Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Éditorial

Texte intégral

1La patrimonialisation de la littérature a été abordée par Culture & Musées à propos des demeures d’écrivains, authentiques ou imaginaires, devenues autant de musées ou assimilés (n° 34, 2019). Pareils sites, identifiés à des lieux de mémoire, accueillent souvent des manifestations dédiées à la chose littéraire, du festival à la résidence d’écrivains et d’artistes : nous avions consacré le n° 31, en 2018, à étudier ce dernier phénomène, entre création et médiation. Plus généralement, il n’est guère de musée, aujourd’hui, qui n’offre au visiteur, dans sa librairie, un rayon consacré à la littérature dont il a fait directement l’objet ou dont il a été le prétexte fécond. C’est même la spécialité de certains éditeurs que de publier pareilles descriptions, comme Méridianes, à Montpellier, qui propose une riche série de textes littéraires plus ou moins canoniques à propos du Musée Fabre.

2Toutefois, les voies de la patrimonialisation du littéraire dépassent largement l’institution de lieux et de musées. Ce numéro, grâce à une série d’exemples variés, tant historiquement que géographiquement, vise à rendre compte de la diversité des pratiques en jeu : la littérature est collectionnée, exposée, visitée, tantôt seulement évoquée, tantôt soigneusement relue. Ici canonisée dans des dispositifs parfaitement légitimés par la tradition – la Bibliothèque nationale, l’école, le monument en place publique –, et là exploitée à des fins touristiques et commerciales – par le biais d’expériences urbaines ou hôtelières –, la littérature n’en reste pas moins marquée par un ensemble relativement stable de pratiques et de valeurs. Comme pour les musées, qui importent à ceux qui n’en franchissent jamais le seuil, la littérature « classique » vaut ainsi même pour ceux qui n’en lisent plus.

  • 1 Julian Barnes, Le Perroquet de Flaubert, Paris, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2000.
  • 2 Corinne Iehl et Jean-Marie Privat, « Le retour d’Emma : la galerie BovaRy à Ry », Ethnologie franca (...)

3Les rencontres de la littérature et du patrimoine se jouent d’abord à travers les auteurs : de la visite au grand écrivain, peut-être commencée en France avec Buffon, au culte des mages romantiques et autres prophètes que certains auteurs des deux derniers siècles ont voulu incarner, tel d’Annunzio, évoqué ici. Dans un délicieux roman, Julian Barnes a mis en scène un médecin anglais passionné par Flaubert, Geoffrey Braithwaite, qui se rend en pèlerinage à Rouen, au Musée Flaubert, pour y découvrir le Loulou de Félicité, l’héroïne d’Un cœur simple, avant de tomber sur un autre perroquet empaillé, non moins authentique que le précédent, à Croisset, dans la maison de Flaubert1. Si l’auteur eût été Umberto Eco, il aurait peut-être mené son lecteur au musée d’automates qui représentent un peu plus loin les personnages de Madame Bovary2.

4Si on ne trouve rien dans la précédente livraison ou dans celle-ci sur le domaine Pouchkine, situé près de Pskov, ce dernier mérite certainement d’être cité ici, car il faut absolument lire Sergueï Dovlatov qui y fut un temps guide et qui a laissé peut-être le plus beau récit des jeux de l’authentique et du vraisemblable, de l’inculture et de la passion littéraire, de la pédagogie et de l’illusion, que peut susciter une maison-musée, en l’occurrence entièrement consacrée à une icône nationale3. Il n’est pas sans signification que, en 2013, ce témoignage mi-autobiographique, mi-fictif ait été inclus dans la liste des cent livres recommandés aux étudiants de la Fédération de Russie à titre d’incitation à la lecture personnelle4. Car le musée littéraire et la bibliothèque qui lui est généralement associée – il semble que dans le cas du domaine Pouchkhine, Joseph Brodsky ait postulé pour l’emploi de bibliothécaire – ont pour vocation d’inciter à la lecture, et spécialement à celle des classiques nationaux. En cela, ils accompagnent l’entreprise scolaire et plus généralement les processus patriotiques de canonisation littéraire, comme de « développement culturel ».

  • 5 Cité par Jean-Max Colard dans Jérôme Bessière et Emmanuèle Payen (dir.), Exposer la littérature, Pa (...)
  • 6 Claire Bustarret, « Quand l’écriture vive devient patrimoine : les manuscrits d’écrivains à l’Expos (...)
  • 7 Michel Melot, « De l’ostentation à l’exposition », Les Cahiers de médiologie, n° 1, 1996, p. 221-23 (...)
  • 8 Viviane Couzinet (dir.), Culture & Musées, n° 21, « Bibliothèque et musée : notions et concepts com (...)

5Il n’en reste pas moins que le musée de littérature risque toujours de tourner à ce que Nelson Goodman décrivait plaisamment comme une bibliothèque martienne, c’est-à-dire une exposition de livres qu’on ne peut pas lire, et qu’on regarde comme autant d’objets. Car le rapport du musée et de la lecture ne va pas sans paradoxes. « La littérature ne figure pas et ne peut figurer dans le programme des expositions », écrivait le commissaire général de l’Exposition universelle de 19005. Son apparition, sous sa forme contemporaine, est sans doute à chercher en France avec l’éphémère Musée de la littérature de 1937, soit l’exposition imaginée par Julien Cain (et dont le discours de la méthode était Ébauche et premiers éléments d’un musée de la littérature, préfacé par Paul Valéry) autour de l’idée d’une « schématisation par l’image de l’œuvre ». La manifestation a montré en effet une voie, celle de l’explicitation socio-historique de la littérature – vivement critiquée au demeurant par les adversaires de pareilles muséographies, assimilées aux options démocratiques du Front populaire6. Depuis, exposer la littérature au musée n’a cessé d’exciter les imaginations des conservateurs et des bibliothécaires, parfois réunis au sein d’institutions ou de manifestations – comme au Centre Pompidou, quand la Bpi a tenté de dépasser la simple juxtaposition de livres en vitrines7. La documentation et l’organisation des savoirs sur la littérature suscitent régulièrement des partenariats et des convergences entre musées et bibliothèques8, auxquelles on pourrait associer d’ailleurs les librairies.

6Dans La Recherche, le grand écrivain Bergotte, malade, sort néanmoins de chez lui pour voir le petit pan de mur jaune de Vermeer, et mourir. Alors, « on l’enterra, mais toute la nuit funèbre, aux vitrines éclairées, ses livres, disposés trois par trois, veillaient comme des anges aux ailes éployées et semblaient, pour celui qui n’était plus, le symbole de sa résurrection ». Ces monuments de papier illustrent d’une manière singulière le phénomène qui nous occupe ici, entre commerce de librairie, exposition de vitrines, urbanité culturelle et émotion personnelle. Grâce aux articles réunis, le lecteur pourra découvrir également combien la patrimonialisation d’activités – tant d’écriture que de lecture – tenues pour spécialement solitaires, voire secrètes, est pourtant partie prenante de l’espace public.

Haut de page

Notes

1 Julian Barnes, Le Perroquet de Flaubert, Paris, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2000.

2 Corinne Iehl et Jean-Marie Privat, « Le retour d’Emma : la galerie BovaRy à Ry », Ethnologie francaise, vol. 37, n° hors-série, 2007, p. 53-59.

3 Sergueï Dovlatov, Le Domaine Pouchkine, traduction de Christine Zeytounian-Belous, Monaco, Éditions du Rocher, coll. « Anatolia », 2004.

4 En 30position : https://fr.wikipedia.org/wiki/100_livres_pour_les_élèves_en_fédération_de_Russie (consulté le 5 août 2021).

5 Cité par Jean-Max Colard dans Jérôme Bessière et Emmanuèle Payen (dir.), Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, coll. « Bibliothèques », 2015.

6 Claire Bustarret, « Quand l’écriture vive devient patrimoine : les manuscrits d’écrivains à l’Exposition de 1937 », Culture & Musées, n° 16, 2010, p. 159-176.

7 Michel Melot, « De l’ostentation à l’exposition », Les Cahiers de médiologie, n° 1, 1996, p. 221-233.

8 Viviane Couzinet (dir.), Culture & Musées, n° 21, « Bibliothèque et musée : notions et concepts communs », 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot et Éric Triquet, « Éditorial »Culture & Musées, 38 | 2021, 7-10.

Référence électronique

Dominique Poulot et Éric Triquet, « Éditorial »Culture & Musées [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 10 novembre 2021, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/6568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.6568

Haut de page

Auteurs

Dominique Poulot

Articles du même auteur

Éric Triquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search