Navigation – Plan du site

Hopper 2013/Cannes 2013 au prisme des écritures numériques

Hopper 2013/Cannes 2013 through the lens of digital writing
Hopper 2013/Cannes 2013 en el prisma de las escrituras digitales
Emmanuel Ethis et Marie-Sylvie Poli
p. 63-88

Résumés

Les événements culturels les plus importants se déclinent désormais avec force sur le Web et les réseaux sociaux. Le numérique permet d’amplifier l’espace-temps de l’événement lui-même tout en apportant un registre de participation plus immé­diate. En choisissant durant la même année 2013 de rendre compte d’une diversité d’écritures numériques suscitées par deux disposi­tifs événementiels à large portée – l’exposition Edward Hopper à Paris et le Festival de Cannes –, il s’agit ici d’explorer des formes d’énonciation propres au numérique. Écriture contrainte par une image institutionnelle, écriture contrainte par le dispositif numé­rique lui-même, comme c’est le cas sur Twitter, écriture contrainte par la participation ouverte. On découvre ici une écriture partici­pante tant institutionnelle, critique que publique, qui renforce, via l’espace de nouvelles « trivialités », l’appropriation et l’existence sociale même de formes culturelles jusque-là circonscrites dans l’espace et dans le temps ainsi que les modalités par lesquelles s’inventent et se réinventent nos formes de médiation de la culture.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le : 17 décembre 2013
Version révisée, reçue le : 23 juillet 2013
2e version révisée, reçue le : 14 août 2013
Article accepté pour publication le : 3 septembre 2014

Texte intégral

1Voilà une dizaine d’années déjà que la recherche en sciences de l’information et de la communication, met­tant à profit les avancées de Jack Goody qui nous a dé­montré que toute écriture est à la fois une technique et la condition de la pensée (Goody, 1994), aborde l’écri­ture numérique à partir de ses dispositifs sémiotiques, technologiques et symboliques (Souchier, 2012 ; Jeanneret, 2007 ; Jouët, 2001 ; Brockmeier, 2012).

  • 1 La Structure fédérative de recherche (SFR) Agorantic « Culture, Patri­moines, Sociétés numériques » (...)
  • 2 Ce thème, « Formes et modèles culturels », consacré à la genèse – sociale et technosémiotique – et (...)

2Durant cette même période, d’autres chercheurs ont développé des approches interdisciplinaires qui ont permis de renouveier les travaux fondateurs des philosophes (Hall, 2007) et des sociologues de la culture (Becker, 1988) sur la problématique des publics de la culture (Eidelman, 2010), à partir d’une approche pius pragmatique et communicationnelle (Ethis, 2009 ; Poli & Ancel, 2014) que socio-politique (Bourdieu, 1979). Mais ce n’est que récemment que des projets radicalement interdisciplinaires1 mobilisent des informaticiens et des chercheurs en sciences humaines et sociales sur des thèmes fédérateurs tels que culture, patrimoines et territoires, politiques culturelles (Gaillard, El Beze & Ethis, 2013 ; Andreacola, Poli & Sanjuan, 2013). Le moment est donc propice, pour nous qui analysons les expositions et les festivals en tant que « formes et modèles culturels2 », à l’étude des ressorts et des enjeux de l’écriture numérique de cette forme précise qu’est l’événement culturel, questionné depuis peu comme un dispositif communicationnel et culturel complexe (Merzeau, 2013 ; Paveau, 2013), dans un esprit de décioisonnement épistémologique et d’enrichissement méthodoiogique.

3Souvent abordé comme un phénomène lié à l’avènement de l’industrie de la culture par les philosophes (Ricoeur, 1985) et les historiens de l’art (Clair, 2007), l’événement culturel est considéré par les médias comme une manifestation temporaire, une opéra­tion visant à renforcer ou améliorer l’image d’une institution, plu­tôt à destination du grand public : « L’événement est un fait lié à l’actualité qui est d’abord constitué comme information, qui est en train (ou qui va) de se passer et qui est considéré sur le moment par les journalistes comme suffisamment important pour faire l’objet d’une présentation particulière et valorisante. » (Champagne, 2000.) Il est considéré par les sociologues, les historiens et les sémioticiens comme une forme culturelle légitime à part entière, apparue autour des années soixante-dix dans les mondes de la culture au sens large (cinéma, arts vivants, musique, musées, patrimoines) : « Pour qu’il y ait événement il faut qu’il soit connu. » (Nora, 1972.) Ce qui explique notamment que les experts en sciences de gestion, en marketing ou en économie de la culture (Tobelem, 2010 ; Benhamou, 2012) s’y intéressent aussi de très près.

4En revanche, l’« écriture numérique de l’événement culturel » que nous envisageons dans cet article comme un processus inter­médiatique de traitement des informations (Gaudreault & Jost, 2000), de création et d’échange de connaissances n’émerge que plus tard sur la Toile, au début des années 2000.

5On assiste dès lors à la convergence entre, d’une part, l’aug­mentation du nombre de festivals et la multiplication des expo­sitions temporaires (Jacobi, 2013) et, d’autre part, l’« explosion » des dispositifs d’écriture numérique désormais dédiés à l’expres­sion des professionnels, des amateurs de culture, des lettrés du numérique (Doueihi, 2011), des internautes. Ces dispositifs d’échange des connaissances et des opinions sont tous liés, de près ou de loin, aux publics et aux usagers des mondes de la culture (articles, blogs, chats, critiques, réseaux sociaux) : « Immédiateté, instantanéité, volatilité, et toute la dimension éphémère de ce nouveau système de consignation qui force la création de nouvelles manières de trier, de préserver et de décrire. Le mono­pole des lettrés s’estompe. » (Caron, 2011 : 99.) Les questions théo­riques posées par cette technique particulière d’écriture de l’événement culturel se posent également du côté de la réception, c’est-à-dire du point de vue de sa lecture et de sa mise en socia­bilité par des usagers d’Internet dont on ne sait pas encore pré­cisément quelles sont leurs intentions, leurs motivations et leurs connaissances sur l’émetteur du message lorsqu’ils « tombent » sur un article, un blog, un site ou un tweet à propos d’un événement culturel : « Il faudrait apprendre à recevoir l’information sans se laisser fasciner par ce qui est censé faire événement. » (Chardel & Rockill, 2009 : 65.)

L’écriture numérique de l’événement culturel sur le Web et les réseaux sociaux : choix méthodologique et problématique

6Cet article n’a pas pour ambition de traiter, en général, du concept d’écriture numérique. Notre objectif est d’analyser concrè­tement comment les écritures numériques qui circulent sur le Web participatif configurent leurs propres modes de communication des événements culturels. Ce parti pris implique de faire des choix, notamment de décider des événements culturels à retenir comme terrains d’analyse.

7Afin de ne pas nous éloigner de nos objets de recherche privi­légiés, nous avons décidé de retenir deux événements culturels récents, dotés d’une forte légitimité institutionnelle et culturelle, mais représentatifs de deux univers artistiques distincts, l’exposi­tion de peinture et le cinéma. Il s’agit du Festival de Cannes et de l’exposition Hopper à Paris, ayant eu lieu tous deux en 2013. Bien que distincts à première vue – puisque les espaces qui leur étaient traditionnellement consacrés ne se recoupaient pas dans les médias qui leur étaient dévolus –, ces deux événements partagent des similitudes qui nous ont permis d’appréhender leur existence numérique sur la Toile à partir d’un même cadre d’analyse.

8En premier lieu, ils sont confrontés à des contraintes de tem­poralités balisées par des dates de début et de fin ainsi qu’à des contraintes opératoires, matérielles, politiques et symboliques qui contribuent à structurer leurs publics. En deuxième lieu, lorsqu’il s’agit d’événements aussi médiatisés et reconnus comme écono­miquement rentables que le Festival de Cannes ou les expositions monographiques organisées au Grand Palais par la Réunion des musées nationaux (RMN), ils font l’objet d’une sorte de frénésie de commentaires écrits et transmédias, échangés sur les réseaux sociaux et les plateformes de médiations numériques avant, pen­dant et après qu’ils aient fait événement. Enfin, leur retentissement médiatique est amplifié grâce aux usagers du Web 2.0 et des réseaux sociaux qui, comme les professionnels de la culture, par­tagent désormais de facto les capacités d’écriture numérique néces­saires pour participer à la médiatisation de ces événements. D’autant que le discours du marketing culturel incite à jouer sans réserve cette carte de l’événementiel pour tenter une fois de plus de réaliser, grâce à l’écriture numérique, cet utopique franchisse­ment des barrières de classes devant déboucher sur une démo­cratisation culturelle nourrie aux imaginaires des lettrés, des ingénieurs et des politiques (Chantepie & Diberder, 2010).

9Mais cette idéologie qui prône le numérique comme l’ultime révolution culturelle en cours s’inscrit-elle pour autant « dans un contexte d’universalisation des valeurs, des contenus, des marques et des imaginaires, sources nouvelles d’inspirations, et nouvelles scènes pour la société du spectacle et du storytelling, pour les­quelles les barrières sociales et anticorps ne suivent pas toujours le rythme effréné d’évolution » (Jutant, 2013 : 30) ? Ce question­nement, ou plutôt ce doute que nous partageons sur ce point, et qui fonde la problématique de l’article, ressort de travaux récents sur le numérique et la culture. Ces travaux invitent à considérer le numérique non pas comme une révolution technologique ou un nouveau paradigme culturel mais comme une nouvelle forme d’écriture qui permet des échanges et des interactions en tout lieu et à tout instant : « Qu’est-ce que le numérique, sinon une forme d’écriture ? Le numérique c’est l’écriture s’inscrivant et pouvant être “lue” par des automates, “scannée” à la vitesse de la lumière : c’est une écriture (et une lecture) essentiellement automatique. » (Stiegler, 2013 : 97.)

10Car si, comme toute écriture de médiation culturelle, l’écriture numérique de l’événement culturel relève aussi d’une mécanique d’énonciation du subjectif, de l’évaluatif et du critique, elle est dif­férente des autres écritures de l’événement culturel – non numé­riques donc – parce qu’elle est en lien direct et permanent avec l’architecture de l’Internet qui constitue désormais l’infrastructure industrielle d’un « nouvel appareillage d’écriture et de lecture, non seulement entre êtres humains, mais entre robots et appareils auto­matiques d’une part, humains d’autre part » (Stiegler, 2013 : 91).

  • 3 L’exposition Edward Hopper s’est tenue au Grand Palais à Paris du 10 octobre 2012 au 28 janvier 201 (...)
  • 4 Le Festival de Cannes 2013 s’est tenu du 15 au 26 mai au palais des Festivals de Cannes. Le pré­sid (...)

11Pour prendre position dans ce débat, nous avons analysé suc­cessivement des corpus d’énoncés en lien avec l’exposition Edward Hopper à Paris3 et avec le Festival de Cannes 20134. En nous réfé­rant aux cadres de la sociologie de la culture et de la muséologie, nous avons constaté une diversité de situations et de formats d’écritures numériques qui constituent, tant pour le public, les professionnels de la culture que pour les organisateurs de l’évé­nement, le support technologique d’une énonciation renouvelée de l’événement culturel. En travaillant aussi le contenu de ces dis­cours et leur dimension rhétorique (valeurs, idées et représenta­tions), nous constatons que leur réputation de superficialité tient plus à la nature participative du support qu’à la dimension évé­nementielle des deux manifestations.

L’événement Hopper au Grand Palais : le contexte

  • 5 L’édifice abrite notamment la Nef, administrée par l’Établissement public du Grand Palais, et les G (...)

12Avant de proposer l’exposition Hopper, le Grand Palais5 avait déjà réalisé plusieurs expositions qualifiées par les médias d’« expositions-événements » comme Matisse – Picasso (2002-2003) et Monet (2011). Si bien qu’au fil du temps, l’établis­sement a perfectionné ses stratégies et ses plans de communication jusqu’à l’opération de communication de grande envergure indu­bitablement réussie pour Edward Hopper, qualifiée par certains journalistes « d’art d’aller chercher le public » (Sophie Cachon, Télé­rama, le 16 mars 2013). La journaliste égrène les clés de cette réussite : un titre accrocheur simple et facilement interprétable, une héroïsation de l’artiste et du visiteur, un logo omniprésent et une campagne de communication divisée en plusieurs temps, qui débute par le « teaser » – ou « publicité énigmatique » – de l’exposition afin de mettre les publics en haleine ; puis l’affichage massif des œuvres les plus connues de l’artiste dans tout Paris, sur les bus, dans le métro, sur Internet et sur les réseaux sociaux ; une politique éditoriale offensive (papier et numérique), des produits dérivés en vente à la boutique du palais et sur l’e-boutique, des partenariats avec les grands médias et les médias spécialisés, un mécénat dis­crètement mais efficacement valorisé (Starbucks). Bref, une stra­tégie marketing parfaitement maîtrisée visant à séduire les publics potentiels et à les convaincre que cette exposition est un événe­ment à ne pas manquer sous peine de passer à côté d’une expé­rience hors normes : « Il y a dix ans, ça n’intéressait personne de faire de la pub sur les bus, mais, depuis, tout le monde a suivi, même quand il n’y a pas matière à événement », raille Patrick Restellini, précurseur du concept d’exposition-événement dans son entretien avec Clio Weickert sur le site de Télérama le 26 mars 2013.

13Le Grand Palais publie sur son site internet, durant toute la durée de l’événement, des pages consacrées à l’exposition vedette du moment. Pour Edward Hopper, les internautes qui tapaient le nom du peintre sur leur moteur de recherche habituel se trou­vaient instantanément en lien avec la page de l’événement Hopper gérée comme un blog6, avec une mise en page et un design qui font coexister les images, les vidéos, les textes, les commentaires des internautes, des entretiens avec le commissaire de l’exposi­tion, des témoignages d’artistes.

14Le Grand Palais travaille aussi sa présence en réseau, car grâce aux automates numériques, les médias numériques s’apostrophent les uns les autres en permanence, déployant une écriture en perpétuel changement, en permanente recom­position. À partir de notre écran, de notre téléphone ou de notre tablette, il semblerait possible que nous participions ainsi à la transformation de l’institution musée, de ses média­tions, mais aussi à la transformation de ses interactions avec le reste du monde. L’internaute-énonciateur collaborerait ainsi, sans toujours s’en rendre compte, avec les opérateurs des télécommunications, aux médiations de l’exposition, à sa sociabilité, à la chaîne des discours et à l’archéologie de sa mémoire discursive (Derrida, 1967).

15Selon l’Observatoire des pratiques numériques du Grand Palais, la demande du public numérique pour ce type de dis­positif collaboratif serait exponentielle. Cette affirmation vali­derait de ce fait la conviction de certains experts, selon lesquels l’accomplissement d’une activité culturelle numérique valori­sante – utiliser le blog comme prémisse à la visite réelle – va de pair avec un ensemble d’activités et d’échanges sociaux (se renseigner, échanger, suivre les réseaux sociaux, télécharger des reproductions, en parler, lire la critique, attribuer une note ou un jugement, etc.)

S’enquérir des catégories de tweets à propos de l’exposition Edward Hopper

16Pour analyser l’écriture numérique de l’événement Festival de Cannes, nous avons ciblé nos investigations sur Twitter, ce qui, nous le verrons plus loin, permet de déceler comment, chaque année, les réseaux sociaux font bouger pour les professionnels, les amateurs et les admirateurs, les frontières imaginaires de la pulsion de voir le Festival à travers le regard des V.I.P., mais aussi les frontières plus objectives de l’espace-t emps de l’événement, bien au-delà de Cannes et de la programmation.

17Pour Hopper, nous n’avons retenu, parmi les vagues de tweets qui se sont succédé, que ceux qui convergent vers des blogs ou des sites de médias et d’internautes légitimes. C’est la raison pour laquelle nous ne nous attarderons pas sur l’analyse des tweets, énoncés brefs et furtifs dont l’intérêt majeur a été selon nous de tracer une carte de Tendre des visiteurs de l’exposition, scindant en deux groupes distincts les twittos. Ceux qui sont fascinés par l’œuvre du peintre et la médiation du Grand Palais d’une part, ceux qui sont frustrés par le manque d’accessibilité aux œuvres et agacés par le battage publicitaire réalisé autour de l’événement d’autre part. De manière très conventionnelle, quantité de tweets se limitent à s’interpeller sur des détails, faire des traits d’humour, « retweeter » sans s’attarder, donner des trucs et astuces – le « gazouillis » évoqué plus loin pour le Festival de Cannes – pour éviter les heures de trop grande affluence, l’attente dans le froid ou sous la pluie.

18À la marge, des tweets avisés permettent de converger vers des sites ou des blogs riches en informations, interactions et commen­taires critiques de qualité, émanant de professionnels (journalistes, critiques, muséographes, historiens de l’art, artistes) ou d’amateurs (visiteurs éclairés, connaisseurs de l’œuvre d’Hopper, « muséo-geeks »).

Corpus et protocole d’analyse

  • 7 Ce travail de veille a été en partie réalisé avec les étudiants de pre­mière année du Master « Stra (...)
  • 8 Edward Hopper d’une fenêtre à l’autre, l’application iPad réalisée par la Réunion des musées natio­ (...)

19Notre protocole d’analyse repose avant tout sur un travail de veille mené sur la Toile dans l’objectif de pouvoir mieux appré­hender l’écriture numérique de l’exposition – événement Edward Hopper7. À l’issue de cette veille (réalisée pendant la durée de l’exposition), nous avons sélectionné les participations les plus représentatives de la nature et des enjeux des données échangées, soit une trentaine de sites, blogs et articles numériques ainsi qu’une cinquantaine d’échanges sur Twitter évoqués ci-dessus. Certains articles parmi les archives sélectionnées étaient publiés (oral, écrit) sur les sites de radios ou de télévisions (dont France Culture et France Info, TF1, Arte). L’application iPad réalisée par le Grand Palais8 faisait également partie de notre corpus de recherche. Faute de place, nous ne l’analysons pas dans cet article car elle forme une médiation autonome et représente par là même un sujet d’analyse sociopragmatique en soi.

Ce que disent les écrits numériques à propos de cette exposition-événement

  • 9 Précisons que, « par réflexivité nous entendons plus spécifiquement ici la propriété de certaines s (...)

20L’ensemble des propos et des représentations qui composent les discours conçus par des internautes au cours de l’événement peuvent être regroupés autour de trois thématiques : Hopper, les clichés à propos de l’événement, un regard réflexif9 sur ce qu’est une exposition-événement.

21Premier thème, les discours qui parlent d’Hopper : les gens adorent les expositions monographiques présentant des peintres déjà connus ; Hopper est un artiste qui a conquis le cœur des Français parce qu’il a peint Paris et qu’il a résidé en France, il est normal que l’exposition soit un succès à Paris ; sa peinture donne à voir une Amérique pensive et subtile, loin des clichés et des stéréotypes sur une Amérique pulsionnelle et épaisse ; le commissaire de l’exposition Didier Ottinger valorise l’œuvre d’Hopper en insistant sur les qualités picturales et plastiques des toiles exposées ; la presse – qui était sceptique lors de l’inaugu­ration – a été séduite par l’œuvre, par des tableaux jusque-là inconnus, par l’accrochage et par l’enthousiasme des publics pour Hopper ; les liens étroits évoqués de façon répétitive entre Hop­per et le cinéma, notamment les films d’Hitchcock, David Lynch, Wim Wenders ; l’œuvre d’Hopper fait événement car elle permet aux amateurs de remettre en question les dogmes de l’art contem­porain mais aussi parce qu’elle donne du plaisir et à penser, à voir autrement notre rapport à l’espace et au temps ; Hopper déconstruit certaines représentations de la femme moderne et de la communication entre homme et femme dans l’univers urbain ; des photographes et des écrivains connus reconnaissent avoir une dette envers son style, son vocabulaire formel, ses thèmes obsessionnels.

22Deuxième thème, l’exposition Edward Hopper comme média grand public : la comparaison se fait grâce au numérique avec d’autres expositions conçues sur le même format, qui ont rem­porté des succès grand public (Manet, Monet, Matisse-Picasso...) ; un parcours d’exposition pertinent et facilement compréhensible ; des textes de médiation conçus pour les non-experts ; une expo­sition qui correspond à la demande du public français, un public désormais exigeant et amateur de grandes expositions monogra­phiques ; une exposition qui fait d’Hopper une superstar interna­tionale dont l’œuvre est facilement reconnaissable ; des partenariats avec les grands titres de la presse écrite ; un catalogue de qualité ; des publications numériques accessibles ; la prolongation de l’ex­position pour permettre à plus de monde de s’y rendre, avec des tarifs et des horaires exceptionnellement alléchants ; un commis­saire d’exposition particulièrement présent dans les médias et capable d’avoir fait déplacer des œuvres jusque-là jamais vues en France ; une exposition qui met en avant les influences d’Hopper sur d’autres artistes ; la mise en évidence du fait que le langage des experts donne à voir autrement la peinture ; aller voir Edward Hopper est un « devoir imposé » par l’opinion publique ainsi relayée sur Internet et les médias.

23Troisième thème, un regard réflexif porté sur l’événement-exposition et sur la participation à cet événement : ce sont les médias qui, surexposant sans trêve l’exposition-événement, en font un événement médiatique ; le propre de l’événement est de se dérouler en même temps sous les yeux de ceux qui le vivent et sous le regard des médias qui le rapportent ; l’événe­ment est avant tout une affaire de spécialistes de la communi­cation et d’experts qui travaillent l’image d’un artiste comme celle d’un produit de luxe ; il y a événement parce qu’il y a, autour de l’exposition, la création d’une somme d’événements connexes (publications, jeux, prolongation, invitations, confé­rences, films, produits dérivés, etc.) ; certains intellectuels (par exemple Antoine Compagnon) se disent honteux d’avoir suivi le mouvement, ironisent sur les ficelles marketing, mais avouent avoir suivi l’injonction à se rendre au Grand Palais et en pro­fitent pour écrire une critique d’Hopper à leur manière ; les expositions-événements sont soutenues par le ministère de la Culture qui les considère comme des propulseurs pour augmen­ter le nombre de visiteurs dans les institutions muséales et patrimoniales ; l’exposition-événement permet aux internautes d’échanger entre eux, de se renvoyer une image positive, de parler d’eux-mêmes de manière flatteuse.

Des jeux de langage confirment la mécanique du copier-coller du numérique

24Redites, reprises, formules toutes faites, figures de style éculées, humour plus ou moins décalé, les phrases et les énoncés des internautes et des journalistes ne manquent pas de stéréotypes langagiers qui confinent aux jeux de langage pour se comprendre entre soi sans même avoir à développer sa pensée (Wittgenstein, 1961). Ces registres sémiotiques qui se rapprochent souvent du cliché peuvent être regroupés en deux catégories : les informa­tions pratiques et la critique, plutôt ironique, de l’événement.

25Informations pratiques : les sites touristiques mais aussi la plu­part des blogs et articles fournissent des informations pratiques sur le lieu, les horaires, les moyens de se rendre au Grand Palais ; les astuces pour éviter les longues files d’attente dans le froid ; les trucs pour bénéficier de tarifs préférentiels ; tous sont écrits avec une prédilection pour un vocabulaire expert mais pas abscons ; le thème de la visite d’exposition marathon revient régulièrement – difficultés, épuisement, quête récompensée, plaisir final assuré.

26Description de l’exposition et ton ironique à propos de l’évé­nement : on fournit des chiffres, des chiffres et encore des chiffres pour confirmer la force d’attraction de l’événement sur le grand public ; nombreux sont les propos qui ironisent et critiquent ce qu’ils considèrent comme une résignation des mondes de l’art à la consommation de masse ; récurrence des souvenirs en lien avec d’autres expositions blockbusters décevantes auxquelles on a par­ticipé ; la presse ne s’est intéressée à l’exposition qu’après que le grand public l’eut plébiscitée en venant massivement au Grand palais et en investissant les réseaux sociaux ; les champs lexicaux récurrents dans la description des œuvres sont ceux de l’étran­geté, de la mélancolie, de l’Amérique, de la difficulté à commu­niquer ; les visiteurs sont décrits comme des héros capables d’endurer le froid et la fatigue pour accéder au Saint Graal ; les témoignages de visiteurs connus sont repris à l’envi pour valider le caractère exceptionnel de l’événement ; très peu de connais­sances sérieuses sur le peintre et son œuvre ; on cherche à ras­surer ses lecteurs en précisant qu’on verra du déjà connu, du facile à voir ; on joue sur les émotions ressenties devant les œuvres ; « une œuvre vue, c’est une œuvre faite » ; « il faut y aller pour dire qu’on y est allé ».

Que retiendra-t-on de cette exposition ouverte au public pendant cinq mois à la fin de l’année 2012 ?

27La mémoire de cette exposition-événement sur le Web 2.0 : on vient de le voir, ce qu’il a été convenu de qualifier de « l’événement Hopper au Grand Palais » a donné lieu sur la Toile à des foisonnements de points de vue, de réactions, d’analyses, de formes de réceptions extrêmement variées tant sur le plan des sémiotiques d’écriture que des contenus éla­borés, échangés, repris et transformés par les modalités de production et de transmission de l’écriture numérique. On ne mesure certainement pas encore à quel point ces moda­lités, qui relèvent autant de la technologie que des usages, façonnent déjà la mémoire que nous aurons demain des rela­tions que nous instaurons aujourd’hui entre nos rapports col­lectifs et intimes à l’art et à nos pratiques culturelles. Quel sera le droit à l’oubli de cet événement culturel dès février 2013, alors que, déjà, Dynamo, l’autre exposition-événement du Grand Palais pour l’année 2013, lance son teaser dans le métro parisien ?

28Les traces sur le Web permettront de se souvenir qu’Edward Hopper faisait partie à l’époque des six expositions les plus visitées depuis 1967 – 800 000 entrées en trois mois, dont près de 50 000 lors des deux jours de prolongation –, deuxième record de fréquentation après le succès de Monet en 2011 – 910 000 visiteurs. Le nom du commissaire, Didier Ottinger, restera synonyme de professionnalisme, tant pour le montage de l’exposition – prêt d’œuvres rares du monde entier –, que pour la qualité de ses écrits scientifiques sur Hopper (cata­logue et applications pour tablettes ou téléphone mobile, C.D.ROM), et pour sa compétence à mettre en résonance l’œuvre d’Hopper avec des cinéastes, des photographes, des écrivains et des auteurs dramatiques. On saura que le Grand Palais et son service des publics et des manifestations événe­mentielles ont fait preuve alors d’un plan de communication offensif et jusqu’alors inégalé en France pour aller chercher les visiteurs, les faire venir, adapter les stratégies du marketing des produits de luxe à un artiste peintre américain jusque-là peu connu du grand public, mais dont l’œuvre figurative est capable de faire sens pour les visiteurs français comme pour les touristes étrangers. On se rappellera que les internautes ont été très nombreux à participer aux interactions entre visi­teurs effectifs, visiteurs potentiels, entre journalistes et profes­sionnels de la culture, entre gens des musées et béotiens des beaux-arts, entre l’institution et ses publics numériques. On pourra également, grâce à toutes les reproductions des œuvres, des vidéos de l’exposition et du Grand Palais, grâce aussi aux bandes-son et aux photos numériques de visiteurs photographes amateurs, se représenter l’œuvre d’Hopper et l’événement auquel cette exposition donne lieu.

Le festival de Cannes en régime d’attestations numériques de présence spectatorielle

29Le Festival de Cannes, pour sa part, fonc­tionne sur un registre différent où se télescopent quotidiennement durant près d’une dizaine de jours « un » public et un seul, mar­quant sa présence sur une durée allant d’un jour à la totalité de l’événement, un événement dont le corps est constitué d’une pro­grammation de films inédits proposés par l’institution, qui met l’auteur au centre. Le principe de l’événement est qu’on ne peut pas tout voir, ce qui implique une masse d’information considé­rable et signifie également que se crée plus ou moins consciem­ment une volonté de trouver « the place to be » pour participer au mieux à la manifestation. Cette place n’existe cependant pas puisque chacun devient témoin privilégié. Twitter va donc per­mettre à tout un chacun de se doter d’une ubiquité numérique pour renforcer sa conscience de l’événement puisqu’il est impos­sible d’assister à tout en même temps. Le réseau social va, de fait, transformer ses publics en témoins assistés et doter la direction du Festival d’un outil de légitimation de ce qu’est la réalité de ce qu’elle voudrait partager réellement de l’événement. Lorsqu’on a la curiosité de consulter le règlement qui régit cette association d’intérêt public qu’est le Festival de Cannes, on découvre en exergue une phrase définitoire de la manifestation signée de Jean Cocteau qui en fut le président en 1953 et 1954 : « Le Festival est un no man’s land apolitique, un microcosme de ce que serait le monde si les hommes pouvaient prendre des contacts directs et parler la même langue. » Bien sûr, il ne s’agit pas de lire ici la phrase du poète comme une sorte de prémonition fulgurante de ce que l’on appelle aujourd’hui « les réseaux sociaux », mais plutôt d’imaginer comment lesdits réseaux sociaux ont trouvé aujourd’hui une place quasi évidente d’où se réifie la dynamique même des régimes de participation à certains événements culturels en offrant une possibilité d’expression inédite et immédiate à leurs partici­pants. À Cannes, si l’on distingue toujours assez aisément ceux qui appartiennent à l’organisation du Festival, les invités, les com­pétiteurs, les festivaliers, les professionnels du marché, les jour­nalistes, les critiques et les badauds, les réseaux sociaux s’imposent comme une nouvelle incitation sociale pour exhiber le fait qu’on est « de » l’événement, tout en assignant à ceux qui entrent dans leur jeu une place inédite de témoins de la manifestation en les autorisant à consigner à leur manière cette dernière. Pas n’importe quels témoins. Ce sont des témoins assistés au sens où Twitter leur confère une place plus ou moins légitime en fonction de ce qu’ils écrivent, de ce qu’ils décrivent, de ceux qui les suivent et de ceux, qu’eux-mêmes, ils suivent. Ainsi les registres numériques de participation au Festival de Cannes définissent-ils, à propre­ment parler, les conditions sociales d’une attestation personnelle d’association et de coopération à l’événement.

30Désormais, ce qu’on découvre dans un réseau social comme Twitter qui, plus que dans n’importe quel autre réseau, fonctionne majoritairement sur le témoignage de l’instant soit en 140 signes soit via une image légendée ou non, ce n’est plus une version unique et unifiée du Festival, mais plusieurs dizaines. Et quand plus de dix versions font « diversion », la version officielle – reconnaissable à ce qu’elle se drape de la tautologie de l’officialité institutionnelle – tente à nouveau de reprendre sa place dans le réseau pour réguler, réorienter, redresser les « attentions obliques » des twittos cannois, festivaliers usagers de Twitter-. On ne comprend jamais si bien l’idée d’attention oblique qu’en regardant les films de Jacques Tati. La caméra y semble toujours en quête de mul­tiples narrations parallèles à ce qui, pour la plupart d’entre nous, constituerait « naturellement » le cœur de l’histoire. Pour le réali­sateur de Playtime, les grincements de portes dans des immeubles high-tech, les ombres portées sur des surfaces impromptues, les forces déployées par tout un chacun pour maintenir l’ordre appa­rent des choses sont autant de fausses évidences qui façonnent les décors dans lesquels nous évoluons dans la plus parfaite des insouciances et constituent un système de valeurs à part entière, un regard que les critères classiques de la consommation cultu­relle considèrent volontiers comme un regard distrait. Ce regard distrait, cette attention oblique, décrit avec une très grande jus­tesse par le sociologue Richard Hoggart, est sans doute l’une des voies les plus sûres pour accrocher toutes ces interprétations non­chalantes souvent éloignées de la vision monolithique du monde telle que les cultures dominantes ou « officielles » tentent de l’éla­borer et de l’imposer. Ces interprétations nonchalantes, elles, « en prennent et en laissent » pour reconstruire une autre version de l’histoire tout aussi cohérente, mais faite de distance et de méfiance, et d’où l’on appréhende parfois mieux la place et le rôle de ce que l’on voudrait nous faire prendre tantôt pour le centre du monde social, tantôt pour ses périphéries.

31En tant qu’événement institutionnel, le Festival de Cannes et, plus exactement, les images et les signes médiatiques qui tentent d’instruire une vision univoque et contrôlée de l’événement, tra­vaillent précisément à forcer l’attention de tous les participants sur quelques points de fixation de la manifestation et tolèrent mal les attentions obliques. Au demeurant, il réside dans la force centrifuge des images médiatiques du Festival un joli paradoxe qui fonde la frénésie du regard participant à Cannes. Ainsi, les vitres teintées des limousines de luxe, surtout lorsqu’elles sont fer­mées, rappellent à tous ici, et ce, dans une démesure sans relâche, qu’il y aurait peut-être toujours mieux à voir que ce que le dispo­sitif festivalier nous presse de regarder. Voir, voir mieux, voir pire, voir plus, voir plus ou moins, voir plus vite, voir le visible et l’in­visible, voir au travers ou au détour, voir ce qu’il ne faut pas voir, voir comment les autres voient, se voir, revoir, se revoir, ne pas avoir pu voir, authenticité du voir, percevoir cette vérité aveuglante du voir : le Festival reconstruit chaque année une véritable éco­logie du voir saturée de symboles qui recouvrent une grande par­tie de la ville et qui semblent y délimiter les frontières, mais aussi le temps de l’action, c’est-à-dire le temps du Festival.

  • 10 Notons la facilité qu’offre Twitter grâce au hashtag : un mot précédé du signe « # » comme « #Canne (...)

32Tout comme l’exposition-événement Edward Hopper, Cannes établit un véritable dispositif d’accès au visible et au non-visible. Ce visible se laisse même dépeindre comme une véritable éco­nomie de l’apparition par laquelle Cannes s’institue comme spec­tacle aux yeux de tous ses participants (Claverie, 2001). De fait, il y a ceux qui voient, ceux qui ne voient pas, ceux qui ne font qu’entrevoir ou apercevoir. En 1955, le sociologue Edgar Morin remarque déjà que « la question que l’on pose à celui qui rentre de Cannes est d’abord “Quelles vedettes avez-vous vues” et ensuite “Quels films” [...]. Puis il doit répondre à la deuxième question, la question clé, celle qui implique et explique toute la mythologie du festival “Est-elle aussi bien qu’à l’écran, aussi jolie, aussi fraîche”, etc. Car le vrai problème est celui de la confrontation du mythe et de la réalité, des apparences et de l’essence ». Pour les Cannois « d’origine », les touristes et les badauds qui fournissent l’essentiel des figurants peuplant les abords du palais, la manifestation est circonscrite à quelques espaces d’extérieur, symboliques, haute­ment médiatisés et puissamment investis. Ceux qui sont accrédi­tés par le Festival de Cannes ou le Marché du Film – professionnels du cinéma, institutions, médias et spectateurs spécialisés ou cinéphiles – partagent, eux, avec les organisateurs, les producteurs et les artistes du « premier cercle » le privilège d’un accès direct – sporadique ou continu – aux offres du Festival et aux soirées privées. Si un réseau social comme Twitter prend tout son sens dans l’événement, c’est qu’il donne l’apparence de struc­turer une sorte de communauté numérique entre le cercle le plus proche de l’événement en train de se faire au cœur du palais, d’un palace ou d’une soirée, et le cercle plus éloigné constitué de ceux qui sont présents mais qui – parce qu’ils n’ont pas le « ticket » – ne peuvent assister à l’événement : être à quelques mètres de là où les choses semblent se passer, savoir qu’elles ont lieu dans un même espace-temps, traquer une information attestée qui donne corps et substance à ces choses définissent en soi une modalité de participation via les réseaux sociaux qui servent aussi – bien évidemment – à relier ceux qui sont encore plus éloignés de l’évé­nement, n’étant pas géographiquement présents à Cannes, et qui suivent le fil des aventures des twittos participants qu’ils connaissent. Aussi, comprendre les conditions sociales d’une attestation personnelle d’association et de coopération à un événement tel que le Festival de Cannes via Twitter consiste à dépasser les apparences entretenues d’une communauté numérique fédérée autour de l’événement10 et à tenter de répondre à trois questions susceptibles de poser les fondements d’une sociologie critique de ce que l’on produit sur un réseau social donné durant un événe­ment culturel donné :

  1. Qui écrit des tweets et pourquoi ?

  2. Qui lit ces tweets produits, comment et pourquoi les lit-on ?

  3. Comment évalue-t-on ces tweets et pourquoi ?

33(1) Écrire sur Twitter suppose que l’on soit inscrit sur le réseau social et que l’on se soit saisi des rudiments d’écriture et des codes minimaux qui permettent de produire une information sur ledit réseau. Les 140 signes autorisés dans un tweet ou la photo légendée instruisent un format contraint qui centre le contenu des mes­sages sur la divulgation d’un état d’âme, d’une citation écrite ou visuelle, de la mise en place d’une conversation s’apparentant à l’échange public de SMS, et, en l’occurrence, lorsqu’on participe à un événement, d’une volonté de témoigner de ce que l’on voit et que l’on souhaite faire partager.

34(2) Ceux qui lisent les tweets produits sont les « followers ». Ils « suivent » un producteur de tweets – individu ou institution – et veulent faire lien avec ce dernier parce qu’ils estiment que l’infor­mation qu’il leur apporte est légitime. Ils sont abonnés aux comptes de ceux qu’ils choisissent de lire et avec lesquels ils aspirent à entretenir un lien privilégié. À Cannes par exemple, on observe des twittos qui suivent en direct « leur » star quand celle-ci est sur Twitter, qu’elle propose sa vision du Festival ou informe, plus sim­plement, de là où elle se trouve à un moment donné de la mani­festation et de ce qu’elle y fait. La star s’abonne rarement aux comptes de ses followers – si c’est le cas, c’est d’ailleurs une consé­cration pour le follower qui devient alors « following », « suivi par sa star ». Elle est généralement abonnée à ceux qui sont déjà ses amis dans la « vraie » vie, rendant, par le fait, publiques ses conni­vences amicalo-numériques. Il est courant que les followers d’une star retweetent les tweets de leur star. ; ce qui génère un effet gigogne des messages déposés par celle-ci sur Twitter. L’exemple du star­fan est instructif car il permet de comprendre assez simplement le mécanisme et l’intérêt du réseau social. L’intérêt du tweet à

35Cannes tient à la force testimoniale dont il est porteur, une force qui dépend de la substance du message et de sa proximité spatio­temporelle avec le lecteur-follower. Un bon tweet contient une information qui pourra être, au sens le plus terre-à-terre, réexploi­tée par le follower car elle vient alimenter ses intérêts immédiats dans le cadre de la manifestation cannoise : où se passe-t-il quelque chose maintenant ?

  • 11 Gilles Jacob publie régulièrement sur Twitter son regard sur le Festival ainsi que des photographie (...)

36(3) L’évaluation d’un tweet à Cannes tient à la pertinence du message partagé, une pertinence assertorique qui relève de son intérêt tantôt prescriptif-informatif – quel film voir ? Où se trouve telle fête et comment y entrer ? –, tantôt de partage d’avis, de cita­tions, d’états d’âme ou d’opinions, un intérêt qui se mesure donc à l’aune de l’événement et des faits festivaliers qu’il génère afin d’enrichir le sens même de chaque contribution personnelle au sein du collectif participant. Il faut noter que le fait qu’à Cannes, outre l’existence du compte officiel du Festival, les plus hauts responsables de la manifestation – le président Gilles Jacob et le délégué artistique Thierry Frémaux11 – aient fait le choix d’ouvrir leur compte personnel sur Twitter renforce la dynamique partici­pative à la manifestation et, en conséquence, entretient l’illusion d’une communauté « cinéphiliconnectée » organisée autour de l’événement.

Des tweets et « des » Cannes

37Là où J. Cocteau parle de « no man’s land apolitique où l’on peut prendre des contacts directs et parler la même langue », l’an­thropologue Marc Augé, pour sa part, développe le concept socio­logique de « non-l ieu », un espace non marqué par l’attachement historique et culturel d’individus ou de groupes audit espace, mais répondant plutôt à un principe de contractualité solitaire. « [Dans] les non-lieux réels de la surmodernité, [...] les individus sont cen­sés n’interagir qu’avec des textes sans autres énonciateurs que des personnes “morales” ou des institutions – aéroports, compagnies d’aviation, ministère des Transports, sociétés commerciales, police de la route, municipalités – dont la présence se devine [.] der­rière les [.] innombrables “supports” (panneaux, écrans, affiches) qui font partie intégrante du paysage contemporain. » (Augé, 1992.) Les réseaux sociaux, parce qu’ils distillent leurs messages dans un espace-temps en créant un double virtuel des personnes morales, des institutions mais également de personnes réelles, offrent la sensation d’énonciateurs plus vivants, même lorsque le doute sur celui ou celle qui poste réellement les messages sub­siste dans nombre de situations (Jarassé, 2013).

  • 12 Décrit ainsi par Thierry Frémaux sur la frontpage de présentation de son compte @THIERRYFREMAUX.

38Durant le Festival 2012, le délégué artistique de Cannes T. Frémaux publiait entre 9 et 20 tweets par jour sur son compte « officiel mais personnel12 » – peu de doute ici donc sur le fait qu’il soit bien l’auteur de ses propres messages. Durant le Festival 2013, réduction considérable, il publie entre 0 et 5 tweets par jour. Les assertions de T. Frémaux sont habitées par la fonction institution­nelle qu’il occupe, dévoilant parfois sa conception de ladite fonc­tion grâce à une citation – « Je m’en sortirai toujours, seul, par le travail (génial et regretté Philippe Khorsand) » – ou à une asser­tion à portée existentielle ou pragmatique : « C’est parce qu’on s’intéresse à ce qui ne nous ressemble pas qu’on aime (tous) le cinéma. Et on ne privilégie rien du tout. » « Vous savez quoi ? À Cannes comme ailleurs, les jurés votent selon leurs... convictions. Décevant, non ? Rassurant, plutôt, hein. » Plus souvent, le délégué général du Festival exprime son agacement face aux rumeurs qui corsètent la manifestation : « Quand on colporte les rumeurs en les (re)tweetant on prend le risque d’avoir l’air bête si elles sont fausses. » « Il y a beaucoup de bêtises, d’erreurs et de clichés 100 fois répétés mais voilà qui dément l’accueil unanime fait à Cannes 2013. »

39C’est sans doute cette tension permanente entre le portage offi­ciel, nécessaire, de l’institution et la manière dont la circulation des on-dit ébranle l’éthique du fonctionnement attendu du Festi­val qui conduit T. Frémaux à écrire : « Il n’en a jamais été ques­tion. Cessons de s’obliger à démentir les rumeurs. » En s’obligeant lui-même d’une année sur l’autre à d’une part ne plus répondre aux racontars, et d’autre part à prendre ses distances avec le réseau social en énonçant incidemment ce que devrait être, selon lui, l’usage moral de Twitter à Cannes, c’est-à-dire ce qu’on peut ou ne pas faire en termes de messages : « C’est une plaisanterie pour la salle, pas pour que ça soit bêtement repris par Twitter. On va finir par ne plus rien dire. » « La sélection n’est pas notre vision du monde mais celle des cinéastes. Et il faut avoir vu tous les films si on veut (1/2). faire des analyses ou des conclusions définitives ou des tweets de 100 caractères (2/2). »

40Depuis qu’il n’est plus délégué artistique mais président du Festival de Cannes, G. Jacob jouit, pour sa part, pleinement d’un statut prestigieux qui le place en surplomb de la manifestation en lui consacrant une place de témoin privilégié. On a vu ainsi, voici quelques années, G. Jacob se munir d’un petit appareil photo numérique et, posté en haut des marches depuis la place qui est la sienne, capturer des moments qu’aucun photographe ou journaliste accrédité ne pourrait saisir mieux que lui. G. Jacob cultive sa place de témoin unique et lorsqu’il ouvre son compte Twitter, il va asservir celui-ci pour en faire un outil léger du témoignage direct et immédiat prolongeant les gestes et les regards qu’il avait initiés avec ses « simples » prises de vue. Le président G. Jacob est un twitto qui a trouvé très rapidement son « régime de croisière », publiant autour de 12 tweets par jour de Festival. Suivi par environ 15 % de followers de plus que T. Frémaux pour une production de 31 % de tweets de plus que le délégué artis­tique actuel, et bien qu’il soit président – c’est-à-dire plus haut dans la hiérarchie institutionnelle de Cannes –, G. Jacob apparaît plus en prise avec les intérêts des festivaliers cinéphiles, là où T. Frémaux est en dialogue plus direct avec les professionnels et les médias. De fait, les messages de G. Jacob se déploient avec une écriture numérique stabilisée par une volonté maîtrisée du tweet qui vise à faire partager une vision idéalisée du monde cannois : « Un palais où on peut se perdre et y finir ses jours », « J’ai prévenu le grand producteur anglais Jeremy Thomas que j’allais tweeter sa montre », « Un bon jury est un jury qui, à la fin, après quinze jours de vie commune, de débats, de partage, jure de se revoir – et tient promesse », « La ministre Aurélie Filippetti retrace, pour la profession réunie, les enjeux du combat pour l’exception culturelle ». Mis bout à bout, les tweets de G. Jacob, dénués de fautes d’orthographe, de fautes de ponctuation ou de cadrages incertains semblent vouloir « faire histoire ». On conçoit que son plus grand plaisir relève de la photo rare tweetée et légendée d’un texte drôle, anecdotique ou poétique. Twitter devient dès lors, dans ce type de situation, « bien plus que du témoignage, [...] un lieu d’échange, de partage [irréductible] à une somme de gazouillis. [On est ici loin] du fantasme de l’informa­tion qui pourrait être faite par tous, tout le temps, à propos de n’importe quel sujet. Or l’information c’est d’abord du traitement, de la hiérarchisation » (Spies, 2011).

41Il n’en demeure pas moins qu’à Cannes, pour reprendre les mots de M. Augé (1992), « l’individu se veut un monde. Il entend interpréter par et pour lui-même les informations qui lui sont délivrées ». De fait, l’usage des réseaux sociaux renforce cette individualisation des démarches et les effets de reproduction et de stéréotypie qui échappent en totalité ou en partie à la conscience des festivaliers. L’espace cannois offre en lui-même un non-l ieu « principe de sens » pour ceux qui le colonisent le temps de la manifestation cinématographique. De plus, il fournit un « prin­cipe d’intelligibilité » pour les lecteurs des tweets cannois, tweets qui puisent leur valeur tant de la légitimité tirée de la place de témoin occupée par celui qui les poste que de l’esthétique glo­bale du compte de ce dernier. Le festivalier-witto, qui n’utilise pas Twitter comme moyen d’autopromotion parce qu’il est accré­dité en tant que journaliste – nombre de journalistes signalent grâce à Twitter qu’un de leurs reportages est lisible, visible ou écoutable dans son média d’appartenance – ou comme profes­sionnel en charge de vendre un film, se retrouve le plus souvent sur le réseau pour exprimer sa relation à l’univers cannois et principalement aux œuvres cinématographiques. Cette relation traduit une posture qui implique spécifiquement son identité per­sonnelle dans le moment cinématographique, c’est-à-dire avant, pendant et après le film : « Sortie de Gatsby. Je croise Léo dans l’escalier. Il me regarde », « Au cinquième rang à l’orchestre, à côté d’un visage qui me dit quelque chose. Qui m’aide ? », « Ai marché sur la robe de Julie Delpy. L’année dernière, c’était Gong Lee », « Dix heures en salles aujourd’hui. La moitié à dormir », « Fête Honoré. Chiara et Garrel chantent devant Deneuve. T’es juste derrière, touche sa main ». Twitter permet à ceux qui ont pris véritablement conscience qu’ils ont de fortes chances d’être lus de restaurer une fonction sociale primaire de l’expérience esthé­tique car elle fait sortir la relation du public à l’objet cinémato­graphique pour s’ouvrir « au niveau de l’identification esthétique spontanée qui touche, bouleverse, qui fait admirer, pleurer ou rire par sympathie, et que seul le snobisme peut considérer comme vulgaire » (Jauss, 1978). D’un message à l’autre, on peut constater que les écarts sont encore très grands au regard de leur potentiel de « dire le monde situé » de l’événement festivalier. Il est sans doute trop tôt pour prendre une mesure effective de ces formes d’écritures de témoignage car on remarque combien elles évo­luent d’abord lorsqu’elles se confrontent à l’altérité de ceux qui partagent la même pratique numérique. L’accomplissement du sens de ces écritures se fera, comme toutes les écritures de témoi­gnage qui ont précédé Twitter, en « extériorité ». Car les témoi­gnages partagés du petit peuple des festivaliers cannois fonctionnent bel et bien en s’interpellant les uns les autres, animés d’une volonté de construire une fonction de liaison du langage qui rap­pelle la responsabilité de chacun dans l’usage qui est fait du réseau social et ce, en confirmant régulièrement les principes intuitifs de ce qui devrait être constitutif d’une communauté de semblables. Le temps d’un événement, ces nouvelles pratiques numériques du témoignage écrit aspirent à créer une véritable solidarité communicationnelle. Et, comme le précise Renaud Dulong à propos de l’activité de témoin oculaire, il s’agit bien là de « raconter la vérité telle qu’elle peut être transmise d’homme à homme » (Dulong, 1984).

Conclusion

42Qu’est-ce qui s’écrit dans les écritures numé­riques qui collaborent à des événements culturels comme le Fes­tival de Cannes ou l’exposition Edward Hopper à Paris ? C’est la question que nous avons posée en prenant comme objet d’ana­lyse ces deux terrains artistiques ainsi qu’un corpus constitué notamment de tweets pour le Festival de Cannes et de blogs pour l’exposition du Grand Palais. À bien des égards, ces écritures numériques confirment que des événements culturels aussi pres­tigieux attestent d’une envie aiguisée d’association et de coopé­ration à l’événement. Visiteurs, festivaliers, badauds, professionnels, critiques et journalistes inscrivent leurs didascalies à l’intention de leurs pairs potentiels sur le Web et sur les réseaux sociaux. Chacun cherche à donner sa vision de l’événement, son attesta­tion oblique, écrivant ainsi des pages culturelles à sa manière, jonglant avec ses formules, ses mots d’esprit et ses langages. Nous avons par ailleurs à plusieurs moments insisté sur la puissance normative des robots (format twitter, design graphique automa­tisé des plateformes de blogs) qui mettent en forme ces interac­tions sociales en leur donnant l’apparence trompeuse d’échanges épistolaires spontanés, de microrécits sincères. Nous avons éga­lement mis en évidence des phénomènes singuliers de reprise en main de la version officielle de l’événement culturel : recours à la technique du discours indirect qui puise dans les propos du conservateur du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, com­missaire de l’exposition Edward Hopper ; et stratégie de recou­vrement du bavardage des amateurs par les rares – et donc précieux – tweets du délégué artistique et du président du Festi­val de Cannes. Bref, nous avons mis en évidence ce qui caracté­rise selon nous l’écriture numérique de l’événement culturel : cette tension constante entre le goût des amateurs à se dire en s’écri­vant pendant l’événement et la prégnance permanente de la coer­cition mathématique de l’informatique sur les écritures participatives numériques.

43Pour conclure, nous cédons d’abord la parole à un écrivain malicieux et à un théoricien érudit. Car, parce qu’ils sont circons­crits dans l’espace-temps défini de l’événement culturel, les écrits numériques accompagnant ces manifestations répondent bien aux attendus de ce qui fait la force de la littérature moderne qui, comme le pensait Italo Calvino, tient dans sa volonté de donner la parole à tout ce qui est resté non exprimé (Calvino, 1984). La participation aux écritures numériques d’un événement culturel, dès lors qu’elle relève d’une responsabilité personnalisée d’un acteur, vient charger l’événement de nouveaux savoirs, de valeurs morales, d’expériences pour métamorphoser l’événement à la lumière de faisceaux de témoignages contrebalançant parfois la version institutionnelle et officielle qu’on aimerait en donner. C’est ce phénomène qu’Yves Jeanneret appelle « trivialité », terme entendu au sens où les actes de communication – on tend à négliger trop souvent cette évidence que révèlent les réseaux sociaux en situa­tion événementielle – sont nécessaires à l’appropriation et à l’exis­tence sociale même des êtres culturels (Jeanneret, 2008) et aux modalités par lesquelles s’inventent et se réinventent nos formes de transmission (Malinas, 2008).

44Les deux événements culturels considérés dans cet article sont dotés d’une légitimité artistique et économique patente, que confirme en quelque sorte l’écume des échanges numériques constatée à leur propos. Peut-on pour autant généraliser ce phé­nomène de trivialité communicationnelle à des événements cultu­rels originaux, ou à des formes culturelles mineures ou modestes qui n’intéressent ni les fournisseurs d’accès ni les géants de l’éco­nomie numérique ? Sinon, devrait-on en conclure que le numé­rique « profiterait surtout aux riches » ? La réponse à ce questionnement ne se limitera pas à une tension binaire entre le politique et l’économique à propos des événements culturels ; l’avenir du lien entre culture et numérique dépendra avant tout de notre faculté collective à défendre le sensible et l’imagination, autrement dit, à ne pas laisser les algorithmes écrire à notre place.

Haut de page

Bibliographie

Andreacola (Florence), Poli (Marie-Sylvie) & Sanjuan (Éric). 2013. « Musée et numérique : Quelle vision du participatif ? » in Actes du Colloque scientifique Ludovia 2013 – 26-29 août 2013. Salvagnac : Asso­ciation Culture numérique.

Augé (Marc). 1992. Non-Lieux. Intro­duction à une anthropologie de la surmodernité. Paris : Seuil, coll. « Librairie du XXIe siècle ».

Becker (Howard). 1988. Les Mondes de l’art. Paris : Flammarion, coll. « Champs Arts ».

Benhamou (Françoise). 2012. Économie du patrimoine culturel. Paris : La Découverte, coll. « Repères ».

Bourdieu (Pierre). 1979. La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Brockmeier (Jens). 2012. « Écriture et mémoire », p. 201-216 in Écri­tures : Sur les traces de Jack Goody/ sous la direction d’Éric Guichard. Lyon : Presses de l’Enssib, coll. « Papiers ».

Calvino (Italo). 1984. La Machine Litté­rature. Paris : Seuil.

Caron (Daniel-J.). 2011. Web HT.0. Pour une société informée : La pertinence numérique et ses défis pour les socié­tés démocratiques au XXIe siècle. Paris : Éditions Hermann, coll. « Cultures numériques ».

Champagne (Patrick). 2000. « L’événe­ment comme enjeu ». Réseaux, 100, p. 403-426.

Chantepie (Philippe) & Le Diberder (Alain). 2010. Révolution numérique et industries culturelles. Paris : La Découverte, coll. « Repères ».

Chardel (Pierre-Antoine) & Rockhill (Gabriel) (sous la dir. de). 2009. Tech­nologies de contrôle dans la mon­dialisation : Enjeux éthiques, politiques et esthétiques. Paris : Édi­tions Kimé, coll. « Philosophie en cours ».

Clair (Jean). 2007. Malaise dans les musées. Paris : Flammarion, coll. « Café Voltaire ».

Claverie (Élisabeth). 2001. « Cannes et chicanes : “Voir à Cannes ?” », p. 53-63 in Aux Marches du palais. Le Festival de Cannes sous le regard des sciences sociales/sous la direc­tion d’Emmanuel Ethis. Paris : La Documentation française.

Derrida (Jacques). 1967. L’Écriture et la Différence. Paris : Seuil.

Doueihi (Milad). 2011. Pour un huma­nisme numérique. Paris : Seuil, coll. « Librairie du XXIe siècle ».

Dulong (Renaud). 1998. Le Témoin ocu­laire, les conditions sociales de l’at­testation personnelle. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales ».

Eidelman (Jacqueline). 2010. « Du non­public des musées au public de la gratuité ». Loisirs et société, 32, p. 174-201. Presses de l’université du Québec.

Ethis (Emmanuel). 2014. Sociologie du cinéma et de ses publics. Paris : Armand Colin, coll. « Sociologie128 ».

Gaillard (Julien), El Beze (Marc) & Ethis (Emmanuel). 2013. « Flash Reactivity : Adaptative Model in Recommender Systems » in Actes du World Congress in Computer Science, Computer Engi­neering and Applied Computing, 22-25 juillet 2013. Las Vegas (USA), Worldcomp.

Gaudreault (André) & Jost (André) (dir.). 2000. « Présentation de “À la croisée des médias” ». Sociétés et Représen­tations, 9, p. 5-8.

Goody (Jack). 1994. Entre l’oralité et l’écriture. Paris : Presses universi­taires de France, coll. « Ethnologies ».

Hall (Stuart). 2007. Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies. Paris : Éditions Amsterdam.

Jacobi (Daniel). 2013. « Exposition tem­poraire et accélération : La fin d’un paradigme ? ». La Lettre de l’OCIM, 150, p. 15-24.

Jarrassé (Jim) 2013, « Qui se cache der­rière les comptes Twitter des ministres ? ». Le Figaro, 6 août 2013.

Jauss (Hans Robert). 1978. Pour une esthétique de la réception. Paris : Gallimard.

Jeanneret (Yves) & Tardy (Cécile) (dir.). 2007. L’Écriture des médias informa­tisés : Espaces de pratiques. Paris : Hermès Science-Lavoisier, coll. « Sys­tèmes d’information et organisations documentaires ».

Jeanneret (Yves). 2008. Penser la trivia­lité : Volume 1 : La vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès Science-Lavoisier, coll. « Communication, médiation et construits sociaux ».

Jouët (Josiane). 2001. « Des usages de la télématique aux Internet Studies », p. 45-90 in Communiquer à l’ère du numérique/sous la direction de Julie Denouël & Fabien Granjon. Paris : Presses des Mines, coll. « Sciences sociales ».

Jutand (Francis). (dir.). 2013. « Les méta­morphoses de l’espace public à l’ère numérique », p. 15-32 in La Méta­morphose numérique : Vers une société de la connaissance et de la coopération. Paris : Alternatives, coll. « Manifesto ».

Licoppe (Christian) & Dreatta (Laura). 2013. « Des smart grids aux quanti­fied self, technologies réflexives et gouvernement par les traces », p. 66-72 in La Métamorphose numé­rique : Vers une société de la connais­sance et de la coopération. Paris : Alternatives, coll. « Manifesto ».

Malinas (Damien). 2008. Portrait des festivaliers d’Avignon. Transmettre une fois ? Pour toujours ? Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, coll. « Art, culture, publics ».

Merzeau (Louise). 2013. « Éditorialisation collaborative d’un événement : L’exemple des Entretiens du nouveau monde industriel 2012 ». Commu­nication et Organisation, 43, p. 105-122.

Morin (Edgar). 1955. « Notes pour une sociologie du Festival de Cannes ». Les Temps Modernes, 114. Paris : Gal­limard.

Nora (Pierre). 1972. « L’événement monstre ». Communications, 18, p. 162-172.

Paveau (Marie-Anne). 2013. « Techno-discursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique ». Epistémè, 9, p. 139-176.

Poli (Marie-Sylvie) & Ancel (Pascale). 2014. Exposer l’histoire contempo­raine. Évaluation muséologique d’une exposition : « Spoliés ! L’“aryanisation” économique en France (1940-1944). Paris : La Documenta­tion française, coll. “Musées-Mondes”.

Ricœur (Paul). 1983. Temps et récit. Paris : Seuil.

Riesman (David). 1964. La Foule soli­taire. Paris : Arthaud.

Souchier (Emmanuel). 2012. « La “lettrure” à l’écran. Lire et écrire au regard des médias informatisés ». Communication & Langages, 174, p. 85-108.

Spies (Virginie). « Twitter, Europe 1, Tous reporters ? ». Semioblog, 11 sep­tembre 2011. Publication en ligne : http://semiologie-television.com/?p=3798". Consulté le 25.09.2014.

Stiegler (Bernard). 2013. « La société automatique », p. 84-98 in La Méta­morphose numérique : Vers une société de la connaissance et de la coopération. Paris : Alternatives, coll. « Manifesté ».

Tobelem (Jean-Michel). 2010. Le Nouvel Âge des musées : Les institutions culturelles au défi de la gestion. Paris : Armand Colin, coll. « Sociétales ».

Wittgenstein (Ludwig). 1961. Tractatus logico-philosophicus, suivi de Inves­tigations philosophiques. Paris : Gal­limard, coll. « Tel », 109.

Haut de page

Notes

1 La Structure fédérative de recherche (SFR) Agorantic « Culture, Patri­moines, Sociétés numériques » de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Fédération de recherche (FR) CNRS 3621, est un exemple actif de ce type de projet. Publication en ligne : http://blogs.univ-avignon.fr/sfr-agorantic/. Consulté le 25.09.2014.

2 Ce thème, « Formes et modèles culturels », consacré à la genèse – sociale et technosémiotique – et à l’institutionnalisation des formes culturelles, est un des quatre domaines thématiques de l’UMR 8562 centre Norbert Elias. Publica­tion en ligne : http://centre-norbert-elias.ehess.fr/ ! Consulté le 25.09.2014.

3 L’exposition Edward Hopper s’est tenue au Grand Palais à Paris du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013. Elle a été prolongée du 26 au 31 janvier 2013 ; durant cette pro­longation l’exposition est restée ouverte de 9 heures à 23 heures ; puis jour et nuit du 1er au 3 février 2013, soit 62 heures d’ouverture sans interruption – gratuité étendue aux moins de 16 ans.

4 Le Festival de Cannes 2013 s’est tenu du 15 au 26 mai au palais des Festivals de Cannes. Le pré­sident du jury était cette année-là Steven Spielberg, et la maîtresse de cérémonie, Audrey Tautou. Pour la première fois, c’est sur Twitter que l’on a appris par Gilles Jacob, le président du conseil d’administration du Festival, que ce serait Uma Thurman qui remet­trait la Palme d’or.

5 L’édifice abrite notamment la Nef, administrée par l’Établissement public du Grand Palais, et les Gale­ries nationales, gérées par la Réu­nion des musées nationaux. Publication en ligne : http://rmngp.fr/

6 Publication en ligne : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/edward-hopper. Consulté le 25.09.2014.

7 Ce travail de veille a été en partie réalisé avec les étudiants de pre­mière année du Master « Stratégies du développement culturel » de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, spécialité « Médiation de la culture et des patrimoines » dans le cadre du séminaire « Méta­morphose de l’écriture médiatique et médiation des savoirs ».

8 Edward Hopper d’une fenêtre à l’autre, l’application iPad réalisée par la Réunion des musées natio­naux (RMN) sous la direction de Didier Ottinger, commissaire de l’exposition, permet de visionner mais aussi d’écouter et de naviguer à l’intérieur de l’œuvre de l’artiste à partir de neuf fenêtres (neuf tableaux) qui traitent également de la vie de l’artiste, de ses aspirations, de ses partis pris esthétiques et pic­turaux. Pour chacune de ces « expo­sitions-événements », le Grand Palais édite désormais une applica­tion qui n’est pas une visite virtuelle de l’exposition, mais plutôt un cata­logue numérique réalisé sous la houlette du commissaire de l’expo­sition ; chaque application se carac­térise par l’excellence de sa qualité scientifique et technologique, son niveau d’expertise en histoire de l’art.

9 Précisons que, « par réflexivité nous entendons plus spécifiquement ici la propriété de certaines situations de rendre disponible aux acteurs, en même temps qu’ils participent à des activités, une représentation évolutive de ce qu’ils sont en train de faire. Cet instrument des situa­tions rend possible simultanément de faire et de se voir en train de faire » (Licoppe & Dreatta, 2013 : 66).

10 Notons la facilité qu’offre Twitter grâce au hashtag : un mot précédé du signe « # » comme « #Cannes2013 » renvoie au même sujet auquel se réfèrent les twittos, qui échangent par conséquent à propos d’un sujet commun.

11 Gilles Jacob publie régulièrement sur Twitter son regard sur le Festival ainsi que des photographies, et le délégué artistique Thierry Frémaux utilise également le réseau social pour afficher son point de vue sur l’authenticité factuelle de ce qui se passe dans la manifestation qu’il anime.

12 Décrit ainsi par Thierry Frémaux sur la frontpage de présentation de son compte @THIERRYFREMAUX.

Haut de page

Références

Référence papier

Emmanuel Ethis et Marie-Sylvie Poli, « Hopper 2013/Cannes 2013 au prisme des écritures numériques »Culture & Musées, 24 | 2014, 63-88.

Référence électronique

Emmanuel Ethis et Marie-Sylvie Poli, « Hopper 2013/Cannes 2013 au prisme des écritures numériques »Culture & Musées [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/624

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Ethis

Emmanuel Ethis est professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, dont il est également le président. Cher­cheur dans l’équipe Culture et Communication du centre Norbert Élias (UMR CNRS 8562), il préside le Haut Conseil de l’Éducation artistique et culturelle, l’Institut supérieur des techniques du spectacle et siège au conseil d’orientation scientifique du MUCEM et du musée du Quai Branly et est le représentant français de l’International Advisory Board of the Research Project Dynamics of World Cinema. Sociologue de la culture, Emmanuel Ethis consacre ses recherches à la sociologie du cinéma, à la récep­tion des œuvres filmiques et à l’analyse des publics et des spec­tateurs de cinéma et des grands festivals (Cannes, Avignon...), ainsi qu’au parcours des comédiens saisis dans leur réalité an­thropologique.
Ethis (Emmanuel). 2014. Sociologie du cinéma et de ses publics. Paris : Armand Colin [Troisième édition, revue et augmentée.]
Ethis (Emmanuel) & Fabiani (Jean-Louis). 2014. « The Festival and the City: The Example of Avignon ». Eurozine.
Ethis (Emmanuel) & Malinas (Damien). 2012. Les Films de campus, l’université au cinéma. Paris : Armand Colin.
Ethis (Emmanuel). 2012. La Petite Fabrique du spectateur. Être et devenir festivalier à Cannes et Avignon. Avignon : Les Éditions universitaires d’Avignon (EUA).
Ethis (Emmanuel). 2003. « Cannes hors projections » (direction du numéro) – Protée, revue de théories et pratiques sémiotiques, Uni­versité de Québec à Chicoutimi, volume 31, n° 2.
emmanuel.ethis@univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Marie-Sylvie Poli

Marie-Sylvie Poli est professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication à l’université d’Avignon et des Pays de vaucluse, chercheuse dans l’équipe Culture et Com­munication du centre Norbert Élias (UMR CNRS 8562). Elle codi­rige la structure fédérative de recherche Agorantic « Culture, Patrimoines, Sociétés numériques » (FR CNRS 3621).
Elle s’intéresse surtout aux enjeux de la visite d’exposition chez les publics non experts. Ses recherches actuelles portent sur les nou­velles formes d’écriture de transmission des savoirs et leurs impacts sur la visite, depuis que le numérique et le participatif pénètrent tout le champ muséal.
Poli (Marie-Sylvie) & Ancel (Pascale). 2014. Exposer l’histoire contem­poraine. Évaluation muséologique d’une exposition : Spoliés ! L’« aryanisation » économique en France 1940-1944. Paris : La Documentation française, coll. « Musées-Mondes ».
Poli (Marie-Sylvie). 2013. « Éducation et musée » p. 165-189, in Culture & Musées, 20 ans de muséologie, Arles : Éditions Actes Sud. Poli (Marie-Sylvie). 2013. « Les médiations du savoir au musée de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration », p. 111-124 in Rouffineau (Gilles). (dir). Transmettre l’histoire : Contribution du design à la production des savoirs, Paris, B42/Valence, ESAD Grenoble-Valence.
marie-sylvie.poli@univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals