Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38LecturesElsa Guyot. 2021. Rejouer l’histo...

Lectures

Elsa Guyot. 2021. Rejouer l’histoire. Le Moyen Âge dans les musées du Québec

Dominique Poulot
p. 301-302
Référence(s) :

Guyot (Elsa). 2021. Rejouer l’histoire. Le Moyen Âge dans les musées du Québec. Ottawa : Leméac.

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1Ce bref essai est issu d’une thèse de doctorat préparée dans le cadre d’une cotutelle franco-canadienne, comme le rappelle l’introduction. Mais l’auteure a choisi de lui donner un tour autobiographique, faisant à la fois le récit de sa découverte comme étudiante du Québec et celui de son enquête historienne, sacrifiant ainsi sans grand profit à la mode de l’ego-histoire. Ici ou là, le lecteur doit se souvenir qu’il s’agit d’une édition en langue québécoise, ce qui explique qu’on assimile les archives d’une exposition à un « casse-tête », soit à un puzzle (p. 95). La composition, à la fois thématique et chronologique, s’organise en trois parties, qui abordent la représentation du Moyen Âge d’un point de vue esthétique et religieux, politique ensuite, enfin touristique et ludique. Malgré son sous-titre, le livre n’est donc pas exclusivement consacré aux musées du Québec, mais plus largement aux formes de médiévalisme, à la fois érudites et populaires, qu’on peut repérer dans la vie culturelle de la Belle Province. L’introduction suggère d’ailleurs au lecteur qu’il s’agit d’une tentative d’histoire « au second degré », non pas dans une perspective proprement historiographique, mais dans celle d’une histoire des sensibilités et du goût, saisis dans leurs contextes politiques et culturels.

2Le premier chapitre envisage le rôle des architectes, des érudits, des collectionneurs et des conservateurs dans le processus de réception du Moyen Âge. Il fournit un tableau du goût pour les formes et les objets médiévaux, du rapport des intellectuels québécois au Moyen Âge, puis, de manière plus directement liée au propos, du rôle des collectionneurs dans la réunion, la diffusion et l’appréciation de l’art médiéval. On y lit ainsi une brève histoire du Musée de Joliette réuni par le père Wilfrid Corbeil au cours des années 1960, marqué notamment par le mouvement des Ateliers d’art sacré autour de Maurice Denis en France. On y trouve aussi une étude de la première exposition mettant à l’honneur l’art du Moyen Âge au Musée du Québec, en 1954, consacrée à La Vierge dans l’art français, qui est en fait une exposition de photographies prises lors de la grande exposition du même nom, présentée au Petit Palais, à Paris, à la fin de l’année 1950 à l’occasion du jubilé catholique. Réalisés par le service officiel du tourisme français à Montréal, ces clichés exposés à Québec s’inscrivent quatre ans plus tard dans l’année mariale, vérifiant la dimension religieuse de ces initiatives.

3Si les rapports du Moyen Âge et de l’identité catholique au cours des années 1950-1960 sont au cœur de ces premiers développements, le deuxième chapitre s’ouvre sur le cas de la reproduction de la Tapisserie de Bayeux exposée à Montréal en juin 1944, qui permet d’expliciter les enjeux et la portée, politique et idéologique, de ce type de manifestation, quand les musées sont sommés de participer à l’effort de guerre. L’auteure poursuit cette thématique en s’intéressant ensuite à la décennie 1970 et à la place du Moyen Âge au Musée du Québec après la « révolution tranquille ». En effet, le musée présente en 1972, en collaboration avec le Louvre, une exposition de grande envergure intitulée Art français du Moyen Âge. La même année, Ottawa expose L’Art et la Cour. France Angleterre, 1259-1328, autre manifestation exemplaire de ce nouveau paysage muséographique, au seuil de l’âge des blockbusters internationaux.

4Le dernier chapitre, qui insiste sur les expositions du xxie siècle, s’attache aux nouvelles approches muséographiques, toujours envisagées dans leur mise en scène du Moyen Âge. Il s’agit de mettre en évidence les expériences que les nouvelles installations peuvent proposer, liées à des opportunités et à des stratégies de directeurs parfois très compétiteurs, au moment où la cadence des événements s’accélère. Marco Polo, le fabuleux voyage, présenté en 2014 à Pointe-à-Callière, le fameux musée d’archéologie de Montréal inauguré en 1992, qui a largement bouleversé la physionomie des musées québécois, invite le visiteur à l’évasion, dans une perspective immersive favorable à une fréquentation adolescente, et illustre bien la réussite d’une vulgarisation intelligente de la culture historique mainstream.

5L’exposition de l’objet médiéval au Québec témoigne de la vie nationale dans toutes ses facettes. La manière dont l’art du Moyen Âge a été, dans ses présentations, « modelé » ou remodelé, a connu les vicissitudes de l’actualité, en matière de religion, d’opinion publique, de politique d’État, notamment en matière de diplomatie culturelle. Elle a été, enfin, le fruit des stratégies des musées locaux comme des opportunités diverses offertes par d’autres établissements, européens et nord-américains, et des états successifs des connaissances sur les objets considérés.

6Assurément, l’auteure ne prétend pas que le Moyen Âge est un des lieux de mémoire québécois. Mais au sein des expositions et de la muséographie d’art et d’histoire des dernières décennies, elle lui accorde une place singulière dont il demeure difficile de savoir si elle est un effet de la perspective choisie ou bien une vraie pierre de touche des rapports de la société québécoise à ses mémoires, imaginaires ou non, et à sa représentation du passé. Elle s’interroge elle-même, du reste, pour savoir s’il s’agit d’un passé idéalisé ou d’un « contre-miroir ». Ces considérations ne doivent pas diminuer, toutefois, l’intérêt qu’on peut retirer de cette lecture pour envisager quelques aspects de l’évolution muséographique québécoise récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot, « Elsa Guyot. 2021. Rejouer l’histoire. Le Moyen Âge dans les musées du Québec »Culture & Musées, 38 | 2021, 301-302.

Référence électronique

Dominique Poulot, « Elsa Guyot. 2021. Rejouer l’histoire. Le Moyen Âge dans les musées du Québec »Culture & Musées [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 10 novembre 2021, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/7373 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.7373

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Larhra, Lyon
Courriel : Dominique.Poulot[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search