Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Travaux & notes de rechercheComptes rendus de thèseLa voie de l’inclusion par la méd...

Travaux & notes de recherche
Comptes rendus de thèse

La voie de l’inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel

Muriel Molinier
p. 214-217
Référence(s) :

Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry - Montpellier 3, soutenue le 9 décembre 2019. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02893130/

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme de problématique désigne ici l’ensemble des questions, des problèmes posés par une situati (...)

1L’enracinement social du musée, sa volonté de démocratisation, font de lui un territoire privilégié pour observer la mise en place de l’inclusion dans la société. Dès la fin des années 1980, les musées cherchent à ouvrir leur offre de médiation à des publics fragilisés par des problématiques1 médicales, sociales ou médico-sociales. Or, si des postes dédiés sont depuis créés au sein des services des publics, il ne semble pas y avoir dans les musées de spécialistes formés aux problématiques de ces publics pour concevoir ou adapter les dispositifs. Comment sont alors prises en compte les problématiques dans la médiation ? Nous questionnons les processus de médiation et d’inclusion, et leur lien avec les publics : comment l’inclusion influence la médiation ? Comment la médiation participe à l’inclusion ? Comment passer d’une médiation pour des publics exclus, catégorisés, à une médiation universelle ? Car si l’intégration est la réponse à des besoins spécifiques, l’inclusion, plus exigeante, se doit selon nous d’aborder l’aspect universel de la médiation.

2Pour interroger l’offre de médiation à destination des publics fragilisés, nous avons élaboré une méthode de recherche compréhensive où les questionnements sont issus du terrain. Afin d’être représentatifs des trois secteurs médicaux, sociaux et médico-sociaux, et dans l’objectif de globaliser les approches envers les publics fragilisés, nous avons ciblé respectivement trois publics fréquemment visés par l’offre muséale : les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les personnes en apprentissage du français et les personnes déficientes visuelles. Nous avons observé 28 dispositifs de médiation, interrogé 25 médiateurs et personnes non issues des professions muséales, dans six musées des beaux-arts : Musée des Augustins (Toulouse), Musée du Louvre-Lens, Musée du Louvre (Paris), Musée Fabre (Montpellier), Musée des beaux-arts de Montréal, Museum of Modern Art (New York).

Médiation universelle transversale & public universel

  • 2 Selon la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la ci (...)

3Si l’inclusion sociale se construit en opposition à l’exclusion sociale, il ne suffit pas d’inverser le processus, par une simple marche arrière, mais de franchir plusieurs étapes (Unesco, 2006). Il s’agit donc de revoir intégralement un fonctionnement de pensée : après le refus engendrant l’exclusion vient l’acceptation par le bénévolat et la charité, concourant à la ségrégation ; puis la compréhension permet l’intégration, limitée cependant par une réponse à des besoins spécifiques ; enfin, le savoir (donc une réelle connaissance) ouvre sur l’inclusion, par une vision universelle. La distinction majeure nous semble être la nuance fondamentale entre intégration et inclusion. Par l’intégration, donc en se limitant à des adaptations à des besoins spécifiques qu’il faut justifier, la société demande aux personnes de faire des efforts pour adhérer à une norme supposée. Par l’inclusion, qui impose une modification des mentalités, la société considère un tout et se met à la portée de tous2. Inclure nécessite de sortir de la vision des personnes comme étant spécifiques, désignées, sectorisées, pour les considérer comme faisant partie de la cible principale.

4Sur notre terrain, nous distinguons les réponses intégratives, majoritaires (la médiation est fragmentée par publics et adaptée morceau par morceau) et les réponses inclusives, émergentes (la médiation est repensée dans son intégralité en conception universelle). La conception universelle, née dans les années 1980, vise à prendre en compte dans l’architecture et le design les besoins de tous les usagers. Elle anticipe ainsi les différentes situations de handicap et les difficultés latentes de toute la population. Une première faille dans sa transposition au musée est que la conception universelle ne semble pas toujours s’appliquer strictement pour viser la création (et l’innovation) d’un dispositif de médiation unique. De plus, si l’exclusion est sociétale, l’inclusion cible le champ du handicap. Or, l’universalité qui en découle semble toucher toute la population. De ce fait, l’inclusion ne peut concerner une seule catégorie de public, elle s’ouvre de notre point de vue à tous les publics fragilisés : le musée, comme la société, ne doit pas créer de situation de handicap ni d’exclusion. Ainsi, il nous paraît nécessaire de poursuivre le questionnement de la conception universelle mise en œuvre au musée et appliquée à la médiation. Si elle répond à des besoins universels, embrasse-t-elle l’ensemble des publics ? Ou bien faut-il augmenter la cible de publics fragilisés pour identifier et combler plus de besoins universels ?

5Concrètement, nous avons observé que les médiations intégratives à destination des publics relevant de l’accessibilité ou du champ social sont souvent basées sur des fonctionnements similaires (programmes spécifiques proches, co-construction avec l’accompagnateur, sensibilisation à la médiation culturelle de ces relais). Néanmoins, il peut intervenir certains blocages lorsqu’il est question d’en penser la « transversalité », c’est-à-dire de dépasser le clivage handicap / champ social en proposant une même médiation à ces publics. Cependant, l’intuition d’inclure comme cible les publics du champ social dans cette réflexion sur la médiation universelle émerge dans certaines structures. Forte de ces constats, nous nous demandons si la conception universelle, pensée pour le bâti et le design, donc pour des constructions matérielles, parvient à englober tous les publics fragilisés du musée en s’appliquant à la médiation. Faudrait-il alors en repenser la transposition au musée ? Prendre en compte la dimension langagière de la médiation (Caune, 2006) ? Car, si tous les publics ne sont pas visés par l’universel, alors il semble logique d’augmenter les publics à cibler dans le cahier des charges, afin d’augmenter l’universalité de la médiation. Par transversalité, toutes les fragilités médicales et/ou sociales deviendraient alors sources d’améliorations collectives. Ainsi pris en compte, tous les publics fragilisés seraient inclus parmi le grand public et constitueraient ensemble un public devenu universel. Il ne s’agit pas de reculer vers un seul public, car le « public universel » est augmenté, riche de toutes les situations qui ont pu entretemps être identifiées.

6Nous distinguons plusieurs pistes grâce à notre corpus : sensorialité, simplification, récit, imagination, évocation personnelle, questionnement, temps long de délectation. Le potentiel d’innovation de ces dispositifs vers une « médiation universelle transversale » peut aussi résider dans la généralisation d’anciens dispositifs intégratifs, ouvrant ainsi l’exceptionnel à tous. Dans cette perspective, le public fragilisé pourrait alors s’attendre à obtenir une information prenant en compte sa problématique, sans avoir à se justifier ni demander d’ajouts, sans chercher un pictogramme qui le stigmatise ou une activité réservée : il serait libre et autonome. Le grand public – devenu public universel en incluant les fragilités comme fonctionnements – bénéficierait d’approches innovantes, optimales, gagnerait en confort de visite et en opportunités de développement (comme la découverte de sa mémoire tactile au contact des œuvres). Penser universel, relève de ce que nous proposons d’appeler une « optimisation sociale ».

De la co-construction à l’hybridation : le remédiateur

  • 3 Résolution sur l’introduction des principes de conception universelle dans les programmes de format (...)

7Le médiateur est confronté actuellement à quatre postures, cumulables, basées sur : sa propre expérience avec le grand public, sa vocation pour les publics fragilisés, la création de partenariats ou une formation continue. Si l’on se réfère à l’école inclusive ou au bâti en conception universelle3, l’étape supérieure pour accéder à l’inclusion est l’augmentation des connaissances des problématiques des publics fragilisés (en formation continue mais aussi initiale). Car pour mettre en œuvre le musée inclusif, et ne plus considérer les besoins comme spécifiques mais collectifs, universels, il s’agit de modifier en profondeur le regard du musée sur les publics fragilisés : la spécificité n’est pas dans les publics (Bordeaux, 2007), elle ne doit pas non plus être dans la médiation (Saada, 2015) si elle se veut inclusive. Ainsi formés, les médiateurs pourraient faire entrer l’universel et l’inclusion dans le quotidien des visites et de tous dispositifs de médiation.

8Face au constat d’une médiation insuffisamment maîtrisée depuis le musée pour les publics à inclure – donc une médiation qui dysfonctionne dans le rétablissement d’une communication (Davallon, 2014) –, il s’agit de considérer la fausse neutralité du tiers médiateur (Fraysse, 2015) influençant le dispositif et donc interférant. Nous catégorisons trois acteurs principaux sur lesquels s’appuie le médiateur : l’accompagnateur, la personne elle-même fragilisée et les professionnels extérieurs. Premièrement, l’appui sur un accompagnateur consiste à réaliser une médiation mêlée (avec lui en co-construction ou en lui déléguant « par procuration ») : la médiation repose sur les informations fournies par l’accompagnateur à propos des publics et de leurs problématiques. Cet appui révèle d’autres formes d’exclusion induites par une sélection des accompagnateurs, des institutions, des projets et des participants. Deuxièmement, l’appui sur une personne elle-même fragilisée se base sur l’expertise conséquente à sa fragilité. Elle est donc circonscrite à sa connaissance et à son vécu personnel. Troisièmement, l’appui sur des professionnels extérieurs consiste à solliciter un spécialiste (non accompagnateur) ou une entreprise spécialisée dans la conception de dispositifs de médiation.

9Or, le médiateur n’est pas en mesure de discriminer ces apports, il doit se fier à ces partenaires. En effet, la co-construction questionne le prolongement de la vision d’un intermédiaire au détriment de l’opportunité d’un nouveau regard sur la personne fragilisée, depuis le musée. Si l’accompagnateur semble actuellement essentiel, car moteur de visite, ressource pour le médiateur, référent des personnes fragilisées, il n’en reste pas moins un intermédiaire entre le public fragilisé et le médiateur : le public fragilisé ne peut être réduit à un second destinataire à travers son accompagnateur, son autonomie reste un objectif en soi pour atteindre son inclusion.

  • 4 La santé s’entend ici au sens de l’OMS comme « un état de complet bien-être physique, mental et soc (...)

10En face du médiateur qui ne connaît pas les publics fragilisés, l’accompagnateur, lui, ne maîtrise pas le contenu du musée : il va devoir redoubler d’efforts pour accéder à un savoir localisé dans un seul lieu, qui ne résonne pas avec le fondement de son accompagnement et de son implication auprès des personnes fragilisées. Au final, tous ces acteurs sortent du cadre initial de leur métier : il est demandé aux guides-conférenciers d’être formateurs des accompagnateurs, aux médiateurs culturels de travailler dans les structures de la santé4 et de former le personnel, aux professionnels de la santé, ou bénévoles, d’être médiateurs culturels dans le musée. Tous ces glissements nous apparaissent peu maîtrisés et basés sur une incohérence dans le partage des compétences.

11De par la fréquence de ce travail en commun, une certaine porosité entre travailleur social et médiateur existe (Silverman, 2010). Mais la dimension internationale constatée de ce type de partenariat musée-santé, cette envergure et toute l’énergie déployée, nous paraissent induire une réflexion nécessaire autour d’un nouvel intervenant, fruit d’une hybridation entre ces deux acteurs : nous le nommons « remédiateur ». Étymologiquement, la remédiation ne consiste pas à redoubler la médiation mais à venir apporter un remède (Chante, 2016). Ainsi, le remédiateur, en tant que médiateur augmenté de compétences sociales, cumulerait une double approche médiationnelle : médiation muséale mais aussi médiation éducative par l’espace de rencontre dans lequel la personne fragilisée rejoue ses difficultés, encadrée par la relation éducative (Rouzel, 2005). Selon nous, la question d’un professionnel de la santé au musée s’inscrit dans les réflexions actuelles autour du bien-être. Se joue ici la question d’un vrai travail social proposé directement par le musée, dont l’objectif serait alors un double bien-être pour le public fragilisé : par les œuvres et par l’espace de rencontre. Au-delà, cette remédiation permet de penser l’universel au cœur de la médiation humaine.

Haut de page

Bibliographie

Bordeaux (Marie-Christine). 2007. « Présentation du dossier “Il n’y a pas de public spécifique” ». L’Observatoire, 32, p. 19. En ligne : https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2007-2-page-19.htm [consulté le 14 décembre 2020]

Caune (Jean). 2006. Culture et communication. Convergences théoriques et lieux de médiation. Grenoble : PUG (La communication en plus) [1re édition : 1995].

Davallon (Jean). 2018. « À propos des régimes de patrimonialisation : enjeux et questions », p. 13-31 in Patrimonialização e sustentabilidade do patrimonio: Reflexéao e prospectiva [actes des rencontres scientifiques de novembre 2014] / sous la direction de Graça Filipe, José Vale et Inês Castaño. Lisbonne (Portugal) : IHC, Nova FCSH. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01123906 [consulté le 14 décembre 2020].

Chante (Alain). 2016. « De la contamination étymologique dans le champ de la médiation : une hypothèse épistémologique ». Ishara (Informations Systems & Archives in Algeria), 7, p. 17-32. En ligne : https://www.asjp.cerist.dz/en/article/69847 [consulté le 14 décembre 2020]

Fraysse (Patrick). 2015. « La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ? ». Distances et médiations des savoirs [en ligne], 12 : https://doi.org/10.4000/dms.1219 [consulté le 14 décembre 2020].

Rouzel (Joseph). 2005. La Parole éducative. Paris : Dunod.

Saada (Serge). 2015. « Ambition et limites de la mixité dans les musées », p. 87-116 in L’Inclusion sociale. Les enjeux de la culture et de l’éducation / sous la direction d’Anne Barrère et François Mairesse. Paris : L’Harmattan (Les cahiers de la médiation culturelle).

Silverman (Lois H.). 2010. The Social Work of Museums. New York : Routledge.

Unesco. 2006. Principes directeurs pour l’inclusion : Assurer l’accès à « l’éducation pour tous ». Paris : Unesco. En ligne : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000140224_fre?posInSet=2&queryId=7375e760-2476-44c1-8322-839e74039655 [consulté le 14 décembre 2020].

Haut de page

Notes

1 Le terme de problématique désigne ici l’ensemble des questions, des problèmes posés par une situation de fragilité.

2 Selon la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

3 Résolution sur l’introduction des principes de conception universelle dans les programmes de formation de l’ensemble des professions travaillant dans le domaine de l’environnement bâti, résolution ResAP (2001) 1 du Conseil de l’Europe, en ligne : https://rm.coe.int/16804c3d70 [consulté le 14 décembre 2020].

4 La santé s’entend ici au sens de l’OMS comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité », préambule de la Constitution de l’OMS, 1946, en ligne : https://www.who.int/fr/about/who-we-are/constitution (consulté le 14 décembre 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Molinier, « La voie de l’inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel »Culture & Musées, 37 | 2021, 214-217.

Référence électronique

Muriel Molinier, « La voie de l’inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel »Culture & Musées [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5953 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.5953

Haut de page

Auteur

Muriel Molinier

Université Paul Sabatier - Toulouse 3
Courriel : murielmolinier[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search