « Yves Winkin. 2020. Ré-inventer les musées ? »Culture & Musées [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 novembre 2020, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.5842

Haut de page

Auteur

Florence Andreacola

Université Grenoble Alpes
Courriel : florence.andreacola[at]univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search