Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Visites d’expositionsLa parade numérique du Musée du D...

Visites d’expositions

La parade numérique du Musée du Désert

Marie-Sylvie Poli
p. 260-262

Entrées d’index

Rubriques :

Visites d'expositions
Haut de page

Texte intégral

1Après un premier confinement complet au printemps 2020, le Conseil d’État a validé le 24 décembre dernier la décision du gouvernement de fermer les musées et lieux d’exposition en raison de l’évolution de la pandémie de coronavirus. Signe que cette mise à l’arrêt brutal et prolongé n’afflige pas que les professionnels du domaine, Michel Guerrin signe le 6 février 2021 dans Le Monde une chronique culture titrée « Des “expositions fantômes” continuent d’avoir lieu avec frénésie dans les musées ». Il y commente avec une certaine amertume les solutions mises en œuvre par les musées (prestigieux) pour continuer de tenter d’exister en reprogrammant des expositions thématiques temporaires « blockbuster » ou en optant pour des déprogrammations et des annulations imposées par les calendriers de prêt des œuvres. Il termine sa chronique en incitant les musées à se méfier à l’avenir des programmations qui font la part belle aux expositions à succès : « […] eux doivent comprendre que si les expositions à succès sont leurs meilleures alliées pour vivre, elles sont aussi leur meilleur ennemi en période de pandémie. » Je suis pour ma part étonnée qu’il ne s’attarde pas plus sur les efforts singuliers que les musées (du plus petit au plus grand, dans toutes les disciplines et tous les secteurs de spécialité) ont déployés pour créer, inventer, innover, en ayant recours aux dispositifs numériques les plus variés : vidéo, visite guidée, exposition virtuelle, jeux, visite des réserves, valorisation des collections, entretiens avec des professionnels ou des artistes, inauguration virtuelle, discussions sur des plateformes d’intermédiation, séminaires en distanciel, etc. La seule référence à cette foison de créativité tient dans son article en une phrase désobligeante pour le numérique : « Enfin, les expositions existent sur Internet, même si l’écran froid fait tomber l’émotion. » C’est précisément cette formule – « même si l’écran froid fait tomber l’émotion » –, avec laquelle je suis en désaccord, qui me motive à ne pas abandonner notre chronique « Visites d’expositions » pendant cette période de fermeture.

2Cette longue période de disette muséale étant particulière à bien des égards, ma chronique de visites d’expositions l’est également puisque je propose ici une critique muséologique en deux parties. La première est dédiée à évoquer les éléments muséographiques qui m’ont interpellée lors de ma visite du Musée du Désert de Mialet (Gard) alors qu’il était ouvert au public. La seconde partie est consacrée à l’analyse critique d’un dispositif de communication numérique assez déconcertant : la mise en ligne sur YouTube d’un culte protestant organisé par ce musée alors qu’il était fermé au public. Je dois avouer que, loin de me laisser sans émotion, cette expérience sur écran m’a interpellée. Car si je ne retrouvais dans cette vidéo rien des ingrédients patrimoniaux du musée que j’avais visité pas à pas, je percevais par écran interposé la volonté opiniâtre de son conservateur de garder un lien à la fois patrimonial et religieux avec ses publics.

  • 1 Guide des Maisons des illustres, Paris, Éditions du Patrimoine - Centre des monuments nationaux, 20 (...)

3J’avais entendu parler du Musée du Désert, premier musée du protestantisme en France, comme d’un musée qui traitait à sa façon de la liberté de conscience. J’étais intriguée de voir comment un musée d’histoire et de société exposait ce sujet. Aussi, en août 2020, je décidai de me rendre à Mialet, près de Saint-Jean-du-Gard, pour découvrir ce musée inauguré en 1911 et situé dans la demeure cévenole de Pierre Laporte (1680-1704), dit Rolland, classée « Maison des illustres »1. Protestant convaincu, chef de guerre camisard redouté, mais aussi prophète, il rejoignit l’insurrection des protestants dans le Languedoc à la suite de la révocation de l’édit de Nantes en 1685. Ainsi, le visiteur qui entre au Musée du Désert pénètre chez le camisard Rolland. Ce qui, même pour un visiteur non croyant, n’est pas une expérience dénuée d’effets. Faute de ne pouvoir décrire par le détail les scénographies et les mises en exposition d’objets et de documents de grande valeur patrimoniale, j’évoquerai ici les éléments de discours muséographique qui me semblent les plus représentatifs de ce musée.

4L’itinéraire intérieur est composé d’une vingtaine de salles généreusement dotées d’archives, d’œuvres d’art (tableaux, gravures, sculptures, manuscrits), d’objets de la vie quotidienne (comme le parapluie de berger qui permettait au guetteur protestant de prévenir d’un danger lors d’une assemblée clandestine), d’une scène de reconstitution d’une veillée cévenole, d’armes et de cartes de la guerre des Cévennes. On perçoit la volonté de bien recevoir le visiteur et de l’initier, salle après salle, grâce à un parcours chronologique, à l’histoire mouvementée du protestantisme : l’origine et l’évolution du protestantisme, de sa naissance en 1517 avec la Réforme à aujourd’hui ; la période du Désert (1685-1787), de la révocation de l’édit de Nantes à l’édit de Tolérance ; la guerre des camisards ; la répression et la résistance ; la vie quotidienne dans la clandestinité ; la longue marche vers la liberté de conscience jusqu’à la Révolution.

5J’ai passé de longs moments à examiner attentivement des manuscrits et des documents d’archives remarquables. Comme ces bijoux ont attiré mon regard, j’ai pu lire dans le détail des notices fort bien rédigées à propos des symboles des croix huguenotes anciennes. J’ai été intriguée par les miroirs à double fond huguenots et cévenols qui, au xviie ou xviiie siècle, permettaient aux familles de cacher des bibles, des psautiers et des sermons afin d’échapper aux soldats de l’Inquisition. J’ai admiré une copie grandeur nature de la presse de Gutenberg. Je garde le souvenir d’une muséographie exigeante qui déjoue habilement les contraintes architecturales de cette ancienne maison à étages, aux épais murs de pierres, aux fenêtres étroites, aux sols pavés de tomettes irrégulières. L’ambiance muséographique résulte d’un savoureux mélange de charme campagnard intelligemment retravaillé et d’une authenticité historique. C’est un design muséographique qu’on retrouve désormais dans la plupart des maisons-musées2. Ce sont ces qualités esthétiques et historiographiques qui participent selon moi à faire du Musée du Désert une destination touristique fréquentée autant qu’un lieu historique notoire pour les protestants. Car, depuis sa création, le musée est reconnu non seulement comme une institution muséale, mais également comme le lieu de rendez-vous d’une assemblée du Désert qui se tient en extérieur chaque premier dimanche de septembre. L’événement est loin d’être anodin pour les protestants car il s’agit, avec ce rituel, de remémorer les assemblées qui se tenaient en ces lieux dans la clandestinité avant l’édit de Versailles du 29 janvier 1788, édit qui permit aux non-catholiques de bénéficier de l’état civil sans devoir se convertir au catholicisme. Confinement oblige, l’assemblée prévue le dimanche 6 septembre 2020 a été annulée. Fait rarissime, puisqu’elle fut annulée quatre fois seulement : deux fois pendant la Première Guerre mondiale, deux fois pendant la Seconde. Pour remédier à cette annulation, Denis Carbonnier, le conservateur du musée, décide de proposer un substitut numérique à ce « grand rendez-vous annuel du peuple protestant » (selon ses mots) en organisant une assemblée sans public enregistrée à la date prévue et diffusée par vidéo sur YouTube. Elle portera sur le thème initialement prévu, « Une bible à la main », puisque selon le site du musée, « les réformateurs du xvie siècle, Luther, Calvin et les autres, ont placé l’Écriture en position d’autorité suprême et l’ont ouverte au peuple3 ».

6Que retenir de cette médiation numérique d’un culte protestant organisé en plein air par le Musée du Désert sur la lecture des textes sacrés ? La cérémonie est présidée par Dominique Hernandez, pasteure de l’Église protestante unie de France, paroisse de Paris-Bastille4. La vidéo commence par des images qui campent le décor : une vue plongeante de l’intérieur d’une vieille maison cévenole dans laquelle des protestants vécurent probablement des persécutions, la cloche du Mas Soubeyran qui tinte, un fondu enchaîné de la forêt de chênes-lièges au hameau du Mialet ; puis, en écho à ces traces d’un protestantisme du passé, défilent des images filmées de précédentes rencontres auxquelles affluent des pasteurs et pasteures en robe pastorale, et des fidèles. Après quelques mots d’accueil du conservateur à l’adresse des publics en ligne, le culte célébré par Dominique Hernandez débute. Il se déroule entièrement selon la tradition protestante : centré sur la lecture de passages bibliques, ponctué par des enregistrements de musique liturgique et de cantiques chantés.

  • 5 Searle (John R.). 1972. Les Actes de langage. Essai de philosophie du langage. Traduit de l’anglais (...)

7La personne de la pasteure est filmée dans un décor de feuillus dont les branches bougent au gré du vent. Il fait soleil ; devant elle, cinq gros micros disent le professionnalisme de l’enregistrement. Dans sa robe pastorale, debout derrière un pupitre, elle lit des feuillets protégés du vent par un dossier plastifié. Sa voix est posée, ses temps de parole rythmés par l’alternance lecture / cantiques / morceaux de musique. Pendant près d’une heure, elle donne sa voix à des passages bibliques et propose un point de vue intéressant sur la lecture à haute voix de la Bible et des écrits plus généralement. Son habit, sa posture droite, l’expression sereine de son visage, attribuent une force performative à ses propos, à son regard et à sa gestuelle. Même si elle s’adresse à la caméra et non à un public de fidèles présents, cette prestation est un exemple édifiant des théories de Searle5 sur la performativité : sa parole est agissante parce qu’elle est prononcée dans ce dispositif communicationnel conçu à dessein par le musée. Sur le plan du contenu, je retiendrai de son discours trois concepts que je trouve appropriés dans une approche communicationnelle laïque de la lecture à haute voix. Tout d’abord : « Lire à haute voix, c’est permettre au texte de devenir présent non seulement pour le plaisir des mots mais aussi pour la simple action d’une résonance entre ce que porte le texte et ce que chacun porte en soi. » Ensuite : « Ressentir ne suffit pas, il s’agit de comprendre, ce qui est autre chose que savoir. » Enfin : « La lecture partagée comme rencontre de l’autre, comme une pratique qui incite à la pluralité des interprétations du texte. »

8Ainsi, voilà qu’étrangement la fermeture du Musée du Désert et l’annulation de l’assemblée qu’il organise chaque année dans le Gard m’ont donné l’occasion inattendue de découvrir le point de vue de la religion protestante sur la lecture, la lecture à haute voix, la place des textes et de l’écrit dans notre société contemporaine. C’est une des mille et une facettes de l’intérêt des médiations numériques créées par la plupart des musées durant le confinement : nous offrir de prolonger la visite physique par des expériences culturelles en ligne parfaitement inattendues.

Haut de page

Notes

1 Guide des Maisons des illustres, Paris, Éditions du Patrimoine - Centre des monuments nationaux, 2017, p. 235.

2 Voir Culture & Musées, n° 34, 2019 « Maisons-musées. La patrimonialisation des demeures des illustres ».

3 http://www.museedudesert.com/article7.html (consulté le 10 mai 2021).

4 https://www.youtube.com/watch?v=s96BUKRbI_Q (consulté le 10 mai 2021).

5 Searle (John R.). 1972. Les Actes de langage. Essai de philosophie du langage. Traduit de l’anglais par Hélène Pauchard. Paris : Hermann (Savoir).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Sylvie Poli, « La parade numérique du Musée du Désert »Culture & Musées, 37 | 2021, 260-262.

Référence électronique

Marie-Sylvie Poli, « La parade numérique du Musée du Désert »Culture & Musées [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/6500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.6500

Haut de page

Auteur

Marie-Sylvie Poli

Avignon Université
marie-sylvie.poli[at]univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search