Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Visites d’expositionsEXOTIC ? Regarder l’ailleurs en S...

Visites d’expositions

EXOTIC ? Regarder l’ailleurs en Suisse au siècle des Lumières

Jose Cáceres Mardones
p. 257-259

Entrées d’index

Rubriques :

Visites d'expositions
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’exposition s’est tenue du 24 septembre 2020 au 28 février 2021 au Palais de Rumine, à Lausanne (S (...)

1Depuis les manifestations liées au mouvement Black Lives Matter en mai 2020, les discussions concernant les relations, connexions et enchevêtrements de la Suisse avec le colonialisme se sont considérablement étoffées dans la sphère publique. C’est d’ailleurs le thème de l’exposition présentée au grand public par le Palais de Rumine, EXOTIC ? Regarder l’ailleurs en Suisse au siècle des Lumières1. S’inscrivant dans un projet de recherche à long terme, l’exposition présente les avancées du débat sous forme muséale, invitant un large public à participer aux discussions qui concernent le colonialisme suisse, en s’appuyant sur une partie de ses collections historiques.

2Le visiteur qui franchit le palier du Palais de Rumine est accueilli par une bannière illustrée suspendue dans le grand escalier. Celle-ci représente un paysage suisse que l’on pourrait qualifier de « stéréotypé » : un lac, une bâtisse aux allures de château et des géraniums rouge vif constituent ce décor idéal qui rappelle les cartes postales vendues dans les boutiques touristiques.Cependant, comme le suggère le titre de l’œuvre d’Uriel Orlow Les géraniums ne sont jamais rouges, les choses ne sont pas toujours telles que nous pensons les voir. Leur implantation en Suisse et en Europe est liée à l’activité coloniale de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales au cap de Bonne-Espérance (Afrique du Sud). L’intervention artistique d’Orlow illustre intelligemment un cadre colonial dans lequel des processus et des dispositifs déterminent ce qui peut être considéré comme suisse ou bien comme exotique. Ainsi, EXOTIC ? s’attache à éclairer ce système colonial et le côté obscur des Lumières en interrogeant la façon dont le regard se construit, s’exécute et se représente.

3Les visiteurs seront peut-être amenés à remettre en question leur façon de regarder et de réfléchir lorsqu’ils pénètrent dans la première salle. Faiblement éclairée, elle présente un ensemble divers d’objets, de fossiles, d’animaux naturalisés, de minéraux, de plantes, qui proviennent des collections zoologiques, géologiques, archéologiques et historiques du Palais de Rumine. Les visiteurs sont invités à penser la diversité des objets présents par eux-mêmes, car le texte de description dans cette section est disponible uniquement via un QR code accessible au moyen d’un téléphone, qui est donc nécessaire quoiqu’une application spécifique ne soit pas demandée. Ils entendent de loin, comme dans un murmure, plusieurs voix. Ces dernières s’expriment dans des langues différentes. Le visiteur attentif peut percevoir certaines questions qui seront abordées dans les différentes sections : « Que reste-t-il de nos voyages ? Pourquoi partons-nous ? Peut-on consommer sans exploiter ? Comment les connaissances se construisent-elles ? La science est-elle une forme de domination ? D’où proviennent les images de l’Autre ? De quoi nos désirs sont-ils faits ? À qui appartient la culture ? Sommes-nous des sauvages ? »

4Si les visiteurs venaient à douter du propos développé, la mise en scène, dès le texte introductif, peut les y aider. Une large ouverture en forme de jumelles permet d’observer la salle et ses objets d’un point de vue extérieur. Le nôtre matérialise ainsi la thèse développée : l’exotisme est créé par des pratiques de représentations et d’interprétations qui désignent des lieux et des choses à partir d’un point de vue politique, culturel, historique et subjectif. On explicite ce point de vue en « avertissant » les visiteurs que les représentations des xviie et xviiie siècles véhiculent « une perspective suprémaciste européenne et matérialisent les conceptions stéréotypées de leur temps ». Ce discours explicitement critique est une des forces de ce projet expographique.

5Derrière ce mur d’introduction, l’espace est divisé en quatre sections intitulées : « Partir », « Collecter », « Exploiter » et « Vendre ». Le texte expographique chargé de transmettre le message de ces sections est écrit sur les parois latérales. Les sous-sections de chaque section sont présentées par un système d’îlots. Ces derniers structurent le cheminement. La mise en espace (atelier Frédéric Dedelley) devrait ainsi permettre aux visiteurs de voir et comprendre les liens entre les différents thèmes traités. Comme les sections ne sont pas séparées, le visiteur n’est pas obligé de suivre un parcours spécifique, ce qui lui permet de créer ses propres relations au sein des quatre sections. La scénographie illustre en effet, spatialement, une idée d’enchevêtrement. Elle permet d’appréhender les liens qui existent entre les collections et l’enrichissement de l’élite suisse au siècle des Lumières, rendu possible par l’exploitation et la domination de territoires étrangers. De nombreux ouvrages et articles ont exposé et débattu les relations de la Suisse avec le colonialisme européen. Cette exposition est un pas de plus dans la diffusion de ces approches. Précisons que les objets présentés se trouvaient déjà en Suisse avant 1815. Ainsi, EXOTIC ? contribue à approfondir des savoirs liés aux déplacements d’objets dans le cadre d’un colonialisme global, en parallèle avec leur rôle et influence dans les pratiques d’« exotisation ». Deux exemples illustrent la démarche expographique destinée à mettre en scène les conséquences de ces pratiques et à proposer des stratégies pour en repenser l’héritage.

6L’acte de collectionner est clairement lié à différentes pratiques coloniales réalisées à l’encontre des cultures non occidentales et de leurs artefacts. À travers l’exemple du tapa, un textile océanien à base de fibres végétales, on montre comment certains objets furent fragmentés et abîmés afin d’être transportés en Europe, après avoir été arrachés à leur contexte d’origine, sans manifester un intérêt aucun pour leur provenance. Ces objets ont donc perdu leur matérialité propre tandis que les formes de savoirs auxquelles ils étaient liés ont été complètement effacées. Un excellent exemple de ce type de pratique est incarné par le nââkwéta. Ce que les Européens pensaient être une hache est en réalité l’artefact symbolique de l’orateur lors de cérémonies kanakes. Le cartel fait référence au terme indigène mais ne mentionne que brièvement le nom de « hache ostensoir », qui fut utilisé dans différentes collections européennes. Denis Pourawa, auteur et poète néo-calédonien, a réalisé une œuvre sonore intitulée Poésie sonore des gouffres, dans laquelle il invite les visiteurs à appréhender le parcours à partir de sa perspective non occidentale. Cette médiation est une forme curatoriale qui – si minime soit-elle – reconstruit et re-légitime des histoires marginalisées.

7EXOTIC ? s’attache à traiter la façon dont les choses et les êtres sont nommés et représentés. Les objets exposés ne sont pas des artefacts innocents, mais des signes qui influencent le monde. L’interprétation de ces signes ne se positionne donc pas dans un discours de modernité européenne, mais dans un discours postcolonial. Soutenant l’exploration et l’exploitation des territoires étrangers, les dictionnaires, dessins et cartes sont ainsi présentés comme des outils de pratiques coloniales, des artefacts centraux dans la production d’images stéréotypées et dans la construction de l’exotisme au siècle des Lumières et bien après. Un des risques encourus serait que l’exposition répète et reproduise involontairement ces stéréotypes par la présentation de telles images sans les contextualiser. En guise d’avertissement, les cartels explicitent les processus d’exotisation des « autres » dans les représentations de la vie quotidienne, démontrant quels mots ou quelles images sont aujourd’hui devenus obsolètes en raison de leurs implications racistes. L’artiste Senam Okudzeto, qui intervient avec le film Disappearing Africans, suggère, par la disparition progressive de l’image, comment l’esclavage peut anéantir des personnes, des histoires et des expériences. EXOTIC ? se positionne ainsi en rupture avec ce risque d’effacement, en saisissant l’opportunité de contextualiser une vision historique et d’en d’affirmer les implications postcoloniales.

8L’œuvre d’Okudzeto accueille le visiteur dans la troisième salle. Intitulée « Sauvages des Alpes », elle est consacrée aux représentations de « l’autre » sur le territoire suisse. Les commissaires ont tenté ici de mettre en évidence comment l’« exotisation » des peuples alpins par une élite suisse s’inscrit dans la même logique que les représentations de l’« autre » hors de Suisse. À cet égard, la deuxième partie du film Disappearing Africans d’Okudzeto aurait pu fournir l’exemple parfait pour illustrer cette similitude : les cadrans de deux horloges décoratives sont portés par un Africain mis en esclavage et par un paysan européen. Ces deux images réduisent les personnes à des stéréotypes racistes. Enfin, la dernière salle se présente comme un assemblage d’éléments aux fonctions diverses. On y trouve la Bateauthèque, installation de l’artiste Marie van Berchem, ainsi que deux zones de médiation destinées aux enfants et une courte programmation vidéo. Néanmoins, les familles, enfants ou visiteurs trouveront peut-être des intérêts variés à ces éléments disjoints2.

9EXOTIC ? ne s’attache pas uniquement à prendre en considération les collections suisses du siècle des Lumières par une analyse postcoloniale de l’histoire, elle tente de surmonter les limitations induites par les modes de représentation, les différents langages et façons de voir occidentaux.

Haut de page

Notes

1 L’exposition s’est tenue du 24 septembre 2020 au 28 février 2021 au Palais de Rumine, à Lausanne (Suisse). Commissariat de Noémie Étienne, Claire Brizon, Chonja Lee et Étienne Wismer. Voir le livre d’exposition : Noémie Étienne, Claire Brizon, Chonja Lee et Étienne Wismer (dir.), Une Suisse exotique ? Regarder l’ailleurs au siècle des Lumières, Zurich, Diaphanes, 2020.

2 L’exposition peut également être visitée virtuellement : https://www.archeotech.ch/fpcm/nzx8imbn384 (consulté le 3 janvier 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jose Cáceres Mardones, « EXOTIC ? Regarder l’ailleurs en Suisse au siècle des Lumières »Culture & Musées, 37 | 2021, 257-259.

Référence électronique

Jose Cáceres Mardones, « EXOTIC ? Regarder l’ailleurs en Suisse au siècle des Lumières »Culture & Musées [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/6034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.6034

Haut de page

Auteur

Jose Cáceres Mardones

Université de Zurich
Courriel : jose.caceres[at]uzh.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search