Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38LecturesWorlds in a Museum. Exploring Con...

Lectures

Worlds in a Museum. Exploring Contemporary Museology

Dominique Poulot
p. 297-300
Référence(s) :

Collectif. 2020. Worlds in a Museum. Exploring Contemporary Museology. Louvain : Leuven University Press.

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1On trouve ici les actes du colloque organisé les 10 et 11 novembre 2018 par le Louvre Abu Dhabi pour le premier anniversaire de son ouverture, avec la collaboration de l’École du Louvre. Rassemblant les communications ou les plus brèves interventions d’une vingtaine d’auteurs, le volume est distribué en quatre parties, respectivement consacrées aux questions des musées dans la mondialisation, à la mondialisation des sociétés, aux tensions entre local et mondial, enfin aux rapports entre centre et périphérie. Après les discours officiels de diverses autorités, le premier volet, qui sert au fond d’introduction générale au propos, s’interroge sur les perspectives et les défis des musées qui se revendiquent « universels » au xxie siècle. Il comprend un panorama de la situation par James Cuno, président du J. Paul Getty Trust, qui résume commodément ses positions bien connues, et deux exposés par les directeurs du British Museum, Hartwig Fischer, et du Louvre, Jean-Luc Martinez, sur les politiques respectives de leurs établissements. La deuxième partie s’intéresse plus spécifiquement à la place des cultures matérielles, de leurs vicissitudes, entre circulations et conservation institutionnelle, de l’Antiquité à nos jours. Après une brève présentation des musées de Bahreïn par H. E. Shaikha Mai bint Mohammed Al Khalifa, présidente de l’Autorité pour la culture et les antiquités, deux universitaires, Martin Pitts, un archéologue britannique et Hervé Inglebert, un historien français, présentent leurs travaux sur la mondialisation des artefacts au cours de l’Antiquité, d’une part, et sur l’histoire générale des histoires universelles dans le monde d’autre part. La troisième partie évoque la dialectique du localisme et de l’universalisme à travers trois perspectives, l’une académique et les deux autres muséographiques. Cecilia Hurley critique l’idée de canon dans l’histoire occidentale de l’art et plaide pour une pluralité des références et des perspectives au sein d’une histoire de l’art connectée. Sylvie Ramond et Nathalie Bondil, alors directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, présentent les exemples de leurs établissements et revendiquent, chacune à sa façon, leur caractère mondial et humaniste. Enfin, la dernière partie examine l’articulation du centre et des périphéries dans les musées sous la forme de trois études. On y découvre une présentation du système muséal libanais, sous la plume de sa directrice générale, Anne-Marie Maïla-Afeiche, et un panorama du Musée des civilisations d’Asie de Singapour par Kennie Ting, son directeur. La figure du centre-périphérie est unanimement rejetée par ces directeurs. Enfin, Henry Kim, le PDG du Musée Aga Khan de Toronto, fournit une conclusion en évoquant la dynamique mondiale des pratiques muséales contemporaines. Celle-ci répond, à l’en croire, à quatre dynamiques complémentaires. La première est une émulation entre établissements et expositions, dont le phénomène des biennales, inauguré à Venise en 1895, lui paraît le plus caractéristique. La deuxième tient à un dialogue entre conservateurs et entre musées internationaux, lié à la circulation des visiteurs, des thèmes et des méthodologies. La troisième dépend d’initiatives privées, qui sont venues enrichir des politiques jusque-là exclusivement menées par les musées publics, nationaux ou civiques. Une dernière série de mutations est liée à la recherche de la pertinence locale par les responsables de musée grâce à l’écoute et à l’appel à la participation de leurs publics.

2Les circonstances de cette publication expliquent sa physionomie marquée par des préoccupations sans doute largement diplomatiques. S’il ne revêt pas la forme d’un coffee table book – car malgré des illustrations en couleurs reléguées à la fin, son apparence est savante, pour ne pas dire austère –, le livre appartient néanmoins à un genre bien identifié dans la littérature de musées : l’entreprise de célébration commémorative. Le propos, directement lié à l’ouverture du Louvre Abu Dhabi, évoqué en conclusion par un auteur comme un « rêve réalisé », est de célébrer le « dialogue des cultures », selon la devise cette fois du Musée du quai Branly - Jacques Chirac, mais qui figure ici sous diverses formes ou traductions, celle du « dialogue among cultures » par Hartwig Fischer, ou celle de l’« unity in diversity », par ailleurs devise de la politique patrimoniale européenne, par Jean-Luc Martinez.

3Or, pareille commémoration s’inscrit dans un débat ouvert depuis longtemps, près d’une génération désormais : celui qui oppose la défense du cosmopolitisme, ou de l’universalisme, de la part des « musées universels », aux critiques de l’hégémonie européenne liées à divers militantismes, académiques ou non, et qui débouchent souvent sur des revendications concrètes de restitution de morceaux de collections à leurs zones géographiques d’origine. Du côté des défenseurs des grands musées mondiaux, on a plaidé que les attaques de ce genre à leur endroit étaient (ridiculement) identitaires (donc limitées culturellement, sinon franchement mesquines ou bornées) ou encore exclusivement politiques, voire politiciennes (c’est-à-dire manipulatrices). Tel est à peu près le propos de plusieurs colloques organisés par James Cuno, qui ont fait date dans le débat mondial et dont on retrouve l’essentiel résumé ici sous la forme, cette fois, d’une brève présentation de trois expositions consacrées à des circulations mondiales d’objets ou d’œuvres sur la très longue durée. Il est toutefois dommage que le lecteur ne puisse pas lire une discussion plus serrée rendant compte des arguments contraires, plus sophistiqués qu’on pourrait le croire ici, ou qu’il ne puisse pas bénéficier au moins d’une introduction pour lui fournir le contexte de l’intervention. Une présentation des « guerres » de campus nord-américains, en particulier, sous-jacentes à pareils plaidoyers, serait utile quand celles-ci ont envahi depuis longtemps les museum studies universitaires, et plus largement le milieu des musées.

  • 1 Castelnuovo (Enrico) & Ginzburg (Carlo). 1981. « Domination symbolique et géographie artistique ». (...)

4Au-delà d’affirmations générales, et quelque peu redondantes, le colloque fournit néanmoins une présentation plus précise de deux débats récurrents en matière d’histoire de l’art. Le premier tient au rapport centre-périphérie. Longtemps inscrit dans l’orthodoxie marxiste, ce concept a fait l’objet d’un grand intérêt en histoire de l’art au cours de la décennie 1970 : Carlo Ginzburg et Enrico Castelnuovo, notamment, en ont fait la synthèse dans l’histoire de l’art italien éditée par Einaudi, en 1979, suivie d’autres géographies historiques nationales de l’art, en Suisse notamment1. Cet ensemble de réflexions, particulièrement dense, peut servir de base aux perspectives contemporaines sur la question des périphéries dans la mondialisation. Malheureusement, elle est ici souvent réduite à des prises de position quelque peu sommaires.

  • 2 Kubler (George). 1973. Formes du temps. Remarques sur l’histoire des choses. Traduit de l’anglais p (...)
  • 3 Une bonne synthèse dans : Deloche (Bernard). 2010. Mythologie du musée : De l’uchronie à l’utopie. (...)

5Un autre aspect des arguments en faveur des musées-mondes tient à la place respectivement assignée aux hommes et aux objets dans l’histoire, et surtout dans l’histoire de l’art. Martin Pitts, dans « Premodern globalizations », défend ainsi l’idée d’appliquer la notion de mondialisation (globalization) aux sociétés anciennes, à condition de placer les artefacts et les rapports matériels au premier rang de l’analyse historienne. Il conclut que « ce sont les objets, plutôt que les gens, qui sont les réels catalyseurs des changements au sein de l’histoire connectée » (p. 68). Cecilia Hurley, pour sa part, dans « Connecting canons », passe en revue les usages classiques du canon en histoire de l’art, pour mieux faire l’éloge du Louvre Abu Dhabi comme un lieu de « dialogue entre des œuvres de territoires géographiques différents », « illustrant leurs similarités en dépit de modes d’expression spécifiques ». La pluralité de canons, poursuit-elle, interagissant entre eux, offre des perspectives neuves pour l’histoire de l’art et de la culture (p. 89). Par-là, à l’en croire, le nouveau musée constituerait un tournant matériel décisif dans la série de débats du dernier demi-siècle à propos des canons, et contribuerait de façon décisive à la lingua franca inédite de l’actuelle histoire de l’art : « mondialisation, migration, circulation, contact, hybridité, transnationalisme, transculturation, histoires connectées et entrelacées, métissage » (p. 96). Contre les traditions du canon qui tendent toujours à se confondre avec des panthéons d’artistes, il faudrait jouer une certaine muséographie, à l’image de la tribuna de chefs-d’œuvre, et plus largement s’inspirer d’une tradition trop négligée, celle de l’histoire des choses. Le modèle ici évoqué est plutôt ancien, et effectivement marginal : c’est l’idée de « formes du temps » de Georges Kubler, publié au début de la décennie 1960 et traduit en français de manière confidentielle en 19732. Cet élève d’Henri Focillon a toujours joui d’une estime particulière dans le monde des historiens de l’art à préoccupations philosophiques en raison de l’hypothèse d’une histoire de l’art sans noms d’artistes : on en trouve le souvenir chez Bernard Deloche et ses thèses muséologiques, par exemple3.

  • 4 « Declaration on the importance and value of universal museums: “Museums serve every nation” ». The (...)
  • 5 Cuno (James). 2008. Who Owns Antiquities? Museums and the Battle over our Ancient Heritage. Princet (...)

6On voit combien l’ouverture du Louvre Abu Dhabi rebat les cartes du débat de 2002 à propos des musées universels, lancé par une proclamation de grands musées européens et nord-américains qui est apparue comme une manœuvre destinée à refuser les demandes de restitution, en particulier celle des marbres du Parthénon au British Museum. Rappelons en effet que le directeur d’alors du British Museum, qui rencontre pour la première fois en 2002 un membre du gouvernement grec à Londres, affirme que les marbres sont « indispensables à la mission centrale du musée de raconter l’histoire de la civilisation humaine », et qu’il ne peut les prêter à quiconque. La réponse du British Museum à Athènes mobilise un ensemble de musées internationaux, soumis de fait à des demandes voisines de restitutions, et qui arguent d’un statut spécifique d’universalisme. Tel est le dessein d’une déclaration commune de 2002 « sur l’importance et la valeur des musées universels » signée par une vingtaine d’institutions majeures, européennes et nord-américaines, et qui suscita d’importants débats au sein de la communauté internationale des conservateurs et des historiens de l’art4. On y lit que « les musées sont au service non seulement des citoyens de leurs nations, mais du peuple de chaque nation ». Diminuer leurs collections serait porter atteinte à leur mission : le propos s’inscrit dans une série de disputes internationales illustrées par des cas très médiatisés d’achats plus ou moins illégaux de pièces archéologiques par de grands musées nord-américains, le MET et le Getty en particulier5.

  • 6 MacGregor (Neil). 2011. A History of the World in 100 Objects. Londres : Penguin [traduit de l’angl (...)
  • 7 Les deux préoccupations sont néanmoins présentes dans le courant actuel des expositions, ainsi l’ex (...)

7Depuis, il s’agit pour les grandes institutions de donner une traduction quelque peu concrète et si possible satisfaisante qui ne prête pas le flanc au reproche d’un retour à l’humanisme eurocentré. De là les proclamations, ici, de multiculturalisme, de réunion du mondial et du local, de diversité des publics, d’abandon des canons et des catégories traditionnelles. Une première étape de cette mutation a été fournie par Neil MacGregor et sa publication d’une histoire mondiale incarnée dans un échantillonnage d’objets de la collection du musée britannique6. Ce livre figure, à bien des égards, le modèle à l’arrière-plan de nombre des exposés du colloque, qui cherchent à élaborer à Abu Dhabi une exposition capable de s’inscrire dans cette nouvelle tendance, celle d’une histoire mondialisée des artefacts saisis dans leurs circulations et leurs accumulations, qui vaudrait pour une histoire apaisée des relations internationales, au-delà de l’histoire d’un collectionnisme particulier débouchant sur la composition d’un musée7. D’autres musées sont d’ailleurs évoqués, de Beyrouth à Singapour, de Montréal à Lyon, qui prétendent aussi présenter des exemples d’institutions humanistes et cosmopolites, mais relèvent souvent de traditions spécifiques, de logiques institutionnelles et politiques très différentes les unes des autres, si bien que leur réunion est quelque peu artificielle – davantage encore, sans doute, que celle des « grands musées » précédemment évoqués sous la bannière du statu quo patrimonial.

  • 8 Kazerouni (Alexandre). 2017. Le Miroir des cheikhs : Musée et politique dans les principautés du go (...)

8Dans l’ensemble, l’ouvrage accumule des protestations de bonne volonté qui sonnent comme autant de slogans sympathiques en faveur du dialogue des cultures. Il n’est pas sûr qu’à éviter toute intervention qui aurait pu fâcher le concert commun, les promoteurs de la réunion aient pleinement rempli leur mission, celle de légitimer a posteriori par une série d’arguments intellectuels ou philosophiques un projet qui relève sans doute largement à la fois de la Realpolitik et d’enjeux locaux, à l’âge des grandes agences et des prestataires de service étrangers implantés dans le Golfe8. Sans doute, une réflexion doit-elle être menée sur les limites et les conditions de l’universalisme muséographique dans le monde contemporain. Mais les exemples présentés ici sont trop hétéroclites pour qu’on puisse voir s’esquisser une typologie, ou se dessiner des perspectives, et moins encore un programme muséologique. Reste un témoignage intéressant d’un moment de la politique culturelle internationale du Louvre, que les historiens du futur devront inscrire dans un panorama plus large de la géopolitique des musées au début du xxie siècle.

Haut de page

Notes

1 Castelnuovo (Enrico) & Ginzburg (Carlo). 1981. « Domination symbolique et géographie artistique ». Actes de la recherche en sciences sociales, 40, p. 51-72. Voir aussi les remarques de Dario Gamboni dans « Mille fleurs ou millefeuille ? Pour un inventaire à n dimensions », Art + Architecture en Suisse, n° 1, 2008, p. 6-12.

2 Kubler (George). 1973. Formes du temps. Remarques sur l’histoire des choses. Traduit de l’anglais par Yana Kornel et Carole Naggar. Paris : Éditions Champ libre [1re édition en langue originale : 1962]. Kubler (George). 1981. « Formes du temps réexaminé ». Artibus et Historiae, 4, p. 9-15. Voir aussi les réflexions de Thomas DaCosta Kaufmann dans « Malaise dans la périodisation », Perspective : actualité en histoire de l’art, n° 4, 2008, p. 597-601.

3 Une bonne synthèse dans : Deloche (Bernard). 2010. Mythologie du musée : De l’uchronie à l’utopie. Paris : Le Cavalier bleu. Et, à propos du musée universel spécifiquement : Deloche (Bernard). 2017. « Le musée prédateur va-t-il devenir un faux problème ? ». Icofom Study Series, 45, p. 47-55.

4 « Declaration on the importance and value of universal museums: “Museums serve every nation” ». The Wall Street Journal, 12 décembre 2002. Texte repris en français en 2004 dans Les Nouvelles de l’Icom, 57(1), en ligne : https://www.icom-musees.fr/index.php/ressources/les-nouvelles-de-licom-volume-57-ndeg1 (consulté le 9 septembre 2021). McClellan (Andrew). 2009. « Cosmocharlatanism ». Oxford Art Journal, 32(1), p. 167-171.

5 Cuno (James). 2008. Who Owns Antiquities? Museums and the Battle over our Ancient Heritage. Princeton (NJ) : Princeton University Press. Appiah (Kwame Anthony). 2008. Pour un nouveau cosmopolitisme. Traduit de l’anglais par Agnès Botz. Paris : Odile Jacob.

6 MacGregor (Neil). 2011. A History of the World in 100 Objects. Londres : Penguin [traduit de l’anglais par Pascale Haas : Une histoire du monde en 100 objets, Paris, Les Belles Lettres, 2018]. Il en a explicité l’enjeu l’année suivante : MacGregor (Neil). 2012. « To shape the citizens of “that great city, the world” », p. 37-54 in Whose Culture? The promise of Museums and the Debate over Antiquities / sous la direction de James Cuno. Princeton (NJ) : Princeton University Press.

7 Les deux préoccupations sont néanmoins présentes dans le courant actuel des expositions, ainsi l’exposition emblématique An Autobiography of our Collection de la Vancouver Art Gallery en 2011.

8 Kazerouni (Alexandre). 2017. Le Miroir des cheikhs : Musée et politique dans les principautés du golfe Persique. Paris : PUF (Proche-Orient).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot, « Worlds in a Museum. Exploring Contemporary Museology »Culture & Musées, 38 | 2021, 297-300.

Référence électronique

Dominique Poulot, « Worlds in a Museum. Exploring Contemporary Museology »Culture & Musées [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 10 novembre 2021, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/7372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.7372

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Larhra, Lyon
Courriel : Dominique.Poulot[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search