Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Visites d’expositionsVisite du Musée Ghibli, à Tokyo

Visites d’expositions

Visite du Musée Ghibli, à Tokyo

Marie-Sylvie Poli
p. 237-240

Entrées d’index

Rubriques :

Visites d'expositions
Haut de page

Notes de l’auteur

Cette chronique de visite a été écrite lors d’un voyage en octobre 2019, avant que l’épidémie de coronavirus impose les fermetures des frontières, l’arrêt brutal des voyages internationaux et la fermeture des musées partout dans le monde.

Texte intégral

1La visite de musée, cette expérience particulière entre loisir et culture, s’est associée à l’idée même du voyage ces dernières décennies. Ainsi le touriste est-il devenu visiteur potentiel, cible des médias de masse et de la publicité qui, appréciant impudemment l’angoisse de la routine et de l’ennui de nos contemporains, nous incitent à tout bout de champ à voyager toujours plus, à toujours visiter plus de musées. Convenons que cette injonction au voyage muséal procure bien des découvertes et bien du plaisir. Étrangement pourtant, certaines expériences de visite nous laissent troublés, vacillants. Pourquoi ?

2Si, comme nous le postulons en muséologie, l’expérience de visite d’un musée atteint nos sens, nos émotions et notre intellect, la sémiologie peut nous éclairer pour saisir, même à partir d’un rapide compte rendu de visite comme celui-ci, notre plaisir à saisir les arcanes du musée d’ailleurs. Je ne convoque pas ici la sémiologie en général, mais cette science du signe subtile et poétique que nous livra Roland Barthes dans son ouvrage consacré au Japon, L’Empire des signes :

« Je ne regarde pas amoureusement vers une essence orientale, l’Orient m’est indifférent, il me fournit simplement une réserve de traits dont la mise en batterie, le jeu inventé, me permettent de “flatter” l’idée d’un système symbolique entièrement dépris du nôtre (Barthes, 1980 : 7). »

  • 1 Des centaines de longs métrages et de courts métrages d’animation ont été créés par ce studio qui p (...)

3Pour évoquer le système symbolique en question, je vous emmène au Musée Ghibli. Situé à Mitaka, dans la banlieue de Tokyo, il fait partie de ces musées de renommée internationale dont le nom suffit à provoquer l’engouement des passionnés des films d’animation de Hayao Miyazaki et des amateurs de musées de marque. Car le Musée Ghibli est le musée de marque du studio d’animation japonais Ghibli, fondé par Hayao Miyazaki et Isao Takahata en 19851.

4Revenons à Barthes qui, si on suit le fil de sa pensée, nous inviterait à considérer que pour le primovisiteur français – tout pétri de sa culture muséale européenne et par ailleurs étranger à la langue et aux codes de l’esthétique japonaise –, la visite de ce musée équivaut à une plongée dans un univers de signes étrangers, à une aventure muséale en rupture avec ses horizons d’attente :

« Cette situation est la même où s’opère un certain ébranlement de la personne, un renversement des anciennes lectures, une secousse du sens, déchiré, exténué, jusqu’à son vide insubstituable, sans que l’objet cesse jamais d’être signifiant, désirable » (ibid. : 10).

5Or il faut dire que contrairement à ce que pourrait inciter à penser cette séduisante hypothèse barthésienne, lors de ma visite au Musée Ghibli, rien ne m’a réellement surprise ; rien n’a chamboulé mes représentations du musée de marque ou du musée d’artiste. J’étais comme en terrain connu. Probablement parce que du temps a passé depuis la parution de L’Empire des signes et que nos imaginaires se sont acclimatés aux images et aux représentations du Japon. Les hypothèses de cette adaptation symbolique sont multiples.

6La faute au cinéma qui nous a permis de découvrir tant de films japonais ? La faute aux mangas qui ouvrent leurs colonnes et leurs doubles pages aux dessins et au graphisme japonais ? La faute au cinéma d’animation japonais dont le succès auprès des jeunes publics français ne cesse de croître ? La faute à la littérature dont les œuvres romanesques nous immergent dans l’imaginaire et la dramaturgie japonaise ? La faute aux réseaux sociaux numériques, aux jeux vidéo, aux chaînes de télévision qui, sur le web, diffusent un Japon numérique plus vrai que nature ? Tout cela à la fois. Ainsi, lors de ma visite du Musée Ghibli, me suis-je sentie en terrain connu tant j’y ai retrouvé, certes traité à la mode japonaise contemporaine, l’archétype de la scénographie du musée immersif à l’occidentale.

7Voilà qui mérite quelques explications car, au final, visiter ce musée a provoqué chez moi des expériences singulières. Une expérience culturelle puisque les textes sont écrits en japonais et que les registres sémiotiques visuels et sonores sont japonais, car le musée a été pensé avant tout pour un public familial nippon. Une expérience muséographique puisque chaque espace du parcours rivalise d’inventivité scénographique et de créativité esthétique en tentant de stimuler tous nos sens. Une expérience immersive puisqu’une fois arrivé dans le hall d’accueil, surplombé d’une rotonde peinte de décors fantastiques, vous plongez malgré vous dans des ambiances aussi poétiques que savantes (présentation explicative des techniques cinématographiques), aussi raffinées que pédagogiques. Une expérience sociale car les visiteurs avec lesquels vous cheminez, la plupart japonais, venus en famille, en couples, en visites scolaires, ne cessent de s’extasier, de rire, de se congratuler, d’admirer le moindre petit objet, la moindre planche de dessins, la moindre maquette animée. On perçoit un véritable culte populaire dédié au maître Miyazaki. Une expérience architecturale car le bâtiment déploie une salle de cinéma, des salles d’expositions temporaires, une exposition permanente, une pièce dédiée à une énorme peluche du « Chat-bus » dans laquelle les enfants pénètrent et s’amusent, un café au décor Ghibli, une librairie-bibliothèque, une boutique dans laquelle les visiteurs achètent beaucoup de souvenirs des plus grands succès du Studio Ghibli, comme Mon voisin Totoro (1988), Princesse Mononoké (1997) ou Le Voyage de Chihiro (2001). Une expérience psychologique puisqu’au début du parcours, un panneau dit en substance ceci :

« Adulte ou enfant, vous entrez dans le monde merveilleux de Miyazaki, ne cherchez pas à maîtriser vos émotions, laissez-vous aller au sourire, succombez à la magie de l’univers du cinéma d’animation Ghibli. »

8Comment expliquer que, effectivement, je me sois laissé séduire et que la magie ait opéré alors que, muséologue avertie, j’ai reconnu au fil des salles toutes les astuces du storytelling et tous les trucs des parcs d’attractions ou des musées de marque à visée commerciale ? Rien, absolument rien n’est laissé au hasard. Un design que je qualifierais de « design Ghibli » s’empare du moindre signe et du moindre objet (robinetterie dans les toilettes, plaques d’évacuation des eaux usées, vitraux des fenêtres, escaliers, ascenseur, décor du café-restaurant, décors du jardin, et tant d’autres détails raffinés). Le design graphique est pareillement maîtrisé de bout en bout (tickets d’entrée, panneaux, cartels, affiches, consoles de jeu, écrans, moquettes, vitraux). Bref, l’œil ne lit et ne voit que du « design Ghibli ».

9Au premier niveau du bâtiment, les reproductions de personnages des films du Studio Ghibli accompagnent les visiteurs tout au long du parcours. Les figurines et les scènes des films connus des amateurs scandent les cimaises, envahissent l’espace. De superbes maquettes équipées de mécanismes sophistiqués expliquent la mise en mouvement des images dans le cinéma d’animation de Miyazaki.

10Le second niveau est dédié à la reconstitution des pièces de travail de Hayao Miyazaki. L’ambiance y est intimiste. Des centaines d’ouvrages d’art, de science et de technique présentés sur des rayonnages de bibliothèques racontent que l’artiste est un grand amateur de livres, féru de littérature et de cinéma, qu’il maîtrise autant la culture nipponne que la culture occidentale. On nous met dans le secret de la création : planches de dessins en cours sur le bureau, pots de couleurs, pinceaux, brosses et crayons par centaines, plateau-repas, théière et fruits, chaussons d’intérieur et tablier d’artisan, estampes et toiles au mur. Nous sommes comme invités dans l’atelier de Miyazaki. Je pourrais continuer longtemps à témoigner de ma facilité à pénétrer cet univers muséal tant le Musée Ghibli satisfait l’horizon d’attente du visiteur occidental.

11Alors, doit-on lire de la déception dans ce récit de ma découverte du Musée Ghibli qui, loin de me faire vivre une expérience de visite inédite lors de ce premier séjour au Japon, a confirmé ce que Ji Young Park (2017) a démontré dans sa thèse sur les musées coréens, que le pattern muséographique occidental a imprégné le champ muséal asiatique ? Je dirais de manière plus nuancée que la visite de ce musée emblématique de la culture cinématographique japonaise contemporaine confirme que les effets de la mondialisation ont atteint les registres du champ muséal (architecture, scénographie, attention portée aux publics, design muséographique, communication numérique) à un point tel que le touriste visiteur peut se sentir partout en « musée connu ». Mais je dirais également, et c’est essentiel, que je n’ai pas percé tous les mystères que le Musée Ghibli renferme pour une muséologue française, encore béotienne en valeurs et en codes nippons.

12Tout d’abord, même si j’ai saisi que les éclairages tamisés de l’ensemble du musée, qui placent fréquemment le visiteur dans l’ombre, traduisent cette Éloge de l’ombre merveilleusement exprimée par Junichirô Tanizaki (2011), je perçois bien que je n’ai pas apprécié à leur juste valeur la beauté des jeux d’ombre et de lumière qui réussissent à mettre en valeur les expôts en les rendant difficilement visibles. De la même manière, je sais que je suis restée étrangère à la plupart des références shintoïstes qui fourmillent dans les réalisations du Studio Ghibli et qui font battre le pouls du musée. Les films de Miyazaki pullulent de références aux croyances qui datent de l’histoire ancienne du Japon. Si la confusion poétique qu’il tisse résolument dans son œuvre entre les personnages humains et non humains parle directement au cœur des publics japonais élevés dans les croyances polythéistes et animistes, elle laisse le visiteur européen en marge du voyage au pays des imaginaires shintoïstes.

13Enfin, il faut dire encore et encore que le manque cruel de traduction des textes écrits en calligraphie japonaise laisse le visiteur occidental livré à son ignorance des subtilités de la muséographie, dans une certaine solitude émotionnelle, face à un vide de sens : « c’est de ce vide que partent les traits dont le zen, dans l’exemption de tout sens, écrit les jardins, les gestes, les maisons, les bouquets, les visages, la violence » (Barthes, 1980 : 10).

Haut de page

Bibliographie

Barthes (Roland). 1980. L’Empire des signes. Paris : Flammarion (Champs) [1re édition : 1970. Genève : Éd. Albert Skira (Les Sentiers de la création)].

Park (Ji Young). 2017. Musée national d’art coréen, un dispositif de transmission de valeurs et de connaissances des arts coréens : Analyse muséologique de la mise en exposition de « sarangbang » aux musées nationaux en République de Corée. Thèse en sciences de l’information et de la communication, Université d’Avignon, en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01701378/document [consulté le 19 août 2020].

Tanizaki (Junichirô). 2011. Éloge de l’ombre. Traduction du japonais de René Sieffert. Lagrasse : Verdier [1re édition en langue originale : 1933].

Haut de page

Notes

1 Des centaines de longs métrages et de courts métrages d’animation ont été créés par ce studio qui produit désormais aussi des téléfilms et des jeux vidéo « dans l’esprit Miyazaki ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Sylvie Poli, « Visite du Musée Ghibli, à Tokyo »Culture & Musées, 36 | 2020, 237-240.

Référence électronique

Marie-Sylvie Poli, « Visite du Musée Ghibli, à Tokyo »Culture & Musées [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 novembre 2020, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.5876

Haut de page

Auteur

Marie-Sylvie Poli

Avignon Université, laboratoire Culture et Communication
Courriel : marie-sylvie.poli[at]univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search